Top-Sites

Votez toutes les deux
heures ♥

Fermer
Ouvrir Le chant de la bohémienne
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Le chant de la bohémienne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #1 écrite Dim 28 Sep - 1:17

L E ____ C H A N T ___ D E ___ L A ___ B O H É M I E N N E



oyeusement, les trois protagonistes s'en allèrent vers la plage de Lilyn. Ils étaient beaux, ils étaient forts, ils étaient aventureux, ces trois artistes dont l'indétermination ne traçait route de la fantaisie naïve. C'était l'inverse. Il y avait, dans ces trois, l'opprobre de la candeur, la droiture de l'épreuve de la vie : celle de connaître, de choisir, d'aimer et enfin : de trouver ! Tous le savaient, mais personne ne le disait.

La première, Jessica, était la souriante. Je ne parle pas de ces sourires aux fondements que l'on pourrait tous mitiger, mais de ceux venant de personnalités vraiment belles et remarquables. Elle était sans aucun doute le cœur du groupe.

Le deuxième, Pan, était le fort. Je ne parle pas de cette force qui se trouve au bout d'un bras après un coup de poing, mais à l'intérieur d'une sincérité que rien ne peut briser, simplement parce qu'elle touche à l'être plus loin encore que l'existence même. Il était l'âme du groupe.

Le troisième, Cobi, était le travaillant. Je ne parle pas de ces travaux soumis que tous peuvent faire, mais de ceux qui se commencent parfois en naissant, on ne sait trop pour quelle raison, et qui parvient à se concrétiser après des efforts insensés. Il était la défense du groupe.

À eux seuls, ils formaient un bataillon que rien ne peut écorcher, car en les voyant, si forts et si décidés, personne n'aurait pu même s'empêcher de les adorer. Il suffisait de les connaître pour sourire à leur gloire. Ces trois protagonistes étaient en route pour la réussite : un chemin semé d'embuches, mais dont l'accomplissement apporte la plus grande joie à ceux qu'il touche.

Ils partirent au petit matin. La veille, Cobi s'était fait mordre par un rudis lors d'une baignade irréfléchie. Il faut dire que le poète n'était pas du genre prudent, même s'il avait été le seul à avoir apporté les allumettes qui avaient permis à l'équipe de bénéficier d'un repos qui sut satisfaire leurs corps peu habitués à l'épreuve de la vie sauvage. Enfin... la jambe endolorie par une toxine que le système sanguin humain était capable de neutraliser, heureusement, Cobi se réveilla en étant capable de marcher.

Son corps était robuste et habitué à bien pire. Quelle peur pouvait-il avoir ? Il n'était pas que poète. Il était de ces hommes fous qui n'éprouvent aucune difficulté à passer plusieurs jours d'affilés dans d'immenses gréements balayés par des tempêtes déferlantes. Quand un homme confronte avec plaisir les pires tyrannies des natures extérieures, joue en riant haut et fort avec les débris pendouillant dont se trouvent être alors transformés les voiles d'un navire, pour apprendre à voler, suspendus par quelques cordages pliés par l'insaisissable nature océane, sur des flots bouillonnants qui la célèbrent par d'immenses et hasardeux zéphyrs spectraux dont l’excitation juxtapose le ciel et les plus noirs abysses sans s'inquiéter de l'insulte faite à la vie, quand un tel homme existe, que peut bien lui faire une petite baignade avec quelques mauvaises poiscailles ?

Cobi n'était pas du monde des délicats. Au contraire ! Il voulait tout connaître ! Pour tout connaître, il faut être prêt à tout subir. Cobi était de ceux qui cherchent à subir le pire, pour connaître le pire et dire le meilleur.

Ils durent couper le bois par le nord-nord-ouest pour sortir au plus vite et, par la même occasion, profiter du trajet le plus court. Ils marchèrent toute la journée. La traversée de la rivière blanche se fit grâce à un pont situé non loin d'un charmant village où un habitant, en les voyant, les invitèrent à partager un bon repas composé d'eau, de pommes de terre et d'un poulet gras. Les trois le remercièrent ensuite et parvinrent à la plage de Lilyn un peu avant l'aube.

Au point de leur essoufflante arrivée sur la plage, une auberge, construite là justement pour les âmes désireuses de profiter de ce doux des vagues, charmant et fidèle à l'épopée de la nature qui connaît la bêtise de l'amour, cet amour qui ressemblait à de l'eau froide sur des berges chaudes et blanches, telle une peau cosmique passionnément caressée, voulue en vas et viens, bercée, aussi, par une consigne de douleur, en retraites aiguës et regrettées, puis en un cri disant « je reviens » pour la diablesse des cœurs... une auberge, donc avait été construite pour ceux qui aimaient tout cela : qui aimaient la plage de Lilyn !

Une personne était présente devant cette auberge. C'était une femme, de ces grosses paysannes capables d'élever une portée de douze enfants sans lever le petit doigt pour le plus beau nuage qu'un ciel, parfois, nous montre : une femme, bref. Les femmes sont en cela supérieures aux hommes qu'elles savent souvent ce qui est important. Celle-ci leur dit bonjour.


- Bonjour !

Seul Cobi, le moins fatigué des trois de cette journée entière de marche répondit, sur un ton à la fois amical et très gaillard :

- De la bonne soupe et une place pour se pieuter madame, c'est tout ce qu'on demande !

Elle le dévisagea sévèrement et demanda :


- Vous avez de quoi payer ?

- Non ! Mais elle chante ! Et bien ! Un vrai ange du spectacle ! À la dernière auberge, elle a rendu l'établissement si populaire que ça l'a changer la ville ! Les commerçants déménageaient rien que pour se rapprocher ! Dit-il en pointant Jessica et en riant très grassement.

La patronne de l'auberge sourit. Cobi continua à parler.

- Moi je vous le dis, cette femme est une vraie fée ! Donnez-nous à manger ! Hébergez-nous et nous vous préparons des spectacles qui feront votre fortune !


- Bon d'accord ! Moi c'est Jessica ! Et vous ?

- Comment ! Vous vous appelez Jessica vous aussi ? Haha ! Quelle coïncidence ! Et bien, Jessica, je vous présente Jessica et Pan ! Moi c'est Cobi !

Il lui serra la main avec une grande détermination et la suivit à l'intérieur.

Ce n'était pas la chaleur qui manquait. En plus des deux immenses foyers, une quarantaine d'individus devaient être présents, alors que les gens n'étaient pas encore trop soûls et qu'aucune bataille n'avait encore éclaté. Cobi l'avait remarqué à la porcherie clôturée sur le bord de l'auberge. Il avait remarqué qu'il ne s'y trouvait que des cochons, dans ce coin des perdants. Peut-être pourrait-il essayer de rectifier cette injustice ? Du moins... quand la bière aura suffisamment coulé. Pour l'instant, ils avaient une auberge à dominer.

La patronne alla leur montrer leur chambre. Aussitôt qu'elle eut fermé la porte, Cobi dit :

- Bon ! Tout ce que tu as à faire, c'est chanter un peu, et on sera nourri et logé. Moi, je vais voir la mer ! Tu viens, Pan ?
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #2 écrite Dim 28 Sep - 19:00

- Bon ! Tout ce que tu as à faire, c'est chanter un peu, et on sera nourri et logé. Moi, je vais voir la mer ! Tu viens, Pan ?

*Hm, j'ai largement de quoi payer 3 chambres pendant plusieurs mois mais j'ai bien fait de rien dire ! Hors de question de dépenser le moindre Tsuri dans ce boui-boui ! Y a même une porcherie à l'arrière...!*

Cobi avait réussi à trouver un lieu de repos au petit groupe dans un village à quelques pas de la belle plage Lilyn, il était beaucoup plus rural et campagnard que Jessica l'espérait...Enfin bon, elle n'aurait qu'à chanter pour les payer, c'était déjà très bien ! Leur marche jusque ici avait été longue et éprouvante, la jeune demoiselle n'avait qu'une envie : se poser un peu sur le sable immaculé de la grande plage et ne rien faire d'autre...profiter du climat, de la flore et du paradis qu'offrait cette partie d'Arcane.
Elle sentait bien que Pan était déjà tout excité à l'idée d'aller voir la plage, le barde et l'actrice avaient bien perçu son envie de découvrir le Sud d'Arcane, elle aurait l'occasion de lui en parler encore davantage, du moins de ce qu'elle avait lu dans les écrits et atlas qu'elle avait lu dans la bibliothèque de son manoir, elle avait également envie de leur parler de légendes et de mythes...Le meilleur moyen pour qu'ils restent avec elle ça serait d'éveilleur leur attention, la capter dans une quête ! Elle aurait avec elle son guide pour le Nord et l'auteur de poèmes, il n'en fallait pas plus pour la contenter !

- Hm, si ça ne vous fait rien je chanterai quand notre séjour sera terminé, ça sera plus équitable pour tout le monde ! Moi aussi je voudrais voir la mer, je vais avec toi Cobi.

Jessica releva la tête et lança un subtil regard vers la fenêtre, un bon bol d'air lui ferait le plus grand bien, elle en avait tellement besoin...L'air pur de la mer, la brise faisant voleter ses sublimes cheveux d'or...
La belle se retourna vers Pan, lui adressant un fin sourire, les sourcils levés.


- Oui, et toi Pan ? Tu viens avec nous ?
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #3 écrite Lun 6 Oct - 21:09

-Je ne vois aucune raison de ne pas vous accompagner ! Avait répondu l'intéressé avec plein d'entrain.

C'est fou comme le soleil avait un effet bénéfique sur son mental. Il continuait d'être cynique, pessimiste et négatif pourtant, mais il était plus joyeux et son sourire paraissait plus franc. La petite troupe d'artiste s'était donc gaiment élancé au travers du bois clairsemé de large puits de lumières. Pan effectuait des détours dans le seul but de traverser ces percées ensoleillées dans le plafond végétal. A cause de cela il arriva un peu en retard de l'autre côté du bois. Il fut étonné d'y trouver la chanteuse seule au pied d'une dune.

*Bah connaissant Cobi il doit surement être en train de contempler quelque beauté insoupçonnée de la nature.*

C'est donc tout sourire et assez sereinement qu'il s'avança dans le sable fin tout en autant ses chausses. Le jeune homme lança un :

- Me revoilà ! Cette plage est magnifique. Désolé je vous ai un peu perdu de vue tout à l'heure ,mais les effets de lumière traversant les frondaisons étaient saisissants. Ne me dis pas que Cobi est encore allé chanter une ballade à un Rudis.

En achevant sa dernière phrase il remarqua que la demoiselle avait l'air un peu plus tendus que ne devrait être quelqu'un se trouvant sur une plage paradisiaque. Il chercha le dit barde du regard et compris rapidement que celui-ci n'était pas dans les parages. Le paysage était lisse et baigné de soleil, impossible de loupé la sombre silhouette solitaire de Cobi dans un pareil environnement.

- Il n'est pas avec toi ? s'enquit le jeune homme de plus en plus soucieux.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #4 écrite Mar 7 Oct - 17:38

La Plage Lilyn...
Jessica n'avant entendu que des rumeurs à son sujet mais elle pouvait désormais dire qu'elles étaient toutes vraies ! Même sous cette lueur crépusculaire, le sable doux et immaculé restait parfaitement visible. L'écume et les rayons du soleil formaient une véritable myriade de lumières sur l'onde pure, ressemblant de loin à de petits diamants ou à de belles étoiles dansant et ondulant au fur et à mesure des vagues qui, quant à elle, s'échouaient sur le sable, à quelques mètres à peine de la belle artiste. Une fine brise que l'on sentait à peine soufflait au dessus de leur tête, faisant gigoter quelques rubans et quelques mèches des cheveux de Jessica. Cette dernière admirait la magnificence de l'astre solaire qui commençait à descendre vers l'horizon, prêt à être fendu par ce dernier, c'était son premier coucher de soleil sur cette plage...


- Oh mon dieu, qu'est ce que c'est beau ! Je ne m'attendais pas à une telle beauté en ces lieux ! Cobi je suis certaine que l'inspiration te viens ici non ?

Jessica, tellement excitée, se retourna brièvement mais ne vit personne derrière elle.

- Co...Cobi ?

Le barde, qui quelques minutes à peine était sur ses talons, avait tout simplement disparu. Elle commença à jeter rapidement plusieurs regards autour d'elle, elle était seule sur la plage et n'expliquait pas comment il avait pu disparaître.

*C'est pas vrai...Distrait comme il est il a dû partir sur le chemin ! Peut être que Pan l'a vu non...?*

Pan arriva justement, lui parlant tout heureux au sujet de la beauté de la plage, mais malheureusement Jessica ne l'écoutait pas, elle commençait à s'inquiéter, le barde qui l'escortait et à qui elle avait prévu de prendre quelques poèmes pour les interpréter en chansons avait disparu ! La gloire serait beaucoup plus difficile à atteindre...il fallait absolument tenter de le retrouver !

- Il n'est pas avec toi ?

La question que Jessica redoutait était tombée, c'était la preuve que Pan n'avait pas vu Cobi non plus.

- Non, je ne l'ai pas vu partir, je pensais qu'il était avec toi...C'est pas vrai, ce tête en l'air a encore dû aller flâner ! Incapable de rester en place ne serait-ce que deux secondes ! Qu'est ce qu'on fait...?
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #5 écrite Ven 7 Nov - 22:04

Après un temps de réflexion exagérément long, le jeune homme répondit enfin:

-Je crois que le plus judicieux pour le moment serais de l'attendre ici. Après tout c'est là que nous sommes censé nous retrouver. Aller le chercher ailleurs a peu de chance de fonctionner. Il va en premier lieux rejoindre la plage pour nous retrouver qu'il lui soit arrivé quelque chose ou pas. Puis, je pense qu'il pensera ensuite à l'auberge. Donc sur la plage et...

Pan n'acheva pas sa phrase. Il venait de songer au fait que le barde à l'humeur si changeante aurait très bien pu décider de son plein gré de leur fausser compagnie. Cette hypothèse était plus que probable et si on lui annonçait là maintenant que Cobi avait entamé une carrière de mime itinérant pour créer un nouveau style de poésie silencieuse, il ne serait même pas étonné de la nouvelle.

*Il est tout à fait capable de ce genre de facétie. La frontière entre la plaisanterie, la poésie et la réalité semble si mince avec lui.*

-... et, s'il ne revient pas avant le coucher du soleil nous rentrerons à l'auberge.

Le dessinateur décida qu'il évoquerait ses doutes plus tard. Pour l'instant il préférait s'accrocher à l'idée que Cobi puisse revenir d'une minute à l'autre.Le perdre de manière si soudaine alors qu'il avait à peine eu le temps de se connaitre c'était si cruel. En effet cela lui avait paru bien trop facile, se lier si aisément avec d'autres personnes, cela ne lui était jamais arrivé au par avant, c'était beaucoup trop beau pour être vrai. Allait rester ensemble, tout les trois, pour toujours ? Pan n'en avait pas la moindre idée. Devait-il pour autant s'efforcer de ne pas s'attacher à eux? Cela non plus, il n'en avait pas la moindre idée.

- Restons ici tous les deux et je suis sur qu'il ne tardera pas à se montrer.

Le ton de l'artiste manquait grandement de conviction.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #6 écrite Sam 8 Nov - 18:09

Jessica était plutôt nerveuse, perdre Cobi n'était stratégiquement pas une bonne chose, elle ne pourrait pas exploiter...enfin, emprunter son travail pour son bénéfice personnel ! Non, ne c'était vraiment pas une bonne chose. Pan avait proposé, à juste titre, d'attendre un peu sur la plage et de retourner à l'auberge si jamais Cobi ne revenait pas.

*Je n'aurais plus que mon répertoire si jamais Cobi ne revient pas ! C'est pas vrai, pourquoi les bardes sont-ils tous aussi détachés de la réalité ?! Ils peuvent pas faire attention deux secondes à ce qu'il se passe autour d'eux ?!*

Lassée, la demoiselle se laissa tomber sur le sable, s'asseyant les jambes pliées et tournant la tête vers l'océan. Fixant la lumière et la teinte rosée du ciel en essayant de se détendre, elle repensait à la chasseuse qu'elle avait rencontré il y a quelques jours, elle avait également vu son compagnon, un grand loup blanc, un Demi-Dieu. Jessica en vient à se demander où ils étaient à l'heure actuelle...Ils l'avait sauvé d'une mort certaine et la jeune artiste se disait qu'il fallait absolument qu'elle prenne un peu plus de graine pour résister aux prochains potentielles menaces qu'ils croiseraient. Elle se tourna ensuite vers Pan, il avait toujours eu envie de visiter le Sud d'après ce qu'il leur avait dit, il y était à présent, il devait être content.

- On a de la chance. dit-elle calmement, le ciel est dégagé et la lumière est vraiment jolie. Tu as droit à un beau couché de soleil pour ta première fois à la plage !

C'était vrai, le paysage était tellement beau qu'un peintre aurait été conquis devant tant de beauté et se serait immédiatement empressé de capturer cette image pour la rendre éternelle. Cette pensée vint alors éveiller l'attention de la jeune fille..."Capturer une image"...ça ressemblait à de la Magie. Peut être que les Demis-Dieux peuvent le faire ? Peut être qu'eux aussi connaissent des chansons...?

- Alors ? Heureux ? Qu'est ce que ça te fait du coup de voir la plage ?  
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
 

Le chant de la bohémienne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le chant de la bohémienne
» Horse Liberty -- La terre des Mystères
» QUETES - Demandes & Validations
» "Mademoiselle", Angela la bohémienne
» Bohémienne, Bohémienne, mon destin écrit sur ma main....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Arcane :: La Plage Lilyn-