Une vie à reconstruire

Partagez | .
 

 Une vie à reconstruire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Ariez
Ariez
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 1833
Double Compte : Aucun.
Liens vers la fiche :
Métier : Armurière
Invocation(s) : Vaea, Mercor
Inventaire :
  • Cape d'invisibilité
  • Mémorium
  • Cristal de mana
  • Sac sans fond
  • Deux pierres de télépathie
  • Une épée à la lame noire
  • 1000 T

Sorts : Tous les pouvoirs. =D
Inventaire▲

Aventure #1 écrite Jeu 31 Juil - 17:50

Ariez avait vécu beaucoup d'aventures ces derniers temps. Pour résumer, dans l'ordre : elle s'était faite kidnapper par une bande de pirates qui l'avaient condamné aux travaux forcés mais lui avaient tout de même donné 1000 Tsuris en "dédommagement", car sa boutique avait été partiellement détruite dans l'altercation. En revenant, plusieurs mois s'était passés, elle avait arrangé l'intérieur comme elle le pouvait afin de s'en occuper plus tard : sa priorité était sa mère, ses clients pouvaient bien attendre quelques semaines de plus. En effet, sa mère, souffrant d'un mal inconnu, la déshumanisant depuis des années, n'avait pas du tout guérit suite à la dernière tentative de traitement d'Ariez (un remède bien sombre, chargé de magie noire, volé à un vieux fou dans un village perdu loin d'ici). Elle décida donc d'aller une nouvelle fois en croisade pour guérir sa mère. C'est avec Aeryalis, une herboriste, et Vaea, son invocation, qu'elle partit chercher une plante qui avait pour effet de purger le corps de tous les ensorcellements. Il fallait bien tenter quelque chose... Leur chemin se poursuivit dans le désert, et c'est ainsi qu'Ariez en profita pour libérer Mercor, un fils d'Ignis, avant de revenir enfin à Luh, avec une boutique à reconstruire.

Elle s'était réveillée chez sa sœur ce matin là, ne pouvant supporter d'être en présence de tout le bazar qu'il y avait dans l'armurerie (ses appartements étaient à l'étage de sa boutique). En pleine forme, elle se dirigea immédiatement vers l'armurerie avec la ferme intention de faire un sérieux plan d'attaque pour rouvrir la boutique au plus tôt. Elle pénétra dans la boutique, il fallait tout d'abord réparer les fenêtres, celles qui n'avaient pas été brisé par le combat entre les deux invocations avaient été brisé par des pillards. Il fallait entièrement refaire le parquet, toutes les étagères et les présentoirs étaient à reconstruire. Et puis bien sûr, il allait falloir forger. Beaucoup de vols avaient eu lieu, il ne restait pas grand chose de son travail. Mais Ariez se sentit très optimise en ce jour. Elle parcourut une nouvelle fois tous les recoins de la boutique quand elle entendit un espèce de cliquetis, comme deux bouts de métal s'entrechoquant.

Quand elle voulut se rapprocher du comptoir, là d'ou venait le bruit, une silhouette encapuchonné jaillit et s'enfuit à toute vitesse par la porte, avec un sac d'ou dépassé entre autre le pommeau d'une magnifique épée Horus, l'une des plus chers du magasin Ariez la reconnu tout de suite. Elle se mit immédiatement à sa poursuite, mais il lui avait déjà mis plusieurs dizaines de mètre d'avance. Elle ne POUVAIT PAS laisser s'enfuir un pillard, osant la cambrioler en pleine journée, avec une épée à CINQ CENT QUARANTE CINQ TSURIS.


"Mercor !!"

Elle ne savait pas exactement pourquoi ce nom lui était venu d'abord. Invoquer une invocation tout en courant était quelque chose d'assez périlleux, elle ne savait pas si Mercor serait invoqué à l'endroit ou elle était au moment de l'invocation (soit plusieurs mètre derrière elle, le temps qu'il arrive) ou si son "esprit" s'invoquerait en la suivant, poursuivant le voleur en même temps qu'elle. Mais ce n'était pas le moment de s’intéresser aux mystères de l'invocation lors d'activités sportives. Malgré l'adrénaline, elle eut le temps de songer que le nom de Mercor lu était simplement venu car elle souhaitait le revoir au plus vite pour apprendre à le connaitre, tandis qu'elle avait déjà imposé tellement d'épreuves désagréables à Vaea (chacun son tour !)

"Mercor rattrape le !"

Cria t-elle sans savoir si sa volonté serait entendu.


▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
http://arcane.forumactif.fr
Modo
Mercor
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Crédit Avatar : Final Fantasy XI
Date d'inscription : 21/08/2013
Messages : 173
Double Compte : Aden
Liens vers la fiche : Fiche
Résumé RP
Elément : Feu
Invocateur : Ariez
Inventaire : 3000 Tsuris
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #2 écrite Ven 1 Aoû - 22:43

Ah, le désert… C’est ici que je me sens le mieux. Depuis ma nouvelle libération, je m’étais promené aux alentours du Temple du Feu. J’avais pu ainsi aller explorer au nord, endroit mystérieux où je n’avais jamais eu l’occasion d’aller : avec Viltys, j’avais surtout fait le voyage jusqu’à Lüh, avant de partir vers l’Île Inconnue. Du coup j’ai profité de ce petit moment seul pour aller vers les Landes Luxuriantes, du moins jusqu’à celles du Sud. Ceci dit je n’y étais pas resté longtemps : je ne voulais pas pousser mon exploration trop loin, et surtout j’avais un peu froid là-bas…

Du coup je suis retourné tranquillement vers le désert  d’où je venais. Cette température était bien plus agréable… J’ai donc décidé d’explorer un petit peu plus le désert. Ceci dit, ce n’est pas comme s’il y avait grand-chose à voir dans ce genre d’endroit… Mais ça passait le temps. J’étais perdu dans mes pensées, marchant dans les étendues du sable sous un soleil de plomb. Et j’aimais bien ça. En fait, c’était la première fois que j’avais du temps pour explorer ce nouveau monde que je ne connaissais pas.

Malheureusement, je fus sorti de mes pensées par l’appel de mon Invocatrice. Ca me surprit, quelque part, je ne m’y attendais pas vraiment. Ceci dit je ne me fis pas prier, et allai la rejoindre. Je me retrouvai dans les rues d’une ville et reconnut immédiatement l’architecture de Lüh. Je regardai autour de moi et fut assez surpris de repérer Ariez… À l’autre bout de la rue, qui disparaissait au coin de la rue. Immédiatement, je me suis lancé à sa poursuite, ne comprenant pas vraiment ce qui se passait. Heureusement, étant plus grand et plus fort, je l’ai rattrapée sans mal.

« Ariez ? Qu’est-ce-qui se passe ? »

Quand je l’entendis me dire de rattraper quelqu’un, je compris : devant nous se trouvait un homme qui courait aussi, tentant probablement d’échapper à mon Invocatrice. Sans la faire attendre, j’accélérais immédiatement pour rejoindre cet individu cette fois-ci. Celui-ci me vit et tenta de me semer, mais il ne pouvait pas courir aussi vite que moi et c’est sans trop de mal que je l’attrapai à la nuque afin de le soulever de terre, faisant attention à ne pas la briser ni à étouffer le voleur. Celui-ci criait, jurait et se débattait comme il pouvait, mais c’était vain. Je me tournai vers Ariez, qui nous rejoignait finalement.

« Et maintenant ? »

Et oui, parce que j’ai fait ce qu’elle m’a demandé de faire, mais je n’ai aucune idée de la suite, je ne sais même pas pourquoi elle poursuivait cette personne. Enfin, au moins, maintenant, cet individu ne nous échappera pas.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Ariez
Ariez
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 1833
Double Compte : Aucun.
Liens vers la fiche :
Métier : Armurière
Invocation(s) : Vaea, Mercor
Inventaire :
  • Cape d'invisibilité
  • Mémorium
  • Cristal de mana
  • Sac sans fond
  • Deux pierres de télépathie
  • Une épée à la lame noire
  • 1000 T

Sorts : Tous les pouvoirs. =D
Inventaire▲

Aventure #3 écrite Sam 2 Aoû - 9:25

Mercor rattrapa facilement le voleur, la jeune femme arriva à leur niveau quelques secondes plus tard, essoufflée et très en colère. Mercor se demandait ce qu'il fallait faire de cet individu, Ariez songea qu'elle avait énormément de choses à raconter à Mercor, mais pas maintenant. Il fallait profiter du retournement de situation pour faire pression sur l'intrus. Simplement, pas au beau milieu de la rue, Ariez ne voulait pas se faire remarquer par la milice en train de se faire justice elle même. Elle indiqua à Mercor de la suivre, le bonhomme suspendu au dessus du sol en train de se débattre dans ses mains, et ils s'engouffrèrent dans une petite ruelle plus à l'écart.

Ariez récupéra l'épée Horus dans le sac du pillard, la lame magnifique dans des teintes dorées et orangées, reflétait les rayons du soleil du matin.

"Vois-tu Mercor, j'ai forgé cette lame." Elle laissa un petit temps se passer, durant lequel le pillard continuait  de  se débattre, priant pour sa vie en imaginant les pires scénarios "Et ce client n'a pas payé."

Elle pointa doucement la lame vers la gorge de pillard, en prenant son temps, puis se servit de la pointe pour soulever le capuchon et voir son visage, c'était un homme très jeune qu'Ariez n'avait jamais vu, il n'avait pas l'air d'être majeur. Cela adoucit son humeur, quelqu'un d'aussi jeune ne pouvait pas voler dans le but de nuire aux autres, mais simplement pour réussir à survivre dans cette impitoyable ville.

"Vide tes poches, et va t-en"

Il s'exécuta, toujours gesticulant entre les mains de Mercor, il laissa tomber son sac contenant plusieurs épées, et vida ses poches qui contenaient des bijoux qui n'appartenaient même pas à Ariez. Elle fit un signe de tête à Mercor pour qu'il relâche son emprise, le voleur s'enfuit en courant sans se faire prier. Elle lui laissa un peu d'avance

"Je dois retourner à la boutique, il pourrait y avoir d'autres pillages en mon absence. Mais toi, Mercor, tu vas le suivre. Sois le plus discret possible. Je veux savoir pour qui il travaille, ou s'il a décidé de me voler de sa propre initiative, s'il a d'autres de mes armes chez lui. Pas de bagarre, je veux juste savoir ça, on s'en occupera plus tard. Va."


▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
http://arcane.forumactif.fr
Modo
Mercor
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Crédit Avatar : Final Fantasy XI
Date d'inscription : 21/08/2013
Messages : 173
Double Compte : Aden
Liens vers la fiche : Fiche
Résumé RP
Elément : Feu
Invocateur : Ariez
Inventaire : 3000 Tsuris
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #4 écrite Jeu 7 Aoû - 23:47

La personne que je tenais gigotait toujours. Visiblement, il avait assez peur du sort qu’il allait subir. Et je compris mieux pourquoi quand Ariez m’expliqua que ce jeune homme était en réalité un voleur. Cela expliquait pourquoi elle le poursuivait dans les rues de la ville. Celle-ci avait un don pour la mise en scène, ceci dit, s’amusant à prendre l’arme qu’il lui avait dérobée pour révéler son visage. Cette personne semblait assez jeune, c’était assez curieux à voir.

Je fus assez surpris de voir tout ce qui se trouvait dans les poches du voleur quand mon Invocatrice lui demanda de les vider. Visiblement, il n’en était pas à son premier larcin de la journée. C’était assez triste à voir vu la jeunesse de la personne, il devait probablement faire ça pour survivre plus que pour s’enrichir. Je le lâchai quand Ariez me le demanda, celui-ci ne prit pas son temps et s’éclipsa le plus vite possible. Je me tournai vers elle alors qu’elle me demanda de le suivre. Je lui souris.

« Très bien, j’y vais. »

Mon physique ne passant pas inaperçu, il fallait que je trouve un moyen de me fondre dans la masse tout en le suivant rapidement. Mon pouvoir se développait de plus en plus, et je tentai de voir jusqu’où il s’étendait maintenant. Je fus assez heureux lorsqu’en essayant, je me rendis compte que je pouvais de nouveau utiliser la métamorphose. Histoire d’être assez rapide et discret, je me changeai en oiseau et m’envolai à la recherche du voleur.

Je le retrouvai facilement. Même si celui-ci se faufilait dans les rues à bonne vitesse, cette forme me permettait de le suivre sans le moindre mal. Il ne semblait pas vraiment inquiet, mais surtout triste. D’une certaine façon, cela faisait de la peine à voir. Après tout ce jeune homme faisait certainement cela pour pouvoir survivre dans cette ville, ce qui n’était pas évident. Il finit par rentrer dans un bâtiment à l’air abandonné. Je me posai loin et examinai la bâtisse. Elle était certainement à l’abandon et le voleur devait loger là illégalement. Je restai là un moment, des fois que quelque chose d’intéressant arrive, mais rien. Au bout d’une heure, je finis par repartir. Je retournai à l’endroit où Ariez m’avait appelé, reprenant ma forme normale. Je regardais autour de moi. Je ne savais pas où elle habitait, mais ça devait être dans le coin… Je regardai les différents magasins, sachant qu’elle était forgeronne, à la recherche d’un établissement. J’en trouvai une, et rentrai à l’intérieur. Celle-ci semblait en piteux état…

« Ariez ? »

Je ne savais pas vraiment quoi faire d’autre pour manifester ma présence, n’étant même pas sûr qu’elle était bien là.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Ariez
Ariez
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 1833
Double Compte : Aucun.
Liens vers la fiche :
Métier : Armurière
Invocation(s) : Vaea, Mercor
Inventaire :
  • Cape d'invisibilité
  • Mémorium
  • Cristal de mana
  • Sac sans fond
  • Deux pierres de télépathie
  • Une épée à la lame noire
  • 1000 T

Sorts : Tous les pouvoirs. =D
Inventaire▲

Aventure #5 écrite Dim 17 Aoû - 15:19

Ariez retourna à sa boutique. Elle ne se décourageait pas, avoir pu empêcher un vol était une bonne chose. Elle avait un vague espoir que Mercor remonte un gros filon de trafic d'armes et que celui ci retrouve tout son stock chez un contrebandier, mais elle revint vite à la réalité. Si elle voulait reconstruire tout ça proprement, il faudrait peut-être tout détruire. Ce n'était peut-être pas une si mauvaise idée. Récupérer tous les matériaux qui pouvait l'être, faire place nette, repartir de zéro et tout reconstruire. Elle avait deux invocations pour l'y aider. En mêlant les forces de l'eau et du feu, cela pouvait-il lui recréer dans le même temps sa boutique et sa maison ?

Elle retroussa ses manches et pénétra dans ce qu'il restait de sa boutique. Elle commença tout d'abord par ramasser les armes qu'ils restaient encore par terre et sur les étagères. A première vue, les lames n'étaient pas cassées, quelques retouches à faire sur ce pommeau ci, le fourreau à changer pour cette lame là, un peu de polissage ici ou là... Il lui restait une petite dizaine d'arme pour repartir. Sachant qu'auparavant chaque étagère, chaque mur était couvert d'arme en tout genre, il y avait de quoi se dégoûter. Mais Ariez partait de bonne humeur, d'autant plus que Mercor finit par revenir. Il avait du prolonger sa filature sur une heure environ, le temps qu'Ariez récupère ce qui pouvait l'être sous les décombres.


"Oui je suis par ici, ça va prendre du temps de tout reconstruire..."

Elle vit le regard de Mercor, qui semblait se demander où il était, et si c'était bien ici. Ariez, au milieu de toute cette ruine, ne sut pas vraiment quoi répondre. Elle avait besoin d'avancer, elle ne voulait pas raconter à Mercor comment s'était arrivé, pas maintenant. Il fallait reconstruire, tant qu'elle en avait la motivation et la force.

"Tu as trouvé quelque chose ? D'autres armes, ou bien pour qui il travaillait ?"

Ariez avait beaucoup d'espoir concernant cette filature, sachant les heures de travail acharné que représentait chacune de ses armes, en retrouver juste une de plus lui permettrait de s'accrocher plus solidement à son désir de tout reconstruire, en mieux, en plus grand, et de ne surtout pas laisser tomber. La facilité n'était pas loin, aller dans la boutique d'arc de sa sœur et de s'y faire une petite place douillette pour ses épées et ses haches...

Tout en lui parlant, elle lui demanda de l'aide d'un signe de main pour débarrasser les étagères et les présentoirs, maintenant vides, hors du bâtiment. Une fois le sol à nu, il faudrait enlever tout le parquet complètement dévasté par la magie de terre de Ephylix. Cela leur prendrait bien la matinée.


▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
http://arcane.forumactif.fr
Modo
Mercor
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Crédit Avatar : Final Fantasy XI
Date d'inscription : 21/08/2013
Messages : 173
Double Compte : Aden
Liens vers la fiche : Fiche
Résumé RP
Elément : Feu
Invocateur : Ariez
Inventaire : 3000 Tsuris
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #6 écrite Dim 24 Aoû - 18:07

J’étais vraiment surpris par l’intérieur de cette boutique. Elle avait été totalement saccagée, toutes les armes qui restaient se trouvant dispersées au sol. Je commençais à me dire que ce lieu était abandonné quand Ariez manifesta finalement sa présence. Il reporta immédiatement son attention sur son Invocatrice qui ramassait les différentes armes dispersées aux quatre coins de la pièce. Elle semblait triste, et c’était compréhensible : sa boutique était totalement ravagée, et elle devait probablement être l’œuvre de sa vie.  

Même si elle était visiblement occupée à autre chose, elle ne tarda pas à demander ce que j’avais trouvé lors de ma filature. Celle-ci n’avait pas vraiment été fructueuse, espérons que cela ne la décevra pas trop.

« Je l’ai suivi dans un bâtiment qui avait l’air abandonné. Je pense qu’il vit là illégalement. Ceci dit je n’ai pas vu s’il était seul ou non, en tout cas il n’en est pas ressorti. Je pense qu’il volait pour les revendre plus tard, mais qu’en soit il n’avait rien à lui là-dedans. Il doit se cacher pour l’instant, vu que tu as vu son visage tu pourrais donner son signalement à la milice et donc le faire arrêter, mais je sais où il vit, du coup. »

C’étaient toutes les informations que j’avais pu récupérer. J’aurais peut-être dû de nouveau user de la métamorphose pour me transformer en rongeur ou quelque chose du genre et ainsi visiter l’intérieur, mais c’était trop tard pour y penser maintenant. Heureusement, si ma théorie était juste, rien ne l’empêcherait de faire ça plus tard. Mais pour l’instant, mieux valait aider Ariez. Elle semblait avoir des plans pour remettre la boutique sur pieds.

Celle-ci ne se fit d’ailleurs pas prier pour me demander de sortir les meubles de la pièce. Je les rangeais d’ailleurs aussi vite que je le pouvais,  souhaitant sincèrement aider mon Invocatrice à remettre tout en état. Au vu des dégâts, ils devaient probablement être dus à de la magie, mais je ne comprenais pas vraiment comment. La forgeronne aurait-elle été attaquée dans sa propre boutique ? C’était assez étrange, et je voudrais bien avoir le fin mot de l’histoire, mais chaque chose en son temps.

Dès que tous les meubles furent sortis, je retournais du côté d’Ariez, et admirais le spectacle. Le sol était ravagé et les murs n’étaient pas forcément dans un meilleur état. Les dégâts étaient vraiment importants, et tout remettre en état demandera pas mal d’efforts. Heureusement, c’est tout de même faisable, le bâtiment en lui-même n’ayant pas subi trop de dommages. Ceci dit, je ne pus contenir ma curiosité plus longtemps.

« Qu’est-ce-qui s’est passé ici ? Et tu as une idée de comment tout remettre en état ? »

J’aimerais vraiment savoir ce qui s’était passé, d’autant plus qu’Ariez semblait vraiment déprimé. Mais malheureusement, c’était compréhensible…
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Ariez
Ariez
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 1833
Double Compte : Aucun.
Liens vers la fiche :
Métier : Armurière
Invocation(s) : Vaea, Mercor
Inventaire :
  • Cape d'invisibilité
  • Mémorium
  • Cristal de mana
  • Sac sans fond
  • Deux pierres de télépathie
  • Une épée à la lame noire
  • 1000 T

Sorts : Tous les pouvoirs. =D
Inventaire▲

Aventure #7 écrite Mer 3 Sep - 14:53

Mercor avait visiblement simplement réalisé une surveillance extérieure, sans pouvoir parfaitement répondre aux attentes d'Ariez. Elle se trouva bien cruelle d'envoyer son invocation faire de la filature et attendre de lui une violation de propriété privée en prime.

"Tu as l'air d'être quelqu'un d'honnête Mercor. La milice serait la solution la plus logique, bien sûr, mais..."

Elle se rendait compte de tout ce qu'elle avait vécu avec Vaea depuis qu'elle était devenue son invocatrice, et de tout ce que Mercor avait encore à apprendre d'elle. Elle avait tellement de chose à lui expliquer, tellement à lui dire qu'elle ne savait pas par ou commencer.

"Mais... je ne veux pas voir la milice avoir le nez dans mes affaires. Pour faire au plus simple, ma mère est malade, aucune médecine traditionnelle ne peut la soigner. J'essaie de la guérir par des remèdes qui se sont pas approuvés par la milice."

Elle n'avait pas le temps de tout expliquer en détails, cela aurait prit bien trop de temps, alors elle alla à l'essentiel pour le moment. L'urgence était à la reconstruction de sa boutique. Ils sortirent tant bien que mal tous les meubles, et Mercor s'interrogea sur ce qu'il s'était passé.


"Je me suis fait attaquée par des pirates. Mon invocation, Vaea fils d'Aqua, et une fille de Terra se sont affrontés ici.
Pour tout remettre en état... le bâtiment en lui même n'a pas subi trop de dommage, il faut changer enlever le parquet, recupérer toutes les dalles qui peuvent l'être et racheter de nouvelles lattes pour finaliser. Il faut refaire l'enduit sur le bas du mur et repeindre. Ensuite, il faut rabibocher les étagères, et remettre tout en place."


C'était un sacré boulot. La tache maintenant : le retrait du parquet. Ariez commença à s'affairer à la tache, en commençant par arracher les planches qui étaient déjà à moitié détruite par le sort de terre d'Ephylix.


"Il y a autre chose que tu voudrais savoir Mercor ?"


▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
http://arcane.forumactif.fr
Modo
Mercor
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Crédit Avatar : Final Fantasy XI
Date d'inscription : 21/08/2013
Messages : 173
Double Compte : Aden
Liens vers la fiche : Fiche
Résumé RP
Elément : Feu
Invocateur : Ariez
Inventaire : 3000 Tsuris
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #8 écrite Ven 12 Sep - 10:25

J’écoutai attentivement Ariez. Elle semblait embêtée, comme si elle voulait me dire quelque chose mais qu’elle n’osait pas le faire. Mais elle finit finalement par y arriver, m’expliquant ainsi qu’elle avait des différends avec les forces de l’ordre. Cela m’étonna d’entendre ça : elle avait l’air de quelqu’un de droit et honnête, et il était assez surprenant de voir qu’elle était prête à enfreindre la loi pour pouvoir trouver un moyen de soigner sa mère.

« Je vois. J’espère que tu trouveras un remède pour ta mère. La magie ne peut rien y faire ? Je ne sais pas à quel point nos sorts de soin sont puissants depuis l’enfermement. »

J’avais le regard perdu dans le vide en disant cela. Ah, avant l’enfermement… Avant la guerre avec les Humains, surtout. À l’époque où nos pouvoirs étaient quasiment illimités et où on pouvait faire ce que l’on souhaitait. Je suis sûr que certains de mes frères et sœur auraient aidé Ariez dans ces temps-là. Mais maintenant, on ne pouvait rien faire. Je savais que notre magie bridée nous permettait de soigner certaines blessures physiques, mais je n’en avais aucune idée pour les maladies.

Je sortis de mes pensées lorsque mon Invocatrice m’expliqua enfin ce qui s’était passé ici. Quelque chose de surprenant, d’ailleurs. Des pirates, venant l’attaquer ici ? Le quartier n’était pas près du port, c’était assez étonnant. Peut-être avaient-ils un but bien précis… Ceci dit, ça expliquait le mauvais état du sol, puisqu’une fille de Terra était impliquée dans la bataille. Cela me permit aussi d’apprendre que la forgeronne disposait d’une deuxième Invocation, d’ailleurs.

« Je ne pensais pas que les pirates osaient attaquer des commerces dans le cœur de la ville. La milice n’a rien pu faire pour t’aider ? En tout cas, ça va faire un sacré travail, mais nous en viendrons à bout. »

Je souris à Ariez en lui disant cela. Elle avait vraiment l’air abattue, alors je pouvais bien tenter de lui amener un peu de réconfort. J’étais persuadé qu’il s’agissait d’une bonne personne, il suffisait de voir que les conflits qu’elle avait avec la milice ne reposaient que sur son désir de soigner sa mère. La moindre des choses était donc de la soutenir dans ce moment difficile. Je pris le temps de réfléchir quelques instants avant de poser d’autres questions.

« Et bien, je n’ai pas grand-chose à demander… Ceci dit, j’aimerais bien te connaître plus. Nous nous sommes à peine parlés, après tout. Tu es née à Lüh ? Tu as de la famille ici, à part ta mère ? Et aussi, tu parlais d’une Invocation d’eau tu à l’heure, sommes-nous tes deux seules Invocations ? »

Il fallait croire que ma curiosité reprenait le dessus. Tout en posant mes questions, qui avaient peut-être un air d’interrogatoire, j’aidais Ariez à enlever le parquet. Comme elle se concentrait sur les lattes abimées, je décidai de m’occuper de celles qui étaient encore saines mais devaient être enlevées. Je passais une griffe sous une planche pour la décoller du sol. J’en cassai quelques-unes avant de finalement trouver le coup de main et enlever les planches sans dégâts.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Ariez
Ariez
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 1833
Double Compte : Aucun.
Liens vers la fiche :
Métier : Armurière
Invocation(s) : Vaea, Mercor
Inventaire :
  • Cape d'invisibilité
  • Mémorium
  • Cristal de mana
  • Sac sans fond
  • Deux pierres de télépathie
  • Une épée à la lame noire
  • 1000 T

Sorts : Tous les pouvoirs. =D
Inventaire▲

Aventure #9 écrite Dim 14 Sep - 19:46

Mercor était à l'écoute et cherchait des solutions pour aider Ariez, elle trouva vraiment cela sympathique de sa part car après tout, il s'y intéressait de lui même et cela prouvait qu'il se sentait, au moins d'une certaine manière, concerné par les problèmes que sa nouvelle maîtresse pouvait rencontrer. Il hasarda qu'un sort de soin pourrait peut-être aider, mais Ariez esquissa un non de la tête.

"Les sorts de soin guérissent les blessures du corps, pas de l'esprit."

Peut être qu'avant l'enfermement, soigner une personne rendue folle par un mal inconnu pouvait se faire d'un claquement de doigt, mais Ariez, dans le nouveau monde, se battait depuis plusieurs années déjà, utilisant tous les moyens mis à sa disposition pour guérir sa mère. Sans succès.
Il réconforta ensuite Ariez sur le fait que malgré le travail titanesque qu'ils avaient devant eux, ils en viendraient à bout. Elle remercia Mercor pour son soutien et poursuivit dans l'arrachage du parquet. L'atmosphère redevint calme, jusqu'à ce que Mercor lui pose quelques questions afin de mieux la connaître. Elle trouva à nouveau l'attention charmante, et cela lui mit du baume au coeur. En délivrant Mercor, elle n'avait pas simplement délivrée une invocation en échange de ses services, elle avait trouvé un ami attentif qui serait là pour elle, elle en était convaincue. Malgré son apparence assez sauvage, avec cornes, crocs et griffes, Mercor était un être doux.


"Je suis née à Luh, dans une famille d'armurier-forgeron de père en fils, jusqu'à ce que mon père et ma mère donnent naissance à quatre filles. J'ai donc trois soeurs : Mujin, Shaami et Kawa. Je suis l'ainée, bien que j'ai eu un frère mort né. Ma mère a beaucoup souffert de cette perte, même bien après nous avoir donné vie. C'est en allant dans les Ruines de Nécra, chercher des réponses sur la vie, la mort, et la renaissance, que ma mère s'est perdue elle même. On a jamais su exactement ce qui lui était arrivée. Aujourd'hui, Mujin tient une boutique d'Arc, Shaami cherche un époux riche pour se prendre pour une princesse, et Kawa s'est tourné vers la spiritualité."

Ariez se replongea dans un passé bien douloureux qu'elle avait pourtant appris à accepter pour avancer. La vie aurait sans doute était plus simple si Ariez était née homme, comme ses parents le desirait. Sa mère serait sans doute en parfaite santé, mais rien de tout cela n'était sa faute, elle le savait.

Mercor s'interessa alors à Vaea, son invocation d'eau. Ariez se dit qu'il était temps de les présenter.

"Oui, Vaea et toi êtes mes deux seules invocations, bien que j'en ai libéré d'autres par le passé, je n'ai jamais forcé à rester à mes cotés les invocations qui préféraient purger leur peine dans l'emprisonnement et la solitude plutôt qu'à mon service."

Encore une fois elle se plongea dans le passé, elle omit de mentionner Dimento, qui s'était senti bien en sa compagnie jusqu'à tomber amoureux d'elle, ce qui lui avait fait peur.

"Viens à moi Vaea.."

Elle ferma les yeux un instant et visualisa la déité de l'eau, qu'elle invoquait près d'elle.

"Vaea, je te présente Mercor, que j'ai délivré du temple du feu."

Elle laissa les deux faire connaissance en quelques mots tandis qu'elle expliqua sa mission à Vaea, qui pourrait tout comme eux discuter en travaillant.

"Vaea, tu as noyé mes murs." Elle eu un sourire après ses propos acusateur dont le trait était volontairement forcé "Peux tu gratter le bas des murs qui a trop prit d'eau ? Après avoir terminé d'enlever le parquet on referra l'enduit."

Elle termina sa tache d'arrachage de parquet et commença à décrocher précautionneusement les lattes saines.


▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
http://arcane.forumactif.fr
Membres
Vaea
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Crédit Avatar : Kohaku ♥
Date d'inscription : 22/08/2013
Messages : 127
Double Compte : ///
Liens vers la fiche : Fiche

RP's

Elément : Eau
Métier : Invocation à plein temps.
Invocateur : Ariez
Inventaire : 500 Tsuris
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #10 écrite Dim 14 Sep - 20:59

J'aurais pu y passer des heures. D'ailleurs, en fait, j'y avais passé des heures par le passé. Des heures, des jours, des mois... Observer les flots était quelque chose dont je ne pouvais me lasser. Et je me disais que, quelque part, une fille d'Ignis y naviguait peut-être. Shase... Où étais-tu en cet instant ? Depuis que je t'avais revu... Je ne pouvais te chasser de mes pensées. Même lors de mes combats, une partie de mon esprit t'était consacré, la partie qui m'exhortait de donner plus de moi-même. J'aurais donné cher pour que l'invocation de feu qu'Ariez avait libéré soit toi. Mais cela ne se pouvait. Alors, j'attendais. J'attendais en face des Océans de revoir ton vaisseau, j'attendais un signe. J'étais la Mer, et je pouvais attendre longtemps. La patience, c'est mon point fort. Alors... Bon vent, Shase, et bonne mer.

Soudainement, et m'arrachant à mes pensées, Ariez tira sur notre lien. La dernière fois qu'elle l'avait fait, c'était pour la protéger de ces pirates, aussi, je me laissais aller sans tarder, préparé à appeler ma magie au moindre contact. Lorsque je rouvris les yeux dans l'Armurerie, une odeur marine et légèrement salée m'accompagnant, je vis tout de suite néanmoins que prendre des précautions étaient inutile, et je renvoyais ma magie dans mes tréfonds : devant moi se tenait un fils d'Ignis, et Ariez. Vraisemblablement, il s'agissait de mon comparse, et je me détendis imperceptiblement, la tension dans mes muscles s'apaisant alors que je m'asseyais sur mes pattes arrières en détaillant le dénommé Mercor, que je ne connaissais pas.

Grand, se tenant sur deux pattes, et arborant deux cornes, il ressemblait quelque peu à une ancienne représentation humaine d'un Démon. Penchant la tête en avant en un salut respectueux, les glyphes sur mon front se mirent à luire d'une couleur aigue-marine, avant qu'elles ne s'apaisent, revenant à leur couleur bleutée sombre des jours ordinaires. Relevant les yeux sur lui, je pris la parole :

- Salutations, Mercor, fils d'Ignis. C'est un plaisir de faire votre connaissance, et j'ose espérer que vous ne serez pas dérangé par notre... Collaboration, poursuivis-je, essayant de choisir les mots justes.

Je me demandais comment lui se sentait en ma présence, sachant qu'à sa place, et devant une invocation de Terre, je ne serais guère rassuré, voire même franchement tenté de lancer un geyser pour expulser l'importun. Pas que toutes les invocations de Terre me faisaient cet effet là, mais j'avais plutôt l'impression que celles que j'avais rencontrées jusqu'à présent prenaient un malin plaisir à me faire sentir comme un inférieur. Me retournant vers Ariez devant ses propos, j'ouvris la gueule, comme pour répliquer, ne sachant trop s'il s'agissait d'une fausse accusation ou d'une véritable source d'ennui. Enfin, plutôt, une véritable source de reproche : à n'en pas douter, les séquelles de la bataille dans cet endroit clôt n'avaient pas causé que du bonheur dans l'esprit de ma maîtresse.

Acquiesçant à ses paroles, songeant que si j'avais pensé à revenir à la boutique juste après la bataille, j'aurais pu en draîner l'humidité avec un de mes sorts, épargnant ainsi le bois. Trop tard, semblait-il, l'eau avait causé d'importants dommages, empêchant des réparations : comme un vaisseau, au bout d'un certains temps passé en mer, il fallait remplacer, et non plus rafistoler. Restait à trouver celles qui étaient en dehors de toute réparation possible, et les séparer des autres. Un travail aisé, mais qui recquérait une attention particulière. Une attention que je pouvais donner tout en parlant, ce que je n'hésitais pas à faire en me relevant et m'étirant légèrement de toute ma hauteur, et juste après avoir trouver une première latte détruite, que je me mis à gratter de mes pattes avant.

- Alors, fils d'Ignis, il ne me semble pas avoir eu le privilège de te rencontrer dans l'Ancien Monde. De quoi étais-tu chargé ? Te plais-tu dans celui-ci ?

C'était, en vérité, et je venais tout juste de m'en rendre compte, la première fois que j'avais l'occasion de discuter sans contrainte avec une autre invocation. L'exception était Shase, mais, je n'avais pas tant discuté de ces choses là avec elle. Et j'allais peut-être pouvoir me faire un avis sur ce que pensaient d'autres demi-dieux de ce petit monde d'Arcane.


Je suis infinie, je suis partout, je vous encercle, je vous suis éternelle.
De tout temps, j'ai existé.
De tout temps, mes profondeurs abyssales vous ont attiré.
Je suis la source de ce que vous appelez la vie.
Je suis la mer.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Modo
Mercor
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Crédit Avatar : Final Fantasy XI
Date d'inscription : 21/08/2013
Messages : 173
Double Compte : Aden
Liens vers la fiche : Fiche
Résumé RP
Elément : Feu
Invocateur : Ariez
Inventaire : 3000 Tsuris
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #11 écrite Dim 21 Sep - 22:30

Je continuais de travailler tout en écoutant Ariez répondre à mes différentes questions. Elle y répondit sans rechigner, visiblement ça ne la dérangeait pas de parler de son passé. Certaines personnes préfèrent passer leur passé sous silence, et rien n’aurait empêché la forgeronne de le faire. Ceci dit elle se prêta au jeu, dévoilant une histoire assez sombre. Il me semblait avoir lu quelque chose sur les Ruines de Necra alors que je dévorais la bibliothèque de Viltys, comme quoi il s’agirait d’un lieu hanté par les esprits des défunts. Cela expliquait certainement pourquoi c’était là que la mère d’Ariez avait choisi d’aller pour tenter de ramener son fils à la vie.

Sa famille était donc maintenant composée de ses deux sœurs et d’elle. Il était assez amusant qu’elles soient si différentes, alors qu’elles faisaient partie de la même fratrie. Elle continua ensuite en parlant d’Invocations, expliquant qu’elle en avait libéré plusieurs mais renvoyé certaines qui préféraient purger leur peine dans la solitude de leurs cellules. C’était quelque chose d’étrange, mais pour le moins intéressant, prouvant qu’elle avait un grand cœur, d’une certaine façon.

« C’est très noble de ta part. Je comprends que mes frères et sœurs ne souhaitent pas servir d’humains, mais je pense que la plupart se moque de savoir ce que leurs Invocations ressentent. »

Par la suite, elle invoqua ladite Invocation. Ce fut une créature semblable à un loup qui apparut dans la pièce, un canidé au pelage bleu foncé disposant toutefois d’attributs rappelant plutôt des animaux marins au niveau des pattes. Différents symboles bleus ornaient celles-ci et son front, montrant bien qu’il ne s’agissait pas d’un loup ordinaire. Je n’ai jamais été en contact avec un enfant d’Aqua depuis ma première libération, mais cela ne me posait pas de réel problème. Après tout, nous avions été libérés par la même personne, je ne courais aucun risque.

« Enchanté de faire cotre conaissance, fils d’Aqua. Et ne vous en faîtes pas pour notre collaboration. »

Je souris en disant cela. Peut-être appréhendait-il ce lien qui nous unissait, maintenant ? Il n’avait aucune raison de le faire, pourtant, alors autant le lui montrer. Nous retournâmes au travail après cela, continuant de retirer les différentes lattes du plancher, plutôt silencieusement. Ariez faisait certains reproches à Vaea, mais je supposais qu’il s’agissait plutôt d’une taquinerie qu’autre chose. Celui-ci me posa aussi une question, et j’y répondis tout en continuant d’enlever les dernières planches.

« Je n’en ai pas le souvenir, en effet. Eh bien, dans l’ancien monde, je devais m’occuper du bon fonctionnement d’un volcan. Cela peut sembler peu, et pourtant, j’avais pas mal de travail pour éviter les problèmes qu’il pouvait engendrer. Quant à ce monde… Et bien, je n’ai pas eu l’occasion de le voir énormément, mais… Disons que je n’ai pas à m’en plaindre pour l’instant. Espérons que ça continue. »

J’enlevais la dernière planche du parquet de son côté, ce qui laissait une bonne partie du sol à nu. Les lattes encore entières étaient empilées dans un coin de la pièce, attendant d’être rangées ou réutilisées.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Ariez
Ariez
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 1833
Double Compte : Aucun.
Liens vers la fiche :
Métier : Armurière
Invocation(s) : Vaea, Mercor
Inventaire :
  • Cape d'invisibilité
  • Mémorium
  • Cristal de mana
  • Sac sans fond
  • Deux pierres de télépathie
  • Une épée à la lame noire
  • 1000 T

Sorts : Tous les pouvoirs. =D
Inventaire▲

Aventure #12 écrite Mar 23 Sep - 18:47

Mercor relata que la plupart des gens se fichait de l'avis de leurs invocations, malheureusement Ariez était bien au courant de cette réalité.

"Je suis une indifférentiste convaincue Mercor, mais la plupart des gens de ma religion s'en servent de prétexte pour être cruel injustement envers vous, moi j'ai un sens morale."

Par la suite, Vaea et Mercor prirent le temps d'échanger quelques mots en même temps qu'ils travaillaient.
Ariez laissa ses deux invocations faire connaissance et tisser des liens. Elle avait peur que leurs éléments posent problème, car elle avait déja lu dans un livre que les invocations de feu craignent les invocations d'eau, cependant il semblait plus unis par leur lien avec Ariez que rivaux de part leur élément. Elle les laissa discuter entre eux sans intervenir, les écoutant parler ensemble d'un monde qu'elle n'avait pu qu'imaginer dans ses rêves. Un monde sans humain, un monde sans soucis.

Ils parlèrent ensuite du nouveau monde. Ariez espérait qu'ils n'aient jamais à se plaindre d'elle. Elle savait bien comme elle avait déjà été dur avec Vaea, l'obligeant à enfreindre toutes les règles, dans ce village de Amèke, mais c'était pour la bonne cause, pour sa mère. En dehors de ce passage de leur vie ou plusieurs jours durant elle avait forcé Vaea à s'inventer espion puis voleur dans un piètre costume de souris, elle estimait avoir été une bonne maîtresse, faisant parfois les mauvais choix mais en poursuivant toujours un but noble. Elle se souvint alors qu'elle avait quelque chose d'important à dire à son invocation, elle s’efforça de ne pas prendre un ton trop grave, bien que la situation le soi, afin de ne pas obscurcir l'ambiance.


"Excusez moi de vous interrompre... Vaea, le remède de magie noire que nous avons volé à Amèke n'a pas guérit ma mère. La Silthucèle non plus, je suis à court de solution il faudra réfléchi à autre chose."

Pendant qu'elle prononçait ces funestes paroles, elle enleva la dernière latte de son coté de la pièce, le sol était à nu. Elle se munit d'un grattoir et enleva les parties devenues friable du mur. C'était une couche peu épaisse impossible à repeindre en l'état, la peinture était partie en lambeau sur le bas du mur, et impossible à reprendre sans l'avoir gratté et enduit pour égaliser le mur.

"Cela vous tenterez t-il d'aller en ville tous les deux, voir un menuisier ? Il y a une dizaine de latte à remplacer, prenez en une bonne avec vous pour que le menuisiez vous fournisse le même bois et la même taille. Tu connais la ville maintenant Vaea, cela vous permettra de discuter tranquillement."

Elle n'avait de toute façon qu'un seul grattoir à sa disposition et n'osait pas leur demander d'utiliser leurs griffes à même le mur pour enlever la partie ruinée. Cela permettrait de plus à Mercor de voir Luh, elle ne savait pas s'il en avait déjà eu l'occasion depuis son enfermement. C'était une belle ville, bien que le paysage sur lequel elle avait été batti devait être plus beau sans elle.

"Il y a une bourse de Tsuris juste là."


▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
http://arcane.forumactif.fr
Membres
Vaea
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Crédit Avatar : Kohaku ♥
Date d'inscription : 22/08/2013
Messages : 127
Double Compte : ///
Liens vers la fiche : Fiche

RP's

Elément : Eau
Métier : Invocation à plein temps.
Invocateur : Ariez
Inventaire : 500 Tsuris
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #13 écrite Mer 24 Sep - 22:57

Ainsi, celui qui serait désormais mon compère servait dans un volcan. Il enchérit immédiatement sur le fait que cette tâche n'était pas banale et anodine, ce à quoi je hochais silencieusement la tête de mon côté. Loin de moi était l'idée de dénigrer son oeuvre. Les travaux que nous avaient confiés les Dieux avaient tous un sens, et, pour ainsi dire, nous étions tous taillés pour l'emploi. Et nous accomplissions tous notre tâche, du moins a priori. J'aimais à penser que dans l'Ancien Monde, rien n'était laissé au hasard, ou plutôt, rien n'était censé être laissé au hasard. L'introduction des hommes, celle qui avait causé notre perte, était de notre fait. Ce qui ne voulait pas dire que je regrettais l'Ancien temps. Non. Au contraire. J'avais depuis longtemps accepté ma peine. Et, ça n'était pas comme si j'étais mal traité. Certes, j'avais été obligé de faire des choses que j'aurais réprimendé fut un temps, comme la pratique d'une magie noire que je ne comprenais pas, mais... Dans l'ensemble, je n'avais pas à me plaindre.

Comme si elle avait entendu mes pensées, Ariez nous interrompus, pour m'annoncer l'échec des différents remèdes sur sa mère. Tous ces remèdes... En vain. Réfléchir à autre chose, certes, mais la question du "quoi" restait entière. Et je n'étais pas encore assez au fait de tout ce qui se déroulait dans ce monde pour proposer des hypothèses. Acquiesçant à sa proposition d'aller en ville chercher un menuisier, j'observais un instant les planches pour être sûrs que nous ne nous tromperions pas, avant de me retourner vers Mercor.

- Mercor, cela t'ennuierais-t-il de prendre la bourse ? A moins que je ne prenne ma forme Humaine, je suis, et bien, forcé de rester sur mes quatre pattes.

Puis, assurant Ariez que nous serions vite de retour, je sortis au-dehors, dans les rues de la ville. Marchant lentement, jetant des coups d'oeils furtifs aux alentours pour assurer mes repères, je songeais à l'étrange duo que nous devions former. Une grande invocation ressemblant à un démon, et un gros loup. Au moins, ça dissuaderait tout imprudent à venir essayer de nous chercher des noises. Ou si un imbécile se risquait à vouloir voler la bourse d'Ariez, il encourerait de sacrés problèmes !

- Alors, Fils du Feu. As-tu récupéré beaucoup de tes anciens pouvoirs ? J'ai sentis très vite les limites des miens pour ma part... dis-je, songeant aux différents combats que j'avais pu effectuer.

Heureusement pas dans ces ruelles étroites, d'ailleurs. Même si j'avais bien été obligé d'inonder l'Armurerie d'Ariez... Mes pouvoirs ne permettant pas vraiment une véritable finesse. Au contraire, dans les grands espaces, je pouvais déchaîner ma puissance, au détriment d'un peu de précision. Parce qu'il était vrai qu'inonder les rues de la ville avait un attrait certain pour parvenir à mes fins éventuelles... Mais à n'en pas douter, mon sort toucherait bien trop de victimes innocentes.

- As-tu déjà visité Lüh auparavant ? demandais-je alors que nous arrivions près de la menuiserie.

Peut-être était-il même venu lors de la création de la ville ! Ou même avant sa création... Oh, que je le bombarderais de question dans ce cas-là...


Je suis infinie, je suis partout, je vous encercle, je vous suis éternelle.
De tout temps, j'ai existé.
De tout temps, mes profondeurs abyssales vous ont attiré.
Je suis la source de ce que vous appelez la vie.
Je suis la mer.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Modo
Mercor
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Crédit Avatar : Final Fantasy XI
Date d'inscription : 21/08/2013
Messages : 173
Double Compte : Aden
Liens vers la fiche : Fiche
Résumé RP
Elément : Feu
Invocateur : Ariez
Inventaire : 3000 Tsuris
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #14 écrite Dim 28 Sep - 16:21

J’étais assez surpris d’entendre Ariez nous interrompre. Elle parla à Vaea d’un traitement qui n’aurait pas fonctionné. La forgeronne semblait assez désolée de dire ça, visiblement elle avait dû fonder beaucoup d’espoirs dans ce traitement et semblait plus que déçue d’annoncer à son Invocation que cela n’avait pas fonctionnait. Cela me peinait aussi, d’une certaine façon. Même si je ne connaissais pas encore énormément Ariez, il est toujours triste de voir quelqu’un déçu ainsi.

Ceci dit, elle changea rapidement de conversation, nous demandant, à Vaea et à moi, si nous voulions aller chez le menuisier chercher de nouvelles lattes pour le parquet. J’eus un petit sourire, cela me ferait plaisir de marcher un petit peu, me promener dans les rues de la capitale. Et visiblement l’autre Demi-Dieu semblait être du même avis, me demandant de prendre la bourse. Je la saisis donc et sortit de la boutique. Je n’étais jamais allé chez le menuisier, alors je me contenais de suivre le loup bleu. Une fois sorti, celui-ci continua de poser quelques questions. Je soupirais.

« Je suis bien d’accord, j’ai l’impression d’être ridicule par rapport au pouvoir que nous avions autrefois. Ceci dit j’ai l’impression d’en avoir récupéré une bonne partie, du moins par rapport à quand j’ai quitté le temple la première fois. »

Il était vrai que j’avais récupéré une certaine partie de me pouvoirs, et me sentais de plus en plus à l’aise. J’étais très loin d’égaler la puissance dont je disposais avant, mais au moins, je n’étais plus dépourvu du moindre sort. Nous arrivâment rapidement chez le menuisier, et je lui expliquai la commande que nous avions, lui montrant une plaque que j’avais amené avec moi. En attendant qu’il prépare les planches, je répondais à la dernière question de Vaea.

« Oui, j’ai déjà eu l’occasion de visiter Lüh. J’ai été libéré avant par un détective privé qui habitait ici, Viltys Copperfield. Malheureusement, il est décédé lors de l’expédition sur l’Île Inconnue. Et toi, tu as été libéré par quelqu’un d’autre ou tu as toujours été au service d’Ariez ? »

Je pris les différentes lattes que le menuisier nous apportait. Encore une fois, Vaea ne pouvait pas les prendre sans se transformer et cela ne me dérangeait pas vraiment. Je payais le menuisier avant de retourner vers la boutique de mon invocatrice. Pendant que nous marchions, je ne pouvais m’empêcher de me poser certaines questions et me dis que Vaea pourrait y répondre.

« Et toi, de quoi t’occupais-tu dans l’ancien monde ? Je dois avouer que je ne fréquentais pas énormément de Demi-Dieux d’eau dans l’ancien monde, je ne connais pas vraiment le genre de tâche qu’on peut vous donner. »

Nous ne mîmes pas longtemps avant de rejoindre à nouveau la boutique d’Ariez. Au moins, sans le parquet et avec le bas des murs abîmés grattés, on avait plutôt l’impression de voir un bâtiment désaffecté qu’un bâtiment en ruine. Cela prouvait que le travail était efficace. Je souriais, posant les lattes dans un coin et rendant sa bourse à Ariez.

« Nous revoila. Il reste de la monnaie, apparemment. Que devons-nous faire maintenant ? »
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Ariez
Ariez
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 1833
Double Compte : Aucun.
Liens vers la fiche :
Métier : Armurière
Invocation(s) : Vaea, Mercor
Inventaire :
  • Cape d'invisibilité
  • Mémorium
  • Cristal de mana
  • Sac sans fond
  • Deux pierres de télépathie
  • Une épée à la lame noire
  • 1000 T

Sorts : Tous les pouvoirs. =D
Inventaire▲

Aventure #15 écrite Dim 28 Sep - 23:13

"Et bien, vous n'avez qu'a combiner vos pouvoirs d'eau et de feu pour me faire un bain chaud."

Elle prit un faux air sérieux avant d'éclater de rire, un rire un peu nerveux mais sincère. Ils étaient rentrés avec les planches comme prévu et se payaient le luxe de ramener aussi un peu d'argent, elle avait à vrai dire cherché un mot comique à dire durant tout le temps ou ils étaient partis, trouvant la situation dans laquelle elle les avait mis -aller faire des courses en ville- assez comique pour leur rang. Mais la réalité revint bien vite, Ariez était vraiment à sec, la dizaine de Tsuris restant dans sa bourse ne lui permettrait pas de racheter beaucoup de chose.

"Rassurez vous je plaisante. Bien que je le meriterais sans aucun doute, j'ai bientôt fini de gratter le bas des murs. Ensuite vous pourrez m'aider à ré-enduire si ça ne vous dérange pas"

Elle attaquait les dernières aspérités du dernier mur, il fallait ensuite enduire, puis poser le parquet, remettre les meubles en place puis se remettre au boulot dans la forge. Il resterait à changer les vitres, mais Ariez n'avait pas assez d'argent pour changer les carreaux, cela devrait patienter le temps que les affaires reprennent. En espérant bien sur que sa longue absence ne lui ait pas fait une trop mauvaise publicité.

Elle réussit finalement à venir a bout du dernier mur, et solicita ses invocations pour lisser le mur avec l'enduit. Elle charga Mercor de deux murs : il possédait une grande taille et de grandes mains, il irait plus vite. Vaea devrait essayer de se débrouiller avec sa gueule, ou bien prendre forme humaine pour s'occuper du mur qui lui était attribué, et Ariez s'occupa du mur restant. Elle sentit le temps interminable, le travail se fit plutôt silencieux, pénible et éreintant. Quand elle eut finit d'enduire, elle se laissa tomber par terre, dans un long soupire, regardant le plafond.


"Je n'en peux plus, j'ai besoin d'une pause...."

Il y avait encore beaucoup de travail pour que son armurerie ressemble à quelque chose.

"Il faudra trouver une solution pour les vitres... Je n'ai pas plus de sous que ce qu'il reste dans la bourse, ce ne sera pas suffisant pour réparer... des idées ?"

Elle releva la tête pour regarder Vaea puis Mercor, avant de la reposer par terre, le sol était très désagréable, posée directement sur la dalle, mais c'était toujours moins douloureux que de rester debout. Tout son corps la faisait souffrir, mais elle essayait de rester forte.


▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
http://arcane.forumactif.fr
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #16 écrite Lun 29 Sep - 16:17

Plume avait traversé la ville en courant, elle ne se souvenait pas avoir vu une armurerie en passant précédemment mais une grande ville comme Luh devint forcement en avoir une ! Elle demanda a des passants, elle ne devait pas perdre de temps car celui ci était retiré directement de l'épreuve. Quelqu'un trouva enfin le temps de lui expliquer comment accéder a la battisse, lui expliquant toute fois qu'elle avait récemment était endommagée. Elle remercia l'inconnu sans le laisser finir. Elle n'avait pas le temps de bavarder.

La jeune femme arriva essoufflée devant la boutique, qui effectivement, semblait avoir subit quelque dégâts récents. Des gravas s'accumulaient par endroits, de veilles lattes brisées ou abîmées jonchait le sol et tout les carreaux semblaient avoir étaient soufflés. Elle s'approcha, cherchant a repérer le ou la propriétaire des lieux. Une jeune femme au cheveux d'ébène semblait couché au centre de la pièce. Il s'y trouvait également des créature, sans doute ses invocation. L'un deux avait l'apparence d'un grand loup au pelage bleuté tandis ce que l'autre ne ressemblait a rien de connu. Plume s'avança, n'osant entrer et s'adressa aux présents :

" Ex...Excusez moi ? "


Elle attendit de capter leur attention et reprit :

" Je me trouve bien a l'armurerie ? Je cherche a me fournir une dague de bonne qualité rapidement et on m'a fortement conseillé de venir ici."


Elle sourit timidement en attendant la réaction de la jeune femme.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Ariez
Ariez
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 1833
Double Compte : Aucun.
Liens vers la fiche :
Métier : Armurière
Invocation(s) : Vaea, Mercor
Inventaire :
  • Cape d'invisibilité
  • Mémorium
  • Cristal de mana
  • Sac sans fond
  • Deux pierres de télépathie
  • Une épée à la lame noire
  • 1000 T

Sorts : Tous les pouvoirs. =D
Inventaire▲

Aventure #17 écrite Lun 29 Sep - 16:38

Ariez eut a peine le temps de souffler qu'une... cliente se présenta chez elle. Elle se redressa doucement, non pas qu'elle se plaise à faire les choses avec lenteur pour leur donner plus d'importance, mais c'était plutôt que son dos la faisait horriblement souffrir. Elle se remis sur ses jambes, tout aussi doucement, ne sachant pas bien comment aborder la situation. Elle lâcha tout d'abord un bonjour, avant de laisser passer quelques secondes de silence et d'observation. Il fallait être vraiment désespérée pour se pointer dans une armurerie en rénovation (pour ne pas dire un peu moins en ruines) en souhaitant à tout prix une dague. Cette personne était peut être en danger et cherchait une arme pour se protéger, ou bien elle voulait tuer quelqu'un... Ho et puis après tout, Ariez se dit : qu'importe, si elle est si pressée d'avoir cette dague, elle achètera bien n'importe quoi.

"Je n'ai plus beaucoup de choix à vous proposer, comme vous pouvez le voir... je me suis fait voler beaucoup d'armes ces derniers temps, il ne doit pas me rester beaucoup de dague."

Elle savait que dans les armes qu'elle avait rassemblé tout à l'heure, elle avait trouvé une dague, belle et assez chère, la seule à avoir réchappé aux voleurs. Si cette personne avait assez d'argent pour la prendre, cela pourrait même permettre de payer les fenêtres ! C'était une aubaine. Elle alla chercher la dague en question :


visuel:
 

"C'est la seule qui soit disponible immédiatement. C'est une belle dague, très équilibrée. Elle allie une bonne force, une bonne résistance, elle est toutefois un peu lourde pour une jeune fille comme vous il vous faudra vous entraîner. Elle coûte 640 Tsuris. Si vous en voulez une autre il faudra commander"

Elle essaya de sonder le visage de sa première cliente post-ruines, et ne sut dire si son argent allait pouvoir assurer son avenir ou si elle allait partir en courant. Elle avait presque envie de demander à Mercor et Vaea de bloquer l'entrée pour l’empêcher de partir sans acheter quelque chose, mais se retint, pour une fois, d'agir si cupidement.


▲ Succès ▲


Dernière édition par Ariez le Lun 29 Sep - 17:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://arcane.forumactif.fr
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #18 écrite Lun 29 Sep - 17:16

Plume regarda la femme se relever lentement. Elle avait l'air épuisée. C’était apparemment bien la propriétaire de la boutique. Cette dernière répondit a sa demande :

"Je n'ai plus beaucoup de choix à vous proposer, comme vous pouvez le voir... je me suis fait voler beaucoup d'armes ces derniers temps, il ne doit pas me rester beaucoup de dague."


La jeune femme s'absenta un instant et Plume resta plantée devant les deux invocations, ne sachant que dire. Elle reprenait lentement son souffle. La demoiselle aux cheveux sombre revint finalement vers elle et lui présenta une dague, l'arme était jolie, finement taillée et son tranchant semblait inusable. Plume sourit.

"C'est la seule qui soit disponible immédiatement. C'est une belle dague, très équilibrée. Elle allie une bonne force, une bonne résistance, elle est toutefois un peu lourde pour une jeune fille comme vous il vous faudra vous entraîner. Elle coûte 640 Tsuris. Si vous en voulez une autre il faudra commander"


Son sourire disparu et la panique la gagna. Elle n'avait dans sa bourse que trois cents Tsuris, ou allait elle trouver le reste dans l'immédiat ? Le poid ne posait pas de souci. Elle s'y ferait quitte a devoir s'entrainer inlassablement jusqu'a en avoir la maitrise parfaite. Son malaise devait etre visible car la femme la regardait avec insistance. Elle prit une grande inspiration et decida d'etre franche avec la jeune femme, Plume ne devait pas perdre d'avantage de temps a refflechir !

" Je n'ai pas cette somme .. Mais peut etre pourrions nous nous arranger ... Je peux vous laisser ce collier en gage."


Elle montra le pendentif que lui avait offert Nael, fin maillage au coeur duquel trônait une magnifique pierre précieuse aux reflets azurés. C’était un déchirement mais elle n'avait pas le choix.

" ... Et vous donner trois cents Tsuris, je vous rembouserais le reste dès mon retour a Luh ? Cela vous irait il ? "


L'incertitude faisait trembler sa voix et la jeune femme n'aimait pas ça. Mais ci c’était la dernière dague alors il la lui fallait par tous les moyens. Et surtout, il la luit fallait rapidement !
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Ariez
Ariez
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 1833
Double Compte : Aucun.
Liens vers la fiche :
Métier : Armurière
Invocation(s) : Vaea, Mercor
Inventaire :
  • Cape d'invisibilité
  • Mémorium
  • Cristal de mana
  • Sac sans fond
  • Deux pierres de télépathie
  • Une épée à la lame noire
  • 1000 T

Sorts : Tous les pouvoirs. =D
Inventaire▲

Aventure #19 écrite Lun 29 Sep - 18:01

Ariez prit lentement le médaillon dans ses mains, observa son éclat. Il semblait bien que c'était une vraie pierre précieuse. Cette jeune fille était donc réellement désespérée, car cette pierre valait sans aucun doute bien plus que les Tsuris qu'il manquait pour payer l'arme. Ariez était donc forcément gagnante. Elle eut un sourire intérieur mais resta impassible face à la jeune femme. Malgré ses cheveux couverts par endroit de poussière et d'enduit, elle faisait semblant de peser le pour et le contre, comme si elle avait le choix. elle prit également l'argent que lui tendait la jeune femme, et recompta tout très attentivement.

"Très bien."

Elle s'empressa de fourrer l'argent et le pendentif dans ses poches ne laissant plus à la jeune femme la possibilité de faire marche arrière, trop heureuse d'avoir cette rentrée d'argent inattendue, bien qu'il faudrait suivre le contrat, et attendre le retour de cette jeune fille pour avoir le reste de l'argent. Elle lui donna donc l'arme.

"Si je ne vous revois pas d'ici deux semaines, je ne garantis rien quand à votre bijoux."

Elle annonça cela tout naturellement, elle ne pourrait pas laisser sa boutique si longtemps sans fenêtre, elle voulait tout réparer au plus vite. Si cette fille tardait à trouver l'argent, c'était tant pis pour elle. Ariez voulait bien faire des compromis mais elle ne pouvait malheureusement pas se permettre d'être gentille.
Une fois la jeune fille partie, Ariez ne put plus contenir sa joie et se tourna vers Vaea et Mercor, qui n'avait pas pu qu'être spectateur de cette vente :


"Les affaires reprennent !"



▲ Succès ▲


Dernière édition par Ariez le Mer 8 Oct - 15:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://arcane.forumactif.fr
Membres
Vaea
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Crédit Avatar : Kohaku ♥
Date d'inscription : 22/08/2013
Messages : 127
Double Compte : ///
Liens vers la fiche : Fiche

RP's

Elément : Eau
Métier : Invocation à plein temps.
Invocateur : Ariez
Inventaire : 500 Tsuris
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #20 écrite Mer 1 Oct - 8:56

Mon sentiment sur la perte de nos pouvoirs était partagé, apparemment. Ni lui ni moi ne nous y retrouvions, et il fallait bien admettre que je me sentais considérablement affaibli par rapport à l'Ancien Temps. Etait-ce une mauvaise chose ? Peut-être pas forcément, quand on savait dans quelles dérives j'avais pu sombrer par le passé. Mais il était évident que la limitation de mes pouvoirs m'empêchait de servir Ariez avec une efficacité effroyable. Si j'étais aussi fort qu'avant... Ha, le pouvoir en place aurait bien du mal à m'empêcher de la mener jusqu'à la tête des nouveaux Hommes. Bien que je doute qu'elle le souhaiterait malgré tout. Mercor poursuivit ensuite sur son ancien maître, un détective, apparemment, décédé aujourd'hui. Et durant une expédition dont je n'avais que trop entendu parler, et dans laquelle j'aurais adoré m'embarquer. Et ainsi, il n'avait pas été libéré dans les premiers stages de cette humanité. Quel dommage... Il fallait que je trouve un demi-dieu qui les avait côtoyé, j'étais sûr que ce serait bigrement intéressant.

- Non, Ariez a été la première humaine à venir me trouver. Et elle a passé haut la main mes épreuves. Durant l'Ancienne Epoque, poursuivis-je, je m'occupais dans les océans. Evidemment pas seul, ma spécialité, c'était les vagues, et tout ce qui s'y rapporte. C'était... Enrichissant.

La fin de notre route coupa court à la discussion, et de retour dans l'armurerie, le travail reprenait déjà. Il n'était pas facile d'enduire ce mur pour moi, qui n'avait pas de bras, mais je parvins à me débrouiller avec mes pattes avant, en me dressant sur celles arrières. Ça n'avait rien d'idéal, et j'aurais pu prendre forme humaine pour mieux aider Ariez, mais... j'avais dans l'idée sa plaisanterie, dont j'étais à peu près sûr qu'elle ne serait pas contre sa réalisation effective. Heureusement pour moi, je ne sentais pas la fatigue physique comme Ariez, ce qui fait que ce fut plus une lassitude de ce travail répétitif qui s'imposât, plus qu'un véritable épuisement. Observant ma maîtresse glisser à terre, elle complètement épuisée en revanche, je ne retins pas un léger grondement. Je n'aimais guère la voir dans cette situation, et il fallait bien faire quelque chose.

A sa question sur les verres, je faillis répondre qu'en menaçant de noyer et de brûler le marchand qui s'occupait de vendre les vitres, j'étais persuadé qu'on en obtiendrait facilement, mais je fus interrompu par l'entrée d'une humaine. Je la toisais avec suspicion (la dernière fois que quelqu'un était entré, la boutique avait subi quelques... menus dégâts), mais je finis par me dire qu'elle ne présentait pas un réel danger. Du moins, pas immédiatement. Ariez se leva péniblement, me tirant un nouveau grondement mécontent —bien que je n'y puisse rien—, mais l'intervention de cette humaine me fit songer à quelque chose. Invitant Mercor à me suivre d'un mouvement discret de la tête, je grimpais à l'étage, jusqu'à la salle de bain.

- Je pense qu'Ariez apprécierait grandement son bain, en fin de compte. Si ça ne te dérange pas de m'aider, Mercor...?

Sans trop attendre de réponse, je lançais mon plus faible sortilège d'eau, ce qui était néanmoins suffisant pour remplir une baignoire. Je n'avais malheureusement pas la capacité d'influer grandement sur la température, mais au minimum pouvais-je m'assurer qu'elle ne serait pas trop salée. Quoique, si Ariez voulait un bain qui ferait office de traitement pour la peau, je pouvais ajouter à l'eau pur un peu de sel marin, mais, pour l'heure, un simple bain conviendrait sans doute. Une fois le tout accompli, je redescendis en silence, comme si de rien n'était. La cliente mettait apparemment en gage un bijou, et Ariez trouvait l'échange équitable, puisqu'elle se tourna vers nous avec un air fort satisfait. Hochant la tête avec un sourire, je la félicitais :

- C'est une bonne chose, cet argent est le début pour remettre sur pieds cette armurerie ! dis-je, laissant éventuellement à Mercor le soin de lui annoncer que son bain était prêt.

Et puis, il fallait encore s'occuper des vitres.

Sort utilisé : Eau 1
Mana restant : 19


Je suis infinie, je suis partout, je vous encercle, je vous suis éternelle.
De tout temps, j'ai existé.
De tout temps, mes profondeurs abyssales vous ont attiré.
Je suis la source de ce que vous appelez la vie.
Je suis la mer.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Modo
Mercor
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Crédit Avatar : Final Fantasy XI
Date d'inscription : 21/08/2013
Messages : 173
Double Compte : Aden
Liens vers la fiche : Fiche
Résumé RP
Elément : Feu
Invocateur : Ariez
Inventaire : 3000 Tsuris
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #21 écrite Mer 8 Oct - 7:29

J’écoutai attentivement Vaea alors qu’il confirmait qu’Ariez était bien la première personne  l’avoir libéré. Il était assez étrange de constater qu’autant d’entre nous n’avaient été libérés que récemment alors que cela faisait plusieurs milliers d’années que les Dieux nous avaient enfermés dans les différents temples. Soit nous sommes trop nombreux pour les Humains, soit la majorité des mortels n’a pas été capable de nous libérer… Ca restait probable, sachant que certains de mes frères n’hésitaient pas à mettre la vie des candidats en péril. Il continua expliquant qu’il s’occupait principalement des vagues des océans, dans l’ancien monde.

« Cela me parait un peu étrange, mais mes frères et moi avions des tâches bien différentes, alors je suppose que c’est normal. »

Nous arrivâmes à l’armurerie juste après, et à peine arrivés, nous nous retournâmes au travail pour enduire abîmés de la boutique. J’avais moins de mal que Vaea, mais mes longues griffes n’étaient pas vraiment pratiques pour ce genre de travail, du moins jusqu’à ce que je les utilise pour étaler l’enduit à la façon d’un pinceau. C’était un petit peu étrange, mais au moins cela marchait. Bien que je doive m’occuper de deux murs, je terminai le travail assez rapidement grâce à cette technique que j’utilisais.

Je terminais juste au moment où une personne rentra dans l’armurerie. Une femme, mince a l’air plutôt fragile. Une cliente ? C’était assez étonnant vu que la boutique était non seulement fermée mais en plus en plein travaux. Ceci dit, cela devait bien arranger Ariez même si elle avait du mal à se lever à cause de la fatigue. Cela faisait de lapeine de voir ça, et je ne pourrais rien faire pour l’aider. C’est pour cela que je suivis Vaea quand il m’appela. Je lui suivis jusqu’à l’étage où se trouvait la salle de bain, et compris ce qu’il voulait faire avant même qu’il ne parle. Je lui réponds quand il m’expliqua tout de même son plan.

« Avec plaisir. Je suis sûr que ça lui fera le plus grand bien. »

Dès qu’il eut lancé son sort d’eau, j’utilisais mon sort de pyrokinésie afin de chauffer l’eau. Je faisais attention à ne pas la rendre brûlante, mais il fallait tout de même qu’elle ne soit pas trop froide. Une fois que la température me convint, j’arrêtais pour redescendre rejoindre Vaea et Ariez. Apparemment, celle-ci avait bien fait une vente mais avait pris un objet en gage car la cliente n’avait pas assez d’argent pour payer sa dague. Celui-ci semblait avoir une grande valeur, la forgeronne ne perdait pas au change si la jeune femme ne revenait pas.

« Vaea a raison, c’est une bonn nouvelle. Tu devrais monter te reposer, on continuera de travailler pendant ce temps. Ton bain tant attendu t’attend. »

J’eus un sourire en disant cela. C’est idiot, mais c’était toujours plaisant de faire plaisir aux gens. Je ne savais pas vraiment ce qu’il fallait faire ensuite, mais on se débrouillerait. Peut-être installer le parquet ? Le sol était de nouveau en état, cela ne devrait pas poser de problème, en théorie. J’attendis tout de même les instructions d’Ariez, n’étant pas sûr de quoi faire.



Mana:
 
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Ariez
Ariez
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 1833
Double Compte : Aucun.
Liens vers la fiche :
Métier : Armurière
Invocation(s) : Vaea, Mercor
Inventaire :
  • Cape d'invisibilité
  • Mémorium
  • Cristal de mana
  • Sac sans fond
  • Deux pierres de télépathie
  • Une épée à la lame noire
  • 1000 T

Sorts : Tous les pouvoirs. =D
Inventaire▲

Aventure #22 écrite Mer 8 Oct - 16:05

"Mon bain ?"

Elle eut un moment d'incompréhension. Avec l'arrivée de cette cliente inespérée, elle n'avait pas du tout vu le manège de Vaea et Mercor à l'étage, et avec toute cette émotion, elle avait complètement oublié sa plaisanterie de tout à l'heure. Mais Vaea et Mercor, eux, n'avaient pas oublié et semblaient très attentifs au bien être d'Ariez. Elle rassembla enfin toutes les informations, et comprit qu'un bain chaud l'attendait vraiment, créé par la magie de deux puissantes invocations, rien que pour elle.

"Oh mais c'est trop ! Comment vous remercier !"

Elle enroula ses bras fatigués autour du cou de Mercor en guise de remerciement, puis calina Vaea à son tour, trop contente d'être traité comme une reine, malgré le fait qu'elle vive dans un taudis. Elle ne se fit pas du tout attendre et fila dans la salle de bain, laissant Vaea et Mercor sans instruction pour la suite. Il faut dire que les travaux lui semblèrent bien lointain à présent. Elle ne se souvenait plus de son dernier bain chaud. Faire chauffer l'eau est long et cher, sa maison n'était même pas équipé pour ce genre de frivolité. C'était dans les châteaux que les nobles et les bourgeoises pouvaient batifoler dans l'eau chaude. Ariez s'engloutit jusqu'au cou dans cette eau divinement bonne. La température était idéale et l'eau était si pure et claire qu'Ariez la sentait l'envelopper comme une seconde peau.

Elle profita de ce moment de détente pour effacer la poussière et l'enduit qu'elle avait sur le corps et les cheveux. Elle se frotta vigoureusement avec un savon assez bas de gamme qui gachait un peu son plaisir, et regretta pendant quelques secondes qu'il n'existe pas un dieu de l'hygiène, ayant créé des filles et fils fait d'odeur parfumé et de bulle de savon. Elle resta dans le bain aussi longtemps qu'elle le put, c'est à dire quasiment jusqu’à ce que l'eau soit redevenue froide. Elle sortie du bain, revigorée, et enfila des habits propres, puis elle retourna voir Mercor et Vaea, elle commença à leur parler en descendant l'escalier :


"C'était vraiment formidable ! Je n'ai jamais connu un tel délice. L'eau était tellement limpide et douce, et la température était idéale !"

Puis elle poussa la porte du rez de chaussé, sans savoir si Vaea et Mercor s'étaient eux aussi accordés une pause.


▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
http://arcane.forumactif.fr
Membres
Vaea
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Crédit Avatar : Kohaku ♥
Date d'inscription : 22/08/2013
Messages : 127
Double Compte : ///
Liens vers la fiche : Fiche

RP's

Elément : Eau
Métier : Invocation à plein temps.
Invocateur : Ariez
Inventaire : 500 Tsuris
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #23 écrite Lun 20 Oct - 23:05

Notre petit stratagème avait fonctionné à merveille. A vrai dire, vu l'air hébété d'Ariez, je me demandais si elle avait vraiment assimilé ce que nous venions de dire. Fort heureusement, elle se sortit bien vite de sa torpeur pour nous remercier, et je remarquais du coin de l'oeil le petit sourire de Mercor, un petit sourire que j'arborais également. Notre "mission" était un succès total. Ariez était cependant si pressée de monter à l'étage qu'elle ne nous donna aucune instruction. Cependant, il ne fallait pas être un génie pour se douter de l'étape suivante, consistant à remettre le plancher en place. Pour ce faire, encore une fois, il aurait été plus pratique pour moi de prendre forme humaine, mais je me retins. Je ne voulais pas être pris au dépourvu si de nouveaux kidnappeurs venaient à arriver... C'est donc dans ma gueule que je pris les lattes, les déposant avec précaution aux endroits prévus, sans cesser de parler à Mercor, toutefois.

- Je crois qu'elle était très contente, merci de ton aide Mercor. Je crois que nous allons faire une très bonne équipe. dis-je, avant de saisir une première latte.

Ce travail n'était pas forcément laborieux, juste un rien compliqué. Mais ça ne me fatiguait pas, je sentais juste une légère sensation dans mes crocs, qui peinaient à tenir la planche, mais je n'avais pas à la garder longtemps dans ma gueule, fort heureusement.

- C'est assez amusant, tout de même, de constater que nous avons été libérés à la même époque, et jamais auparavant. Peut-être est-ce un signe que cette époque est importante... A vrai dire, je ne sais pas ce qui me pousse à croire que les Dieux sont encore présents, et nous surveille toujours, mais... J'ai du mal à croire qu'Aqua nous ait tous abandonnés ainsi, pour ma part.

Aqua... Elle était si gentille avec nous. Et terrible, aussi, mais comment croire à une entente absolue entre les Quatre ? N'y en avait-il pas un qui pensait qu'ils avaient été trop durs avec nous ? Peut-être, mais il était presque certain que peut-être pas. Ils avaient tout simplement cessé d'intervenir. Comme auparavant. Sauf que nous n'étions plus que l'ombre de nous-mêmes, l'ombre de notre puissance passée. Ça me manquait, tout de même.

- Je me rappelle quand nous avions créé les premiers Humains... Je n'arrive toujours pas à me décider sur si je regrette mon choix d'alors.

Penant que le nous parlions, le travail se poursuivait, et très vite, la dernière planche fut installée avec soin, ce qui nous permit de reprendre la conversation plus aisément —et surtout pour moi.

- J'avoue ne pas avoir l'ombre d'une idée pour réparer ces vitres. Ou pas sans argent, en tous cas. Peut-être que nous pourrions essayer d'en trouver ailleurs...

La conversation se poursuivit donc tranquillement, mais, pas pour longtemps, puisque Ariez revint justement, et nous retrouva donc dans son Armurerie presque rénovée.


Je suis infinie, je suis partout, je vous encercle, je vous suis éternelle.
De tout temps, j'ai existé.
De tout temps, mes profondeurs abyssales vous ont attiré.
Je suis la source de ce que vous appelez la vie.
Je suis la mer.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Modo
Mercor
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Crédit Avatar : Final Fantasy XI
Date d'inscription : 21/08/2013
Messages : 173
Double Compte : Aden
Liens vers la fiche : Fiche
Résumé RP
Elément : Feu
Invocateur : Ariez
Inventaire : 3000 Tsuris
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #24 écrite Mar 21 Oct - 8:50

Mon sourire grandit quand Ariez comprit ce que je voulais dire. Visiblement, elle ne s’y attendait absolument pas, ce qui rendait la surprise encore plus agréable. Il était toujours sympathique de rendre quelqu’un heureux, surtout quand il s’agissait simplement de petites attentions. Et apparemment, cela fit énormément plaisir à la forgeronne qui ne tarda pas à monter à l’étage pour pouvoir profiter de ce fameux bain, nous laissant, Vaea et moi, sans la moindre instruction pour continuer les travaux.

Ceci dit le loup bleu n’attendit pas vraiment d’ordre pour aller saisir les planches du parquet, me parlant toujours. J’eus un nouveau sourire en l’entendant parler de notre équipe fraichement formée. Cela faisait du bien de côtoyer un autre Demi-Dieu, l’air de rien, contrairement à ma précédente libération où j’étais la seule Invocation de Viltys. Ce n’était pas quelque chose d’essentiel, mais c’était plutôt agréable.

« Oui, j’en suis certain. D’ailleurs, nous devrions continuer. »

En disant cela, je prenais le temps de fixer à nouveau chaque latte que Vaea disposait. Nous n’avancions pas extrêmement vite, mais le travail était bien fait, ça c’était sûr. Le loup conversait toujours, s’amusant du fait que nous n’ayons été libérés que maintenant. Il était vrai que c’était quelque chose d’assez étonnant, il s’était bien écoulé plusieurs milliers d’années entre notre emprisonnement et notre libération.  

« Je n’y avais jamais pensé, mais c’est possible, oui. Mais je suppose que seul le temps nous le dira. Personnellement… Je ne sais pas vraiment quoi penser des Dieux. Ce qu’ils nous ont infligé est une punition, et elle n’aurait du sens que si elle était éternelle. »

Cela me dérangeait d’en parler, j’avais l’impression de médire sur mon père. Mais pourtant, j’en étais persuadé : soit les Dieux nous observaient sans vouloir intervenir, soit ils nous avaient totalement abandonnés à notre sort. Mais pour moi, une chose était sûre : cette punition se devait d’être éternelle, ou elle ne serait levée que lorsque nous ne vivrions plus. Même si nous sommes immortels, cela reste au bon vouloir des Dieux, et il était peu probable qu’ils nous donnent une nouvelle chance après l’erreur que nous avions commise.

« Je dois avouer que je n’arrive pas à me décider non plus. Pour toutes les mauvaises décisions qu’ils prennent, il y a toujours une action, une personne qui me fait dire que ce n’était peut-être pas une mauvaise idée. »

Je fixai la dernière latte en disant cela, avec un petit sourire. La création des humains… Généralmeent, j’évitais d’y penser. Après tout, il était trop tard pour regretter maintenant, d’autant plus que j’avais activement participé à leur création. Je m’apprêtais à répondre que je ne savais pas non plus quoi faire concernant les vitres quand Ariez redescendit. Je lui souris en la voyant.

« Je suis content que le bain t’ait plu. Nous avons avancé pendant ce temps-là. »

Regardant les vitres brisées, je cherchais encore une solution. Il devait bien y avoir quelque chose que nous puissions faire pour ces fichues fenêtres…
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Ariez
Ariez
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 1833
Double Compte : Aucun.
Liens vers la fiche :
Métier : Armurière
Invocation(s) : Vaea, Mercor
Inventaire :
  • Cape d'invisibilité
  • Mémorium
  • Cristal de mana
  • Sac sans fond
  • Deux pierres de télépathie
  • Une épée à la lame noire
  • 1000 T

Sorts : Tous les pouvoirs. =D
Inventaire▲

Aventure #25 écrite Jeu 30 Oct - 15:45

Ariez eut la joie de voir l'armurerie pratiquement retapée, encore plus belle qu'avant avec son nouveau parquet. Elle afficha un grand sourire en même temps que son regard balaya la pièce. Mercor et Vaea avaient vraiment fait du bon travail. Avec leur aide, elle remit ensuite en place tous les meubles, qui reposait jusque là sagement à l'extérieur. Les étagères avaient besoin de quelques rénovations mineures, entre les planches de bois mal fixée et les vestiges des vitres sur les vitrines. Trop pressé pour se reposer, elle prit un marteau, quelques vis, et refixa rapidement quelques étagères sur les présentoirs. Pour eux aussi certaines vitres étaient cassées, elle sollicita Vaea et Mercor pour enlever les vitres cassées complètement.

"Pour les vitrines tant pis si on en répare pas tout de suite le verre. C'est moins grave que sur les fenêtres. Je ferais plus attention au vol, voila tout. Nous avons d'ailleurs eut de la chance que le ciel soit clément ces derniers temps."

L'humidité s'infiltrant par les fenêtres et aurait bien vite fait de faire moisir l'armurerie, heureusement pour le moment ce n'était pas le cas, mais à l'approche du mauvais temps qui s'annonçait, il fallait vite trouver quelque chose.

"Je vais essayer d'aller voir ma soeur, je ne pense pas que ça nous avancera beaucoup mais il faut bien commencer par quelque chose."

Elle s'absenta en les laissant continuer à racommoder les présentoirs de l'armurerie le temps qu'elle revienne. Cela ne tarda pas trop, et comme elle l'imaginait, elle revient bredouille. Quand ses invocations la regardèrent revenir, elle se contenta de faire un signe de tête.
Elle manquait vraiment d'argent, et si la jeune fille ne revenait pas, Ariez devait rapidement vendre le bijoux, mais elle avait certifié qu'elle attendrait un peu. Ariez pouvait-elle attendre assez longtemps ? Une idée lui vint mais cela ne faisait que déplacer le problème :

"On pourrait remplacer les vitres du bas par celle du haut, c'est l'étage qui serait plus exposée à l'humidité, mais au moins on pourrait ouvrir la boutique, pour avoir des sous, pour acheter de nouvelles vitres."

Cela lui sembla une fausse bonne idée mais elle lança un regard curieux à Vaea et Mercor, curieux de savoir ce que leur sagesse millénaire en penserait.


▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
http://arcane.forumactif.fr
 

Une vie à reconstruire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» 510 millions de dollars pour reconstruire Carrefour-Feuilles
» Comment reconstruire la société haïtienne ?
» « Et si avec des Si on pouvais reconstruire ma vie.. » Rony.
» Des idées pour la reconstruction
» Reconstruire aussi les structures de formation scolaire et universitaire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Lüh :: Rue Commerçante :: Armurerie-