Top-Sites

Votez toutes les deux
heures ♥

Fermer
Ouvrir Solveig
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Solveig

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #1 écrite Jeu 29 Mai - 21:08

I) Identité
http://i39.servimg.com/u/f39/18/88/04/42/663fb010.jpg

Nom :  Njørdson
Prénom :  Solveig
Sexe :  féminin
Age :  26 ans, née le 4 juillet de l'an 32


II) Caractère

Le comportement en société de votre personnage :Elle n'a aucune connaissance de l'étiquette ou de tout ces trucs pompeux que les gens de Lüh ont inventé pour se sentir supérieur au vrai peuple. Elle peut paraître un peu sauvage quand on a l'habitude de l'amour courtois, chevalerie et autre qualités noble. Si son comportement embarrasse quelqu'un, la plupart du temps elle va exagérer ce qui provoque la gêne. Par défi, par ennuis, pour son amusement personnel, peu importe pour quoi, elle le fera.
Malgré cela, il lui arrive plus souvent que le contraire de bien se comporter. Même si elle se doit de cultiver un certain comportement pour ses employeurs, il lui suffira d'une ou deux cervoises pour devenir votre meilleure amie sur l'île. D'une nature globalement conviviale et sociable quand elle ne cherche pas à se faire embaucher, elle n'a pas de mal à converser et ne dit jamais non à une petite rixe amicale.

Ses qualités : Généreuse (avec sa famille évidemment, mais dans un bar également), amicale, rêveuse et espiègle.

Ses défauts : Orgueilleuse, têtue, dirigeante, parfois snob avec certaines personnes. Se donne de faux-air pour paraître de femme forte et indépendante.

Ses peurs : Se retrouver seule, causer la perte de personnes qui lui sont chères. Occasionnellement certains insectes peuvent lui donner une frayeur, mais elle les écrasera aussitôt après.

Ses goûts : Elle aime l'hydromel (et tient plutôt bien), le vent (un moulin sur sa route et la voilà qui rêvasse), la mer, la viande, les hommes qui savent lui tenir compagnie comme il se doit, l'ambiance mouvementée de la ville.
Par contre elle abhorre les personnes prétentieuses, hautaines et surtout nobles.
La stupidité l'exaspère mais sans provoquer colère ou apitoiement, elle va plutôt couper court à la conversation.

Son point de vue sur la religion, les invocations et les dieux :Sa mère était issue d'un milieu précautionniste avant d'épouser le père de Solveig. Ce dernier ne perdant pas un instant pour faire part de sa vision du monde, aux tendances plutôt indifférentiste. La verve de son père a déteint sur ses enfants, aussi bien que Solveig n'a que faire des Dieux. Ceci sans pour autant les haïr, s'ils n'avaient pas décidé de punir les invocations elle-même ne serait pas là, n'est-ce pas ? Autrement dit, leurs affaires concernent les invocations uniquement et le comportement des humains est certainement le cadet de leur soucis. La chasse fait partie de la vie de sa famille, si les Dieux n'avaient pas voulu qu'on touche à leurs animaux il ne nous auraient pas fait aimer la viande. Voilà son raisonnement.
Par contre en ce qui concerne les invocations, son père a toujours considéré la sienne comme son compagnon de fortune, son ami. Un être à part entière. Contrairement aux Dieux, eux ils sont bien là, et autant dans les bons que les mauvais moments. La tradition veut que les membres de la famille prenne une invocation de type air. Et c'est bien ce qu'elle compte faire. Avoir un compagnon de route en qui on peut placer toute sa confiance est une chose inestimable dans un monde de tromperies.



III) Physique

Visage : D'une forme globale ovale, avec une mâchoire étroite mettant en avant ses lèvres charnue et naturellement rosée. Son nez est droit et court, lui donnant un air quelque peu juvénile.

Yeux : vert pâle, toujours un peu plissés qui lui donne un regard perçant. Avec des cils naturellement noirs.

Cheveux : roux comme son père, dégradés arrivant aux épaules et toujours décoiffés. Son instinct lui dit de les couper plus court mais sa féminité la pousse à garder une certaine longueur. Elle les garde quasiment toujours détaché, hormis si une tâche s'avère ardue ou qu'elle perd patience. Elle les attache alors en chignon mal dégrossi avec des bosses, et des mèches prête à sortir au premier mouvement.

Taille : petite pour une fille du nord, elle mesure tout juste 1m64. C'est quelque chose qu'elle a du mal à gérer quand elle se retrouve face à des gens plus grand qu'elle (ce qui arrive souvent), elle est plus vite irritable.

Poids : 58 kg

Silhouette et style vestimentaire : Elle porte quasiment de façon exclusive son simili d'armure en cuir. Très peu versé dans les dentelles et compagnie, elle préfère dépenser son argent dans la nourriture, ou les jeux, ou encore sa famille. Pour compenser sa petite taille, elle utilise des bottes de marches lui faisant facilement gagner 5 cm. Lors de ses voyages, elle porte ses affaires dans un sac ressemblant à un baluchon qu'elle attache en bandoulière sur sa poitrine. D'une morphologie type « sablier », sa silhouette reste athlétique et peu mise en valeur par son habit de mercenaire.



IV) Vie

Famille :  

  • père : Bjørn (pirate)
                 
  • mère : Frea (fermière) 
                 
  • frère aîné : Eirik (31 ans, pirate)
                               
  • frère cadet : Kjetil (29 ans, berger)
               → marié avec Indra et père de deux fils (Sven, 3 ans et Ivar, 1 ans).
                 
  • frère benjamin : Baldur (22 ans, berger à ses heures perdues et le reste du temps artiste incompris)


Histoire :  

     Une femme sortie de la grange, visiblement agacée, un seau d'eau vide tenu d'une manière désinvolte. Au détour d'une ruelle, trois têtes sortirent lentement de leurs cachettes. Ah non, quatre. Le petit dernier, suivit le mouvement de ses aînés bien qu'en décalé. Chacun des quatre garnements avait maintenant une vue parfaite sur la scène du crime. À mieux regarder, la femme qui semblait être le sujet d'attention était complètement trempée. Furieuse, elle jeta le seau au sol avant de prendre la route menant au village d'un pas déterminé.
Solveig pris la main de son petit frère et coururent après la femme en riant, tandis que ses deux frères aînés prenant un air plus décontracté descendaient tranquillement pour rejoindre les deux jeunes.
Un sourire en coin se dessina sur le visage d'Eirik, le jeune homme de 17 ans au visage plus si enfantin que cela, regardait d'un œil dur le départ de cette femme qu'il exécrait. Pas pour sa personne, mais pour ce qu'elle représentait. L'absence totale de confiance que pouvait placé sa mère en lui. Il gardait pourtant constamment sur lui, une pochette avec deux graines maléfique et quelques orbes de fugue, tout comme elle par ailleurs. Toujours prêt au cas où un monstre face une soudaine apparition. Et pourtant, elle le considérait incapable de s'occuper des plus jeunes, et il lui prouverait ses torts. Kjetil, de deux ans son cadet, était d'une nature plus encline à accepter les aléas de la vie. Il suivait Eirik comme son ombre et ne parlait pas souvent, son comportement taciturne avait tendance a provoquer une certaine angoisse chez leur père. Quand celui-ci se décidait à rentrer sur la terre ferme, ce qui n'arrivait pas souvent ces dernier temps.
Eirik était leur capitaine, et les trois enfants lui étaient dévoués corps et âmes. Aussi bien que rien ne les arrêtait. Réellement. Rien ne les arrêtait jamais !
Toujours main dans la main, Solveig ne lâchait pas son petit frère qui avait fêté ses 8 ans peu de temps auparavant. Ils dansaient tous les deux dans la flaque formée à l'endroit où se tenait, quelques minutes plus tôt, la femme supposée les surveiller en attendant le retour de leur mère du marché.
Les rires étaient tellement forts, qu'elle ne put s'empêcher de se retourner outrée. Une bande de sauvage, voilà l'image qui lui resta avant qu'elle ne s'engouffre suffisamment loin dans le village pour ne plus apercevoir les sales garnements. Cette fois était la dernière fois qu'elle supporterait un tel outrage, elle en avait fini de rendre service à cette pauvre Frea. Leur situation à la sortie du village avait beau rendre le lieu plus dangereux, susceptible d'être victime d'attaques... Mais ce n'était qu'une supposition, leur maison bénéficiait autant de la sécurité du village que les autres. Elle balaya ces pensées, craignant l'apparition de remords, aussi rapidement qu'elles étaient apparues. Tout en marchant elle eut un frisson dans le dos. Ce devait être le vent glacé de la montagne mordant sa peau mouillée, ou bien la pensée d'élever seule quatre mômes de cette sorte tandis que le mari vit ses aventures de marins d'eau douce. L'un ou l'autre, elle voulait bien le croire mais sa pitié avait été vidée, usée puis asséchée. Elle ne remettrait plus les pieds là-bas pour une telle corvée. Un autre frisson lui parcourut l'échine, elle décida de hâter le pas pour regagner sa demeure avant d'attraper la mort dehors.
Eirik venait de lancer un nouveau défi. Le premier à monter sur le toit de la grange gagnerait le droit à une leçon particulière sur la traque de sa part. Solveig lâcha la main de Baldur, les trois enfants se regardèrent de leur regard le plus sérieux. Au signal, ils étaient déjà les uns sur les autres. Solveig poussa Baldur dans la flaque, avant de s'y faire pour pousser à son tour par Eirik, éclaboussant de nouveau le plus petit et un peu Eirik qui souriait amusé. La petite fille se redressa vivement et du haut de ses 12 ans se jeta sur les jambes de son frère pour le tacler. Kjetil se retrouva la tête dans la boue Mais se reprenant vite, il donna un coup de pied dans le ventre de sa sœur pour la faire reculer et lâcher prise en même temps.
Baldur sembla hésiter un instant, puis prenant son courage à deux mains, courut sans se retourner vers la grange. De ce fait, il ne comprit pas tout à fait comment il avait pu se retrouver dans une motte de foin.
Kjetil était à présent en première position, il s'était libéré de Solveig et avait dégagé Baldur de son chemin. Il avait gagné, il ne lui restait qu'à prendre l'échelle et le tour était joué.
C'était sans compter sur la persévérance de sa petite sœur. Elle le regardait avancer sans rien faire, légèrement accroupie. Eirik s'avança vers elle pour voir ce qui n'allait pas. Abandonner ne lui ressemblait pas, surtout pour un après-midi avec son grand frère préféré. Il se sourit à lui-même à cette pensée, content de lui, mais la demi-seconde perdue à cause de son narcissisme permit à la petite fille d'esquiver son geste protecteur.
Elle ne s'était même pas rendu compte de son approche pour être tout à fait exacte. Aussi prompte qu'un félin en chasse, elle prit un sprint vers Kjetil qui allait rentrer dans la grange et avec son élan sauta sur son dos. La surprise générale ne la déstabilisa pas, son premier mouvement réussi elle suivit son élan pour rebondir sur la porte ouverte.
C'est à ce moment qu'elle faillit perdre l'équilibre, quand la porte s'ouvrit en grand suite à son impulsion soudaine et brutale. Mais elle ne resta pas longtemps dessus, déjà elle sautait de nouveau en s'accrochant au toit de chaume. Ses pieds battirent dans le vide un instant qui parut une éternité, la vision de sa chute la hanta jusqu'au moment où elle réussit enfin à se tirer vers le sommet.
Les deux garçons la regardait alors qu'elle levait les bras en l'air en signe de victoire. Cela faisait un moment qu'elle n'avait pas gagné à l'un de leurs jeux. Son rire victorieux résonnait jusqu'à Eirik, soulagé que sa petite sœur soit toujours égale à elle-même. Le regard de la jeune fille laissa les perdants pour se perdre plus loin en cherchant celui de leur chef de bande, mais au lieu de trouver la récompense elle tomba sur une épine. Son sourire s'effaça pour laisser place à une certaine appréhension. Eirik se retourna, surprit par ce changement soudain de comportement, et tomba nez à nez avec son père.
Ce dernier s'arrêta à sa hauteur, eut un regard vers Solveig couverte de boue sur le toit de chaumes, Kjetil et Baldur juste en dessous mais tout aussi sales et stupéfaits. Il haussa un sourcil, cela allait bientôt faire un an qu'il n'avais pas mis pied à terre, et cet accueil distant lui faisait sentir que c'était trop long. Il s'avança vers Eirik et lui posa son chapeau de capitaine sur la tête en souriant. Le jeune homme leva le menton, son visage arborant un sourire en coin plutôt fier. Son sifflement fila dans l'air jusqu'au trois garnements qui reprirent d'un coup tout leur entrain. Un peu trop peut-être d'ailleurs. Après un saut sur place pour exprimer sa joie de revoir son père, Solveig se souvint malheureusement trop tard de l'endroit où elle se tenait. Cela, avant de chuter à travers le toit.
Bjørn haussa de nouveau un sourcil, cracha son tabac à chiquer puis avança calmement vers la source de tout ce vacarme. Eirik semblait hésiter entre se ruer auprès de sa sœur et agir posément comme son père, à force d'hésitation il finit par suivre l'attitude de Bjørn, un peu par défaut. Tandis que les deux hommes avançaient d'un pas lent, les deux garçons déjà présent sur les lieux se trouvaient auprès de la petite fille. Un râle tout juste audible venait de la mangeoire. Tel un zombie Solveig se releva pour voir ses deux concurrents, prêt à la piquer du bout d'un bâton pour vérifier si elle était toujours en vie. Une douleur fusante lui traversa le crâne, lui arrachant au passage une grimace, mais cette grimace de douleur se transforma assez vite en grimace de dégoût. Son corps, ses cheveux, tout était maintenant empreint d'une pâtée immonde et de l'odeur allant avec. Les deux garçons étaient partagés entre l'horreur de la chute et le rire provoqué par la situation. Kjetil en tant qu'aîné des trois s'avança vers elle.
      - Attends ! Ne bouge pas. Il faut vérifier que tu ne saignes pas.
Avec une grimace identique à celle de sa sœur il souleva la pâte qu'était devenue ses cheveux et rapidement vérifia sa tête et le reste. Comme rien ne semblait plus grave que de gros bleus, il se mit à rire en replongeant la fillette dans la mangeoire avant de se lever. Baldur tenta de l'imiter mais par manque de force se retrouva à son tour dans la mangeoire.
      -Hey Baldur, qu'est-ce que tu dirais de rendre la situation plus équitable ?
Solveig et son petit frère échangèrent un regard entendu, avant de se tourner vers le seul autre occupant de la grange encore « propre ». Les mains pleines, la bataille commença. Quand les deux hommes arrivèrent enfin à l'intérieur, les trois enfants avaient eu le temps de passer à l'étape suivante. Devant eux se tenaient trois tas de pailles enchevêtrées dans une pâte répugnante. Ils souriaient. Mais à ce moment, personne à part eux-même ne le savait.
Bjørn se massa les sourcils puis frappa dans ses mains comme s'il venait d'avoir une idée lumineuse.
      - Tous à la rivière.
D'abord stupéfait ils ne dirent rien, puis comme venus de nulle part un ouragan de mécontentements détonna dans la grange. Les trois enfants parlaient en même temps, tandis qu'Eirik riait dans sa barbe pour ne pas perdre de sa superbe.
      - Non ! Pas la rivière, elle est glacée ! S'écria Solveig les yeux écarquillés devant un destin qui lui paraissait inacceptable.
     - Non non non non !!!! Non non on euh... ? Commença Baldur avant de se demander pourquoi pas en fait.
     - Père ! Laissez nous chauffer de l'eau, nous allons tout nettoyer ! Je vous le promet ! Tenta Kjetil, persuasif.
Impassible devant ce spectacle, et surtout ne comprenant pas un seul mot de ce capharnaüm, Bjørn prit Kjetil et Solveig par le col, les traînant sans problème vers la rivière malgré la résistance des deux jeunes. Eirik fit signe à Baldur de le suivre d'un signe de tête, et ce dernier opina docilement du chef avant de le suivre.

Le soir arriva enfin. Leur mère, Frea, s'occupait avec une force étrange du repas. Bjørn et Eirik discutaient tranquillement, parfois laissant exploser un éclat de rire ou deux. C'est lors d'un de ces derniers que les trois plus jeunes firent leur entrée dans la pièce commune. Par ailleurs la seule pièce de la maison. Une pièce rectangulaire assez longue, avec un âtre proche de l'entrée au-dessus duquel était suspendue la marmite contenant le repas, un peu plus loin se trouvait armoires de rangement et la table où la famille prenait ses repas, et enfin au bout se trouvait un lit double ainsi qu'une échelle menant à une mezzanine de mauvaise facture, où se trouvait une couchette assez large. À l'arrivée des trois jeunes, Frea poussa un soupir qui n'échappa pas à son mari. Il fit signe à Eirik que leur conversation venait d'être écourtée. Il se faufila dans le dos de sa femme, l'enserrant tendrement, et glissant au passage quelques mots à son oreille. Ce temps faisant, les trois enfants allèrent s'asseoir aux côtés d'Eirik à table.
      - Enfin finit ! J'en peux plus, j'ai mal partout ! Déplora Solveig blasée.
      - En même temps t'as fait une sacrée chute. C'est même étonnant que tu puisses encore marcher. Fit remarquer Eirik.
      - Peut-être, mais j'ai gagné. Rappela la fillette d'un air malicieux.
      - Tu ne penses que tu devrais partager ta victoire avec moi ? Si je ne t'avais pas servi de tremplin, tu serais restée au sol, à patauger dans la boue ! Ajouta Kjetil en lui donnant un coup d'épaule, un sourire moqueur sur le visage.
       -  On dirait qu'on a un mauvais perdant par ici, au final celui qui pataugeait, c'était toi ! Se moqua Solveig en ébouriffant les cheveux de Kjetil.
       - Moi aussi je voulais gagner ! Lança Baldur pour se mêler à la conversation.
      - La prochaine fois sûrement. Lui dit Eirik avec tendresse en lui caressant gentiment la tête.
Un bruit sourd attira l'attention des quatre enfants, Bjørn mâchait son tabac le regard rivé vers le feu, tandis que Frea semblait reporter une quelconque frustration sur le repas. Elle prit une grande inspiration, et marcha droit sur Eirik pour lui faire face.
        - J'ai croisé Ida sur le chemin du retour.
L'allusion à la femme qui les surveillait provoqua la naissance d'un rire commun parmi les enfants, un seul regard d'Eirik suffit à faire taire l'assemblée. Le silence revenu, il se tourna vers sa mère sans rien dire. Elle continua.
       - Elle ne veut plus revenir en mon absence. Je ne sais ce que tu lui as fait, mais je vais devoir trouver quelqu'un d'autre pour vous surveiller, et c'est la seule personne qui voulait bien le faire contre une bouteille de lait de nos chèvres ! Tu sais qu'on ne peut pas se permettre de dépenser notre argent n'importe comment, qu'est-ce qu'il t'est passé à l'esprit ? Demanda Frea, son ton relevant plus de l'inquiétude que de la colère.
      - Tu pourrais peut-être commencer par me faire confiance, ça éviterait de jeter l'argent par les fenêtres. Ajouta Eirik avec un calme discordant en rapport de son visage empourpré par la colère.
     - Comment veux-tu que je te fasses confiance ? Tu as 17 ans et tu te comportes comme si tu en avais 10 ! À chaque fois que je vous laisse entre vous, tu trouves le moyen de mettre en danger les plus jeunes !
Cette dispute avait son entrée dans le quotidien de la famille depuis quelques mois déjà, les mêmes arguments dits et redits sans jamais voir une fin possible. Mais ce soir là, c'était spécial. Une personne de plus se trouvait dans la pièce. Une lueur d'espoir dans les yeux, Bjørn sentit bien vite trois regard se braquer sur lui. Et de son attitude naturellement désinvolte, il posa sa main sur l'épaule de Frea avec douceur.
      - Il est adulte Frea, tu ne peux pas continuer à le considérer comme un enfant.
Stupéfaite, elle dut prendre un court instant pour pouvoir répondre.
     - Adulte ? Un adulte ne fait pas ce genre de bêtises Bjørn !
     - Qu'est-ce que ça fait de moi alors ? Avec ce raisonnement tu n'iras pas loin.
     - Je ne comprends pas pourquoi tout nos enfants te ressemblent autant. Tu es le pire d'entre eux.
Le visage de Bjørn se fit plus dur.
     - Peut-être bien. En attendant, Eirik prend soin des ses frères et sœur et il est assez grand pour savoir de quoi ils sont capable ou non.
     - On est capable ! Se sentit obligée d'ajouter Solveig pour éviter tout doutes sur ses capacités.
Baldur opina du chef avec entrain à cette dernière affirmation, bien qu'ils furent complètement ignorés par les deux principaux protagonistes de cette conversation.
       - La vie ne leur fera pas de cadeaux Frea, tu le sais. C'est une bonne chose qu'ils s'y préparent.
       - Ce n'est pas une raison pour les élever comme des brigands !
Il frappa durement du poing sur la table, faisant sursauter l'assemblée.
      - Je les élève comme des hommes et femme libres, Frea ! Rugit Bjørn.
Puis se relevant pour marcher quelques pas, il finit par ordonner aux quatre enfants « mangez. » avant d'emmener Frea avec lui dehors pour continuer la conversation. Ils restèrent interdits un instant les yeux rivés sur la porte à guetter chaque éclat de voix. Puis assez vite Frea ouvrit la porte. La mine las, elle passa devant la table levant péniblement les yeux vers ses enfants.
- Tout ce que je souhaite c'est de vous voir grandir en personne honnête et responsable. Ne serait-ce qu'un seul d'entre vous...
Elle secoua la tête négativement, portant la main à sa bouche comme pour étouffer ses pleurs. La petite fille voulut la rejoindre pour la réconforter, mais son nom claqua dans l'air. Un frisson lui parcourut l'échine tandis qu'elle se retournait pour faire face à son paternel, toujours de mauvaise humeur. Il balança cinq cadenas sur la table, renversant son bol au passage.
       - Ils ne sont pas ouvert, Solveig. Ajouta Bjørn sur un ton sévère.
La petite fille se tordait légèrement, brûlée par le bouillon renversé sur ses vêtement. Elle prit le temps de pousser le petit Baldur en direction de leur mère avant de répondre.
      - Ils sont trop durs ! Je n'y arrive pas ! Gémit la petite fille.
Le patriarche jeta un regard noir à la jeune fille puis se tourna vers les deux garçons restant.
      - Eirik, Kjetil. Vous allez vous entraîner au combat à l'épée dehors. Je vous superviserais.
Puis posant de nouveau son regard sur la fillette.
      - Personne ne va se coucher tant que Solveig n'a pas crocheté ces verrous.
      - Noooon..... se lamenta la petite les larmes aux yeux.
Pour seule réponse à ses gémissements, elle eut droit à un regard dur comme la pierre. Voyant que cela ne menait nulle part, elle essuya ses larmes, lançant un regard de défi à son père tout en ramassant la serrure la plus proche. Bjørn lui adressa alors un sourire, et vint lui frotter affectueusement la tête avant de sortir à la suite des garçons.
Motivée, Solveig s'attarda à sa tâche avec beaucoup d'ardeur. Mais parfois, la volonté ne suffit pas. Le soleil commençait à se lever qu'elle était toujours en train d'essayer de déverrouiller sa troisième serrure, et sans compter cette dernière, il lui en restait encore deux à travailler. Quand elle réussit enfin à ouvrir sa troisième, elle eut un rire jaune avant de poser sa tête sur la table pour une petite sieste. Dehors les bruits de collision des épées en bois s'étaient faits rares, pour ne plus se faire du tout.
Quand le soleil fut assez haut, Frea sortit du lit sans réveiller le petit Baldur qui avait passé la nuit avec elle. Elle posa un châle sur ses épaules et prit la direction de la porte pour profiter de la fraîcheur du matin et se rafraîchir le visage. Sur son passage elle découvrit sa fille, étalée de tout son long sur la table à manger, à dormir d'un sommeil lourd agrémenté de ronflements plus ou moins rauques. Frea soupira et déposa son châle sur l'enfant au ventre découvert, avant de poursuivre sa route vers l'extérieur. Le soleil éblouissant la força à couvrir sa vue le temps que celle-ci s'adapte, ce qui par conséquent, l'empêcha de voir proprement ce qui se trouvait à ses pieds. Elle trébucha sur Kjetil, manquant de peu de tomber sur ce dernier. Les deux garçons étaient étalés au sol, dormant paisiblement couvert de poussières. Ce spectacle lui fit hausser les sourcils, et d'un geste rapide tourna la tête pour trouver Bjørn. Il ne l'avait pas rejointe cette nuit. Mais il ne lui fallut pas chercher longtemps. Un ronflement sonore attira son attention vers le banc à l'entrée de la maison. Elle n'y avait pas fait attention en sortant, il était assis les bras croisés, les jambes tendues, et la bouche ouverte avec un filet de bave luisant à la lueur du soleil. Avec un petit rire cristallin elle s'approcha de son homme endormi, et lui posa un doux baiser sur le coin des lèvres.
       - Je vis avec une bande d'idiots...

Cela faisait bientôt trois semaines que Bjørn était à la maison. Les jours se succédaient avec chacun leur lots d'aventure, dans le bois, la montagne, les moments de traque, de combats et la leçon spéciale de furtivité pour Solveig. Leçon spéciale qui faisait jalouser le petit Baldur, qui souhaitait tout autant une attention particulière, alors que les deux garçons plus âgés avaient une nette préférence pour la force brute à la discrétion.
Tout cela dans le but de les préparer au défi du temple de l'air, et de savoir se débrouiller seul, si cela devenait nécessaire aussi évidemment. Le lendemain de l'arrivée de Bjørn, les enfants beuglaient pour qu'il invoque Skoll, chose qu'il ne pouvait faire constamment, étant donné que le loup blanc supervisait son navire en son absence. Cela dans le but unique de passer un peu plus de temps avec sa famille, et Skoll avait de toute façon l'habitude de s'occuper de ce genre de chose en tant que second d'un capitaine lunatique.
Mais aujourd'hui était différent. Bjørn avait expédié les enfants en ville pour profiter d'une journée seul avec Frea. Habitués à s'occuper d'eux-même, cette nouvelle ne les affecta pas plus que ça. Une fois seuls dans leur coin secret au sein de la grange, Eirik se tourna vers Solveig.
     - Il est temps que tu reçoives ta récompense.
Kjetil eut un sourire en coin, acquiesçant d'un signe de tête, mais Solveig était perplexe. De quoi pouvait-il bien parler ? Mais l'idée de recevoir une récompense balaya ses questions aussi rapidement qu'elles étaient apparues, et après un haussement d'épaules, un sourire béat fit son apparition sur le visage de la fillette. La suite de réactions muettes de sa sœur l'inquiéta, mais il décida de faire comme s'il n'avait rien vu.
      - Vu qu'on a fait pas mal de traque, je pensais donc te donner ta première leçon... De vol-à-la-tire !
Une sensation d'excitation monta à la tête de la petite fille. Sa première expérience sur le terrain.
      - C'est une leçon dangereuse, l'échec n'est pas acceptable. Continua-t-il. Mais, tu as fait tes preuves. Et tu sais quoi ? C'est notre père qui a donné l'aval !
Cette nouvelle l'enchanta plus que tout, il avait donc enfin reconnu ses capacités.
      - Qu'est-ce qu'on attends ? Demanda Solveig pleine de malice.
Excités comme des puces, les quatre enfants sortirent de leur repaire pour descendre en ville. C'était le jour du marché au village, la place était pleine à craquer. Armée d'une petite lame affûtée quasiment invisible, Solveig se faufila dans la foule et coupa deux cordons avant de rejoindre ses trois frères à l'ombre d'une rue déserte. Elle les avait quitté encore fillette et les avait rejoint femme. Avec un rire quelque peu similaire à celui de leur mère. Après s'être assurée que personne ne regardait, elle plongea les mains dans son décolleté pour en sortir deux bourses pleines de tsuris, retrouvant ainsi son apparence de petite fille. L'excitation était à son comble.  Ils avaient envie de voir le spectacle et pas seulement le résultat. Cette fois-ci la fillette s'attaqua à leur goûter. D'un pas décidé elle s'avança vers le stand de fruits et légumes.
La première fois le gérant s'occupait de clients à l'opposé du stand, importunément deux pommes glissèrent dans les pans de la chemise de Solveig. Invisible puisque recouvert d'une veste en peau un peu large. Elle eut juste le temps de fourrer la deuxième que le marchand s'avança vers elle. De loin les garçons retenaient leur souffle, elle venait de se faire prendre ? Pourquoi souriait-elle ? Ils observaient, prêts à agir au cas où cela tournerait mal. Mais avec une toute l'innocence du monde, Solveig continuait de pointer des objets sur le stand, posant visiblement plein de de questions auxquelles le marchand s'empressait de répondre avec diligence. Et dès que son attention était suffisamment détournés, ceux à l’œil avertis pouvaient observer l'autre main de la fillette dérober ce qui se trouvait près d'elle. Après un au-revoir vigoureux, elle se mêla à la foule pour que le marchand perde tout contact visuel avec elle avant de rejoindre ses frères. Arrivée près d'eux, elle leur adressa son regard habituel plein de défi, avant de s'enfuir sans les attendre vers une ruelle suffisamment éloignée pour savourer son butin en paix. Les enfants partirent dans des éclats de rires pour aller se poser à l'ombre, loin du vacarme de la place. Solveig souleva sa chemise laissant les pommes rouler au sol. Il y en avait quatre au total, une chacun. Elle les jeta une à une vers leur destinataire mais dû s'arrêter à la troisième. Il n'y avait personne pour la recevoir. Son sourire disparu, la pomme tomba à nouveau au sol. Le changement brutal de comportement alerta les deux autres garçons. Où était passé Baldur ?! L'adrénaline monta dans le sang des trois enfants en flèche, il n'était pas là. Le cœur battant la chamade, la vision troublée par une anxiété croissante, ils avaient couru le chemin inverse, au cas où le petit bonhomme serait tombé et resté à attendre qu'on vienne le chercher. Mais au lieu de le retrouver assis sagement, c'est le vacarme qui avait à présent lieu sur la place du village qu'ils trouvèrent. Solveig tenait compulsivement la main d'Eirik, effrayée de ce qui était en train de se passer, effrayée par ce sentiment que Baldur en était la cause. Les deux garçons pressentaient la même chose, mais ne voulant pas alarmer davantage leur petite sœur, faisait de leur mieux pour ne rien laisser paraître. Autrement dit, ils n'étaient pas très convaincants. La milice du village s'était réunis autour d'un stand, mais impossible de voir lequel, et surtout impossible de voir pourquoi. Eirik donna la main de Solveig à Kjetil.
     - Je vais voir ce qu'il se passe, restez ici et ne faites rien de stupide.
Il partit sans attendre de retour, les deux enfants laissés derrière s’entre-regardèrent et d'un air entendu partirent à sa suite.
     - C'est lui qui est stupide ! S'écria Solveig.
Plus ils se rapprochaient, plus ils regrettèrent d'être jamais venue en ville, et plus les pleurs de Baldur se faisait entendre. Ils étaient maintenant aux premiers rangs du spectacle donné par la milice, trois gardes, un faisant chauffer sa lame à blanc, les deux autres tenant chacun fermement un bras du petit garçon, sous le regard haineux de l'antiquaire du village. Vieil homme aigri, plein de dégout à l'égard de ses contemporains, et en particuliers des enfants d'un homme méprisable qui lui avait fait perdre une cargaison inestimable. Mais cela, les enfants l'ignoraient, pour eux c'était juste l'ancêtre du village. Baldur s’aperçut de la présence de ses frères et sœur, statufiés d'horreur. Ses pleurs redoublèrent, tant bien qu'il ne put articuler proprement ce qu'il voulait avouer. Qu'il rêvait lui aussi de faire comme eux.
    - Laissez le ! Beugla Eirik, ramenant de ce fait Kjetil et Solveig sur terre.
Il se fit toiser de haut par les gardes, provoquant un certain rire chez l'assemblée. Ivre de rage, il fonça tête baissée sur l'un des garde retenant son petit frère, prenant par surprise autant autant la foule que le garde en question, qui tomba au sol sous son poids. Avant que l'autre garde n'ait eu le temps de sortir son épée du brasier, un quatrième sortit de la boutique et donna un violent coup de pied dans la tête d'Eirik. Voyant que les deux autres enfants encore debout comptaient se mêler à cette affaire, et ainsi ruiner le spectacle, la foule s'agrippa aux deux enfants suffoquant sous la force de la masse. Le garde poussé à terre s'était maintenant relevé, releva avec lui Eirik, la bouche en sang. Le quatrième continua de boxer l'aîné des enfants sous les yeux de tous, et après lui avoir décoché une dernière droite dans l'estomac, fit signe à l'homme portant l'épée incandescente de s'approcher. Il prit l'épée, et plaqua la lame sur la partie gauche du visage d'Eirik, lui arrachant un hurlement de douleur tandis que la chair brûlait sous l'épée. Vidé de toutes ses forces, il tomba comme un sac sur le sol quand le garde le lâcha. Kjetil et Solveig criaient de désespoir, incapable du moindre mouvement, tandis que leurs frères se faisaient mutiler sous leurs yeux. D'un pas lent le garde qui venait de brûler le visage d'Eirik s'avança vers Baldur qui avait défailli. Aussi docile qu'un corps sans vie, sa main fut avancée sur un rondin improvisé.
    - Voilà ce qui advient à l'engeance de la racaille ! Beugla le vieil homme avant de se reculer pour mieux apprécier l'ensemble du spectacle.
Le garde fit face à la foule.
     - Voilà ce qui advient quand on s'attaque à la justice.
Il montra, de la pointe de l'épée, le corps convulsé de douleur d'Eirik.
     - Et voici ce qui advient lorsqu'un voleur se fait prendre.
Sa lame monta haut dans le ciel, chaque personne présentes retenait son souffle.
     - Noooooooooon !!!!!!!!!! S'écrièrent Kjetil et Solveig désespérés, le visage trempé de larmes.
Et la lame s'abattit sur le rondin.
Le soleil arrivait en fin de course, l'après-midi était fini. Alors où étaient-ils, ces fichus garnements ? Bjørn haussa un sourcil comme à son habitude, Frea commençait déjà à préparer le repas, dépeçant la proie ramenée par son mari. Il ne manquait que les enfants. Mais où étaient-ils bon sang ?!
Il commençait à tourner en rond, puis finit par descendre la route menant au village. Il n'eut pas le temps d'aller bien loin, déjà il les apercevait arriver. Mais quelque chose était différent. Il fronça les sourcils dans un premier temps, puis son visage pris une expression plus noire que jamais. Eirik avançait avec beaucoup de mal, une bande écarlate lui traversant en longueur le visage, l’œil gauche aussi blanc que celui d'un aveugle, et soutenue par sa petite sœur en pleur, prête à s'effondrer à tout moment. À côté d'eux se trouvaient Kjetil, tenant fermement Baldur dans ses bras, ce dernier toujours inconscient. Un loup immense dont le pelage semblait fait d'air apparu aux côtés de Bjørn, et l'instant d'après, se trouvait devant les enfants pour les ramener au foyer.
Entendant les pleurs de Solveig, Frea accourut dehors. Quand la réalité de la situation lui apparut enfin, elle poussa un cri foudroyant mêlant rage et désespoir. Elle se tourna vers Eirik, prête à le blâmer pour l'horreur arrivé à son fils, mais avec sa face brûlée elle manqua de ne pas le reconnaître. Brisée, elle tomba à genoux serrant de toutes ses forces son petit dernier dans ses bras.
Une heure passa, laissant le temps à Eirik de reprendre pied dans la réalité, Frea était sur la mezzanine avec Baldur, Solveig sur l'échelle recroquevillée sur elle-même, tandis que Kjetil fit le compte rendu des événements à Bjørn.
Ce dernier se leva, donnant au passage de violents coups de pieds dans tout les objets se trouvant à proximité.
     - Cette ordure !
Il fit signe à Skoll de s'approcher.
     - Rassemble les hommes, il est temps de faire ce qu'on fait de mieux. Retrouvez moi sur la plage.
Skoll disparut aussitôt pour rejoindre le navire le plus vite possible. Eirik se leva et avança vers la porte, son expression similaire à celle de son père, sinon pire à cause de sa brûlure.
     - Je t'accompagne. Ajouta-t-il avant de sortir.
     - Moi aussi. Ajouta à son tour Kjetil, toujours accablé par l'impuissance dont il avait fait preuve plus tôt.
Bjørn hocha la tête en signe d'acquiescement, et sortit à son tour. Mais avant qu'il ne put s'éloigner de la maison, Solveig sortit comme une furie pour les rejoindre.
    - Attendez moi ! Je veux me battre aussi ! Je veux... Je veux défendre ma famille !
Kjetil fut ému par ces mots, ressentant la même chose, mais les deux autres hommes n'affichèrent aucune compassion devant ce spectacle. Eirik se contenta de fixer la direction du village, une haine farouche dans le regard, tandis que son père s'approcha pour donner ses instructions.
       - Skoll va revenir, il te dira quoi faire. Prends soin de ta mère et de ton frère, je te fais confiance. Alors ne me déçois pas.
Il se retourna pour emmener ses deux fils encore debout vers le lieu de rendez-vous.
Solveig resta dehors, les yeux rivés vers l'ombre que dessinait le village au loin dans le soleil couchant. Si elle se concentrait assez fort, elle était persuadée de pouvoir entendre l'éclat des armes s’entre-choquer et les cris des paysans effrayés. Elle ne savait plus ce qui était bien de ce qui ne l'était pas, tout ce qu'elle savait c'était que des personnes devait payer pour ce qu'elles avaient fait.
Skoll interrompit son flot de pensée, séchant ses larmes dans un grand effort, elle fit face au loup avec une volonté nouvelle.
    - Skoll !
Il posa son regard sur la fillette devenue d'un coup plus femme, et lui dit sans attendre plus.
    - Bjørn veut que tu prépares le traîneau. Prends des provisions, des couvertures. Installe ta mère et ton frère dessus. Attache les animaux pour qu'ils nous suivent. Nous devons quitter les lieux quand nous verrons la fumée s'élever dans le ciel. Je vais chercher le traîneau, prends ce qui est nécessaire.
Elle opina du chef et courut à l'intérieur. Elle collecta tout ce qu'elle put dans le temps imparti, nourriture, vêtements, couvertures, quand Skoll lui indiqua que le signal était là.
Elle fit de son mieux pour accélérer le mouvement de sa mère jusqu'au traîneau, les clameurs mécontentes se faisaient entendre plus proche de la chaumière à présent. Certaine que le traîneau soit bien attelé au loup, Solveig grimpa sur le dos de ce dernier qui s'empressa de se mettre en route vers la montagne. Elle se retourna, le village brûlait, mais plus proche se tenait une petite flamme. Ida se tenait à côté de la chaumière, une torche à la main. La fuite du traîneau ne lui laissait aucun doute quand au fait que la maison était vide, mais peu lui importait.
      - Maudit soit cette famille ! Et elle jeta la torche sur le toit, laissant le tout s'embraser en quelques secondes. Le vent ne soufflait pas aujourd'hui, et le bois fut épargné, mais la chaumière ne laissa que des ruines derrière elle. Le village subit des dommages assez importants, mais l'incendie fut assez vite maitrisé après le départ des pirates. En fin de compte, il y eut 5 morts, une trentaine de blessés et la maison de l'antiquaire incendiée, l'endroit même où les 5 corps furent retrouvés. Les pertes matérielles, quant à elles, ne furent pas rendus publique.

Quatorze années passèrent après ce drame.
Baldur s'était enfermé dans un mutisme dépressif, Frea avait renié définitivement Eirik, ce dernier et Bjørn n'avait jamais remis le pied au sein de leur famille. Skoll avait emmené la troupe jusque l'ancienne maison de Frea dans la montagne, jusqu'alors abandonnée. La vie avait lentement recommencé à suivre son cours, quand subitement Skoll disparut. Ce n'est que deux ans après l'emménagement que Kjetil arriva avec des nouvelles. Le soir de l'incendie, Bjørn avait emmené Eirik et Kjetil commencer leur apprentissage à bord du navire. Eirik n'était plus le même et s'était rapidement fais une place dans l'équipage. À la façon dont le jeune homme décrivait ces faits, on pouvait sentir que contrairement à son aîné, Kjetil restait étranger aux joies de la piraterie. Il était revenu sur terre dans le but unique de trouver son invocation au temple de l'air. Eirik avait trouvé la sienne quelques jours après son début dans la piraterie. C'est en route vers le temple de l'air que Kjetil rencontra Indra.
Aujourd'hui, 12 ans après leur rencontre fortuite, ils se retrouvent mariés avec deux enfants. Indra vivait de son travail de bergère et avec l'accord des résidents actuels s'est installée avec son commerce et son savoir dans la maison de Frea. Les jours furent beaux à nouveau. Et lorsqu'elle mit au monde ses deux fils Sven et Ivar, on se serait presque crut au temps la famille était encore entière.
Contrairement à leur père et leur frère, Kjetil ne put garder cette colère qui les animait. Rencontrer Indra fut la meilleure chose qui lui arriva depuis son départ, et petit à petit, il fut reconvertit en berger, comme sa moitié.
Le soleil était haut aujourd'hui, Solveig venait tout juste de revenir d'une de ses expéditions terrestres, rapportant provisions et vêtements pour l'été à venir. Après avoir embrassé sa mère, ses neveux et salué Indra, elle partit rejoindre ses frères, surveillant le troupeau dans le pré. Baldur était à l'ombre d'un arbre à l'écart en train de peindre, et Kjetil était allongé dans l'herbe à savourer l'air frais sous le soleil cuisant. La jeune femme eut un regard vers leur petit frère, mais à chacune de ses tentatives pour l'approcher elle s'était faite rejeter. Aussi bien qu'au final, personne ne s'approchait plus de lui. Il s'était perdu dans son monde. Elle fit la moue, puis se dirigea vers son grand frère pour s'allonger à côté.
     - Pas trop fatigué, ça va ?
Il lui décocha un regard en coin.
     - Voyez qui est enfin de retour.
     - Un peu plus et tu aurais fêté tes 30 ans avant que j'ai eu le temps de revenir, ralentis vieux !
Il se releva et fourra la bouche de Solveig avec l'herbe du pré.
     - Personne n'a 30 ans ici ! Je viens de fêter mes 29 ! M'enterre pas si vite.
     - Peuh ! Aaah ! Excuse moi grand-père !
Ils rigolèrent de bon cœur, ce qui attira l'attention de Baldur. Solveig le remarqua, et  saisissant l'opportunité, lança à son attention.
     - Hey ! Bald ! Viens un peu au soleil, c'est super agréable ici !
Il la toisa de son regard morose habituel, et lança avant de se replonger dans sa peinture.
     - C'est ce qu'ont l'air de penser tes tâches de rousseur.
La jeune femme porta instinctivement les mains sur son visage.
      - Quoi ?!
Elle se releva en vitesse, fourra les vêtements de Kjetil d'herbe avant de rejoindre, ce en se faisait chasser par ce dernier, Baldur à son arbre. Il était temps de chambouler les habitudes. Aussi agile qu'un singe, elle grimpa dans les branches donnant un coup de pied à Kjetil quand il tenta de la suivre. Baldur ne savait plus si il devait partir ou rester, il n'y avait pas d'autre arbres avec une telle ombre et une telle vue. Solveig le coupa dans ses réflexions.
       - C'est très beau Bald, tu es vraiment doué !
Il leva la tête, suivant la voix, pour découvrir sa sœur allongé sur une branche juste au-dessus de lui les yeux rivés sur sa peinture. Instinctivement il la couvrit.
      - Je peux faire mieux.
Elle sourit.
      - Je n'en doutes pas une seconde.
Kjetil s'assit épaule contre épaule avec le petit Baldur. Doucement un sourire satisfait fit son apparition sur le visage du petit dernier.


V) Autres

Métier:  mercenaire (principal) – voleuse/ cambrioleuse (secondaire)
Signes particuliers:  une lanière de cuir tressée à laquelle pend un pendentif en bronze et une plume. Le médaillon est un cadeau de ses frère et de sa mère, elle l'accroche dans ses cheveux comme une extension.

Rêve, ambition :  Se faire de l'argent tout en voyageant. Elle aimerait posséder une invocation de chaque temple pour se construire une réputation d'invincible et empocher tous les contrats de mercenaire. Mais son rêve ultime qu'elle n'avoue qu'à très peu, est de permettre à sa mère, son frère et ses neveux de vivre une vie dans le confort à la capitale pour qu'ils ne manquent jamais de rien. (Si possible trouver l'argent aux dépends des grosses fortunes, parce rien n'est plus amusant que de dépasser les limites.)


VI) Hors Jeu

Comment avez vous découvert ce forum ?  Par un des top-sites sur internet. Je voulais tester quelque chose de nouveau.

Comment trouvez vous l'intrigue de ce forum ?  Très intéressante. J'ai plus l'habitude du jdr, mais le background m'a de suite donné envie de jouer dans cet univers. J'ai hâte de pouvoir me lancer dans l'histoire de l'île d'Arcane !

Comment trouvez-vous le design de ce forum ? Très beau. Il correspond parfaitement à l'ambiance que je m'imagine du monde que vous avez créé.

Avez vous lu le règlement ? [Validé par la tigresse sadike] 

Avez vous vu la ChatBox ?  Oui ! Elle apparaît une fois qu'on a cliqué sur l'onglet "chatbox" en bas à gauche de l'écran.

Savez vous comment voter pour le forum ?  Il y a deux top-sites et les votes sont valides toutes les deux heures. C'est en haut à droite Smile
▲ Succès ▲


Dernière édition par Solveig le Dim 1 Juin - 18:07, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Kohaku
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Crédit Avatar : lordeeas - Kohaku river Spirit - Deviantart
Date d'inscription : 19/08/2013
Messages : 684
Double Compte : Imaq
Liens vers la fiche : Dragon du Vent
Elément : Air
Invocation(s) : Le Vent et la Foudre.
Invocateur : Eleanör
Inventaire : Deux épées :
Anubis :
Tranchant ● ○ ○ ○ ○
Résistance ● ● ● ● ●
Maniabilité ● ● ● ● ●

Horus :
Tranchant ● ● ● ● ●
Résistance ● ● ● ● ○
Maniabilité ● ● ● ○ ○

Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #2 écrite Sam 31 Mai - 23:21

Bonjour Solveig ! Soit la bienvenue sur l'île d'Arcane.  ♪

J'aime bien ta fiche, quoi que la longueur à faillit me dissuader de la lire. x)

Cependant, elle se lit bien à part quelques fautes dans le caractère que je vais te préciser juste après.


  • "vous deviendrais"


Attention avec tes listes car du coup, elles deviennent des phrases supers longues, à la limite de l'indigeste. ^^'


  • Exemple avec celle-ci, où la dernière proposition manque de virgules : Orgueilleuse, têtue, dirigeante, parfois snob avec certaines personnes, elle se donne de faux-air pour paraître une femme forte et indépendante parce que c'est ce qu'on lui a appris alors son entourage a un important impact sur sa prise de décision.


Idem avec cette phrase où la syntaxe est étrange, je trouve. Pour moi elles ne devraient en faire qu'une. =)

  • Sa mère était issue d'un milieu précautionniste avant d'épouser le père de Solveig, qui ne perd pas un instant pour faire part de sa vision du monde. Penchant plutôt vers l'indifférentisme.

  • Globalement aussi prends garde à ton utilisation de mais et que/qui, qui s'utilisent avec une virgule juste avant quand ils introduise une nouvelle information. Cet oubli doit contribuer à rendre tes phrases trop longues. ^^


Au niveau de ton histoire, j'ai rien à dire si ce n'est une petite précision à te demander.  

  • Si j'ai bien compris, l'habitation de ta famille est excentrée du village ? Attention , tu parles d'enfant qui jouent dans la forêt, c'est bien trop dangereux avec les monstres qui rodent ! Ils ne sont pas de simples loups ou ours de nôtre monde. Si ta maison est trop excentrée, c'est limite du suicide de la laisser à seulement une humaine sans invocation et/ou objets magique pour veiller à la survie des enfants. =o


Voilà bon courage pour ces petites corrections. o/
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #3 écrite Dim 1 Juin - 1:22

Bonsoir Kohaku !

Déjà je dois dire, merci et quel courage ! Les fiches à rallonge sont toujours un soucis, parce qu'on sait que ça va prendre du temps à lire et décortiquer. Je viens d'en faire l'expérience en essayant de corriger au mieux les fautes ciblées.

Fautes dues principalement à un oubli volontaire de relecture... Du coup j'espère en avoir corrigé la majorité, mais vu l'heure, il est fort probable que j'en ai plutôt oublié la majorité... -_-'
J'ai vraiment un soucis avec mes phrases et les conjugaisons... En tout cas, je suis contente de voir que malgré tout tu as réussi à lire jusqu'au bout ! (ça me rassures tellement ! Quand j'ai vu la longueur du post, je me suis demandée s'il fallait pas mieux tout recommencer en plus court.)

Pour ce qui est de l'histoire j'ai changé le lieu de leurs jeux, et rapproché la maison du village. (je ne sais pas si ça sera vraiment senti par contre) Je n'avais pas compris qu'il existait des objets magiques, si c'est le cas, c'est clair que leur mère en possède pour les protéger. (est-ce que je dois le préciser ?)

p-s : ton avatar est génial. Je suis aussi une grande fan des studio ghibli et ce fan art est juste magnifique.

Bonne soirée !/ Bonne journée !
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Kohaku
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Crédit Avatar : lordeeas - Kohaku river Spirit - Deviantart
Date d'inscription : 19/08/2013
Messages : 684
Double Compte : Imaq
Liens vers la fiche : Dragon du Vent
Elément : Air
Invocation(s) : Le Vent et la Foudre.
Invocateur : Eleanör
Inventaire : Deux épées :
Anubis :
Tranchant ● ○ ○ ○ ○
Résistance ● ● ● ● ●
Maniabilité ● ● ● ● ●

Horus :
Tranchant ● ● ● ● ●
Résistance ● ● ● ● ○
Maniabilité ● ● ● ○ ○

Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #4 écrite Dim 1 Juin - 10:41

Bonjour Solveig !

Tu sembles avoir corrigé tes fautes car je n'en ai pas trouver d'autres. ^^

Pour l'histoire, cela me chiffonne toujours de voir les enfants sortir sans défense de la forêt, ils ne donnent pas l'impression de mesure le danger qu'ils courent. Surtout si l'aîné tente de prouver qu'il peut les surveiller, donc les protéger. Il te faut bien comprendre que les humains survivent grâce aux villages sur Arcane, car il sont des proies faciles pour les monstres. Je te laisse regarder le bestiaire de la région où tu situes ton village pour que tu constates, que face à un seul de ces monstres, les enfants finissent trop vite grignotés, car trop faibles et dépourvus de magie ( un humain adulte est seulement de force 1 je te laisse calculer ce qu'il en est d'un enfant).

Pour les objets magiques, tu peux les trouver dans la Boutique Magique. Et oui, si ta mère ,ou ton grand frère, en utilise il te faut le préciser. Ainsi tu montreras clairement que  vous n'êtes pas lâchés sans défense à la merci des monstres.

Attention cependant, tu peux en avoir utilisé par le passé, mais tu ne peux commencer le jeu avec un objet magique chargé. Ils s’acquièrent grâce aux points, donc à la fin de ta fiche, les objets magiques de ton personnage seront soit cassés, soit déchargés, dans tout les cas inutilisables. ^^

P.S : pour le vava, je n'ai pas fait grand chose à pas rajouter une oreille, l'image est un concept pour le fil 47 Ronin. o/

Voilà Ces les dernières modifications après je pense qu'on pourra attendre l'avis d'Ariez.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #5 écrite Dim 1 Juin - 18:18

Je crois avoir corrigé ces derniers oublis.  Smile 

Pour la forêt je suis entièrement d'accord, j'ai juste zappé le début hier soir...
Mais du coup j'ai une question. Pour les mercenaires, on ne peut pas se battre sans invocations ?

J'ai ajouté une phrase impliquant la possession d'objets magique pour la mère et le frère aîné. C'est suffisant ?

▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Kohaku
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Crédit Avatar : lordeeas - Kohaku river Spirit - Deviantart
Date d'inscription : 19/08/2013
Messages : 684
Double Compte : Imaq
Liens vers la fiche : Dragon du Vent
Elément : Air
Invocation(s) : Le Vent et la Foudre.
Invocateur : Eleanör
Inventaire : Deux épées :
Anubis :
Tranchant ● ○ ○ ○ ○
Résistance ● ● ● ● ●
Maniabilité ● ● ● ● ●

Horus :
Tranchant ● ● ● ● ●
Résistance ● ● ● ● ○
Maniabilité ● ● ● ○ ○

Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #6 écrite Dim 1 Juin - 18:26

Cela me semble bon. Il ne reste plus qu'à attendre Ariez. ^^

Pour les mercenaires, si ils agissent en milieux urbain ils peuvent se battre, mais contre des monstres, si ils ne sont pas équipés d'objets magiques et/ou d'une invocation ils n'ont pas beaucoup de chance contre une boule de feu, un éclair ou de la glace par exemple.  Wink

Après la force du nombre aide à la survie, ce qui permet à des personnes de voyager sans défense magique mais en payant des escortes, ou en participant à des caravanes de voyages dans laquelle se trouve des possesseurs d'objets magiques et/ou des invocations.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Ariez
Ariez
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 1824
Double Compte : Aucun.
Liens vers la fiche :
Métier : Armurière
Invocation(s) : Vaea, Mercor
Inventaire :
  • Cape d'invisibilité
  • Mémorium
  • Cristal de mana
  • Sac sans fond
  • Deux pierres de télépathie
  • Une épée à la lame noire
  • 1000 T

Sorts : Tous les pouvoirs. =D
Inventaire▲

Aventure #7 écrite Mer 4 Juin - 0:10

Bonsoir et bienvenue sur le forum !

Et bien je n'ai rien à redire sur ta fiche ! Elle me semble parfaite ! Quoi qu'un peu longue x)

Je te valide !

BON JEU
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
http://arcane.forumactif.fr
 

Solveig

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Party with a troublemaker ◓ ft. Solveig
» N. SOLVEIG BLOMKVIST ► Agyness Deyn
» interrogatoire ▽ juyne et solveig
» As-tu vu les belles quenouilles ?! ▲ Solveig
» interrogatoire ▽ benjamin et solveig

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Section RP :: Présentations :: Présentation des humains :: Fiches Fantômes des Humains-