L'Antre du Dragon blanc.

Partagez | .
 

 L'Antre du Dragon blanc.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Admin
Kohaku
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Crédit Avatar : lordeeas - Kohaku river Spirit - Deviantart
Date d'inscription : 19/08/2013
Messages : 727
Double Compte : Imaq
Liens vers la fiche : Dragon du Vent
Elément : Air
Invocation(s) : Le Vent et la Foudre.
Invocateur : Eleanör
Inventaire : Deux épées :
Anubis :
Tranchant ● ○ ○ ○ ○
Résistance ● ● ● ● ●
Maniabilité ● ● ● ● ●

Horus :
Tranchant ● ● ● ● ●
Résistance ● ● ● ● ○
Maniabilité ● ● ● ○ ○

Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #1 écrite Dim 1 Juin - 17:17

Une porte, immense et faite d'un bois peint d'un rouge qui a dû être autre fois éclatant, elle a aujourd'hui la couleur de la terre argileuse, comme cette dernière elle s'effrite et tombe en poussière.  Sur les panneaux sont gravés un seul et même dragon dépourvu d'ailes et enroulé sur lui même. Deux gouffres sombres ont été creusés à la place de ses yeux et ils fixent avec avidité l'humain qui tentera d'ouvrir la cellule.

Les gonds n'ont pas été utilisés depuis longtemps aussi, ils grinceront, résisteront à l’ouverture et rendront la porte plus lourde qu'elle ne l'est réellement. A croire qu'ils agissent selon la volonté du fils d'Aër dont ils sont le geôlier. À l'intérieur de la cellule ? De la pierre. De la pierre et des ossements.  

La pièce est vaste. Son sol est dallé d'une roche humide et grise. Ses murs contiennent des piliers sobres et bruts. Le tout pourrait sembler spartiate, si tout n'empestait pas la chair décomposée et la destruction. Les pans de roche sont lacérés, certains profondément, assez pour si enfoncer jusqu'au genoux ou  pour s'en servir de tombeau. Du sang séché et noirci à repeint la grande majorité du lieu.  Plus on s'avance et plus la tache est ample, opaque, la poussière qui s'est agglutinée entre les pavés est grandement constituée d'une poussière couleur rouille.

Chaque entrée d'un humain dans cette prison est accueillie par un grondement, mauvais, terrifiant, qui résonne en écho sur les parois. Sa source est un dragon blanc, les yeux clos, enroulé sur lui même, au sommet de son nid. Ses écailles de nacre luisent sous la lumière du jour et font scintiller mille lueurs dans les lieux. La source de cette lumière filtre à travers une petite fenêtre sur laquelle le dragon peut tout juste y déposer la truffe pour renifler l'extérieur. Cette lumière permet de discerner de quoi est constitué ce qui lui sert de nid.

Des corps, des squelettes. Les plus récents se trouvant au pieds, certains sont semblables à des momies desséchées, d'autres ont encore leur vêtements défraîchis par le temps, une expression de douleur encore imprimées sur leur visage. D'autres encore sont noircis, brûlés, il ne reste au mieux qu'un lambeaux de tissus ou une mèche de cheveux. Enfin, plus on s'approche du sommet, plus les os sont anciens, blanchis, et broyés. On ne discerne plus que quelques crânes, bassins et fémurs. Les os les plus solides, qui n'ont pas encore craqué sous le poids et la poigne terrible de l'invocation.

Dans un rai de lumière vous apercevrez aussi, peut être, des armes. Épées, dagues, lances, flèches, parfois même des choses plus exotiques. Si elles ne sont pas encore dans la main de leurs possesseurs respectifs, elles seront tordues, brisées ou encore plantées dans un autre reste humain. Et, dans tout cela, règle à présent le silence. Oui, le dragon a grondé, mais il ne s'agissait que d'une mise en garde. Lui n'a pas  bougé, ni daigné jeter un regard au mortel qui a osé entrer. Il pourrait sembler mort, si on ne le savait pas immortel. Sa respiration est simplement si ralentie que sa cage thoracique bouge très, très lentement.

[ Note à tout les candidats : Vous pouvez poster tous à la suite de ce message, cependant l'épreuve de chaque candidat sera dans un espace temps différent. Ainsi ne tenez pas compte de ce qu'un autre humain peut raconter dans vos rp. ]
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Modo
Nérée Helireah
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : New Bride, by Claparo-Sans
Date d'inscription : 22/01/2014
Messages : 518
Liens vers la fiche :
Présentation
Contes de la Dame aux Fleurs
Métier : Noble et Reine des nuages
Invocation(s) : Shénzi ♡ (inactif : Alphikas)
Inventaire :

♔ Bagages:
 

♔ Sac sans fond:
 


Inventaire▲

Aventure #2 écrite Dim 1 Juin - 22:43

Petite note : Le rp "commence" à partir du 5eme paragraphe, le reste c'est un peu du blabla. En fait, c'est que du blabla pour le 1er post, les autres seront bien sûr plus court n.n



Peut-être allait-elle simplement vers la mort en franchissant cette limite. Peut-être que son doux rêve allait s'arrêter là. Peut-être était-ce là, son vœu le plus cher.

Un pétale s'envola. Virevoltant un instant, celui-ci finit sa course en contrebas, quand bien même cela n'avait aucune importance. Là n'était pas le besoin. Elle regardait l'horizon, fixant un vide habituel. Ses cheveux balayés par le vent, la jeune femme était restée immobile pendant des heures à scruter ce rêve invisible. Assise sur le toit de sa demeure, elle ne pouvait qu'essayer d'entrevoir la mer et son infini angoissant, la ville et ses gens insignifiants. Elle ne le pouvait guère. La hauteur ne l'effrayait pas. Les regards et les murmures, portés sur sa personne, ne semblaient l'atteindre. De temps à autre, Nérée déplaçait son regard pour le poser sur un oiseau déchirant la splendeur du ciel blanc, semblant si libre et pourtant si enfermé. Était-elle vraiment libre ? Était-elle vraiment satisfaite de sa nouvelle vie ? La demoiselle ne le savait guère. Il était vrai qu'elle pouvait dorénavant jouir de tout ce qu'elle désirait, quand bien même elle ne désirait rien. Il était vrai qu'elle pouvait dorénavant aller et venir comme bon lui semblait, quand bien même elle ne se résignait à quitter Lüh. Au delà de la mer semblait se trouver quelque chose. Un but. Un objectif. Peut-être un rêve. Peut-être ce qu'elle désirait tant.
Il n'y avait pourtant rien.

Ainsi était-ce son évasion. Elle la contemplait, ne pouvant l'atteindre. Sa vie lui en était consacrée, pourtant. Malgré cela, elle semblait n'avoir jamais vécu. Malgré cela, ses réussites n'étaient que des échecs invisibles, l'envahissant peu à peu. Elle soupira faiblement. Même si soupirer lui était inhabituel, son corps lui-même n'avait pu s'empêcher de produire ce geste libérateur. Ses pensées s'envolèrent, peu à peu. Ses songes s'enfuirent, son rêve, se dissipa. Il était vrai qu'une certaine mélancolie traversait son être en cet instant même. Elle ne pouvait pourtant y faire quelque chose. Cette douce monotonie, cette lassitude, cette envie de partir qui lui était propre, elle ne pouvait les nier. Lentement, la Dame Aux Fleurs quitta sa place, descendant sans prudence du toit, manquant peut-être de tomber. Elle n'en avait que faire. Ses pieds atteignant la terre ferme, elle accueillit, esquissant un sourire, sa compagne en la prenant dans ses bras. Elle passa le seuil de la porte, la refermant derrière elle. Même s'il faisait sombre et frai, cela ne la dérangeait guère. Ce jour était comme les autres. Au final, rien n'avait changé. Au final, sa prison était restée même.

---

Ce murmure. Cette unique pensée fit ouvrir les paupières de la jeune demoiselle, fixant dorénavant le plafond de sa chambre. Ce simple chuchotement. Passant lentement une main dans sa chevelure de feu, elle se redressa lentement, fronçant imperceptiblement les sourcils. Peut-être se demandait-elle pourquoi cette pensée lui avait traversé l'esprit, même si, au fond, cela n'avait que peu d'importance. Ce murmure était présent, inévitablement. La Dame Aux Fleurs ne pouvait lutter contre lui, semblant si faible. Elle était faible. Ainsi, elle se releva, s'emparant de ses habits de voyage. Elle délassa sa simple robe pour s'en revêtir, laissant ses habituelles fleurs sur le bord de son lit. Elle n'avait pas le besoin de les porter. Dans un silence où seuls ses mouvements osaient le briser, elle fit lentement son sac sous le regard inquisiteur d'Ambre, ne prenant que le strict nécessaire. Il ne lui fallait pourtant rien. Ainsi fait, elle s'accroupit auprès de sa compagne, posant ses yeux vairons sur celle-ci, semblant lui poser une question silencieuse. Comme réponse, le petit animal grimpa sur les épaules de sa maitresse, s'installant tranquillement dans sa capuche. Plus rien ne la retenait, dorénavant. N'offrant aucun dernier regard à sa demeure, Nérée ferma la porte derrière elle, se dirigeant vers les portes de la ville. Non sans mal, elle trouva des voyageurs ayant le même objectif qu'elle. Rapidement, ses pas l'éloignèrent de la ville. Une brise traversa son être, caressant son visage.

Le vent lui chuchotait de doux rêves. Irrésistibles. Terrifiants.

---

Inquiétant. Majestueux. Noble. Malgré tout, aucun mot ne pouvait définir le temple qui se trouvait devant la jeune femme. N'osant faire un pas de plus, son regard restant fixé sur les parois semblant si purs du monument, Nérée inspira lentement. Pourtant, elle se devait d'y aller. Elle venait de quitter ses compagnons de voyage. Ceux-ci étaient déjà repartis vers une autre destination, laissant la demoiselle seule face à son but, seule devant son évasion qui semblait à la porter de son frêle corps. Le voyage n'avait été important. Les paysages qu'elle avait découverts de par celui-ci, négligeable. Lentement, elle posa sa petite renarde sur le bord des marches menant à l'entrée. Cet objectif ne devait être partagé au seul être qui lui était cher. Ambre comprenait. Ainsi, elle ne tenta pas de la suivre dans son ascension de l'escalier, ne tenta pas de la rattraper. Ainsi, elle se contenterait de l'attendre. Attendre son retour. Attendre son non-retour. Pourtant, tout cela n'avait que peu d'importance. Dorénavant face à la grande porte du temple, la Dame Aux Fleurs n'hésita qu'un court moment avant d'en passer le seuil. Risquer sa vie pour pouvoir enfin vivre. Tout cela était si insignifiant. Elle se sentait insignifiante, même si ce sentiment n'était qu'une vérité inébranlable.
Elle était insignifiante.

Nérée ne sut combien de temps s'était écoulé depuis qu'elle était entrée dans le temple. Elle n'en avait que faire. Lentement, ses pas raisonnant dans le calme grondant du lieu transportaient son être de couloirs en couloirs, interminables. Chaque porte, unique, semblait enfermer un être d'une puissance colossale. Elle le savait, s'étant quelque peu documenté sur les temples et les invocations y siégeant durant ces derniers temps. Pourtant, celle-ci n'aurait jamais pu ressentir cette sensation d'oppressement constant si celle-ci ne se trouvait pas en ce lieu-même. Elle ne se sentait pas à sa place.
Ainsi, se contentant d'observer les antres clos, la demoiselle continua inlassablement sa marche. L'air étant l'élément dominant en cette place, bons nombres d'invocations représentées sur leurs portes étaient dotées d'ailes, toutes aussi majestueuses les unes que les autres, toutes aussi terrifiantes. Peut-être était-ce paradoxale pour un être à qui les portes du ciel lui sont ouvertes que de devoir rester enfermer dans un lieu si beau soit-il. Pourtant, cela n'avait que peu d'importance. Il faisait vrai, un doux courant d'air traversant les dédales du lieu. Soudain, les pas s'arrêtèrent devant une porte, ses yeux restant fixés sur celle-ci. Son aspect, immense et imposant, n'était guère important. Sa couleur argile, la poussière qui s'en dégageait n'intimait pas au questionnement. Lentement, les pas de la Dame Aux Fleurs la conduisaient devant l'antre. Tel un papillon attiré par une douce lumière, elle ne pouvait résister à son appel. De sa fine main, elle en effleura le bois, son regard ne quittant une seule seconde la forme qui était gravé sur les panneaux. Le dragon n'avait pas d'ailes.

De longues minutes s'écoulèrent. Peut-être des heures. Même si le temps en ce lieu ne semblait avoir de l'importance, il était certain que la jeune demoiselle était restée un certain temps devant cette porte, à en fixer la gravure, perdue dans ses pensées. Perdue dans ce lieu, scrutant chaque courbure du dessin. Le dragon, enroulé sur lui-même, dégageait une impression encore jamais ressentit. Les deux cavités de ses yeux semblaient la fixer froidement, l'estimant indigne de sa présence avant même que celle-ci ne se décide ou non à en passer le seuil. La demoiselle le savait. Laissant lentement sa main retomber, elle resta là, à fixer les deux gouffres sombres de la porte. Restant silencieuse, ne voyant aucun intérêt à produire ne serait-ce un mouvement inutile, celle-ci resta immobile. Le murmure ne l'avait cependant quitté. Ainsi, lentement, la jeune femme porta cette fois-ci les deux mains sur la porte, décidée à franchir la limite qu'elle s'était imposée. Elle inspira. Elle poussa.

Il était certain que l'état de la porte allait aussi avec la difficulté de passer outre celle-ci. Le bois s'effritant quelque peu au contact de sa peau et de sa pression, les gonds de l'antre grincèrent lentement, la porte résistant quelque peu à l'ouverture. Même si Nérée était très nettement faible, démunie d'une quelconque force, elle fut capable non sans mal à l'entrouvrir, quand bien même celle-ci semblait bien lourde pour ce corps si fragile. Peut-être était-ce le demi-dieu en personne qui lui intimait que sa place n'était pas en son antre. Cela n'était guère important. Avec une lenteur démesurée, la porte s'ouvrit de plus en plus, assez pour laisser passer son corps avec aisance. Elle recula d'un pas. Au final, la demoiselle ne savait guère si ce murmure, toujours présent, lui susurrait d'entrer ou de rebrousser chemin. Seule la gravure l'avait décidée à faire le premier pas, avait attisé la curiosité de la jeune femme, ses doux songes reprenant le dessus sur son esprit en l'espace de quelques instants. Pourtant, elle n'hésitait pas. Il était bien trop tard pour hésiter.
Silencieusement, elle passa le seuil de la porte.

Un grondement. Sourd, profond, inquiétant. Un grondement qui s'atténua au fil de seconde, pour devenir silence après sa résonnance. Un grondement en disait long sur les pensées de son créateur. Nérée frémit. Elle n'avait pourtant guère peur. Ce simple bruit incitait au respect, définissant les positions de chacun. La femme était l'intrus, même si cela n'avait plus d'importance. Peut-être était-elle habituée. Restant devant la porte, celle-ci prit quelques secondes afin d'observer la salle oppressante. Le sol humide. Froid. Quelques fois teinté de carmin, quelques fois recouvert de poussière. Dallé, sa couleur d'autrefois semblait grise, quand bien même ce gris ne pouvait que peu être discerné. Remontant son regard, celui-ci se posa sur les piliers des murs, sur les pans de roche lacérés par des griffes. Sans s'arrêter, il continua sa course, scrutant tour à tour sur les os, les cadavres endommagés, les squelettes. La jeune femme n'avait fait un pas, n'avait déranger le silence auquel elle tenait tant. Même si cette vision d'horreur incitait à la haine, même si l'odeur qui s'en dégageait incitait au dégout, la femme n'en fut que peu touchée. L'espèce humaine en était le fruit.

Ses yeux se posèrent sur le créateur de l'avertissement qu'elle avait reçu. Ses yeux se posèrent sur le dragon. Celui-ci reposait, enroulé autour de lui-même, sur le tas d'os d'Hommes observés l'instant d'avant lui servant de nid. Depuis son entrée, il n'avait bougé. Il n'avait daigné ouvrir les yeux, daigné lui prêter une quelconque attention. La Dame Aux Fleurs n'en avait pourtant pas le besoin. Elle contempla tranquillement sa peau de nacre, sa prestance indiscutable, son aura divine. Ainsi était-ce une invocation. Elle détailla chacune de ses facettes visibles comme elle avait détaillé le dessin de la porte. Les deux gouffres sombres étaient remplacés par ses yeux clos. Une douce lumière, provenant d'une unique fenêtre, illuminait ses écailles, le rendant gracieux les éléments l'entourant. Le sang ternissait son image, le rendant dans un même instant en valeur. Pourtant, tout cela n'avait que peu d'importance, un seul et unique détail attirant toute l'attention de la femme. Le dragon était comme sa gravure. Le dragon n'avait pas d'ailes.

Ainsi, la demoiselle était dans l'antre du dragon. Dorénavant face à celui-ci, elle ne pouvait reculer, même si l'envie n'était présente. Elle n'avait guère peur, un sentiment pourtant inexplicable lui déchirant l'esprit. Peut-être était-ce ce chuchotement qui la poussait à songer ainsi. Cependant, en cet instant même, tout était limpide dans ses songes les plus fous. Peut-être dans le but de se convaincre que son choix était fait, bien que celui-ci ait été pris il y a fort longtemps, Nérée avança d'un pas. Un unique pas, ne voulant pour le moment déchirer le silence de par ses futiles paroles. Elle posa une nouvelle fois ses yeux sur le dragon, inspirant lentement.

Elle resta silencieuse, les yeux rivés sur l'être qui la dominait de toute sa prestance. Peut-être n'était-elle pas présente en ce lieu pour libérer une quelconque invocation. Peut-être cherchait-elle simplement sa propre délivrance. Sa propre évasion.

▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #3 écrite Lun 2 Juin - 1:53

On disait souvent dans la milice que si un plan devait réussir il fallait réunir plusieurs conditions. Les conditions pour la réussite d'un plan étaient en effet nombreux, chacun avaient une importance capitale et ne devaient pas être pris à la légère. Deux de ces conditions sortaient du lot par leur importance.

La Patience, l'aptitude de quelqu'un à se maitriser face à une situation de tension, cependant ce n'était pas le point fort d'Arahael. Le jeune capitaine n'avait aucune maitrise sur l'ambition qui pourrissait son coeur, cela ne l'aidait pas à être patient. La seule chose que le calmait était la deuxième condition pour que son plan réussi, la puissance. Le mercenaire savait qu'il lui manquait une chose essentielle pour parvenir à ses fins et c'était bien la puissance. Bien que les missions arrivaient, elles étaient souvent risquées et il était clair qu'avec dix hommes il n'irait pas loin. Cependant, la puissance ne lui permettrait pas que faciliter ses missions, mais d'impressionner et de gagner le respect des nombreuses bandes de criminelles qui seraient susceptibles de le rejoindre dans son combat. Après tous les forts vivent et les faible meurent, c'est la triste du plus fort et les faible cherche souvent la protection du plus fort pour survivre. Cette loi gouvernait ce monde et Arahael tenait à rester le plus fort. Le seul moyen de gagner de la puissance était simple, il lui fallait un de ces demi-dieux à son service.

Les déplacements de l'ambitieux jeune homme étaient limités, il était toujours recherché par la milice qui voulait plus que tout sa tête et il ne tenait pas à leur offrir ce plaisir. Le temple de l'air semblait une destination plus raisonnable pour lui puisque que le temple reste en zone de non droit et proche de son repaire. Après qu'il avait étudié ses plans et passer en revus la grotte qui servait de repaire à sa compagnie, Arahael se préparait pour le grand voyage. Il revêtait son armure, sanglait toutes ses ceintures, réajustait son arbalète et retirait son épée de son fourreaux. La lame était toujours bien affutée et on pouvait toujours voir l'inscription sur son épée de la seule loi qu'il respectait. Enfin il était prêt, il donnait les dernières instructions à ses hommes qui se préparaient eux aussi pour le voyage et partaient en direction du temple de l'air.

Grandiose ? Non, plutôt monumentale ! C'était le premier mot qui venait en tête pour l'ambitieux capitaine en voyant l'immense temple qui se dressait devant lui. Arahael prit une grande inspiration, enfin il était arrivé. Il donna l'autorisation à ses hommes de bivouaquer vers l'entrée du temple pendant que lui irait chercher l'invocation qui pourrait réaliser ses ambitions ou lui apporter la mort. Il n'avait pas oublié que les épreuves qui l'attendaient seraient difficiles et dangereuses, mais qu'avait-il à perdre à présent ?

Après qu'il avait laissé ses hommes à l'entrée du temple, le capitaine s'aventura dans le temple. Il se promenait dans les couloirs du temple, examina les salles, les portes et le reste. Mais rien ne semblait attirer l'oeil du jeune homme. Après un moment d'errance le jeune Arahael arrivait dans une salle avec une porte. Cette porte avait une étrange aura, comme si elle appelait l'ambitieux mercenaire. Un immense dragon sans ailes était visible sur le panneau de la porte, mais une chose dérangeait l'humain et c'était les yeux du dragon. Ces derniers semblais fixer du regard l'inconnu qui se trouvait, ses yeux étaient terrifiants. Le capitaine de mercenaire regardait attentivement la porte, elle semblait vielle mais encore résistante. Son coeur battait à toute allure et l'impression que cette porte donnait ne pouvait que mener vers une invocation puissante ou la mort du mercenaire.

Arahael prenait une légère inspiration, posa ses mains sur la porte. Il attendait quelque seconde afin de réfléchir s'il avait fait le bon choix, mais il ne pouvait pas savoir et la seule façon de le savoir c'était de rentrer. L'homme il rassemblait ses forces pour ouvrir la porte. Les gonds de la porte fessait un bruit énorme, mais la porte était ouverte. Il regardait ce qui se trouvait en face de lui, bien qu'une odeur pestilentielle se fit sentir. La porte donnait sur une grande salle poussiéreuse et salle. Après avoir vu ce qui se trouvait devant lui Arahael passa le seuil de la porte et continua son chemin, mais il n'était pas au bout de sa surprise.

Un lourd grognement se fit entendre au loin, ce grognement était inquiétant. Tellement inquiétant que le mercenaire prit la garde de son épée, mais ne la sortait pas de son fourreau. Il gardait son calme regardant tout autour de lui, mais il ne voyait que des cadavres et des os ce qui pouvaient signifier qu'une chose, que la créature ne devait pas être amicale. Malgré ces grognements il continuait son chemin en direction de ce grognement, puis aperçu ce qui semblait être de la lumière. Le capitaine se dirigeait vers cette lumière et il se retrouva devant ce qui lui semblait être un dragon. Trop tard pour faire marche arrière Arahael n'aurait aucune chance de fuite, mais le mercenaire resta sur place, immobile. Il était tellement impressionné par la carrure du dragon qu'il en avait les yeux grands ouverts. Jamais il n'avait vu une aussi grande créature, jamais pensé qu'un jour il se retrouverait devant un dragon bien réel.

"Par tous les dieux."
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Kohaku
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Crédit Avatar : lordeeas - Kohaku river Spirit - Deviantart
Date d'inscription : 19/08/2013
Messages : 727
Double Compte : Imaq
Liens vers la fiche : Dragon du Vent
Elément : Air
Invocation(s) : Le Vent et la Foudre.
Invocateur : Eleanör
Inventaire : Deux épées :
Anubis :
Tranchant ● ○ ○ ○ ○
Résistance ● ● ● ● ●
Maniabilité ● ● ● ● ●

Horus :
Tranchant ● ● ● ● ●
Résistance ● ● ● ● ○
Maniabilité ● ● ● ○ ○

Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #4 écrite Lun 2 Juin - 22:03

Nérée Helireah:
 

Arahael Hùrin:
 
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #5 écrite Mar 3 Juin - 1:17

En effet c'était bel et bien un dragon. Quand il était plus petit il s'imaginait en train de les combattre ou voler avec eux. Cependant, aujourd'hui il se retrouvait face à un véritable dragon. Son oeil surveillait chacun des déplacements de l'ambitieux capitaine. L'oeil du dragon n'inquiétait pas l'homme qui venait dans son sanctuaire, après tout il était la tout en espérant espérant pouvoir faire un pacte avec l'un de ces semi-dieux. Cependant, le mouvement de l'oeil du dragon vers la porte n'était absolument pas rassurant. Il pouvait même qu'annoncer un mauvais présage.

Un lourd bruit attirait l'attention d'Arahael. Un bruit qu'il lui était familier et qu'il avait déjà entendu quand il était rentré dans l'antre du dragon. Le jeune mercenaire se retournait pour voir quelque chose qui n'était pas prévu. La porte se refermait et il regardait impuissant à l'erreur qu'il avait fait en rentrant dans la prison du demi-dieux. Le voilà privé de retraite ou de sortie, il était condamné avec le demi-dieu. La lumière était toujours présente grâce à la fenêtre de la prison et le dragon. Il se retournait pour voir la réaction du dragon. Son oeil était luminescent dans le noir, mais il se referma vite une fois la porte définitivement fermer. Un sourire moqueur envers le dragon se dessinait sur le visage du capitaine.

"Hé bien quel accueil !"

Arahael se retournait et partait inspecter la porte. Bien que le dragon pouvait être dangereux, il ne s'inquiétait pas et de toute façon le reptile ne semblait pas vouloir bouger de son lit. Une fois arrivé le mercenaire inspectait la porte. Elle semblait définitivement fermé, impossible à ouvrir. Le capitaine commençait à comprendre qu'il n'y aura pas de marche arrière.

"hé bien Arahael ? Dans quelle situation tu es tombé cette fois ci ?"

Il se retournait à nouveau et regardait le dragon. Il n'avait pas bougé de sa position, on aurait pu croire qu'il ne s'intéressait absolument pas à l'inconnu qui avait pénétré son sanctuaire. Le capitaine ne savait pas comment il fallait faire pour sortir. Une énigme ou un défi ? Il n'en savait rien du tout. La seule façon de le savoir était de demander au prisonnier de cette salle. Il retournait auprès du dragon qui semblait dormir tout en l'ignorant. Le capitaine s'asseyait sur le sol en tailleur et regardait une nouvelle fois le dragon. Quel triste sort de se retrouver bloqué avec une telle créature. Cependant, Arahael ne s'avouait pas encore vaincu. Il pouvait réussir à gagner la confiance du demi-dieu et sortir vainqueur d'une énigme ou d'un défi qui lui permettrait une alliance avec le dragon. Le mercenaire décidait de briser le lourd silence et passer à la suite.

"Mon nom est Arahael Hùrin ! Je suis venu vous libérez demi-dieu ! J'imagine qu'il y a une énigme ou un défi à passer comme tous les autres pour gagner votre confiance !"

Arahael n'avait strictement aucune idée à qui il parlait. Il ne savait pas que ce dragon avait un triste passé, mais il fallait trouver sa confiance pour sortir vivant et victorieux pour poursuivre ses ambitions qui noircissaient son coeur.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Modo
Nérée Helireah
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : New Bride, by Claparo-Sans
Date d'inscription : 22/01/2014
Messages : 518
Liens vers la fiche :
Présentation
Contes de la Dame aux Fleurs
Métier : Noble et Reine des nuages
Invocation(s) : Shénzi ♡ (inactif : Alphikas)
Inventaire :

♔ Bagages:
 

♔ Sac sans fond:
 


Inventaire▲

Aventure #6 écrite Mar 3 Juin - 16:48



Le vent sembla la balayer, telle une simple brindille virevoltante, ne pouvant lutter contre les forces de l'entité. Rien ne s'était pourtant produit. Les paroles semblèrent s'être échangées, telle une percussion effervescente, ne pouvant guère démentir les vérités absolues. Rien ne s'était pourtant dit. Le silence régnait en maître absolu, les yeux de la Dame Aux Fleurs n'avaient quitté l'être fait de jade. Ses fins doigts n'avaient osés osciller, sa poitrine seule allant et venant au gré de sa douce respiration. Elle songeait. La pièce qu'elle venait de détailler quelques instants auparavant n'avait plus d'importance. Les corps de ses défunts pairs, futiles. La demoiselle était si futile. Seul le Dragon sans ailes attirait son attention, créant dans son esprit mille et une questions sans réponse. Pourtant, ces mêmes réponses, la demoiselle ne voulait les connaitre. Là n'était pas le besoin. Derrière elle, la porte jadis poussée était restée ouverte, même si la jeune femme n'avait aucunement l'intention de partir. Peut-être allait-elle simplement trouver ce doux rêve de mort en ce lieu, cette destination finale tant recherchée et cependant redoutée. Cela n'avait, au final, que peu d'importance. Peut-être était-elle déjà morte. Depuis bien longtemps, celle-ci ne considérait plus son existence comme une forme de vie.

Le Dragon ouvrit un œil. Un unique œil, ce geste semblant empli d'un sens certain. Lentement, celui-ci s'imprégna de la lumière baignant légèrement la salle. Chaos pour devenir lumière, cet astre de flot se posa sur le frêle corps de Nérée. Il sembla le transpercer, découvrant chaque recoin de sa personne. Il était certain que la jeune femme ne pouvait lutter psychologiquement et physiquement contre un demi-dieu. Personne ne le pouvait, pas même le plus valeureux des guerriers. Elle ne pouvait comprendre. Les secondes s'écoulèrent, interminables. Pourtant, cette même notion du temps n'avait guère sa place en ce lieu. La Dame Aux Fleurs n'avait détourné le regard depuis lors. Elle n'avait aucunement peur d'affronter la réalité que représentait l'entité. Elle était trop âgée pour être timide. Yeux dans l'œil, ils se regardaient. Aussitôt que le Dragon avait posé son unique regard sur la demoiselle, celui-ci avait laissé glisser son iris au-delà de son corps, le portant sur la porte qui se trouvait dans son dos. Comme invisible, inexistante, la demoiselle semblait déjà être poussière retrouvant ses pairs. Peut-être était-ce le cas.

Le silence se déchira. Au début un simple murmure, la porte du malheur monta lentement en crescendo, se refermant dans une complainte atteignant son paroxysme lorsque le bois toucha son encadrement. Puis plus rien. Sans se retourner, la jeune femme avait bien deviné que l'ouverture qui avait laissée son corps passer s'était refermée, la coupant ainsi du monde qu'elle haïssait et aimait. Sans se retourner, la demoiselle avait bien deviné qu'elle était dorénavant prisonnière de l'antre du Dragon. Lentement, l'obscurité reprit son droit, l'englobant, devenant une ombre blanche. Une ombre invisible face à l'œil de l'être de jade. Seule la fenêtre, crachant sa douce lumière, semblait rappeler le semblant de réalité de cette salle. Elle n'avait bougé. Au final, son seul pas en avant prouvait qu'elle n'avait peur de ce non-retour. Tout cela n'avait, au final, rien changé quant à sa vision des choses.
La demoiselle était déjà prisonnière.

L'œil du Dragon se referma, sans accorder un autre regard à la jeune femme. Cela n'était pas important. Nérée, elle, ne l'avait quitté du regard. Ainsi, elle avait pu remarquer avec le temps sa respiration si lente, évaluer sa longueur qui semblait si immense. A la grandeur de la salle, son hôte en était le maître. Pourtant, la puissance ici n'était guère importante. Ainsi, de longues secondes s'écoulèrent, le destin oscillant dangereusement. Ce même destin sembla descendre aux enfers en l'espace de quelques secondes, lorsque les pensées de la demoiselle dévièrent de son point de repère. Un frisson parcourra son être, s'emparant de celui-ci, pour enfin la délaisser après avoir insinué une simple pensée dévastatrice. Ambre. Cette réalité l'empêchait de sombrer dans sa douce folie. Il était vrai qu'elle ne pouvait oublier sa peur constante pour sa compagne, peur qui était devenue habitude de par cette continuité. Elle-même s'était habituée à son effroi, devenant pensée pour rester cauchemar. Nérée fit un pas en avant. La pensée s'envola, libre de ses ailes. Elle posa délicatement son pied sur le sol de dalles, enchaînant avec l'autre. Lentement, elle avança vers le nid du Dragon dépourvu d'ailes, la porte du malheur ayant déjà décidé pour elle. Elle avança vers cette destination. Elle n'avait pas le choix, quand bien même elle semblait détenir toutes les cartes de son destin. Peut-être ne l'avait-elle jamais eu.

Elle s'arrêta. Même si elle avait parcouru seulement quelques mètres dans la vaste salle, ces stupides mètres la rapprochaient considérablement du demi-dieu semblant endormit. Cela n'était pourtant pas superflu. Ainsi, d'innombrables choix s'offraient à la Dame Aux Fleurs. Avant de venir fouler la terre de ces lieux, celle-ci s'était quelque peu documentée sur les demi-dieux. Si chacun parlait d'énigmes à résoudre et épreuve à réussir, d'autres prétentieux déclaraient que la présentation devait se faire avant toute chose. Pourtant, chacun était unique. Elle ne le fit pas. Pour le moment, son nom n'était que paroles futiles. Comme ses défunts pairs, celle-ci ne pouvait être d'une importance supérieure. Sa pensée ne pouvait s'élever, enfermée à jamais. Ses intentions, elles, ne pouvaient se définir. Le mensonge n'ayant aucunement sa place dans l'esprit de Nérée, celle-ci ne pouvait prétendre à la libération du Dragon. Au final, ceux-ci resteraient prisonniers, quelle que soit l'issue de la rencontre. Seule son évasion se rapprochait. Elle esquissa un imperceptible sourire.

Au final, la Dame Aux Fleurs se complaisait dans la paisible quiétude du lieu, quand bien même celui-ci était empli d'horreur. Ces horreurs, elles ne les voyaient guère, n'y portant aucune considération première, quand bien même elle ne pouvait passer outre. Au final, la demoiselle avait l'éternité pour prendre la parole, pour enfin trépasser dans son doux rêve. Peut-être était-ce là un avenir convenable pour l'être qu'elle était. Dérivant dangereusement dans ses songes, la demoiselle ferma un instant les yeux, semblant pourtant fixer le Dragon au-delà de ses paupières closes. Peut-être avait-elle encore l'image de celui-ci en esprit. Elle inspira lentement. Elle rouvrit doucement les paupières.

Bientôt, elle brisera le silence roi. Pourtant, ce même bientôt n'avait aucun impact sur le temps, celui-ci étant inexistant. Seul le chuchotement du vent rythmait, comme un décompte, son existence. Bientôt.

▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Kohaku
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Crédit Avatar : lordeeas - Kohaku river Spirit - Deviantart
Date d'inscription : 19/08/2013
Messages : 727
Double Compte : Imaq
Liens vers la fiche : Dragon du Vent
Elément : Air
Invocation(s) : Le Vent et la Foudre.
Invocateur : Eleanör
Inventaire : Deux épées :
Anubis :
Tranchant ● ○ ○ ○ ○
Résistance ● ● ● ● ●
Maniabilité ● ● ● ● ●

Horus :
Tranchant ● ● ● ● ●
Résistance ● ● ● ● ○
Maniabilité ● ● ● ○ ○

Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #7 écrite Mar 3 Juin - 19:19

Arahael Hùrin:
 


Nérée Helireah:
 
▲ Succès ▲


Dernière édition par Kohaku le Mar 3 Juin - 22:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #8 écrite Mar 3 Juin - 22:32

En voilà un comportement étrange. Arahael était étonné que le dragon ne s'intéressait pas à lui. Il avait toujours entendu dire que ceux qui réussissaient un pacte avec une invocation avait passé leurs énigmes ou défis de cette dernière. Mais le demi-dieu qui se trouvait devant lui ne semblait pas amical et encore moins bavard. Le capitaine regardait le dragon qui profitait du silence qui régnait dans la salle. L'humain cherchait un moyen à continuer la conversation, mais quoi ?

Après quelques minutes de silence le mercenaire en avait assez d'attendre une remarque qui viendrait du dragon. Il voyait qu'attendre le menait à rien et cela l'énervait. Le capitaine se relevait avec son lourd équipement. Il regardait encore une fois si le demi-dieu déniait le regarder, mais il semblait que ce dernier essayait de retrouver le sommeil malgré la présence de l'humain.

"Il est drôle de voir un demi-dieu tel que toi se moquer de ma présence devant toi, mais tu dois voir tes raisons et moi les miennes qui m'ont faites venir ici pour te rencontrer."

Arahael n'attendait point de réponse venant du dragon. Il se relevait pour rejoindre la porte une nouvelle fois. Il avait sans doute manqué un mécanisme caché ou encore une inscription sur la porte. Cependant, la porte était vieille, peu de chance que le mercenaire trouve quelque chose ou encore une solution à son problème. Rester enfermer avec une invocation en voilà une situation qu'irritait le capitaine. De colère il frappa de toute la force de son poing droit. Un immense bruit de choc retentissait dans la salle. Arahael avait la colère en lui, il c'était fait piéger tout seul à cause de sa soif de pourvoir et de l'ambition qui le brulait. Il restait sur place, poing sur la porte.

"Dis voir demi-dieu ! Comme tu peux le voir le fait de se retrouver enfermé me rend fou, mais je suis en train de penser à quelque chose. Je pense que la raison de ne pas me faire confiance est dû à ce que je suis, n'est-ce pas ?"

Il ne savait pas ce qu'il disait, il cherchait quelque chose pour calmer sa colère et tenter d'avancer pour trouver une solution au problème.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #9 écrite Mer 4 Juin - 9:54

Pas à un seul instant, Solveig n'avait quitté le temple des yeux durant leur ascension jusque celui-ci. Depuis sa prime jeunesse, elle savait que son chemin l'amènerait un jour sur son parvis. Pourquoi maintenant ? Elle haussa les épaules pour elle-même avant de sourire. La réponse n'était pas bien compliquée, pour augmenter son profit. Sans invocations, les contrats se faisaient de plus en plus rare, il était grand temps d'y remédier. Plus du genre fonceuse que réfléchie, elle ne s'attarda pas plus longtemps dehors, après un dernier regard vers son escorte, elle s'enfonça sans crainte dans le temple.

Le temple était bien sûr immense. Bien plus grand que ce qu'elle s'était imaginé. Aussi bien que le temps mis à profit par la longue marche qui s'offrait devant elle, afin d'atteindre la porte de son choix, commençait à transformer sa fougue en doutes. Si l'épreuve s'avérait intellectuelle, aurais-t-elle les capacités pour réussir ? Son bras serait-il assez fort pour dompter une invocation ? Sa résolution en fut quelque peu ébranlée. Cependant, silencieuse, les sourcils froncés, elle continua sa route.

Le choix ne devait pas se faire à la légère, elle en avait conscience. C'est bien pour cela qu'elle observait chaque porte avec attention, avant de finalement en choisir une. Son sourire en coin n'était pas rassuré, la porte qui se dressait devant elle semblait décidément avoir connu de meilleurs jours. Sa main passa avec une certaine douceur sur le bois peint, emmenant avec elle quelques résidus de couleur argileuse. Le but de son geste ? Elle ne le savait pas très bien elle-même. Peut-être éviter inconsciemment le regard creux du dragon qui lui faisait face sur la porte, ou bien seulement était-ce une geste à visée rassurante. Le cœur battant vite et fort, d'excitation comme de crainte, elle plongea son regard dans celui du dragon dessiné. Quand il fut clair que fixé un dessin ne l'amènerait nulle part, sa tension était redescendue pour faire place à son naturel confiant. Ayant suffisamment attendu, Solveig pousse la porte de toute ses forces pour finalement entrer et faire face à son choix.

Sa première réaction une fois à l'intérieur, fut de porter son bras sur son nez pour empêcher l'odeur nauséabonde de l'importuner davantage. Laissant échapper un « charmant... ». Sa deuxième, est de suivre le grondement sonore jusque son origine. La vision qui s'offrait devant la jeune femme était sublime. Un symbole de pureté au milieu d'une souillure sans nom. Si bien qu'elle resta un moment hébétée, admirant les jeux de lumières qui s'offraient à elle. Elle resta immobile le temps qui lui sembla suffisant. La lumière l'avait distraite un temps, mais le second, elle l'avait passé en observant plus attentivement le dragon. Tout comme il observait les réactions de la jeune femme. Sinon pourquoi feindre de dormir ? Sa respiration laissait présager une certaine sérénité, qui en devenait inquiétante dans ce contexte cadavérique. Tout ça n'était qu'une mise en scène.

Toujours sur le pas de la porte, n'ayant pas avancé depuis son entrée dans la salle, Solveig sortit de son sac un morceau de tissu qu'elle imbiba légèrement d'eau. Une fois l'étoffe attachée sur son nez, l'odeur ne présentait plus de problème. D'un pas assez certain, elle décida d'étudier la salle avant de s'approcher du nid. Son regard balaie les alentours qui reste à proximité, l'élément récurrent étant que chacun avait clairement l'intention de combattre. Solveig jeta un regard en coin au dragon soit disant endormi. Le respect par la force ne semble pas être la bonne solution. Continuant son investigation, la jeune femme s’accroupit auprès d'un cadavre brûlé, l'examinant sous tous les angles n'hésitant pas une seconde à le manipuler à mains nus. L'invocation étant de type air, sa seule possibilité pour le mettre dans un tel état aurait été de le foudroyer. Mais la raison derrière l'utilisation d'un tel sort face à de faibles humains semblait discordante.
Ce côté lugubre, cet étalage de puissance, cette fausse sérénité puant la méfiance. Clairement cette invocation détestait les humains. Et pourtant, son museau sur le bord de la fenêtre criait tout aussi distinctement à l'aide.

Solveig s'avança avec prudence vers l'habitant de cette cage macabre, la dernière chose qu'elle souhaitait était bien de s'aliéner un être surpuissant. Se présenter lui semblait être la chose la plus convenable à faire pour le moment. Il serait toujours temps d'improviser à la réaction du dragon ou même à son manque de réaction. Tout en gardant une certaine distance, mesure de sécurité illusoire mais rassurante, elle s'adresse au dragon sur un ton plutôt amical.

- Enchantée fils d'Aër, je me nomme Solveig Njørdson, fille des landes du nord. Ma présence ici ne fait aucun mystère, j'ai besoin de ton aide... Je marque une pause, posant mon regard sur son museau. Comme tu as besoin de la mienne.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Modo
Nérée Helireah
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : New Bride, by Claparo-Sans
Date d'inscription : 22/01/2014
Messages : 518
Liens vers la fiche :
Présentation
Contes de la Dame aux Fleurs
Métier : Noble et Reine des nuages
Invocation(s) : Shénzi ♡ (inactif : Alphikas)
Inventaire :

♔ Bagages:
 

♔ Sac sans fond:
 


Inventaire▲

Aventure #10 écrite Mer 4 Juin - 13:50



Le silence. Encore présent, régnant en maître absolu, il n'était qu'interrompu par les lentes respirations des êtres se confrontant dans l'endroit clos. Demi-sommeil, demi-songe. Pourtant, ils semblaient se scruter mutuellement, essayant de deviner non sans mal leur réflexion respective. Il était peut-être impossible de comprendre le Dragon. Il était peut-être impossible de comprendre Nérée. Cela n'était pourtant pas important. Ainsi au pied du nid de l'être de jade, celle-ci relevait légèrement la tête afin de laisser ses yeux se poser sur sa forme reptilienne. Elle gardait tout de même une certaine distance de la base du nid, ne voulant prendre de risque inutile. En ce lieu, elle était l'intrus. En ce lieu, la mort était son adversaire invisible, adversaire tant cherché et redouté. Malgré tout, Nérée ne voulait mourir, rejoignant ainsi les corps des anciens prétendants. Ses pensées agissaient contre ce fait, n'étant pourtant incapable de ne rien ressentir face à la pathétique fin des siens. Car au final, elle était simplement humaine.

Ses pensées, elles, avaient dérivé depuis bien longtemps. La demoiselle descendit alors son regard. Celui-ci se posa sur les os, les poussières des défunts. De là provenait l'odeur immonde de la pièce, odeur contrastant étrangement avec la sérénité du lieu. L'Horreur était calme. Sur certains visages pales, une expression de crainte, de vive douleur pouvait encore s'y lire. Dans leurs mains, des armes, des objets de défense inutiles pourtant. Leurs peaux étaient quelques fois brulées, quelques fois transpercées. Ce paysage macabre susurrait tant d'information pourtant superflue à l'oreille de la Dame Aux Fleurs. Se désintéressant une fois de plus de ses pairs, elle remonta son regard sur l'auteur de ces actes, une énième question fleurissant dans son esprit. Ils étaient venus, comme elle, à la rencontre du Dragon. Certains forts, certains faibles, intelligents. Tous semblaient avoir péri en ce lieu, le temps délavant leurs corps, emportant leurs lumières. La demoiselle aurait pu concevoir les pensées de l'être divin, quand bien même cela lui était tout bonnement impossible. Elle inspira doucement. S'attarder était inutile.

Bientôt était devenu maintenant. Il était vrai que la jeune femme ne voulait déranger son silence avec des paroles surabondantes. Là n'était pas le besoin. Pourtant, les questions remuant sans cesse dans son esprit ne faisaient qu'attiser la curiosité qu'elle développait en ce moment même envers le demi-dieu, chacune plus importante que les autres. Pourtant et malgré tout, les secondes s'écoulant lentement, une seule était importante pour Nérée, quand bien même cette même importance était dérisoire. Au final, peser ses mots n'était pas primordial, chercher à cacher la vérité de ses dires avec des tournures de phrases était insignifiant. Elle était observée. Elle ne songea guère à ses paroles. Elle n'avait que peu d'importance.

La demoiselle se décida à poser sa simple question. Tout simplement.
« Pourquoi n'ont-ils pas été à la hauteur ? »

▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Kohaku
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Crédit Avatar : lordeeas - Kohaku river Spirit - Deviantart
Date d'inscription : 19/08/2013
Messages : 727
Double Compte : Imaq
Liens vers la fiche : Dragon du Vent
Elément : Air
Invocation(s) : Le Vent et la Foudre.
Invocateur : Eleanör
Inventaire : Deux épées :
Anubis :
Tranchant ● ○ ○ ○ ○
Résistance ● ● ● ● ●
Maniabilité ● ● ● ● ●

Horus :
Tranchant ● ● ● ● ●
Résistance ● ● ● ● ○
Maniabilité ● ● ● ○ ○

Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #11 écrite Mer 4 Juin - 17:12

Arahel Hùrin:
 


Solveig:
 


Nérée Helireah:
 
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Modo
Nérée Helireah
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : New Bride, by Claparo-Sans
Date d'inscription : 22/01/2014
Messages : 518
Liens vers la fiche :
Présentation
Contes de la Dame aux Fleurs
Métier : Noble et Reine des nuages
Invocation(s) : Shénzi ♡ (inactif : Alphikas)
Inventaire :

♔ Bagages:
 

♔ Sac sans fond:
 


Inventaire▲

Aventure #12 écrite Mer 4 Juin - 20:46



Il disparut. Promptement, déchiré par les hurlements, le silence se brisa. Volant en éclats, il annonça le glas des premières paroles échangées, quand bien même celles-ci ne pouvaient se comparer à une banale discussion. Puis, comme il était venu, le déchirement se replia peu à peu, le souffle de Nérée s'estompant dans le creux de sa gorge. Elle inspira, son regard ne déviant point de son objectif. Le silence revint, un court instant. Après avoir lâché sa simple question, la Dame Aux Fleurs attendit patiemment sa réponse, qui ne tarda à venir. Le temps, pourtant, n'avait guère d'importance. Malgré tout, elle s'interrogeait encore, quand bien même la réponse se présentait ses pieds. Mais seule celle sortant des entrailles du Dragon l'intéressait. Celui-ci soupira. Celui-ci, regard tourné vers le noir de ses paupières, brisa à son tour le doux silence, faisant sonner ses paroles comme une vérité absolue, amère, et pourtant si salutaire. Il avait raison. 
Aër avait raison.

Le silence. Dans un même instant, une autre interrogation, plus profonde, survint. Lentement, elle s'immisça dans l'esprit de l'humaine, s'installant sans préavis. Elle ne lutta pas. Il était certain que l'être de jade n'aimait les humains, chose qui était normale. L'Homme était haïssable. Même si ses pairs reposaient maintenant dans l'ombre du Dragon, cela n'empêchait point la demoiselle de n'avoir de pitié pour eux, comme elle n'en avait guère pour elle. Elle les respectait, pourtant. Dans ses mots prononcés, celle-ci pouvait y sentir un certain mépris, un venin puissant dirigé contre sa personne. Peut-être était-ce un deuxième avertissement. Même si les mots voulurent s'extirper des fines lèvres de Nérée, celle-ci garda le silence, observant encore l'être divin. Elle songea. Une fois de plus, elle se laissa emporter par le chuchotement du vent. Elle fit quelques pas sur le côté, lentement.

De sa main, la demoiselle pouvait effleurer un pan de roche semblant sculpté grossièrement. Une forme vague, un éclair déchirant la pierre. Un trait de colère, de haine, un trait cruel. Un trait mortel, pouvant dorénavant habiter le frêle corps d'un Homme. Cet art reflétait la puissance de son créateur. Ainsi, Nérée lui tourna le dos, admirant quelques instants les roches lacérées, observant un long moment le sang séché qui s'y trouvait. Lentement, elle leva sa main, touchant du bout des doigts la pierre divine. Malgré tout, la prison restait plus forte que tout. Le dragon était ainsi dépourvu d'ailes. Le nombre incalculable de corps mort en ce lieu laissait sa penser lui intimer la contradiction de la rébellion face à l'espoir vain de gagner la confiance, de gagner le pouvoir tant convoité de l'humanité. L'honneur serait-il plus important que la liberté dérisoire ? La Dame Aux Fleurs ne le savait guère, et ne le saurait jamais. Elle n'était qu'une simple humaine.

« C'est paradoxal... » Elle s'arrêta, fixant encore quelques instants la roche. Elle tourna légèrement le visage, pouvant ainsi observer le Dragon du coin du regard. Elle reprit, doucement : « ... Que de n'avoir plus d'ailes pour un être à qui les portes du ciel lui sont accessibles. »

Le silence s'était brisé une fois de plus. Peut-être la demoiselle en avait ressentit le besoin, n'ayant nullement réfléchi à ses paroles et son impact. Là n'était pas le besoin. Spontanément, ses songes avaient pris la parole, la continuité de ses pensées agitées. Elle savait que ses dires ne pouvaient être exacts. Ainsi plus doucement encore, celle-ci ne laissa point le silence se réinstaller lentement, laissant échapper des mots qui lui étaient seulement destinés.
« Mais j'ai tort. »

▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #13 écrite Mer 4 Juin - 21:28

La tension était déjà très forte, mais Arahael ne semblait pas se calmer. Restant immobile il réfléchissait, il avait vraiment du manquer quelque chose. Arahael se moquait de l'agressivité du dragon il s'était prit au piège lui-même et il avait horreur de faire erreur. Il n'avait encore rien accompli pour assouvir sa soif de pouvoir et le voilà déjà dans les bras de la mort.

«La folie qui s'empare de son être n'a pour origine que ta personne, Arahael Hùrin. »

A ces mots qui venaient du dragon le capitaine eu un petit moment de réflexion. Les paroles du demi-dieu avaient ouvert un sombre souvenir que le mercenaire tenait à oublier. Il se souvenait des dernières paroles d'un ancien adversaire qu'il avait tué juste après sa désertion. Cet adversaire était son rival. Ce dernier avait tenter de le ramener à la raison, d'oublier ses ambitions et de revenir en tant que simple capitaine de la ville de Lüh. Cependant, c'était trop tard Arahael avait déjà pris sa décision et avait tué son rival qui le bloquait. Ce souvenir avait calmé le mercenaire de sa colère. Le poing qui était resté sur la porte se décrocha de cette dernière et le mercenaire posa sa tête sur la porte.

"Tu as sans doute raison demi-dieux."

Le capitaine se retournait, posa son dos sur la porte et se laissait glisser jusqu'à être assis au sol. Le mercenaire regardait encore une fois le dragon. Ce dernier était menaçant, il y avait de quoi puisque le mercenaire se comportait avec une grande colère. Le regard glissait maintenant sur le sol. Arahael n'avait pas l'habitude de s'avouer vaincu, mais dans la situation qu'il se trouvait le fit douté de sa détermination.

"Tu possède les mêmes paroles d'un humain à qui j'ai pris la vie il y un certain moment. Il disait que j'avais tord de poursuivre mes ambitions au risque de perdre ma vie."

Le capitaine prenait une petite inspiration. Il sortait son épée de son fourreau, pointe vers le haut et reprenait.

"Il y avait un moment dans ma vie ou tout bascula. Je me rappelle de cette gamine qui m'avait croisée du regard alors que j'étais un pauvre gamin des rues. Elle me regardait d'un air supérieur au mien comme si je n'était que de la poussière à ses yeux. De quel droit elle pouvait me faire cela ? Je n'en savais rien, mais une chose était sur dans mes pensées. Je me disais qu'elle allait payée pour ce qu'elle avait fait, que j'allait devenir plus fort qu'elle pour lui faire regretter ce regard."

Le regard du mercenaire se portait sur les petites inscriptions qu'il avait gravées sur son épée. La loi du plus fort était toujours inscrite sur la lame. Cette loi avait toujours donnée la force à Arahael de continuer à se battre, mais au point où il en était les inscriptions ne lui fessaient plus rien. Il jetait son épée sur le sol. L'arme faisait plusieurs bonds sur le sol, tournoyait, produisait de petits bruits métalliques et se stoppa à mit chemin de son propriétaire et du demi-dieu.

"Mais voilà ou cela m'a mené demi-dieu. Mon ambition et ma soif de pourvoir m'ont toutes deux conduites à la mort. Je me suis souvent dit que nous étions des marionnettes dans une pièce de théâtre ou les Dieux seraient les metteurs en scène. Cependant, le rôle qu'ils m'avaient donné ne me convenait pas et j'ai voulu me détacher du destin qu'ils m'ont construit."

Arahael n'en revenait pas de parler maintenant des dieux, alors qu'il devrait trouver une solution pour se sortir de sa situation. Malgré sa détermination à vivre et a continué de se battre étaient toujours là, il ne sentait plus rien brûler en lui. Il semblait dépassé par ce qui lui arrivait.

"Sans doutes que les Dieux n'ont pas appréciés mon égoïsme et ma volonté et m'ont emprisonner ici, mais toi demi-dieu tu te moques bien de mon histoire, n'est ce pas ?"

Arahael s'arrêtait et devenait plus pensif. Il profitait du silence pour réfléchir à sa prochaine action le plus vite possible avant que la soif ne viendrait lui causer du tort.




Hors RP:
 
▲ Succès ▲


Dernière édition par Arahael Hùrin le Jeu 5 Juin - 16:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #14 écrite Jeu 5 Juin - 1:09

Les jambes de la jeune femme manquèrent de se dérober sous le regard pesant du dragon. Une image apparaît brièvement dans son esprit, mais la frayeur suscitée par la bête ne l'encourageant pas à une introspection sur le moment, elle laisse cela pour plus tard. Solveig se redresse, n'ayant pas  baissé son regard une seule fois, malgré une légère envie de s'enfuir en courant pour sauver sa vie.
Mais une fois l'effet de surprise passé, elle se retrouvait à contempler le dragon, le voyant enfin dans son intégralité. Ou presque. Recroquevillé sur son nid, comme il se trouve à l'heure actuelle, ne représente en rien l'idée que se fait Solveig du dragon. Dans son esprit il volait déjà.
Un sourire apparaît et disparaît l'espace d'un bref instant sous le tissu à cette pensée.

D'un coup, le regard du fils d'Aër survole la jeune femme pour se poser sur la porte. De façon instinctive, Solveig suit le regard en tournant légèrement son buste. La porte se referme alors toute seule, avec tout autant de grincement que lors de son ouverture. Une grimace apparaît sur le visage de la jeune mercenaire, elle n'avait pas bloqué l'entrée. Comment avait-elle pu oublié une chose si importante ? Toujours s'assurer une voie de sortie !
Son regard se porta aussitôt sur la petite fenêtre pour en évaluer les chances de devenir mon nouvel échappatoire. C'est à ce moment que Solveig remarqua la luminescence de l’œil du dragon. Résultat d'un sort de type vent assurément, l'épreuve allait donc commencer. La jeune femme serra ses poings le long de son corps. Les ongles légèrement incrustés dans sa paume pour l'empêcher de se mettre à rêvasser, et sûrement pour décharger un tant soit peu de la peur insufflée par sa nouvelle situation. Séquestrée avec une entité clairement antipathique. Mais cela ne l'empêcha pas de voir ce dernier regard du dragon, avant qu'il ne fasse à nouveau semblant d'être seul au monde.

Sonnent alors les mots du dragon. Plus qu'elle ne l'avait espéré. Visiblement, ce dragon était du genre borné, cependant elle n'arrivait pas à le qualifier de dangereux. Bien que toujours intimidée par l'imposante prestance de l'invocation, le danger lui sembla moins grand à ce moment là. Elle eut un sourire en coin moqueur, et bien qu'invisible sous le morceau de tissu, son regard aurait trahis une certaine malice si le dragon n'avait pas fermé les yeux.
La jeune femme finit par rompre le silence, répondant sur un ton ironique, tout en jetant des regard alentours, notant le nombre aberrant de cadavres et le comportement amorphe du dragon.
« Oui bien sûr, cet endroit respire la joie de vivre. »

D'un pas toujours ralenti, la jeune nordique envisage d'inspecter les parois cette fois-ci. Se hâter n'est pas la chose à faire, visiblement ce dragon n'a pour but d'attaquer pour l'heure. Il a attendu un nombre incalculable d'années, ce n'est pas quelques heures de plus qui changeront quoi que ce soit. Solveig pose son sac à l'endroit où elle se tient. Tout en marchant, elle continue de réfléchir, sûrement pour se rassurer, instaurer une barrière entre la pièce et elle-même. Pouvant ainsi plus facilement pallier à son impuissance.
Ses doigts passent sur les parois lacérées, un sourire en coin sur le visage. Puis l'image revient. Solveig tourna la tête vers la porte d'entrée. Elle resta un instant à dresser mentalement une liste pour et contre. Et le pour finit par l'emporter.

D'un geste adroit, la jeune femme dégaina sa lame courte et la fit tomber à ses pieds. Bientôt, l'épée se trouvait aux côtés du dragon, expédiée d'un coup de pied pour l'y faire glisser.
« Je vais m'approcher de... hum ? De ton "nid" ? » L'affirmation se transforma en question, un sourcil haussé, toisant ce qui constituait ce « nid ».
« Je viens sans armes, non pas que cela change quoi que soit mais... C'est juste... Enfin prends-le comme tu veux.»

Après un haussement d'épaules faussement désintéressé, la jeune femme sors une dague extrêmement fine de sa manche droite, et la lance sur son sac à terre. La dague s'y plante sans mal et reste bien droite. Tout comme Solveig, réalisant que sa gourde se trouvait également dans son sac. Tout d'un coup, elle devint livide. Sans eau elle ne tiendrait même pas deux jours !
Après avoir vérifié qu'aucune fuite n’apparaisse, la jeune femme se reprit en main et entreprit son chemin jusqu'au fameux nid. D'une démarche prudente mais sans manquer pour autant d'une certaine assurance, le regard fixe vers le dragon.

Une fois à l'endroit dit, tout ses muscles tendus, prête à se replier au moindre signe suspect, Solveig ramassa l'épée gisant au sol avec une lenteur extrême. Un son très léger sonna dans l'air, quand la lame quitta le sol, mais rien de percutant.
Le regard figé sur la créature, n'osant pas cligner des yeux, la jeune femme se décala vers un rayon de soleil. Tout en essayant de ne pas prêter attention au reste englobé dans son champ de vision, Solveig saisit l'épée une main sur le manche, l'autre sur la lame. Et joua avec la lumière comme le faisaient les écailles du dragon.
Elle dut bien lui tourner le dos à un moment, car sa cible était la porte, ou plutôt les cavités noires qui ressemblaient aux yeux du dragon avant que la lumière ne découvre leur vraie nature.
« Sans offense, tes goûts en matière de décoration intérieure sont discutable, ne compte pas sur moi pour en faire partie. Alors si tu veux m'aider, je suis tout ouïe. Je n'ai pas caché en avoir besoin.» Elle dit cela sur un ton un peu distrait, son attention portée sur l'ascension du faisceau de lumière, sans oublier les mouvements du dragon, prête à esquiver une possible attaque. Bien qu'il lui sembla que cette probabilité était peu probable. D'où son avancée drastique vers l'invocation.

À un moment elle réalisa, que la seule chose qu'elle n'avait pas inspecté était la porte immense. Le dessin ne se trouvait peut-être que d'un côté... Un sourire crispé s'afficha sur son visage, bien qu'à son regard seul, il fut difficile de discerner si la jeune femme était autre qu'extrêmement concentrée. Tant pis, il était trop tard pour s'arrêter en plein milieu. Elle improviserait après cette tentative, si elle en avait encore la possibilité...
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Kohaku
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Crédit Avatar : lordeeas - Kohaku river Spirit - Deviantart
Date d'inscription : 19/08/2013
Messages : 727
Double Compte : Imaq
Liens vers la fiche : Dragon du Vent
Elément : Air
Invocation(s) : Le Vent et la Foudre.
Invocateur : Eleanör
Inventaire : Deux épées :
Anubis :
Tranchant ● ○ ○ ○ ○
Résistance ● ● ● ● ●
Maniabilité ● ● ● ● ●

Horus :
Tranchant ● ● ● ● ●
Résistance ● ● ● ● ○
Maniabilité ● ● ● ○ ○

Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #15 écrite Jeu 5 Juin - 22:19

Nérée Helireah:
 

Arahel Hùrin:
 

Solveig:
 

[H.R.P : Pas de réponse avant ce week-end les gens, je suis pas là demain. ^^ ]
▲ Succès ▲


Dernière édition par Kohaku le Lun 9 Juin - 10:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Modo
Nérée Helireah
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : New Bride, by Claparo-Sans
Date d'inscription : 22/01/2014
Messages : 518
Liens vers la fiche :
Présentation
Contes de la Dame aux Fleurs
Métier : Noble et Reine des nuages
Invocation(s) : Shénzi ♡ (inactif : Alphikas)
Inventaire :

♔ Bagages:
 

♔ Sac sans fond:
 


Inventaire▲

Aventure #16 écrite Ven 6 Juin - 2:03

Petite note : Désolée pour le paragraphe avec le caillou, j'ai pas pu m'en empêcher ~


Sa voix s'étouffa dans un murmure. Un son inaudible, une pensée refoulée. Elle le savait. La demoiselle avait tort. Les portes du ciel, bien qu'elles ne puissent lui être fermées, étaient inaccessibles. Aër en avait décidé ainsi. Maitre du jeu, les règles avaient été données. Elle se retourna lentement, faisant face au dragon. Même s'il savait voler, cette sentence était inévitable, à jamais prisonnier de ce lieu. Les murs en étaient les témoins silencieux. Mais à qui la faute ? Elle se désintéressa de la roche, plongeant son regard dans celui de l'être divin. Ses deux yeux lui étaient offerts. Il l'observait. Ainsi, elle ne détourna son visage, attendant simplement. Il allait parler, sa réaction étant plus que significative. Les secondes s'écoulent pourtant, lentement. Dans sa voix, jadis, peut-être avait-elle laissé paraître une once d'apitoiement. C'était vrai, après tout. C'était étrange. À ses pieds, reposaient les corps de ses défunts. Elle ressentait de la pitié, celle-ci semblant percevable quand bien même le silence n'était dérangé. De la pitié envers ses origines.
De la pitié envers elle-même.

Il parla. Il gronda. Elle l'écouta, quelque peu songeuse. Il était vrai que cette rencontre avec un demi-dieu était la première. Il était vrai qu'elle avait eu vent de ces histoires, de ces légendes sombres. Ces contes, relatés aux enfants, faisant naître ambition et courage en leurs esprits. Promettant un destin d'or aux Hommes. Promettant la soumission des demi-dieux, aisément. L'Humain était navrant. Elle était navrante. Après un temps, la Dame Aux Fleurs quitta la roche tant observée, s'approchant de la base du nid du Dragon. Au final, la proximité n'augmentait que guère peu le danger qu'elle encourrait à chaque seconde. Les yeux toujours rivés dans les pupilles de jade, elle se stoppa, ne voulant butter avec ses pieds contre des os humains. Depuis longtemps, le Dragon n'avait plus d'ailes. Elle inspira lentement. Elle lui répondit enfin.
« Ainsi vous êtes, ainsi vous volez. De ces mêmes ailes que vous possédiez, autrefois. De ces mêmes ailes qui vous ont été retirées par Aër. » Silence, le temps de quelques secondes. Peut-être pesait-elle ses mots. Le fautif était, malgré tout, celui qui bénéficiait des jugements.
Elle reprit, lentement : « De par notre faute. »

De tout cela, les Hommes en étaient la cause. L'orgueil, l'égoïsme et la soif de pouvoir de l'Humanité en étaient les outils. Les morts inutiles de ses défunts, le sang rependu, les conséquences. Les griffures de la roche, les preuves. Peut-être ces dernières étaient bien plus frappantes, bien plus troublantes que les corps entassés dans les quatre coins du lieu. Un sentiment étrange avait parcouru Nérée, lorsqu'elle avait dessiné de son doigt les courbures des entailles. Celle-ci avait beaucoup songé. Celle-ci n'était exclue de tout cela, elle-même pouvant être à la place de ses pairs. Mais qui ne pouvait pas ? Elle ne savait le nier. La demoiselle comprenait. Ses songes, seulement, suivirent cette direction. Ainsi debout devant l'être divin, elle ne pouvait que faire preuve silencieusement de modestie face à sa condition humaine. De modestie. Ainsi, elle pointait elle-même du doigt ses faiblesses d'humaines. Nérée en prenait en ce lieu pleinement considération, les corps dormant à terre en étant l'indice, les déchirures de la roches, le point déclencheur. Son âme était en perdition, en chute libre vers les profondeurs du vide. Peut-être l'avait-elle déjà atteint. Depuis la hauteur de ses songes, Nérée ne prit aucunement conscience des secondes s'écoulant lentement. Continuant de fixer de Dragon de Jade, elle restait là, immobile, s'interrogeant sur ses réactions et ses pensées. Elle ne se comprenait pas. Elle brisa l'échange. Étrangement, elle dévia son regard. Elle ne sut gère pourquoi. 

Il roula. Il brisa le silence, légèrement. Au début lentement, celui-ci prit de la vitesse. Vite, bien trop vite pour le suivre du regard. Bien trop vite pour réagir. Dévalant la montagne, il s'arrêta, buttant contre le pied de la Dame Aux Fleurs. Elle baissa son regard. Celui-ci s'attarda seulement sur un os au pied du nid, semblant être un simple caillou. Brisé, poli par le temps. Il n'était point le seul. De la poussière s'était déposée dessus. Ce même caillou blanc, quand bien même celui-ci était silencieux, semblait susurrer de doux songes à la demoiselle. Il lui parlait. De nacre, il luisait sous la douce lumière de la fenêtre, celle-ci englobant dans un même temps Nérée. Inerte, il lui rappelait des souvenirs sombres, quand bien même ceux-ci n'étaient point oubliés. Tout cela était bien étrange. Il était prisonnier de la salle, abandonné par son possesseur trépassé. Elle aussi avait abandonné son caillou, son os qui lui était pourtant vital. Il lui remémorait son ancienne vie, son ancienne prison. Au final, elle n'avait fait que fuir son destin. Au final, l'os était sa destinée de le devenir à son tour. Simple humaine, elle ne pouvait échapper aux lois qui dirigeaient le monde, sa volonté étant bien trop faible. Ce simple caillou aurait pu être comparé à Maria, a qui elle tenait tant, ce simplement sentiment dissimulé sous ses barrières de glace. Sous ses barrières de demoiselle. 
Elle lui avait menti. Un jour, elle la reverrait. Peut-être regrettait-elle ses actes, pour la première fois.
Quel étrange lieu. 

Lentement, elle se retourna, ses yeux, tournés vers l'horizon, fixant sur la porte. Pourtant, elle ne s'en approcha pas. Elle venait de comprendre le chuchotement du vent. Soudainement, elle se sentit vaciller psychologiquement. Effleurée de par ses propres réflexions, elle en était maintenant démunie. Evasion envolée, la réalité prenait place. Face à sa propre bévue, elle se contenta de laisser échapper de ses lèvres deux mots après quelques secondes, simples, et pourtant emplis de sens. Peut-être était-ce là ses pensées qui se résumaient.
La porte n'était point fermée.

« Pardonnez-moi. »

▲ Succès ▲


Dernière édition par Nérée Helireah le Ven 6 Juin - 17:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #17 écrite Ven 6 Juin - 11:26

L'obscurité devint totale. Malgré cela, Solveig resta dans la même position, analysant le peu qu'elle avait entrevue avant que le dragon n'en décide autrement. La peinture semblait intacte. C'est la seule chose avait transparu sous le faible rayon de lumière avant qu'il ne disparaisse. Cela ne collait pas avec l'état du lieu. Pourquoi l'endroit clé pour sortir n'aurait pas subit le même acharnement que les parois ? Après tout le bois est moins solide que la pierre, elle aurait pu céder sous les attaques musclées du dragon. Il n'y avait qu'une seule explication possible, la porte était protégée de l'invocation par une sorte de magie. Ce serait donc l'endroit tout désigné pour se replier en cas d'attaque.
Cette dernière pensée la laissa perplexe. Peut-être le champ protecteur n'était pas suffisamment étendu pour la protéger en même temps. Avec un peu de chance, il ne l'attaquerait pas, et avec encore plus de chance, l'épreuve ne serait pas une épreuve de force.
Maintenant que l'obscurité régnait, elle ne pouvait plus compter sur ses yeux, elle devrait s'imaginer dans l'espace en prenant comme repère qu'à présent la porte est en face d'elle.

Viennent enfin les paroles du dragon. Ces dernières arrachant un demi-sourire à la jeune femme qui, après avoir rengainé délicatement l'épée pour avoir constaté l'impact du bruit sur le dragon, se tourne vers les deux orbes luminescentes. Son regard laissant transparaître une assurance plus marquée, quoique toujours sur le qui-vive.
« Malgré tout, tu viens de le faire fils d'Aër. Tu viens de me donner deux informations. La première étant que l'épreuve ne soit pas liée à la porte. Et la seconde, mais non la moindre... »
Elle marqua une pause théâtrale, prenant un certain plaisir à converser avec le dragon, cela elle dut se l'admettre.
« Je peux encore sortir d'ici. »

Elle se tenait droite devant lui, un quart de tour sur sa droite en rapport à sa position initiale, gardait-elle à l'esprit. Seuls ses yeux, et les plumes de sa queue aux endroits les plus fins, étaient à présent visible. Bien que la lumière bloquée par les plumes ne les traversait que faiblement, dans un lieu régit par une obscurité quasi-totale, cela devenait suffisant pour la localiser.
Mais savoir où se trouvait la fenêtre n'allait pas l'aider pour l'instant, elle avait réussi à faire bouger le dragon, était-ce une bonne chose ? Elle allait tabler sur le oui pour l'instant.
Ne bougeant pas d'une once, par peur de perdre ses repères ou de percuter par inadvertance la truffe de l'invocation, elle gardait les yeux fixe sur ceux du dragon. Bien qu'elle dut se résoudre à en choisir un en particulier, ne pouvant pas fixer les deux en même temps. Elle se maudit un court instant d'avoir laissé son sac près de la parois, elle aurait pu allumer quelques lambeaux traînant par-ci, par-là pour en faire des torches improvisé. Mais les silex ne se trouvaient pas sur elle.

N'ayant rien d'autre à faire elle se mit à parler, espérant que le dragon finirait par se lasser et enlever ses plumes obstruant la seule source de lumière.
« Il ne me vient à l'esprit que trois possibilités, pouvant justifier ton envie de garder les prétendants enfermés. Et avant que tu ne poses la question, oui, j'aime bien faire des listes. La première raison est ton envie de liberté, pour cela tu les gardes avec toi jusqu'à la fin espérant qu'ils trouvent le moyen de te venir en aide. »
Elle marqua une autre pause, faisant la moue.
« Mais je vais la mettre de côté pour l'instant, car tu ne sembles pas être capable de le souhaiter. La seconde serait l'ennui. Tu laisses les humains enfermés avec toi pour te divertir. Ce qui serait plausible, si tu ne semblais pas exécrer à ce point le bruit. »
Une nouvelle pause, accompagnée cette fois d'un regard porté vers le haut et la gauche avant de revenir sur le dragon. Ou du moins ses yeux phosphorescents. Peut-être était-il aussi aveugle qu'elle dans cette noirceur, mais cela importait peu, le regard de la jeune était à présent sérieux. Le ton de sa voix l'étant tout autant alors qu'elle abordait le dernier point de son monologue.
« La troisième possibilité, est que tu te sers de ton épreuve pour assouvir une certaine vengeance à l'égard des humains. »
Cette idée ne plaisait évidemment pas à la jeune femme, et elle n'allait certainement pas en taire la raison.
« Je vais assumer que c'est le cas, puisque c'est la seule pour laquelle je n'ai pas trouvé de contre-exemple. J'ai peut-être tort, et je l'espère d'ailleurs, car ton raisonnement serait biaisé. Ce n'est pas parce que vos barreaux sont visibles que vous êtes les seuls à vivre emprisonnés. Pour vous ce sont vos temples, pour nous ce sont nos villages. Ces monstres qui peuplent l'île, sont nos geôliers.»

Bien que sérieusement perplexe quant à l'utilité de son discours, la jeune femme gardait de son mieux un calme olympien. Cela dit, elle se répétait en boucle se derniers mots avec un air embarrassé, venait-elle réellement de défier le dragon en remettant en cause son jugement ? Par réflexe ou intentionnellement, sa main claqua sur son visage pour y rester un bref instant de dépit. Qu'espérait-elle en énervant une créature capable de la tuer sans effort ? Elle venait d'agir de manière stupide, et il était trop tard pour revenir en arrière. Son regard essayait, à présent, de deviner la masse intégrale de l'invocation, ne voulant pas se faire écraser sous son poids, ou éventrer par ses serres, ou encore déchiqueter entres ses puissantes mâchoires.
Elle abandonna sa posture droite pour une plus adaptée à la fuite. Mieux valait se préparer au pire scénario.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #18 écrite Ven 6 Juin - 16:39

Quelque chose n'allait pas dans les paroles du dragon. Il était devenu beaucoup plus agressif dans ses paroles. Arahael levait la tête pour voir le dragon et les yeux du mercenaire s'agrandir. Le dragon c'était levé de son lit pour attaquer l'humain qui se trouvait devant lui. Le capitaine comprenait que s'il ne faisait rien dans les secondes à suivre il allait subir une puissante attaque. Le demi-dieu fit un bond prodigieux, gueule ouverte en direction de l'humain. Un réflexe traversait les muscles du mercenaire, il serrait les dents et se propulsait sur la gauche pour éviter l'attaque. Le choc fut terrible, violent et bruyant, mais le mercenaire avait réussi à ce décaler pour éviter l'attaque du demi-dieu.

Arahael se releva rapidement pour éviter une nouvelle attaque. Il voyait toujours les yeux lumineux du dragon malgré la poussière qui avait été propulsée lors du choc. Le capitaine reculait le plus vite possible tout en s'emparant de son arbalète et visait le dragon. Quelle arme dérisoire, le carreau ne pouvait rien faire contre un dragon immense comme Kohaku. Son épée était brisée, sans doute que le dragon l'avait écrasée pour enlever toute défense au capitaine. Il visait toujours le dragon au niveau des yeux avec son arme, mais que pouvait-t-il faire après avoir tiré ?

Toutes défenses était dérisoire pour le mercenaire contre le demi-dieu. C'était sans doute la fin du voyage pour le jeune homme. Arahael ne savait plus quoi faire à part prier. Il pensait toujours que les dieux l'avaient envoyé ici pour qu'il puisse subir une punition à ses actions. Après tout, ce voyage lui avait ouvert les yeux sur les crimes qu'il avait commis. Alors qu'il restait la plupart du temps aveugle à ses actions, il n'avait pas remarqué que tous ces gens qui se sont opposés à lui ne voulait que son bien. Une image de son rival qu'il avait tué remontait dans ses souvenirs, peut être que les dieux avaient construit son destin pour remettre dans le droit chemin Arahael qui s'en était détourné avec l'ambition qui pourrissait son coeur. Une larme se déversait sur la joue du mercenaire pour la première fois. Alors que la poussière retombait, le dragon était prêt à lancer une nouvelle attaque le jeune homme dit d'une vois basse.

" Pardonnez moi mon ami, vous aviez raison, j'aurais du vous écoutez au lieu de rester aveugle et sourd par mon ambition.

Arahael reculait toujours tout en continuant à prier avant que le dragon ne l'attaque. Ce dernier était menaçant dans son regard, les crocs énormes et un visage qui exprimait la haine. Il n'était qu'une question de seconde pour que Kohaku passe à l'attaque, mais l'homme continuait. Cette fois ci il pensait à une femme. Une femme qui l'avait hypnotisée le temps d'une soirée et pour la première fois fit sourire un homme rongé par l'ambition. Le jeune homme lui avait menti à propos de lui de peur qu'elle soit effrayée par sa véritable nature.

" Pardonnez moi Arthuria pour tout ces mensonges que je vous ai fait et qui vous ont causés du tort."

Le Dragon était en fureur d'avoir manqué sa cible et que cette dernière parlait. Le demi-dieu préparait d'es maintenant une puissante attaque pour ce débarrasser de cet importun. Mais Arahael n'avait pas finit ses dernières prières.

" A tous ceux à qui j'ai fait du mal, je vous demande pardon je n'était qu'un monstre. Dieux pardonnez votre fils indigne qui à refuser de vous écoutez quand il le fallait. Donnez moi une seconde chance pour me racheter à vos yeux. Donnez moi la force pour vous montrez que je changerais, que je serais digne de votre amour."

Arahael regardait le dragon préparer une puissante attaque pour définitivement faire taire le capitaine.

"Pardon demi-dieu si je n'avait pas eu cette ambition qui me noircissait le coeur je ne serait pas la !"

Arahael regardait le dragon et se préparait à l'attaque que ce dernier allait lancer espérant trouver un moyen de l'évité.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Kohaku
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Crédit Avatar : lordeeas - Kohaku river Spirit - Deviantart
Date d'inscription : 19/08/2013
Messages : 727
Double Compte : Imaq
Liens vers la fiche : Dragon du Vent
Elément : Air
Invocation(s) : Le Vent et la Foudre.
Invocateur : Eleanör
Inventaire : Deux épées :
Anubis :
Tranchant ● ○ ○ ○ ○
Résistance ● ● ● ● ●
Maniabilité ● ● ● ● ●

Horus :
Tranchant ● ● ● ● ●
Résistance ● ● ● ● ○
Maniabilité ● ● ● ○ ○

Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #19 écrite Lun 9 Juin - 11:44

Nérée Helireah:
 

Solveig:
 

Arahael Hùrin:
 
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Modo
Nérée Helireah
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : New Bride, by Claparo-Sans
Date d'inscription : 22/01/2014
Messages : 518
Liens vers la fiche :
Présentation
Contes de la Dame aux Fleurs
Métier : Noble et Reine des nuages
Invocation(s) : Shénzi ♡ (inactif : Alphikas)
Inventaire :

♔ Bagages:
 

♔ Sac sans fond:
 


Inventaire▲

Aventure #20 écrite Lun 9 Juin - 17:07



Murmure. Le vent s'engouffra par la petite fenêtre, hurlant doucement. Il lécha les parois du lieu, disparaissant peu à peu. Inlassablement, il revenait. Pourtant, la demoiselle ne l'écoutait plus. Peut-être avait-elle réellement compris. Ses mots prononcés, elle faisait maintenant face au silence qui emplissait son être, face à la réponse du Dragon qui ne tarda guère. Un seul mot. Un seul mot empli de sens, comme s'il n'était contestable. Cette réponse prévisible était pourtant bouleversante. Ainsi, la demoiselle, fixant toujours la porte, soupira. Peut-être laissait-elle ses barrières d'émotions tomber peu à peu, n'ayant aucune envie de les maintenir. Depuis son entrée en ce lieu, un bon nombre de pensées lui avaient traversé l'esprit. Bon nombre de choix s'étaient présentés à elle, l'incitant à choisir au plus vite. Elle ne voulait choisir. « Je l'entends. Je... » Sa voix s'atténua, pour devenir murmure en quelques instants. Commençait-elle à hésiter ? Ce lieu avait changé sa façon d'être en quelques instants. La demoiselle esquissa un sourire. Elle reprit doucement : « Mais cette demande se devait d'aller plus loin que les murs de cette prison. Peut-être atteindra-t-elle ses destinataires, un jour. »

Quel étrange lieu. La demoiselle n'avait jamais ressenti de culpabilité, de remords face à son comportement, quand bien même ces deux termes ne pouvaient correspondre au sentiment que celle-ci ressentait en cet instant. Elle l'assumait, pourtant. Chacun des deux êtres se désintéressant de l'autre, elle décida, peut-être afin d'occuper son corps trop longtemps immobile, de déambuler au gré de ses pas, faisant voler lentement la poussière du sol lorsque son pied le foulait. Pourquoi faisait-elle ce geste inutile ? Elle n'était pas comme à son habitude. Elle réfléchissait. Le silence peinant à s'installer de par les bruits de ses légers pas, la Dame Aux Fleurs se décida une fois de plus à prendre la parole, peut-être avec moins de retenues. Elle n'avait guère sa place ici, au final. Peut-être ses intentions avaient évolué avec le temps. Peut-être l'esprit de la demoiselle s'était rapproché un peu plus de son évasion.

« Je ne suis qu'une enfant. » Elle s'arrêta, laissant filer sa main sur la pierre proche d'elle au fil de ses pas. Elle frissonna quelque peu. « Pourtant une adulte ayant désobéi afin d'échapper à sa propre geôle. Pourquoi alors ai-je suivi le chuchotement du vent qui me disait de rejoindre cette autre prison ? Payer les conséquences ne m'effarait pas, cette part de mon être ambitieuse et égoïste n'ayant guère sa place maintenant. Moi seule aie décidé de venir effleurer les murs de ce lieu. Cela n'a aucun sens. » Nérée se décida à regarder le dragon blanc. Ainsi, elle se retourna, s'arrêtant. « Mais ce monde a-t-il vraiment du sens ? Peut-être aurais-je dû y réfléchir.»

Réfléchir. Peut-être était-ce paradoxale que de laisser ces mots filer, alors que la jeune femme songeait beaucoup. Pourtant, dans un même instant, celle-ci venait de parler. Beaucoup. Son comportement déviant de l'habitude la troublait, ce même comportement qui lui semblait pourtant naturel. Peut-être n'avait-elle jamais eu l'occasion de le ressentir. Elle esquissa un nouveau sourire affecté. Son humilité face à ces mots ne pouvait la laisser indifférente, au final. Malgré tout, cela l'avait atteinte au plus profond de son être. Même si elle ne le montrait guère, elle disposait aussi des émotions humaines, fortes, intenses, incontrôlables. Elle ne pouvait avoir pleinement le choix des actes son corps. « C'est irréfléchi.  » Sa voix laissa, pour une fois, apparaître ses émotions. Plus que le lieu, Nérée était étrange. Si changeante. «  Ma perte est au bout, et j’en suis unique coupable. Je n’ai fait qu’abandonner ma raison à l’égoïsme et à l’ambition d'atteindre quelque chose d'inaccessible, passant outre les conseils. Les avertissements qui m'avait été donnés. Je prends, peut-être tard, conscience de mes actes. C'est irréfléchi. Cela ne retiendra pourtant mes mots, à qui votre seule réponse était indiscutable. Vous êtes mon bourreau, dictant la sentence qui me revient de droit, appliquant la peine que j'assume pleinement dorénavant. » Comme la continuité de sa pensée, Nérée avait laissé ses mots sortir de sa gorge, sans y faire attention. Cela n'avait que peu d'importance, ses paroles, insignifiantes. Au final, peut-être n'était-elle venue chercher en ce lieu qu'une opposition.
 
Silence, pour finir. Le silence de l’esprit de Nérée, qui se trouvait anormalement calme. Ces mots, comme une dure vérité, avaient affaibli son être qui pourtant en était l’auteur. L’attirance de son évasion s’était envolée en cet instant. Les murmures, disparus. Peut-être était-ce dû au fait qu’elle avait elle-même brisée ses barrières de demoiselle. Ainsi, les murmures s’étaient transformés en paroles, en acte, en sentiment. Nue, elle se sentait démunie. Vulnérable. Humaine. L’odeur de la pièce la toucha. La vue des corps, guère supportable. Tous avaient péri comme la jeune femme l’avait été. Elle inspira lentement. Lors de ses dires, elle n’avait pu s’empêcher de penser à son défunt père. Une douce mélancolie s’était emparée de sa voix. Ses souvenirs refaisaient surface lentement. Devait-elle aller jusqu’à regretter son acte ? Peut-être. Au final, elle n’avait jamais réfléchi. Peut-être était-ce un comble pour elle. Au moins, la Dame Aux Fleurs avait un point commun avec le demi-dieu qui siégeait en roi sur son nid.
Tous deux avaient été emprisonnés par leur père.

Elle ajouta cependant une phrase, l'expression d'un sentiment ressenti depuis son entrée en ce lieu. Un voile qui se devait d'être levé, quand bien même elle n'avait que faire des pensées d'autrui. Ce lieu était vraiment étrange. La demoiselle ne se reconnaissait plus.
« Ne vous méprenez pas, Dragon blanc, ce vide que vous semblez ressentir n'est que façade. »



▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #21 écrite Mar 10 Juin - 0:04

La foudre parcourait le corps du demi-dieu signe qu'un puissant sortilège se préparait. Arahael aurait peu de chance d'éviter cette attaque venant du dragon. Tirer un carreaux d'arbalète ? Insuffisant, le tir ne permettrait pas de dévier la trajectoire du sortilège. Les chances de s'en tirer étaient faibles pour le capitaine. La fuite était impossible et se battre contre un ennemi plus puissant n'avait strictement aucun sens.

Le jeune homme commençait à comprendre son destin. Il avait du sang sur les mains à cause de son ambition et cette dernière l'avait emmené à la mort. Les dieux devaient lui porter un mauvais regard depuis qu'il avait tué son rival à Lüh et n'avaient pas dû apprécier son comportement. Cette explication donnait tout le sens de ce châtiment qu'Arahael subissait face à Kohaku.

"Apres tout, si je suis la c'est par ma faute demi-dieu. Si je doit mourir et bien j'accepterais cette mort, sachant qu'elle punira les crimes que j'ai commis et mon aveuglante ambition qui ma conduit devant toi. Je mourrais en paix !"

Le mercenaire lâchait son arbalète et un sourire se dessinait sur son visage. Le jeune homme acceptait son destin. Les crimes qu'il avait commis et son ambition qui l'avait emmené vers Kohaku devaient être punis. L'humain était condamné par sa propre faute, il s'était condamné lui même. Cependant, cela le rassurait, car il ne pourrait plus faire de mal à ceux qui l'entourait. Il écartait les bras et fermait les yeux, plus rien ne pouvait le sauver. Sa mort était justifiée et il savait qu'il la méritait.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #22 écrite Mer 11 Juin - 11:30

Cobi était arrivé au pied de l'immense montagne, alors que le soleil se levait, apparaissait, lointain il le savait, comme il l'avait observé dans les rondeurs océanes. Il le savait qu'il allait éclairer ce flanc, inonder son escalade périlleuse de son oeil diabolique, assassin du silence et de la mort.

Le soleil, c'est la vie, et la vie allait l'aider à monter vers ce temple qu'il avait choisi, parce qu'il était le plus dangereux à trouver, parce qu'il était le plus fatal à échouer, et qu'il ne voulait pas échouer. Est-ce de la lâcheté ? Est-ce du courage ? En réalité, ce n'est qu'un espoir. Ni bon, ni mauvais, mais unique pour la vie.

Il découvrait lentement, à mesure que le bleu laissait place à un rouge timide dans les cieux crépitant d'oiseaux qui s'activaient pour l'aurore, il découvrait lentement cette escalade qu'il allait entreprendre, cette folie qu'il allait faire, ce danger qu'il allait oublier, ce froid qu'il allait supporter, cette mort qu'il allait risquer.

Le brouillard, humide et doux, échouait au pied de ce géant, restant dans les arbres qui étaient tels des avalanches de vie, échouées d'en haut, fortes, obstinées, cachées mais présentes, réelles, suprêmes donc.

Allez ! Il fallait gravir !

De gestes aigus, lointains et abandonnés, il mettait un pied devant l'autre, il agrippait un rocher de ses mains habituées à tirer sur des cordages marins, assez fortes pour faire la différence entre le triste abandon et le joyeux effort.

Il continua à grimper. D'en haut l'espoir le regardait. Septique, il le savait qui l'attendait. Il savait les libérations majestueusement tombantes vers le monde, sa vie, son insignifiance joyeuse, sa petitesse cosmique, sa décadence temporelle, sa fragilité, la transparence de son amour, et rien d'autre.

Cobi voulait y arriver. Il y arriva.

Le temple était beau.

La porte était lourde.

Le silence fut brisé.

- Ya quelqu'un ?
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #23 écrite Mer 11 Juin - 16:49

Il est difficile pour la jeune fille de bien voir la réaction du dragon, le bruit de salive lorsqu'il retrousse les babines lui font serrer les dents. L'attaque du dragon, elle n'a que ça en tête et visiblement la réalité semble de plus en plus s'en rapprocher. Fuir ou l'affronter. Elle se demande si ce n'est là que ses deux seuls choix. Et l'un comme l'autre semble vouer à la mener dans la gueule de l'invocation. C'est ces pensées là qui la tiennent figer pendant le silence pesant, qui suivit sa tirade un peu plus tôt.

Quand d'un coup, il se met à rire. La puissance du son se répercutant et s'amplifiant, font sursauter la jeune femme, qui après un cri aigu de surprise s'écroule sur ses jambes. Faisant preuve du peu de fierté qui lui reste, elle se redresse d'un bond, une expression de surprise figée sur son visage. Voilà une réaction qu'elle n'attendait certainement pas ! L'obscurité toujours de mise, au lieu de la rasséréner quant aux intentions de l'invocation, le rire aussi brusque que court ne fait malheureusement que la terrifier encore plus. Des gouttes de sueurs froides perlent sur sur sa tempe alors que les yeux luminescents se pose à nouveau sur elle. Son regard est intense, bien trop en fait pour que Solveig puisse lui faire face au meilleur de ses capacités.

Ses paroles percent enfin le silence qui s'est placé après ce rire tonitruant. Paroles que la jeune femme accueille avec un grand plaisir, même s'il se moque d'elle. Alors selon lui elle serait naïve, mais elle a beau écouté il ne fait que répété ce qu'elle avait dit plus tôt. Tout aussi naïve qu'il puisse la qualifier, visiblement elle ne s'est pas trompé. Un demi-sourire apparaît sur son visage. Le plus naïf des deux, c'était sûrement lui. Une certaine confiance retrouve son chemin chez la jeune mercenaire, mais le dragon semble l'avoir senti. Et comme pour rappeler à l'humaine qu'elle ne vaut rien, il la toise à quelques centimètres de son visage. Par réflexe, Solveig fait un pas en arrière, à s'approcher autant il ne pouvait que l'avaler ! Malgré tout, le dragon ne semble pas entamer une quelconque attaque. Il ne fait que tester la jeune femme, sa résistance et cela doit être bien risible. Sa fierté piquée, Solveig fit un pas en avant pour revenir où elle était un peu plus tôt, même encore un peu plus près à vrai dire. Son regard se veut plein d'assurance, mais ce serait se voiler la face que de croire que c'est réellement le cas. À bien regarder, son regard trahit par moment son incertitude. Son incapacité à prévoir la suite des événements. Elle se mordit la lèvre inférieur agacée.

Après les moqueries viennent les menaces. Elle ne manque pas de voir son regard vers son épée. Après un froncement de sourcils, elle en conclu qu'il vaut mieux ne pas l'utiliser. Le comportement du dragon est difficilement prévisible, mais son caractère semble de plus en plus évident. Têtu, certes, hautain, et provocateur. Elle l'écoute sans l'interrompre, un sourcil relevé exprimant toute son incrédulité. Évidemment elle s'est choisie une invocation capricieuse.

Une attaque inattendue fuse. La lumière attaque ses yeux maintenant habitués à l'obscurité. D'un geste aussi rapide que n'importe quel réflexe suite à une agression, la jeune femme détourne le regard se protégeant du revers de son bras. La vue recouvré, la tête détournée vers la gauche. La porte entre en plein dans son champs de vision.
Elle revient lentement vers le reptile, lui faisant face avec une certaine assurance, un sourire amusé sur le visage. Le temps de sa réponse est enfin arrivé.

«  Je commencerais par te dire ceci, fils d'Aër. Mon raisonnement n'est pas biaisé. Il est simplement logique. La preuve en est que je ne me suis pas trompée jusque là. »

Solveig fixe le dragon, ses yeux luisant à son tour sous les rayons du soleil. Et après avoir joué sur ces jeux de lumières pour caricaturer l'invocation, la jeune femme continue.

« Et je te rejoins sur ce point, ce peuple que tu hais tant n'a pas seulement provoqué la colère des Dieux à votre encontre. Ils ont, entre autre, provoqué leur propre génocide. Je ne suis pas descendante de ce peuple, ta haine à mon sujet n'a donc pas de sens. »
Cette dernière phrase est balancée avec un regard ferme, plein de hardiesse. À cela, la jeune femme ajoute sur un ton de nouveau plus désinvolte avec un haussement d'épaules.
« Qui plus est, je suis bien trop égocentrique pour me considérer représentante d'une espèce entière. »
La jeune femme tourne légèrement la tête pour lancer un regard en coin au dragon, puis tapote la gaine de son épée courte d'un air entendu.
« Ce cure-dent n'est là que pour me protéger des brigands sur les routes. D'autant plus que mes capacités d'escrime sont loin d'être excellentes. Je n'ai aucune raison de la dégainer ici. Et surtout aucune utilité. Même si tu devais m'attaquer, ce n'est pas en t'attaquant en retour avec ce coutelas que j'aurais plus de chances de survivre. »

Parler ne lui fera pas gagner du temps indéfiniment. Solveig le sait. Mais il est dur d'envisager une quelconque action quant on se retrouve à quelques centimètres d'un dragon colossal. Toujours sur ses gardes, la jeune femme jette plusieurs regard vers le nid, l'invocation s'étant levée, peut-être s'y cachait-il une nouvelle information.
Au final, la seule réaction de la jeune femme est de croiser les bras, semblant réfléchir intensément. Son regard glissant sur le dragon pensive, et pourtant elle observe sans en perdre une miette. Son visage change légèrement d'expression, elle vient d'avoir une idée. Mais seulement pour un dernier recours, en attendant elle observe le dragon, ne perdant rien de sa réponse.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Kohaku
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Crédit Avatar : lordeeas - Kohaku river Spirit - Deviantart
Date d'inscription : 19/08/2013
Messages : 727
Double Compte : Imaq
Liens vers la fiche : Dragon du Vent
Elément : Air
Invocation(s) : Le Vent et la Foudre.
Invocateur : Eleanör
Inventaire : Deux épées :
Anubis :
Tranchant ● ○ ○ ○ ○
Résistance ● ● ● ● ●
Maniabilité ● ● ● ● ●

Horus :
Tranchant ● ● ● ● ●
Résistance ● ● ● ● ○
Maniabilité ● ● ● ○ ○

Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #24 écrite Jeu 12 Juin - 11:43

/!\H.R.P :
 

Nérée Helireah et Solveig:
 

Arahael Hùrin:
 

Cobi:
 
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #25 écrite Jeu 12 Juin - 19:14

[HRP : GG Arahael ! Mais je dois avouer être un peu déçue pour ma part ! J'avais déjà des projets de rp ! >< D'ailleurs, si jamais je venais à recroiser ta route Kohaku, nos personnage se connaissant un minimum maintenant, ils se reconnaitraient n'est-ce pas ?]

Au lieu d'une réponse venant du dragon, la jeune femme obtient celle grinçante de la porte d'entrée. Aussi surprise que le dragon son regard déshabille sans pudeur le nouvel arrivant. Arrivée à son visage elle a juste le temps d'esquisser une moue avant de se couvrir les oreilles soudainement assaillie par le cri destructeur du dragon. Même en se protégeant du son, la jeune femme peut clairement voir les murs trembler sous la rage de l'invocation. Une rage clairement meurtrière.

Comme à son habitude, Solveig observe avant d'agir. Le dragon semble se débattre mais en vain, incapable de se mouvoir. La porte est de nouveau ouverte. Qui plus est cette rage dont le dragon fait preuve montre une nette envie d'en découdre. Ce que la jeune femme ne souhaite pas le moins du monde.
Sa décision est prise.

Son visage prends un air sincèrement désolé. Elle fait face à l'entrée et se dirige vers la sortie sans un dernier regard vers l'invocation.
« Je ne suis pas une acharnée. Si les chances jouent contre moi, je choisis la voie la plus sûre. Toujours. C'est comme ça que je survis. »
La jeune femme fait un pas de plus.
« Si ton épreuve nécessite la force, j'ai perdu d'avance. Sur ce coup, ne m'en veux pas mais je préfères saisir cette opportunité et me retirer. »
Finalement elle s'arrête, et se retourne pour adresser un sourire amusé à l'invocation.
« Même si j'ai échoué, j'espère qu'un autre saura te libérer rapidement. Ce serait amusant, je pense, de faire plus ample connaissance autour d'un verre à l'occasion, sans aucun lien de servitude entre nous. Je serais sûrement à la taverne de Rorn. »
Le regard de nouveau dirigé vers la sortie, elle lève la main en signe d'au revoir avant de ramasser ses affaire et sortir sans un autre mot pour Kohaku. Ignorant, au passage, totalement son propre libérateur. Une fois dehors, cependant, elle se retourne vers le balafré et lui dit, en le toisant d'un regard en coin.
« Bonne chance. Tu en auras besoin. »

D'un geste assuré, la jeune femme rabat son sac en bandoulière et reprends sa route.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
 

L'Antre du Dragon blanc.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» L'Antre du Dragon des Légendes :
» Entraînement dans l'Antre du Dragon
» Fanzine N°5 - Septembre 2016
» A FOS NOU GOUMEN ANTRE NOU
» How train your dragon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Les Temples :: Le Temple de l'Air-