La nuit tombait sur les docks...

Partagez | .
 

 La nuit tombait sur les docks...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Membres
Anciens Joueurs


▼Afficher le Profil▼
Date d'inscription : 22/08/2013
Messages : 99
Inventaire▲

Aventure #1 écrite Jeu 22 Aoû - 20:09

Le soleil venait de se coucher à l'horizon et, comme chaque nuit, l'activité des quais se mettait au parfum des ombres. Les patrouilles plus espacées laissaient le temps à toutes sortes de marins aux allures louches de décharger leurs cargaisons plus où moins légales. Brassés par leur dure journée de labeur, les matelots prenaient du bon temps dans les tavernes avoisinantes et leurs rires gras planaient sur le lointain. On entendait parfois un air d'accordéon ou de pipeau s'échapper des tavernes.

La population des docks était à ce moment là plus clairsemée que dans l'effervescence du midi. Régulièrement, d'énigmatiques silhouettes passaient en faisant grincer les parapets de bois de leur démarches rapides avant d'aller se perdre dans les ténèbres de Lüh.

Asenath savait bien que le quartier n'était plus très sûr mais les endroits populeux avaient l'avantage d'être de très bonnes couvertures. Enveloppée dans un large manteau à capuche dissimulant aisément son identité, la jeune femme était aux aguets. Ses larges yeux scrutaient la foule, voulant percer le mystère de tous ces inconnus, de la vie citadine et du soir étoilé.

Un jeune mousse déjà ivre passa devant elle en titubant. Asenath décida de le suivre. Lorsque ce dernier s'effondra dans une impasse crasse et poisseuse, la jeune femme se pencha vers lui et le délesta de sa bourse d'un coup de dague. De quoi manger et se lotir, au moins pour deux nuits. Au moment de rebrousser chemin, elle eut soudain le sentiment d'être observée. Quelqu'un l'avait il surprise en plein méfait? Elle se retourna en pointant son arme, la ruelle était déserte.

"Il y a quelqu'un?" hélât-elle au hasard.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Edvah
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Commission Rhea by Zippora
Date d'inscription : 21/08/2013
Messages : 150
Double Compte : Tarec'Mah
Liens vers la fiche : Fiche
Résumé des Rp
Métier : Capitaine de l'Atropos
Invocation(s) : Ushiran et Ephylix
Inventaire : Un tricorne, un sabre, une poignée de Tsuris.
Inventaire▲

Aventure #2 écrite Jeu 22 Aoû - 20:12

Edvah était assise sur un toit, observant la foule d’un regard morne, sans porter un grand intérêt au bas monde qui s’agitait en contre bas. Le soleil coulait au loin dans l’eau, boule de feu chutant lentement dans la mer d’huile. Elle jonglait avec son poignard, les genoux repliés. Elle n’avait pas particulièrement envie de se mêler à la foule. Sa bourse était vide mais sa cachette regorgeait encore de ce qu’elle avait prit après la mort de son amant. Elle pourrait vivre encore quelques mois facilement. Un an en vivant comme une nonne. Mais ce soir elle était d’humeur mélancolique. Elle ne voulait rien faire et l’ennui avait un goût délectable. Les images de passé heureux la hanté et malgré ses quelques larmes et de nombreux soupirs, les images de son amour de capitaine dansaient sous ses paupières ou sur la mer au loin.
Mais quelque chose en contrebas attira son œil. Ce n’était pas la seule forme encapuchonnée, mais la personne sous le manteau était petite, frêle peut-être même. Et elle semblait inquiète. Sa démarche, ses mouvements… Edvah rangea son arme dans son fourreau, à l’intérieur de sa botte et se pencha plus en avant, suivant des yeux la capuche noire. L’anxiété dans une rue mal fréquentée suit souvent les secrets et les trésors. Et une image alléchante de pièce d’or coulant à flot la sortie de son spleen. La jeune femme se redressa et suivit lentement la personne, restant hors de vue autant que possible. Un peu plus loin, les toits étaient moins haut, des bicoques ou des espèces de cabanes à outil qui permettait aux marins de ranger leur matériel. Edvah s’y avança, un sourire triomphant sur les lèvres en voyant la petite forme noire s’engouffrer dans une ruelle, le long de ces maisons basses. Elle accéléra le pas, avançant entre les cheminées avec agilité.
La personne suivait apparemment un gringalet ivre mort puisqu’elle le précéda dans la ruelle et sectionna le cordon de sa bourse une fois qu’il s’échoua sur le pavé. Hum pas bien petite ! Car oui, elle avait vu son visage d’albâtre quelques secondes. Ce n’était pas joli joli de voler les gens évanoui… Une vraie petite Edvah ! Elle ne put s’empêcher de ricaner doucement et la jeune fille se redressa, se croyant apparemment seule jusque là. Ou peut-être avait-elle simplement sentit la présence d’Edvah au dessus d’elle.

« Il y a quelqu'un? »

Le toit n’était séparé du sol que de deux ou trois mètres, Edvah n’hésita pas à sauter. Elle du poser un genou au sol pour se réceptionner sans se faire mal mais elle se redressa rapidement, un sourire éclatant sur le visage. Elle adorait les artifices inutiles et les arrivées spectaculaire ! Elle n’était pas particulièrement plus grande que la jeune fille face à elle, mais elle se tenait fière et confiante. Elle épousseta son corsaire en cuir, sa chemise en lin crème, son veston sombre et remit son tricorne usé bien en place sur ses cheveux attachés en queue de cheval.
Une main sur la hanche, jaugeant son vis-à-vis, elle n’arrivait plus à se détacher de son sourire.

« Hé bah, qu’est ce que j'viens de voir… On détrousse les jeunes hommes sans pitié mademoiselle ? Le pauvre en plus, il est ivre mort. »

Elle poussa le visage du mousse du bout de sa botte pour voir si elle le connaissait. Non, que du marin d’eau douce qui avait dilapidé sa paye en boisson trop alcoolisé pour son corps d’adolescent. Les pirates qu’elle connaissait supportaient mieux l'alcool que ça.

« P'tite bourge en manque d’aventure ? Tu n’as pas l’air d’un vagabond… Mais je peux me tromper. »

Elle fit un pas vers l’inconnue, la tête légèrement inclinée, curieuse de la peur qu’elle pourrait faire à cette gamine.


▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Anciens Joueurs


▼Afficher le Profil▼
Date d'inscription : 22/08/2013
Messages : 99
Inventaire▲

Aventure #3 écrite Jeu 22 Aoû - 20:14

Les yeux d'Asenath, déjà très larges de nature, semblaient maintenant être devenus de vastes soucoupes saturées d'azur électrique. Edvah venait d'apparaitre juste devant elle à la manière d'une foudre vivante tout droit tombée du ciel. Fascinée par le sourire angélique et sardonique de son interlocutrice, chaque parcelle de son corps frissonnait pourtant d'une tension que partagent les proies prises au piège et les serpent prêts à mordre. Était-elle venue pour lui saisir le butin de sa maigre rapine? L'hypothèse ne semblait tenir debout vu le montant de la prise. Une pensée plus inquiétante lui vint alors à l'esprit : était-ce une mercenaire venue pour la ramener là-bas? Faute de moyens véritablement efficaces pour lutter, Asenath se dit que de toute façon, les dés étaient jetés. Un bourdonnement se fît entendre dans son crâne, la femme en face d'elle pensait vite, suffisamment vite pour dégager ce murmure torrentiel auquel il ne fallait pas prêter attention. Elle laissa passer un cours silence, consciente que la théâtralité du moment le réclamait.

"L'ivresse est charitable, plus que l'aventure pour moi en ce moment."

Asenath jeta un bref coup d'œil au garçon qu'elle venait d'alléger de quelques tsuris tout en resserrant un peu plus la poignée rassurante de sa dague.

"Tu viens écouter la Lune roucouler en haut des toits ou simplement t'imprégner de l'odeur des sirènes en décomposition?"
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Edvah
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Commission Rhea by Zippora
Date d'inscription : 21/08/2013
Messages : 150
Double Compte : Tarec'Mah
Liens vers la fiche : Fiche
Résumé des Rp
Métier : Capitaine de l'Atropos
Invocation(s) : Ushiran et Ephylix
Inventaire : Un tricorne, un sabre, une poignée de Tsuris.
Inventaire▲

Aventure #4 écrite Jeu 22 Aoû - 20:17

Si le sourire d’Edvah pouvait s’élargir d’avantage, il le ferait. La surprise de la jeune fille lui donna des frissons. C’était vraiment grisant de faire peur ! Les heures de pillage à terroriser la population lui manquait. Ô heures de gloire parties avec celui qu’elle aimait ! Il faudrait qu’elle trouve l’occasion de reprendre du métier, ce serait tellement merveilleux ! Edvah ne voyait pas entièrement le visage de la gamine sous sa capuche, mais il lui semblait qu’elle avait des yeux énormes, clairs, presque effrayant, déformés par la surprise ? Mais elle ne se laissa pas dérouter, c’était elle qui effrayait ici, pas l’inverse.

« L'ivresse est charitable, plus que l'aventure pour moi en ce moment. Tu viens écouter la Lune roucouler en haut des toits ou simplement t'imprégner de l'odeur des sirènes en décomposition? »

N’étant jamais allé à l’école et n’ayant jamais fréquenté les milieux bourgeois, Edvah ne put s’empêcher de lever un sourcil d’étonnant. Elle parlait vachement bien la petite. Ses phrases semblaient de la poésie à l’oreille d’Edvah, elle trouvait ça assez ridicule. Tous les mots compliqués n’étaient la que pour se rendre intéressant. Mais elle était ravie que sa victime poursuive son coup de théâtre.

« Des jolis mots après un coup assez mauvais… Des fleurs couvertes de sang ! »

Edvah éclata de rire. Elle n’avait pas un rire cristallin ou magnifique à entendre, mais il était plus agréable que les rires gras qui s’échappaient des tavernes. Elle leva un regard presque mélancolique vers le ciel plein d’étoile se reflétant dans la mer calme.

« J'me promenais sur les toits, pour admirer le paysage, et pour laisser voler mes remords… »

Elle vissa ses yeux ambre dans les yeux trop grands de la jeune fille en face d’elle, perdant d'un coup sa mélancolie et retrouvant son sourire carnassier. Qu’est ce qu’elle allait faire d’elle ? S’approcher encore serait se risquer à un coup de couteau, car elle avait bien vu la lame briller quand l’autre avait coupé le fil de la bourse… Mais une question lui brulait les lèvres.

« J'comptais au mieux te détrousser, au pire t'jeter à la mer. Car oui, tu es sur MON territoire… Du moins, j’étais là avant toi. »

Elle marqua une pause, les bras croisés sur son buste, le regard faussement hésitant, comme si elle réfléchissait à la meilleure façon de se débarrasser de la jeune fille. Il n’en était rien pourtant. Des souvenirs défilèrent devant ses yeux et elle grimaça. C’était il y a déjà dix ans. Elle, Endolymphe… Errant dans les rues, volant par-ci par-là… Elle avait muri depuis, sans doute grâce à Drake, et un semblant de pitié la prit au ventre, l’empêchant de commettre ses habituelles méfaits jusqu’au bout. La petite lui faisait tellement penser à elle quand elle avait été ramassée par son capitaine, crasseuse et vivant tant bien que mal. Mais toujours avec le sourire…

« Mais la compassion est un sentiment d'merde… Et tu me fais de la peine gamine… Alors rentre pleurer dans les jupes de ta mère, tu devrais pas traîner ici. »

Elle n’était pas sûre que l’autre ait un toit bien à elle, mais elle n’allait pas recueillir tous les orphelins de Lüh dans sa planque, entre son coffre plein à craquer, ses fringues sales et les rats… Mais les grands yeux clairs qu’elle avait devant elle lui donnaient un étrange sentiment de culpabilité. Elle s’en voudrait de retrouver le cadavre égorgé de la gamine le lendemain matin. Sans un minimum de retenue elle se serait arracher les cheveux, elle n'était pas du genre à s'inquiéter pour les autres. Mais que diable Drake avait-il fait d'elle en s'effaçant si brusquement ?!

« T’as une maison, au moins ? »


▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Anciens Joueurs


▼Afficher le Profil▼
Date d'inscription : 22/08/2013
Messages : 99
Inventaire▲

Aventure #5 écrite Jeu 22 Aoû - 20:19

Mercenaires, assassins, maraudeurs, roublards, escrocs... Bien malgré elle, Asenath commençait à savoir identifier la population des bas fonds. En revanche, ce qu'elle n'arrivait pas à déterminer était la place que pouvait avoir cette femme dans la société des parias. Mais à quoi bon classifier, nommer ou disséquer? Elle même ne s'y retrouvait aucunement alors que le nombre de ses rapines augmentait de jour en jour, de nuit en nuit, conséquence directe de sa précarité.

Contre son gré, la jeune fille avait visiblement prit place dans un conflit de territoire. Certaines guildes avaient main mise sur des quartiers entiers de Lüh mais Asenath n'était pas assez impliquée dans cette sous-culture pour en connaître les frontières. Qu'importe, le ciel étoilé n'était-il pas le même pour tous? Elle jeta un rapide coup d'œil vers le firmament. L'énorme lune hallucinée et pleine de rosaces qu'elle y découvrit faillit lui perdre ses moyens. Tout compte fait, peut-être pas pour tous... Elle passa rapidement la main sur son visage pour effacer cette vision magnifiquement hors-propos, le moment n'était vraiment pas opportun.

Se faire détrousser ne lui causait aucune frayeur et pour cause, ses possessions se limitaient uniquement à ce qu'elle venait de dérober au marin ivre mort qui gisait en ce moment même à leur pieds. Sa nervosité n'arrivait pourtant pas à se calmer car le bruit des pensées d'Edvah continuait d'amplifier. Une chose était certaine, elle n'avait pas à faire à une fausse terreur comme on n'en voit que trop en ville. Cette femme paraissait endurcie malgré son remarquable visage et plus entraînée qu'elle au vu du bond qu'elle venait d'accomplir. Mais son instinct fauve semblait perturbé par d'inexplorables sentiments internes entrant en contradiction avec sa nature. Fallait-il en profiter pour s'extirper de cette situation pouvant rapidement et aisément devenir périlleuse? D'une voix fluette mais déterminée, Asenath répondit à celle qui lui barrait la route d'un air emprunt de défit:

"Une maison? Non, la seule qui veuille m'abriter est une cage à serin! Peut-être une auberge si ma prise y suffit, sinon il faudra faire sans alors je ne compte vraiment pas me faire embêter plus longtemps par..."

L'éclat de la Lune se fit brutalement plus violente. Ses rayons tombaient sur la ville comme une véritable pluie d'apocalypse aux couleurs bariolées: rouge, vert, violet! Cela illuminait l'espace et s'intensifiait d'instant en instant. La surcharge sensorielle vrilla les tempes d'Asenath et la douleur s'immisça jusqu'au plus profond de son cervelet. Elle ferma les yeux mais tout était en elle, les arabesques astrales ne cessant de se propager et de se complexifier, encore et encore, à l'infini. Une légère sueur couvrit son front, elle chancela, jeta un bref regard au terrible satellite et tomba sur le pavé avant d'avoir eu le temps de finir sa phrase, inconsciente.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Edvah
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Commission Rhea by Zippora
Date d'inscription : 21/08/2013
Messages : 150
Double Compte : Tarec'Mah
Liens vers la fiche : Fiche
Résumé des Rp
Métier : Capitaine de l'Atropos
Invocation(s) : Ushiran et Ephylix
Inventaire : Un tricorne, un sabre, une poignée de Tsuris.
Inventaire▲

Aventure #6 écrite Jeu 22 Aoû - 20:21

« - Une maison? Non, la seule qui veuille m'abriter est une cage à serin! Peut-être une auberge si ma prise y suffit, sinon il faudra faire sans alors je ne compte vraiment pas me faire embêter plus longtemps par...
- Dit tout de suite que j't’emmerde gam… »


Edvah fit un pas vers elle, les sourcils froncés, réellement vexée. Elle voulait l’aider, elle était prête à lui tendre la main et cette petite peste lui faisait comprendre avec ses jolis mots qu’elle s’en foutait royalement ?! La pirate allait attraper le col du manteau de la jeune fille tout en parlant mais quelque chose clochait. La voix de la petite voleuse s’était éteinte, et son regard était étrange… Comme si la lune et les étoiles l’éblouissaient. Pourtant Edvah avait beau fixer le ciel, elle n’avait aucun mal à fixer l’astre en face d’elle ou toutes les étoiles autour. Il lui semblait même qu’au contraire, quelques nuages commençaient à couvrir la nuit d’un fin voile de coton. Qu’est ce qu’il clochait ?
Edvah se tourna de nouveau vers la jeune fille, nageant dans l’incompréhension la plus totale. Elle n’eut pas le temps de rattraper Asenath quand celle-ci vacilla et tomba au sol, à côté du matelot. Sa tête n’heurta pas les dalles trop violemment mais quand Edvah se pencha sur elle, elle s’était évanouie.
Les yeux écarquillés, Edvah la retourna, son visage pâle face au ciel. Elle s’accroupit et posa la tête de la jeune fille sur ses genoux. Elle agita sa main devant ses yeux, souleva ses paupières, la secoua légèrement… Mais n’obtint aucune réponse. Elle passa la main sur son visage, dansant entre surprise et énervement. Elle ne connaissait même pas le nom de la poupée de chiffon qu’elle avait là… Qu’est ce qu’elle allait faire d’elle ? La ramener à sa planque était hors de question, elle avait son coffre là-bas et ne souhaitait pas se faire détrousser par celle qu’elle allait peut-être sauver. Elle ne pouvait pas non plus aller dans une auberge, sa bourse étant complètement vide… Elle poussa un long et déchirant soupir, baissant les yeux sur la jeune fille.

« C’est du foutage de gueule… Qu’est ce que tu me fais là ? Et lui, j’en fais quoi ? Vous faites un joli couple de loques. Je vais p’t-être vous laisser en amoureux. »

Elle posa doucement la tête d’Asenath sur le sol et commença à sortir de la ruelle. C’était vraiment salaud ce qu’elle faisait. Elle ne s’était jamais évanouit dans un cul-de-sac mais elle savait que le matin n’était pas glorieux, pour ceux qui se réveillait un jour… Un soupir de rage et de désespoir mêlés s’échappa de sa bouche et elle revient sur ses pas. Il y avait une vieille bicoque abandonnée un peu plus loin sur les quais, quatre murs en planches et en tôle sous un toit branlant. Ca ferait l’affaire.
Edvah prit Asenath comme elle put sur son épaule, supportant difficilement le poids plume de la jeune fille et boita jusqu’à la vieille cabane. Elle reviendrait chercher le matelot une fois la princesse sous un toit, tant qu’à faire, pourquoi pas être charitable pour deux.
La vieille maison n’était qu’à deux minutes de l’impasse. C’était une minuscule habitation sans étage composée de deux pièces. Le sol était couvert de planche à demi arrachées, comme les murs ou le plafond. La pièce principale contenait une table cassée, deux chaises en pièces détachées et un tas de foin d’où s’échappaient quelques touffes d’herbes vertes. La pièce secondaire était une chambre délabrée. Il y avait un lit miteux à la désagréable odeur de moisi, une petite commode depuis longtemps vide mais mainte fois pillée. Il n’y avait plus rien à voler, à part les draps crasseux, dans toute la maison. Même les poignets de porte avaient disparus.
Edvah posa doucement la jeune fille sur le lit et partit en courant chercher le matelot. Il ne faudrait pas quelqu’un ait le temps de lui kidnapper la jeune fille. Elle fit l’aller-retour aussi vite qu’elle le put, trainant le jeune homme aux senteurs d’alcool derrière elle comme un vulgaire sac. Elle le jeta sans ménagement sur le tas de paille et vérifia que la belle au bois dormant était toujours en place.
Ensuite elle s’assit dans l’encadrement de la porte, les genoux repliaient contre elle, regardant la faible activité de la rue devant elle en soupirant. Elle aurait mieux fait de la laisser tranquille cette gamine. Si elle n’avait pas eut la mauvaise idée de lui faire peur, elle n’en serait pas là à faire la baby-sitter.


▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Anciens Joueurs


▼Afficher le Profil▼
Date d'inscription : 22/08/2013
Messages : 99
Inventaire▲

Aventure #7 écrite Jeu 22 Aoû - 20:22

Le sommeil comateux d'Asenath ne semblait pas être de tout repos. Régulièrement, les paupières de la jeune fille battaient nerveusement. Sa respiration alternait entre de longues plages calmes et de d'inexplicables rythmes saccadés. La marin saoul émettait quant à lui des grognements sourds tout en agitant les jambes. A coup sûr, il se réveillerait avec un violent mal de crâne. L'air de la pièce était lourde et l'odeur acre que dégageait la paille s'insinuait de partout. Dehors, il se mit à pleuvoir. Quelque part dans la cabane, une tuile démise faisait entrer le plic-ploc de fines gouttes tombant dans un vieux seau troué.

Soudain, les lèvres d'Asenath commencèrent à remuer silencieusement. Elle eut un hoquet, tourna la tête vers Edvah sans pour autant émerger. La pirate pu alors se rendre compte que son involontaire protégée parlait en dormant. Ses mots devenaient progressivement intelligibles, traversant inconsciemment le mur du rêve et de la folie pour se perdre dans la nuit.

"Donne moi ta main... Je vais te tuer! Hum... La Lune... Désastre, des astres. L'or, l'or du Roi des Rats est ici! Il possède un pouvoir, comme autrefois..."

Brusquement, la jeune fille se rejeta violemment contre le mur en haletant bruyamment. Son réveille avait été aussi brutal que la venu de son malaise et elle n'arrivait maintenant plus à comprendre sa situation. Les ténèbres enveloppaient le refuge mais elle perçut la silhouette d'Edvah dans l'encadrement de la porte. Dans un mouvement purement instinctif, elle avait déjà ressorti sa dague qui pendait au bout d'un bras tremblant. Les yeux exorbités, fous et terrifiés, elle n'osa bouger d'avantage. Les souvenir de la scène dans la ruelle lui revirent, mais pas reste. Avait-elle été assommée par son ravisseur? Que lui voulait cette femme? Était-elle un agent de son père venue pour la kidnapper et la ramener dans sa prison? A l'extérieur, la pluie semblait vouloir virer à l'orage.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Edvah
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Commission Rhea by Zippora
Date d'inscription : 21/08/2013
Messages : 150
Double Compte : Tarec'Mah
Liens vers la fiche : Fiche
Résumé des Rp
Métier : Capitaine de l'Atropos
Invocation(s) : Ushiran et Ephylix
Inventaire : Un tricorne, un sabre, une poignée de Tsuris.
Inventaire▲

Aventure #8 écrite Jeu 22 Aoû - 20:24

Il se passa bien une heure. Une heure à jeter des regards noirs au gamin qui ronflait comme un ours et gigotait comme un ver. Une heure à aller surveiller de temps à autre la gamine qui s’agitait dans son sommeil. Edvah voulut lui retirer sa dague des mains pour qu’elle ne se blesse pas mais les doigts fins se refermèrent sur l’arme comme une araignée sur sa proie.
Quand Edvah n’était pas assise sous la porte à monter la garde, elle faisait les cents pas dans la rue ou à l’intérieur de la maison. Elle commençait à s’impatienter et plusieurs fois elle hésita à partir, rentrer se coucher et oublier toute cette histoire. Mais elle ne pouvait pas les laisser là tout seul, sans défense, comme des épaves. Et puis au bout d’un moment il se mit à pleuvoir. Une petite bruine tout d’abord, puis de grosses gouttes éparses. Edvah fit une nouvelle fois les cents pas sur le trottoir, heureuse du frais que l’eau apportait mais du se résoudre à rentrer. Les gouttes se mirent à former un rideau d’eau et elle se précipita dans la cabane, poussant un vieux sceau qu’elle avait ramassé dehors sous un trou dans le toit. Ce serait toujours mieux que rien.
Elle allait refaire sa queue de cheval quand elle entendit du bruit venir de la petite chambre. La jeune fille avait tourné la tête vers elle. Sans doute commençait-elle à se réveiller. Les problème allait recommencer. Edvah retourna près de la porte pour profiter de ses derniers moment de paix pour la soirée. Mais quand elle se retourna pour prêter attention aux babillages incompréhensibles d’Asenath, elle se rendit compte que celle-ci dormait toujours… Et qu’elle avait un étrange message à délivrer.

« Donne moi ta main... Je vais te tuer! Hum... La Lune... Désastre, des astres. L'or, l'or du Roi des Rats est ici! Il possède un pouvoir, comme autrefois... »

Le mot "or" sonna à ses oreilles comme une douce clochette extrêmement lointaine. Elle n’y prêta pas réellement attention. Elle ne comprenait rien et le peu qu’elle percevait était vraiment étrange. Elle fronçait les sourcils, cherchant à décrypter le message. Mais la jeune fille se réveilla d’un coup, se plaquant contre le mur, faisant sursauter Edvah. Celle-ci fit un pas en avant, les paumes vers l’autre, pour la rassurer. Elle semblait perdu, sans doute était-ce normal après s’être évanouie et avoir changé de lieu. Pourtant, d’expérience, Edvah prit doucement une pause défensive, une main près de sa jambe, prête à saisir son arme. Le regard affolé de la jeune fille ne lui disait rien qui vaille. Celle-ci avait d’ailleurs sa dague dans la main mais paraissait pétrifiée.

« Tu t'rappelle pas de moi gamine ? Je te veux pas de mal, je t’ai amené ici pour éviter que quelqu'un d'moins sympathique te ramasse. T'es tombée dans les pommes. Ça te dit rien ? »

Son ton était doux mais sûr. Les sens en alerte, au moindre geste suspect de la gamine, Edvah était prête à exécuter à peu près toutes les figures de son répertoire. En priorité elle ne voulait blesser personne, elle y compris. Ensuite elle aurait aimé empêcher la gamine de nuire pour pouvoir lui expliquer calmement qu’elle lui avait sauvé la vie, pour avoir ne serait-ce qu’un merci et comprendre cette histoire d’or de rat… Car le son de clochette n'était pas passé complètement inaperçu.


▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Anciens Joueurs


▼Afficher le Profil▼
Date d'inscription : 22/08/2013
Messages : 99
Inventaire▲

Aventure #9 écrite Jeu 22 Aoû - 20:25

L'esprit d'Asenath tournait à plein régime. Pouvait-elle faire confiance à cette femme qui, quelques heures plus tôt, en voulait à sa bourse en la confondant avec une bourgeoise? L'odeur d'iode et le son des voiles claquant dans la bourrasque lui permirent de déduire qu'elle se trouvait encore dans le quartier des quais. Avait-elle vraiment fait un malaise? La chose pouvait s'admettre, il lui était déjà arrivé d'en faire un ou deux par le passé sans jamais s'en remémorer la cause. Si cette femme en voulait à sa vie, il lui aurait été plus facile de s'y prendre durant sa crise. Elle tâta sa tunique, la bourse dérobée s'y trouvait encore. Ce n'était donc pas non plus l'appât d'un faible gain qui motivait son interlocutrice. L'hypothèse d'avoir à faire à un agent de son père persistait pourtant. Dans tous les cas, il fallait que la jeune fille reste vivante et en bon état, les chances de pouvoir rebondir sur la situation en cours de route restaient à portée de main.

Après une série d'échanges rapides, Edvah parvint à convaincre Asenath du désintéressement de son secourt. Réalisant alors que sa lame était impoliment sortie, une légère rougeur de honte empourpra les joues de la jeune fille. Ce n’était pas là des manières distinguées pour manifester sa reconnaissance vis à vis d'un étranger bienfaiteur. Elle rangea donc sa dague en baissant les yeux puis tandis la main timidement.

"Moi c’est Asenath…"
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Edvah
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Commission Rhea by Zippora
Date d'inscription : 21/08/2013
Messages : 150
Double Compte : Tarec'Mah
Liens vers la fiche : Fiche
Résumé des Rp
Métier : Capitaine de l'Atropos
Invocation(s) : Ushiran et Ephylix
Inventaire : Un tricorne, un sabre, une poignée de Tsuris.
Inventaire▲

Aventure #10 écrite Jeu 22 Aoû - 20:28

La gamine semblait complètement perdue. Edvah ne croyait plus vraiment pouvoir en tirer quoi que ce soit en ce qui concernait l’improbable trésor du rat… M’enfin, elle laissa le temps à la jeune fille de reprendre ses esprits, se tournant vers le poivrot toujours ronflant. Il n’avait pas bougé et ne comprendrait sans doute pas un iota de ce qui l’avait conduit dans cette immonde masure.
Quand la pirate se tourna de nouveau vers la jeune fille celle-ci rangeait sa dague en rougissant. Elle était vraiment bizarre. Un coup elle lui parlait en dormant, puis se levait pour la poignarder et reprenait d’un coup les traits d’une gamine paumée.

« Moi c’est Asenath… »

Edvah parcourue le peu de distance qui les séparait en quelques pas souples et sûrs. Elle prit la main pâle qu’Asenath lui tendait sans brusquerie et la serra doucement. Il ne manquerait plus que la gamine reprenne peur et essaye de la planter de nouveau avec son petit couteau. 

« Edvah. »

Elle sourit, essayant de retrouver le sourire de sa mère adoptive. Elle souriait très rarement de façon rassurante mais quelque chose ici la poussait à faire des efforts surhumains. La pluie à l’extérieur battait encore son plein et le trou du sceau commençait à rependre une flaque d’eau noircie par la saleté du sol. Mais Edvah ne s’en formalisa pas, ce n’était pas la première fois qu’elle avait à faire à un sol aussi sale. Elle lâcha la main d’Asenath et se détendit pour de bon, posant ses doigts sur ses hanches. Montrant la rue sombre d’un coup de tête elle ajouta :

« Ça a pas l’air près de vouloir s’arrêter… Je peux t'proposer quelque chose. Je vois bien que tu me fais pas confiance. Je dis pas que tu as tord ou raison, mais si tu veux, pour passer le temps, on peut faire un marché… Puisqu’on va pas s'séparer tout de suite. »

Elle alla s’asseoir sur le lit où elle avait allongé Asenath et tapa sur le matelas à côté d’elle comme une invitation, faisant s’envoler un épais nuage de poussière. Elle avait beau avoir l’habitude de côtoyer des gens crasseux et des lieux peu fréquentables, cette bicoque lui donnait envie d’un bon bain chaud.

« Dès que la pluie se sera arrêtée et que le jour sera là, j'partirais. Je suis pas fréquentable pour une jeune fille comme toi, bourge ou pas… Alors je cours sans doute aucun risque, et je te promets que je chercherais plus à t’emmerder… Du coup, j'te propose de te raconter un truc sur moi, et toi tu me racontes un truc sur toi. Ce que tu veux, vrai ou pas, je m’en fous. »

Elle disait la vérité et essayait d’avoir un visage le plus sincère possible, sans sourire mauvais ou rictus malveillant. Mais cela ne l’empêcha pas de regretter cette proposition. Qu’est-ce qui lui était passé par la tête ? Sans doute les yeux en soucoupe d’Asenath ou son air paumé… Cette gamine lui faisait faire des trucs louches, elle n’avait pas intérêt à trop traîner avec elle si elle ne voulait pas finir au pied d’une falaise ou entrain de courir la nature à la recherche de ce trésor de rat qui n’existait probablement pas…


▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Anciens Joueurs


▼Afficher le Profil▼
Date d'inscription : 22/08/2013
Messages : 99
Inventaire▲

Aventure #11 écrite Jeu 22 Aoû - 20:29

Asenath retourna la proposition dans tous les sens sans y déceler le moindre risque de piège. Sa curiosité et sa fibre joueuse venaient d'être éperonnées d'un même coups. Un concours de circonstances insolites avait réuni les deux femmes dans cette triste cabane et rien d'autre ne semblait plus exister au monde, un épais rideau de pluie les coupait du reste de la ville.

Malgré le sourire un peu artificiel d'Edvah, la jeune fille vint se poser à ses côtés avec une méfiance toute apaisée. Avant de commencer à conter une histoire, il fallait essayer de déterminer quel type de sujet pouvait intéresser l'auditoire. Asenath observa sa bienfaitrice et eut soudain une idée. Elle allait lui parler de ce qui la préoccupait beaucoup ces dernier temps jusqu'au point de s'immiscer dans ses rêves.

"Il était une fois, dans une ville bordée par la mer immense, une jeune fille sans bagage arriva pour se mêler à la masse anonyme. Traquée comme une bête, sans ressource ni talent, elle commença à vivre de menus larcins sans prétention.
Or, il était en ville un jeune garçon qu'elle ne tarda pas à remarquer. Ses yeux étaient semblables aux émeraudes qu'il parvenait à dérober aux échoppes de joaillerie. Son audace effrontée plut immédiatement à la jeune fille qui décida de rentrer au plus vite en contact avec lui.
Quelques semaines plus tard, ils se trouvaient ensemble dans une taverne du côté des quais. L'ivresse faisant sa route, le jeune homme commença à se vanter des trésors qu'il était parvenu à détourner afin d'impressionner la fille. Il prétendit que l'un d'eux dépassait de loin tous les autres mais qu'il lui était impossible d'en parler dans un lieu public. Il voulait cependant bien lui montrer à titre exceptionnel à condition qu'elle accepte de le suivre. C'est ainsi qu'il amena la nouvelle arrivante jusqu'à chez lui.
C'est à partir de ce moment que ses intentions se clarifièrent, mais la jeune fille ne voulu rien savoir avant d'avoir vu la merveille, si celle-ci existait. Exaspéré, le jeune-homme tira un coffre de sous son lit et l'ouvrit. A l'intérieur, une vingtaine de grosses billes en or massif roulaient lourdement, toutes frappées d'un symbole étrange. Il s'agissait d'un squelette d'un rat courbé sur lui même en position fœtale. En dehors de sa valeur monétaire, ce qui rendait cette prise exceptionnelle était son origine. Ces étranges sphères faisaient partie du trésor personnel du grand chef des sous-sol de Lüh, personnage ô combien redouté et répondant sous le surnom du "Roi des Rats".
La fille poussa par des moyens peu avouables le garçon à lui révéler une des entrées secrètes du complexe souterrain. Préférant ne garder qu'un souvenir matériel de cette hospitalité tardive, la suite des évènement prit une tournure plus violente que romantique. La jeune fille passa par la fenêtre et s'écrasa sur le pavé en se fêlant deux cotes. Quand au jeune homme, blessé lui aussi, il disparu de la ville sans laisser de traces."


Asenath se rapprocha un peu plus d'Edvah et lui murmura les derniers mots au creux de son oreille tout en frôlant de sa main la joue droite de celle-ci.

"Et il m'est impossible de pénétrer seule dans le domaine du Roi des Rats, même deux personnes ne pourraient y suffire. Il nous faudrait être trois-quatre, cinq grand maximum si nous voulons garder des parts conséquentes..."

Elle se redressa d'un coup, observa la flamme qu'elle avait fait naître dans les yeux de la pirate avec un sourire malicieux et dit:

"Maintenant à toi!"
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Edvah
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Commission Rhea by Zippora
Date d'inscription : 21/08/2013
Messages : 150
Double Compte : Tarec'Mah
Liens vers la fiche : Fiche
Résumé des Rp
Métier : Capitaine de l'Atropos
Invocation(s) : Ushiran et Ephylix
Inventaire : Un tricorne, un sabre, une poignée de Tsuris.
Inventaire▲

Aventure #12 écrite Jeu 22 Aoû - 20:32

Edvah suivit Asenath des yeux, la regardant s’asseoir à côté d’elle sans aucune crainte. La jeune fille semblait curieuse et une espèce de lueur malicieuse parut passer dans ses yeux. La pirate aurait préféré que sa proposition n’intéresse pas l’autre mais maintenant, elle ne pouvait plus faire marche arrière. C’était trop tard, elle se résigna donc à participer à son propre jeu.
Le récit d’Asenath commença comme un des vieux contes que lui racontait sa mère. Elle eut l’impression d’être de nouveau lovée dans les bras doux de sa mère adoptive et elle ferma à demi les yeux pour écouter l’histoire. Cette fois-ci elle ne trouva pas le langage poétique de la jeune fille ridicule. Elle se sentait dans l’histoire et savourait les mots "émeraude" ou "trésor" comme une friandise.
Elle arqua de plus en plus les sourcils au fur et à mesure du récit jusqu’à avoir de nouveau les yeux ouverts. Le Roi des Rats. Oui, elle se rappelait vaguement maintenant. Des rumeurs. Et même si elles les avaient crues, Drake l’aurait empêché d’y aller. Il n’aimait pas les rumeurs pouvant pousser une jeune femme à aller seule dans un lieu malfamé. Il l’a protégeait. Mais il n’était plus là.
Le souffle d’Asenath dans son oreille et sa main sur sa joue la firent frémir et elle eut du mal à ne pas bondir pour sortir son poignard de sa botte. Mais les mots coulants des lèvres de la jeune fille furent du miel à ses oreilles, doux comme du lait et savoureux comme du sucre.

« Et il m'est impossible de pénétrer seule dans le domaine du Roi des Rats, même deux personnes ne pourraient y suffire. Il nous faudrait être trois-quatre, cinq grand maximum si nous voulons garder des parts conséquentes... »

Edvah était dans un autre monde. Dans ses yeux, un brasier de trésor et de pierres précieuses flamboyait, changer l’ambre de ses iris en une rivière d’or. Oui… Le trésor était peut-être juste sous ses pieds. Il lui suffisait de rassembler des gens de confiance. Des anciens membres de l’équipage, les meilleurs et les plus justes, ou les plus influençables. Elle se voyait pataugeant dans une eau verte et nauséabonde, tranchant des rats humanoïdes à coup d’épée et par trois ou quatre. Derrière l’armée hybride luisait le trésor, comme une torche au fond d’un couloir…

« - Maintenant à toi!
- Hein ? Ha oui… »


Elle secoua légèrement la tête pour se remettre les idées au clair. Le flambeau au fond de ses yeux s’apaisa et le trésor derrière les rats s’évanouit. Qu’allait-elle raconter à Asenath ? Elle ne s’attendait pas à un récit aussi long et aussi captivant. Elle s’était imaginée devoir subir un petit dialogue comme "J’ai 17 ans" ; "Moi 26" ; "Je vis dans un château" ; "Je suis un bandit"… Mais pas à devoir raconter sa vie en détail…

« J'suis arrivée à Lüh il y a 10 ans. J’avais que mon cheval et une petite bourse. J’étais perdue et je connaissais personne. J’avais 16 ans mais je savais faire quelques petits tours qui me permirent de survivre correctement. J’étais comme toi. J’étais une voleuse de bas étage. Je me baladais dans les rues, je tranchais une ou deux bourses, je faisais la manche… Je m’en sortais pas trop mal… Et un jour j’ai rencontré Drake… Il m’a trouvé. J’ai cru par un parfait hasard mais j’ai ensuite su qu’il me suivait depuis quelques jours.
Il était habile, il était gentil, attentionné… Et il me promit de l’or à flot. J’ai accepté de faire partit de sa bande. Drake était le chef d’un groupe de pillards assez renommé… Si je puis dire. Pendant… 5 ans je crois, nous avons pillé des villages entiers, brûlé des maisons, terrorisé les populations et emmagasiné assez de richesse pour vivre correctement toute la vie de dix hommes… Mais l’argent nous le dilapidions à droite à gauche et il nous en fallait toujours plus.
Un jour Drake nous a offert la mer. Nous étions las de chevaucher et les bateaux marchands nous appelaient de leurs voiles gonflées… L’Atropos nous menait au grès du vent vers une mer d’or et de flamme… Nous étions heureux. Nous étions crains. La vie était belle. »


Edvah poussa alors un grand soupir, les yeux voilés de larmes levés vers le plafond, comme si sa vie antérieure miroitait sur le bois pourrit. Elle papillonnait des paupières pour empêcher ses larmes couler avant de continuer son récit, la voix tremblante.

« J’ai été la maitresse de Drake. La seule et unique. Si l'risque de se faire abattre sans sommation en arrivant tous ensemble dans un village avec nos trognes de vainqueurs n’avait pas été aussi fort… Nous nous serions mariés… Mais à part notre planque à Lüh, dans un quartier sordide, nous n’avions accès à aucun lieu de la ville sans risquer de nous faire tuer… Cependant au cours des années en mer la terre nous manqua. Et Drake souhaitait devenir plus fort. Il voulait une invocation.
Nous avons chevauché jusqu’au Désert Ardent, heureux… Et là… Les Zuhu… Ils les ont presque tous tués… Drake aussi. »


Edvah éclata en sanglot, son visage dans les mains. Son corps était parcouru de spasmes douloureux à chaque fois qu’elle essayait d’arrêter le flot de larmes qui inondaient ses yeux. Elle n’en n’avait jamais parlé à qui que ce soit et poser des mots sur cette étape douloureuse de sa vie lui avait fait l’effet d’une bombe. Bénéfique ou néfaste, elle n’en avait aucune idée et tout ce qu’elle savait c’est qu’elle ne voulait pas qu’Asenath la voit dans cet état si misérable. Personne ne devait la voir. Elle commença à se lever, prête à courir se réfugier sous la pluie, sur le toit le plus haut de tout Lüh pour évacuer sa tristesse seule.


▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Anciens Joueurs


▼Afficher le Profil▼
Date d'inscription : 22/08/2013
Messages : 99
Inventaire▲

Aventure #13 écrite Jeu 22 Aoû - 20:33

Cette histoire avait profondément émue Asenath. Jamais elle ne s'était attendue à entendre une tranche de vie aussi personnelle et douloureuse que celle-ci. Elle même n'avait jamais connu le grand amour mais elle pouvait se l'imaginer. C'était une confidence qu'on venait de lui faire, quelque chose de précieux qui lui avait été révélé, peut-être était-elle la première à se la voir confier. Mais comment réagir devant tant de détresse? Un sentiment d'impuissance et de compassion enfla dans son cœur jusqu'à devenir un cri intérieur strident. Le beau visage d'Edvah était sillonné de larmes, son masque dur et sarcastique venait de tomber et la jeune fille comprit alors l'importance que cette protection représentait. La façade faisait front aux terribles lois de l'existence mais les fondations étaient minées de tristesse.

Au moment où la pirate prit conscience de la situation et que son amour propre lui inspira un élan de honte, Asenath se leva prestement et, contre toute attente, la prit dans ses bras en la serrant très fort. Elle essaya d'abord de calmer son propre désarrois afin d'insuffler une aura chaude, sereine et réconfortante à celle qu'elle avait stupidement confondu avec un agent de son père. Edvah voulu résister par automatisme à cette étreinte mais Asenath y mettait une grande volonté. Sa petite mine résolue et concentrée était somme toute assez attendrissante.

La jeune fille passa une main dans les cheveux de la femme, ses gestes était répétitifs, hypnotiques. Des paroles de consolation? Étrangement, elle qui possédait si bien le don des formules savait très mal en émettre, seul le tactile lui semblait adéquat en de telles circonstances, cette peine était trop justifiable. Elle garda donc le silence.
Une larme avait perlé sur le côté de son indexe. Elle observa ce petit joyeux aquatique, si semblable à une goutte de pluie en apparence mais si différent dans son essence. Pour mieux en percevoir la quintessence, elle la porta furtivement à sa bouche. Un concentré d'émotion en une si minuscule pierreries liquide et salée! Elle-même ne se souvenait pas d'avoir déjà pleuré au court de sa vie. La chose contribuait sans doute à rendre cette manifestation encore plus sacrée à ses yeux. Finalement, Asenath se décida à glisser quelques mots à l'oreille d'Edvah:

"Je ne suis qu'une parfaite inconnue pour toi mais si un jour tu as besoin de moi, tu pourras aisément me trouver dans ce quartier de la ville. Tu m'as aidé, je t'aiderai, crois en ma parole bien qu'elle soit brève..."
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Edvah
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Commission Rhea by Zippora
Date d'inscription : 21/08/2013
Messages : 150
Double Compte : Tarec'Mah
Liens vers la fiche : Fiche
Résumé des Rp
Métier : Capitaine de l'Atropos
Invocation(s) : Ushiran et Ephylix
Inventaire : Un tricorne, un sabre, une poignée de Tsuris.
Inventaire▲

Aventure #14 écrite Jeu 22 Aoû - 20:35

Des bras enserrèrent sa taille et la stoppèrent dans son élan. Elle joua des coudes pendant une seconde, essayant de se dégager de cette étreinte étrange. Elle voulait être seule. Elle serra les dents, se retourna prête à en coller une à cette vermine qui la retenait… Mais en croisant le regard si sûr d’Asenath elle ne put pas même lever la main. Elle n’aimait pas particulièrement ses grands yeux semblables à des écoutilles mais la jeune fille avait quelque chose d’amusant et attendrissant à la fois.
Edvah se força à reprendre une respiration plus lente, renifla et se laissa aller, la tête poser sur l’épaule d’Asenath, ses bras autour de son buste. Elle sentie des doigts dans ses longues mèches blondes que son élastique avait du relâcher à force d’autant d’émotion. La main d’Asenath ne lui rappelait pas son défunt amant mais son petit village natal. Sa mère adoptive lui caressait souvent les cheveux de la même manière quand elle pleurait. Elle n’avait pas pleuré particulièrement souvent, mais assez pour que ce geste soit encré dans sa mémoire.
Elle sentie doucement Asenath remuer pour chuchoter quelques mots à son oreille :

« Je ne suis qu'une parfaite inconnue pour toi mais si un jour tu as besoin de moi, tu pourras aisément me trouver dans ce quartier de la ville. Tu m'as aidé, je t'aiderai, crois en ma parole bien qu'elle soit brève... »

Edvah ne fut pas surprise. Touchée mais pas surprise qu’Asenath lui propose son aide en cas de problème. D’ailleurs, elle préférait que ce soit la jeune fille qui ait des "comptes" à lui rendre plutôt que l’inverse. Ce n’était pas de la méchanceté mais Edvah était fait ainsi, elle n’en aurait pas dormit de savoir que quelqu’un la tenait par un collier de redevance.
Edvah se redressa et prit les épaules d’Asenath pour la repousser doucement. Elle encra ses yeux ambre rougit dans les soucoupes de la jeune fille, essayant de se composer un visage doux et souriant.

« Merci, mais oublie pas que tu as donné ta parole a une pirate ma belle ! J’oublierais pas, et j'saurais l’utiliser en temps voulu. »

Elle fit un pas en arrière pour pouvoir se recoiffer, brossant rapidement ses cheveux avec ses doigts pour se faire une queue de cheval. Elle lissa ensuite ses vêtements avant de s’approcher de l’épave saoule. Elle l’avait complètement oublié lui. Edvah enfonça sa botte dans la paille sous le corps inerte et la souleva, faisant rouler le moussaillon face contre terre. Les deux femmes purent entendre un grognement avant que le jeune homme ne commence à remuer. Il essayait sans doute d’émerger et de comprendre pourquoi son nez avait atterrit dans une planche de bois humide, pourrie et grouillante. La scène fit énormément sourire Edvah qui retrouvait son aplomb malgré ses yeux rougit.

« J'le laisse là, fais en ce que tu veux… Moi je le laisserais là, mais après tu fais ce que tu veux... Les hommes sont de toute façon tous des larves. »

Edvah fit une pause, se tournant vers la jeune fille. En quelques pas elle était de nouveau devant elle et la pirate se permit de prendre sa main dans les siennes, lui souriant gentiment.

« J'vais partir. Merci encore pour m’avoir… Soutenu ? M’enfin, essaye de plus te laisser faire emmerder dans les ruelles. Je suis pas la seule à monter sur les toits pour sauter sur les jeunes filles… Même si on est pas énormément… »

Définitivement, cette petite lui faisait penser à elle, quelques années plus tôt. Elle lâcha la main d’Asenath et fit volte-face sortant de la maison. Au moment de franchir la porte elle remercia le ciel de s’être calmé sur la pluie… Elle se retourna alors vers Asenath avant de prendre le chemin d’une ruelle sombre où des caisses étaient empilées pour rejoindre les toits.

« On s'reverra, j’en suis sûre ! »

Qu’est ce qu’elle pouvait aimer la théâtralité de ces phrases jetées par-dessus l’épaule ! Elle en frissonna, se mettant à courir avec de grandes foulées souples pour sauter sur les caisses, puis les toits. Oui, il faudrait qu’elle la retrouve cette gamine.


▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
 

La nuit tombait sur les docks...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La nuit tombait sur les docks...
» La nuit du renouveau.
» Dans la nuit noire (Pollo)
» Une nuit d'ivresse humaine
» [Bande] Gobelins de la nuit

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Lüh :: Lüh, capitale des Hommes :: Les Quais-