Lorsque le sourire carmin mord la délicate fleur

Partagez | .
 

 Lorsque le sourire carmin mord la délicate fleur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Modo
Nérée Helireah
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : New Bride, by Claparo-Sans
Date d'inscription : 22/01/2014
Messages : 528
Liens vers la fiche :
Présentation
Contes de la Dame aux Fleurs
Métier : Noble et Reine des nuages
Invocation(s) : Shénzi ♡ (inactif : Alphikas)
Inventaire :
♔ Bagages:
 

♔ Sac sans fond:
 


Inventaire▲

Aventure #1 écrite Mer 30 Juil - 19:58



Tout était si calme. Cette même quiétude montrait la faiblesse de l'Homme face à cette entité. Elle n'était rien. Depuis le début de sa futile existence, la demoiselle était perdue.

Le soleil peinait à percer le voile blanc du ciel, menaçant à chaque instant de libérer ses larmes. L'herbe était encore humide, la rosée effleurant les chevilles de leurs fraicheurs. Un souffle glacial mordait la terre de temps à autre, la balayant sans gêne. Nérée frissonna. L'après-midi commençait à toucher à sa fin, alors qu'elle marchait tranquillement, accompagnée la demi-déesse qui était dorénavant sienne. Nevi. Il était vrai que, si elle avait réussi l'épreuve, l'avenir qui lui était destiné était encore flou. Elle l'avait désiré. Elle l'avait arraché des bras de l'éternité, la faisant découvrir en l'espace de quelques secondes son monde. Sa mort était imminente. Silencieuse, la demoiselle se contentait de suivre un chemin, espérant découvrir rapidement les environs de Lüh. Espérant ne jamais revenir de ce voyage. Son regard restait fixé sur l'horizon, la plupart du temps. Elle ne jetait que rarement un œil à sa nouvelle compagne, gardant pour elle seule la raison de cet intérêt certain. Si elle lui partageait son monde, ses pensées, ses émotions étaient encore siennes. Sa domestique était la première personne qui avait pu connaitre le vrai caractère de la jeune femme. Peut-être était-ce la dernière. Il était vrai que pour le moment, la demoiselle était quelque peu distante avec la renarde divine. Mais quel en était l'importance, pour le moment ?
Elle ne savait simplement pas s'y prendre.

Elles étaient seules. Lorsque Nérée était sorti du temple, elle avait trouvé vide l'emplacement du campement des nomades, seule Ambre étant restée à attendre sa compagne. Combien de temps avait-elle passé entre ces murs ? L'abandon lui était insignifiant. Futile. Elle-même avait abandonné sa dague, un cadeau de sa domestique et amie. Elle ne pouvait renier son attachement à cet objet. Elle ne pouvait oublier son amie. Au loin, ses prunelles pouvaient apercevoir une forêt, semblant immense. Etait-ce la forêt de jade ? Elle inspira lentement, continuant inlassablement sa lente marche. Il y a quelque temps, Nevi lui avait fait part son approbation quant au choix de son nom. Il était vrai que la Dame Aux Fleurs s'amusait à donner surnom et qualifications aux personnes qu'elle rencontrait. Pourtant, elle resta muette en ce début de voyage, ayant simplement pris la peine de lui expliquer en quelques phrases sont désire de retourner à Lüh. Cela n'avait pas d'importance. En bas de la colline, la rivière traversait sereinement la plaine, la forêt se faisant de plus en plus proche. Quelques monstres étaient visibles, bien que loin. Le sens de l'orientation n'étant pas le fort de Nérée, elle avait décidé contre son gré de suivre l'orée des bois, celui-ci finissant par rejoindre la ville. Elle s'arrêta un instant sur la butte d'herbe, frissonnant une nouvelle fois quant à la fraicheur des lieux. Elle n'aimait pas avoir froid.

« J'espère que ce monde ne t'ennuie déjà pas. » Finit-elle par délaisser, le regard toujours dans ses pensées. Ambre gigota quelque peu derrière son dos, son attention se focalisant sur la grande renarde qui avait rejoint sa compagne. Nérée passa une main dans sa chevelure. Son comportement habituel ne devait pas être de mise, celui-ci pouvant être inapproprié avec celle qui allait maintenant partager son monde. Le jeu devait attendre. Le jeu devait attendre ses règles. Lentement, elle leva sa main, pointant son doigt en direction de la rivière. Elle tourna la tête vers la demi-déesse, plongeant ses yeux dans les siens. « Nous allons nous reposer là bas, si cela te convient. »

Il était vrai qu'elle ne devait pas être au plus haut de sa forme, ayant passé de longs moments dans sa cellule. Il était certain que le corps de la Dame Aux Fleurs était faible. Un bain pour son pelage n'était pas de refus, quand bien même l'eau promettait d'être glaciale. Un moment de repos était indispensable pour pouvoir continuer le voyage. Sans plus attendre, la demoiselle reprit sa marche, atteignant le bord de le l'endroit convoité en une poignée de minutes. Fort heureusement, l'endroit semblait être pour le moment désert. Il ne fallait pas oublier que si la jeune femme n'y prêtait pas attention, les monstres, eux, existaient réellement en ce bas monde. Elle se laissa tomber dans l'herbe, son fennec partant gambader autour d'elle. Sa main vint cueillir un coquelicot, la portant jusqu'à son visage. Elle avait une mauvaise intuition. Elle chassa cette pensée de son esprit, inspirant lentement.

La fleur était si belle.




   
   
   


« Oh my God, I see how everything is torn in the river deep
And I don't know why I go the way
Down by the riverside. »
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #2 écrite Lun 4 Aoû - 21:33

Le vent caressait le pelage miteux de l'invocation. Les tintements de ses bijoux résonnaient et donnaient au paysage une ambiance mystérieuse et envoutante. Encouragée par la douceur et la légendaire fraîcheur du souffle d'été, la renarde divine adapta son rythme à celui de son invocatrice malgré les fourmillements de ses muscles bien souvent mises au repos dans sa cage. Des sensations depuis longtemps oubliées revinrent à l'invocation comme des multitudes de flash picotant son esprit éteint sous le manque d'oxygène. A la limite des vertiges et de l'adrénaline de son cœur, les couleurs, les odeurs, les sons et enfin le toucher s'unirent, offrant alors la force nécessaire à Nevi pour avancer toujours plus loin de sa prison. Au point qu'il lui aurait fallut plisser les yeux pour cerner distinctement le temple à l'horizon. Désormais, plus rien ne pourrait faire abstraction au bon plaisir de l'invocation si ce n'est les ordres de l'invocatrice elle-même. Se jurant serf à sa cause elle ne pourrait sans doute pas jouir de la liberté qu'elle souhaiterait. Si toutefois elle savait ce que la femme attendait de sa nouvelle servante. Ce fut dans un premier temps le désir de retourner dans la capitale que la jeune femme lui demanda sans particulièrement exposer les raisons même de ce choix, sans doute était-elle une fille de "Lüh" cet étrange lieu que Nevi découvrira pour la première fois si ce n'est la seconde en compagnie de Nérée. Elle ne bronchait pas à la tâche qui lui avait été confié, elle semblait même assez simple pour ce que c'était. Si toutefois son corps ne cédait pas sous la faiblesse avant.

Un passage dans le campement dans lequel Nérée s'arrêta et les voilà de nouveau en route vers la ville. En compagnie d'un animal ressemblant un temps soit peu à l'invocation, coïncidence ? Contrairement à Nevi, l'animal était minuscule est tenait sur son épaule, son poil clair et brillant était un signe de bonne santé. Cela aurait sans doute dû faire plaisir à l'invocation de voir que les bons soins prodigués à cet animal serait sans doute les mêmes pour elle, cependant mis à part la surprenante pointe de jalousie dont elle fut prise, rien ne semblait ébranler le calme olympien de l'invocation. Elle observait simplement les environs sans exprimer ses pulsions, ses avis, ses pensées comme elle aurait eu l'audace de le faire auparavant. Rien ne semblait avoir d'importance dans ce monde si ce n'est la fraîcheur et le plaisir qu'avait l'invocation à reprendre la possession de son corps alité depuis bien trop longtemps entre quatre mur. Inspirant profondément l'air pur des plaines elle n'avait pas à se plaindre de sa condition d'esclave humain pour le moment.

Et soudain le temps s'arrêta au porte de la forêt qu'elles franchisèrent. Son rythme de marche était plus lent et pourtant son cœur battait à tout rompre comme à la suite de plusieurs grandes foulées dans les plaines. Balayant son regard entre les croisements des branches des arbres entre-elles, Nevi se sentait à la fois sereine face à l'image de cette nature face à elle, mais aussi perturbée par le souvenir que rien ne rattrapera ce qu'elle à vécu. La forêt qu'elle aurait dû protéger ne sera jamais remplacée dans son esprit, ni même la danse folle des flammes emportant avec elle la magnificence et l'âme de ces bois. L'évocation même de ce souvenir dans son esprit comme une lumière furtive brûla le peu de discussion qu'elle aurait pu avoir envers son invocatrice, la laissant imaginer la réponse à son ennui. Elle semblait si captivée que rien, mis à part un chant d'oiseau résonnait dans ses oreilles, et les images se formaient autour d'elle, transformant ce qui d'un regard sain semble être un simple point d'eau mal entretenu par le temps devint une eau claire et brillante sous la lumière du soleil. L'art de l'amour et du souvenir embellissait la réalité de ses flatteries trompeuses. Se souvenait-elle réellement de l'endroit de ses rêves ? Vaguement, mais les formes de la flore fut prononcés par la plus belle robe de la saison dans laquelle Nevi se laissa bercé tendrement. Le repos proposé par la jeune femme n'enchanta que d'autant plus l'invocation qui perdu dans ses rêveries se serait sans doute laisser choir mollement sur le sol pour contempler la beauté du terrain.

Le corps encore tremblant, elle s'était allongé près de son invocatrice, laissant le soleil réchauffer son poil sombre et alourdit par l'eau de la rivière. L'or dans sa crinière semblait également avoir reprit quelque peu de leur éclat d'autrefois, d'une brillance certaine, elles auraient éblouit la jeune femme si son regard s'était porté sur elle. Ses queues remuaient difficilement derrière elle à cause de l'eau imprégné dans son pelage, chacune montaient et descendaient successivement avec une certaine insistance sur la hauteur atteinte. Cela était sans doute devenu un tic bien dérangeant à l'instant même où ses queues ne furent plus aussi légère. Et cependant elle insistait. Si la présence de son élément apaisa le vieux cœur de Nevi, elle ne pouvait cependant pas oublier ce qui amenait les deux femmes à se lier l'une à l'autre. La tête relevé, elle ouvrit sa gueule pour laisser la magie adresser ces paroles vers Nérée.

"Puisque nous sommes au repos, pouvez-vous éclairez mon noble esprit sur vos intentions pour le voyage ?"
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Modo
Nérée Helireah
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : New Bride, by Claparo-Sans
Date d'inscription : 22/01/2014
Messages : 528
Liens vers la fiche :
Présentation
Contes de la Dame aux Fleurs
Métier : Noble et Reine des nuages
Invocation(s) : Shénzi ♡ (inactif : Alphikas)
Inventaire :
♔ Bagages:
 

♔ Sac sans fond:
 


Inventaire▲

Aventure #3 écrite Jeu 14 Aoû - 1:28



Sa tête heurta doucement le sol, l'herbe venant lui caresser le visage. Le bruit continuel de l'eau s'écoulant la berçait de tout son être, alors que ses yeux étaient plongés dans le ciel, bien que peu visible à travers le feuillage des arbres. Elle soupira. Nérée aimait ne rien faire, restant simplement ainsi rêveuse, à contempler ce monde qui était sien. Peut-être cette pause était plus un désir qu'une nécessité. Répondre bêtement à ses besoins était futile, quand bien même la demoiselle n'avait résisté à cette tentation. La Dame Aux Fleurs n'était pourtant pas seule. Elle l'avait entendue se baigner dans la rivière, s'installant par la suite à ses côtés. Il était vrai que son pelage avait besoin d'un bon nettoyage, bien que cela ne la concernât guère. Nérée n'avait, pour le moment, posé les yeux sur elle, préférant de loin contempler le paysage et les tumultes de ses pensées. Au final, ses efforts pour faire naître une conversation superficielle n'avaient abouti, la demi-déesse étant restée silencieuse un long moment. Si long, que la jeune femme ne savait guère quoi faire. Devait-elle prolonger le silence qui s'installait, ou encore le briser ? Ne sachant comment se comporter avec cette nouvelle compagne, il fallait avouée que la noble était totalement perdue. Était-ce pour autant si visible que cela ?
Cela n'avait que peu d'importance.

Le soleil baigna de ses rayons ses cheveux d'ambre. La forêt était si calme, devenant chaque seconde de plus en plus inquiétante. Le mauvais présage ressentit revint en l'espace de quelques instants, pour s'envoler aussitôt. Il n'y avait personne à part eux. N'entendant plus les vagabondages de son petit animal, Nérée releva légèrement la tête, soulagée – ou anxieuse de voir celle-ci non loin des queues de Nevi, les observant monter et descendre d'un air joueur. Il était vrai que la demi-déesse avait dorénavant deux être à protéger, au lieu d'un seul habituellement. Ses pensées revinrent ainsi sur elle avec les interrogations qui l'entouraient. Pourtant, elle n'eut guère le temps de faire le premier pas, de céder à sa propre réticence des paroles inutiles. Elle parla. Nevi la vouvoyait, ce qui la fit quelque peu sourire intérieurement, se demandant si cette marque de respect lui était réellement destinée. La question en elle-même fit songer la demoiselle, n'y ayant jamais réfléchi avec sérieux. Pourquoi se dirigeait-elle à Lüh, au final ? Rien ne l'attachait à ce lieu. Pourtant, cette question pouvait se poser dans un autre sens. Pourquoi avait-elle voyagé ? Chassant ces pensées, elle se redressa légèrement, posant ses yeux sur la demi-déesse. Au moins, le silence roi avait été déchu.

« Je te mentirais si j'affirmais réellement savoir. Cela fait longtemps que je n'ai pas foulée le sol de la ville... Peut-être est-ce pourquoi j'ai décidé de cette direction. »

Nérée se redressa complètement, se mettant en tailleur, de manière à pouvoir parler à son invocation d'une manière plus plaisante. Sa tenue de voyage blanche était déjà quelque peu poussiéreuse, bien que cela ne fût guère important. D'autres priorités s'offraient à elle, la jeune noble ne voulant les manquer. Elle savait pertinemment que son mal-être allait se faire sentir tôt ou tard, ainsi, continuer la discussion engagée n'était pas une mauvaise idée. « Je ne suis guère différente des autres, je ne peux continuer à parcourir l'ile indéfiniment, surtout si je ne suis plus armée. » Continua-t-elle, quand bien même d'autres avis pouvaient aussi sortir de ses lèvres. Nérée pouvait parcourir le monde indéfiniment, jusqu'à ce que la mort l'emporte enfin. Peut-être était-ce là son évasion. Mais au final, les besoins matériels l'emportaient sur sa volonté futile, n'ayant dans son sac sans fond que des broutilles inutiles pour un voyage aussi périlleux que celui-ci. Elle soupira une nouvelle fois. Il fallait bientôt reprendre la marche, la jeune femme voulant éviter le voyage de nuit. Les monstres en étaient encore plus dangereux.

« As-tu déjà parcouru ce monde avec d'autres... Hommes avant moi ? Je sais que nous nous trouvons dans la Forêt de jade, mais si tu as d'autres questions... » Elle se tut l'instant d'un souffle. Hésitait-elle vraiment ? Définitivement, la pire ennemie de la demoiselle était sa propre personne, celle qui pouvait la faire tomber en un instant. « ... N'hésite pas. »




   
   
   


« Oh my God, I see how everything is torn in the river deep
And I don't know why I go the way
Down by the riverside. »
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #4 écrite Dim 17 Aoû - 20:54

Attentive aux explications de son invocatrice, Nevi s'était allongée, une des pattes avant sur l'autre en contemplant le drôle d'animal qui se tenait au côté d'elle. Il fallait dire qu'elle n'avait jamais vu ce genre de bestiole auparavant. Son regard électrique croisa le sien et alors que le petit animal s'approchait pour humer Nevi, ses cornes se mirent à briller légèrement ce qui terrifia l'animal qui s'engouffra contre sa maîtresse. D'un grondement amusé, elle vint poser sa tête sur le sol pour laisser une seconde chance à la bête de l'approcher si l'envie lui en prenait.

"Alors c'est là-bas que nous irons."
conclu-t-elle.

La réponse de celle-ci lui fit pourtant relever le regard vers elle. Rien en soit ne l'avait surpris mais cela avait toujours eut pour effet de la faire sourire. Les humains et leurs soif de promenade inconsidéré. Ne peuvent-ils donc se terrer dans leur chambre en attendant que la mort ne vienne les cueillir tels des chrysanthèmes pâles à la merci de la moisson.

"Seulement, saurez-vous nous guider jusque là ?" s'enquit-elle d'un ton amusé "J'assurerai au mieux votre protection en contrepartie, bien évidement. Tant que vous ayez une langue pour m'appeler tout du moins."


Elle se redressa pour secouer son squelette trempé. Les éclaboussures s'éparpillèrent dans l'air, volant jusqu'à leur funeste chute sur terre. Assise, cette fois-ci, elle savait qu'il était temps pour elle de répondre aux questions qui envahissait le crâne de l'enfant face à elle. Si sa soif de connaissance faisait pendre sa langue, ce n'était pas le cas de l'invocation.

"J'ai déjà eu des invocateurs, en effet. Mais je ne peux assurer le temps passé dans mon temple à la mort du défunt dernier. Ces lieux me rappelle divers souvenirs, sont-ce ceux que je vois à présent ? Je ne saurais dire. Un nom est si futile pour moi comme pour le défunt que je ne puis t'assurer que ce soit ce même lieu. La forêt de Jade, n'Est-ce pas ? C'est un bien bel endroit..."

Nevi se laissa à sa rêverie un moment, oubliant presque la présence des deux protagonistes près d'elle. Un léger sursaut et elle revint à elle-même.

"J'aimerais savoir le contexte de ton territoire, il y a-t-il des guerres ? Des monstres peut être ?"

Le but du jeu était de rester le plus longtemps à l'extérieur, il fallait donc prendre connaissance des éventuels dangers désirant mettre fin à la vie de sa protégée. Malgré son désamour du combat, il lui faudra user de ses pouvoirs pour parvenir à ses fins.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Modo
Nérée Helireah
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : New Bride, by Claparo-Sans
Date d'inscription : 22/01/2014
Messages : 528
Liens vers la fiche :
Présentation
Contes de la Dame aux Fleurs
Métier : Noble et Reine des nuages
Invocation(s) : Shénzi ♡ (inactif : Alphikas)
Inventaire :
♔ Bagages:
 

♔ Sac sans fond:
 


Inventaire▲

Aventure #5 écrite Jeu 28 Aoû - 14:30



« Qui sait. »

Le regard de l'invocation avait quelque chose, qui, en soit, était captivant. La demoiselle, assise devant elle, ne semblait vouloir s'en détacher, écoutant attentivement les paroles de celle-ci. D'une voix rêveuse, elle n'avait fait que lui répondre quelques mots, ne pouvant affirmer une vérité ou un mensonge. Nérée ne savait si sa capacité à les guider jusqu'à la ville serait fiable. Quand bien même son sens de l'orientation était mauvais, son plan pour la rejoindre était plus ou moins fiable, même si les possibles rencontres pourraient rendre difficiles le jeu qui animait son esprit. D'une main, la Dame Aux Fleurs caressait le pelage de sa petite compagne, encore intimidée par l'immense renard aux cornes lumineuses. Elle l'intimidait, elle aussi. Pourtant, alors qu'elle écoutait les paroles de sa demi-déesse au sujet de sa propre vie, Ambre se détacha de son corps pour s'avancer une nouvelle fois vers Nevi. À cette vue, la jeune femme esquissa un fin sourire. Elle avait raison. Ainsi Nérée passa une main dans ses cheveux, enlevant les quelques éclaboussures d'eau projetées sur son visage. Même si elle n'avait l'habitude de sa présence en cet instant, elle n'en était que bénéfique à sa vie.

La conversation continua, la demi-déesse lui demandant quelques informations sur le monde qui la constituait. Sur les Hommes. Quand bien même la demoiselle pouvait lui conter des heures durant ces histoires, celle-ci se retint de tout commentaire sur l'instant même, se contentant de réfléchir un peu plus. En ville, elle aurait tout le temps de lui faire découvrir la vie de tous les jours, la routine banale et si intéressante. « Les Hommes sont toujours en conflit mais il ne se déroule aucune guerre en cet instant, à proprement parler. Un prince est à la tête de l'île et des deux villes principales, cependant tous savent que l'argent gouverne. Et je ne vais pas te cacher que je fais partie de ces gens détestables qui peuvent avoir un poids non-négligeable dans la vie de chacun. » Il était vrai que son statut de noble fortunée lui assurait une vie quelque peu paisible, bien que ses soucis pouvaient être tout autres. Bien plus dangereux. Bien plus captivants. Même si elle reniait son appartenance à la noblesse, Nérée ne pouvait que faire avec, et ainsi se contenter de ses biens immatériels pour combler ses rêves. Personne ne pouvait tout avoir, atteindre chacun de ses rêves les plus fous. La course était incessante.

« Mais ce monde est relativement calme. Du moins, pour le moment. »

La demoiselle n'était pourtant guère ignorante, certaines rumeurs traversant son esprit rêveur et quelque fois hors de la réalité. L'autorité du prince n'était fiable, la nouvelle ville de Rorn attirant les convoitises de certains, les peurs des autres. Elle-même ne pouvait nier l'intéressement certain quant à cette ville nouvelle, les investissements s'étant déjà faits pour quelques projets et armements de la nouvelle milice. Cela n'avait que peu d'importance. Ainsi elle continua sur sa lancée, abordant la deuxième question de sa demi-déesse.

« Pour les monstres... » Nérée marqua une pause, réfléchissant un court instant. « ...Nous en trouvons dans chaque région, certains inoffensifs, d'autres plus mystiques comme le Dandy Masqué, et d'autres... Plus dangereux. Peut-être avons-nous eu de la chance de n'en avoir croisé aucun depuis notre départ. » Comme pour appuyer ses propos, la jeune femme balaya les environs d'un regard distrait, n'apercevant qu'oiseaux et herbes dansantes au gré du vent. Cette partie de la forêt semblait si calme, quand bien même les plaines n'étaient qu'à quelques pas d'ici. Elle reprit : « Je pense que longer la lisière de la forêt est raisonnable afin de limiter les rencontres, et surtout arriver avant la nuit. A moins que tes connaissances dépassent les miennes sur les forêts et ceux qui les constituent, ce qui ne m'étonnait guère. »

Nérée se releva, époussetant brièvement sa tenue nacrée. Même si le repos n'avait été que de courte durée, le faire prolonger n'était guère judicieux, alors que le soleil commençait déjà à décliner, au loin. Aussi vite qu'elle s'était levée, son petit animal s'empressa de monter sur ses épaules, se laissant tomber dans sa capuche, prête à reprendre la route. Nouveau sourire.

« Peut-être est-il préférable de continuer notre chemin, dorénavant. J'aurais tout le temps de t'expliquer en détail ce monde lorsque nous serrons arrivé à destination. »




   
   
   


« Oh my God, I see how everything is torn in the river deep
And I don't know why I go the way
Down by the riverside. »
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #6 écrite Mer 10 Sep - 20:26

L'intérêt médiocre que portait Nevi pour les propos de sa compagne fut soudainement sensible à l'évocation d'un pouvoir permettant de décider du sort de chacun. Etait-elle tombée sur une de ces âmes dont l'usage tactique des règles que ce sont imposés les Hommes n'échappe pas ? L'Homme était stupide de penser qu'un objet inanimé, qu'une poignée de pierre ramassé au sol, qu'un soleil factice pouvait valoir plus qu'une vie humaine. Il était cependant dans leur nature de prétendre être les plus forts. La force étant d'un essor divin, les plus faibles, les moins chanceux, les moins que rien que dis-je, ces rebus de la société ont déviés ce pouvoir sur une poignée de cailloux au sol. Chose faite, Les Hommes ne se battaient plus entre eux pour montrer leur force, mais il se battaient entre eux pour gagner plus de richesse. Etaient-ils stupides ? Etaient-ils intelligents ? Nevi ne pouvaient s'empêcher de croire qu'aussi fourbe et manipulateurs ils pouvaient être, les Hommes savaient se convaincre qu'un rien pouvait être tout.

"Vous n'êtes qu'une enfant qui profite des simples d'esprit et de leurs stupidité à confondre le bonheur avec une poignée de pierre joliment décorée. J'ose croire que vous soyez quelqu'un de détestable. Mais Est-ce que cela fait de vous quelqu'un d'assurément puissant pour changer la vie de chacun ? C'est à prouver, non pas à affirmer."

Elle-même savait que les humains ne pouvaient soudoyer les Demi-Dieux avec de telles idioties. Si l'argent était la source de pouvoir, alors quel serait l'intérêt de vouloir invoquer un demi-Dieux si des cailloux suffisaient à tout acheter ? Non, l'argent ne valait rien, si ce n'est l'illusion d'être protégé, chéris par une force qui les dépasse. L'argent peut tout, alors qu'il n'est rien. C'est une philosophie "humaine", dans son sens péjoratif.

Une nouvelle attention au propos de l'invocatrice permit une nouvelle fois à Nevi de s'enorgueillir à nouveau. Bombant son torse, elle reprit la femme en saluant sa constatation.

"Il faut dire que ta réflexion est loin d'être mauvaise. En effet, je puis vous affirmer que je suis capable de nommer chaque arbre et chaque grain de terre que nous pourront rencontrer. Mais l'expérience durerait sans doute bien trop longtemps pour développer cette affirmation. Cependant, mes capacités ne dépasseront sans doute pas le stade de la découverte, car en être puissamment limité que je suis, je ne puis vous offrir le chemin d'un territoire que je ne connais point. Nous devrons donc nous fier à votre bon sens et à mon intelligence."

Un nouvel hochement de tête. Reprenant une certaine sérénité dans son esprit perdu. Et elle suivit la jeune femme dans sa marche, suivant de près ses pas, elle l'observait avec une certaine insistance. Enfin, elle posa la question qui depuis peu, bloquait sa gorge comme une bile désagréable.

"Et vous, Qui êtes-vous exactement invocatrice ?"
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Modo
Nérée Helireah
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : New Bride, by Claparo-Sans
Date d'inscription : 22/01/2014
Messages : 528
Liens vers la fiche :
Présentation
Contes de la Dame aux Fleurs
Métier : Noble et Reine des nuages
Invocation(s) : Shénzi ♡ (inactif : Alphikas)
Inventaire :
♔ Bagages:
 

♔ Sac sans fond:
 


Inventaire▲

Aventure #7 écrite Sam 13 Sep - 15:32



Sa demi-déesse avait, dans un sens, pleinement raison. Celle-ci n'avait tardé à répondre à ses dires quelque peu provocateurs, dires qui pourtant n'avaient que peu de sens pour la demoiselle. L'argent ne lui était important, chose qui pourtant lui était indispensable. Personne ne pouvait vivre sans argent, pas même le plus libre des aventuriers. Lorsque Nevi aborda le thème du bonheur, celle-ci dévia rapidement son regard sur la flore qui l'entourait, comme pour ignorer elle-même ce sujet qui l'intéressait tant. Son esprit pourtant se focalisa sur ce simple mot. Il était vrai que certains sujets la gênaient, quand bien même la discussion pouvait tout de même avoir lieu. Qu'était-ce le bonheur, pour elle ? Elle laissa sa question en suspend, comme si celle-ci n'avait aucune importance. Nérée ne voulait en connaitre la réponse. Peut-être avait-elle aussi tort. « Je ne cherche à prouver quelque chose d'aussi futile. Peut-être le devrais-je, pourtant. Le bonheur à ses définitions si infinies qu'aucun ne saurait en comprendre tout son sens. Saurais-tu comprendre le mien ? »

Un pas, puis deux. La marche avait repris dans un silence apaisant, alors que les deux êtres se rapprochaient un peu plus du but convoité. Alors que le crépuscule commençait déjà à naître, le voyage allait bientôt prendre fin. La jeune femme percevait la présence de sa demi-déesse non loin derrière elle, sentait son regard posé sur son corps. Il fallait dire ce que cette intruse attirait de nombreuses pensées, lui donnant rapidement une importance propre et confuse. Comme pour détendre son corps quelque peu intimé, quand bien même son esprit était serein, Nérée passa une main dans ses cheveux, soupirant faiblement. Jusqu'à lors, elle avait réussi à éviter les questions propres à sa personne. Parler d'elle l'embarrassait, lui demandant un grand moment de réflexion pour choisir ses mots et trier ses pensées. Cela pourtant la captivait grandement. Peut-être songer à cela attira les fourbes de sa nouvelle compagne, celle-ci brisant enfin le silence pour poser une unique question. Alors que sa marche et sa tenue n'en furent altérées, l'esprit de la demoiselle s'affola un instant, gêné et excité par cette nouvelle intrusion. Exactement fut le mot qui fit retomber le silence quelques minutes, Nérée se focalisant uniquement sur celui-ci. Était-elle exactement celle qu'elle pensait être ? Exactement, elle haït ce mot.

« Je ne suis qu'une orpheline. Une fille ayant délaissé ses proches, qui pourtant eux-mêmes l'ont abandonnée. J'ai grandi dans un désert, mais j'ai évolué dans une jungle infinie. Je suis ce qu'on appelle communément une noble de haut rang, dernière héritière, une princesse aux yeux de mon père adoptif. Je l'ai tué. J'ai un caractère et une apparence... Peu commune. Je tiens plus que tout au monde au petit animal qui dort dans mon dos, et pourtant, je ne pourrais affirmer pleurer lorsque sa mort inévitable surviendra. Je ne suis point une princesse. Je ne réponds cependant guère à ta question. » Elle s'arrêta un instant dans ses paroles, prenant l'instant d'un souffle pour s'adonner à une réflexion brève et pourtant profonde. Un frisson parcourra sa peau.
« Je ne le peux. »

La Dame Aux Fleurs avait survolé sa vie, ne sachant guère quoi répondre à cette question. Devait-elle développer son enfance ? Son caractère ? Ses pensées ? Avait-elle seulement l'impression d'avoir répondu à la question, quand bien même elle venait d'affirmer le contraire ? Nouveau soupir. Elle ne prêta aucune attention aux bruits des fourrés, aux pensées de son esprit qui lui intimait que sa déchéance ne semblait être loin. Le seul danger était la réaction de son interlocutrice, de ses pensées et dires. Elle reprit, plus faiblement encore, continuant inlassablement sa marche.

« Je ne suis qu'une enfant. »




   
   
   


« Oh my God, I see how everything is torn in the river deep
And I don't know why I go the way
Down by the riverside. »
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Animateur
I Animation l
avatar


▼Afficher le Profil▼
Date d'inscription : 07/09/2013
Messages : 156
Elément : Feu
Inventaire▲

Aventure #8 écrite Dim 14 Sep - 16:17

Description du Monstre:
 

Les os craquèrent à nouveau. La bête contempla le carnage qu'elle venait de faire. Le vert avait laissé la place au rouge. Le silence s'était un instant évaporé pour revenir, plus pesant encore.

La bête était dans une cage avant cela. Et ça la rendait furieuse. Les pauvres créatures qui l'avaient enfermée la piquaient avec des bâtons sur lesquels étaient accroché quelque chose qu'elle ne définissait pas. La cage était plus dure encore que la roche. Et froide. Etroite.

Elle enrageait. La bête hurlait de colère. Elle frappait des sabots contre la cage. Et les hommes la piquaient dès qu'elle faisait cela. La douleur ne l'aidait pas à se calmer, et malgré la solidité de sa cage, elle voyait bien qu'elle ne tiendrait pas longtemps. Elle était plus dure que la roche, mais bien moins épaisse. Après quelques coups suivis de piques, la cage céda. Et la mort arriva.

Les fragiles créatures couraient dans tous les sens. Et la bête les poursuivait. Elle les empalait sur ses cornes, faisant gicler le sang, brisant les os. Sa mâchoire puissante déchirait la chair et arrachait les membres. Dans sa colère, la bête fonça dans des arbres, les brisant au passage. Les créatures tentaient toujours de s'enfuir, mais la bête les rattrapait. Et soudain, tout devint plus calme. Et la bête admira la scène.

Encore un craquement. La bête fit un pas de côté, s'enlevant du cadavre de l'une des créatures, en piteux état. De nouveau un craquement. Pas un os cette fois. Une branche. La bête se retourna pour apercevoir une autre créature, tenant un bâton étrange devant elle, comme ceux qui la piquaient. La créature tremblait, mais semblait prête à affronter la bête. La colère revint.

La bête chargea. La créature prit peur et tenta de s'enfuir. En vain. Les mâchoires de la bête vinrent saisir le cou fragile de la créature. Et le sang gicla. Eclaboussa les arbres. Coula le long de la peau. La bête lança le corps déjà inerte contre un arbre et fonça dessus. Plusieurs fois. Les os craquèrent. Cassèrent. La peau se déchira. La chair aussi. Les organes tombèrent lentement sur le sol, très vite piétinés par les sabots de la bête. Et soudain, le haut se détacha du bas.

Mais la bête n'était pas calmée, non. La fureur en elle ne se calmerait jamais. Son sang bouillait constamment, et sa colère requérait du sang. Demandait de la chair. Rien ne la calmerait plus que ça.

La bête fit demi-tour et laissa l'endroit dans le triste état dans lequel elle l'avait mis. Les fragiles créatures étaient faibles, mais pas idiotes. La bête serait retrouvée. Et les créatures murmureront son nom en voyant le carnage, en sentant l'odeur de mort qu'elle laissait derrière elle. "Fureur". Oui, c'est ce qu'ils diront, tout en craignant de le prononcer.

La bête tourna longuement en rond. Elle était perdue, et cela l'énervait toujours plus. Ses muscles se tendaient de stress, ses dents grinçaient, et ses sabots frappaient parfois le sol tant elle était énervée. Tant pis, elle couperait par un buisson.

Et elle les vit. Deux créatures. Une qu'elle ne connaissait pas, mais qui l'énervait. Et une autre fragile créature, comme celles qu'elle venait de tuer. La colère l'envahit. Elle ne put stopper ses pulsions. Non, elle ne les avait jamais contrôlées. Elle détruisait ce qui l'énervait. Et elle fonça sur ses prochaines proies.
▲ Succès ▲


Dernière édition par Monstre le Dim 28 Sep - 16:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #9 écrite Ven 26 Sep - 21:44

Cette femme, il y avait quelque chose d’effroyablement pur et de léger. Est-ce qu’une simple impression ? J’ai beau l’observer avec attention je ne cesse de m’interroger sur cette « autre chose » que je devine en elle. Est-ce bon ? Est-ce mauvais ? Comment pourrai-je le comprendre.  Elle vivait en elle tel un bourgeon qui n’est pas prêt à éclore, c’est une pousse dont on aimerait voir l’éclosion. Par curiosité, par envie. Mon sixième sens ne me trompe pas, ses paroles avaient quelque chose de mystérieux. Le genre à vouloir creuser jusqu’à ce que la limite se dévoile d’elle-même. Oui,  j’aimerais comprendre comment a-t-elle put m’intrigué, elle et son gabarit de brindille et son odeur de fleur sauvage. Peut être est-ce moi qui suit trop sensible depuis ma sortie.
La question qu’elle me posa, sans pourtant attendre la moindre réponse, me perturba. J’avais ralentis le pas, la fixant des suites à ses paroles. Comprendre son bonheur ? Etais-ce seulement possible ? Je pouvais me vanter des prouesses de mes pouvoirs que Terra m’offrit à ma création, je pouvais la briser, elle, petite brindille sèche sous la pression de mes lianes. J’étais un être de création et de destruction. Mes plantes étaient amour et haine, naissance et extinction. J’étais la sœur des forêts et des animaux y vivant et Terra était notre mère. Les Hommes étaient ceux pour quoi je ne pouvais vivre sans haine. Comment pourrai-je alors comprendre le bonheur d’un humain ? Cette question semblait être l’une d’une longue liste à prévoir qui divertira mes longues soirées. Peut être trouverai-je une réponse à cette question, si Terra le veut.

Je trottinais pour rattraper le retard que j’avais pris sur la marche apaisée de Nérée. Elle entama l’histoire de son existence. Une histoire des plus intrigantes, encore. Une femme aimante et insensible vivait dans ce petit corps frêle qui avançait à mon côté. Une femme à la fois riche matériellement et pauvre relationnellement. Une femme peu commune, en effet. Et pourtant je ne pouvais me défaire de l’idée que les Hommes les plus intéressants étaient aussi les plus divergents. Ils me ressemblent, sans doute.

« Une enfant qui s’amuse à marcher comme une adulte alors que sa marche est incertaine, chancelante.»

C’était à mon tour d’être énigmatique. Moi et mes belles formules finement construite je n’avais rien à envier à Nérée, si elle était de nature peu commune aux autres alors je serai une invocation à son image ; singulière.

Mais c’est alors que ma réflexion s’embruma, ses longues oreilles pointaient la zone à risque et les queues, aux aguets frémirent subitement. Le danger alors apparu sous sa forme la plus concrète ; Un monstre s’était présenté hors des fourrages, le regard fou et toutes pointes sorties. Je bousculai mon invocatrice de l’arrière-train tandis que l’une de mes cornes prit la place du corps de Nérée dans les crocs acérés de la bête. Une mâchoire puissante qui aura sans doute raison de la robustesse de mes cornes si son insistance se fait plus brute.

« Partez-vous cacher, vite ! » grognais-je entre mes canines alors que je poussais la bête à reculer, ses crocs toujours mâchouillant ma corne.

Je pouvais avoir repris des forces mais je me sentais dans l’incapacité de maîtriser complètement ce monstre. Je remarque cependant les blessures, nous étions à égalité en somme. Je ne pouvais cependant pas me permettre de lui laisser le moindre avantage. Plantant mes griffes dans le sol, je fis apparaître sous ses pieds les pousses de plantes étreignant ses pattes pour un temps. Je devais m’assurer de l’entière sécurité de ma liberté enfermé dans le corps de cette femme. Je pris alors sur moi pour envoyer la bête plus loin en le forçant à relâcher l’étreinte de ses crocs sur ma corne. Nous étions alors face à face à deux mètres l’un de l’autre. Je n’avais pas le choix, je me devais d’employer ma magie. Concentrant ma charge, je projetais sur l’ennemi un pouvoir de végétation.
-------------
Sort plante 2 - [2 points]

(HRP : En raison d'une mauvaise manipulation je ne mettrai pas de dé pour respecter le chiffre de départ qui est le "2" et donc une esquive de mon adversaire.)
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Modo
Nérée Helireah
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : New Bride, by Claparo-Sans
Date d'inscription : 22/01/2014
Messages : 528
Liens vers la fiche :
Présentation
Contes de la Dame aux Fleurs
Métier : Noble et Reine des nuages
Invocation(s) : Shénzi ♡ (inactif : Alphikas)
Inventaire :
♔ Bagages:
 

♔ Sac sans fond:
 


Inventaire▲

Aventure #10 écrite Lun 29 Sep - 23:45



L'enfant souriait. Peut-être de sa propre condition humaine, ou en réplique aux paroles de sa demi-déesse. Peut-être avait-elle raison. Celle-ci marchait dorénavant à ses côtés, et ainsi, son regard vairon avait dérivé sur elle, contemplant sa prestance singulière et particulièrement intéressante. Jamais elle n'avait vu d'invocation de ce genre, quand bien même elle n'avait rencontré beaucoup de demi-dieux dans sa courte existence. Le hasard avait fait que la demoiselle tombe sur une demi-déesse à l'apparence proche du renard, symbole de sa famille. Ce même corps élégant commençait à faire naitre quelques questions dans son esprit, ses dernières paroles se faisant vagues et toutefois précises. Au final, la demoiselle savait où se trouvait son prochain objectif, quand bien même elle se trouvait dans l'incapacité de prévoir au-delà. Son imagination de la réalité avait ses limites que sa pensée ne pouvait comprendre. Au final, la description qu'elle avait prononcée sur sa personne était erronée, sonnant faussement vraie. On ne pouvait décrire précisément Nérée.
Elle-même ne pouvait pas.

Elle détacha son regard de sa demi-déesse pour le poser sur le chemin, sur l'horizon qui s'offrait à elle à travers les arbres. Même si ses oreilles avaient perçu le danger, même si son corps commençait déjà à ressentir la peur et l'oppression d'être une proie, son esprit lui, ne pouvait être atteint par cela. Encore rêveur, il n'avait même pas remarqué la bête sortir des fourrés, malgré que son regard avait dérivé sur ceux-ci. Ainsi elle fut presque surprise lorsque Nevi la bouscula avec violence mesurée, envoyant son frêle corps valser, la demoiselle manquant de tomber telle une poupée abandonnée. Il lui fallut quelques secondes pour reprendre ses esprits, comprendre que sa déchéance avait failli l'atteindre sans qu'elle s'en aperçoive. Déjà son petit animal paniquait, remuant sans interruption au sein de sa capuche. Elle ne comprenait pas. Alors que son corps restait immobile, son regard fixé sur le fureur en plein combat avec son invocation, la Dame Aux Fleurs ne semblait réagir quant aux paroles de celle-ci. Se cacher ? Son esprit avait gardé sa quiétude d'avant, et pourtant son corps lui suppliait de mettre un pied devant l'autre pour fuir ce jeu mortel.

Peut-être aurait-elle déjà dû fuir. Son corps, immobile, resta face au spectacle qu'offrait sa demi-déesse tentant de tenir tête au monstre sorti de nulle part. Ce même détail frappa ses songes, la jeune noble n'ayant jamais entendu parler de Fureur si proche de la frontière. Les ruines de Nécra étaient si loin. Malgré tout, même si son esprit avait voulu fuir, elle ne pouvait contrôler son corps animé par la peur instinctive, supprimant tout contrôle qu'elle pouvait avoir dessus. Elle ne pouvait fuir. Derrière elle, Ambre s'agitait de plus en plus. Le bruit de la création des sorts de plantes et des grognements de la bête fut de trop, ainsi la petite fennec apeurée s'échappa pour tenter de s'enfuir par la voie de Terra. En direction du monstre. Cette fois-ci, Nérée n'attendit guère longtemps pour se jeter à terre à son tour, attrapant d'une main rapide le petit corps qui s'enfuyait déjà. Elle le projeta au loin derrière elle, sauvant peut-être par ce geste brusque et aimant sa vie fragile, importante.

Pourtant, chaque décision avait ses conséquences propres. Le monstre, qui avait esquivé le sort de sa demi-déesse, se retrouvait étonnement près de son corps encore au sol, quand bien même une distance respectable était encore établie. Il était vrai qu'elle n'avait écouté l'ordre de sa nouvelle compagne qui luttait pour sa vie et sa liberté. Il était vrai que, cette fois-ci, le réel danger perça son esprit lorsqu'elle croisa son regard rouge, empli de haine et de soif de sang. Elle ne voulait mourir ici. Prise de court, elle ne pouvait y trouver une quelconque satisfaction, une infime partie de son évasion. Ainsi et rapidement, la Dame Aux Fleurs se redressa, décidée de sauver son enveloppe charnelle en commençant une course pour ne pas imposer une difficulté en plus à Nevi. Mais peut-être avait-elle fait le mauvais choix.




   
   
   


« Oh my God, I see how everything is torn in the river deep
And I don't know why I go the way
Down by the riverside. »
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Animateur
I Animation l
avatar


▼Afficher le Profil▼
Date d'inscription : 07/09/2013
Messages : 156
Elément : Feu
Inventaire▲

Aventure #11 écrite Jeu 2 Oct - 18:52

La bête étrange avait réagi. Mais il en fallait plus pour arrête un Fureur en pleine charge. La bête esquiva sans trop de problèmes l'attaque, ou ce qui semblait en être une. Tout ce que la bête vit furent la végétation pousser à une vitesse dont elle ne se souvenait pas. Puis il y eut ce léger mouvement près d'elle. Une petite créature couraient vers elle et très vite, l'étrange animal comme ceux d'avant la rattrapa pour la jeter plus loin.

Néanmoins, le Fureur était trop énervé par l'attaque de l'autre bête. Frappant le sol de ses sabots, respirant bruyamment par les narines, il hurla de colère et fonça sur elle. L'ayant bien en vise, il chargea la créature. Elle reçut son coup de plein fouet. Mais le Fureur n'était pas contenté. La bête, trop fine, était passée entre ses cornes et n'avait finalement fait qu'encaisser le coup de crâne. Néanmoins, elle ne se releva pas tout de suite. En fait, le Fureur ne sut pas si la créature se releva. Il lui fallait s'attaquer à sa seconde proie.

Regardant par où était partie la fragile créature, il fit un tour sur lui-même et repartit à la charge. Avec ses pattes puissantes, il ne lui fallut pas longtemps pour voir où était passée celle-ci. Elle courait d'une façon étrange à ses yeux, et surtout d'une lenteur ridicule. Le Fureur baissa la tête. Chargea. Elle esquivait les arbres dans sa course folle et perdue d'avance, aussi le Fureur faisait-il de même. Jusqu'au moment opportun.

Arrivé à sa hauteur, prêt à l'écraser, le Fureur vit apparaitre un arbre. Non pas qu'il était sorti de nulle part. La bête s'était juste laissé tromper par sa propre colère. Il y eut un violent choc, et le bruit du bois qui se fend. Les cornes du Fureur s'étaient plantées directement dans l'arbre. Et la bête avait du mal à les retirer. S'énervant encore plus, elle frappa des sabots. Chargea l'arbre. Secoua la tête. Rien n'y faisait. Elle était bloquée, à la merci de ses "proies". Et cela la rendait encore plus furieuse. Elle hurla de colère, brisant le silence de la forêt une fois de plus. Elle tira de plus en plus fort sur ses cornes, essayant de reculer. En vain.

[HRP : Explication des dés : Le 6 compte pour Nevi, le Fureur l'a donc touché. L'autre lancé était pour savoir si l'arbre allait se briser ou non, et possiblement toucher Nérée. Le fait est que non, l'arbre est resté intact. Vous aussi, plantez des baobabs dans une forêt européenne.]
▲ Succès ▲


Dernière édition par Monstre le Jeu 2 Oct - 19:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ariez
Ariez
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 1833
Double Compte : Aucun.
Liens vers la fiche :
Métier : Armurière
Invocation(s) : Vaea, Mercor
Inventaire :
  • Cape d'invisibilité
  • Mémorium
  • Cristal de mana
  • Sac sans fond
  • Deux pierres de télépathie
  • Une épée à la lame noire
  • 1000 T

Sorts : Tous les pouvoirs. =D
Inventaire▲

Aventure #12 écrite Jeu 2 Oct - 18:52

Le membre 'Monstre' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'dé à 6 faces' :


--------------------------------

#2 'dé à 6 faces' :
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
http://arcane.forumactif.fr
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #13 écrite Jeu 2 Oct - 19:39

Le sol se déforma, laissant jaillir de son être les malformations récemment invoquées. Les racines creusèrent la terre et sortirent de part en part de la végétation tel des appendices sortant de terre pour venir effleurer les sabots du fureur. Mais la charge est imprécise, lente pour servir efficacement les intentions de l’invocation. L’attaque manqua sa cible. Le coup d’œil de Nevi sur la situation lui permit sans doute de sauver ce qui lui restait d’elle-même. La bête chargea, l’attaque frontale parvint à frapper le crâne de l’invocation. Le contact, pétrifiant résonnait dans l’ensemble de son corps. Ses os, ses muscles même vibrèrent à l’impulsion vivace du coup sur son crâne. L’envoyant alors s’effondrer sur le sol. Des larmes de sang giclèrent sur la terre sèche, souillant l’harmonie de l’environnement en un territoire de haine et de mort. La situation aurait sans doute pu être pire pour l’invocation, son crâne se teinta d’un rouge sombre grandissant. Les cornes n’avaient pas planté la chair assez profondément pour transpercer son crâne d’un bout à l’autre. La force était telle qu’elle ne put manquer l’impact. Un rien, une piqûre d’insecte et le poison s’engouffra dans le corps de Nevi. Celui-ci, soudain pris de spasme ne put se défendre d’avantage à la goutte mortelle qui amplifia la douleur des maux. Elle ne bougeait plus. Pourtant, c’est mille maux qui imprégnèrent son être tout entier. Le système nerveux s’excita, perdant toute notion même de la vérité somatique et multipliant les alertes sur le corps. Raide, catatonique, elle ne savait plus si la douleur provenait du coup ou de ses délires. Elle grognait nerveusement, sa bave devenait presque écume, elle semblait inapte à poursuivre. Et le cœur s’emballa brutalement.

Nevi reprit ses esprits rapidement. Elle ouvrit un œil pour observer les environs, un coup d’œil à gauche et la poussière manqua d’ancrer sa pupille, un coup d’œil en l’air et le sommet des arbres lui rappela soudainement les derniers évènements. Elle grognait de nouveau. La douleur ne s’arrêta plus, elle tonnait avec insistance le crâne. Imaginer que le fureur lui piétinait la tête contre le sol était presque aussi doux que de croire que la folie la gagnerait bientôt. Et pourtant elle ne se laissa pas mourir. Elle ne DEVAIT pas attendre la mort de Nérée pour réagir. Son corps s’articula comme celui d’un pantin ; Elle poussa de sa tête le sol, donna alors une forte impulsion qui la fit autant souffrir que son contraire, pouvait-elle seulement distinguer les deux à cet instant ? La douleur embrouillait son esprit sans moyen de dénouer l’irréel de l’impensable. Ce fut au tour des pattes de faire preuve de force et de courage, elles étaient ankylosées par la posture qu’avait prit Nevi dans sa chute. Enfin, elle souleva l’intégralité de son tronc avec toute la force qu’elle pouvait puiser de son être. Son corps se déhanchant comme ivre, possédé par une force inconnue se mit à bouger en direction de la bête bloqué contre l’arbre. Ses yeux ne voyaient plus qu’elle à présent, sa cible était verrouillée dans son esprit.  Le souffle devenait irrégulier. Sa fourrure gonfla à vu d’œil en absorbant le sang coulant de son crâne, ne formant plus qu’une masse d’un rouge sombre sur le sommet de sa tête. Tous crocs sortis, l’écume coulant de sa mâchoire ouverte, Nevi chargea l’animal, venant déchirer de ses canines la gorge de l’animal découverte dans sa position. Elle pressa violement les dents sur sa gorge. Etouffant la bête qui, si elle ne réagissait pas rapidement serait vite morte étouffée.
--------
[HRP : 6 : Blessure grave ou mortelle, je laisse la possibilité au monstre de se défendre avant que la clavicule ne se compresse assez pour le tuer par étouffement.]
▲ Succès ▲


Dernière édition par Nevi le Jeu 2 Oct - 22:00, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ariez
Ariez
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 1833
Double Compte : Aucun.
Liens vers la fiche :
Métier : Armurière
Invocation(s) : Vaea, Mercor
Inventaire :
  • Cape d'invisibilité
  • Mémorium
  • Cristal de mana
  • Sac sans fond
  • Deux pierres de télépathie
  • Une épée à la lame noire
  • 1000 T

Sorts : Tous les pouvoirs. =D
Inventaire▲

Aventure #14 écrite Jeu 2 Oct - 19:39

Le membre 'Nevi' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'dé à 6 faces' :


▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
http://arcane.forumactif.fr
Animateur
I Animation l
avatar


▼Afficher le Profil▼
Date d'inscription : 07/09/2013
Messages : 156
Elément : Feu
Inventaire▲

Aventure #15 écrite Sam 4 Oct - 11:47

[HRP : Mauvaise manip <3 Le dé lancé fut un deux. La corne du Fureur s'est donc brisée.]

Le monstre hurla de douleur. L'épaule en sang, la douleur lui fit comme une décharge au cerveau. Se débattant dans tous les sens, hurlant d'un cri à briser les tympans, la bête ne se contrôlait plus. Elle était folle de rage. A force de se débattre et d'hurler, à tirer sur ses cornes et balancer sa tête pour se dégager, l'une de ses cornes se brisa, volant un peu plus loin, permettant à la bête de se dégager.

Elle ne comprenait plus rien, mais avait une chose en vue. La fragile créature qu'elle chassait juste avant de se retrouver coincée. Hurlant encore de rage, elle se précipita sur elle. Seulement quelques mètres les séparaient. L'unique corne du Fureur visait la poitrine de l'humaine. Le coeur, précisément. Plus que quelques pas et le Fureur l'embrocherait.

Mais ça n'arriva pas. La force du Fureur l'abandonna avant, le faisant tomber à terre avant qu'elle ne puisse atteindre l'humaine. Malgré tout, sa corne vint se planter dans l'épaule de la jeune femme. Mais cela, le Fureur ne le vit pas. Il était déjà mort, et son cadavre gisait sur le sol, le sang s'écoulant de sa blessure.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Modo
Nérée Helireah
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : New Bride, by Claparo-Sans
Date d'inscription : 22/01/2014
Messages : 528
Liens vers la fiche :
Présentation
Contes de la Dame aux Fleurs
Métier : Noble et Reine des nuages
Invocation(s) : Shénzi ♡ (inactif : Alphikas)
Inventaire :
♔ Bagages:
 

♔ Sac sans fond:
 


Inventaire▲

Aventure #16 écrite Jeu 9 Oct - 21:55



Pourquoi courrait-elle ? Se sentait-elle réellement en danger ? Nérée n'en avait aucune idée. Elle plaçait simplement un pied devant l'autre à une allure soutenue, en direction d'un inconnu bien plus effrayant que ce qu'il se produisait dans son dos, et qui se rapprochait, inévitablement. Dépourvue d'endurance, la fuite ne pouvait tout simplement s'éterniser. Elle le savait. Pourtant, elle n'osait arrêter sa course, son corps ayant totalement repris ses droits pour laisser son instinct agir, décider enfin de la survie des deux êtres qui n'arrivaient à cohabiter dans la même enveloppe. Elle passa dans un énième buisson, sans même se retourner alors que les bruits barbares du combat continuaient encore et encore. Nevi, allait-elle être victorieuse de ce combat alors qu'elle venait à peine de sortir de sa prison de pierre ? Cela n'avait que peu d'importance. Elle avait pourtant entendu des bruits d'éclaboussure, perçue le hurlement silencieux de la douleur qu'elle n'avait jamais connu. Un jour ou un autre, la jeune noble était destinée à une fin tragique, à une fuite qu'elle ne pourrait diriger. Peut-être était-ce celle-ci.

Soudainement, le sol trembla derrière elle. Un rapide coup d'œil et sa course s'intensifia, usant de son agilité pour slalomer entre les arbres. Le fureur était derrière elle, tête baissée afin de charger son enveloppe charnelle qui était devenue proie. La demi-déesse semblait avoir failli à sa tâche, quand même Nérée n'aurait pu faire un millième de ses efforts pour contenir la bête. Elle était si faible. Le monstre la rattrapa en quelque instant malgré son avance, pouvant presque sentir sa respiration folle et saccadée. Il la voulait. Soudain sa présence disparue, un bruit sourd retentissant jusqu'aux alentour. Dans un craquement peu rassurant, la bête s'était encastrée dans un arbre, coincée. Se retournant, la jeune noble s'arrêta peu à peu, observant le monstre pris au dépourvu, hurlant, ne remarquant pas la petite descente qui se trouvait derrière elle. L'envie de lui venir en aide lui traversa l'esprit. Sa délivrance, elle avait été si proche, et si manqué au grand bonheur de son corps encore intact.

La bête hurlait. Ressentait-elle réellement de la frustration d'avoir manqué de si peu sa proie ? Nérée avait son regard fixé sur celle-ci, voyant au loin le corps de Nevi, au sol. Elle ne resterait ainsi longtemps, ses débattements menant inévitablement vers sa propre délivrance. Pourtant, la masse carmin qui fonça d'un pas chancelant vers sa victime changea le cours des évènements. Elle ressentit une forme d'admiration envers sa demi-déesse qui s'était relevée pour abattre le danger. Pour sauver sa vie. Elle l'attrapa à sa gorge, faisant couler un peu plus le sang au sol, tachant l'herbe verte qui s'y trouvait. La mort était parmi eux. Pourtant, peut-être qu'elle ne toucha la ciblé désirée. Le fureur se dégagea soudainement, faisant voler une de ses cornes un peu plus loin. Il fonça vers la Dame Aux Fleurs. Il était proche, trop proche d'elle pour qu'elle puisse esquiver le coup de face. Elle esquissa un sourire.

Elle ne l'avait quitté du regard depuis lors. Regarder la mort en face, Nérée n'en avait aucunement peur. Dirigée en premier vers son cœur, la corne vint percer brutalement son épaule, la projetant en arrière. Le fureur était en train de tomber avec elle, chose très étrange. Nevi l'avait-elle tué ? Lorsque le dos de la demoiselle toucha le sol, celle-ci eu l'agréable surprise de se voir chuter encore et encore, dévalant la pente qui ornait la clairière, en contrebas. Elle ressentit une vive douleur lorsque la corne s'arracha violemment de sa chair, aggravant considérablement sa blessure. Elle n'avait pourtant mal. Peut-être était-ce la chute qui obligeait ses pensées à se focaliser sur son environnement plutôt que sur son corps, sa tenue déjà teintée de carmin, son fluide vital s'évadant peu à peu. Peut-être était-ce simplement à cause du poison qui n'avait toujours pas effectué son travail, alors que celui-ci se répandait déjà dans son sang. Bientôt il toucherait son cerveau.

La clairière était si calme. Son corps roula encore sur quelques mètres avant de s'arrêter lentement. Déjà les oiseaux s'envolaient, effrayés par l'arrivée si soudaine et bruyante des deux êtres ensanglantés. Il gisait au sol, non loin d'elle. Le fureur était inanimé, ses yeux pouvant le voir au-delà de sa dernière protection pour ignorer la douleur futile qu'il lui avait infligée. Elle soupira. Nevi ne devait guère être loin, son petit animal de compagnie étant cependant introuvable. Peut-être devait-elle songer le chercher, quand bien même un tout autre problème se présenta à elle. Elle écarquilla soudainement les yeux, sentant dorénavant la sensation du poison qui se répandait dans son corps. La blessure qui lui semblait douloureuse devint insupportable, faisant hurler silencieusement son corps et son esprit. Avait-elle réellement mal ? La douleur, c'était la première fois qu'elle la rencontrait. Si puissante, si forte, elle ne pouvait stopper sa propagation, prenant tout son être en otage, ouvrant des blessures invisibles alors que son cœur s'emballait dangereusement. Aucun son de sortie de sa gorge, paralysée. Un haut-le-cœur la traversa, secouant son corps. Au fil des secondes, la douleur s'amplifiait, rendant fou son esprit qui ne cessait de paniquer, submergé par les informations que lui envoyait son corps mourant. Nérée ne tarda à choisir l'abandon, voulant se sauver de la folie véritable, sombrant volontairement dans l'inconscience, inconscience qui malgré tout était si instable, laissant un regard sur la réalité qui l'inquiétait. Cette douleur, elle n'en voulait pas. Ainsi elle se réfugia dans son propre monde, laissant le chiffon qui lui servait de corps se vider peu à peu de son sang.

Ainsi et aussi rapidement qu'il était apparu, le silence redevint roi.




   
   
   


« Oh my God, I see how everything is torn in the river deep
And I don't know why I go the way
Down by the riverside. »
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #17 écrite Lun 20 Oct - 23:06

La chute fut rude. Un corps désarticulé croula tête contre terre. Arraché comme un rien de la gorge de la fury rouge, un « POUF ! » contre l’herbe sèche fit s’envoler les sylvebecs de tout côté. Sa vue était troublée et son corps tenait à peine en place, et pourtant les commissures des lèvres de la bête montèrent aux oreilles. Le sang de son adversaire mélangé au sien coula de son pelage au sol. Ce sang chaud, elle le savoura malgré le goût amer et corrompu qu’il laissait sur sa langue. Elle souriait parce qu’elle avait rendu la pareille à ce monstre de malheur. Elle rendit à son propriétaire sa folie sous une forme des plus infectes et meurtrières. Elle souriait sans doute parce qu’elle recouvrait rapidement de ses forces et qu’il ne faudrait que des mois, voire des années pour récupérer l’intégralité de sa forme. Elle souriait enfin, parce qu’elle avait l’impression d’avoir épargné la vie de son invocatrice pour une journée supplémentaire. Et cette dernière pensée l’avait sans doute faiblit à sa charge. Elle laissa l’opportunité à la bête de se décrocher non sans perdre une de ses précieuses cornes contre le tronc de l’arbre. Le canidé s’écroula, la douleur revenant paralyser son corps convulsant sur le sol. Son regard suivait avec difficulté le monstre s’évanouir peu à peu dans les profondeurs de la forêt et ce jusqu’à sa disparition totale de son champ de vision. Un animal d’un pelage d’ombre dormait sur le sol verdoyant de la forêt de Jade. La bouche ouverte, le regard figé et le corps recroquevillé. Les chants des sylvebecs semblaient apaiser la bête de ses maux. Le glissement de l’eau la gardait éveillé. Le mal seul ne troubla la paix de ces terres. Nevi respirait profondément, la force et la conviction n’avait qu’empiré son état. Peut être devrait-elle laisser le poison disparaitre de lui-même, pour combien de temps ? Son invocatrice devait être déjà loin et l’animal devait choir non loin de Nevi avec le baiser mortelle qu’elle lui donna. Peut être pas.

Un bruissement dans les fourrés attira l’attention de l’invocation. Elle releva son regard embrumé, le petit familier de Nérée était là. Il couina pitoyablement, reniflant nerveusement la blessure vive sur le sommet de sa tête, elle grimaça.

« Ta maîtresse… » Gronda la bête sombre au petit être comme d’une question inachevée. Il ne saurait répondre comme le ferait Nevi, bien sûr. Mais leur ressemblance _et sans doute le fait qu’elle soit une demi-déesse_ permettait de saisir, sans qu’aucune parole ne soit prononcée, la réponse de l’animal.

Nevi reprit le même effort que tantôt, soulevant son corps engourdit par la douleur dans un grognement sourd. Souffrait-elle ? S’enquit le petit animal doré de ces couinements.

« Pas au point d’en mourir malheureusement, ce qui n’est sans doute pas le cas de ta maîtresse. »

Elle parlait pour lui, mais surtout pour elle-même car la mort serait signe d’enfermement pour le canidé. Une chose semblait cependant certaine, tant qu’elle était ici, Nérée serait vivante. Ambre, ainsi qu’elle avait été nommé, gronda à l’odeur prépondérante de sang. Elle descendit du dos de Nevi pour s’approcher de la dormeuse du val, se coulant contre son cou.

« Pitoyable chose. » Souffla Nevi pour l’invocatrice, l’animal ou elle-même, elle n’en savait guère.

Ses pattes s’enfonçaient dans la terre à chaque pas, grattant le sol de ses griffes avant de se poser près de son invocatrice. L’une de ses queues vint caresser le visage de la jeune enfant. Le monstre rouge était près d’elle également. Mais son âme s’était échappé par les ouvertures de sa gorge percée. Son regard se porta de nouveau sur Nérée, dormant paisiblement malgré le sommeil agité qu’elle imaginait par la blessure à l’épaule. Que pouvait-elle faire ? Nevi savait que toute blessure pour elle était superficielle, toute maladie curable. Les hommes avaient hérités de son contraire. La seule idée lui venant était de stopper le saignement un instant, le temps de quérir les soins d’un guérisseur. La transporter n’était pas un problème, l’idée qu’elle n’y survive pas en était une autre.

D’un regard, elle reçut l’accord d’Ambre pour tenter ne serait-ce qu’un ralentissement de son échéance d’un bandage de verdure. La géokinésie était l’une des seules armes qu’elle possédait de nouveau, son utilité n’en restait pas moins sacrée. La pousse qui sortit de la terre se développa contre l’épaule, se nouant à sa chair tendrement venant stopper l’hémorragie du mieux qu’elle le pourrait. Nevi songea tout d’abord rafraichir la pauvre enfant vers le point d’eau qu’elles avaient trouvé avant de reprendre la route vers la ville, guidée soit par la femme, soit par l’animal. Qu’importe, leurs yeux avaient vu les mêmes choses. Cependant elle préférerait entendre la douce voix de son invocatrice plutôt que le silence de son état. Elle avait déchiré de ses crocs un bout de robe de l’invocatrice pour porter ce tissu imbibé d’eau contre son front. Le petit animal ne quittait pas son invocatrice des yeux alors que ceux de Nevi se plongea dans la douleur du poison. Bientôt son corps s’accommodera du poison et la route pourra reprendre. Il y avait à présent deux dormeurs dans les plaines, l’une d’une sérénité sans pareille, au destin incertain,  l’autre dans le plus profond des tourments, s’approchant de la guérison par la souffrance.
-------------------------------

Point mana : - 6
Total : 12 points
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Modo
Nérée Helireah
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : New Bride, by Claparo-Sans
Date d'inscription : 22/01/2014
Messages : 528
Liens vers la fiche :
Présentation
Contes de la Dame aux Fleurs
Métier : Noble et Reine des nuages
Invocation(s) : Shénzi ♡ (inactif : Alphikas)
Inventaire :
♔ Bagages:
 

♔ Sac sans fond:
 


Inventaire▲

Aventure #18 écrite Mer 7 Jan - 0:05


S'éloigner. Un vide ne s'arrêtant qu'à l'horizon. Un doux parfum enivrait ses sens ; ce n'était pourtant celui qu'elle aimait tant. Elle se voyait, assise au beau milieu d'une flaque rouge carmin, ce même rouge se rependant peu à peu tout autour. Une cage enfermait son corps, en face d'elle. Inerte, il était emprisonné. S'éloigner, encore. Cette cage, elle ne voulait passer outre. Elle la protégeait de la douleur, en somme. Non, elle ne voulait pas revenir. Cette folie, elle n'en voulait pas. Aucune pensée ne se dirigea envers son fennec, ni même à sa futile invocation qui avait pourtant tenté de sauver sa vie. Ce corps, elle ne voulait y retourner. Ainsi elle lui tourna le dos, courant dans le noir vers un infini intouchable, son Eden, pourtant insaisissable sans ce qu'elle rejetait. Elle savait qu'elle ne pouvait s'en aller. Elle ne pouvait aller au-delà. Se résigner, là était sa seule possibilité. Pitoyable chose.

Nérée garda ses prunelles endormies encore un moment, un instant inutile. Un peu plus et elle retournait dans l'inconscience que déjà la douleur se refit ressentir. Elle fronça les sourcils, grimaçant légèrement. Elle sentait son épaule douloureuse prise dans d'étranges liens, caressant sa peau comme des griffes lacérant une proie condamnée. Oui, la demoiselle avait mal. Allait-elle pour autant mourir ? Bouger était là une action bien trop difficile pour son pauvre corps, parler lui était presque impossible. Le simple fait de remuer ses doigts lui demandait une attention et une énergie considérable, chose pourtant nécessaire pour ne pas se focaliser sur la douleur de la plaie, du poison qui était dans son sang. Elle sombrerait dans la folie aussitôt dans le cas contraire. Elle n'arrivait même pas à voir le ciel, au-delà de ses paupières lourdes. Peut-être était-ce simplement parce qu'une douceur s'était déposée sur le haut de son front, recouvrant ses yeux.

Elle sentait l'herbe humide autour de ses jambes, un souffle chaud si familier au creux de son cou. Le froid commençait à s'installer dans la clairière, le bruissement des feuilles dansant au gré du vent rendant la forêt bien inquiétante qu'avant. Cela la captivait. Ce silence, il était dangereux. Un paisible endroit tel que celui-ci se transformait alors en cage, en arène où les monstres venaient un par un, attirés par l'odeur du sang, afin de s'entretuer jusqu'à la mort. Une fin heureuse en soi. Nérée sentait que douleur diminuait lentement, si bien qu'elle eût le courage de lever son bras intact jusqu'à son visage. Sa main attrapa doucement le tissu humide qui lui recouvrait les yeux, lui rendant ainsi la vision sur ce monde qu'elle ne voulait voir. Il faisait nuit déjà. Le tissu rapidement lâché tomba à côté de sa crinière décoiffée, alors que sa main venait effleurer le bandage végétal de son épaule. Qu'était devenue Nevi ? Son mouvement lent et peu puissant suffit pourtant à réveiller la petite bête dormante, le museau de celle-ci venant rapidement à la rencontre de son visage, comme si celle-ci était inquiète. Ses couinements raisonnaient dans ses oreilles comme une douce mélodie, apaisant de façon superficielle les songes de la Dame Aux Fleurs hantés par cette nouvelle sensation.

Un soupir s'échappa de ses lèvres entrouvertes, comme pour essayer le mal qui traversaient doucement son corps. Ce poison, il l'intéressait. La frêle femme se souvenait maintenant, de son corps tombant aux côtés du fureur, de sa corne volant dans un arbre un peu plus haut. Elle se rappelait de sa volonté fugace de mourir ici même, de son sourire qui avait fleuri sur ses lèvres lors d'un bref instant. Combien de temps s'était écoulé depuis lors ? Sûrement une poignée d'heures. Nérée tourna légèrement la tête, voulant voir le mort qui avait pris sa place. Ses yeux se heurtèrent pourtant à une présence familière et pourtant inconnue, des contours sombres de par la nuit, éblouissant de par leurs prestances, protecteurs et pourtant donneur de mort et de frayeurs. Nevi se tenait à ses côtés.

Qu'allaient-elles faire maintenant ? Lüh était encore loin, la lune si haute dans le ciel. La jeune noble ne pouvait marcher, l'idée même de se lever était immédiatement bloquée par son corps refusant de se soumettre comme à son habitude à ses caprices. Avec une douleur pareille, il fallait bien se rendre à l'évidence que la cohabitation était nécessaire. Ses yeux se fermèrent, doucement. Bien qu'un village se trouvait non loin d'ici, dans un recoin de la forêt, voyager dans ces conditions ne pouvait être de tout repos. De plus, rester ici n'était la meilleure des idées, la chance de n'avoir attiré aucune bête ne pouvant se prolonger jusqu'à l'aube. Elle ne pouvait se défendre, et l'idée de se donner à la mort si facilement lui était insupportable.
Cela serait si pitoyable.

« Éloigne-moi de cette cage. » Articula-t-elle faiblement, retournant dans son mutisme aussitôt qu'elle en était sortie.

Devenue poupée de chiffon, elle était dépendante de Nevi. Dans son état actuel, cela était tout ce qu'elle pouvait prononcer. Non, elle n'avait guère choisi ses seules paroles de la soirée pour la remercier, ou bien s'inquiéter de son état. En souvenir du combat avec le fureur, elle aussi avait dû ressentir la douleur. Elle aussi devait être fatiguée, bien que leurs corps et âmes fussent tellement différents. Son regard, qui s'était porté vers les contours de sa forme dénudée de lumière, fut porteur alors de sa gratitude silencieuse, qu'elle ne savait si celle-ci se devait d'être dite ou non.
Il y avait des choses que les pensées se devaient de garder pour elle, Nérée le savait pertinemment.




   
   
   


« Oh my God, I see how everything is torn in the river deep
And I don't know why I go the way
Down by the riverside. »
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #19 écrite Ven 9 Jan - 16:26


Nevi devait trouver une solution. Son regard était plongé dans les profondeurs des eaux et ses pensées ancrée dans son esprit qui s’était séparé des dernières gouttes de folie artificielle. Son invocation perdue dans le néant même du poison, elle s’éttona de n’avoir été renvoyé dans son temple inconsciemment. Il faut croire que sa douleur était telle qu’elle ne pouvait même pas briser le lien avec l’invocation. Nevi se demanda alors ce qu’elle pouvait faire pour s’assurer de sa sécurité pour la nuit. Ne connaissant les environs, elle pourrait trotter pendant des heures avec son invocatrice sur son dos sans trouver quoi que ce fut. La boule de poil qui servait de compagnon à Nérée se plaça subitement entre ses pattes, mordillant l’une d’entre elle de ses petites dents. Son intention était tout autre que l’aggression ou l’amusement, Nevi sentait que dans ce petit corps se cachait une certaine loyauté envers son invocatrice. Ambre, sentant son incapacité à se faire entendre de l’invocation par ses cris se décida à se faire plus intéressante par les meurtrissures. L’une des queues de Nevi se contenta de repousser l’animal un peu plus loin. Se relevant, elle se dirigea de nouveau vers la femme qu’elle avait laissé au repos. Elle était suintante, fragile et surtout en danger constant. Elle aussi sans doute l’avait sentit dans sa folie lorsqu’elle lui demanda de l’éloigner de “cette cage”.

“Votre folie m’empêche de saisir votre souhait.” Grinça-t-elle, “Je m’occuperai seulement de vous mener vers un autre endroit jusqu’à ce que votre état s’améliore.”

Ses longues oreilles inspectaient les moindres sons, elles se penchaient d’un côté à l’autre, se relevant sur le sommet de sa tête telles deux nouvelles cornes sur le sommet de sa tête. Encore une fois, il ne semblait y avoir aucun danger apparent. Le fennec était revenu au près de sa maîtresse, inquiet. Sa petite bouille boudeuse et ses grands yeux perçait le regard de l’invocation. Elle devait se dépêcher d’agir.

“Ne me regarde pas comme ça petite créature, je réfléchis à une solution.”

Finalement, elle se décida de prendre la jeune femme sur son dos en utilisant ses pouvoirs pour l’attacher contre elle. Le petit fennec s’était posé sur sa tête, enfouis dans son pelage blanc et azur, grondouillant de contentement face au choix de l’invocation. Il était temps de quitter ce lieu et de trouver un endroit où aller. Peut être que le petit fennec pouvait lui indiquer l’endroit, auquel cas elle l’écoutait tandis que son regard balayait les alentours en espérant éviter les monstres du territoire. Ils quittèrent finalement la forêt. De leurs position se trouvait une immense plaine verdoyante, le chant des Sylvebecs résonnait encore dans les oreilles de Nevi et au loin elle percevait un semblant de point d’eau. Elle ne put profiter bien longtemps du paysage, il fallait se presser, le poison pouvait aggraver l’état de santé de Nérée rapidement. De nouveau sur pied, Nevi s’élança en direction du petit village qu’elle vit non loin de là.  

Le chemin lui paru long, ses forces n’étaient pas tout à fait rétabli et le combat n’avait fais que l’affaiblir encore plus. Peut être devra-t-elle se soumettre à l’idée de retourner un temps dans sa prison pour se reposer…? NON ! Elle ne pouvait s’imaginer encore rôder comme un fauve dans cette prison en attendant sagement que l’on daigne lui rappeler sa liberté conditionnée. Elle ne considérait pas assez son invocatrice pour croire qu’elle ne l’oublira pas. De toute manière, elle était bien trop faible pour que l’invocation ne la laisse tranquille. Une fois arrivée, elle demanda d’un ton quelque peu acerbe aux habitants si il existait un guérisseur dans ces contrées. Leur menton relevé face au mauvais caractère de Nevi, ils répondirent aussi secs en indiquant au loin la présence d’une maisonnette où le pannonceau “Guäry’soeurs” un jeu de mot tout à fait ridicule soit dit en passant.

Elle pénétra dans l’antre coloré où une femme aux cheveux hirsutes se présenta alors qu’elle discutait avec une autre femme aux longs cheveux lisses, sans doute les fameuses soeurs. Nevi ne prit pas la peine de se présenter et leur expliqua brièvement la situation. La plus proche, celle aux cheveux lisses réagissait presque instantanéement en entendant le terme “poison” s’échapper de la gueule de la bête. Elles la posèrent sur le lit dans le coin de la pièce l’examinant puis partant chacune leur tour récupérer le nécessaire pour les soins. Nevi s’était assise à l’entrée, le petit animal toujours enveloppé dans son pelage. Elle savait inconsciemment, malgré qu’elle considérait grandement la bêtise humaine comme un point ineffaçable des hommes, que ces femmes prendraient soin de Nérée.
Elle serait en sécurité maintenant.
Mais pour combien de temps ?

▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Modo
Nérée Helireah
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : New Bride, by Claparo-Sans
Date d'inscription : 22/01/2014
Messages : 528
Liens vers la fiche :
Présentation
Contes de la Dame aux Fleurs
Métier : Noble et Reine des nuages
Invocation(s) : Shénzi ♡ (inactif : Alphikas)
Inventaire :
♔ Bagages:
 

♔ Sac sans fond:
 


Inventaire▲

Aventure #20 écrite Dim 25 Jan - 16:32



Presque sentait-elle la minuscule goutte de sueur glissant lentement de son front, tellement celui-ci semblait chaud par rapport à son habitude. Elle l'imaginait presque, se focalisant dessus pour faire abstraction de la douleur grandissante. Nérée laissait pourtant ses oreilles se faire bercer par la voix rassurante de sa demi-déesse qui était là pour elle, lui répondant qu'elle allait s'occuper de sa demande. Elle allait l'aider. Aimait-elle cela ? Fermant les yeux, la jeune femme fit abstraction de toute autre chose que des deux êtres présents à côté d'elle. Elle oublia bien rapidement le faible chant des oiseaux encore debout en cette heure, de la brise s'engouffrant dans la clairière. Cela ne l'intéressait pas. Nevi, parlait-elle à son petit fennec ? Ses yeux clos ne pouvaient le lui dire, son esprit était bien trop fatigué pour y réfléchir. Ils semblaient bien s'entendre, dans un sens. Dans un état second, la jeune noble se contentait de respirer lentement, se tenant dans la réalité de peur de ne jamais se réveiller. Peut-être avait-elle eu sa dose d'évasion pour aujourd'hui.
Au final, elle ne voulait pas mourir.

Un faible gémissement s'échappa de ses lèvres lorsque les lianes de sa demi-déesse virent cueillir son corps pour le poser sur son pelage. Il était doux, et presque ses doigts s'entrelacèrent dans ses poils s'ils leur restaient un tant soi peu de force. Lorsqu'elle sentit que cette dernière reprit la marche vers un lieu encore inconnu, Nérée laissa ses bras ballotter doucement au rythme de son trottinement, son épaule frottant contre son corps la faisant grimacer de douleur. Elle se retenait cependant. Bien loin l'idée de ne pas vouloir attirer les monstres de par des bruits trop importants, mais la jeune noble ne pouvait se résigner à abandonner ses manières de demoiselle bien éduquée. Un noble, même contre son gré restait noble dans toutes les circonstances. Lentement le crissement des feuilles s'éloigna ; le petit groupe affaiblit de par une seule rencontre sortait de la forêt. Peut-être allaient-ils enfin terminer ce voyage dans une sécurité encore incertaine.

Même si la demoiselle avait abandonné l'usage de ses prunelles, ses oreilles écoutaient presque contre son gré. Ainsi elle put entendre les dire de sa demi-déesse à des hommes, demandant un guérisseur. Étaient-ils arrivés ? Lüh était pourtant encore bien loin de la forêt, ainsi Nérée devina que cela n'était qu'un simple village de paysans. Très vite, les murmures des habitants et les dires des autres l'agacèrent ; la demoiselle avait de plus en plus mal à la tête. Si elle avait eu assez de force, peut-être aurait-elle demandé à Nevi de les faire taire à jamais. Au final, peut-être que la douleur était un bon moyen d'ignorer le monde qui l'entourait, même si celle-ci était très certainement contraignante. La Dame aux Fleurs se contenta simplement de retourner dans les bras si chaleureux de l'inconscience alors que deux femmes semblaient s'occuper d'elle, finalement arrivée dans une demeure aux odeurs de plantes médicinales et de mort. Presque n'avait-elle pas vu le temps passé alors qu'elle comptait chaque mouvement qui lui arrachait un cri intérieur de par la douleur ressentit. Mais elle oublia cela bien rapidement.

Une poignée de jours s'étaient écoulés depuis son arrivée fracassante dans le village. Depuis, la jeune noble avait quelque peu récupéré, les soins qui lui avaient été prodigués ayant vite fait effet. Peut-être avait-elle eu de la chance. Nérée était déjà réveillé alors que l'aurore ne pointait que le bout de son nez. Elle en avait assez. A la place de sa plaie se trouvait un bandage neuf ; elle pouvait dorénavant bouger le bras, bien qu'elle ne pût forcer dessus. Peut-être allait-elle pouvoir reprendre la route aujourd'hui et terminer enfin ce voyage riche en émotion. Offrant à ses prunelles la vision, la demoiselle se redressa lentement, échangeant quelques dernières paroles avec l'une des sœurs guérisseuses. Elle sortit quelques pièces de son sac sans fond pour dédommager sa longue présence en ces lieux, sortant quelques minutes plus tard de la maisonnette. Elle était encore faible, mais Nérée pouvait marcher jusqu'à la ville, bien que lentement. Nevi et son petit animal de compagnie ne devaient pas être loin.

Elle déambula quelques instants dans le village encore endormi avant de trouver sa demi-déesse. L'instant d'un souffle et son fennec était déjà dans ses bras, contente de retrouver sa maitresse saine et sauve. Celle-ci s'installa sur son épaule pour ne plus la quitter. Au final, elle ne savait pas exactement combien de jours s'étaient écoulés depuis la rencontre avec le fureur. Cela n'était important. Son regard se porta enfin sur Nevi. Lui offrant un faible sourire, elle lui intima silencieusement de la suivre jusqu'à sortie. Elle voulait partir. Au final, c'était bien à cause et grâce à elle que la jeune noble s'était retrouvée dans une telle situation. C'était de sa faute aussi, peut-être n'aurait-elle jamais dû la délivrer. Elle ne regrettait cependant pas. Passant les portes du village, Nérée pu enfin retrouver la satisfaction d'être seule. Elle s'arrêta cependant, se tournant vers sa nouvelle compagne de vie.

« Une fois que j'aurai rejoint Lüh... Tu pourras aller et venir comme bon te semble. Du moins pour un moment. Je ne t'oublierai pas. »

Peut-être était-ce ainsi qu'elle se devait de la remercier. Certes, elle ne pouvait lui redonner sa liberté d'antan, mais celle-ci semblait déjà être un bon début. Peut-être la lui reprendrait-elle un jour, selon ses envies. Sans un mot de plus, Nérée reprit enfin la route vers Lüh qui ne semblait plus très loin. Le voyage touchait à sa fin.




   
   
   


« Oh my God, I see how everything is torn in the river deep
And I don't know why I go the way
Down by the riverside. »
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
 

Lorsque le sourire carmin mord la délicate fleur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Soeur Sourire
» Un sourire démoniaque pour une lumière divine : Lakusas Dreyar
» Petit poisson mord à l'hameçon... [Jared] ♥
» Un sourire malicieux éclairant un visage ridé
» Lorsque le passé revient en force. [Libre 1 personne]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Arcane :: La Forêt de Jade-