[Quête] Cuit, cuit, le chant du Sylvebec

Partagez | .
 

 [Quête] Cuit, cuit, le chant du Sylvebec

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Admin
Ephylix
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Image d'un inconnu mais graphisme par moi o/
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 2433
Double Compte : Nausicaä Ludwiga
Elément : Terre
Métier : Méchante modo sadike
Invocation(s) : Moi même
Invocateur : Kris Le PAS Magnifique !
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Vêtements:
 

Armes:
 

Autre:
 

Sceau personnel:
 


Sorts :
Sorts:
 

Inventaire▲

Aventure #1 écrite Dim 29 Juin - 13:20

Ephy chevauchait Yh qui avançait paresseusement. Elle voulait prendre son temps pour rallier la forêt, d'autant plus qu'elle n'était pas loin. Elle bailla à nouveau, visiblement fatiguée même si elle ne pouvait pas ressentir cette chose là. L'habitude de sa forme humaine sans doute. Elle passe une main sur son visage avant de regarder Solveig qui la suivait, elle aussi d'un pas lent. Les deux femmes étaient partis sans précipitation, prenant le temps de tout vérifier par deux fois avant de se jeter dans le grand bain.

Rien ne pressait et il valait mieux faire ça bien que de bâcler le travail et n'avoir que 30% de la récompense finale. Car oui, elle avait prévu de ramener trois Sylvebecs même si elle devait perdre des plumes dans la bataille si elles tombaient sur un prédateur quelconque. La forêt de Jade grouillaient de monstres bien sympathiques qui n'attendaient que de la chair fraiche à charcuter. Pur y être allée une seule fois, en compagnie de Carann, elle pouvait dire que cet endroit, bien que majestueux et magnifique, était aussi très dangereux. enfin bon, elle s'en foutait pas mal du danger de la forêt puisque cet endroit était son élément, mais elle ne pouvait pas en dire autant des humains qui l'accompagnaient.

Ephy plisse les yeux tout en regardant l'horizon. Elle peut apercevoir l'orée de la foret verdoyante. Elles étaient encore loin, peut-être encore une demi heure avant d'entrer dans ce royaume de verdure. Elle pose ensuite une main sur le cou de sa monture, l'encourageant doucement car elle sentait une certaine peur venant de lui. Les animaux étaient tellement prévisibles et faciles à comprendre... Enfin bon, sans plus s’étaler sur le sujet, elle parle, première fois depuis qu'elle avait quitté la taverne à vrai dire. Ephy n'était pas le genre de personne à parler pour rien dire et préférait se taire et écouter ses sons de la nature plutôt que de les gâcher de sa voix.

"Nous arrivons bientôt. As-tu la moindre idée de comment on pourrais appâter ces piafs vers la cage ?"
demanda-t-elle.

Car pour les capturer fallait pas leur courir après mais bien les laisser venir en toute tranquillité. Ah qu'elles allaient s'embêter à attendre trois piafs craintifs venir vers une cage tout sauf discrète. Ephy les aurait bien chassés à l'ancienne méthode mais fallait pas les abimer alors bon... Elle n'avait pas trop le choix quoi... Et cela l'emmerdait grandement.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #2 écrite Dim 29 Juin - 21:06

Une monture ? Pourquoi s'en embarrasser quand on peut en emprunter une à un voyageur distrait ? Gratuitement, bien évidemment. La jeune observait son acolyte quitter la taverne avec la cage, finissant de même sa chope cul sec. Mais au lieu de la suivre, la jeune femme commanda une autre boisson qu'elle rajouta sur le compte de la chasseuse. Pour être descendu aussi bas que 50/50, cela valait bien deux pintes grand minimum.

Les voilà enfin sur la route. Solveig restait aux aguets, il était rare qu'elle voyagea en nombre si réduit. Surtout lorsque la caravane ne comporte que deux personnes, humains de surcroît. Enfin, cela elle commençait à en douter. Devant le détachement et le manque de vigilance dont faisait preuve sa comparse, cela ne pouvait être dû qu'à de la stupidité ou bien qu'elle avait en sa possession une force capable de rivaliser avec celle des monstres d'Arcane. Et qui d'autres que les invocations avait ce pouvoir ? Aucun. La jeune femme, légèrement en retrait, observait avec attention aussi bien son environnement que sa camarade de voyage. Était-elle seulement humaine ? Quelque fut la réponse à cette question, elle possédait ses avantages et inconvénients. Si elle était en effet une demi-déesse, alors la sûreté de la caravane ne serait pas vraiment un soucis. Par contre, il ne faudra pas que sur un coup de tête, elle se décide de se débarrasser de l'humaine encombrante et empêcher la récompense dans son entièreté. Si ce cas s'avérait, Solveig devrait surveiller doublement ses arrières. Et dans le cas où il s'agirait en fait d'une humaine, la jeune femme devrait combler le manque de vigilance de sa camarade et donc surveiller doublement ses arrières.
La rouquine poussa un soupir, dépitée.
Pour deux pintes gratuites, elle avait peut-être choisie le pire compagnon qui soit.

La forêt venait à présent s'offrir dans le champ de vision des deux femmes. Elle n'avait, jusque là, pas rencontré de quelconque danger et la jeune mercenaire s'en félicité, espérant que le reste du trajet reste sur la même lancée. Mais déjà, les bêtes commençaient à remuer. Ce qui eut pour effet d'irriter Solveig, lâchant au passage un « ntth » dans un claquement de langue sur son palais, sommant mentalement à sa monture de ne pas la faire tomber, et surtout de ne pas s'enfuir après coup. Mais, il fallait reconnaître que les animaux restaient de bons détecteurs de danger en règle générale. Bien que les deux montures ne rechignés pas de profusément, Solveig s'était redressée prête à agir en cas d'attaque. Mourir pour des oiseaux ne lui convenait guère comme fin.

Bien que prête à une attaque, elle ne s'était pas préparer à ce que la voix d'Ephylix lui parvienne, ce qui la fit légèrement sursauté. D'habitude, elle parlait bien avec ses compagnons de route, mais cette fois-ci, aucun mot ne fut dit. Rien que du silence. C'est pour cette raison que Solveig dut se répéter plusieurs les mots de la jeune chasseresse avant de pouvoir en saisir le sens et y répondre convenablement.
Reprenant vite de son assurance, et gardant le regard rivés vers la forêt, elle entreprit de lui répondre sur un ton pensif.

« Oui j'ai quelques idées pour les attraper, mais rien de très excitant. Je ne suis pas chasseuse mais je connais la traque, et les avantages de l'observation. Il nous faut repérer un groupes de sylvebecs et les observer dans leur habitat naturel. Une fois cela fait, nous pourrons déterminer, ce qui les attire et ce qui les repousse. »

Solveig se tourna vers la femme aux cheveux blancs, et continua sur un ton sérieux, mêlant à ses explications de nombreux gestes.

« Pour être plus claire, nous allons dissimuler la cage dans leur habitat et les pousser à s'y réfugier. Je ne connais pas ces oiseaux, mais nous pourrons utiliser des baies, feuilles ou même un nid pour ce que j'en sais. »

Elle eut un haussement d'épaules et continua avec une mine quelque peu las, elle qui avait choisie cette mission pour sortir de ses habitudes prises en ville, la voilà à reproduire la même chose mais avec des oiseaux...

« La seule chose certaine, est que ce travail sera de longue haleine. Nous allons devoir rester furtives, pour mieux leur tendre un piège. Qui plus est, la phase d'observation est parfois longue, il nous faudra facilement quelques jours rien que pour être sûres de ne rien manquer. »

Nouvel haussement d'épaule.
« Ou bien on se contente du nid, et on croise les doigts pour que les œufs éclosent bien.  Si tu as une autre idée, dis moi.»

Le regard froid et scrutateur posé sur son interlocutrice, Solveig attendait, ou plutôt espérait, que sa collègue propose une alternative. Car tout ce qu'elle venait d'expliquer était le procédure d'un bon cambriolage, autrement dit de son travail habituel. Et cette mission se devait d'être changeante !
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Ephylix
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Image d'un inconnu mais graphisme par moi o/
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 2433
Double Compte : Nausicaä Ludwiga
Elément : Terre
Métier : Méchante modo sadike
Invocation(s) : Moi même
Invocateur : Kris Le PAS Magnifique !
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Vêtements:
 

Armes:
 

Autre:
 

Sceau personnel:
 


Sorts :
Sorts:
 

Inventaire▲

Aventure #3 écrite Lun 30 Juin - 17:39

Ephy soupire. Trop long, vraiment trop long. Elle n’avait pas toute une semaine, elle devait rejoindre au plus vite son invocatrice avant que cette dernière ne l’invoque. Elle passe une main sur son visage, se massant les paupières avant d’arrêter Yh à l’orée du bois. On pouvait entendre les divers animaux y gambader, du moins, elle arrivait à les discerner parce qu’elle se concentrait. Son ouïe humaine était tellement mauvaise qu’elle en regrettait sa forme originelle. Mais elle ne pouvait pas réellement reprendre forme, là maintenant, car elle devait tâter le terrain avant et elle doutait sincèrement que voir débarquer un grand tigre blanc sortit de nulle part n’allait pas faire paniquer une bonne partie de la faune ambiante. Même si elle était fille de Terra. Les animaux de maintenant ne reconnaissaient plus, pour la plupart, leurs parents…

Elle soupire à nouveau avant de se tourner vers sa coéquipière. Elle lui lance un regard las tandis qu’elle se craque les doigts, libérant ses articulations. Epier, observer puis traquer… Pas son truc, elle était plus du genre à foncer dans le tas mais bon, fallait s’adapter après tout. Et puis avait-elle réellement une autre solution ? Oui, créer une cage de verdure pour emprisonner ces piafs de suite et remballer c’est peser la mission. Mais hélas, elle n’avait pas encore suffisamment récupéré ses pouvoirs pour pouvoir faire ce genre de chose. Mais elle sentait qu’elle ne tarderait pas à débloquer un énième verrou. Et cela l’enchantait grandement. Certes, elle n’aura plus jamais sa puissance d’antan mais c’était mieux que ne de rien avoir du tout. La jeune femme descend de sa monture et décroche la cage ainsi que les sacs de vivres. Elle avait de quoi tenir une semaine ici, surtout qu’elle n’était pas dans l’obligation de manger ou même de dormir. Mais c’était quelque peu agréable de renouer avec ses anciennes coutumes lorsqu’elle vivait parmi les humains, pour comprendre qui ils étaient réellement.

Elle lâche ensuite la bride du variquan qui s’éloigne dans la plaine, conscient qu’il avait intérêt à faire attention aux prédateurs pour sa survie. Elle regarde encore une fois Solveig, campée sur son cheval sûrement dérobé vu le profil de la jeune femme avant de lui montrer du doigt la forêt impénétrable.

« Non, j’ai pas d’autres idées mais on aura tout le temps de creuser en montant le camp. Je propose qu’on s’y mette maintenant, la nuit ne va pas tarder à tomber et j’ai ouïs dire que les monstres de cette forêts avaient une façon bien à eux d’accueillir les humains » dit-elle avant de ricaner, nullement inquiétée par un quelconque prédateur. Après tout, elle était une demi déesse, ce qu’il y avait de plus puissant en ce monde si l’on oubliait les dieux, qui n’étaient pas présents d’ailleurs.

La tigresse avance, sans réellement attendre sa partenaire qui n’avait qu’à se bouger un peu. Elles étaient en mission et ce n’était pas le moment de flâner surtout qu’elle voulait retrouver tous les autres pirates et enfin commencer à piller et gagner son pain illégalement. C’était toujours plus amusant que d’être sous contrat, attaché tel un chien à une laisse tenue par tous ces nobles prétentieux. Oui, elle n’aimait pas le noblesse même si elle n’était pas humaine.
« Bouge toi un peu » maugréa-t-elle, maudissant la lenteur de ces humains.

Une fois enfoncées convenablement dans la forêt, elle s’arrête et pose les sacs sur une branche avant de commencer à rassembler du bois pour faire un feu de camp. La lumière était tout de même la chose la plus importante après la nourriture et l’eau dans ce monde défavorisé sans aucune avancée technologique. Alalala, fini ce temps où il suffisait d’appuyer sur un bouton pour que la lumière soit, désormais, fallait faire du feu et se contenter de la pâle lueur vacillante qu’offraient les bougies et autres lanternes.

« Je propose qu’on s’y mette demain à ton observation. Pour le moment, je conseillerais des tours de garde pour la nuit à moins que tu ne veuilles servir de repas à l’un des charmants prédateurs qui nous regardent depuis tout à l’heure mais n’osent pas avancer à cause du feu » dit-elle tout en coupant avec l’une de ses dagues un morceau de pain. Elle était assise autour de ce feu qui avait prit sans difficulté et avait prit le temps d’observer les environs pour y trouver bien un ou deux affamés qui n’attendaient que le moment propice pour leur sauter à la gorge. Et pas besoin d’être une déesse de la terre pour apercevoir ces animaux incapables de bien se dissimuler, surtout lorsque leurs pupilles étincelaient à la lueur vive du feu.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #4 écrite Mer 2 Juil - 23:22

La jeune femme observe sa compagne réfléchir et bailler, visiblement l'idée de la traque ne lui plaisait guère. Tant mieux ! Peut-être allait-elle du coup proposer une alternative à la routine de la mercenaire. Décidément, elle réfléchissait beaucoup. Son comportement ne laissait pas réellement transparaître ses pensées comme la plupart des gens. Et cela embêtait bien Solveig, qui préférait prévoir les réactions ou même la suite des idées de ses compagnons. Comment pourrait-elle les influencer si ce n'était pas le cas ? Mais cette femme aux cheveux blancs lui donnait du fil à retordre. Toujours à bailler, réfléchir, et d'un silence pesant. Du coup elle attendait. Les yeux rivés sur sa comparse, légèrement plissés, à l'affût du premier changement de comportement pouvant donner un indice pour la déchiffrer.

Le regard las de la chasseuse finit d'achever Solveig, prenant à son tour une expression dépitée. Les craquements de ses doigts indiquait clairement l'envie d'en découdre, mais pour cela il fallait un plan. Ce qu'elles n'avaient pas et ce qu'elle ne comptait visiblement pas mettre sur pied toute seule. La longueur finit par achever la jeune mercenaire, qui commença à balayer le paysage pensive. Si sa compagne de quête ne voulait pas émettre d'idée, elle allait devoir s'y coller elle. Finalement, la chasseuse descendit de sa monture, décrocha cage et sacs de vivre. Solveig eut un haussement de sourcils. Déjà ? Elle regarda où le soleil en était dans sa course, et il ne leur restait effectivement peu de temps avant la tombée de la nuit. Une fois descendu à son tour, la rouquine accrocha sa monture pour qu'elle ne s'enfuit pas de façon malencontreuse, la laissant à pieds en pleine nature. D'un œil étonné, la jeune femme regarde le variquan flâner dans la plaine à son gré. Cette femme était vraiment insouciante.

Pointant l'orée de la forêt, Solveig suit naturellement la direction montrée du regard, écoutant en même temps la réponse d'Ephylix. Bien que tardive. Et en plus, elle ne contestait pas sa proposition. Sans un mot, la jeune femme commence à établir le camp, et c'est lorsqu'elle s'affaire qu'un mot vient chatouiller ses oreilles. Un terme qu'elle ne peut s'empêcher de répéter. « Les humains ? », c'était une façon étrange de parler de soi. Mais cette fille était étrange, elle cachait une puissance peu commune de toute évidence pour agir aussi insouciamment et pourtant sans porter une seule cicatrice. Du moins visible.

Ses réflexions sur le sujet furent interrompis par une remarque désobligeante de sa comparse, ayant pour seule effet de stopper net Solveig dans son action. Pour qui se prenait-elle ? Mais elle dut bien se remettre en route pour ne pas être laisser derrière, bien que cela ne lui plaisait pas le moins du monde.
Une fois dans la forêt elle aida rapidement à ramasser du bois pour en faire une pile conséquente à côté du feu pour l'approvisionner toute la nuit. Car en effet, ce serait problématique s'il venait à s'éteindre, même si l'une d'elle était de garde.
Assise confortablement sur une peau sortie de son sac, peau qui lui serait de matelas, Soveig dégaina son épée courte pour la planter à côté d'elle. L'épée était un peu différente de celles habituel, une lame presque blanche réfléchissant fortement la lumière, et d'une forme carrée légèrement inclinée comme un tranchet.
La jeune femme se servait de la réflexion sur sa lame pour observer derrière elle d'un regard rapide, sans perdre le reste de son champ de vision.

Son attention de nouveau sur sa comparse, elle l'écoute tout en mangeant son repas frugal. Pas question de gaspiller. Avant de lui répondre sur un ton détaché.

« Je suis tout à fait d'accord avec les tours de garde, vu que tu bailles depuis un moment maintenant, je prends la première partie de la nuit. Je te réveillerais pour la seconde. »

La jeune femme avale une bouchée puis revient sur le sujet principal.
« Tu ne sais rien de ces oiseaux ? Nous aurions du nous renseigner auprès d'un zoologiste avant de venir... Nous ne nous sommes pas assez préparées. Mais ça n'a plus d'importance maintenant. Je veux boucler cette mission rapidement, alors tâche de ne rien manquer demain. Chaque détail est important. Et plus on récolte d'informations, plus vite on pourra passer à l'étape la plus appréciable. Celle de la capture. »
Un sourire amusé vient se dessiner sur le visage de Solveig, lui donnant un air soudainement quelque peu sympathique.

HRP:
 
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Ephylix
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Image d'un inconnu mais graphisme par moi o/
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 2433
Double Compte : Nausicaä Ludwiga
Elément : Terre
Métier : Méchante modo sadike
Invocation(s) : Moi même
Invocateur : Kris Le PAS Magnifique !
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Vêtements:
 

Armes:
 

Autre:
 

Sceau personnel:
 


Sorts :
Sorts:
 

Inventaire▲

Aventure #5 écrite Sam 5 Juil - 23:51

Elle sourit doucement. Ah, si cette humaine savait réellement... Elle n'avait ni besoin de manger, ni de dormir et encore moins de boire. Elle le faisait uniquement pour imiter les humains et parce que c'était devenu une habitude à force. C'est qu'elle avait passé plus d'une centaine d'années en compagnie de ces êtres frêles et stupides. Juste pour les observer, juste pour apprendre. Savoir qui ils étaient et mieux les détester par la suite. Car oui, sa rancœur des hommes n'était pas nouvelle. Dès qu'elle avait vu de quoi ils étaient capables, dès qu'elle avait vu les horreurs de leurs supplices, de leurs tortures, dès qu'elle avait vu qu'ils tuaient leurs frères, elle s'était mise à les haïr. Puis cela s'accentua lorsqu'ils commencèrent à détruire sa nature, ses forêts, ses créations. Le point de rupture, le paroxysme de sa haine fut le jours où les Dieux eurent détruit le monde pour le reconstruire. La jeune femme soupira avant de ranger son morceau de pain dans une sacoche en cuir. Elle passa ensuite une main dans ses longs cheveux pour en déloger les feuilles et autres débris qui s'y étaient pris lorsqu'elles étaient entrées dans la forêt.

La tigresse bougea pour s'assoir dans une position plus confortable, à savoir en tailleurs. Elle venait de croiser les bras et regardait danser les flammes de ce feu, ce feu enfant d'Ignis, ce feu qui dévorait ces branches, filles de Terra. Le monde était ainsi fait, quatre éléments, chacun dominant l'autre pour former une harmonie parfaite. Harmonie souvent brisé par l'homme, création de ses frères et sœurs trop curieux et las de la monotonie de leur mission. Pourquoi tous ces souvenirs lui revenaient ce soir ? Pourquoi aujourd'hui et pas un autre ? Parfois, la mémoire était vraiment étrange. Oui, très étrange même, c'était une chose qu'elle ne comprenait pas. Car même si elle pouvait avoir l'orgueil de dire qu'elle n'oubliait rien, il n'en était pas ainsi. Elle avait oublié nombre de choses, des choses insignifiantes comme importantes. Elle avait failli oublier Nephylim lorsqu'elle avait eut Calann pour invocateur... Elle avait failli... Mais son premier amour s'accrochait dur comme fer et elle en était contente.

« Si tu veux, mais ne t'endors pas » se contenta-t-elle de dire d'un vois plate alors qu'elle levait la tête pour essayer de distinguer les étoiles, ces petites lucioles accrochées à la voûte céleste.

Elle avait toujours rêvé d'aller les voir, d'aller toucher ces étoiles, mais elle ne possédait pas les ailes d'Aer. Elle pouvait seulement les observer de loin, espérant qu'un jour, l'homme découvre à nouveau ce moyen d'aller toucher le ciel étoilé, comme dans l'ancien monde. C'est qu'ils avaient réussit à poser le pied sur la lune, la soeur du soleil, plus timide et discrète. Mais tellement plus belle...

« Perte de temps inutile. Je te dis qu'on aura même pas besoin de les observer bien longtemps. Juste attendre qu'ils se posent sur une branche ou bien qu'on trouve un nid avec au moins trois piaf. Avec un peu de chance, cette mission sera terminée après demain. »
annonça-t-elle avant de s'allonger et de fermer les yeux avec un grand sourire satisfait. Elle savait qu'en retrouvant ses pouvoirs, elle pourrait à nouveau faire des cages de lianes. Mais hélas, la magie n'étant pas infinie ici bas, elle avait intérêt à ne pas trop user de ce pouvoir là... Leur punition était décidément bien cruelle à ses yeux.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #6 écrite Sam 12 Juil - 2:10

Visiblement, son acolyte ne semblait pas vouloir se reposer. Elle qui n’avait fait que bailler, elle continuait de veiller alors que Solveig avait volontairement pris la première moitié de la nuit. Ephylix s’assit en tailleur après avoir adressé un sourire, qui aurait pu passer comme amical si la jeune femme n’avait pas commencé à cerner sa compagne de voyage. Elle devait posséder une invocation pour être aussi détendue, mais quand bien même, il ne fait pas bon de trop se reposer sur ces êtres particuliers. Après tout, les invocations vouent quasiment tous une haine pour les humains, haine pouvait prendre le pas sur leur envie de vivre à l’air libre, préférant voir leur invocateur mourir sous leur yeux plutôt que de les servir plus longtemps.
A ce moment de ses réflexions, la jeune femme haussa les épaules. Si elle devait obéir aveuglément à un idiot, elle préférerait sans doute retourner dans sa cage et en être débarrassé plutôt que d’être son pantin. En fait, elle ne supporterait pas un seul instant de servir qui que ce soit sans son libre arbitre. Sans la possibilité de choisir. Mais la question ne se poserait jamais, elle serait le maître et non le servant. Car bien qu’elle ne veuille pas soumettre avidement sa future invocation sous ses ordres, elle sait qu’il existera toujours un lien dégradant entre les deux êtres, ils ne seront jamais égaux, peu importe tous les bons sentiments qu’ils mettent dans ce projet. Une invocation devra toujours répondre positivement aux ordres des humains, tandis que les humains n’ont pas d’obligation à respecter les ordres des invocations.
Une injustice vouée à perdurer pour encore plusieurs siècles, si ce n’est millénaire.

Les mots d’Ephylix brisèrent ses pensées, la forçant à reprendre contact avec la dure réalité qui l’entourait. La forêt de jade, les monstres guettant le moindre moment opportun pour porter le premier coup. Par ailleurs il était étrange qu’aucun ne se soit encore lancé. Elles n’étaient que deux, et des femmes de surcroît. Quoiqu’en dise son orgueil, sa force n’égalerait jamais celle d’un homme, et les animaux peuvent sentir cela. La faiblesse physique de leur proie. Solveig toisa la chasseuse, jetant quelques coup d’œil dans son miroir improvisé. Elle ne s’endormirait pas avant la fin de son tour. Puis elle soupira las devant l’insouciance de plus en plus flagrante de sa camarade de fortune. Elle n’attendit pas plus longtemps pour répliquer, tandis que la chasseuse s’allongeait enfin.

« La prime nous sera retirée si nous abîmons le plumage de l’oiseau. Et je suis persuadée que ce fichu noble qui nous a engagés se fera un malin plaisir à examiner méticuleusement chaque oiseau avant de nous payer. A tous les coups c’est une ruse pour ne pas payer, le plumage doit être si délicat que même un effleurement peut l’abîmer. Si tu comptes l’attraper pour le fourrer dans la cage avec la même délicatesse dont tu as fait preuve à la taverne, certes, la mission sera rapidement remplie, mais elle n’aura également servie à rien. »

La rouquine posa son regard un court instant sur la chasseuse aux cheveux blanc, avant de reprendre plus ardemment sa tâche de surveillance. Cependant la jeune femme rajoute sur un ton moqueur.

« Mais je t’en prie, demain tu essaieras. Nous verrons bien quels seront les résultats de ta méthode. »
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Ephylix
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Image d'un inconnu mais graphisme par moi o/
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 2433
Double Compte : Nausicaä Ludwiga
Elément : Terre
Métier : Méchante modo sadike
Invocation(s) : Moi même
Invocateur : Kris Le PAS Magnifique !
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Vêtements:
 

Armes:
 

Autre:
 

Sceau personnel:
 


Sorts :
Sorts:
 

Inventaire▲

Aventure #7 écrite Sam 12 Juil - 23:42

Ephy sourit avant de fermer les yeux sans pour autant s’endormir. A vrai dire, elle ne pourra pas aller rejoindre les bras de Morphée ce soir, en effet, elle avait assez dormit ces quinze mille dernières années, du moins, elle pensait que cela faisait quinze mille ans qu’elle roupillait. Elle n’avait pas compté et n’avait rien pour le faire. Chose assez pénible que de ne pas pouvoir se situer dans le temps bien que ce dernier soit une chose inventée par l’Homme. Enfin bon, le temps était ce qu’il était et en ce moment il était à la nuit. La jeune femme soupire puis passe une main devant ses yeux avant de passer un bras derrière sa tête, pour faire oreiller. Si elle ne dormait pas, il faudra qu’elle s’occupe et quoi de mieux que de ressasser les anciens souvenirs heureux tout en regardant les étoiles . Même si ces dernières étaient un peu voilée par la cime des arbres en ce moment. Elle ouvrir les yeux, ce qui lui fit déplacer sa main qui vint s’échouer sur son ventre. Sa respiration était calme et régulière, elle éprouvait un sentiment de paix en cet instant. Bienne qu’elle sache qu’il y avait de potentiels prédateurs qui rôdaient, prêts à venir les embêter pour les dévorer. Mais de ce côté-là, elle n’avait pas trop de soucis à se faire et devait plutôt se concentrer à garder en vie sa coéquipière. Inutile d’avoir la mort d’une personne en plus sur la conscience pour le moment, bien qu’elle ne portait guère dans son cœur les êtres humains.

« Je pense qu’avec une dague sous la gorge, ton noble sera plus ou moins contraint de coopérer et de nous payer, plumes abîmées ou pas. D’autant plus que les gardes et la milice, je les bouffes sans problème » dit-elle d’une voix presque rêveuse avant de soupirer lorsqu’elle aperçut une étoile sur cette voûte céleste noire. La tigresse tend une main vers le ciel, observant entre ses doigts ces petites lumières qui apparaissaient au fur et à mesure que le soleil se couchait, au fur et à mesure qu’il disparaissait derrière l’horizon, seul point où le ciel et la terre ne faisaient plus qu’un.

« Tu seras surprise de constater que ma méthode sera la plus douce et n’abîmera pas le plumage de ces oiseaux » murmura-t-elle avec prétention et orgueil avant de se demander si elle allait avoir de la chance et assez de mana pour lancer au moins deux sorts. Il serait stupide de gâcher un temps aussi précieux à faire des essaies.

La jeune fille se redresse sur un coude et regarde Solveig avant de regarder les flammes danser. Cela lui rappelait Shase et sa queue enflammée, si belle, si libre. Cela lui rappelait ces moments où elle était en compagnie de ses frères et sœurs du feu, ces soirées à ne rien faire, juste regarder dans les flammes et inventer des histoires d’avenir. Ce bon temps, ce temps oublié, ce temps perdu. Hélas, ils avaient fait une erreur et ils en payaient le prix. Même si elle était plutôt fâchée envers les Dieux qui l’avaient punie alors qu’elle n’avait pas du tout adhéré à la création des Hommes et s’y était même opposé. Oui, elle était de la vieille école et avait vu cette nouveauté comme une menace pour le bon fondement de leur mission.

« Si tu préfères dormir, je monterais la garde. A vrai dire, je n’ai pas besoin de fermer l’œil cette nuit et cela m’embêterais de confier ma vie à une personne visiblement très fatiguée » annonça la tigresse avec moquerie avant de se rassoir en tailleur et de sortir une feuille et un morceau de bois qu’elle laissa brûler durant un court instant pour en faire du charbon et donc un crayon. Elle commença ensuite à noircir le parchemin de mots, écrits d’une si belle écriture. Elle avait eu le temps d’apprendre la langue des Hommes, d’apprendre à l’écrire et à la lire. C’était l’une de leur plus belles créations. Ainsi, ils pouvaient garder une trace de leur passage, même des années après leur mort. C’était… fabuleux.
Et elle continua à écrire, jetant de temps à autre un morceau de bois pour raviver le feu. A vrai dire, dès qu’elle avait sortit ce morceau de papier, elle n’avait plus fait attention à la jeune femme qui l’accompagnait, elle s’était enfermée dans sa bulle, son monde où elle était encore libre de faire ce qu’elle désirait, sans la contrainte d’un maitre. Et la nuit passa, calme et paisible. Elle avait tout de même fini par s’endormir, laissant tomber son morceau de papier dans le feu. Ce dernier se consuma, emportant avec lui les quelques mots futiles qui y étaient inscrits. Mais ce n’était pas grave, car ces mots étaient à jamais gravés dans la mémoire de la demi-déesse. Jamais elle ne les oublierait, de toute manière, elle ne pouvait pas les oublier, ils étaient trop importants pour elle.

« Je t’aime » murmura-t-elle dans son sommeille.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Animateur
I Animation l
avatar


▼Afficher le Profil▼
Date d'inscription : 07/09/2013
Messages : 156
Elément : Feu
Inventaire▲

Aventure #8 écrite Sam 12 Juil - 23:53

Un bruissement se fit entendre dans la grande forêt silencieuse qui s’éveillait. Quelques rayons de soleil filtraient déjà au travers le dense feuillage, illuminant d’une lueur tamisée les bois endormi. Quelques animaux s’affairaient déjà à chercher de la nourriture ou bien à gambader, tout simplement. Puis là, juste un peu après l’orée des bois, deux femmes, endormies, paisibles. Leurs souffles réguliers venaient s’ajouter aux chants des feuilles dans la légère brise du matin tandis que quelques mots, murmurés et à peine audibles, s’envolaient rejoindre les nuages lents et paresseux qui traversaient le ciel de l’île. Ciel qui virait lentement de l’orange au bleu en passant par une teinte saumon.

Soudain, une branche se redressa lorsque le léger poids qui était sur elle s’envola dans un léger bruit. Un oiseau s’envolait pour aller virevolter entre les branches et les troncs d’arbres. Il fut très vite suivit par quatre autres créatures, tout aussi légères et gracieuses. Les Sylvebec s’éveillaient avec la forêt. Il ne tardèrent pas à l’emplir de leur chant fluet et aigue tandis qu’ils volaient avec frénésie. Trois d’entre eux se posèrent non loin des deux jeunes femmes, curieux. Ils n’avaient jamais vraiment vu de telles créatures auparavant. Ils ne savaient pas ce qu’elles étaient, amies ou ennemies ? Ennemies sûrement, vu leur taille et leur physique étrange. D’autant plus qu’ils sentaient comme une aura divine autour d’elles, une aura qu’il fallait craindre, qu’ils craignaient sans réellement comprendre pourquoi. Mais cela ne les effraya pas plus puisqu’ils restèrent posés là, sur ces branches, bien en évidence, à regarder ces créatures s’éveiller. Ils se mirent à chanter, leur souhaitant le bonjour.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #9 écrite Dim 14 Sep - 12:08

HRP:
 

En position pour monter la garde, Solveig ne surveillait pas seulement les alentours, elle gardait également un œil sur sa compagne de voyage. Rien ne la poussait à lui faire confiance, et de toute façon elle ne se rappelait pas avoir jamais fait confiance à qui que ce soit. Elle mis à part, bien entendu. Et de ce qu'elle voyait, soit Ephylix avait le sommeil agité, soit elle ne dormait pas. Réponse qu'elle eut bien vite quand cette dernière s'adressa à elle quant à la façon de réclamer leur prime. Façon qui lui arracha un sourire amusé, il lui fut plus dur de s'empêcher de rire, non pas un rire moqueur mais bien un rire sincère imaginant déjà la chasseresse faire peur aux gardes.
Cependant, la mercenaire ne répondit rien, laissant sa compagne continuait, car malgré sa pause, il était clair qu'elle n'avait pas fini.
À sa deuxième prise de parole, Solveig répondit d'un simple : « Nous verrons cela demain je suppose. », tout de même un peu surprise par son manque d'assurance, un murmure ne reflétait pas la vision que Solveig s'était faite de cette femme. Mais elle avait tendance à juger vite. Elle suivit du regard sa compagne lorsque celle-ci se releva pour la fixer, oubliant momentanément de surveiller les alentours.

Sa déclaration balaya tout les doutes que la précédentes avait laissé s’immiscer dans le crâne de Solveig. Elle toisa Ephylix à travers les flammes et après un haussement de sourcils méprisant lui répondit sur un ton similaire.
« La seule personne visiblement très fatiguée ici, c'est toi. Je te rappelles, puisqu'à mon avis tu devais à moitié dormir déjà, que tu n'as pas arrêté de bailler sur la route. Ce que j'entends du coup, c'est ta vanité. De toute façon, tu allais monter la garde dans la deuxième partie de la nuit alors profite de te reposer, ton tour viendra bien assez tôt. »
La réaction, ou plutôt le manque de réaction de son interlocutrice lui mit les nerfs à vif, dormir ne lui était plus possible tant une énergie nouvelle s'insufflait de manière saccadée en elle. Bien assez vite elle avait détourner son regard de la poète pour se concentrer sur les alentours, mais son attention était malgré tout restée sur le papier.

La nuit passa, Solveig n'avait pas pu dormir d'un sommeil profond lorsque vint son tour, mais son corps ne réclamait pas plus pour être en forme. Après tout cela faisait un bout de temps que son inactivité lui avait permis de refaire le plein de force.

Sommeil d'autant plus léger qui ne fallut pas plus du bruissement des ailes des sylvebecs pour la réveiller. Restant couchée, les yeux ouverte et l'ouïe attentive, elle n'était pas encore certaine qu'il s'agisse des oiseaux qu'elles cherchaient, et si c'était le cas, voilà une chance inespérée.
Tout doucement, sans bouger son corps, elle glissa la main dans son sac à proximité de son lit de fortune pour en sortir une miche de pain. Et plus doucement encore, elle entreprit de se relever pour faire face aux oiseaux curieux.
Quelques miettes éparpillées devant elle, la mercenaire chercha la cage du regard pour bien avoir tout les repères nécessaire en tête avant de tenter quoi que ce soit.
Sans bouger plus, elle se mit à observer le comportement des oiseaux en question, voir s'ils prenaient en compte l'arrivée de cet élément supplémentaire, qu'était la nourriture.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Ephylix
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Image d'un inconnu mais graphisme par moi o/
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 2433
Double Compte : Nausicaä Ludwiga
Elément : Terre
Métier : Méchante modo sadike
Invocation(s) : Moi même
Invocateur : Kris Le PAS Magnifique !
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Vêtements:
 

Armes:
 

Autre:
 

Sceau personnel:
 


Sorts :
Sorts:
 

Inventaire▲

Aventure #10 écrite Mar 16 Sep - 17:37

Le léger bruissement d’ailes la sortit de ses pensées amoureuses. La jeune femme soupira doucement avant d’ouvrir les yeux avec lenteur pour leur laisser le temps de s’habituer à la luminosité ambiante. Jour ? Il faisait jour ? Déjà ? Pourtant elle n’avait fait que fermer l’œil deux minutes… Le temps… chose bien étrange qui, couplé avec le sommeille, déroutait l’impudent qui ne prenait garde à ce qu’il faisait.
La tigresse se baffe mentalement, chassant de son esprit ces pensées bien trop philosophiques à son goût pour le petit matin. Elle entend ensuite chanter, un chant mélodieux, fluide, léger. Elle sourit. Les oiseaux de ce monde aussi savaient composer de belles mélodies avec leur voix finalement… Puis elle se tourne avec lenteur pour se retrouver sur le dos, contemplant ainsi la voûte faite de feuilles qui ne laissaient filtrer que très peu de lumière, juste assez pour que l’endroit soit tamisé de ces fins rayons porteurs de vie.

Et elle reste ainsi, une minute, deux minutes, à regarder le toit de verdure avant qu’un bruit ne la tire de sa contemplation. Solveig venait apparemment de se lever, faible humaine. Cette dernière bougea avec précaution pour ne pas effrayer les oiseaux qui étaient perchés sur les branches à les observer avec curiosité. Des Sylvebecs ? Ces fameux oiseaux qu’elles devaient capturer ? Le client avait de magnifiques goûts, très raffinés. Mais elle eu un pincement au cœur en se rendant compte qu’ils n’allaient plus avoir la joie de voler et de découvrir la vaste forêt qu’était la Forêt de Jade. Encore un soupire puis elle regarde Solveig émietter du pain devant les petits monstres.

La tigresse ricane puis se lève à son tour, lentement, pour ne pas effrayer également leurs proies. Le but du jeu étant de finir cette quête avant l’an prochain… Elle se recula de l’humaine et des oiseaux pour aller s’enfoncer dans les branches et ainsi se dissimuler à la vue de tous. Là, elle reprit sa vraie forme et sourit narquoisement alors qu’elle fixait les oiseaux tout en lançant un sort qui fit apparaitre des lianes qui filèrent en dessous du premier duo de piafs verts. Elle espérait sincèrement qu’ils n’allaient pas s’envoler en apercevant ce petit tour de magie, d’autant plus qu’il lui coutait en mana… Maudits soient les dieux de lui avoir retiré tant de puissance…

[Plante 3 - Mana : 20 - 3 = 17]
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Animateur
I Animation l
avatar


▼Afficher le Profil▼
Date d'inscription : 07/09/2013
Messages : 156
Elément : Feu
Inventaire▲

Aventure #11 écrite Mar 16 Sep - 18:06

Les oiseaux regardèrent les deux étrangères avec curiosité avant de recommencer à chanter, insouciants. D’autres vinrent rejoindre les pionniers alors que la forêt continuait à s’éveiller, émerveillant les yeux de quiconque était assez attentif pour contempler et apprécier. Les rayons du soleils se firent plus fort tandis que l’astre montait dans le ciel, avec une lenteur exagérée cependant. Les divers animaux diurnes fuyaient à la recherche de nourriture ou bien pour survivre à ces nombreux prédateurs qui rôdaient dans cette somptueuse forêt.
Mais soudainement, ils prirent leur envol, effrayés par cette même aura qu’auparavant, une frayeur qu’ils ne comprenaient pas…

Cependant, les plus courageux, et les plus téméraires, revirent chanter sur la branche tout en observant l’étrange créature bipède qui s’avançait vers eux avec lenteur. Elle sortit quelque chose de son sac, quelque chose qui avait l’air de pouvoir se manger. Les Sylvebec se turent, curieux. Plusieurs approchèrent de nouveau, se fondant dans les feuillages, invisible. Seuls deux étaient vraiment posés sur une branche, visibles pour la jeune femme puisque la deuxième s’était retirée dans les arbustes qui bordaient l’endroit.
L’un des deux courageux volatiles s’envola pour venir se poser à environ deux mètres de l’humaine, regardant avec envie les miettes de pains. L’autre observait sans se rendre compte que des lianes arrivaient sous lui.

Le premier oiseau s’avança, craintif, il picora avant de s’envoler bien vite, trop peureux devant cette étrange créature. Le second suivit le premier, évitant ainsi le piège de lianes qui se refermait sur du vide.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #12 écrite Lun 29 Sep - 23:44

Le ricanement de la femme qui l'accompagnait n'était pas facile à ignorer, mais Solveig continuait comme si de rien n'était à émietter le pain devant les sylvebecs. Si elle parvenait à en attraper ne serait-ce qu'un, elle pourrait lui clouer le bec. Et cela l'intéressait presque plus que la récompense finale. Mais pour l'instant, elle se concentrait sur la tâche en cours, un mauvais mouvement et ce serait cette femme qui aurait de quoi parler. Malgré tout, il fut difficile à la jeune mercenaire d'ignorer complètement sa compagne de voyage. La voilà qui s'enfonçait dans le feuillage au point de ne plus être visible. Que pouvait-elle bien faire ? Ce n'était pas le moment pour partir faire sa toilette !

Les sourcils froncés de dépit, l'attention de Solveig est vite captée par les oiseaux prenant leur envol pour on ne sait quelles raisons. Après tout, elle n'avait rien fait de brusque et Ephylix non plus puisqu'elle s'était esquivée. Si ces oiseaux sont à ce pont craintifs, les capturer allaient s'avérer plus long que prévu. Déjà qu'il n'était pas prévu que ce soit particulièrement court...

Mais avant de complètement perdre espoir, quelques uns s'étaient de nouveau percher sur une branche non loin de Solveig, attirés par les miettes en question. Un sourire se dessina sur les lèvres de la jeune femme, ce fut sa seule réaction sur le moment, aussi figée qu'une statue.

Le voilà qui arrive ! Ce n' était qu'un oiseau et bizarrement sa présence emplissait Solveig d'une vigueur nouvelle. Le cœur palpitant, elle se mit à imaginer les différentes tactiques pour le mettre en cage. Lui sauter bêtement dessus ? Reculer doucement et espérer qu'il suive les miettes jusque la cage ? Mais avant que la jeune femme n'ait pu entreprendre une quelconque manœuvre, l'oiseau s'envola. Son regard dépité le suivit avant de suivre le second qui s'envolait à la suite de son compagnon. L'expression de dépit passa à l'incrédulité. Les lianes ne venaient-elle pas de se refermer toutes seules à l'endroit exact où se trouvait le second oiseau avant son envol ?

Elle pointa son doigt vers l'emplacement, ouvrant la bouche pour signaler sa vision à sa comparse. Mais aucun son ne fut émit, après tout qui les aurait entendus ? La chasseresse s'était retirée en plein milieu de l’événement. Solveig resta silencieuse un court instant, plongée dans ses pensées, puis après un long soupir poussé en direction de la voûte que formaient les arbres, elle se releva pour mettre les miettes dans la cage avant d'accrocher celle-ci sur la branche où s'étaient perchés les oiseaux.

Ceci fait, elle se retourna vivement vers les buissons qui se trouvaient dans la direction prise par sa compagne, lançant sur le ton de la raillerie.
« Je suis bien forcée de constater que ta méthode est la plus douce, effectivement quand on ne fait rien on ne risque rien non plus. »
Elle finit sur un haussement d'épaules d'un air maussade avant de s'attarder sur ses affaires. Il était temps de remballer le camp et de partir à la chasse. Attraper les oiseaux étaient une chose, trouver un endroit où établir un camp fixe en était une autre. Il leur fallait trouver une source d'eau fraîche avant de poursuivre leur quête.
Bien que leur besoins étaient leur priorité à présent, Solveig nota mentalement la direction prise par les oiseaux pour les pister plus tard. Et puis qui sait, avec un peu de chance, curieux comme ils étaient, ils viendraient directement à elles.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Ephylix
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Image d'un inconnu mais graphisme par moi o/
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 2433
Double Compte : Nausicaä Ludwiga
Elément : Terre
Métier : Méchante modo sadike
Invocation(s) : Moi même
Invocateur : Kris Le PAS Magnifique !
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Vêtements:
 

Armes:
 

Autre:
 

Sceau personnel:
 


Sorts :
Sorts:
 

Inventaire▲

Aventure #13 écrite Ven 3 Oct - 17:08

Elle râla intérieurement. Pourquoi ? Pourquoi ça avait raté ? Qu’est-ce qui avait bien pu faire qu’elle avait raté son sort pourtant si parfait ? Ah, si elle avait eut tous ses pouvoirs, cette quête serait fini depuis bien longtemps ! Mais hélas pour elle, il ne lui restait même pas le dixième de sa puissance d’antan, ce qui l’embêtait bien. Pas mal même, elle se sentait faible et cela l’énervait. Aussi, lorsqu’elle entendit la raillerie de Solveig, elle ne put s’empêcher de grogner, toujours cachée dans les buissons.
Puis doucement, elle sortit, imposant tigre blanc, le regard dur, la mine sérieuse. Elle s’approcha de la chasseresse et la regarda dans les yeux, la dépassant de bien trois tête tant elle était grande. Puis elle soupire et secoue la tête. Voilà qu’elle étaient dans une bien belle situation…

« Bon, c’est quoi ton plan maintenant ? » dit-elle en regardant ses affaires qui trainaient et qu’elle ne pouvait plus vraiment porter. Bah, un jour elle ira acheter l’un de ces objets magiques humains, au moins une chose qu’ils faisaient de bien et d’utile surtout ! La tigresse baille avant d’essayer, tant bien que mal, de ranger tout son bordel pour se hisser sur ses épaules. Mais la tâche est ardue quand on ne possède pas de mains.

Enfin bon, une fois cette lourde, pénible, et dérangeante tâche accomplie, elle se retourne pour contempler la cage accrochée sur une branche. Des miettes de pains trônaient fièrement dedans, attendant d’être mangées. Elle espérait que ce plan stupide marche car sinon cela voulait dire qu’elle devra passer encore une nuit dans cette forêt, une nuit en compagnie de cette femme et une nuit où elle s’ennuierait bien…

« On fait quoi ? » relança-t-elle pour combler un silence qu’elle trouvait trop gênant et pas au bon endroit.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Animateur
I Animation l
avatar


▼Afficher le Profil▼
Date d'inscription : 07/09/2013
Messages : 156
Elément : Feu
Inventaire▲

Aventure #14 écrite Ven 3 Oct - 20:09

La forêt redevint calme. Le chant des oiseaux se faisait plus lointain, cependant si les jeunes femmes avaient l'oreille attentive, elle pourrait sans doute reconnaître dans le bois le doux chant du Sylvebec, avec lequel elles étaient maintenant familiarisée.
Cependant, avec leur odeurs un peu partout sur la cage, aucun oiseau n'osa s'approcher, et avec Ephylix revenue à sa taille normale, plus aucun Oboro ne se risquerait à les attaquer. Les quelques miettes de pain n'étaient pas un enjeu suffisant pour prendre de tel risque, peut-être leur faudrait-il mieux faire oublier leur présence.

Les sylvebecs eux ne faisaient pas ce genre d'erreur, et avaient adopté un parfait camouflage. Il n'était donc pas impossible qu'ils soient tout proche, mais indétectable. Cependant, en restant bien attentif à chaque mouvement de feuille, on pouvait apercevoir, de temps en temps, comme l'illusion d'une feuille s'en allant d'une branche, emporté par quelque chose. En étant plus attentif encore à ce petit mouvement dans les feuillages, les chasseresses pourraient s'apercevoir que c'était bien des sylvebecs qui recueillaient des feuilles sur les arbres. Il leur restait à se poser les bonnes questions, et à bien observer, pour tirer ce comportement à leur avantage. A moins qu'elles ne retentent la technique de la cage et des miettes de pain, en étant cette fois mieux préparé.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #15 écrite Ven 3 Oct - 21:14

Solveig rangeait ses affaires quand un grognement sourd sortis des buissons, la jeune mercenaire ne fit pas le lien au premier abord entre le lieu d'où le son provenait et l'endroit où s'était retirée momentanément sa comparse de quête. Non, elle eut un frisson dans le dos, stoppant instantanément toute activité mettant à profit ce moment d’inactivité pour concentrer son attention et se préparer soit à fuir soit à se battre. Tout dépendrait du type de la menace, mais une chose était sûre elle n'allait pas se mettre en danger de mort pour quelques piécettes si bien qu'elle ne prêtait aucune attention aux chants des sylvebecs qui retentissaient à nouveau autour d'elle.

Quand l'énorme tigre sortis des buissons, elle ne fit toujours pas le lien avec la chasseresse aux cheveux aussi blanc que la fourrure qui recouvrait l'animal. Il lui semblait sur le moment plus sensé de se préoccuper avant d'elle-même, la pensée brève pour sa comparse qu'elle venait d'imaginer dévorée derrière l'imposant félin l'avait on ne peut plus convaincue.

Complètement immobile, le regard fixé sur le prédateur, Solveig avait sa main sur le pommeau de son épée bien qu'elle espérait ne pas avoir à s'en servir. Elle fut saisie sur place lorsque l'animal lui adressa la parole, avec la voix d'Ephylix qui plus est ! Une invocation ! Elle faisait équipe avec une invocation ! Non que cela la gêne en soi mais la colère faisait peu à peu son arrivée dans le regard de la jeune femme. Ce qui la gênait, c'était de se faire rouler. Le moment de surprise passé, la jeune femme au visage aussi rouge que ses cheveux s'était levée pour faire face à l'invocation.

Elle n'en menait certes pas large, mais cela ne la troublait nullement. Bloqués dans sa gorge, autant par la surprise que la rage, les mots refusaient de sortir. Pendant ce temps silencieux, elle observa malgré elle l'entêtement singulier de l'invocation pour emballer ses affaires dans sa forme originelle. Et bizarrement cela la calma, son visage manqua même de s'étirer en un sourire amusé mais elle se reprit à temps, ne voulant pas montrer un pardon si rapide. C'était contraire à ses principes.

La question retentit une fois de plus, Solveig croisa les bras, refusant volontairement cette fois-ci de parler. La jeune femme fit durer le silence jusqu'à ce que son mécontentement soit clair dans la pensée de la chasseresse.

« On fait quoi ? C'est vraiment la première chose que tu penses à me dire dans cette situation ? »

Solveig poussa un soupir bruyant où résonnait son dépit, ajoutant plus bas comme pour elle bien que ce ne le soit pas.
« Vous êtes décidément bien tous des égocentriques. »
Puis levant son regard furieux pour le poser sur la tigresse, elle continua sur le ton du reproche.
« Si tu avais été honnête dès le départ, nous aurions sûrement pu établir un meilleur plan directement ! Mais puisque sa vénérée antiquité ne veut point nous aider de sa sagesse débordante, la misérable humaine que je suis va faire le point. La première chose à faire est de trouver un lieu où établir un camp « fixe », près d'un point d'eau et pouvant nous dissimuler si possible. Ensuite si je suppose correctement, tu es à l'origine de ce mouvement dans les lianes proches des oiseaux. Si c'est bien le cas, tu pourrais créer plusieurs cages que nous pourrions disséminer dans la forêt pour augmenter nos probabilités de succès par exemple. »

La jeune mercenaire marqua une pause, sa colère était passée, son visage avait retrouvé sa pâleur typique des gens du nord avec une pointe d'arrogance qui se changea rapidement en indifférence puis finit par laisser apparaître une expression proche de l'amusement.
Elle fit face à la tigresse, déterminée, un air étrangement cordial trônant sur son visage et ancré dans son regard.

« Tu m'as bien roulé, je le reconnais. Mais même si je frustrée de ma défaite, je ne peux nier que ta vraie nature est un atout considérable. Ça pourrait même rendre cette quête ennuyeuse, amusante. Par contre, tu vas devoir me dire clairement de quoi tu es capable pour qu'on puisse exploiter notre potentiels à leur maximum. Pourquoi ne pas commencer par améliorer nos rapports ? Si on continue comme on est parti, dans 100 ans on sera encore là à chasser ces fichus piafs. Ça ne te pose peut-être pas de problèmes, mais moi oui. »

Bien que le geste lui sembla trivial étant donné la forme présente de l'invocation, Solveig tendit sa main vers Ephylix, un sourire entendu étirant ses traits.

«  Alors, qu'en dis-tu ? On arrête de travailler l'une contre l'autre et on associe nos efforts ? »
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Ephylix
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Image d'un inconnu mais graphisme par moi o/
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 2433
Double Compte : Nausicaä Ludwiga
Elément : Terre
Métier : Méchante modo sadike
Invocation(s) : Moi même
Invocateur : Kris Le PAS Magnifique !
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Vêtements:
 

Armes:
 

Autre:
 

Sceau personnel:
 


Sorts :
Sorts:
 

Inventaire▲

Aventure #16 écrite Sam 4 Oct - 22:25

Ephy laissa la chasseresse se défouler et vider son sac, émettant de légers grognements de temps à autre. Ce n’était pas le moment de se prendre la tête avec une humaine, qui plus est la femme qui allait l’aider à avoir de l’argent. Elle se contentait donc de la fixer d’un air indifférent avant de soupirer doucement et de rétracter les griffes qui s’étaient enfoncées avec hargne dans la terre. En cet instant, elle ne faisait plus attention à ce qui l’entourait, les oiseaux, les arbres, plus rien n’avait d’importance tant elle essayait de contenir cette colère qui montait en elle comme la moutarde monte au nez.
Comme deux combattants dans une arène lors d’un tournois, elle jaugeait son adversaire, pesant les faiblesses et les atouts avant d’attaquer. Sauf qu’elle ne lancera pas l’offensive, pas maintenant du moins. Elle avait plus important à régler que ses différents. Après elle pourra s’amuser avec l’humaine, pour l’instant elle devait juste se contenter de coopérer, aussi elle hocha la tête à la proposition de Solveig, sans pour autant lui serrer la main, incapable physiquement de le faire.

La tigresse détourne ensuite le regard, le perdant dans une direction inconnue. Elle essayait de trouver le meilleur des chemins pour aller trouver un endroit où établir un campement sûr et donc pouvoir réellement commencer la chasse. Tous ses sens étaient aux aguets, elle écoutait le moindre son, sentait la moindre odeur et regardait le moindre mouvement. C’est qu’il s’agissait de ne pas aller se paumer dans un endroit dangereux d’où une évasion serait quasiment impossible. Encore un soupire puis elle prend une direction plus ou moins au hasard, sans prendre le temps de consulter la chasseresse ni même de lui parler. Marche ou crève, c’était sa devise du moment.

La demi-déesse ne fit plus attention au chant des oiseaux et plus particulièrement des Sylvebecs, elle se concentrait juste à aller s’enterrer dans un coin d’où elles pourraient commencer réellement leur chasse. Elle marchait lentement, prenant le temps d’observer, d’analyser et de retenir chaque endroit où elles passaient. Il était question de ne pas revenir au même endroit pour que leur odeur ne soit pas trop marquée et ne fasse définitivement fuir les proies.
Une heure, elle marcha une bonne heure avant de s’arrêter dans ce qui devait être une petit clairière – une trouée serait plus correcte. Un petit cours d’eau la traversait et de nombreux troncs d’arbres et rochers y étaient éparpillés. Un endroit parfait pour établir un campement et enfin commencer les choses sérieuses.

Elle s’assoit et regarde Solveig dans les yeux avant d’annoncer d’un ton sans émotions :

« Bon, on reste là. On monte le camp, on établi une stratégie et on part en chasse dans la fin de l’après-midi ou demain à l’aube, »
elle reprend son souffle pour continuer, « je suis capable de faire tout un tas de chose comme manipuler les plantes ou bien le sol. Il m’est aussi possible de téléporter quelque chose d’un endroit à un autre que j’aurais déjà visité. Mais tout cela a un prix, et je n’a pas de puissance magique illimitée. »

Puis elle laisse ses mots en suspend avant d’aller chercher du bois pour l’empiler en petit tas à côté d’un gros rocher. Ephy se pose et regarde les grands arbres border cette mini clairière. Ses yeux scrutent chaque feuillu à la recherche du moindre mouvement qui trahirait ces petits poulets verts, pas assez gros pour nourrir correctement un rat… Encore un soupire et elle regarde Solveig une énième fois, blasée de tout ça et impatiente de rentrer pour toucher la récompense et ainsi… en faite elle ne s’avait plus pourquoi elle voulait des tsuris…

« T’as une idée de plan ? » lance-t-elle avant de bailler généreusement, signe qu’elle s’ennuyait pas mal ici.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Animateur
I Animation l
avatar


▼Afficher le Profil▼
Date d'inscription : 07/09/2013
Messages : 156
Elément : Feu
Inventaire▲

Aventure #17 écrite Lun 6 Oct - 19:16

La forêt était assez calme autour des deux chasseresses, il faut dire qu'avec le peu de discrétion dont elles faisaient preuve, toutes les petites bêtes alentours s'étaient enfuis, ou observaient de loin avant de passer leur chemin. Cela n'était pas à leur avantage car les Sylvebecs eux aussi les observaient, bien au fait de leur présence, et donc forcément plus difficile à surprendre. Cela faisait un temps interminable qu'elles étaient là, sans dissimuler leur odeur, sans plan fixe.

Ils semblaient par ailleurs qu'aucune des compères ne soient décidées à établir une stratégie, elles se renvoyaient la balle et Ephylix laissait à Solveig la tache d'établir un plan. Ce qui s’avérerait bien difficile une fois que toute la forêt aurait repéré leur présence. Elles partaient dans l'optique qu'il fallait d'abord monter un camp, mais cela ne les éloignait-il pas plutôt de l'essentiel ?
Les sylvebecs bien que quasi invisible dans la masse des arbres, étaient plutôt courants. Elles connaissaient par ailleurs leur plumage et leur chant afin de repérer leur lieu de vie dans la foret, alors pourquoi avaient-elle tant de mal à se lancer ?

Pendant qu'elles tergiversaient, les Sylvebecs continuaient leur ronde de tout à l'heure, sous l’œil inattentif des deux chasseresses.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #18 écrite Jeu 23 Oct - 14:42

Le regard fixé sur la tigresse lorsqu'elle hocha la tête en signe d'acceptation de ses termes, Solveig sentait que leur entente ne serait que de courte durée, encore faut-il pour cela qu'elle existe. Ce qui n'était pas gagné. Cependant, il était une chose de certain, l'invocation avait besoin d'elle, d'une manière ou d'une autre, car sinon elle se serait séparé d'une humaine dès le départ. Pourquoi se serait-elle encombrée pour rien ?
Le seul soucis étant bien la raison qui pouvait pousser Ephylix à garder Solveig à ses côtés, car cela, l'humaine n'en avait pas la moindre idée.

Sans aucun coup de semonce, la tigresse se détourna de leur duel de regard pour s'enfoncer dans la forêt, n'ayant visiblement rien à faire si l'humaine pouvait suivre ou non la cadence. Solveig serra les dents, décrocha la cage et s'engouffra à sa suite, faisant preuve de toute son agilité, car elle n'avait pas vraiment le choix si elle ne voulait pas perdre de vue l'invocation.

L'esprit occupé à visualiser puis tracer le chemin le plus adéquat pour sa course, le tout à une vitesse des plus athlétique, la jeune mercenaire ne pouvait se permettre de réfléchir plus avant ou de prêter attention à ce qui trouvait ailleurs que devant elle. Si elle le faisait non seulement, elle risquerait de perdre la tigresse mais surtout, emportée par la vitesse, de trébucher et tomber comme une pierre. Bien sûr, elle arrivait tout de même à râler, d'abord bruyamment puis intérieurement quand la fatigue fut trop forte.

Quand la tigresse s'arrêta enfin dans la clairière, Solveig n'eut pas à réfléchir une demi-seconde, la jeune femme laissa tomber son matériel au sol sans amorti et tomba à genoux près de la rivière. Elle passa de l'eau sur son visage à plusieurs reprises avant d'en prendre plusieurs grosses gorgées. Une fois rafraichie, elle se laissa choir à son tour sur le sol, les yeux fermés, l'esprit plus et les muscles totalement détendus. Elle entendait vaguement la tigresse lui parler mais pour le moment les mots ne sortaient pas. Elle était trop fatiguée.

Malgré tout, elle ouvrit les yeux pour tomber sur le regard fixe de la tigresse, cela lui avait coûté un effort, et de répondre lui en coûtait également. Elle soupira et dit sur un ton fatigué.
« Le plan reste le même. On connaît leur chant, leur plumage. Mais on ne connaît pas leur habitudes. C'est ce qu'on devrait chercher à présent. »

La jeune femme roula sur elle-même pour faire face à la tigresse qui baillait aux corneilles, s'asseyant en tailleur.

« Est-ce que tu pourrais construire des pièges ? Si ta magie ne change pas l'odeur des plantes et de la terre, au moins ça nous évitera d'y laisser la nôtre. »

La jeune mercenaire humidifie son doigt avant de le pointer en l'air, lui permettant ainsi de connaître la direction prise par le vent et d'indiquer d'un geste la direction opposée alors qu'elle s'adresse à Ephylix.
« Nous devrions partir en reconnaissance dans cette direction. Mais chacune de notre côté, nous aurons ainsi plus d'informations. On se retrouve dans deux heures ici même pour partager ce qu'on a appris et de là on pourra construire une stratégie. »

Comme requinquée, Solveig se releva d'un saut sur ses pieds, prête à commencer la chasse, à écouter chaque son, à épier chaque comportements de ces oiseaux curieux et de les capturer enfin pour recevoir sa prime.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Ephylix
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Image d'un inconnu mais graphisme par moi o/
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 2433
Double Compte : Nausicaä Ludwiga
Elément : Terre
Métier : Méchante modo sadike
Invocation(s) : Moi même
Invocateur : Kris Le PAS Magnifique !
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Vêtements:
 

Armes:
 

Autre:
 

Sceau personnel:
 


Sorts :
Sorts:
 

Inventaire▲

Aventure #19 écrite Lun 27 Oct - 20:08

Blablabla… Les humains étaient décidément de grands parleurs mais ils n’agissaient pas des masses… Quoi que là encore. Oui, Solveig avait le même désir qu’elle de finir cette quête. Et pour une fois, la mule qu’était Ephy allait écouter ce qu’avait à dire la faible humaine.

« Je veux bien construire des pièges mais… Où ? on ne peut pas poser une cage en plein milieu d’un endroit avec une grosse flèche au dessus en espérant qu’un de ces fichus piafs va y entrer ! »


Elle grogne puis regarde les gestes étranges de la jeune femme. Gestes qui lui rappelaient l’ancien monde et ces humains qui chassaient en essayant de ne pas avoir leur odeur portée par le vent. La tigresse soupire puis suit les indications de la chasseuse. Plus vite elles auraient fini, plus vite elles rentrerons !

C’est ainsi qu’elle s’en alla dans la direction indiquée par Solveig d’un pas trainant. La demi-déesse s’enfonça dans les bois, les sens aux aguets, prête à bondir sur un oiseau ou bien sur un monstre. Quoi qu’il en soit, la première bestiole qui se présenterait à elle aurait droit à une mort dans son estomac. Fallait bien passer la frustration quelque part. Elle inspire grandement avant de lever les yeux vers la voûte verdâtre que formaient les arbres de la forêt. Elle s’y perd, un instant, avant de reprendre sa marche au son du chant des oiseaux et des battements d’ailes lorsqu’elle s’approchait d’un arbre.

Plusieurs fois, elle cru apercevoir un sylvebec et plusieurs fois elle sauta sur ce qui n’était au final qu’une feuille. Enragée, elle avait fini par foncer, tête la première dans un arbre. Cela fit s’envoler tous les oiseaux présents, y compris les monstres qu’elle cherchait. Hélas pour elle, elle ne volait pas.
Au bout de deux heures de repérage, elle avait tout de même réussi à trouver que ces oiseaux de malheurs aimaient bien les grands arbres verts – ce qui ne manquait pas dans cette forêt – elle revint à la clairière où elle trouva Solveig. La tigresse se posa devant l’humaine et lui expliqua brièvement ce qu’elle avait apprit avant de tourner brusquement la tête vers la forêt.

« Ne bouge pas », murmura-t-elle seulement.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #20 écrite Mer 29 Oct - 23:53

Solveig tâcha de ne pas montrer son étonnement quand Ephylix suivit ses indications sans plus rechigner que ça,continuant sa route aussi silencieusement que possible. Afin de cacher au maximum son odeur, en plus d'avancer contre le vent, l'humaine avait frotté ses vêtements de terre, de feuilles, à vrai dire de ce qu'elle avait sous la main.

D'un pas alerte et l'oeil attentif, Solveig avançait aussi souple et gracieuse qu'un félin. La comparaison fit sourire la jeune mercenaire, car la tigresse étant pour sûre un félin était aussi délicate qu'une chimère. Mais aussi amusant qu'il était de penser à sa compagne en train de suivre ses ordres à contre cœur, la jeune femme chassa ces idées pour se concentrer sur l'instant présent.

Elle repéra vite les oiseaux par leurs chant, blottie contre un tronc, complètement immobile, Solveig observait attentivement le spectacle s'offrant sous ses yeux. Leurs comportements avec ces feuilles étaient la clé de leur capture, la jeune femme en était absolument certaine. Mais avide d'information pour un travail parfait, elle entreprit de suivre les oiseaux jusqu'au lieu où ils réunissaient ces feuilles volées. Et si possible en ramener un exemplaire pour l'élaboration du piège.

Deux heures passèrent, et Solveig revint au point de rendez vous avec ses informations. Elle accueillit la tigresse avec un sourire amical, et laissa Ephylix démarrer le « meeting ». Leurs informations se corréler parfaitement, Solveig acquiescer d'un signe de tête à chaque fois qu'une des informations de la tigresse était la même qu'elle. Mais lorsque vint son tour, l'invocation se mit sur le qui-vive, provoquant le même réflexe chez la chasseuse. Sans bouger d'une once, la jeune femme balaya autant qu'elle pu la zone devant elle, essayant d'écouter ce qu'il se passait derrière elle au cas où elle devrait réagir rapidement.

« Qu'est-ce qu'il se passe ? »
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Animateur
I Animation l
avatar


▼Afficher le Profil▼
Date d'inscription : 07/09/2013
Messages : 156
Elément : Feu
Inventaire▲

Aventure #21 écrite Jeu 30 Oct - 14:13

En effet les Sylvebecs aimait prélever un certains types de feuilles sur les arbres. En le suivant, Solveig put s'apercevoir que ces feuilles servaient à la construction d'un nid. Il fallait une feuille d'une couleur verte très vive afin que les oisillons se confondent à merveille dans le nid et reste indétectable, oisillons vert clair sur feuilles vertes claires. C'était sans aucun doute la clef de leur capture. Les oisillons piaillent en haut du nid, ils devaient être 4 ou 5. Si tel était leur plan, il était également possible d'atteindre le nid en grimpant l'arbre. Le tronc était épais et offrait de nombreuses prises et branches pour être escaladé.

Ephy avait senti que quelque chose approché, et il s'agissait d'un petit sylvebec, qui visiblement s'enfonçait très loin dans la forêt pour trouver son bonheur. Il se posa près d'un arbuste composé de petites feuilles verts clairs en forme de goutte et en sélectionna minutieusement les plus belles sous l’œil attentifs des deux compères immobiles. Pour l'instant Ephylix et Solveig n'étaient toujours pas assez appétissantes pour les autres bêtes sauvages. Les sylvebecs semblaient ne pas les craindre trop pour le moment, ce qui pourrait se révéler être un avantage si les deux chasseuses savaient en tirer profit.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Ephylix
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Image d'un inconnu mais graphisme par moi o/
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 2433
Double Compte : Nausicaä Ludwiga
Elément : Terre
Métier : Méchante modo sadike
Invocation(s) : Moi même
Invocateur : Kris Le PAS Magnifique !
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Vêtements:
 

Armes:
 

Autre:
 

Sceau personnel:
 


Sorts :
Sorts:
 

Inventaire▲

Aventure #22 écrite Jeu 30 Oct - 21:09

Juste un oiseau, un simple oiseau vert qui ne s'occupait pas d'elles et vaquait à ses occupations. Elle souffla doucement et se concentra à nouveau sur ce qu'avait dit Solveig. Des feuilles, pour faire leur nid... Un nid... Elle réfléchit, quelques instants. avant de repenser au comportement du sylvebec qui avait prélevé de belles feuilles vertes sur cet arbuste.

La tigresse regarda attentivement l'arbuste puis ses oreilles furent attirées par des piaillements non loin, dans la forêt. Un nid. Avec un peu de chance, c'étaient des sylvebec. Elle regarde Solveig, sérieuse, puis expose rapidement ses idées:

"Soit tu cherches le nid et tu t'arranges pour capturer les oisillons, tu les entends au moins ? Soit on construit un piège avec pour appât ces feuilles là bas" et elle pointa du museau l'arbuste.

Cependant, elle n'attendit guère l'avis de Solveig pour commencer à agir car elle saisit la cage et s'enfonça discrètement dans les bois, en suivant une de ses proies. Patte de velours, elle essayait de ne faire aucun bruit pour trouver le fameux nid. Elle avait suivit le même oiseau que la chasseuse et arriva devant un grand arbre. Ephy lève les yeux et tend les oreilles. Ca piaillait. Il ne lui en fallu pas plus pour comprendre que la clé de cette quête se trouvait là haut. Elle se met à grimper, utilisant ses griffes pour atteindre les branches et ainsi monter à la hauteur du nid.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #23 écrite Sam 1 Nov - 1:01

Quand l'oiseau sortit de sa cachette, Solveig eut un air blasé. Elle l'avait inquiété pour si peu ? La jeune femme détourna vite son attention de l'oiseau solitaire et audacieux pour observer la tigresse en pleine réflexion.
Elle aussi avait pensé à un plan bien moins fastueux que la mise en place de pièges et d'attendre que trois sylvebecs décident bien gentiment de tomber dedans. Après tout, l'employeur n'avait pas précisé l'âge de l'oiseau souhaité. Ces oisillons feraient parfaitement l'affaire.

Elle ouvrit la bouche pour parler mais l'invocation la devança, visiblement la chasseresse avait pensé à la même solution. Avant que Solveig ne put ne serait-ce qu'acquiescer à la proposition, elle regardait Ephylix s'enfuir à toute allure dans la direction qui lui semblait être la bonne, d'une manière ou d'une autre.
La jeune femme n'avait certes pas la même ouïe que l'invocation mais elle possédait des qualités de traqueuse remarquable, retrouver le nid qu'elle avait découvert un peu plus tôt serait un jeu d'enfant.

Laissant le sylvebec aventurier derrière, elle s'engouffra de nouveau dans la forêt afin de dénicher le nid en question. Et si possible avant la tigresse, dans un pur esprit de compétition.
Elle prit tout de même sa couverture, n'ayant plus la cage à disposition, pour envelopper le nid et camoufler l'odeur de celui-ci par la même occasion. Doucement, sans aucun accroc, la jeune mercenaire avançait en essayant de ne pas se faire remarquer.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Animateur
I Animation l
avatar


▼Afficher le Profil▼
Date d'inscription : 07/09/2013
Messages : 156
Elément : Feu
Inventaire▲

Aventure #24 écrite Lun 22 Déc - 16:30

(Excusez moi pour l'attente, beaucoup de bouleversement IRL)

Les deux chasseuses se mettaient donc en quête du nid si précieux des sylvebecs. En ramener les poussins intacts leur assurait une petite somme, abîmer ne serait-ce qu'une plume serait très mauvais pour leur prime. L'approche de Solveig était meilleure, car a pas feutré dans la foret, sa présence se faisait oublier, tandis que Ephylix qui avait choisi d'escalader l'arbre éveiller tout de suite les sens des oisillons qui appelaient leurs parents pour signaler un danger. A force de ne pas vouloir s'entraider, les chasseresses étaient contre productive et se gênaient.

Les branches de l'arbre s'entrechoquaient sous le poids de l'invocation, les oisillons en ressentaient toutes les secousses. Les sylvebecs adultes vinrent à la rescousse des petits et essayèrent de jeter des petites brindilles, ainsi que des fruits a Ephylix pour la dissuader de continuer à avancer. Pendant ce temps ou ils étaient distraits par la tigresse de jade, Solveig avait le champ libre. Il fallait maintenant que les chasseuses acceptent de coopérer, car si Ephylix continuait de faire diversion, les petits restaient facilement accessible à Solveig. Mais il fallait faire une diversion suffisante pour que Solveig puisse elle aussi monter au niveau du nid sans éveiller de soupçon.

▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #25 écrite Dim 28 Déc - 21:40

HRP:
 


Il n'est pas difficile pour Ephylix de repérer ma chevelure flamboyante parmi les différentes nuances de vert offertes par les feuillages de la forêt de jade, aussi silencieuse qu'une ombre je m'arrête dès que je suis sur le point d'être repérée par les sylvebecs adultes. Bien assez tôt je me rends compte qu'il ne sera pas possible pour moi d'aller plus loin sans aide extérieure. Serrant les dents, je redescends légèrement avant de me plaquer contre un tronc voisin sans pour autant perdre trop de hauteur.

Une fois stabilisé et à bonne distance de nos cibles agitées, j'entreprends de capter le regard de la tigresse. Dès que je sens son attention sur moi j'utilise un gestuel similaire à celui des militaires pour lui expliquer silencieusement le plan qui nous permettra de quitter cette forêt, et de s'en mettre plein les poches bien évidemment. Pour quelle autre raison que l'argent aurait-elle pu se retrouver à grimper dans un arbres ? Aucune assurément.

Le message était assez limpide pour qui est capable de le déchiffrer : « Je vais les contourner pour les approcher par ici. Tu t'occupes de me couvrir. »
Mais pour quelqu'un qui n'est pas initié, l'aspect simiesque de la chorégraphie est la seule chose à peu près remarquable. Sachant pertinemment que je perds mon temps avec cette tête de mûle je tente de raccourcir le message à quatre gestes. Moi, l'index pointant dans ma direction. Là, pointant l'endroit que je fixe (n'étant nul autre que le nid des sylvebecs). Toi, montrant la tigresse du doigt cette fois-ci. Couvrir, me protégeant le visage comme d'un rayon de soleil inexistant.

Serait-ce suffisant ? Attendant la réponse de ma comparse, je demeure silencieuse cachée aux sens des oiseaux.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
 

[Quête] Cuit, cuit, le chant du Sylvebec

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Bon cette fois c'est cuit, le PS est foutu
» Rougets sauce au pastis
» Bien taux un chant-bardement jeux nez ralle !
» On ne contrôle pas le destin !
» Le héros le plus crédible en "méchant"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Arcane :: La Forêt de Jade-