Rencontre inattendue au clair de lune.

Partagez | .
 

 Rencontre inattendue au clair de lune.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #1 écrite Mar 24 Juin - 17:16

Le contact de la chope sur le comptoir laisse s'échapper un bruit sec, de récipient creux. D'un geste, la jeune femme essuie la mousse restée sur son visage avec le revers de sa manche. Et bien vite, tout recommence. Une nouvelle pinte, un nouveau claquement, une nouvelle écume. Bien que l'alcool ne lui fasse plus beaucoup d'effet depuis tout ce temps, son teint semble toujours aussi rosé à la lueur des chandelles, ses cheveux roux autour de son visage n'aidant pas à le cacher.
Son regard balaie la salle en une seconde. Que des visages inconnus. Des marins, des locaux, deux ou trois mercenaires... Aucune réelle cible intéressante. Dépitée, elle pousse un soupir avant de plonger son regard dans la mer ambrée qu'elle fait vaciller dans sa nouvelle chope. Son échec au temple de l'air, la hante depuis un moment déjà. C'était bien pour cela qu'elle avait entreprit ce voyage jusque la capitale dans le sud. Pour se changer les idées qui au final reste inchangées.
Elle but cul-sec sa cervoise.
La chope toujours aux lèvres, elle ne manqua pas le regard acéré du tavernier. Et il avait bien raison de s'inquiéter, la bourse de la jeune femme n'était pas assez remplie pour payer toutes les boissons qu'elle s'était commandée. Elle laissa un sourire étirer les traits de son visage. Il était temps de faire du bruit.

Les tables de la taverne, toutes pleines, avec des hommes, parfois des femmes ou plutôt des courtisanes. Une bonne ambiance en somme. Son voisin de droite semblait être déjà bien éméché, à moitié avachi sur le comptoir à boire une quantité folle de verre de cognac. Son voisin de gauche, un marin de toute évidence, parlait avec plaisir à ses camarades assis également au comptoir. Dans leur réjouissance sans retenue, il n'est pas difficile, pour celui qui sait écouter, de saisir quelques brins de conversations malgré le brouhaha général.
« Sacré Digan ! Ton coup de hache a vite refroidi ces maudits pirates ! S'écria le voisin direct de Solveig.
_ On leur a mis une sacrée dérouillée pour sûr! Rigola le fameux Digan, en exhibant ses muscles.
_ Non mais regardez ce fanfaron ! Un peu plus et on croirait que tu maintiens la paix sur les routes maritimes à toi tout seul ! Se moqua avec un sourire en coin un troisième marin aux cheveux gominés en arrière. »
Ils étaient un groupe de cinq en tout, à célébrer leur retour sur la terre ferme après une bonne victoire sur la mer. Des soldats, l'idéal pour une diversion.

Un sourire aguicheur sur le visage, Solveig dirigea son verre vers la coupe du marin à côté d'elle.
« Messieurs, permettez moi de trinquer avec vous. Vous faîtes un travail admirable ! Et j'aimerais vous remercier de veiller sur nous comme vous le faites. »
Les marins s'arrêtèrent un instant, surpris d'être abordés par une femme au milieu de leurs réjouissance masculine. Mais bien vite, ils redoublèrent d'ardeur, et chacun porta sa chope à celle de Solveig. Pas besoin de tergiverser trois heures, très peu de femmes s'engageaient dans la marine, alors dès leur retour sur la terre ferme, c'était l'heure de la fête.
Après le fracas des chopes, Solveig se leva, puis profitant de l'ambiance et des esprits forts éméchés, elle porta un toast en l'honneur des marins.
« Amis du soir ! Vous comme moi, partageons un enthousiasme commun pour ce lieu festif ! Et quoi de mieux quant il y a réellement quelque chose à fêter ?! Levez vos verres avec moi, mes amis ! Pour nos braves soldats qui luttent avec courage chaque jour pour rendre ce monde un peu plus facile à vivre !
Avec un plaisir certain devant l'engouement de la salle à suivre n'importe quelle opportunité pour faire du bruit, Solveig les poussa encore plus loin. Il fallait les faire se lever maintenant.
- Je ne vous entends pas ! Plus fort !
Les marins s'étaient ralliés au cri de victoire, complètement inhibés par le mouvement général. Solveig put sans mal tirer la bourse du gars assoupi à sa droite, personne ne prêtait attention à personne, le tavernier habitué à ce genre de vacarme depuis un moment déjà nettoyait sagement ses chopes. Solveig leva la bourse en l'air, attirant une fois de plus l'attention de certains et cria de toute ses forces.
- Tournée générale !!! » Finissant d'attirer l'attention du reste de l'assemblée.
Telle un raz de marée, tout les occupants de la taverne se ruaient à présent sur le bar pour réclamer leur breuvage gratuit. Le tavernier fut vite submergé, et lorsqu'il remarqua, après avoir servi chacun de ses consommateurs, que la bourse n'était pas là. Il se sentit enragé. Mais la femme rousse n'était pas là non plus. Il ne restait que le désordre qu'elle avait créé.

Dans la ruelle, Solveig marchait tranquillement, bercée par les clameurs s'échappant de la taverne derrière elle. Elle laissa s'échapper un « c'était marrant. », en jetant un dernier regard vers le résultat de son travail. Un sourire sur le visage, elle se mit à compter les pièces soutirées à son voisin de droite. Pas grand chose, mais cela avait rendu sa soirée bien plus intéressante. Elle les rangea dans sa propre bourse, jetant celle devenue superflue dans la rue, tombant doucement entre les pavés. La nuit était encore jeune, et d'un pas alerte, la jeune femme prit la direction du port pour profiter un instant de la brise maritime.
Elle partit en sifflotant un air de sa contrée.

La musique que fredonne Solveig:
 
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Norvanius
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Crédit Avatar : non renseigné
Date d'inscription : 09/05/2014
Messages : 17
Métier : Commandant de la Garde Dorée
Inventaire▲

Aventure #2 écrite Ven 27 Juin - 12:50

Voilà quelque temps que Norvanius avait commencé à appliquer les préparations de l'un de ses plans... mais le seul soucis était la nécessité de personnes extérieures à son armée et à son entourage, surtout que cela impliqué un pourcentage d'actions non prévisibles dû au caractère et personnalités des "engagés"...

Il commençait à se faire bien tard lorsque le chef de la garde fut interrompu par l'un de ses hommes pour recevoir le rapport de la présence d'une mercenaire... Celle-ci serait peut-être utile pour l'une des missions de reconnaissances et d'espionnage... Norvanius ne perdit pas de temps et organisa sa "petite promenade du soir"

"Soldats, vous connaissez vos postes et votre mission a chacun ! Si un seul de vous échoue... non aucun échec ne sera pardonné ! Avez-vous bien compris !"

Les membres de la Garde Dorée présents effectuèrent en coeur le salut avant de se disperser.

Marchant dans les ruelles sombres, il apprécié le calme et la fraicheur de la nuit, bien que ces horaires étaient normalement prévues pour du repos, c'était l'heure du réveil des parasites de ce royaume. Les rues étaient désertes... ce qui était normal, car la Garde Dorée effectuée un périmètre de sécurité assez large pour laissant le champ libre a leur Commandant...

L'homme d'âge mûr analysa le trajet et les mouvements de "sa cible" en suivant le rapport des éclaireurs ouvrant la marche au loin... il se détourna de la ruelle principale venant se placer en plein milieu de la rue juste avant un tournant menant au port, car tel était la destination de cette "Solveig", qui ne mit pas longtemps arriver.
Norvanius se tenait droit comme un piquet, les mains dans les dos, dévisageant "son invité" de haut en bas. Elle avait, elle aussi, l'air d'avoir de bonnes capacités pour se défendre... et attaquer. La fixant de nouveau dans les yeux il n'hésita pas une seconde pour s'adresser à la mercenaire.

"Mercenaire, tueuse, qui plus est voleuse dans les bars détruisant ainsi peut être la vie d'un tavernier qui doit déjà supporter des gardes et des marins à longueur de journées se retrouvant souvent dans des états lamentables que ton corps à l'air d'avoir assimilé au fil des beuveries... "

Il fit un bref silence venant écarter sa cape sur le côté avec une certaine prestance avant de venir pointer son doigt vers son interlocutrice...

"Quelle est la sentence que tu mérites d'après toi ? Prison ? Exécution ? Travail dans les mines ?..."

L'on pouvait entendre la brise légère venant du port, ainsi que le son et l'odeur de la mer... mais aucun autre bruit ne venait déranger ce calme...
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #3 écrite Ven 27 Juin - 13:49

Alors que la soirée s'annonçait belle, voilà que la chanson tourne court. Quelque peu prise au dépourvue, Solveig reste un instant figée de stupeur devant l'homme lui barrant soudainement la route. Et pas n'importe quel homme. Non, évidemment, mais voilà bien le chef de la garde dorée en chair et en os devant elle. Et à l'humeur, semblerait-il, massacrante. Elle avait tâché de garder une certaine distance entre la garde et ses affaires, mais pas assez grande apparemment. Cela ne laissait rien prévoir d'agréable pour la suite de la soirée. Il avait plus l'air d'un patriarche prêt à punir un enfant ayant fait une bêtise, avec ses mains croisées dans le dos et son air sévère. La jeune femme, ne le quittait pas des yeux, le dévisageant de la même manière qu'il se permettait de la dévisager.
Elle fronça les sourcils. Qu'attendait-il d'elle ? Ça ne ressemblait pas à une arrestation, il semblait jauger la jeune femme plus qu'autre chose. Ses joues s'empourprèrent, sûrement dû à l'alcool qui faisait tout de même son petit effet, bien que très faiblement perceptible par son entourage. Elle se trompait clairement sur les intentions du vieil homme, qui le lui  montra très clairement.

Mercenaire, tueuse et voleuse. Rien que ça. Quelque part rassurée, l'attaque verbale du chef de la garde la fit sourire d'un air moqueur. Elle écouta distraitement ce que seraient les conséquences de ses actes sur le pauvre tavernier, sans y croire un seul instant. Si cet homme ne voulait pas côtoyer ce genre de personne, il n'avait qu'à pas ouvrir ce genre de commerce. On récolte ce que l'on sème, dit-on.
Elle le toisait maintenant d'un air condescendant, ses propos tenait à rendre le vol plus grave que le meurtre, et cela elle ne pouvait le concevoir. Par ailleurs, elle ne tuer pas. Mis à part certains bandits sur la route ne lui laissant pas vraiment d'autres choix.

Cependant, elle ne pouvait nier la présence que dégageait cet homme austère. Bien qu'il ne lui inspire que du mépris pour l'heure, il savait également faire naître une très légère once de respect chez la guerrière. Et rien que pour cela, elle ne l'interrompis pas. Il s'avança, pointa son doigt vers la jeune femme. Bien trop proche à son goût, mais elle ne bougea pas, gardant son regard froid fixé dans celui du soldat. Tandis que les dernières paroles de cet homme brisèrent ce qui lui restait de patience. Et d'un geste sec et plus rapide que l'homme pouvait s'y attendre, elle balaya la main pointée vers elle.

Les sourcils froncés, elle gardait son regard fixé sur son interlocuteur. C'était à présent son tour de prendre la parole, et elle n'y manquerait pas. La tête haute, elle relâcha enfin son emprise sur le soldat pour regarder autour d'elle de manière désinvolte, tout en contournant le chef de la garde pour passer derrière lui.
On aurait pu comparer ses mouvements à une dans aquatique, souple et fluide, presque envoûtant. Ses gestes étaient précis, sans pour autant faire preuve d'aucune rigidité. Elle était à cet instant l’antithèse du vieil homme.
Mais ce faisant, elle prit la parole pour attirer l'attention de l'homme sur ses mots et non ses mouvements.
« Ce sont de lourdes allégations que vous portez à mon encontre, monseigneur. Mercenaire, je ne peux le nier. Mais depuis quand est-ce un crime que de rendre service ? Et quel crime est-il que de recevoir un salaire pour ce même service ? Ne sommes-nous pas tous mercenaire de ce fait ? Mais avez-vous seulement des preuves de vos autres accusations ?  Car il me peine que vous me suspectiez ainsi, quand je n'ai rien à me reprocher. »

La voix posée, en aucun cas doucereuse, mais bien pleine de confiance et même légèrement outrée, Solveig qui avait déjà dépassé le soldat avait de nouveau posé son regard sur lui. Mais à présent, elle se tenait adossée contre un mur, à l'endroit où se tenait plus tôt le vieil homme. Il n'était maintenant plus possible de la surprendre par derrière.
Et si les choses tournaient mal, elle pouvait de plus s'échapper vers le port.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Norvanius
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Crédit Avatar : non renseigné
Date d'inscription : 09/05/2014
Messages : 17
Métier : Commandant de la Garde Dorée
Inventaire▲

Aventure #4 écrite Mer 9 Juil - 9:50

Le commandant de la Garde Dorée fit un léger sourire sur le côté après que sa main fut repoussé, tout en analysant les mouvements de la demoiselle qui était pleine de confiance lors de son déplacement léger. Il écouta chacun des sons sortant de la bouche de la mercenaire avant de la voir s'adosser au mur, ce qui était effectivement un endroit défensif tout en permettant une issue de secours pour quelqu'un de rapide comme elle...

Norvanius regarda le ciel de nouveau pendant un petit moment, avant de se retourner vers la mercenaire et de croiser les bras. Le supérieur s'approcha de nouveau vers son interlocutrice en la regardant toujours droit dans les yeux.

« Je ne me suis pas trompé, tu as de l'expérience et un certain niveau d'aptitude tolérable pour quelqu'un de ton âge... »


Il fit un petit temps de pause avant de s'arrêter et de froncer les sourcil de manière accusateur.

« En suivant tes paroles, je peux te tuer et cela rendra donc service à la communauté. Qui plus est, tu oses réclamer des preuves, alors que tu avoues toi-même tes crimes juste avant. Sans même chercher plus loin je peux te faire arrêter... »


L'homme d'âge mûr se retourna de nouveau tournant le dos à Solveig avant de s'avancer de nouveau vers le milieu de la rue. Il sait que sa manière de faire et d'être peut sembler cruel. Mais pour sauver un monde ou presque tout tourne autour du chaos, le seul moyen est d'utiliser la force pour faire régner le bien, même s'il doit apparaître tel une démon. Sa justice est ce qui est de plus important à ses yeux. Peu de personnes se souviennent des champs de batailles des Terres de Non-Droits. De la manière de faire de ces sauvages et barbares... Pour lui, tout doit être fait pour empêcher que ce genre de choses n'arrive dans ce royaume. Mais les humains n'écoutent pas leurs congénères, donc il n'y a que le pouvoir et la force qui pourra mener ce monde de paix... Reprenant ses esprits rapidement il continua de parler d'un ton accusateur.

« Tu dis ne pas être un criminel et ne rien avoir à te reprocher... Mais n'est-ce pas ce que pensent la plus grande partie des criminels ? C'est toujours la faute des autres, jamais la sienne, n'es tu pas...d'accord ? »


Il s'avance de nouveau s'arrêtant devant une caisse en bois et commença à s'asseoir regardant les formes de la demoiselle avant de regarder ses yeux. C'était rare qu'il prenne ce genre de moment pour discuter, ou plutôt de moins en moins rare... il devait se relacher et devenir vieux comme l'on dit. Mais ce genre de nuit laisse parfois plus de liberté. Plus le temps avancerait, moins il aurait temps de profiter de ces moments avec ce qu'il l'attendait. Temps de choses à faire en si peu de temps... A son âge tout peut arriver à n'importe quel moment... Il continua donc son petit monologue.

« Qui plus est, tu as pris une position défensive en t'adossant à ce mur, mais cela ne sert à rien. Regardes donc jeune fille, analyse bien. N'entends tu pas ce doux silence de la nuit ? Aucun passant sur ce chemin menant au port ? Alors que c'est le chemin emprunté par les travailleurs de ce lieu après une bonne soirée de beuverie ? La zone est sécurisé, nous pouvons donc discuter plus amplement ...où tu peux toujours chercher à t'enfuir, ce qui ferait une petite chasse forte amusante pour la Garde Dorée, mais qui prendrait fin en un instant... »

Norvanius se releva, la tête à l'expression la plus sérieuse possible...

« Solveig... tu dis que tes actes sont pour les bien de certaines personnes... Je t'offre l'occasion de te blanchir, ainsi qu'une récompense si tu travailles pour moi lors d'une mission qui aura bientôt lieu. Acceptes tu ?! »
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #5 écrite Sam 12 Juil - 1:13

Elle observait avec attention chaque mouvement du commandant. Ainsi elle ne manqua son regard éloquent vers le ciel. La gorge serrée, son regard fixe sur l’homme qui semblait s’amuser de la situation, elle commença à remarquer les anomalies de la nuit. Quand elle était sortie de la taverne, elle s’était tout naturellement mis à fredonner un air, car la nuit inspire toujours les cœurs perdus dans sa noirceur apaisante, or, il n’y avait eu d’autre sons que le sien. Cette tranquillité illusoire aurait dû l’alerter plus tôt, elle ne tenait plus aussi bien l’alcool qu’avant. L’âge commençait à la rattraper à grand pas.
Chose inacceptable pour une femme comme elle.

Il croisa les bras, elle fit de même, oscillant légèrement la tête trouvant le compliment à son attention plutôt médiocre. Que voulait-il dire par : « aptitude tolérable pour quelqu’un de ton âge… » Il ne s’était pas vu, ce vieil homme !
Mais elle ne répondit rien, ses paroles ne lui faisait ni chaud ni froid, il ne lui avait pas prouvé sa valeur jusque-là. Juste prouver qu’il avait une puissante force militaire. Bon très bien, c’était quand même assez impressionnant, mais elle ne l’avouerait jamais à voix haute à son interlocuteur. Elle écoutait, attendant patiemment son tour pour répliquer, notant chacune de ses paroles pour les retourner contre lui, car c’était son tour préféré. Il pouvait essayer de jouer à son jeu, mais ses tentatives ne firent que faire sourire la jeune femme malicieusement.

Elle haussa un sourcil, venait-il de lui tourner le dos ? Comment pouvait-il se permettre de l’insulter de cette manière ?! Elle lui ferait payer le moment venu pour ce geste, rancunière au possible et méprisante de cette caste de noble se croyant meilleur que le commun des mortels. Peut-même des invocations. Leur orgueil n’avait pas de limite, elle le savait et pourtant se surprenait à rester pantoise devant ce genre de comportement.
Son regard devint noir, plongé dans celui du vieil homme qui semblait aimer acculer ses congénères pour mieux faire sentir sa puissance, et la montrer de manière ostentatoire. Quel monde dérisoire.

Il parle encore, pour finir par s’asseoir. Mais ce n’est pas ça qui attire l’attention de Solveig, non, c’est plutôt son air lubrique tandis qu’il devine ses formes sous ses vêtements. Elle était obligée de s’équiper plus légèrement dans cette ville portuaire pour ne pas succomber à la chaleur, aussi il n’y avait de réelle difficulté à suivre les lignes agréablement ondulées que formait son corps.
Elle claqua sa langue contre son palais mécontente de ce revirement chez son interlocuteur, elle aurait de loin préféré une rixe.

Elle s’apprêtait à lui faire payer son manque de respect à son égard quand les mots de l’homme la figèrent sur place, la forçant à reprendre son sang-froid. Il connaissait son nom. Ce n’était pas du tout une bonne chose ! Docilement, elle écouta sa proposition, et prit enfin la parole. Ce n’était plus le ton faussement innocent qu’elle avait employé plus tôt, mais plutôt un ton railleur. Il avait besoin d’elle et il croyait, à tort, qu’elle avait besoin de lui.

« Vous aimez vous écouter, n’est-ce pas ? Mais permettez que je vous rectifie sur certains points. Mes compétences ne sont pas « tolérables », elles frisent l’excellence. Tout comme celles de votre informateur, par ailleurs, j’aimerais beaucoup le rencontrer, ce n’est pas tous les jours que l’on rencontre son égal. »

La jeune femme se décolla du mur pour s’avancer vers le vieil homme aux faux airs respectueux, alors qu’il pense de la même manière que tous les hommes. Son est lent, un tantinet sensuel, elle vient s’appuyer d’une main sur la caisse en bois, collant presque sa poitrine contre son interlocuteur, mais lui offrant volontairement une vue imprenable sur celle-ci.

« Quand à vos soldats, la furtivité n’est décidément pas développée dans votre garde dorée. Vous m’avez peut-être surprise, mais ce n’est certainement pas pour ce que vous croyez. Le commandant seul ? Il faudrait être idiot pour le croire ! Ne me sous estimez pas je vous prie. »

Elle prit un peu de recul lui tournant le dos, laissant la tête de cet homme pleine d’images plus agréables les unes que les autres. La tête légèrement inclinée sur le côté pour continuer la discussion, les bras de nouveau croisés.

« Vous ne savez rien de moi alors ne m’appelez pas par mon nom. Si vous voulez que je travaille pour vous, il va me falloir plus. Effacez-moi de vos dossiers, faits passés ou futurs, rien ne sera plus recueilli sur mon compte. Après tout, vous ne venez pas me recruter pour mon corps de rêve. Vous voulez quelqu’un de discret, alors commençait par rendre mon existence inexistante. »

Elle se retourne, posant une main sur sa hanche, toisant son interlocuteur d’un sourire carnassier.

« Payez moi également un salaire mensuel complété d’une prime selon la difficulté de la mission et mes services sont vôtres. »
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Norvanius
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Crédit Avatar : non renseigné
Date d'inscription : 09/05/2014
Messages : 17
Métier : Commandant de la Garde Dorée
Inventaire▲

Aventure #6 écrite Dim 12 Oct - 10:27

Norvanius écouta attentivement son interlocutrice et plus elle parlait, plus Norvanius esquissé un sourire en coin. C'était toujours surprenant et plaisant pour le chef de la Garde Dorée de voir des personnes se mettre en avant et se permettant de dire qu'ils frisent l'excellence. Ce sont ce genre de personnes qui au final finissent toujours par se louper à cause d'une petite erreur ou d'un petit oubli qu'ils jugent inutiles de s'inquiéter.

Effectivement, demander une meilleure récompense et une destruction totale des dossier sur la personne était tout à fait classique et normal. Mais faire cela signifier aussi le silence du royaume ce qui n'était pas du tout envisageable pour la sécurité de celui-ci.


"Jeune fille... si tu le souhaites cela peut être plus simple... Si ce que je te propose ne te suffit pas, nous pouvons directement mettre fin à notre discution. Je te laisse gentiment partir et me permet de mettre des affiches dans toutes la ville contenant un portrait de toi, ainsi que tous tes actes et compétences, sans pour autant oublier une belle récompense sur ta tête... Je pense que ce genre de choses gèlerai tes affaires pendant un petit moment alors que pour moi cela ne prendrait même pas dix minutes de mon temps. Ne pense pas être la seule dans ce royaume à avoir des compétences acceptables. Il y en a beaucoup d'autres, énormément d'autres ! Mais cela est normal que tu n'en entendes pas parler, vu qu'ils n'entendent pas parler de toi non plus. "



Le chef de la garde Dorée remit soigneusement ses gantelets en place en dévisageant de nouveau la demoiselle. Il se demanda quel âge sa soeur Asthénia aurait aujourd'hui... Mais laissa ses fantômes disparaître de plus belle rapidement...


"Et sache que je peux aussi me permettre d'appeler toute personne par son nom s'il a commit des crimes dans ce royaume qui est sous ma juridiction et ma protection. Si tu avais accepté mon offre Solveig, tu aurais été blanchi et j'aurais eu plus d'égard envers toi. Cela t'aurait permis de t'occuper d'un marchand d'esclave de femmes et d'enfants pour te défouler sans avoir peur de retour de la loi."


Norvanius regarda de nouveau le ciel avant de venir saisir un petit parchemin qu'il avait dissimulé dans une partie de son plastron. Le document était scellé avec le sceau du Commandant de la Garde Dorée. Il regarda celui-ci un petit moment l'air songeur avant de se retourner et le poser sur l'une des caisses.


"Si tu souhaites accepter la mission, toutes les informations sont sur ce papier. Une preuve de ta réussite te sera demandé afin d'obtenir ta récompense. Peut être pourrait-il y avoir un extra si cela est bien accompli. Maintenant c'est à toi de choisir, mais sache que l'on ne marchande pas avec la Garde Dorée... et encore moins avec moi demoiselle. Sur cette offre je me permet de te souhaiter une bonne soirée."


Le vieux soldat commença à partir se dirigeant vers le port. Il était amusé car il ne savait pas quel serait la réaction et décision de la mercenaire. Ce genre de personne pouvait être un bon allié tout comme un futur ennemi et nul ne sait de quoi demain est fait... maintenant c'est elle qui avait les cartes en mains pour choisir de quoi sera fait les prochains jours...ou pas.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #7 écrite Jeu 23 Oct - 15:25

Le tutoiement employé par le commandant de la garde commençait sérieusement à taper sur les nerfs de la jeune femme, elle avait été plus que respectueuses envers cet homme qui ne le méritait pas. Mais qu'à cela ne tienne, le voilà qui passait adroitement aux menaces !

La mine renfrognée, Solveig le laissait parler, non seulement elle avait passé l'âge pour être qualifiée de jeune « fille » mais c'était davantage l'auto-suffisance de cet homme qui la blasait. Quand il aborda le fait que les affiches « gèleraient » ses affaires, elle eut un petit rire mesquin avant d'ajouter.
« Rien de mieux qu'un peu de publicité. Geler mes affaires ? Au contraire ! Vous allez semer la panique tout seul dans votre ville et me créer un splendide terrain de jeu par la même occasion ! »

Adoptant un comportement effronté qu'elle jugeait allant de paire avec l'égocentricité du vieil homme, la jeune femme le toisait un sourcil sur deux arc-bouté, se gaussant intérieurement de la scène se jouant devant elle. Elle était dans le pétrin, mais hors de question de l'admettre. S'il avait raison sur une chose, c'est que ces maudites affiches détruiraient son « masque ». Impossible dès lors de se balader en ville tranquillement, du moins pas la journée. Et pour un peu que la rumeur se propage, elle serait bien embêté sur toute l'île d'arcane...
Il est facile de lire sur le visage de la jeune femme, le dilemme qui s'offre à elle et son incapacité à faire un choix. Aucuns ne paraissant bons... Sans s'en rendre compte, elle se mordillait à présent la lèvre inférieure, dans un signe d'incertitude.

L'heure de la moquerie était passée, son choix était fait. La vie de voleuse seule, ne l'avait jamais complètement séduite, il s'agissait plus d'un passe-temps, de son loisir. Et si elle devait passer professionnelle, cela pourrait causer du tort à sa famille en plus d'elle-même. Et même pire ! Elle pourrait se mettre à détester voler !

De nouveau appuyée contre le mur, la jeune femme écoutait d'un air sérieux les paroles du commandant de la garde dorée. « Se défouler » disait-il ? Ses informations n'étaient pas complètes à son sujet visiblement, ce qui arracha un sourire amusée à la jeune voleuse. Mais elle ne répondit rien, attendant la fin du spectacle pour surenchérir.
Alors il y a bien une prime si le travail est bien accompli... Solveig se saisit le menton faisant mine de réfléchir, sachant déjà qu'elle allait saisir le document. Doucement le commandant s'éloignait vers le port.

« J'accepte votre proposition vieil homme. Je commençais justement à m'ennuyer toute seule dans mon coin. »

Et sur un sourire espiègle, la jeune voleuse se saisit du document mais au lieu de quitter la scène, il fut décidé qu'elle rejoignit le chevalier.

« Mais arrêtez au moins de me tutoyer, nous n'avons pas garder les cochons ensemble que je sache. Du moins pas encore. »

La jeune femme agite le parchemin sous les yeux de Norvanius.

« Nous sommes toujours d'accord sur le fait que je sois blanchie, n'est-ce pas ? Et puis c'est quoi cette histoire de marchand d'esclaves ? Ça ne me plait pas, donnez moi donc l'adresse que j'aille y faire un tour je vous prie, monsieur le commandant. »
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #8 écrite 

▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
 

Rencontre inattendue au clair de lune.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Edition Clair de Lune
» Un rendez-vous au clair de Lune [PV Melody]
» Pratiquant la magie au clair de lune...
» [UploadHero] La Septième compagnie au clair de lune [DVDRiP]
» Un pique-nique au clair de lune [Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Lüh :: Lüh, capitale des Hommes :: Rues de la Ville-