Top-Sites

Votez toutes les deux
heures ♥

Fermer
Ouvrir Juste un peu de patience ...
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Juste un peu de patience ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Membres
Vaea
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Crédit Avatar : Kohaku ♥
Date d'inscription : 22/08/2013
Messages : 127
Double Compte : ///
Liens vers la fiche : Fiche

RP's

Elément : Eau
Métier : Invocation à plein temps.
Invocateur : Ariez
Inventaire : 500 Tsuris
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

MessageSujet: Juste un peu de patience ...   Ven 23 Aoû - 11:09

L'attente.

C'est le froid qui me réveilla ce matin. L'eau était fraîche, bien plus que la veille. Ce n'était pas pour me déplaire, cela changeait un peu mes habitudes. L'obscurité ambiante ne me donna aucun indice sur le temps qu'il pouvait faire dehors, ni sur la saison, encore moins sur l'année. J'avais perdu toute notion du temps, et je n'étais même pas sûr de reconnaître le monde extérieur quand... non, si je sortais d'ici.

Depuis tout ce temps, je me disais que quelques de mes frères devaient avoir été libérés... c'était impossible que les Humains restent impassibles devant nos Temples. Les Dieux l'avaient prévu. N'est-ce pas ?

Mais alors, pourquoi personne n'était venu ? Je n'avais pas entendu un seul pas ou un seul bruit extérieur me prouvant de l’existence d'une vie dehors. Certes, ma cellule se trouvait en bas d'un escalier obscur qui pouvait décourager certains Hommes, mais pourquoi n'y avait-il pas eu un seul courageux pour venir juste ouvrir la porte de l'escalier ? Car je percevais tout. Ma conscience s'étendait de la salle d’Épreuve, jusqu'à la porte de l'escalier. Pendant des millénaires, pas un n'était venu.

Renonçant à ressasser plus longtemps ces questions devenues quotidienne, je me recouchais sur le flanc pour tenter d'attraper le sommeil. Il ne vint pas.

Une autre journée passa, morne et semblable aux autres, à toutes les autres. Après avoir plongé jusqu'au fond de mon bassin, j'étais allé à la porte de ma cellule, et m'étais mis à gratter furieusement le battant. Des traces de griffes plus anciennes le marquaient déjà, mais elles remontaient à loin... Presque à mon arrivée ici. Autant dire que cela faisait longtemps que je n'avais connu une telle rage impuissante. Après m'être débattu avec fougue, j'abandonnais, haletant et désespéré. Je m'allongeais sur le rebord de la porte, sur de la pierre dure et froide, et m'abandonnais au sévices du sommeil.

La nuit fut longue et agitée. De longs hurlements s'élevèrent de tous côtés, des bêtes criaient de rage sur une mer déchaînée. Je nageait sur une vague et tentait de résister contre le courant qui me poussait toujours vers l'avant. Bien sûr, la lutte était inégale. Nul ne pouvait résister à la mer, et encore moins à ses Furies, et la plupart du temps, cela valait mieux de se laisser emporter par les vagues. Ce que je fis, heureux d'avoir le sentiment d'être libre. Même au milieu de ce décors apocalyptique. La tempête grondait, et un Démon menait la danse, enveloppé dans des nuages remplis d'éclairs foudroyants. Le Démon regarda soudain dans ma direction, et les bêtes hurlèrent de plus belle. Il eut un méchant sourire et envoya un éclair dans ma direction. Je le reçus en plein cœur, et la douleur fusa immédiatement, intolérable.

J'ouvris aussitôt les yeux. La douleur était bien réelle. Elle pulsait partout dans mon corps, comme si l'on m'avait arraché une épine du cœur. Cela ne pouvait signifier qu'une chose. L'excitation m'envahit en même temps que l'incrédulité. Je vérifiais. Non, ce n'étais pas un rêve. La porte en haut de l'escalier obscur venait de s'ouvrir. Quelqu'un approchait. Quelqu'un. Pour me libérer ? Peut-être, sans doute même. Mais c'était impossible... Après tout ce temps... Quelqu'un était venu. Quelqu'un était vraiment venu !

J'avais du mal à y croire, et pourtant la preuve était là, sous mes yeux. Toute douleur me quitta, remplacée par une intense chaleur. Un sourire me vint aux lèvres. Je ne distinguait pas bien l'inconnu, mais je pourrais très bientôt le voir de plus près, si mes espoirs se réalisaient.

Le nouveau venu s'arrêta devant la première porte, cherchant comment l'ouvrir. Je savais que c'était à moi de parler, de dire ce pourquoi je m'étais préparé pendant des siècles, mais aucun mot ne sortait de ma bouche. Ma mémoire se vida d'un coup, et mes discours soigneusement préparés disparurent.

Et lorsque je parlais, je débitais des propos venu tout droit du fond de mon âme.

- Le silence a depuis trop longtemps hanté ces lieux. Si vous êtes là à la recherche de trésors ou de gloire, cet avertissement sera le dernier : passez votre chemin. Si vous êtes là en revanche en quête de connaissances et de liberté, je serais votre hôte. Mais mon esprit n’est pas au repos pour les questions qui persistent. Je vais en poser… et vous allez répondre.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Ariez
Ariez
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 1824
Double Compte : Aucun.
Liens vers la fiche :
Métier : Armurière
Invocation(s) : Vaea, Mercor
Inventaire :
  • Cape d'invisibilité
  • Mémorium
  • Cristal de mana
  • Sac sans fond
  • Deux pierres de télépathie
  • Une épée à la lame noire
  • 1000 T

Sorts : Tous les pouvoirs. =D
Inventaire▲

MessageSujet: Re: Juste un peu de patience ...   Ven 23 Aoû - 11:10

Le bateau arpentait les rivages d'Arcane, semblant se laisser porter par le courant. Mais Ariez espérait que ce n'était pas le cas et que le capitaine qu'elle avait payé pour l'emmener vers le temple de l'eau savait comment naviguer. Habituellement, elle aurait probablement fait la route à pied, mais après avoir failli mourir dans le désert, elle se refusait de le retraverser, ne serait-ce que quelques heures. Le fait qu'elle aille à la rencontre d'une invocation d'eau n'était pas anodin, elle avait besoin du pouvoir de l'eau pour arriver à son but... Elle n'avait encore rien dit à sa soeur, Mujin, la seule à être assez mûre et guerrière pour affronter avec elle cette nouvelle épreuve.

La mère d'Ariez était envahie d'un mal qui la transformait en une créature emplie de ténèbres et de haine, et elle avait plusieurs idées pour mettre en péril ce mal qui s’immisçait en elle. L'un de ses projets, assez fou, la ferait traverser une bonne partie de l'île, affronter de dangereux monstres dans le but d'obtenir un remède assez fort pour soigner l'être aimé. La nature exacte de sa quête sera conté plus tard, quand Ariez pourra compter sur une invocations assez forte et assez fidèle pour réussir cette mission qu'elle s'était donné, laissant ainsi de coté sa petite armurerie, laissant même un peu tomber ses rêves, dans un but bien plus grand et noble.

Elle se rendait bien compte de l'ampleur de sa tache, et contemplant l'horizon, elle songea à l'avenir avec confiance. Tout semblait clair et simple dans son esprit, n'envisageant pas tous les obstacles qui lui barreraient la route. En premier, celui de l'épreuve de l'invocation.

Plusieurs jours de bateaux furent nécessaire avant d'y arriver, n'ayant pas le pied marin elle se retrouva vite malade et sentit un puissant soulagement l'envahir quand elle posa enfin le pied au sol. Elle paya les marins pour qu'ils aient la patience de l'attendre. Elle songea qu'une invocation d'eau serait heureuse de pouvoir faire entièrement le voyage retour en nageant dans l'Océan.

Elle était déjà venue ici auparavant, et avait déjà poussé les lourdes portes de ce temple, elle entra et sentit à nouveau la même sérénité envahir les lieux. Tout semblait si calme et serein ici, pourtant derrière chaque porte se cachait une créature millénaire enfermée dans une cage, à attendre d'être utilisée. Elle prit au hasard des chemins qui s'offraient à elle un escalier sombre qui menait vers le bas. Intriguée par ce sombre décor, elle emprunta les marches en se disant qu'elle pouvait toujours faire marche arrière, mais une fois le premier pas fait, elle sentit comme une force très attirante qui lui fit tout descendre jusqu'à la porte, qu'elle ne sut comment ouvrir. Elle chercha un mécanisme quelconque mais il semblait qu'ouvrir cette porte était son premier défis. Une voix raisonna et lui proposa de répondre à des questions, elle fut impressionnée par cette voix forte venue la mettre à l'épreuve, et finit par répondre, sur un ton déterminé :


"Mes intentions sont pures. Je souhaite le pouvoir divin pour arpenter ce monde à la recherche du remède contre le mal qui dévore une personne chère à mon cœur, et je suis prête à répondre à vos questions."
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
http://arcane.forumactif.fr
Membres
Vaea
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Crédit Avatar : Kohaku ♥
Date d'inscription : 22/08/2013
Messages : 127
Double Compte : ///
Liens vers la fiche : Fiche

RP's

Elément : Eau
Métier : Invocation à plein temps.
Invocateur : Ariez
Inventaire : 500 Tsuris
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

MessageSujet: Re: Juste un peu de patience ...   Ven 23 Aoû - 11:12

"Mes intentions sont pures. Je souhaite le pouvoir divin pour arpenter ce monde à la recherche du remède contre le mal qui dévore une personne chère à mon cœur, et je suis prête à répondre à vos questions."

Les paroles prononcées par la jeune femme étaient claires, et dénuées de toute appréhension. Le fait qu'elle soit venue dans le but d'aider autrui me réjouit intérieurement. Je sus ainsi qu'elle n'était pas comme les Humains que j'avais quitté, c'est-à-dire, égoïste et sans respects des anciennes valeurs, qui avait fait leur grandeur...

J'allumais de petites sphères de lumière situées sur les deux côtés de la porte afin de mieux distinguer la nouvelle venue.

A peu près de ma taille et toute en souplesse, je pense qu'on peut dire qu'elle est jolie, du moins si les critères d'évaluation de la beauté n'ont pas évolué durant mes années d'emprisonnement... Ses habits sombres contrastent avec la pâleur de son visage, et on peut lire dans ses yeux une détermination et une compassion incroyable. Elle a l'air assez jeune, mais je ne saurais l'affirmer, tant sa maturité transparaît à-travers sa posture et son regard.

"Bien. Je me nomme Vaea, dis-je en chassant définitivement les derniers relents de douleur. En pénétrant dans mon antre, tu as créé un lien avec moi. Si tu veux me libérer, tu devras en créer six autres. Sept liens... Pour n'en former qu'un seul. Sept liens... Pour ma fidélité éternelle.

Je vais d'abord te poser deux questions. Tu devras les résoudre...dans le temps imparti. Si tu y réponds correctement, tu obtiendras deux nouveaux liens avec moi. Et j'ouvrirais la porte. Après... Nous aurons le temps d'y revenir.

Voilà mes questions :

Je suis ce que les loups crient à la face décharnée de la Lune, ce que les oiseaux hurlent dans les bourrasques de vents, je suis enfin ce que les requins affirment en nageant dans les profondeurs abyssales... Je suis ce que l'Homme a toujours cherché, au fond de lui. Les poètes m'ont dédié des odes, et les philosophes m'ont toujours défendus. L'autorité des contrées en privent parfois ceux qui transgressent leurs lois. Les tyrans m'ont toujours interdite. Je suis ce que je ne suis pas encore.

On me trouve dans les livres, chez les sages, ou même dans la nature. Je suis dans la nature, et ce n'est que grâce à moi que les êtres vivants peuvent espérer évoluer. Je suis infini, et nul ne peut espérer me posséder toute entière. On m'apprend aux jeunes enfants, afin que eux aussi puissent l'enseigner à leur tour. Je suis ce que je cherche perpétuellement.

Qui sommes-nous ?

Voilà, humaine, bonne chance. Ah, et j'oubliais : tu as jusqu'à ce que cette antichambre soit remplie d'eau.


Sur ce, j'ouvris les vannes de la pièce et l'eau commença bientôt à s'écouler. Elle devrait avoir largement assez de temps, d'ailleurs ce n'était pas tant pour la forcer à se dépêcher que j'avais ouvert les vannes, mais plus pour me soulager lorsque la douleur créée lors de la création des deux derniers liens fuserait en moi. Je me demandais si elle aussi sentirait la création des liens... Il faudrait que je lui demande à l'occasion. Tout comme de me montrer ce nouveau monde... Un monde entièrement recréé. Avec de nouveaux Hommes. De nouvelles créatures. De nouveaux paysages...Tant de savoir à portée de main ! Quel bonheur !
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Ariez
Ariez
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 1824
Double Compte : Aucun.
Liens vers la fiche :
Métier : Armurière
Invocation(s) : Vaea, Mercor
Inventaire :
  • Cape d'invisibilité
  • Mémorium
  • Cristal de mana
  • Sac sans fond
  • Deux pierres de télépathie
  • Une épée à la lame noire
  • 1000 T

Sorts : Tous les pouvoirs. =D
Inventaire▲

MessageSujet: Re: Juste un peu de patience ...   Ven 23 Aoû - 11:12



L'invocation qui serait peut être bientôt la sienne se nommait Vaea, mais sa forme ressemblait plus à celle d'un loup qu'a celle d'un poisson et cela étonna assez la jeune fille qui ne s'attendait pas à voir une telle fourrure chez une invocation d'eau. Des écailles, une peau lisse ou visqueuse, des branchies, voila ce qu'on s'attend à trouver chez une invocation d'eau, mais celle ci semblait pouvoir s'adapter au milieu terrestre comme au milieu aqueux, ce qui devait être sans doute un gros avantage face à toutes ses invocations obligées d'adapter leur nageoire au mode de vie des humains.

Pour l'instant, là n'était pas la question, elle avait à résoudre deux énigmes. Elle retint un petit soupir, les invocations qui allait la voir semblait se passer le mot qu'elle n'aimait pas ça. Et le temps semblait de plus limité. Après cette épreuve, beaucoup d'autre encore l'attendrait, l'invocation parla de lien, Ariez ne compris pas tout ce qu'il voulait dire, mais ne s'attarda pas plus dessus pour le moment.

Elle prit attentivement note des énigmes, et commença à y réfléchir, torturant encore une fois son cerveau face à des énigmes qui, comme à chaque fois, lui semble n'avoir aucune solution puis mille, tant elles sont vagues et précises à la fois.


* Un loup face à la Lune ? Je ne pense pas que "Hawou" soit la bonne solution, et puis ça ne colle pas avec les oiseaux qui font cuicui ...*

Comme souvent elle décida de ne pas se fier aux métaphores avec les animaux et se contenta des indices plus concret donnés par l'énigme, Les poètes m'ont dédié des odes, et les philosophes m'ont toujours défendus. L'autorité des contrées en privent parfois ceux qui transgressent leurs lois. Les tyrans m'ont toujours interdite, elle ne voyait qu'une chose qui concordait avec tout ça: la liberté. Cela se confirma avec la dernière phrase, je suis ce que je ne suis pas encore, Vaea devait parler de lui, qui n'était pas encore libre.

Reste à trouver maintenant la seconde énigme. Après avoir trouvé la première, cela lui sembla plus facile, il devait s'agir d'un autre concept dans le même genre que la liberté, et en y réfléchissant, elle déduisit qu'il pouvait s'agir de la connaissance, même si elle se dit que la sagesse était aussi un choix possible.


"La première est la liberté, la seconde est la connaissance."

Elle pensait avoir bon, il lui restait maintenant d'autres épreuves à franchir, et elle espérait que ce ne soit plus des devinettes ou des énigmes.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
http://arcane.forumactif.fr
Membres
Vaea
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Crédit Avatar : Kohaku ♥
Date d'inscription : 22/08/2013
Messages : 127
Double Compte : ///
Liens vers la fiche : Fiche

RP's

Elément : Eau
Métier : Invocation à plein temps.
Invocateur : Ariez
Inventaire : 500 Tsuris
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

MessageSujet: Re: Juste un peu de patience ...   Ven 23 Aoû - 11:16

L'humaine réfléchit un instant, tandis que je me crispais discrètement pour tenir face au choc de la création des liens.

Les réponses, cependant, ne se firent pas attendre.

"La première est la liberté, la seconde est la connaissance."

Je me sentis lourdement chuter lorsque survint la première explosion de douleur, suivie de près par la seconde. Je n'avais plus aucune conscience du monde extérieur, et je restais prostré pendant un moment qui me parut interminable. Mes oreilles sifflaient, et mon corps était comme engourdi.

Au bout d'un moment, l'eau me redonna de la force et je pus relever timidement la tête. L'humaine était toujours là, attendant que je reprenne la parole.

- C'est...exact, dis-je d'une voix hachée par la souffrance. Tu peux donc... progresser.

J'ouvris doucement la porte et la laissait pénétrer dans la Salle d’Épreuve. Je lui laissait le temps de découvrir la pièce, qui consistait en un énorme bassin, au fond duquel brillait une petite clé aux reflets bleutés. Je repris mon souffle et mes esprits avant de reprendre.

- Bien. Ceci est ta dernière épreuve, et certainement la plus difficile.

Ton but dans cette épreuve sera de récupérer la clé que tu dois apercevoir au fond. Cependant, dès que tu entreras dans l'eau, une vague se formera derrière toi, et, si celle-ci atteint la clé avant toi, la clé sera détruite.

Si tu trouves le moyen de récupérer la clé avant la vague, tu trouveras au fond du bassin un passage qui te mèneras jusqu'à ma cellule. Néanmoins, je doutes que tu puisses retenir ta respiration sur tout le trajet. Il te faudra donc trouver un moyen de propulsion pour t'y aider.

Sache que les deux épreuves sont liées, et que tu ne peux réussir l'une sans l'autre. Quand tu attraperas la clé, tu formeras un autre lien. Et lorsque tu atteindras ma cellule, un cinquième. Le sixième consistera simplement à m'ouvrir. Et quant au septième, et bien, je te laisses le soin de le découvrir par toi-même.

Une nouvelle fois, bonne chance humaine. N'oublie pas que tu n'as droit qu'à un essai. Donc, prend ton temps et sois sûre de toi avant de te lancer."
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Ariez
Ariez
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 1824
Double Compte : Aucun.
Liens vers la fiche :
Métier : Armurière
Invocation(s) : Vaea, Mercor
Inventaire :
  • Cape d'invisibilité
  • Mémorium
  • Cristal de mana
  • Sac sans fond
  • Deux pierres de télépathie
  • Une épée à la lame noire
  • 1000 T

Sorts : Tous les pouvoirs. =D
Inventaire▲

MessageSujet: Re: Juste un peu de patience ...   Ven 23 Aoû - 11:16

La voix de l'invocation prenait un ton bizarre, on sentait une souffrance dans sa voix. La réussite des épreuves lui faisait-elle mal ? Fallait-il qu'il souffre encore une fois avant d'être arraché à cette prison ? C'était peut être ça les liens, nouer quelque chose de si fort qu'il souffrirait jusqu'au coma s'il enfreignait une règle imposée par son futur maitre. Si c'était bien le cas, Ariez trouva ça cruel. La pièce dans laquelle Ariez put entrer était un bassin, dans lequel se trouvait une clef, et ensorcelé de telle sorte qu'une vague se créerait dès qu'elle y entrerait. Ariez n'aimait pas beaucoup l'idée de devoir plonger sous l'eau, elle n'était pas une très bonne nageuse et était encore une plus piètre apnéiste, mais c'était le principe des épreuves, il fallait qu'elle donne le meilleur d'elle même, voir qu'elle se surpasse, et c'est bien ce qu'elle comptait faire.

L'épreuve semblait difficile, elle ne pouvait pas risquer que la vague détruise la clef, aussi envisagea t-elle de récupérer la clef sans entrer dans l'eau, elle pensait ne pas pouvoir compter sur sa capacité à nager rapidement jusqu'au fond. Elle envisagea donc de pécher la clef, elle ne savait pas si c'était possible, mais se dit qu'elle aurait au moins une chance de récupérer la clef sans que celle ci soit détruite. Elle n'avait pas beaucoup de matériel à disposition, aussi improvisa t-elle quelque chose. Elle effila ses habits, récupérant les fins fils noirs dont il était tissé, et les noua entre eux de façon à obtenir une longue ficelle. Elle accrocha au bout de cette ficelle une épingle à cheveux, qu'elle déplia de façon à en faire un crochet, espérant que cet accessoire servant à la coiffure serait assez résistant pour supporter le poids de cette clef. Finalement, elle utilisa son épée comme le bâton d'une canne à pèche. Sur le bout de son épée se trouvait un anneau sur lequel elle fixa la corde. Sa canne à pèche une fois finie, d'aspect très rudimentaire, il ne restait plus qu'a essayer. Elle jeta la ficelle à l'eau, à son grand désarroi, l'épingle à cheveux flotta. Il fallait la lester si elle voulait espérer pouvoir arriver jusqu'au fond. Elle ramena donc la ficelle de son coté, et accrocha sa bague, celle ou était gravée le nom de ses soeurs, afin de lester la ficelle. Elle refit une tentative, le tout coula lentement vers le fond. Un bon mètre séparait la clef de sa canne à pèche, et l'exercice allait être difficile. Elle se rapprocha autant qu'elle le put du bord, s'accroupit et tendit les bras aussi loin qu'elle le put afin de faire gagner de la longueur au fil. Elle était à présent assez proche de le clef, mais sa position était inconfortable et elle avait très peur de tomber si la fatigue commençait à venir.

Elle fit énormément de tentative pour passer l'épingle à cheveux dans la clé, et ainsi la ramener à elle, de longues minutes se passèrent sans qu'elle n'obtienne le moindre résultat. Ses bras commençaient à être douloureux, et elle se dit qu'elle devrait peut être opter pour une autre stratégie. Cependant c'est quand elle voulut abandonner qu'elle sentit l'épingle à cheveux se bloquer dans la clef, sans doute un coup de chance, mais Ariez n'allait pas s'en plaindre. Elle fit preuve d’énormément de délicatesse pour ramener la clef sans la faire tomber, elle vit avec fierté la clef sortir de l'eau sans qu'elle ait eu besoin d'y entrer, elle la rattrapa et s'éloigna du bord. Elle vit dans le fond une porte s'ouvrir, il faudrait sans doute qu'elle s'aide de la vague pour obtenir l'impulsion nécessaire dont il avait parlé.

Elle se prépara autant qu'elle le put, prenant de grandes inspirations comme pour entrainer ses poumons à se priver d'air. Gardant la clef bien en main, elle finit par s'élancer et fit un magnifique plongeon. Comme elle était partie du bord, elle sentit directement la vague se former et la pousser droit vers le fond, elle s'engouffra alors directement dans le passage, nageant aussi vite qu'elle le put pour sortir de cet environnement sans oxygène, elle finit par apercevoir une lumière, et nagea à toute allure pour atteindre la sortie.

Elle arriva enfin de l'autre coté, et remplit ses poumons d'air, crachant l'eau qu'elle avait avalé sur le trajet. Elle saisit la clef, et regarda la serrure de la cellule de l'invocation en reprenant son souffle. Elle se redressa, sentant le poids de ses habits mouillés entraver ses mouvements et alourdir sa coiffure. Elle fit quelque pas jusqu’à la serrure, et ouvrit la porte d'un tour de clef. Elle regarda Vaea, sans rien dire, attendant sa réaction, et reprenant toujours son souffle.


(ps : je n'avais aucune indication sur la longueur du bassin, la profondeur, la position exacte de la clef, alors peut etre que dans ton esprit la pécher n'était pas possible (si elle était trop loin des bords notament, dans ce cas préviens moi, je ferais autrement)
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
http://arcane.forumactif.fr
Membres
Vaea
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Crédit Avatar : Kohaku ♥
Date d'inscription : 22/08/2013
Messages : 127
Double Compte : ///
Liens vers la fiche : Fiche

RP's

Elément : Eau
Métier : Invocation à plein temps.
Invocateur : Ariez
Inventaire : 500 Tsuris
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

MessageSujet: Re: Juste un peu de patience ...   Ven 23 Aoû - 11:19

La jeune femme eut l'air contrariée en arrivant devant le bassin. Elle ne perdit cependant pas de temps et recula immédiatement pour se mettre au travail. Intrigué, j'observais ce qu'elle faisait et j'eus un grand sourire lorsque je compris ce qu'elle avait fabriqué.

Apparemment très imaginative, puisque même moi je n'avais pas pensé à cette solution, qui n était une comme une autre. Je la félicitais intérieurement, en lui souhaitant bonne chance pour attraper la clé. Ce ne fus qu'après plusieurs essais infructueux qu'elle y parvint. Et que je succombait à une nouvelle vague de douleur, heureusement de plus courte durée que la précédente. Lorsque je rouvris les yeux, elle s'était un peu éloignée du bord de peur d'y faire tomber la clé, une expression de fierté se lisant sur son visage.

Plus que trois. Trois liens, et j'aurais ma liberté. Et elle valait le coup qu'on souffre pour elle.

L'humaine réfléchit encore un instant puis s’élança dans l'eau. Lorsqu'elle se servit de la vague pour se propulser, je fermais les yeux quand la souffrance me déchira de l'intérieur. Le lien se faisait plus fort, je le sentais qui se solidifiait, on y était presque... Si près du but ! Grâce à lui, je la sentais qui peinait dans le tunnel, elle allait manquer d'air... Plus que quelques mètres... Allez, allez ! Elle avala un peu d'eau, mais elle était sortie. C'était tout ce qui comptait.

Elle se releva péniblement, et repris doucement son souffle, serrant toujours la clé près d'elle. Puis elle s'approcha de la porte, inspecta quelque peu la serrure et tourna la clé. Pour moi ce fut comme si on m'enfonçait un couteau dans la poitrine. Mais ce serait la dernière fois. Je serrais les dents en un grognement sourd. La porte s'ouvrit doucement, et pour la première fois depuis mon enfermement, je sentis différentes odeurs, un air frais balaya ma cellule, et je sus que je n'aurais plus à y retourner. Je patientais jusqu'à ce que mon souffle revienne à un rythme normal, puis rouvris les yeux.

Je me relevais et observais longuement l'humaine, que je voyais enfin de mes propres yeux. Je souris et m'assis en balayant le sol de me cellule de ma queue. Le fait de voir quelque chose d'autre que la porte et les murs nues de ma cellule avait un effet incroyable. J'aurais pu me noyer dans la contemplation de la jeune femme, quand je me rappelais que je devais parler, et l'accueillir proprement dans mon domaine.

- Tu m'as trouvé... dis-je d'une voix calme et posée, en dépit du feu agitant mes entrailles. Puisque tu es arrivée jusqu'ici, tu as le droit de savoir la vérité à propos du lien que tu as presque fini de créer. Le lien entre toi et moi nous lieras pour l'éternité. Il est fondé sur le respect, la connaissance et la liberté. Ce qui ne veut pas dire que je suis totalement libre, bien entendu. J'ai accepté de te suivre, et ce sera la seule liberté que j'escompte. Le seul fait de sortir de ma prison est le plus grande liberté que tu aurais pu m'offrir. Je n'en demanderais pas plus.

J'accepte de te suivre, humaine, et de me plier à tes directives, quelles qu'elles soient. Mais avant, il fait finir ce que tu as commencé... Et pour cela je voudrais savoir ton nom.


Tout en parlant j'étais sorti de me cellule, sous le regard de mon invocatrice, et j'avais fermé la porte du bout de mon museau, en me promettant de ne jamais y revenir. Puis je lui fis face, et me rassis, attendant qu'elle prononce la dernière parole, la parole salvatrice, la parole dans laquelle je puiserais force, honneur, et liberté.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Ariez
Ariez
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 1824
Double Compte : Aucun.
Liens vers la fiche :
Métier : Armurière
Invocation(s) : Vaea, Mercor
Inventaire :
  • Cape d'invisibilité
  • Mémorium
  • Cristal de mana
  • Sac sans fond
  • Deux pierres de télépathie
  • Une épée à la lame noire
  • 1000 T

Sorts : Tous les pouvoirs. =D
Inventaire▲

MessageSujet: Re: Juste un peu de patience ...   Ven 23 Aoû - 11:22

Elle était si heureuse d'être arrivée jusque là, c'était une vraie délivrance. Les épreuves avaient testé son physique et sa réflexion, et elle se sentait très soulagé d'avoir tout réussi sans se blesser, elle avait bien faillit se noyer et se dit que pour être une invocatrice à la hauteur, elle devrait probablement s'entrainer. Elle comptait bien nouer avec Vaea un lien comme elle n'avait jamais réussi à en créer avec aucune autre de ses invocations. Elle sentait déjà un lien les unir, bien qu'elle n'aurait rien pu affirmer, sa condition humaine l’empêchant de saisir toute la magie de cet instant.

Vaea lui expliqua clairement la nature de leur lien, sur quoi il était fondé. Elle était contente qu'il invoque de si noble valeur, car elle aussi souhaitait plus qu'une simple relation maitre/invoqueur, basée sur l'obéissance et l'esclavage. La force de Vaea sera bientôt sienne, il ne lui restait qu'à prononcer son nom, mais elle sentait que quand ce serait fait, Vaea souffrirait encore, comme elle l'avait senti souffrir pour toutes ses autres réussites à l'épreuve. Elle repensa à ce qu'il avait dit, que leur lien serait éternel.


"Malheureusement, Vaea, notre lien ne durera que le temps de ma vie Humaine, et même si la cinquantaine d'années qu'il me reste à vivre te paraitra être une infime poussière dans ton existence, je promets de faire de ces instants des moments agréable, loin de ta prison."

Elle s'approcha de lui, au garrot, il devait bien faire sa taille, il était imposant, et semblait déjà si fort, même dépourvu de tout pouvoir. Quelque chose émanait de lui, une puissance qu'elle ne saurait décrire, une sagesse aussi, elle s'approcha doucement de lui, et ressortie de sa poche le fil avec l'épingle à cheveux qu'elle avait utilisé pour pécher la clef. Elle enleva doucement l'épingle, la glissant dans ses cheveux entièrement trempé par son plongeon, elle laissa la bague avec le nom de ses soeurs sur le ficelle, fabriqué à partir des fils qui tissait ses habits, et fit un nœud. La bague trônait fièrement au bout du fil, et Ariez enfila ce bijoux improvisé autour du cou de Vaea.

"Ce présent symbolisera pour moi le lien qui nous uni, je m'engage grâce à lui à respecter tous les engagements que j'ai prit en te libérant. Je me nomme Ariez."


Sur cette parole qui finit de faire d'elle son maitre, ils sortirent tous les deux de la cellule de Vaea, elle le laissa se remettre de la douleur que ce dernier lien devait lui causer, marchant calmement dans les couloirs du temple, un loup de mer à ses cotés.

La route n'était pas bien longue pour sortir du temple, il fallait remonter les escaliers qu'elle avait prit, longer un couloir, et c'était fini, à lui la liberté. Une fois près de la porte d'entrée du grand temple, elle lui laissa l'honneur de l'ouvrir, savourant ainsi ce moment.
Non loin de là se trouvait son bateau, et dans quelques jours, ils seraient en ville.


[Suite sur la Téthys]
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
http://arcane.forumactif.fr
 

Juste un peu de patience ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Gérard Jean-Juste janbe kafou a
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]
» Juste pour rire
» photos du chariot de guerre ( juste monté )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Les Temples :: Temple de l'Eau-