[EVENT] Demande de rançon

Partagez | .
 

 [EVENT] Demande de rançon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Membres
PNJ
avatar


▼Afficher le Profil▼
Date d'inscription : 21/08/2013
Messages : 383
Liens vers la fiche : Petit rappel avant d'incarner l'une des bêtes d'Arcane :

Comment jouer un Monstre ?
Sorts : Les monstres peuvent utiliser les sorts définis par leur Rang (A, B, C, D, E, F) et leur sous-élément.
  • A= pas de pouvoir magique. (mana : 0)
  • B = contrôle les sorts de niveau 1 et 2 de son sous-élément. (mana : 15)
  • C = contrôle les sorts de niveau 1, 2 et 3 de son sous-élément. (mana 25)
  • D = contrôle les sorts de niveau 1, 2, 3 et 4 de son sous-élément. (mana 35)
  • E = contrôle les sorts de niveau 1, 2, 3, 4 et 5 de son sous-élément. (mana : 40)


Liste détaillée des sorts en bas de cette page
Inventaire▲

Aventure #1 écrite Lun 20 Oct - 15:57

[Nous étions .]

Bien plus tard dans la nuit...
Avant post d'un groupe rebelle,
lisière de la forêt du Nord

Le noble et la guerrière avait été dépouillé de leurs effets personnels lorsque le groupe était arrivé à leur base. La femme et l'homme étaient donc attachés, fers au pieds, mains derrière et dos à dos à un poteau fermement encré dans la terre. La petite invocation, elle, avait été suspendu plus loin à l'abris de regards indiscrets.

Un feu brûlait en de flamboyantes flammes un peu plus loin établissant la place centrale du campement. Des tentes de fortunes étaient dressées tout autour et des hommes à l'allure massives et peu engageante discutaient avec de grands gestes. La conversation semblait animé et le sujet principale semblait concerné le montant de la rançon.

La nuit était fraîche à la lisière du sous bois, les deux gars censé surveiller les deux captifs s'enquillaient bières après bières espérant que l'alcool les aide à luter contre le froid. Leurs barbes foisonnantes retenaient la mousse du breuvage leurs offrants des airs goguenards. L'un d'eux pointant la fille du doigts bazarda à son compère:

- C'est qu'une fois sa carapace enlevée, la p'tite elle a du chien.
- Arrête de lorgner l'affreux, s'ils refusent de payer c'est moi qui m'la ferait ! répliqua l'autre en claquant de sa large main l'épaule de son interlocuteur. Et crois moi, j'sais déjà c'que j'vais faire d'son p'tit cul.

Le temps s'écoulait lentement au rythme des conversations de chacun laissant encore les deux captifs abasourdis par les derniers événements.
HRP:
 
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #2 écrite Mar 21 Oct - 19:21

Arthuria ramassait du bois tranquillement, en silence. Elle évitait quand même de trop prendre son temps ou bien elle n’y verrait bientôt plus rien. Et pour continuer à ramasser du bois ou pour rentrer au campement, ce n’était pas vraiment pratique…
Elle entendit soudainement un craquement de branche, et le temps de se retourner elle put apercevoir quatre silhouettes, deux humaines et deux autres qui devaient être des demi-dieux ou des animaux familiers. Prise de panique, elle sortit sa lame, alors qu’elle savait très bien que s’en était finit pour elle. La chasseresse ne savait pas ce qu’ils lui voulaient mais ça ne présageait rien de bon, surtout avec Sire Adam Di’Siglione dans les parages. Elle allait hurler de fuir quand les quatre malandrins s’approchèrent d’elle à toute vitesse pour l’en empêcher. Elle sentit une pression sur sa nuque et le bas de son visage, et une odeur désagréable avant de sombrer dans les ténèbres.

Elle se réveilla avec une migraine. Elle ne savait plus vraiment où elle était et ce qu’elle avait fait avant de dormir. Une fois les idées claires, elle se souvint alors. La jeune femme était à présent bâillonnée à côté d’Adam, Hyilinia enfermée dans une cage de bois.
Il faisait froid, et la fatigue l’empêchait de se rebeller. De toute façon que pouvait-elle faire les mains attachées dans le dos et désarmées ? Les bandits lui avait pris les parties en plate de son armure, son manteau, son sac sans fond et ses armes. Heureusement pour elle, les malandrins ne pouvaient pas atteindre ce que contenait le sac sans fond !
Après les avoir mis debout sans ménagement, Arthuria et Adam durent suivre leurs agresseurs vers l’inconnu. Ils rebroussaient chemin vers la Forêt du Nord. Et dire que la chasseresse avait mis en garde son compagnon des bandits qui trainaient dans les parages. Un homme au bal lui en avait parlé. Pourtant, elle était certaine qu’ils se trouvaient dans les landes Sud. Sa baisse de vigilance pourrait bien leur être fatale.
Rien ne devait arriver à Di’Siglione où, non seulement elle n’aurait pas son argent, et de plus, s’en serait finit pour sa peut être future carrière de chasseresse dorée… Elle ne pouvait pas parler à Adam sans que les malfrats leur disent de se taire.

Ils arrivèrent à un camp où tous les deux furent attachés dos à dos contre un pilier bien enfoncé dans le sol. Plus loin, les scélérats étaient assis autour d’un feu de camp, buvant à la victoire de leur prise. La jeune femme regarda autour d’elle mais ne vit pas Hylinia. Elle jura entre ses dents. En plus, le froid était des plus mordants en cette nuit sombre. Les truands les avaient dépouillé de leurs manteaux et si cela continuait, ils allaient bientôt mourir de froid… Arthuria devait trouver un moyen de parler avec Adam sans que les deux saoulards qui étaient censés les surveiller le remarque. Avec un peu de chance, s’ils réussissaient à s’enfuir sans que rançon soit demandée, Adam pourrait ne rien dire par grande gentillesse… Même si elle n’y croyait pas beaucoup.
Les deux gardes se mirent alors à parler… à parler d’elle… De manière peu… charmante… La jeune femme rabattu ses jambes vers elle, pour qu’ils puissent moins la regarder et surtout pouvoir avoir un peu moins froid.
Elle pourrait surement jouer de ça… Néanmoins elle voyait déjà les gros ennuis. Encore une fois, attachée, elle ne pouvait pas beaucoup se défendre. Pouvait-elle au moins demander quelque chose pour avoir moins froid ?
Elle regardait autour d’elle pour tenter de glaner quelques informations. Les armes qu’ils possédaient, où était Hylinia, combien ils étaient en tout, si leurs invocations étaient toujours là.
Arthuria ne se démonta pas et pencha la tête en arrière pour se rapprocher le plus possible d’Adam. En fonction de la taille du poteau, sa tête arrivait sur son épaule, elle lui chuchota….

« Vous allez bien ? Il faut trouver un plan…»
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #3 écrite Mer 22 Oct - 18:36

Le jeune Di'Siglione venait juste de poser sa question lorsqu'une lame vint se plaquer contre sa gorge!
Il n'avait rien entendu venir, et hyilinia, pourtant face à lui, ne semblait pas avoir vu arriver les hommes derrière Adam... Étrange... Peut-être son enfermement l'avait-il affaibli intellectuellement aussi, ou alors une magie était à l'oeuvre.

Le contact glacé du métal sur peau, ce n'est pas le danger de la situation qui vint à l'esprit du noble de prime abord mais une frustration manifeste: Son invocation ne servait à rien!
Il tenta de se rassurer en se convainquant que cela irait mieux avec le temps... A condition d'en avoir.
Maintenant qu'il pouvait se faire trancher la gorge en un instant, Hyilinia ne pouvait plus rien faire sans risquer la vie de son maître... Du coup Adam espéra le retour rapide d'Arthuria afin de le sauver, tout en avertissant sa petite fée de ne rien faire:


" Hyilinia! Ne fais rien! Si tu les attaques ils vont me tuer. Restes tranquille et laisses toi faire d'accord?"

Malheureusement, à peine cet espoir traversa ses pensées, qu'une main ferme lui agrippa la mâchoire et le força à ingurgiter un liquide inconnu.

Du poison à n'en pas douter. A force d'en boire depuis toutes ces années il lui fut facile de sentir un arrière goût de venin d'Apis gigantus... Si ça n'avait été que ça, le problème aurait été mineur... Mais il y'avait autre chose d'inconnu dans cette mixture qui inquiéta le noble.

Arthuria arriva alors pour le sauv... Ha ben non... Arthuria arriva bien, mais portée par deux hommes, inconsciente.
Décidément, Adam avait le chic pour s'entourer de garde du corps qui ne le gardait pas énormément...

Le temps qu'Arthuria émerge du pays des songes, Adam eut le temps de faire un rapide bilan de la situation: Se libérer par la force était hors-de-question.

Cinq hommes armés étaient présent, au minimum, et semblaient avoir au moins une invocation... Peut-être plus.
Arthuria et lui étaient menottés aux chevilles et aux poignées, dos à dos, à un large poteau de bois solide.
Leurs affaires personnelles, les armes en particulier, étaient hors de portée.
Hyilinia avait été enfermée dans une petite cage de bois, plus insultante qu'efficace pour la force d'une invocation, et ne pouvait bouger sans courir le risque de perdre l'antidote au poison de son maître... Sans compter qu'il lui aurait fallu certainement se battre avec d'autres demi-dieux dehors depuis bien plus longtemps qu'elle...

Arthuria se réveilla à ce moment et Adam lui laissa un peu de temps pour reprendre ses esprits en se concentrant sur la conversation des hommes autour du feu: Une rançon... Bien!

C'était une bonne nouvelle pour le noble. Si la raison de cette attaque avait été une demande familiale... Il serait mort.
Encore qu'il était tout à fait possible que leurs ordres soient de camoufler son assassinat en kidnapping...

Des remarques grivoises sur Arthuria ne tardèrent pas à fuser... L'alcool aidant.

Il sentit alors le poid de la tête d'Arthuria sur son épaule:


« Vous allez bien ? Il faut trouver un plan…»

Vérifiant que ce murmure n'avait pas été repéré par les hommes, Adam répondit tout aussi bas, sans quitter une seconde des yeux le groupe d'homme afin de stopper si l'un d'eux les regardaient:

" J'ai déjà commencer à réfléchir... Malheureusement il n'y a pas grand chose que nous puissions faire dans le cas présent. Toute action violente ou rebelle peut être sanctionnée par la destruction immédiate de l'antidote au poison qu'il m'ont fait ingérer tout à l'heure... Du coup Hyilinia, aussi bien que votre Shakham, sont aussi impuissants que nous... Nos armes se trouvent là-bas à côté du feu, avec le reste de nos affaires d'ailleurs, et nous sommes enchaînés.

...

... Tout ceci n'est qu'un kidnapping banal, ce n'est pas ma première fois mais cela faisait bien longtemps que ça ne m'était pas arrivé... A moins que tout ceci ne soit qu'un camouflage pour mon assassinat bien sûr. J'ai vu au moins une invocation aussi.
Maintenant, deux choix s'offrent à vous..."


Adam se stoppa et feigna d'appuyer sa tête sur celle d'arthuria pour dormir, priant qu'elle comprenne le message instantanément, car un des hommes venait de tourner son regard sur eux d'un air interrogateur, il avait du entendre un murmure mais l'alcool lui faisait douter de lui-même, heureusement!
Il repartit dans sa discussion avec son comparse et Adam reprit, plus doucement:


"... Votre premier choix, invoquer shakham, pour qu'il vous libère et vous enfuir avec lui en me laissant ici. Au moins vous aurez la vie sauve et pourrez avertir mes parents des forces ennemis... Même si ma mort ferait plaisir à mes frères et sœurs et à mon père... Ma mère, elle, fera tout pour me sauver afin de garder sa réputation intacte et prouver à tous que s'en prendre aux Di'Siglione signifie la mort...
Votre second choix, tenter d'utiliser vos charmes afin d'amadouer nos deux geôliers d'élites... Enivrés comme ils sont vous avez vos chances... Et à condition que votre vertu ne vous en empêche pas. L'objectif principal est d'apprendre la localisation de l'antidote... Ensuite on pourra peut-être faire en sorte qu'Hyilinia la vole discrètement à la condition qu'elle puisse éteindre ses lumières et sache être furtive... Si, par miracle, nous arrivons à lui faire récupérer la fiole, il vous restera à invoquer shakham, lui faire arracher le poteau, nous porter tous les deux ou nous libérer de nos chaines, et fuir. Tant pis pour nos affaires je vous les rachèterai...

Qu'en pensez-vous?"
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
PNJ
avatar


▼Afficher le Profil▼
Date d'inscription : 21/08/2013
Messages : 383
Liens vers la fiche : Petit rappel avant d'incarner l'une des bêtes d'Arcane :

Comment jouer un Monstre ?
Sorts : Les monstres peuvent utiliser les sorts définis par leur Rang (A, B, C, D, E, F) et leur sous-élément.
  • A= pas de pouvoir magique. (mana : 0)
  • B = contrôle les sorts de niveau 1 et 2 de son sous-élément. (mana : 15)
  • C = contrôle les sorts de niveau 1, 2 et 3 de son sous-élément. (mana 25)
  • D = contrôle les sorts de niveau 1, 2, 3 et 4 de son sous-élément. (mana 35)
  • E = contrôle les sorts de niveau 1, 2, 3, 4 et 5 de son sous-élément. (mana : 40)


Liste détaillée des sorts en bas de cette page
Inventaire▲

Aventure #4 écrite Jeu 23 Oct - 11:15

HRP:
 


L'homme, d'une imposante stature, appuya son gros index sur la poitrine de son interlocuteur. Il ne supportait pas qu'on le contredise.

- C'est pas une somme trop importante j'te dis, s’emportât le guerrier crachant ses mots à la figure de l'autre homme effrayé. Ces moins que rien bourrés d'frics jusqu'au gosier videront leurs bourses pour ne pas recevoir (montrant de son autre doigts les captifs) leurs têtes joliment empaqu...

- Tu en demandes toujours trop Azog, coupa une voix féminine derrière lui qu'il reconnut sans peine. Tu en fais toujours trop.

Cette maudite gamine avait déjà terminé son tour de garde. Son intervention dans la conversation renfonça la vague ardente de colère qui crépitait en lui. Comment une morveuse, petite fille du Keizer ou non, osait-elle lui manquer de respect aussi ouvertement?! Il se retourna donc vers elle, tête haute, buste gonfflé, et lui lança de sa voix rauque:

- Ne te mèle pas de ça. Les femmes n'ont pas leur place ici.

- Que ma place soit ici ou non, au moins je pense avant tout au peuple libre et ne suis pas aveuglée par la haine, siffla la nouvelle arrivée sans baisser le regard. Peut être que je suis une femme, mais au moins, je vois clairement qu'ils accepteront de payer pour lui mais qu'elle ne vaut strictement rien.  Il faut réduire la somme demandée.

-  Et puis quoi encore  ? ! répliqua t-il hargneux. Que de belles paroles comme le fait si bien ce moment Tarnac !

- Insulte encore une fois notre souverain et je te couperais moi-même ta langue. Attention à toi Azog, ce n'est pas parce que tu es le meilleur guerrier du clan qu'Il pardonnera ton incompétence. Notre Keizer est...

- FILLE DE... hurla le brigand.

S'en était trop pour lui. Cette isolante était allée trop loin. Elle ne comprenait rien et se permettait de le juger lui, alors que son propre grand père déclinait emportant avec lui la liberté de ce peuple libre qu'elle chérissait tant. Comment pouvait-on garder une allégeance envers un roi trop vieux qui ne pouvait plus défendre son territoire par lui même?!

Azog avait saisit sa hache et emporté par un excès de colère, s'approcha à grande enjambées de la jeune femme. Lorsqu'il arriva à sa hauteur, la lame aux reflets meurtriers que lui procurait le feu de camp, s’abattit avec une force colossale. Elle se planta aux pieds de l’impertinente qui n'avait pas bougé d'un pouce et le dardait d'un regard dénudé de toutes peurs.  

Si proche d'elle à présent, il voyait dans ses yeux la même lueur qu'il avait pu voir il y a des années dans ceux de Tarnac lors de sa période de gloire. Elle était bien une fière fille du nord. Elle était bien la fille du Keizer, la princesse des Landes.

C'est alors que des éclats de rire le sortirent de ses pensées. Son regard, mauvais, passa derrière l'épaule de la guerrière et se posa lourdement dans ceux d'un des gardes surveillant les prisonniers.

Bousculant d'un coup d'épaule le corps svelte de l’effrontée, il s'avança à grand pas vers sa nouvelle victime. Son visage était fermé et ses yeux flamboyant ne présageait rien de bon. Le tranchant de son arme raclait le sol accentuant cette atmosphère de mal aise qui s'était abattue sur le camp. Plus il approchait, plus il voyait la crainte et la terreur grandir dans le regard du garde.

Azog ne porta aucune attention sur tous les  yeux qui étaient à présent rivé sur lui. Saisissant d'une poigne ferme le cou de sa cible lorsqu'il fut à porter de bras, ses muscles se raidirent et l'homme fut soulevé au dessus du sol suffoquant son haleine imbibée d'alcool.

"DEPUIS QUAND UN HOMME LIBRE DU NORD TREMBLE DEVANT L'UN DES SIENS ! (serrant doucement son emprise qu'il avait sous la glotte de ce dernier) LÂCHE ! TU MERITERAIS DE MOUR..."

Il entendit la fille hurler son nom lui ordonnant de lâcher le garde. Étrangement il s'exécuta aussitôt l'ordre prononcé  jetant à terre celui qui cherchait désormais  à reprendre son souffle avec grande difficulté.

Tournant le dos à tous, il s'enfonça dans la nuit jusqu'où la lisière s'ouvrait en une clairière immense et invoqua le fils d'Ignis qui était sien. Une silhouette rougeoyante se dessina à ses cotés. Il lui ordonna de se métamorphoser en un gigantesque dragon aux écailles sombres épousant parfaitement la noirceur des cieux.

Alors qu'il s'était hissé à cheval sur la base du cou du grand reptile, il fit quelques cercle dans le ciel pour prendre de la hauteur. Hache brandit au dessus de sa tête, il cracha alors avec force et haine sa dernière phrase avant de totalement disparaître dans l'obscurité :

"VRADORA! ECOUTE MOI BIEN ! Je m'en vais à Rorn pour soumettre mes conditions à la rançon et à ma façon. Si au petit matin rien n'a été offert pour les récupérer, je reviendrais personnellement leur trancher la tête ! Je t'en donne ma parole d'homme du nord fier membre du clan des Homme Libres des Landes !"
▲ Succès ▲


Dernière édition par Humain le Jeu 23 Oct - 11:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Membres
PNJ
avatar


▼Afficher le Profil▼
Date d'inscription : 21/08/2013
Messages : 383
Liens vers la fiche : Petit rappel avant d'incarner l'une des bêtes d'Arcane :

Comment jouer un Monstre ?
Sorts : Les monstres peuvent utiliser les sorts définis par leur Rang (A, B, C, D, E, F) et leur sous-élément.
  • A= pas de pouvoir magique. (mana : 0)
  • B = contrôle les sorts de niveau 1 et 2 de son sous-élément. (mana : 15)
  • C = contrôle les sorts de niveau 1, 2 et 3 de son sous-élément. (mana 25)
  • D = contrôle les sorts de niveau 1, 2, 3 et 4 de son sous-élément. (mana 35)
  • E = contrôle les sorts de niveau 1, 2, 3, 4 et 5 de son sous-élément. (mana : 40)


Liste détaillée des sorts en bas de cette page
Inventaire▲

Aventure #5 écrite Jeu 23 Oct - 11:43

Informations relatives au pnj:
 


Vradora jura. Ce vieux bougre était un vieux fou barbare et écervelée. Tout comme son grand père, il continuait de vivre dans une époque aujourd’hui révolue. Sa génération  à elle, n'était plus la même et ne souffrait plus autant des injustices qui avaient sévèrement ébranlées les landes il y a cinquante huit ans. La vie avait changé et les soucis du clan libre du nord avaient évolué en conséquence. Pourquoi ces deux là ne voulaient-ils pas le voir ?

En suivant Azog, la guerrière s'était également approchée de la zone dans laquelle les prisonniers avaient été attaché. Son regard froid se posa sur l'homme encore traumatisé par l'excès de violence, malheureusement habituel, d'Azog.  Elle passa à coté de lui ne prenant pas la peine de le réconforter et d'une démarche assurée, elle fit un cercle parfait autour des captifs qu'elle toisait de haut.

L'homme avait de long cheveux comme les femmes. Seulement ici, ces dernières semblaient être plus robustes que lui. Loin de ses richesses, il ne ressemblait plus à rien. Un sourire moqueur s'afficha sur ses lèvres. Des cernes foncées accentuaient la pâleur maladive de son visage. Le poison qu'on lui avait administré en était peu être aussi responsable.

Elle arriva alors à la hauteur de sa partenaire. Lorsqu'elle croisa son regard, elle reconnut cette lueur qui animait ses propres prunelles. Même si elle était curieuse au sujet de cette femme, Vradora n'en montra rien. Elle se planta face à elle et croisa les bras, toujours silencieuse. Son visage de marbre ne trahissait aucune émotion.

"Qui êtes-vous ? Je n'arrive pas à comprendre. Explique moi pourquoi vous risquez-vous encore à tenter d'accéder au temple ? Reyson ne comprend toujours pas l'erreur qu'il a faite en bâtissant Rorn? Croit-il qu'il a réussit à annexer les terres libres des landes à son royaume, que nous lui sommes soumis?"

Elle s'accroupit continuant de fixer froidement l'étrangère droit dans les yeux alors que sa voix tranchante termina sa tirade:

" Nous lutterons jusqu'à la fin, quitte à emporter dans notre dernière souffle la fierté de notre peuple. Vous venez de la capitale n'est -ce pas? Beaucoup de rumeurs tentent de dissimuler la réalité que nous vivons ici et je serais intéressée de connaitre les mensonges qui nous qualifient."

Vradora écouta avec attention ce que la fille avait à lui dire. Cachait-elle une part de vérité? Elle l'ignorait mais le peu de réponses fournies étaient déjà un bon début. C'était pour elle, une vision différente de celle que son grand père voulait lui imposer et ça lui faisait du bien d'entendre ce genre d'informations.

La petit fille du roi des landes farfouilla alors dans sa sacoche accroché à l'aide d'un cordon de cuir à sa ceinture. Elle en sortit une petite fiole contenant la moitié du remède pour le noble. Vu qu'il était attaché, elle ordonna qu'un garde lui fasse prendre le contenu. Le but dans l'histoire n'étant pas qu'il meurt s'ils désiraient recevoir la rançon dans son intégralité.

Avant de repartir vers le feu crépitant, elle détacha son épais manteau, confectionné à partir de plumes de candors, et le jeta vulgairement au pied de la femme chevalier tremblante. Même s'ils étaient otages, ils n'en restaient pas moins des humains tout comme eux. Sur le chemin du retour, elle attrapa de quoi aiguiser son épée à deux main et s’installa près de la source de chaleur bienfaisante.

Par des gestes rapides et précis, elle faisait danser sa lame en une valse de gerbes étincelantes. Son travail fini, elle porta son attention sur la petite fée qui était enfermée dans une cage de bois suspendu à la devanture de la tente d'Azog.  

"Tu sais, s'adressa t-elle à l'invocation, je possède l'un de tes frères. Il est aussi libre que je le suis maintenant. (posant sa tête au creux de sa main, scrutant la minuscule déité ) C'est étrange comme les Dieux ont puni leurs enfants. Vous êtes si puissants et pourtant tout de même esclave de l'humain qui vous libère. Regarde toi, à peine sortie je présume et déjà à nouveau prisonnière.  Tout ça à cause de la soumission de ton invocateur incapable de se défendre. (redressant son buste courbé et relevant sa tête) Je suis curieuse de savoir:  ne ressens-tu donc aucun regret au sujet l'homme qui est ton maître aujourd'hui? "

HRP:
 
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #6 écrite Lun 27 Oct - 14:10

Hylinia avait obéit aux ordres. Hors de question qu'elle mette en danger un humain quel qu'il soit.
Elle était donc restée dans sa cage sans bouger, mais en faisant de manière clairement exagérée une moue boudeuse.
Elle attendait, patiemment, que son Maître décide de ce qu'il voulait qu'elle fasse. Elle n'avait pas eu le temps de lui répondre que si elle pouvait un peu contrôler l'intensité de ses lueurs, elle ne pouvait ni aveugler, ni les éteindre complètement.
Alors elle attendait que quelque chose se passe, observant les humains et leur comportement. Celui du Grand était exactement celui qu'elle attendait des Grands. Elle nota mentalement ce qu'il disait pour pouvoir le rapporter à Adam ensuite.
L'autre était plus curieuse. Mais tout aussi armée que les autres.
Pourquoi ces humains ne pouvaient-ils s'empêcher de faire du mal aux autres ? Elle qui espérait découvrir un nouveau monde...
Finalement, l'humaine se tourna vers elle et lui dit quelques mots. Hyilinia la regarda en souriant.


Des regrets à propos d'Adam ? Oh si ! Je suis triste pour lui, parce qu'il est très seul et qu'il a bien besoin de gens qui l'aiment ! Alors oui. Par contre, ce n'est pas à cause de sa soumission que je suis dans une cage. C'est à cause de nous, de ce que nous avons fais tu sais.
On vous a fait... Et on a raté quelque chose. Moi je pensais que vous seriez comme il faut, joyeux, gentils !
Mais vous passez tout votre temps à vous battre entre vous, à faire du mal aux autres au lieu de les aider !
Les Dieux nous ont punis, oui, c'est vrai. Mais quand je vois ce que vous faites encore aujourd'hui, je comprends qu'on l'a mérité ! Et puis en devenant vos amis, on peut vous aider à changer.
Tu vois, je n'en veux pas à Adam, moi. Je t'en veux même pas à toi, alors que c'est à cause de toi que je suis en cage, pas de lui.
Tu dis qu'un de mes frères est aussi libre que toi ? Mais à quel point es-tu libre, Vradora ? Et l'es-tu vraiment plus que moi ?

La petite fée eu un rire, comme si toute cette situation n'avait rien d'angoissant ou d'ennuyeux. Et sans se poser de question, elle replia ses ailes et lança une bourrasque pour détruire la cage autour d'elle. Elle flottait dans l'air comme si de rien n'était, continuant à regarder Vradora en souriant.

Tu vois, Vradora, je ne suis pas plus enfermée que ça. Je reste là parce que je le veux et parce que je compte aider Adam. Alors j'attends tranquillement parce qu'il me l'a demandé. Mais je pourrais te voler l'antidote et lui donner. Ensuite, on se battrait et personne ne serait content. Alors j'attends aussi que vous appreniez, Grands comme Petits. Parce que moi, j'espère qu'un jour, vous serez comme on voulait que vous soyez quand on vous a fait.
On pourra jouer, s'amuser et vivre tous ensemble !
Bon, c'est pas tout ça, mais j'espère que tu as une autre cage où m'enfermer ?


Un nouveau rire, Hylinia fit une petite courbette moqueuse. Elle n'avait toujours pas quitté l'espace de la cage qui n'existait plus.




HRP :
 
▲ Succès ▲


Dernière édition par Hyilinia le Lun 27 Oct - 17:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #7 écrite Lun 27 Oct - 14:27

Malgré le poison qu’avait ingéré Adam, celui-ci avait bien les idées claires par rapport à Arthuria. Le fait de devoir protéger le noble la gênait. Elle ne pouvait rien risquer de dangereux ou de stupide, la vie de quelqu’un d’autre était aussi en jeu.
Elle écouta son client attentivement. En effet dans cette position ils étaient incapables de faire quelque chose. Un pas ou un mot de travers et cela en était fini d’eux. Si elle invoquait Shakahm il ne pourrait rien faire, s’en voudrait et en plus serait comme pris au piège… Autant avoir recours à son aide en temps et en heure, dans un moment plus propice.
La première option proposée par Adam ne lui plaisait pas du tout, c’était un non catégorique. Elle ne partirait pas sans lui, elle trouvait cela idiot. Surtout si ces malfrats la rattrapaient et finissait par la tuer. Il fit part du point de vue des membres de sa famille sur la situation et sur lui-même. Bon sang, fallait-il être bloqué dans une telle situation pour que ce coincé de noble parle un peu de lui ?! Mais le problème n’était pas celui-ci…
La deuxième option que Di’Siglione lui présentait ne lui plaisait que très très peu. Elle jeta un œil aux deux gardes qui se trouvaient près d’eux. Elle préférait embrasser un mucor plutôt que de donner son corps à l’un de ses deux-là. Ou même aux deux en même temps… Elle grimaça. Cependant ils n’avaient pas beaucoup de choix. Elle le ferait si nécessaire.

La chasseresse allait faire part de son avis à son client quand une voix rauque s’éleva d’un peu plus loin dans le camp. A priori l’un des brigands n’était pas très content. Elle se redressa pour voir ce qui se passait. Une dispute éclata alors entre l’homme et une femme qui venait d’arriver. Ils avaient l’air important. Arthuria fit tout son possible pour ne pas en perdre une miette.
Outch… c’était elle le souci. En effet, c’était bien quelque chose qui l’inquiétait. Personne ne connaissait son identité. La chasseresse n’était personne, n’avait aucune famille. Ils pourraient la tuer sans hésiter si personne ne s’intéressait à elle. Avec un peu de chance ils la croiraient si elle leur disait qu’elle était une Veliwys et qu’elle avait en fait une famille au moment où ils voudraient en finir avec elle…
Le guerrier avait clairement le sang chaud, et la jeune femme faisait sa maligne, elle devait avoir une place importante au prés de ces gens. Ce ne devait pas être de simple brigand, il y avait une réelle hiérarchie entre eux. Qui était ce « Keizer » ? Leur chef, à n’en point douter.
Par malheur les deux glandus qui devaient surveiller Adam et Arthuria se mirent à pouffer de rire pour une raison inconnu mais qui devait avoir un rapport avec l’alcool qu’ils avaient dans le sang. Ils énervèrent encore plus la furie, alors que cela paraissait impossible. La jeune femme put donc le voir de plus près. Elle ne reconnaissait pas cet homme mais elle pourrait dorénavant le faire à l’avenir. La même scène parut encore se répéter. Azog le guerrier s’énervait, la femme venait le calmer ou bien essayer. Il invoqua soudainement son invocation pour s’en servir comme monture. Incroyable, combien avaient-ils tous d’invocation ?... Ce qu’il dit avant de partir n’était pas du tout rassurant. Mais sa présence envolée était un grand soulagement.

Arthuria pensa trop vite car c’est cette Vradora qui s’approcha d’eux. Peut-être ne se serait-elle pas rebeller d’un poil face à cet Azog, cependant cette femme avait l’air moins bête et surtout moins brutale. La jeune femme soutenait le regard de Vradora. Le sien était empli d’une détermination quasi sans faille, même prisonnière elle ne se montrait pas vaincue. Tel un prédateur toisant sa proie, la femme fit le tour des prisonniers avant de revenir s’arrêter face à la chasseresse. Elle lui posa alors un bon nombre de question… Ce qu’elle disait était vraiment drôle alors elle eut un petit sourire en coin pour lui répondre.


« Hum… en fait il y a un petit soucis dans ce que vous dites… Vradora. Vous vous dîtes du peuple des Hommes Libres et vous dénoncez le Prince d’être venu s’approprier des terres de non-droits à l’insu de tout le monde. Jusque-là, soit. Mais, parce qu’il y a un mais, cela veut dire que ces terres n’appartiennent donc à personne de votre point de vue. Sauf que vous empêchez les gens d’aller au temple de l’air… Je ne crois pas qu’il vous appartienne que ce soit à vous ou au Prince. Si ces terres sont libres alors pourquoi empêcher deux personnes à voyager jusqu’au temple ? Vous imposez vous-même vos propres lois, comme le Prince, en somme. Vous n’êtes donc pas sur des terres libres. Que faites-vous de la liberté des gens qui veulent posséder une invocation d’air ou même libérer les demi-dieux ? Qui plus est, nous ne vous avons rien fait, et vous ne savez même pas ce que nous pensons tous les deux.
Je suis moi-même originaire des landes. Néanmoins d’après les rumeurs qui circulent à votre sujet dans tout Lüh, je crois que je préfère que le Prince annexe ces terres à son royaume, plutôt qu’un groupe de barbares sortit d’on ne sait où dirige à sa manière ces lieux. Car notre souverain, bien que puissant de par son titre, sera obligé de respecter une certaine autorité et une certaine morale que vous n’avait pas l’air de posséder. Le Prince est fragile, sans son peuple, il est perdu, il se devra de le respecter. Je préfère que les landes deviennent un endroit paisible plutôt que d’être dirigé par des Tyrans assoiffés de sang. Un nombre conséquent de personnes innocentes habitent dorénavant à Rorn et j’espère qu’il ne leur arrivera rien. Je ne suis pas obligée de croire les rumeurs mais avec ce que je viens de voir, c’est presque validé… Cependant vous pouvez toujours expliquer votre point de vue… »


Et surtout, parmi les innocents de Rorn se trouvait la famille d’Arthuria. Même si cela faisait très longtemps qu’elle ne les avait pas vu, elle ne voulait pas que quelque chose ne leur arrive.
Vradora n’ajouta rien et sortit une fiole de sa bourse. Le remède ! C’était elle qui l’avait bon sang… Enfin il valait mieux que ce soit elle plutôt qu’Azog.
La chasseresse pensait qu’elle allait s’en prendre une avec son long discours mais il n’en fut rien. Pendant qu’Adam recevait une dose du remède, leur geôlière enleva son manteau pour le mettre au pied de la jeune femme. Cette dernière du se trémousser pour tenter de le ramener sur elle. Quitte à faire pitié, elle opta pour un peu de chaleur. Vradora s’éloigna et la jeune femme fut déçue de ne pas avoir son point de vue.
Elle soupira de dépit, ils étaient entrés dans un conflit politique, génial…

Elle se pencha de nouveau vers Adam et lui chuchota...

"Je crains qu'il faille revoir nos plans... Il faut réussir à prendre l'antidote qui se trouve dans la bourse de Vradora, avant que cet Azog revienne. Hyilinia pourrait s'en saisir cependant si elle ne va pas assez vite... Si ça fonctionne je pourrais invoquer Shakahm pour qu'il fasse diversion le temps que l'on s'enfuit une fois qu'il nous aurait libéré, si c'est possible..."
HRP:
 
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #8 écrite Mar 28 Oct - 22:21

Adam commençait à ressentir les premiers effets du poison: Trouble de l'attention, fatigue, vertiges et des sueurs froides dans le dos... Tant de réjouissances auxquelles il était habitué depuis l'enfance... Mais ça n'en faisait pas des douceurs malgré tout!

Il n'en rata pas le sourire méprisant de Vradora pour autant. En se concentrant il réussit à comprendre à peu près correctement les paroles de celle-ci...


* Les barbares du Nord...*

Un homme vint le forcer à boire un liquide...

* Un autre poison? Non ce serait inutile... L'antidote? Mais alors quel besoin de me le donner maintenant? Ce poison est la seule chose qui nous empêches de tenter une évasion!*

Il continua à écouter la conversation entre Vradora et Arthuria, susceptible d'apporter des informations utiles, et tenta d'en extraire l'essentiel.

* En gros, un contingent semble s'être organisé grossièrement afin de prendre le pouvoir sur les terres du Nord... Jusque là rien de nouveau... Mais ils me semblent plus puissants que prévus par le Prince.

... Mmm...

Y aurait-il une carte à jouer?*


La grosse différence entre la majorité de la Haute Noblesse et lui était que l'existence de la famille royale ou sa disparition n'avait qu'une influence très limitée sur la richesse et l'influence de sa famille...

* Je pensais que les habitants de Rorn étaient des pirates? Peut-être même y'en a-t'il un dans ce groupe qui connait mon nom... Ces pirates sont des clients comme les autres après tout et il est probable que certains naviguent sur des bâteaux estampillés "Di'Siglione"!*

Son esprit sembla s'éclaircir très légèrement... C'était donc bien l'antidote? Difficile à dire... Adam décida d'attendre de voir tous les symptômes du poison disparaître avant d'envisager une évasion en force...

Il écouta Arthuria... Sa vision idéaliste des choses était dangereuse, mais on pouvait sentir une sincérité brûlante dans ses mots: Une passionnée. Le jeune noble aurait préféré que le contenu de son discours abonde dans le sens de la barbare mais tant pis: Si elle jouait la résistance...

C'est alors que la femme s'adressa à Hyilinia: Là ce n'était pas la même chose! Si elle tentait de saborder la relation entre son invocation et lui, le risque de mourir au combat serait le cadet de ses soucis...
Elle touchait à la seule chose positive qu'il ait jamais eu en vingt ans de vie... Il ressentit une émotion à la fois bien connue et nouvelle... La haine. Cette haine qui l'avait aidé à rester en vie... Mais celle-ci était différente des précédentes: Il voulait la voir souffrir. Ce n'était plus un simple outil mais un but en soi.

Il allait hurler à la femme de se taire mais Hyilinia répondit plus vite que lui.

La stupeur agrandit ses yeux lorsqu'il entendit la petite fée: Ses paroles débordaient d'innocence et de sagesse, rarement présentes en même temps chez une personne pourtant.
Il la regarda, un peu hagard, détruire sa cage et continuer son explication tranquillement... Le manque d'émotion à l'idée que son maître soit traité de la sorte, sans compter l’empoisonnement... Inquiéta quelque peu Adam: A moins de lui en donner l'ordre, la petite fée semblait peu enclin à défendre le bien-être de son libérateur.
Il faudrait établir une liste de règles basique dès le retour à Lüh... A condition d'y arriver un jour.

Arthuria en profita pour chuchoter quelque chose... Un plan d'évasion apparemment... Mais les effets du poison semblaient tarder à disparaître.
Adam compta alors les forces restantes dans le camp adverse: Trois hommes, une femme et au moins une invocation. Mais les hommes étaient ivres, laissant la femme relativement seule en cas d'affrontement.
De son côté, Arthuria était en pleine forme et disposait d'une invocation, chose qu'ignorait ses tortionnaires! Plus bien entendu Hyilinia. Mais leurs armes se trouvaient à plusieurs mètres...

Les forces semblaient bien plus équilibrées qu'avant le départ de la brute sur son dragon... Même si un affrontement direct était risqué, avec un peu de finesse... S'échapper devenait possible.

Il chuchota alors sa réponse à Arthuria:


" Si Shakahm est assez puissant, nous avons une chance. Mais la priorité reste l'antidote... Je sens que les effets n'ont pas disparus. Il est probable que je doive ingurgiter le reste de la bouteille que cette femme a sur elle. "

Il regrettait aussi de ne pouvoir communiquer avec Hyilinia par la pensée... Les invocations de terre en avaient la capacité et cela se serait révélé bien utile.

Il manquait encore d'informations... Il devait risquer la prise de contact directe, et s'adressa directement à la Vredora:


" Lorsque vous parlez des peuples du Nord... Parlez-vous des citoyens de Rorn? Étrange, je pensais que la majorité de ses occupants étaient des pirates? Votre keiser...  Sire Tarnac si je ne me trompe?... Pensez-vous vraiment que le Roi de Lüh paierait une rançon pour une petite chasseuse débutante et un vulgaire marchand comme moi-même? Seule la demi-déesse ici présente pourrait représenter une réelle valeur... Mais là encore ma mort entraînerait son retour au temple de l'air.

Vous n'avez aucuns intérêts à nous tuer, ni même à nous garder prisonniers, au contraire même! En nous libérant nous pourrons attester de votre puissance militaire et ainsi forcer le roi à reconnaître votre existence comme des égaux, voir plus par la suite...
Votre ami qui est parti tout à l'heure, ne semble pas aussi perspicace que vous-mêmes sur la position actuelle et la situation réelle de votre peuple, nulles doutes qu'il nous tuera à son retour... sans compter vous.

Réfléchissez-y: Il est évident que des divergences vous opposent vous et lui. Vous semblez apporter votre soutien à votre souverain actuel et lui est de toutes évidences pressées de le remplacer... Ou au minimum de déclencher une guerre ouverte avec Lüh.
Hors, à son retour, il trouvera trois hommes avec la gueule de bois ou endormis et une invocation, la votre, pour vous défendre en tout et pour tout... Vous serez fatigués d'avoir du nous veiller toute la nuit ou bien encore endormie...

Qu'est-ce qui l'empêcherait de vous tuer tous? Ainsi que nous? Il n'aurait plus alors qu'à rentrer tranquillement à Rorn en martyre... Mettant votre mort et celles du reste de votre groupe sur notre dos à nous... Puis notre mort sur son compte... Pour "vous venger" ou bien en légitime défense bien entendu...
Fort de cette tragédie, il n'aurait aucuns mal à recruter des partisans à son point de vue jusqu'à: Soit incliner votre souverain à suivre ses idées, soit carrément le renverser et prendre sa place.

Tout dépend en fait de votre position hiérarchique et celles des hommes présents par rapport au keiser... Dîtes-moi, êtes-vous proche de votre souverain? Occupez-vous un haut rang?"


Adam pria pour que ni Hyilinia, ni Arthuria, ne le reprennent sur son identité. Si cette femme le pensait simple marchand ce n'en serait que bénéfique. Retourner Vradora contre l'homme qui était partit était la meilleure solution actuellement...
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
PNJ
avatar


▼Afficher le Profil▼
Date d'inscription : 21/08/2013
Messages : 383
Liens vers la fiche : Petit rappel avant d'incarner l'une des bêtes d'Arcane :

Comment jouer un Monstre ?
Sorts : Les monstres peuvent utiliser les sorts définis par leur Rang (A, B, C, D, E, F) et leur sous-élément.
  • A= pas de pouvoir magique. (mana : 0)
  • B = contrôle les sorts de niveau 1 et 2 de son sous-élément. (mana : 15)
  • C = contrôle les sorts de niveau 1, 2 et 3 de son sous-élément. (mana 25)
  • D = contrôle les sorts de niveau 1, 2, 3 et 4 de son sous-élément. (mana 35)
  • E = contrôle les sorts de niveau 1, 2, 3, 4 et 5 de son sous-élément. (mana : 40)


Liste détaillée des sorts en bas de cette page
Inventaire▲

Aventure #9 écrite Mer 29 Oct - 10:55

Quand la jeune femme lui répondit, Vradora remarqua qu’elle avait totalement omit de révéler son identité et celle de l’homme dont elle avait –visiblement- la garde. Car oui ce dernier, en plus de ressembler à une femme, semblait n’être qu’un enfant incapable de se défendre seul et maintenant puni et boudeur car celle qui devait être sa nounou avait failli à sa tâche. Cette idée vint à nouveau esquisser un sourire moqueur sur ses lèvres.

« Mais, parce qu’il y a un mais, cela veut dire que ces terres n’appartiennent donc à personne de votre point de vue. »

L’inconnue se trompait. De son point de vue ses terres appartenaient à son grand-père Tarnac le Keiser des Landes car la devise du clan était : « Ce que tu prends t’appartient. » Tout comme Sahen il y a presque soixante ans maintenant, lorsqu’il monta sa rébellion, il avait pris le trône et était devenu Roi.
Dans l’ombre du chaos des landes, Tarnac avait fui et s’était reconstruit plein de haine. Ayant juré  l’allégeance à la descendance aspérienne comme les siens avant lui depuis cent ans déjà, il avait conquis ces Terres de Désordres et les avait faites siennes devenant Roi à son tour. Tanarc avait fait d’une pierre deux coups en redorant le blason de la lignée déchue ainsi que celui de sa propre famille. L’honneur était sauf.

" Sauf que vous empêchez les gens d’aller au temple de l’air… Je ne crois pas qu’il vous appartienne que ce soit à vous ou au Prince, avait-elle continué face au silence de son interlocutrice.  Si ces terres sont libres alors pourquoi empêcher deux personnes à voyager jusqu’au temple ?

Vous imposez vous-même vos propres lois, comme le Prince, en somme. Vous n’êtes donc pas sur des terres libres. Que faites-vous de la liberté des gens qui veulent posséder une invocation d’air ou même libérer les demi-dieux ? Qui plus est, nous ne vous avons rien fait, et vous ne savez même pas ce que nous pensons tous les deux.
"

Alors qu’elle s’apprêtait à la remettre en place face à la fausse interprétation comme quoi ses terres n’étaient pas les siennes mais sa curiosité fut piquée à vif ce qui retint donc sa langue de siffler. Voilà maintenant que par ses belles paroles, elle mettait les dieux dans ce conflit qui opposait son clan au Prince. Elle l’écouta attentivement sur le sujet et elle retint un gloussement narquois. Là encore elle faisait fausse route de par son manque d’informations les concernant. Elle non plus ignorait ce qu’elle pensait et ce qui avait été fait pour en arriver là aujourd’hui.

Cependant, elle était d’accord avec l’inconnue sur le fait qu’il était injuste que par leur conflit, des gens qui n’avaient rien à avoir avec ces vieilles rancœurs d’antant, en pâtissent. Seulement, elle n’était encore que la petite fille du Keizer et ne possédait aucun les droits ni le pouvoir de changer les choses sur ce point de vue-là. Elle s’accroupit donc face à la prisonnière. Elle voulait en savoir plus sur ce qu’on pouvait penser d’eux.

-Vous venez de la capitale n’est-ce pas? Beaucoup de rumeurs tentent de dissimuler la réalité que nous vivons ici et je serais intéressée de connaitre les mensonges qui nous qualifient.

-Je suis moi-même originaire des landes, lui répondit-elle. Néanmoins, d’après les rumeurs qui circulent à votre sujet dans tout Lüh, je crois que je préfère que le Prince annexe ces terres à son royaume, plutôt qu’un groupe de barbares sortit d’on ne sait où dirige à sa manière ces lieux.

Une lueur méprisante traversa son regard déjà si froid. Tsss ! Si elle était vraiment une fille du nord des landes jamais elle n’aurait abandonné sa contrée natale pour vivre dans cette ville abjecte qu’était Lüh ! Qui était-elle pour les juger de barbares-sortis-d-on-ne-sait-où ou de tyrans assoiffé de sang ?! Se soumettre à un Prince qui ignore tout de la richesse de son clan et se sert de la rage d’hommes blessés par le passé pour en dépeindre une idée complètement éloigné de la vérité ?

« Cependant vous pouvez toujours expliquer votre point de vue… »

Vradora bouillait de rage. Elle se releva jeta sa cape vulgairement sur la femme et tourna les talons ignorant ses derniers mots. La guerrière était énervée mais pas seulement contre la prisonnière mais également contre son propre grand-père et Azog. S’ils n’étaient pas si fermés et bornés dans une époque qui n’était plus, peut être que plus de personnes comprendraient la cause qu’ils défendent actuellement.

Azog par ses agissements sanguinaires ne faisaient qu’amplifier cette visions que le reste d’Arcane pouvait avoir d’eux. Tarnac approuvant et poussant le clan à suivre ce genre de tactique pour provoquer le Prince au lieu de les réprimander ne faisait que donner plus de crédits à ces stupides rumeurs !

Le son régulier de la pierre aiguisant sa lame avait eu un effet apaisant sur la jeune femme. Une fois calme et l’esprit à nouveau présent pour se préoccuper de l’instant présent, les lueurs de la divinité enfermée attirèrent son attention. Son propre lien complice avec l’enfant d’Aer qui était sien semblait apaiser la tension qui vibrait encore dans sa voix.

« Des regrets à propos d'Adam ? répéta la petite fée en échos presque étonnée.  Oh si ! Je suis triste pour lui, parce qu'il est très seul et qu'il a bien besoin de gens qui l'aiment ! Alors oui, répondit-elle vraiment. Par contre, ce n'est pas à cause de sa soumission que je suis dans une cage. C'est à cause de nous, de ce que nous avons fais tu sais. On vous a fait et..., la déité émit un soupir triste qui dénotait avec son attitude si dynamique mais reprit de plus belle, et on a raté quelque chose ! Moi, je pensais que vous seriez comme il faut, joyeux, gentils ! »

Vradora était perdue. Mais où voulait-elle en venir ? La jeune femme ne voulait pas lui montrer qu’elle ne la suivait pas dans son dialogue passionné. Sa petite voix fluette empêchait la fille du nord d’éprouver le moindre sentiment de colère ou envie de la contester. Non, elle l’écouta jusqu’au bout jusqu’à ce que sa petite voix nasillarde s’épuise enfin.

« Tu dis qu'un de mes frères est aussi libre que toi ? Mais à quel point es-tu libre, Vradora ?»

Elle était libre car son esprit n’était soumis à personne. En tout cas nullement par la force car elle était fidèle à son Keiser malgré ses airs de liberté. Dans le fond la petite créature magique avait raison, était-elle vraiment libre ? Même si elle accordait plus d’aisance à son invocation sur ses choix et son libre arbitre que le reste de son clan avec les leurs, il ne serait jamais vraiment libre tant que la punition divine existera. Son grand père et elle-même ne croyaient pas au retour des Quatre alors cela signifiait-il que jamais ces êtres si puissant d’antan serait à jamais soumis aux humains ?  

Un petit rire cristallin tinta sortant Vradora de ses pensées alors que la petite chose lui posait une ultime question : « Et l'es-tu vraiment plus que moi ? ». N’eut-elle le temps d’analyser la profondeur de ses mots que l’être se replia sur lui-même et fit exploser ses entraves de bois. La jeune femme resta interdite face à cette réaction si inattendue de la vieille déité.

« Tu vois, Vradora, je ne suis pas plus enfermée que ça. Je reste là parce que je le veux et parce que je compte aider Adam. »

Ces mots venaient de mettre involontairement une claque à la dénommée Vradora. Si elle n’avait pas été un demi-dieu, la guerrière aurait réagi bien différemment et impulsivement. Toutefois, elle resta muette ce qui permit à la petite fée de terminer son discours moral. D’un geste instinctif, elle plaça sa main sur sa bourse. Oubliait-elle qu’elle possédait la deuxième et unique fiole de l’antidote pour sauver son maître du poison ?

« Bon, c'est pas tout ça, mais j'espère que tu as une autre cage où m'enfermer ? »

Alors que son rire retentissait encore comme un doux son de clochette apportant un peu de guetté sur le camp si morose et silencieux, Vradora lui adressa contre toute attente un sourire et lui répondit avec autant de malice et d’audace que la petite chose faisait preuve :

« Je pense qu’on va pouvoir s’arranger effectivement. (cherchant du regard autour d’elle une solution, elle désigna une lanterne de métal forgé et de verre du bout du menton) Si on retire la bougie à l’intérieur, je suis sûre que cette nouvelle prison te conv.. »

Cependant, la voix du fameux Adam que la fée avait pris en affection la coupa  net dans sa lancé. L’expression détendue de son visage se troqua immédiatement pour son masque impénétrable et glacial qu’elle arborait habituellement. Elle se leva brusquement, son arme à la lame parfaitement aiguisée dans une main, et s’avança à grandes enjambées vers celui qui venait de prendre la parole.

« Pensez-vous vraiment que le Prince de Lüh paierait une rançon pour une petite chasseuse débutante et un vulgaire marchand comme moi-même? continuait-il alors qu’elle n’était plus qu’à quelques pas de lui. Seule la demi-déesse ici présente pourrait représenter une réelle valeur... Mais là encore ma mort entraînerait son retour au temple de l'air. »

Vradora se tenait à présent debout face à lui et à l’aide de ses deux mains elle soulevait le menton de l’enfant garçon déguisée en fille du bout de sa lame. Malgré la lourdeur de son épée, ses bras ne tremblait pas et ses pupilles étaient d’une noirceur terrifiante le dardaient avec arrogance. Cependant quelque chose la retenait de continuer son geste, le soit disant Adam en profita donc pour continuer sa tirade :

« Vous n'avez aucuns intérêts à nous tuer, ni même à nous garder prisonniers, au contraire même! En nous libérant nous pourrons attester de votre puissance militaire et ainsi forcer le roi à reconnaître votre existence comme des égaux, voir plus par la suite... »

Elle écouta donc la suite de son discours le gardant toujours sur le fil incertain de la vie et de la mort. Si ces mots perdaient de cohérence il savait les risques qu’il encourait. Si jamais il s’avérait assez convainquant alors peut-être Vradora changerai d’avis sur l’issu de la situation.

« Dîtes-moi, êtes-vous proche de votre souverain? Occupez-vous un haut rang?»

Les mots dans sa bouche s’étaient écoulés sans trouver de fin jusqu’à cette dernière question. Il avait réussi à captiver la jeune femme dans son discours sur les possibilités qui s’offrait à Azog. Son insubordination et l’affront dont avait fait preuve Azog un peu plus tôt collait plus ou moins avec les dires du prisonnier. De nouveau ce sourire sarcastique alors qu’elle baissait la garde de son arme qu’elle planta devant ses pieds. Prenant appui sur le pommeau, elle plongea son regard dans celui de l’homme et lui répondit de son habituel voix tranchante.

« Pour commencer laisse-moi éclaircir quelques points que tu ne sembles pas comprendre, Adam. Le peuple du nord n’a rien à voir avec cette maudite cité qu’est Rorn, déclara-t-elle avec force. Nous n’avons également aucun lien avec ces marauds qui sillonnent les mers, même si je l’admets, il arrive que notre souverain accepte de temps en temps de les héberger sur nos terres. Nous avons quelques accords avec eux mais nous ne sommes pas comme eux, compris ?

Tu es plus intelligent que ce que j’l’aurai cru monsieur le marchand
, lui avoua-t-elle, mais si tu penses que c’est la rançon qui nous importe alors je ne donnerai pas cher de votre peau. Avec ce qui se passe en ce moment, cette mascarade n’a pas lieu simplement pour régler une banale question d’argent. Notre Keizer veut faire passer un message et votre cher Prince n’a pas l’air de nous prendre au sérieux.

Alors dis-moi monsieur le marchand, comment comptes-tu t’y prendre pour attester de notre puissance armée ? Toi, soit dis en simple marchand, prétends-tu que ta voix à plus de valeur que nos actions barbares aux yeux de ce prétentieux qu’est Reyson ? Ou serais-tu qu’un beau parleur et menteur ?
»

Vradora avait plongé ses prunelles dans les fenêtres qui s’ouvraient sur l’âme de son interlocuteur. Elle cherchait à le sonder, à lui faire peur et ainsi débusquer la vérité. Elle savait que quelque chose clochait chez lui mais n’arrivait à pas savoir quoi. Il n’était pas marchand et ça, elle en était certaine.

« En ce qui concerne mon ami, je pense que tu as raison. Nos relations sont quelque peu conflictuels ces derniers temps mais nous sommes un peuple soudé. Même si notre souverain ne l’a pas encore promu à sa succession et que cela le blesse dans son amour propre, il ne trahira jamais nos valeurs. De plus Azog n’attendra pas mon aval pour trancher vos têtes comme il l’a promis tout à l’heure. Cependant, si tu penses un instant que je n’ai aucun intérêt à vous tuer, je n’en ai aucun à m’encombrer de vous vivants, conclu-t-elle. »

En réalité, Vradora se fichait éperdument de l’issue qui leur serait réservé. Ce qu’ils avaient du mal à comprendre, c’est qu’ils avaient été embarqués dans une histoire vieille de soixante ans pleine de rancœur de la part de l’ancienne génération. Le roi, malade et mourant, préparait depuis déjà des années l’ultime bataille qui se mettait officiellement en place depuis la construction de Rorn. Seulement, sa petite fille savait qu’il ne la gagnerait pas et qu’il fallait voir plus loin. Trouver une autre solution que la violence.

Action du dé:

[I/2/3]: Vradora n’entend pas le hululement de son invocation la prévenant de l’arrivée d’une intruse dans le campement. L'inconnue a alors le choix de faire une entrée discrète et inaperçue qui la met en avantage. Vradora reste près des prisonniers.

[4/5/6] : Vradora entend le son caractéristique de son invocation et se prépare à une attaque.

Si le dé fait entre 4 et 6:
 

HRP:
 
▲ Succès ▲


Dernière édition par Humain le Ven 31 Oct - 11:46, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ariez
Ariez
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 1833
Double Compte : Aucun.
Liens vers la fiche :
Métier : Armurière
Invocation(s) : Vaea, Mercor
Inventaire :
  • Cape d'invisibilité
  • Mémorium
  • Cristal de mana
  • Sac sans fond
  • Deux pierres de télépathie
  • Une épée à la lame noire
  • 1000 T

Sorts : Tous les pouvoirs. =D
Inventaire▲

Aventure #10 écrite Mer 29 Oct - 10:55

Le membre 'Humain' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'dé à 6 faces' :
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
http://arcane.forumactif.fr
Esméra Zuriel
avatar


▼Afficher le Profil▼
Crédit Avatar : non renseigné
Date d'inscription : 29/10/2014
Messages : 4
Inventaire▲

Aventure #11 écrite Jeu 30 Oct - 10:53

Esméra vivait à Rorn depuis sa construction, elle qui venait du palais sûr et douillet du prince n'avait pas tardé à se confronter à la réalité du Nord. Rorn avait certes rendu sa proximité immédiate plus sûr, mais cette nouvelle ville avait forcé les brigands à se réfugier plus loin. Ce regain d'autorité du Prince avait amplifié leur soif du combat et leur haine. Qu'advenait-il des petites villages au nord de Rorn ? En proie à la barbarie, au pillage, au viol... Toute la haine que les barbares ne pouvaient faire déferler sur le Prince retombait sur le petit peuple du Nord, qui ne pouvait compter sur personne. Esméra voulait changer cette injustice, si son ancien ami Reyson n'avait pas suffisamment les idées claires et ne souhaitait pas aider son peuple jusqu'au bout, elle s'en chargerait.

Esméra, longtemps au service rapproché du Prince, avait appris à se battre et comptait bien mettre sa détermination au service de son peuple. A Rorn, elle avait longtemps entendu parler de l'histoire du Keiser. C'est une personnage dont elle n'avait jamais entendu parler du temps ou elle habitait Lüh, preuve que la capitale restait sourde à tous les maux du Nord. Le Keiser se proclamait roi sur un territoire qu'il gouvernait dans la peur et la violence. Cela faisait déjà de nombreux mois qu'elle se demandait comment contrer ce monstre, elle se rendait dans les petits village du Nord, soumis malgré eux aux armées du Keiser, et essayait d'unifier ce qu'elle appelait le peuple Juste. Elle revenait vers Rorn quand elle aperçut une silhouette sombre et menaçante s'avancer sur la ville.

Elle s'approcha furtivement, arrivant donc dans le dos de l'intrus, lui de son coté atterrit aux portes de Rorn, exigeant de parler aux représentants du Prince en ville et elle crut entendre qu'il exigeait une rançon. Elle n'entendit pas la suite, elle ne savait pas combien de citoyen de Lüh était pris en otage ni qui ils étaient, mais elle en savait déjà suffisamment à son gout. C'était une occasion en or pour elle : elle allait pouvoir se faire connaître du Keiser, et montrer que le peuple Juste refuse sa tyrannie, et qu'elle se porte garant de leur liberté. Elle profita de l'effet de surprise, puis a l'aide de son invocation Lilith et des miliciens présents sur place qui vinrent eux aussi l'aider, elle réussit à mettre à terre Azog et son invocation à la suite d'un combat acharné. Il avait eut la stupidité de venir seul en se pensant intouchable et en paya le prix.  Esméra plaça un couteau sous la gorge de Azog afin que l'invocation retourne dans son temple, se qu'elle fit, ne pouvant risquer la vie de son maître.

Esméra, aidée de son invocation et des deux miliciens qui étaient venus avec elle afin de libérer les otages, trouvèrent le camp des hommes libres. Elle se présenta face à eux, une lame sous la gorge d'Azog, a moitié conscient.

"Je me nomme Esméra Zuriel et je jure sur ma vie que jamais je ne laisserais vos crimes impunies. Vos meurtres, vos viols et vos pillages n'ont que trop gangrenés le Nord. Vous faites souffrir le peuple Juste en accusant le Prince de tous vos maux. Vous osez vous en prendre au peuple d'Arcane pour soulager votre colère. Voici ma réponse !"

Elle empoigna Azog par les cheveux et lui redressa la tête, laissant bien voir sa lame menaçante prête à trancher cette gorge.

"Relâchez les otages si vous tenez à sa vie !"
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
PNJ
avatar


▼Afficher le Profil▼
Date d'inscription : 21/08/2013
Messages : 383
Liens vers la fiche : Petit rappel avant d'incarner l'une des bêtes d'Arcane :

Comment jouer un Monstre ?
Sorts : Les monstres peuvent utiliser les sorts définis par leur Rang (A, B, C, D, E, F) et leur sous-élément.
  • A= pas de pouvoir magique. (mana : 0)
  • B = contrôle les sorts de niveau 1 et 2 de son sous-élément. (mana : 15)
  • C = contrôle les sorts de niveau 1, 2 et 3 de son sous-élément. (mana 25)
  • D = contrôle les sorts de niveau 1, 2, 3 et 4 de son sous-élément. (mana 35)
  • E = contrôle les sorts de niveau 1, 2, 3, 4 et 5 de son sous-élément. (mana : 40)


Liste détaillée des sorts en bas de cette page
Inventaire▲

Aventure #12 écrite Ven 31 Oct - 11:44

Apparence de Mahow invocation de Vradora:
 

Un deuxième cri perçant déchira la nuit et l'invocatrice ne resta pas insenssible à l'appel de sa déité. Dans l’ombre, Vradora devina des silhouettes se rapprochant du campement et avait immédiatement ordonné à ses hommes de se tenir prêt au cas où.  Seulement un subtil indice titillait la guerrière : les inconnus ne cherchaient pas à dissimuler leurs présences. Étaient-ils de leur côté ? Elle en doutait sinon Mahow, son invocation, n’aurait pas essayé de l’avertir de présence d’étrangers.  

C’est alors qu’une expression de surprise se figea sur son visage. De ses deux yeux ronds comme des billes, elle vit quatre formes humaines se dessiner aux lueurs de l’avant post. Une femme en armure, accompagnée de deux gardes, se présenta. La dénommée Esméra tenait Azog, oui vous avez bien lu nous parlons bien d’Azog le Sanguinaire, en soumission une lame affutée sous sa gorge. La guerrière eut l’impression d’être plongée dans un songe se muant peu à peu en cauchemar. Qu’est-ce que c’était que cette histoire ?! Une mine grave et sérieuse avait remplacé l’étonnement désormais passé. Vradora réfléchissait à toute allure à la meilleure solution à adopter.

Encore une siphonnée bercée dans les illusions utopiques de la justice et qui s’impliquait dans des desseins dont elle ignorait toute l’ampleur. Cependant cette inconsciente détenait l’un de sien et jamais Vradora ne laisserait derrière elle l’un des leurs. Il était déjà si peu et perdre un fier guerrier comme lui n’était pas envisageable même avec un caractère aussi détestable que le sien.

Elle n’avait toujours pas répondu à cette impertinente qu’un immense hibou sorti de la nuit noire se posa à ses pieds. Ses yeux énormes, d’une vive couleur orangé, ressortaient grâce à son plumage sombre lui offrant un air peu commode.  Vradora apprécia sa présence la réconfortant et la rassurant sur le discours qu’elle lança à leurs invités surprises :

« Très bien, lui répondit elle enfin, je vous rends ces deux personnes en échange de mon compagnon et de votre parole à repartir sans violence d’où vous êtes arrivés.

(Elle fouilla dans sa bourse et en ressortit une petite fiole qu’elle glissa dans l’une des pates acérées de son invocation alors qu’elle lui chuchota quelques mots que seul lui pouvait entendre.)

Cependant vous comprendrez que je préfère prendre mes précautions quant au bon déroulement de notre marché si vous l’acceptez.

(L’immense hibou s’éleva dans les airs et disparu dans l’obscurité nocturne.)

Cet homme, soit disant simple marchand, a ingurgité un poison dont le remède vient de s’envoler à l’instant.  Si vous essayez de m’entourlouper en tuant mon ami ou décidant de nous attaquer au lieu de repartir d’où vous venez, jamais il ne survivra.

Toutefois, si vous tenez parole, je m’engage sur l’honneur de ma famille, moi Vradora petite fille de Tanarc le grand Keiser des Landes et légitime héritière au trône, à vous rendre le remède une fois que vous aurez atteint Rorn.

Cela vous convient-il, Esméra Zuriel ?
»

Vradora avait dû faire preuve d’une maîtrise de soi particulière. Si cette femme ne détenait pas Azog, elle l’aurait attaqué sans chercher midi à quatorze heure. Le princesse des landes avait donc libéré Adam et celle qui veillait sur lui. Elle avait récupéré le barbare. Elle avait laissé la petite fée, sans répondre à son discours sage mais prétentieux à ses oreilles, rejoindre le groupe rassemblé autour de leur sauveuse inattendue du nom d'Esméra. Que savait-elle de son lien avec Mahow? Rien. Strictement rien.

Épée en main, ses hommes derrière elle prêt à l’assaut, Vradora avait guetté d’éventuelles représailles même après la disparition de leurs ombres vers le sud. Quand elle fut certaine qu’ils ne risquaient plus rien, elle ordonna qu’on démonte le campement rapidement malgré l’heure avancée de la nuit. Ils devaient partir sans attendre,  il fallait retourner dans le cœur des bois du Nord expliquer à leur souverain la situation étrange à laquelle ils avaient été confrontés. Cette Esméra n’agissait pas au nom du Prince mais en celui du peuple juste. Vradora espérait qu’elle pourrait peut-être raisonner son grand-père sur une autre solution à adopter.
(lien vers la suite à venir)


HRP:
 

Edit: j'ai modifié mon post pour collé avec la réaction d'Hylli ♥️
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #13 écrite Ven 31 Oct - 12:13

La petite semi-divinité avait suivi tout ce qui s'était passé sans bouger ni réagir.
Quand l'autre invocation s'était envolé, elle l'avait fixé prête à bondir, attendant un ordre qui ne venait pas.
Elle avait fait une grimace qui aurait sûrement fait rire ceux qui auraient pu la voir.
Cependant, elle ne pouvait pas ne pas réagir. Après tout, on lui avait dit de se laisser faire, pas de se taire. A la question de Vradora, elle n'avait pas attendu la possible réponse d'Esméra et avait répondu à sa place.

Fais-tu si peu de cas de tes invités que tu ne leur demandes pas à eux ce qui leur convient ? Sommes-nous si transparents à tes yeux que notre avis ne compte pas ?
Parce que moi, cela ne me convient pas. Mais alors pas du tout.


Oui, la remarque aurait pu paraitre ridicule et l'était probablement en partie pour les nouveaux arrivants. Une petite chose de quelques centimètre de haut qui fusille du regard quelqu'un qui fait dix fois sa taille, c'est ridicule. Mais cette petite chose était puissante et passablement de mauvaise humeur.

Tu prétends nous libérer, mais tu gardes mon maître en ton pouvoir, continuant ce cercle de défiance qui ne résout rien.
Au contraire même, Petite Grande. Tu ne fais que créer plus de douleur.
Que se passerait-il si un Grand comme lui décidait de provoquer cette guerre que certains des tiens appellent de leurs stupides voeux ?


C'est avec un geste triste qu'Hyilinia avait désigné Azog. Visiblement, l'état de ce dernier ne l’enchantait pas plus que sa volonté de partir en guerre contre d'autres humains.

N'ont-ils pas sous leur contrôle certains de mes cousins ou de mes frères et sœurs ? Certains ne sont-ils pas assez puissant pour détruire cette fiole ?
Tu prétendais mon frère aussi libre que toi... Lui as-tu demandé son avis avant de l'envoyer loin de toi avec de quoi sauver mon maître, nous mettant tous en péril ? Etait-il libre de le faire ?

La demi-déesse soupira un grand coup, plus fort qu'on aurait pu penser possible pour aussi petit corps.

Vradora, petite fille de Tarnac, je vois de l'espoir à travers toi. Mais il est masqué par de bien sombres nuages.
J'espère que nous nous reverrons, mais que ce sera pour rire et chanter. Tu as une jolie voix.


La petite fée se détourna et rejoignit Adam. Elle prit le temps de vérifier qu'il allait bien puis lui chuchota :

Tu aurais dû me faire confiance, Grand. Parce qu'à me dire de ne rien faire, de rester tranquille et me laisser faire... J'aurais pu te voir mourir sans pouvoir réagir.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #14 écrite Ven 31 Oct - 15:15

A priori Adam n'était pas encore tout à fait d'accord pour le plan qu'ils essayaient de mettre en place depuis bientôt une heure. Mais c'était de toute façon beaucoup trop risqué, il fallait attendre la bonne ouverture et Arthuria craignait qu'elle ne se présenterait jamais. Cependant ce n'était pas le moment de perdre espoir. Il fallait continuer à trouver des informations, et c'est ce qu'Adam tenta de faire. Tout comme la chasseresse, il fit un long discours. Il était à l'opposé du sien par contre. Alors que la jeune femme avait tenté de convaincre Vradora par la raison, essayant de la persuader par sa propre pensée, le Noble tenta de lui mettre le doute, de la duper. Mais cela n'avait pas l'air de bien fonctionner. La jeune femme doutait de la solidité de ses argument quand au fait qu que leur vie n'était pas très chère. (Sans parler du fait qu'il l'avait dénigrer, mais elle mettrait ça au point plus tard...) Elle trouvait même que c'était une très mauvaise idée. Et Vradora ne manqua pas d'enfoncer le clou.
En tout cas, une chose était sûre, c'est qu'à force de faire tourner la guérrière dans tout le camp elle serait fatiguer. Mais à priori elle aimait beaucoup regarder de haut les gens avec qui elle parlait. Et ce n'était pas très compliqué quand elle parlait à quelqu'un qui était attaché par terre. La chasseresse ne dit rien et tenta de resserer le manteau de fourrure un peu plus sur son corps. Son odeur n'était pas fameuse mais cela tenait chaud. Adam n'avait pas eut cette chance.
Vradora n'avait pas tellement donné plus que ça d'informations. Elle cachait bien son jeu, même si Arthuria avait bien une idée de ce que voulait faire les Hommes Libres des Landes. Elle espérait juste que tout cela ne finisse pas en massacre sur le long terme… En guerre, pour faire plus simple.
Elle savait déjà quel camp elle choisirait. Même si secrètement elle savait qu'elle ne ferait parti ni de l'un ni de l'autre. Pas juste parce qu'elle ne voulait pas se livrer à une guerre, mais parce que les deux partis n'étaient pas forcément bon à suivre. Elle était tout de même loyale à son peuple et au pouvoir du Prince, mais cela lui ferait mal de se battre contre les landes Nords.
Ils pourraient très bien trouver un compromis, au lieu de se taper dessus.

C'est alors qu'un bruit se fit entendre. Vradora se redressa d'un seul coup et était prêtre à dégainer ses armes. Pourtant elle ne le fit pas. C'est de la surprise qui se paint sur son visage. Plus loin, un groupe de personne avançaient dans la lumière du camp. Arthuria était obligée de se tortiller pour voir ce qu'il se passait. Il ne fallait pas que ce soit encore des renforts…
Elle reconnut alors Azog, prit en otage, par une femme. La scène était plutôt risible pour ce guerrier. Ils avaient donc devant eux Esméra Zuriel. Cela disait quelque chose à Arthuria, mais elle ne savait pas pourquoi. Elle le saurait sans doute plus tard. A priori cette femme ne devait pas être un autre groupe extrémiste qui voulait tout saccager, tant mieux. Elle avait l'air du côté du Prince et en plus demandait un échange. Azog contre les deux prisonniers. Est ce que c'était vraiment un échange juste ? Elle était sûre que Vradora n'allait délivrer que l'un des deux prisonniers. Elle s'attendait déjà à rester dans ce camp avant d'être tuée parce que sa vie ne valait pas assez pour se faire un dentier en or. Et c'était d'ailleurs très frustrant comme idée. Au plus grand soulagement de la chasseresse, la guerrière accepta l'échange. C'était d'ailleurs plutôt étrange, est ce que Azog valait autant à ses yeux ? Ou bien elle avait déjà assez de problème et ne voulait pas avoir cette Dame Zuriel sur le dos ?
En tout cas, elle avait envie que l'échange se passe bien. Elle donna l'antidote d'Adam à son invocation qui partit on ne sait où. Cette garce, comment pouvait on la croire sur parole ? Qui sait si elle allait vraiment rendre le flacon par la suite ?

Les prisonniers se firent détacher, Arthuria en profita pour masser ses chevilles et ses poignets. Elle observa Adam qui n'était pas sous son plus beau jour. Cela devait être de même pour la chasseresse. Ils leur rendirent leurs affaires ou presque. Par chance Arthuria avait acheté ce merveilleux sac sans fond, un bon anti-vol. Et ce n'était pas forcément le cas de son client. Son manteau ne lui fut pas rendu. Et si Vradora ne le remarquait pas, alors elle partirait avec la manteau qu'elle lui avait lancé aux pieds. Ça lui apprendrait à être un peu plus polie. Elle ne voulait rien ajouter de plus et partir d'ici le plus vite possible avant que cela ne tourne mal. Elle alla se rapprocher de leur « sauveuse ». La jeune femme restait tout de même sur ses gardes.
Surtout quand Hyilinia commença son discours sur la maltraitance des demi-dieux. Elle était d'accord avec la petite fée, néanmoins ce n'était pas le moment de l'ouvrir. Arthuria était tout de même heureuse de voir Hyilinia.
Elle était prête à invoquer Shakahm à tout moment si cela se passait mal mais Vradora ignora alors Hyilinia totalement…

Arthuria resta donc silencieuse, observant les nouveaux arrivés, tentant de comprendre leurs desseins. Mais elle attendait surtout que Vradora tienne sa parole.
Ce qu'elle fit heureusement.
Après ça, ils partirent tous en direction du Sud, vers Rorn il semblerait.
La chasseresse restait toujours silencieuse, ne faisant pas encore confiance à cette Esméra, et honteuse de ne pas avoir réussi à protéger Adam comme il le fallait. Elle voyait déjà que ce serait lourd de conséquence.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #15 écrite Mar 4 Nov - 23:11

* Idiote!*

Sa propre invocation venait de donner son prénom à sa ravisseuse! Il lui fallut le peu d'énergie qui lui restait pour ne rien afficher de sa colère...
Il se calma tout aussi vite en relativisant les choses: Son prénom seul ne suffirait sans doutes pas pour l'identifier... Après tout il n'était pas le seul Adam de Lüh. Et cette barbare du Nord ne semblait pas capable de faire le rapprochement avec l'obscur fils cadet d'une famille noble d'un royaume que sa haine empêchait surement d'apprendre à connaître.
Il n'empêche, les doutes qu'elle entretenait sur sa fausse identité de marchand était déjà bien assez présents... Inutiles de lui donner des indices afin de faire voler en éclat cette couverture fragile!

Vradora s'était ouvertement montrée menaçante durant le petit discours du noble mais le gain en valut le risque lorsqu'elle celle-ci lui répondit.


* Rorn n'est donc pas sous le contrôle de peuple du Nord... Mais ils y circulent librement. Leurs accords ne devaient pas dépasser un pacte de non-agression et un accord commercial... Ce keiser évite ainsi la mise à sac de ses terres par les pirates... Hum... Un point faible à exploiter donc.
Le problème est qu'elle se contredit elle-même. L'argent n'est pas le but... C'est donc politique... Le keiser veut faire passer un message, mais nos vies n'ont aucunes importances? Il ne veut donc pas entamer de discussion mais imposer sa puissance afin que le Prince baisse la tête et le reconnaisse comme un roi avec un royaume à part entière. Cette conduite conduira inextricablement à une guerre si ce keiser bloque l'accès au temple de l'air... Sans compter l'impossibilité d'échanges commerciaux.

Enfin, l'information la plus importante: Cet Azog est un héritier potentiel au titre de keiser!*


Il répondit ensuite aux questions de Vradora:

" Ma voix seule n'a aucune valeur aux yeux du Prince, ceci je vous l'accorde, mais je connais un grand nombre de marchands et de personnes haut-placées... Il suffirait de faire circuler l'information parmi la bourgeoisie. Ce genre d'information a une vie propre une fois relâchée: Elle passera de la bourgeoisie à la Noblesse d'arme et la Haute Noblesse en quelques jours à peines... Et en moins d'une semaine au Prince lui-même. L'opinion publique n'est pas chose aisée à ignorer, même pour un Prince.
Si vous cherchez à vous faire entendre, c'est à la population de Lüh qu'il faut vous adresser, pas au Prince. Et notre assassinat ne fera que vous attirer les foudres de notre peuple: Le meurtre d'un jeune marchand et d'une jeune chasseresse? Faites cela et non seulement vous n'aurez fait passer qu'un message de guerre au Prince, mais vous aurez sur-motivé les Lütiens! Le Prince n'aura même plus besoin d'une raison pour vous écraser... Vous la lui aurez fourni sur un plateau!"


Cette discussion était éreintante et Adam dut lutter pour ne pas tourner de l'oeil et conserver des pensées cohérentes... Ce poison maudit...

L'arrivée d'Esméra Zuriel fut comme une lueur d'espoir... Esméra!

Cela faisait bien 6 ans qu'il ne l'avait pas revu! Et si elle ne s'était pas présentée en arrivant, il aurait sans doutes mis plusieurs minutes à la reconnaître tellement elle avait changé!
Enfants, ils avaient à plusieurs occasions joué ensemble, elle, le prince Reyson et Adam... Elle était à cette époque une boule de feu bondissante sans arrêts et agissant selon ses envies: Si ce n'était pour son éducation stricte, son caractère instinctif en aurait fait une sauvageonne! Son père, chef de guerre du père de Reyson à cette époque, canalisa rapidement toute cette spontanéité dans un entraînement militaire rigoureux.
Extrêmement proche de la famille royale, il était rarissime de ne pas la voir aux côtés du Prince Reyson durant les événements mondains enfants... Et impossible lors de leur adolescence où elle en devint un des gardes du corps.
De vieux sentiments refirent surface dans la mémoire d'Adam, la revoyant dans un coin de la pièce alors que Reyson et lui disputaient une partie d'échec à l'enjeu ridicule... Ponctuant le silence de leur réflexions par des commentaires légèrement moqueurs sur l'inutilité de tels jeux alors que tant d'autres activités intéressantes étaient possibles!

C'était surtout son amour pour Reyson dont Adam se souvenait le plus: Elle était unique... Étrange... Fascinante... Un être pur dans un monde où personne ne l'était.
Adam l'avait toujours considéré comme une princesse-guerrière en devenir, dont la force de volonté était inégalable et la dévotion au Prince absolue.

Elle était une des très rares personnes à Lüh qu'il respectait profondément... Principalement car il était incapable de lire en elle et de prévoir ses réactions, contrairement au Prince dont il connaissait très bien l'esprit du fait de sa similarité avec Adam.
Et encore une fois, rien n'avait changé... Encore une fois elle le surprenait par une action d'éclat comme si souvent dans sa jeunesse. Sauf que, aujourd'hui adulte, elle semblait avoir monté la barre d'un cran: Azog était à sa merci, sa lame sur la gorge!

L'expression qu'afficha Vradora à cet instant fut comme du miel pour le jeune Di'Siglione... Qu'elle tremble à présent!

Mais lorsque celle-ci fit s'envoler son invocation avec l'antidote, Adam fut pris d'une montée d'angoisse: Comment croire une telle personne sur parole? Elle libéra certes Hyilinia mais rien n'assurait que l'antidote soit rendu!
Il fut libérer lui aussi de ses chaînes avec Arthuria, mais ne put se mettre debout à cause de la combinaison du poison et du froid de ces dernières heures...

Sa conscience s'échappait elle aussi de plus en plus... Il devait dire quelque chose... Il le savait... Mais le contenu lui échappait... Quelque chose en rapport avec Azog...

L'échange se passa étrangement bien... Mais Adam n'en eut pour seul souvenir que les mots de la petite fée avant qu'une main ferme et douce à la fois ne lui fit boire l'antidote... et qu'il sombre dans l'inconscience, son organisme gravement atteint malgré tout et exténué.


" Tu aurais dû me faire confiance, Grand. Parce qu'à me dire de ne rien faire, de rester tranquille et me laisser faire... J'aurais pu te voir mourir sans pouvoir réagir."

Et il se sentit tombé dans un puits noir et silencieux...

Il ne se réveilla qu'à Rorn, dans un lit douillet...


HRP:
 
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Esméra Zuriel
avatar


▼Afficher le Profil▼
Crédit Avatar : non renseigné
Date d'inscription : 29/10/2014
Messages : 4
Inventaire▲

Aventure #16 écrite Sam 15 Nov - 11:33

Evidemment le marché proposé ne convenait pas du tout à Esméra. Cette histoire de poison pouvait très bien être une pure invention pour qu'elle et les deux gardes rentrent à Rorn sans faire plus d'histoire. Cependant elle vit bien l'immense hiboux s'envoler avec une fiole, les barbares du Nord ne pousseraient pas la supercherie aussi loin, donc elle conclu que le "marchand" (dont elle ne reconnut pas les traits sur le coup), était bien en danger de mort. Cela était un énorme moyen de pression si il s'avérait vrai que le remède était le seul moyen de sauver le jeune noble. Esméra devait faire confiance à Vradora, ce qui lui semblait fort peu prudent. Rien en effet ne pouvait garantir que le remède leur serait bien remit, ni qu'il soit efficace.

"Hors de question que j'accepte un tel marché ! Voila mes nouvelles conditions : mon invocation Lilith gardera ses crocs bien accrochés à la gorge de Azog pendant que nous rebroussons chemin. Une fois à Rorn, le remède nous sera délivré. S'il est efficace, je rappellerais mon invocation et l'otage vous sera rendu. Dans le cas contraire, je reviendrais dire à Lilith de l'égorger."

Evidemment rien ne pouvait garantir qu'elle ne dirait pas à Lilith de tuer Azog dans tous les cas, mais les deux femmes auraient pu rivaliser pendant des heures à ce petit jeu là. Ainsi le marché fut conclu. Esméra laissa Azog et Lilith sur le camp, Lilith, le regard méchant, surveillait chaque mouvement qui aurait pu l’empêcher d'accomplir sa mission au cas ou Adam trouverait la mort. Elle grognait et gardait ses crocs bien accroché à Azog, ce qui lui ferait peut être un petit souvenir dans la chair, mais ne risquait pas de le tuer pour le moment. Suivit par l'invocation de Vradora, Esméra, Arthuria, et Adam (portés par les deux gardes) rebroussèrent chemin. Adam tomba dans les vapes juste avant de partir et n'eut même pas le temps de dire un mot. Ils devaient se dépêcher s'ils souhaitent arriver à Rorn à temps pour le sauver...

Suite ici : LIEN
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
 

[EVENT] Demande de rançon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [EVENT] Demande de rançon
» Demande de rang spéciaux
» Demande de baptême, mariage , funérailles, confession etc
» Demande de partenariat (ouvert aux invités)
» Preval demande aux USA d'arreter les deportations d'haitiens

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Arcane :: Les Landes Luxuriantes :: Les Landes Nord-