L'ombre n'est qu'éphémère

Partagez | .
 

 L'ombre n'est qu'éphémère

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Ephylix
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Image d'un inconnu mais graphisme par moi o/
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 2431
Double Compte : Nausicaä Ludwiga
Elément : Terre
Métier : Méchante modo sadike
Invocation(s) : Moi même
Invocateur : Kris Le PAS Magnifique !
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Vêtements:
 

Armes:
 

Autre:
 

Sceau personnel:
 


Sorts :
Sorts:
 

Inventaire▲

Aventure #1 écrite Ven 23 Aoû - 10:17

Tu es de retour dans l'ombre. Le noir de ta cellule est oppressant, t'étouffe. Tu veux de la lumière, un bain de lumière. Tu en as assez du noir constant... Et cette liberté si courte, ce n'est qu'un passé désormais... Tu n'entendras plus le vent, tu ne verras plus les papillons... oui, tu étais de nouveau enfermée, pour toujours ?

La colère, auparavant si forte, devenait elle aussi souvenir. Le désespoir t'envahissait, te faisant crouler sous son poids. Tu étais si triste. La vie l'avait quitté, il était mort, par ta faute, par ta non vigilance, il venait de rendre l'âme. Pourtant, tu n'éprouvais aucune culpabilité, aucun remord. Tu étais des plus sereine. Pourquoi tant de sentiments si différents ? Tu n'avais jamais éprouvé cela avant, ça t'es nouveau.
Se peut-il que ta liberté éphémère t'ai rendu une part de toi même ? Elle t'aurais guéri de la presque folie que tu éprouvais ? Rien n'était sûr, tout était questions, aucune réponses venant combler ce vide entre ces mots éparses.

Fermant les yeux, te laissant tomber sur ce sol froid, tu pensais à tout ce que tu avais pu redécouvrir dehors. Le monde avait tant changé... Il était beau, non envahit par ces ignobles constructions humaines. La paix et la sérénité se dégageait de cette nature ressuscitée. Tu soupires, ces souvenirs s'effillants, comme s'ils voulaient fuir ton âme impure. D'ailleurs, en quoi serait-elle impure ? Qu'as tu donc fais pour qu'elle se corrompe ?

Tu ne sais pas et ne sauras sans doute jamais... Reposant ta tête au sol, tu laisses ton esprit dériver loin de cette pièce dont pas un seul raie de lumière ne filtre en cette nuit des plus sombres. Combien de temps resteras tu ici ? Assez pour que la folie ne te submerge à nouveau. Ce maelström de sentiments négatifs recommence à s'insinuer en toi, t'avalant dans ses tourbillons puissants du désespoir. Jamais tu n'avais éprouvé de sentiments si puissants. Était-ce la culpabilité qui commençait à venir ? Tu l'ignorais...

Plongée dans ton désespoir, tu n'entends pas les pas qui s'approchent...
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #2 écrite Ven 23 Aoû - 10:30

Vraiment tiraillé par la curiosité, j'ai préféré me diriger vers le temple de la Terre plutôt que de me rendre tout de suite à Lüh. Mais je suis venu sans but précis ; j'ai simplement envie de voir un demi-dieu de mes propres yeux ! Ces êtres manipulant les éléments m'attirent terriblement ! En voyageant jusqu'ici j'ai entendu à droite à gauche que certains s'en servent à des fins personnelles...je trouve cela exaspérant. Comment l'idée d'« utiliser » des êtres -qui nous sont supérieurs en plus !- peut-elle s'insinuer dans l'esprit humain ? Ce comportement m'est étranger, et je m'en porte bien ! Personnellement, je ne me fixe pas pour objectif de me lier à l'un d'entre eux... Néanmoins j'espère pouvoir échanger quelques mots avec sur leur condition. Ma mère m'ayant enseigné les simples rudiments de l'Histoire d'Arcane, je n'ai pas toutes les clés en main pour comprendre les causes de leur enfermement... Je ne demande qu'à savoir.

Après avoir arpenter des couloirs tantôt dévorés par les ombres, tantôt baignés de lumière, je suis arrivé à une bifurcation qui m'a menée tout droit vers une salle plongée dans l'obscurité. L'absence de clarté est telle que je vois à peine où je pose les pieds ! Un étrange silence accompagne la noirceur ambiante ; seuls mes pas sur le pavé résonnent comme des tambours à mes oreilles. La pierre des murs, elle, donne à l'endroit une allure très solennelle, presque sacrée, ainsi qu'une légère fraîcheur.

Un semblant de courant d'air vient me frôler l'épaule mais je ne décèle aucune ouverture. D'où peut-il bien venir ? Ce souffle imprévu me donne comme du courage et j'avance sans grandes précautions au centre de la pièce -enfin ce qui me semble être le centre-, et tente un :

« Il y a quelqu'un ? »

L'écho me répond du tac au tac tandis que je frissonne, prenant soudain compte que je peux rencontrer n'importe quoi -ou n'importe qui ?- en ces lieux. Je dégaine alors lentement ma lame et plie le bras pour la ramener à mon épaule, prêt à la lancer. J'essaie ensuite de contrôler mon souffle qui se fait rapide et bruyant, sans grand succès. Mes jambes choisissent se moment précis pour se mettre à trembler.

Si il y a vraiment quelqu'un et qu'il te voit comme ça, t'as la classe.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Ephylix
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Image d'un inconnu mais graphisme par moi o/
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 2431
Double Compte : Nausicaä Ludwiga
Elément : Terre
Métier : Méchante modo sadike
Invocation(s) : Moi même
Invocateur : Kris Le PAS Magnifique !
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Vêtements:
 

Armes:
 

Autre:
 

Sceau personnel:
 


Sorts :
Sorts:
 

Inventaire▲

Aventure #3 écrite Ven 23 Aoû - 10:31

"Il y a quelqu'un"
Cette phrase tournait en boucle dans ton esprit embrumé et endeuillé. Elle te rappelait tant de choses, des choses si récentes et pourtant si lointaines... Tu ne voulais relever ton énorme masse de ce sol si accueillant, mais tu te devais de le faire, juste pour le principe. En effet, tu avais préparé longuement, auparavant lorsque la solitude était ta seule amie, des épreuves toutes plus étranges et tordues les unes que les autres.

Ainsi, tu te levas, à contre coeur, il est vrai, et tu te plaças discrètement derrière le nouvel arrivant. Le silence régnait à nouveau dans la grande salle qui était circulaire. Tes soeurs de pierres fixaient toutes l'entrée, et la sortie, de ta prison, dans leur regard brillait une lueur éteinte d'un espoir longtemps envolé. Comme elles, tu avais perdu espoir, pourtant, un jour, il était venu. Tu l'avait trouvé chétif, à protéger. Mais ce devait être tous les humains qui étaient ainsi, fragiles.

Il t'avais cherché et t'avais trouvé parmi tes soeurs de pierre et d'un turquoise terne. Il avait su faire re-briller cette petite flamme d'espoir si longtemps éteinte. Il t'avais fait redécouvrir le monde. Mais voilà qu'il était désormais partit, et pour toujours. Tu t'étais étrangement accrochée à lui, pourtant tu ne le connaissais que de quelques heures seulement...

Tu étais dans le dos du prétendant. Il était grand, comme lui. Il n'était guère musclé, comme lui... Tout en cet inconnu, ou du moins ce que tu pouvais voir dans cette pénombre impénétrable, te faisais penser à lui.
Tu te redressas, dépassant de peu l'épaule de l'inconnu. Ton souffle, court, vient doucement chatouiller ses mèches, les faisant virevolté de-ci, de-là. Tu le sais, il t'as entendu.

Tu murmures ces mots d'un ton égale, mais presque triste. Aucune trace de sarcasme ni de gaieté, ces sentiments qui t'auraient, jadis, envahis.

- Je suis là, dans ton ombre. Découvres ma vraie forme, dis moi à quoi je ressemble, étranger, et peut-être, je me montrerais alors à toi.

Tu files ensuite dans un recoin sombre de la salle circulaire. C'est une épreuve cruelle. Patience et observations sont les mots d'ordres. Oui, il devra attendre l'aube naissant pour entre voir ce raie de lumière inexistant maintenant, oui, il devra regarder dans l'ombre pour essayer y desseller ton apparence.
Le temps qu'il y mettra sera sûrement des plus longs, tu pourras ainsi réfléchir réellement sur cette mort prématurée.

L'épreuve venait de commencer. La patience sera son fort ou la mènera-t-il à sa perte ?
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #4 écrite Ven 23 Aoû - 10:33

L'obscurité semble ébranlée quelques instants puis tout se fige à nouveau ; le temps même ne veut plus s'écouler normalement. Un souffle. Sur ma nuque. Il vient effleurer mes cheveux avant qu'une voix ne crève le silence :

« Je suis là, dans ton ombre. Découvre ma vraie forme, dis moi à quoi je ressemble, étranger, et peut-être, je me montrerais alors à toi. »
Je me raidis et sens plus que n'entends une chose se mouvoir dans mon dos. La peur -que dis-je ?...la terreur !- m'étreint si fort que je ne bouge pas. Mes yeux se ferment, ma gorge devient sèche, le sang bat à mes tempes. Je me trouve enfermé à l'intérieur de moi-même. Cette impression d'avoir perdu tout sens est la même que lorsque ma mère m'a quitté. Une vague d'émotions contradictoires monte en moi, mais je ne dois pas la laisser prendre le dessus ! Je fais tourner vivement la dague que je tiens ; la lame se retrouve dans ma main et je la serre. Je serre l'arme de sorte à ce que ces maudites émotions s'en aillent à travers ma blessure, coulent avec mon sang hors de moi. La douleur me caresse...tendre, me rend vue et ouïe...généreuse, et finalement me fait sourire...amie.
« Hmpf... »
Je fais volte-face, une dague dans chaque main cette fois, et vois...le reste de la salle s'étendre devant moi. Vide. Mes yeux s'étant quelques peu accoutumés à l'obscurité, j'arrive à distinguer deux rangées de statues que j'ai eu la chance d'éviter en marchant à l'aveuglette. Pourtant la voix ne peut pas sortir de nulle part ! « …, dis moi à quoi je ressemble » ; Hum...vue la clarté qui règne dans la pièce je vais m'amuser tiens.

Pour savoir à quoi ressemblent les statues, je ne peux pas compter sur ma vue. Aussi, j'entreprends d'aller les toucher pour en connaître les formes. Au contact de la pierre froide, ma blessure me pique et je m'en réjouis quelque peu. Cependant, je préfère utiliser ma main gauche, histoire de ne pas répandre de sang partout. La première statue doit ressembler à un grand animal. Ne pouvant atteindre le haut de la pierre je ne peux déterminer exactement lequel, mais les pattes avant et la posture me font penser à un canidé ou un félin. Je passe à la suivante et, après inspection, la trouve étrangement similaire. Et les deux d'après se trouvent également dans ce cas. Ne prenant la peine d'aller plus loin, j'en déduis que toutes les statues sont identiques.

Sympathique comme déco mais cela ne m'avance pas à grand chose... « découvre ma vrai forme » ; cela veut-il dire qu'il y en a une fausse ? Je soupire et rage un peu ; les jeux de cache-cache ne m'amusent pas plus qu-... Un jeu de cache-cache ! Et si... Et si la créature était à l'effigie des statues et qu'elle se cachait parmi elles ? Je souris face à l'absurdité de la chose : on parle quand même d'un demi-dieu là. Un être d'un tel rang ferait-il se genre de choses ? Je souffle bruyamment et me résigne ; je n'ai pas d'autres pistes pour le moment. Je termine alors la reconnaissance tactile de chacune des pierres, pour m'assurer qu'elles ne présentent aucune différence. Après quelques « Aïe ! » et « Ouch ! » que je laisse échapper en me cognant la tête à plusieurs reprises, ma théorie se trouve vérifiée, du moins au niveau du corps et des pattes. Les statues, à mon grand désarroi sont toutes identiques... Je me laisse choir au pied de l'une d'elles et murmure, complètement perdu :

« Tout ça ne sert à rien...je perds mon temps. »
Je passe un doigt dans ma main droite, écartant les bordures de ma plaie. Je la porte machinalement à ma bouche pour la nettoyer puis la laisse retomber. La cavalcade depuis mon village natal m'a épuiser et je commence à ressentir la fatigue. J'ai quelques peurs vis-à-vis de cet endroit mais...si je ne suis toujours pas mort, c'est peut être que l'être se cachant dans la pièce ne me veut pas de mal ? Je marmonne quelques vers en fermant les yeux :

« I don't need a map to know the way,
I don't need a map, you'll always light the path...
»

HRP:
 
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Ephylix
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Image d'un inconnu mais graphisme par moi o/
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 2431
Double Compte : Nausicaä Ludwiga
Elément : Terre
Métier : Méchante modo sadike
Invocation(s) : Moi même
Invocateur : Kris Le PAS Magnifique !
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Vêtements:
 

Armes:
 

Autre:
 

Sceau personnel:
 


Sorts :
Sorts:
 

Inventaire▲

Aventure #5 écrite Ven 23 Aoû - 10:34

Attendre, toujours. Attendre le jour, attendre la guérison.
Il devait attendre, tu devait attendre, encore, toujours. L'humain s'était coupé peu après que tu sois parti dans ton coin. Il bougeait dans la salle, tâtant de ses doigts ensanglantés, tes soeurs de pierre. Tu le regardais avec une curiosité non feinte. Il était hésitant, peu sûr de lui. Il râlait beaucoup et poussais des petits bruit si humains. Ce n'était pas comme Liam. Ô Liam... Si sûr, si doux... Non, tu te devais de faire le deuil de cet être inconnu !

Te déplaçant lentement, tu voulais oublier en jouant avec les nerfs de cet humains. Alors tu murmurais des mots.

- L'ombre est noire, noire est l'obscurité, l'obscurité est éphémère.

Tu coures te figer parmi l'une des statues et regardant l'humain affalé au pied d'une de tes soeurs.

- L'aube naissant viendra et chassera le temps infini.

Tu donnais, en quelque sorte, des indices. Vagues, mais des indices tout de même. Il ne devait pas se décourager. Cela serait dommage que de le perdre et ta liberté avec. Te déplaçant encore, créant un courant d'air, tu bondis par dessus sa tête et retombes silencieusement. Ton regard luit d'une lueur amusée, nouvelle. Tu as déjà oublié Liam ? La mémoire est-elle si gentille que de te faire oublier ? Tu ne sais pas, mais tu retrouves ta joie, peu à peu, t'amusant à courir tel un fantôme.

Tu continuas ainsi des heures durant, parlant dans le silence, bougeant dans le vide. Tel un esprit, tu rôdait autour de lui sans jamais te montrer. L'aube se leva doucement, s'infiltrant dans la salle par une petite fissure dans le plafond. Ta prison s'éclaira, dévoilant sa mine affreusement triste...
Tu te caches dans un coin d'ombre, le seul restant dans la salle faiblement illuminée. Tu ne sais pas si les yeux de l'humain voient comme toi tu vois, mais tu sais qu'il réussira sûrement ton épreuve pathétique...
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #6 écrite Ven 23 Aoû - 10:35

C'est un rayon de soleil qui vient me chatouiller la joue et me sortir de ma torpeur. J'ouvre les yeux et me redresse lentement, quelque peu surpris de ne pas me rappeler de mon rêve. Seule me reste une voix en tête. Une voix disant :

« L'ombre est noire, noire est l'obscurité, l'obscurité est éphémère. L'aube naissant viendra et chassera le temps infini. »
A moins que je n'ai pas imaginé ces paroles ? Cette réflexion m'arrache un sourire tandis que je me lève et prend conscience que je peux parfaitement distinguer ce qui se trouve autour de moi. Les statues que je n'ai pas pu identifier la veille se dressent alors devant moi, imposantes et majestueuses. Elles représentent toutes...un immense félin au pelage tigré. Leurs colliers m'intriguent au plus haut point ; je trouve que leur ciselure est vraiment détaillée et magnifiquement ouvragée. Splendide... Je fais un tour sur moi-même, ne perdant pas de vue que je ne suis pas seul...mais ne vois le demi-dieu nulle part. En revanche, j'aperçois une zone d'ombre dans un coin de la salle.

N'ayant rien à perdre, je décide de m'approcher. Encore et encore...puis m'arrête, à distance respectable. Je ne vois absolument pas ce qui se cache dans se recoin sombre, et encore moins si la créature se trouve ici. Je m'exprime quand même ; si elle se trouve dans la pièce elle rira de me voir mordre à un leurre, sinon, elle m'entendra.

« Je ne peux pas te voir...mais je peux te dire à quoi tu ressembles : tu es comme une âme ayant besoin de se distraire, d'échapper à quelque chose. Tu aimes jouer n'est-ce pas ?... »
Je me tais quelques instants, voyant quelque chose bouger dans l'ombre ; elle est là. Je tente alors d'être le plus sincère possible, de m'exprimer au mieux...malgré mes sens en alerte qui me hurlent de sortir, malgré ma dague qui me brûle la hanche d'envie d'être dégainée.

« Tu t'amuses avec les gens. Tu leur lances successivement chaud, froid, les incitant à lâcher prise. Puis quand tu sens que la personne veut abandonner, tu lui laisses entrevoir une chance de s'en sortir... Je ne peux pas t'assurer que tu es un félin majestueux au collier remarquable. Mais je peux te dire que...je te comprends. »
Ma voix s'est faite murmure à ces derniers mots. Je ne connais que trop le sentiment qui nous pousse à trouver un échappatoire à un quelconque malaise. Je regarde silencieusement, tristement ma main blessée... Oui, je sais qu'il nous faut trouver un chemin, quel qu'il soit. Je recentre mon attention sur le noir et y plonge mon regard. D'ici quelques instants, je vais savoir si j'ai échoué, ou non.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Ephylix
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Image d'un inconnu mais graphisme par moi o/
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 2431
Double Compte : Nausicaä Ludwiga
Elément : Terre
Métier : Méchante modo sadike
Invocation(s) : Moi même
Invocateur : Kris Le PAS Magnifique !
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Vêtements:
 

Armes:
 

Autre:
 

Sceau personnel:
 


Sorts :
Sorts:
 

Inventaire▲

Aventure #7 écrite Ven 23 Aoû - 10:38

Tu écarquilles les yeux. Il a tellement raison, oui, tu essayes de te distraire pour oublier. Mais comment un humain pouvait-il si facilement comprendre tes agissements ? Cela te laissais perplexe... Il énonça ensuite ta forme, ton apparence. C'était d'un facile, en effet, les statues étaient toutes à ton effigie, te ressemblant comme deux gouttes d'eau.

Quelque chose interpella ton attention, il disait te comprendre, mais te comprendre sur quoi ? Avait-il lui aussi perdu un être cher à ses yeux ? Enfin, Liam n'était pas une personne que tu connaissais depuis des lustres, mais c'était comme si. Et puis, comme s'il pouvait comprendre tes sentiments si noirs... C'était d'un ridicule sans pareil ! On ne pouvait comprendre et ressentir les mêmes choses, si ? Tu ne savais pas, vraiment pas...
Mais assez de questions, il avait réussit et tu sentais un verrou, remit il y a peu, se défaire.

Sortant de la pénombre, tu te présentes à lui, le dominant de ta taille. Tes yeux se fixent devant le bleu roi de ses pupilles. Tout comme Liam, il avait des yeux magnifiques, étranges. Baissant un instant la tête en signe de soumission, tu te remémores ces mêmes instants il y a de cela deux jours. Tout allait si vite...

Un murmure s'élève dans le silence maintes fois brisé.

- Tu as réussis mon épreuve, je ne te retiens pas, si l'envie te prend de partir sans moi, vas, je suis désormais sous tes ordres, finis-tu avec une certaine grimace en prononçant ce dernier mot.

Comment toi, une Demi-déesse de toute puissance, devais se rabaisser à obéir à un humain, la création de tes frères ? A cause de cette erreur ! Il ne fallait créer ces êtres avides de pouvoir, toujours plus ! Ils détruisent ce que toi et tes frères mettaient du temps à construire ! Un fléau pour le monde !
Mais cette haine jadis si puissante disparait doucement, tel une fleur se fanant.

HRP:
 
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #8 écrite Ven 23 Aoû - 10:39

Elle sort de l'ombre, radieuse, étincelante,...sauvage. Je crois n'avoir jamais vu aussi belle créature. Les statues postées dans la salle m'ont déjà impressionné mais là...je ne peux retenir un mouvement de recul. Va-t-elle croire que j'ai peur ? Que je veux fuir ? Ah, si seulement elle savait que ce n'est que pure admiration. Elle marmonne alors quelque chose sur l'épreuve mais je n'entend que d'une oreille, trop émerveillé par tant de grâce. Je sens mes émotions transparaître sur mon visage, qui s'empourpre soudain ; je n'avais pas à la fixer si impoliment. Aussi je détourne immédiatement le regard, fuyant le turquoise du sien. Je murmure :

« Je...je ne suis pas là pour m'imposer à toi de quelques manière que ce soit... »
Je relève la tête et prononce d'un ton se voulant amical, bien que déterminé :

« ...j'aimerais juste savoir pourquoi vous autres vous retrouvez enfermé aux quatre coins d'Arcane. Ma première requête sera donc : peux-tu me raconter comment tu t'es retrouvée ici ? »
Je tente un sourire, appréhendant quelque peu sa réaction. Vu sa taille, un coup de patte bien placé et je me fracasse contre un mur. Je me rends alors compte de la chance que j'ai eu de ne pas tomber sur une épreuve physique...j'aurais vraiment été mal. Oui, la chance m'a enfin souri. Toutes ces années de prière n'ont donc pas été vaines. Quelqu'un veille sur moi là-haut ; quelqu'un me protège. Puisse les ombres ne jamais te trouver...disait-elle. Je soupire ; ressasser les souvenirs à un tel moment n'est pas vraiment recommandé. Je secoue alors la tête, faisant disparaître l'image de ma mère qui se dessine devant mes yeux.

« Apprends-moi ton histoire. Je ferai ensuite ce que tu voudras... » dis-je en me laissant tomber en tailleur, sourire sincère aux lèvres.

HRP:
 
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Ephylix
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Image d'un inconnu mais graphisme par moi o/
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 2431
Double Compte : Nausicaä Ludwiga
Elément : Terre
Métier : Méchante modo sadike
Invocation(s) : Moi même
Invocateur : Kris Le PAS Magnifique !
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Vêtements:
 

Armes:
 

Autre:
 

Sceau personnel:
 


Sorts :
Sorts:
 

Inventaire▲

Aventure #9 écrite Ven 23 Aoû - 10:41

Il recule. Tu penses d'abord à de la peur mais tu vois ensuite de l'admiration dans ses yeux bleus. Il reste aussi un moment à te fixer, sans l'ombre d'une gêne. Et soudain, il détourne le regard et murmure quelques mots qui peinent à faire leur chemin dans ton esprit dérangé. Il ne s'imposera pas à toi. Ton esprit fait encore le lien avec l'attitude de Liam. Cesseras-tu un jour de penser à lui ?

Il te demande ensuite de raconter l'histoire des Demi-Dieux, ton histoire en quelque sorte. Murmurant encore quelques mots comme quoi il se pliera à toi, il se laisse tomber en tailleur. Grognant légèrement, tu t'allonges, posant ta tête sur tes pattes avant, dans la position du sphinx.
Tu marmonnes:

- Ce n'est pas à toi de te plier à moi, mais à moi de me plier à toi. C'est ainsi, je n'y peux rien...

Soupirant, tu secoues légèrement la tête et prend une grande inspiration pour conter ce morceau de ta vie qui te fait mal en quelque sorte...

- Mes frères, les autres Demi-dieux, ont créés, jadis, des créatures, vous, les humains. Vos ancêtres, si l’on peut les appeler ainsi, on détruit le monde, ravager la Terre par leur avidité et leurs armes. La grande Purge, c’est comme ça que l’on appel ce massacre. J’y ai participé, tuant de sang froid. J’étais une autre personne… Puis les quatre Dieux se sont éveillés de leur sommeil. Voyant leur travail détruit par la folie humaine, les créations de mes semblables, ils entrèrent dans une colère monstre et détruisirent tout sur Terre, ne laissant qu’une île, celle que tu connais, Arcane. Ils y recréèrent la vie, les hommes mais y créèrent aussi des monstres assoiffés de sang. Ils nous enfermèrent dans des geôles, répartis selon nos affiliations. Je suis la fille de Terra, et ce monde est notre punition. Nous sommes condamnés à vous servir jusqu’à votre mort où nous retournons dans nos prisons pour y attendre une délivrance prochaine. Combien de temps durera encore le châtiment ? Pourquoi suis-je punie ? La faute n’étant pas la mienne…

Tu te mures dans le silence, ressassant ces souvenirs peu agréables. Tu te questionne, encore, toujours, pourquoi te punir toi ? Innocence et pureté que tu étais avant… Les Hommes tu les haïssais. Tu les as même tués… Alors pourquoi ? Toi qui étais toujours fidèle en Terra, toi qui le servais toujours… Pourquoi ?
Des questions, tu en as tant et tu ne sais si un jour ils te répondront. D’ailleurs, reviendront-ils un jour sur Arcane ? Reviendront-ils voir leurs enfants, leurs créations ? Ou toi et tes frères êtes condamnés à la servitude éternelle ? et pour une faute que vous n’avez commise ?

Tu secoues encore la tête pour chasser ses pensées impures. Relevant le regard, tu regardes l’humain.

- Et toi, comment tu t’appelles ? Et pourquoi venir me voir, moi ?

HRP:
 
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #10 écrite Ven 23 Aoû - 10:43

Elle répond à mes attentes, docile. Je bois ses paroles, découvrant peu à peu ce qu'avait du vivre cette demie-déesse. Atroce. La compassion m'envahit et je ne peux retenir ma main qui se pose sur l'une de ses pattes. Je garde les yeux rivés au sol, tentant de mettre de l'ordre dans ce qu'elle vient de me dire. Les Dieux ont créé des êtres, qui à leur tour ont créé l'homme. Mais ce dernier a...ravagé sa propre terre ? Mais comment est-ce possible ?! Et comment être sûr que cela ne se reproduira pas ? L'homme est-il foncièrement mauvais et voué à l'autodestruction ? Comment en sont-ils arrivés là ?... Ensuite, elle me raconte que certains demi-dieux s'opposaient à la création de l'humain. Pourquoi avoir été tous punis dans ce cas-là ? Pour quelques êtres défaillants, condamner toute leur espèce n'est-il pas un peu excessif ?

« La faute n’étant pas la mienne… »
Je retire doucement ma main et lève les yeux vers elle ; aucune réponse dans son regard. Ses pupilles reflètent simplement les centaines de questions se bousculant dans mon esprit...ainsi qu'une haine profonde resurgissant soudainement.

« ...C'est la nôtre n'est-ce pas ? »
Elle se tait. Dois-je prendre ce silence comme réponse sans équivoque ou comme simple refus de parler d'avantage ? Elle semble hésité quelques instants puis secoue la tête avant de demander :

« Et toi, comment tu t’appelles ? Et pourquoi venir me voir, moi ? »
Ses questions me font l'effet d'un brutal retour à la réalité. Il est vrai que nous ne nous sommes même pas présentés ! Mais c'est sa seconde interrogation qui retient mon attention : pourquoi elle ? Moi-même n'ayant pas réellement la réponse, j'allais avoir du mal -encore une fois- à exprimer mes motivations... Autant jouer la carte de la sincérité :

« Je suis arrivé ici par pur hasard, tu sais...j'aurais pu prendre un autre chemin... Je suis désolé de n'avoir rien de plus à te dire mais, notre rencontre est totalement imprévue. Je ne pense pas à un quelconque destin...cette idée me répugne. »
A l'évocation de cette sacro-sainte « destinée », je frémis de dégoût. Ma mère était morte à cause du destin, j'ai dû quitté ma famille à cause du destin...bref, il ne m'a apporté que malheur. Donc je préfère considéré cette rencontre comme hasardeuse, histoire de la placer sous une bonne augure. Je tente de cacher mon trouble en passant nerveusement ma main dans mes cheveux ; j'inspire et reprends, sourire laconique aux lèvres :

« Mais je ne suis pas mécontent d'avoir parcouru le chemin jusqu'ici... »
Non, au contraire. Je commence à entrevoir la possibilité d'emmener la demie-déesse à l'extérieur. Ce n'était pas prévu mais pourquoi pas après tout ? Si elle est emprisonnée ici depuis longtemps, aller se dégourdir les pattes dehors ne lui ferait pas de mal... Mais j'ai oublié un petit détail. Aussi je balbutie :

« Calann !... Mon nom est Calann... Et...quel est le tien ? »
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Ephylix
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Image d'un inconnu mais graphisme par moi o/
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 2431
Double Compte : Nausicaä Ludwiga
Elément : Terre
Métier : Méchante modo sadike
Invocation(s) : Moi même
Invocateur : Kris Le PAS Magnifique !
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Vêtements:
 

Armes:
 

Autre:
 

Sceau personnel:
 


Sorts :
Sorts:
 

Inventaire▲

Aventure #11 écrite Ven 23 Aoû - 10:44

Tu ris doucement de ces réponses. Le destin, une chose que toi non plus ne croyais guère, pourtant il se pouvait que parfois le destin existait bel et bien. Comme aujourd'hui, ce jour où cet humain était venu dans ta cellule, comme par hasard disait-il.
Il semble nerveux. Tu souris, aimant voir les humains nerveux, cela t-'amuse grandement.

- Heureusement, petit humain, que tu n'es pas mécontent de me rencontrer. Sinon il se peut que je t'aurais légèrement bousculé.

Tu ris sincèrement de ta tirade, la bonne humeur revenant rapidement. En faite, plusieurs sentiments différents se bousculaient en toi. Il y avait la colère, le tristesse, la joie. C'était étrange, mais plaisant.
Tu fermes un instant les yeux, savourant la paix qui s'insinue en ton corps de grand félin. Cette paix nouvelle te fait oublier le chagrin qui t'emportait il y a peu.

Un son bafouillé t'arrive aux oreilles, c'est un prénom. Calann.
Tu rouvres les yeux et détail l'humain. Calann... Étrange... Ce prénom te semble étrange et tu ne sais pourquoi. Peut-être est-ce dans sa connotation ou dans sa sonorité. Ça sonne bizarre... Mais tu ne fais aucun commentaires, te contentant de sourire de plus belle.

- Ephylix...

Est tout ce que tu prononces pour l'instant.

HRP:
 
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #12 écrite Ven 23 Aoû - 10:46

Elle rit. Peut-être heureuse de me voir aussi mal à l'aise qui sait ? Mais elle rit. Et ce son fait remonter en moi un sentiment que je croyais perdu pour toujours : un semblant de bonheur. Il se répand dans mes veines, s'insinuant sous ma peau, m'ouvrant des perspectives nouvelles. Je ne peux m'empêcher de sourire à cet instant. Son expression se calque sur la mienne, dévoilant ainsi partiellement ses dents, qui vues de près sont assez impressionnantes.

« Ephylix... »
Ephylix...son nom ? Oui, sûrement. Tout comme elle il m'apparaît noble et dénué de tout artifice : parfait. Je la regarde et répète en un murmure ce nom que je vais avoir toutes les peines du monde à oublier si je décide de partir :

« Ephylix... »
Non, je ne peux pas la laisser là ! Elle ne mérite pas qu'on l'abandonne à nouveau. Je brûle d'envie d'en apprendre plus sur elle, mais il serait mal de lui demander de tout me conter et de partir ensuite sans me retourner ! Non, je ne peux pas la laisser ici...

Je me lève mais prends involontairement appui sur ma main blessée et tressaille, manquant de tomber à la renverse. Elle ne me quitte pas des yeux et cela me gêne de ne pas avoir autant de prestance que tous ces héros dont on nous raconte les exploits dans les contes. Quel piètre allure je dois avoir ! J'époussette mes vêtements qui ont judicieusement sus happer la poussière du sol ; vraiment, tout est réuni pour me dévaloriser face à ma nouvelle compagne de route ! Je tente de garder le sourire malgré la malchance qui s'abat sur moi à cet instant.

« Hum, donc euh...ça te plairait de sortir d'ici ? Parce que, je sais pas toi mais...je me sens un peu à l'étroit ici...et puis c'est si sombre ! Un vrai cachot... »
Ma voix s'éteint. Je m'inflige mentalement une gifle ; à vouloir me donner une contenance, je ne fais qu'aggraver mon pathétique. Je soupire, pointe la sortie du pouce puis fixe le félin dans les yeux en lançant :

« Bref, on sort ? »

[right]
HRP:
 
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Ephylix
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Image d'un inconnu mais graphisme par moi o/
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 2431
Double Compte : Nausicaä Ludwiga
Elément : Terre
Métier : Méchante modo sadike
Invocation(s) : Moi même
Invocateur : Kris Le PAS Magnifique !
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Vêtements:
 

Armes:
 

Autre:
 

Sceau personnel:
 


Sorts :
Sorts:
 

Inventaire▲

Aventure #13 écrite Ven 23 Aoû - 10:48

Il te propose de revoir encore la lumière du jour. Ton sourire se fait plus grand et tu te lèves précipitamment, excitée comme une enfant. Une lueur de reconnaissance brille dans ton regard turquoise. Oui, tu as envie de ressortir de l'ombre. Encore, toujours le même désir de liberté.

Tu veux courir dans ces verts pâturages, tu souhaites dormir sous un soleil réchauffant ton vieux coeur. Tu aspires tant à la liberté, mais celle qui t'est offerte n'est pas vraie. C'est une illusion, une liberté factice. Mais même fausse, ce semblant de liberté est pour toi un cadeau. Le noir ne t'oppressera plus et tu pourras enfin respirer librement, comme il y a deux jours.

Tu avances un peu vite vers l'ouverture. Te retournant, tu regarde si ton maître te suis. Normalement, tu devrais attendre qu'il te guide. C'est une loi que tu t'ai imposé à toi même, en signe de respect. Tu t'assoies et attend qu'il arrive à ta hauteur.

- Dépêches toi, petit humain. Dehors, le soleil n'attend que moi pour commencer sa longue course, te permets tu de dire, sarcastique.

Tu regardes pendant un petit moment ce qui est ta prison. Tu la connais par coeur, mais elle a tellement changée au fil des siècles qu'elle est difficilement reconnaissable. Avant elle était belle. Avant, de multiples couleurs éclatantes ornaient les murs en des fresques gigantesques. Avant, tes soeurs de pierres semblaient vivantes, et non mortes comme à l'instant présent. Avant, cette salle n'était que lumière. Maintenant, elle n'est plus que mort, désolation et ombre...

HRP:
 
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
 

L'ombre n'est qu'éphémère

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'ombre n'est qu'éphémère
» Chasse entre mère et fille
» LA TARTE AUX EPINARDS (comme celle de ma mère)
» L'ombre furtive est là, mais vous ne la voyez pas...[En attente d'autres validations]
» Remèdes de grans mère (santé)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Les Temples :: Temple de la Terre-