[Salon] Négociations [Freyja&Larian]

Partagez | .
 

 [Salon] Négociations [Freyja&Larian]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #1 écrite Sam 27 Juin - 5:29

Il était tard mais Larian s'activait déjà. Un ruisseau non loin de la ville lui avait permis d'effacer toute trace de son passage dans le désert, ses vêtements et ses bandages étaient pleins de sueur après avoir échoué dans sa quête de ramener une invocation. Lui qui avait beaucoup misé sur l'effet de prestige, il était déçu au plus haut point. Il n'avait plus que sa verve et son métal pour se vendre, ce qui allait sans aucun doute compliquer les choses quand viendrait l'heure des négociations. Larian était exténué. Après un mois de travail intensif dans un élevage de variquans et un aller-retour sous un soleil de plomb et dans un sable brûlant. Il avait bien peu dormis cette nuit. Il était nerveux, stressé. Son variquan était bien plus paisible, il broutait avec flegme dans l'herbe. Totalement dévêtu, Larian observa son reflet dans l'eau, il passât son index sur la peau difforme de son visage, cela lui infligeait toujours un coup au moral de se voir ainsi. Si seulement il y avait un moyen d'inverser cela.

Le forgeron reprit ses esprits, il avait beaucoup à faire aujourd'hui. Il n'avait pas le temps de se morfondre sur ce qu'il ne pouvait pas changer. Il finit de laver ses vêtement et les mis à sécher, il n'avait rien de très classe à se mettre, mais il comptait bien sur l'effet baroudeur pour faire une bonne impression. Il ne devait pas seulement avoir l'expérience, il devait aussi avoir le look. Larian savait que les apparences étaient primordiales dans ce monde, elles l'étaient encore plus chez les nobles. Il devait montrer qu'il avait un ascendant psychologique, même minime. Une fois ses vêtements étendus, il s'appliqua à remettre ses bandages en place. Il sortit les rechanges, il ne pouvait pas attendre pour en remettre, chaque seconde écoulée sans augmentait ses chances d'être vu, et sans doute d'avoir des questions très embarrassantes auxquelles répondre, il n'était pas très loin d'une grande route après tout.

Une fois ces tâches faites, il fit le bilan de cette longue journée en gardant à l'esprit que celle de demain serait sans aucun doute du même acabit. Le forgeron se demandait par où commencer, les voyageurs en provenance de la ville qu'il avait rencontré parlaient tous de la mort d'un noble, sa fille avait repris les rênes. elle était jeune disait-on. Larian avait quelques réticences à approcher les De Larose, c'était une vieille famille, sans doute bien équipée en serviteurs divers et variés, ils devaient avoir de sacré installations et donc potentiellement pas besoin de lui. Mais si cette jeune fille, qui répondait au nom de Freyja De Larose, était conforme à l'image qui lui avait été donné par un jeune noble qui l'avait vue, elle était bien peu adaptée à la tâche. Trop jeune, pas assez d'expérience réelle de la gestion, Larian avait ses chances d'entrer. Avec un peu de chance il pourrait lui faire une bonne impression et se trouver une place.

Larian s'enroula dans sa couverture et se blottit dans le creux naturel des racines d'un arbre non loin, son variquan solidement attaché à l'arbre susmentionné, il s'autorisa le repos.

Le réveil fut douloureux, il était perclus de douleurs, il avait fait plus d'exercices ces dernières semaines que jamais dans sa vie. Ça est le fait qu'il devait à présent composer avec le fait qu'il montait un variquan et que ses muscles s'adaptaient à ce nouveau moyen de transport. Participer à l'élevage avait été un entraînement intensif,il n'allait pas se lancer dans de folles courses mais au moins avançait-il à une allure correcte. Il enfila ses vêtements de voyage et rangeât son campement provisoire. Il était temps d'affronter son destin à nouveau, il espérait réussir cette fois.

Après avoir rejoint la route principale, Larian prit la direction de Lüh. Il eut la chance de tomber sur une petite caravane, car même si les environs de la ville étaient sûrs, on était jamais trop prudent. Le chemin fut très cours, une grosse heure à tout casser, avant qu'il n'atteigne la capitale. Une ville tentaculaire et gigantesque qui méritait bien sa place de plus grande de l’île. Il fut de nouveau ébloui par le gigantisme assumé de la cité. Lui qui venait d'un petit village avait du mal à concevoir qu'autant de gens, tous différents en terme de niveau de vie, puissent vivres dans une seule et même ville. Son Variquan avait encore un peu de mal avec cet environnement urbain mais il était discipliné. Larian se renseigna dans la rue avant de prendre le chemin du domaine De Larose.

Le moins qu'on puisse dire c'est que le bâtiment était impressionnant. Il écrasait Le forgeron de son gigantisme. Le Béhémoth intimidait un peut Larian, mais il devait cesser de douter. Approchant calmement des portes du domaine, il s'approcha des gardes en tenant sa monture par la bride. Interloqués, les gardes s'enquirent sur sa présence en ce lieu et Larian s'annonça en expliquant qu'il souhaitait une audience pour affaire le plus tôt possible. Un peu dubitatif, l'un des gardes envoya son collègue transmettre le message pendant qu'il restait avec Larian. Le forgeron les remercia avec politesse et resta un peu en retrait, le regard suspicieux du garde sur son accoutrement inhabituel le rendait nerveux.


-Et c'est pour quoi les bandages?

-Un accident stupide Ser. Je préférerait ne pas en parler si cela ne vous dérange pas trop.

-Heu... oui... désolé.


Larian s'amusa de l'air confus du garde et lui fit un sourire amical pour le rassurer sur une potentielle gaffe à son égard. Le fantassin restait vigilant, particulièrement à la présence de l'épée courte sur le flanc du forgeron. Inutile de la lui donner avant d'y avoir été invité, mieux valait suivre les ordres et ne pas placer plus de suspicion à son égard qu'il ne se devait d'avoir.
▲ Succès ▲


Dernière édition par Larian Bren le Mar 21 Juil - 21:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #2 écrite Mer 1 Juil - 6:46



Après avoir laissé Declic recouvrer sa liberté, j'avais été voir Akelar avant de rentrer à la maison où j'avais retrouvé mon père. J'avais refusé tout contact avec lui, sa simple présence, comme celle de n'importe quel homme m'insupportant totalement. Bien sur, il m'avait demandé ce qu'il n'allait pas, mais je ne dis rien, préfère faire comme si cet instant n'avais jamais exister. C'était assez absurde, puis qu’après tout il influençais mon comportement au quotidien, mais c'était plus facile pour moi ainsi... J'avais donc été dans mon nouveau bureau et m'étais enfermée depuis maintenant deux semaines dedans, à faire et refaire les comptes à observer chaque détail, afin de mieux comprendre. J'avais enfin finit il y a deux jours à peine, mais je n'étais pas pour autant sortie du bureau, cherchant à comprendre où nous pourrions tirer plus de bénéfice, un projet germant dans mon esprit depuis quelques temps déjà.

- Mademoiselle? Fit une voix qui me fit sursauter.

Me redonnant une expression des plus sérieuse, je l'invita à entrer avant de reporter mon attention sur un dossier qui m'avait particulièrement occupée.

- Mademoiselle, un homme plutôt étrange du nom de Larian Bren souhaite une audience, dois-je le renvoyer chez lui? Questionna Rosalia, une jeune femme au service de mon père depuis bien des années déjà.

Détachant mon regard de la pile de documents, je le posais dans celui d'un vert profond de ma femme de chambre.
- Rosalia, combien de fois vais-je devoir te demander de m'appeler Freyja? Questionnais-je avant de soupirer. J'arrive, amenez-le dans le salon... Répondis-je tout en me levant.

Secouant la tête, je terminais la lecture du dernier dossier que j'avais sous les yeux, me disant que ce Larian pouvait attendre un peu s'il désirait vraiment audience, avant de le ranger et d'aller direction le salon. Lorsque j'entrais pas la grande porte, je me dirigeais directement vers un grand fauteuil se trouvant près de la grande cheminée avant d'observer les flammes qui déjà montaient très haut dans l'âtre. Restant ainsi quelques instant sans mot dire, je fini par détourner le regard et porter enfin attention à mon "invité" qui se trouvait encore à l'entrée de la pièce. Le détaillant de la tête au pied, je le trouvais, effectivement, des plus étrange.

- Asseyez-vous... Fis-je, montrant d'un signe de la main, le siège se trouvant à quelques mètres de moi après l'avoir brièvement salué d'un signe de tête.

Restant silencieuse, attendant patiemment qu'il s'installe, tout en le détaillant d'un peu plus près, je ne fut pas plus surprise que cela par le fait que son visage soit dissimulé, ayant pris l'habitude avec Akelar, mais le fait que ce soit sous des bandage me dérangea quelques peu. Qu'avait-il à cacher?

- Que désirez-vous, Larian Bren? Demandais-je, n'y allant pas par quatre chemin, n'ayant pas envie de perdre trop de temps.

Plantant mon regard dans le sien, je ne le détournais pas un instant, observant la moindre de ses réactions, afin de savoir s'il y aurait le moindre petit mensonge caché dans ses propos. Je ne cherchais pas à le mettre en confiance, bien au contraire, désirant garder mes distances n'ayant aucune confiance envers les hommes à présent...
▲ Succès ▲


Dernière édition par Freyja De Larose le Sam 29 Aoû - 11:40, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #3 écrite Mer 1 Juil - 22:12

Une femme finit par faire son apparition peu après le retour du garde. Larian ne disait rien, se contentant de rester aussi passif dans son langage corporel qu'il le pouvait. Même quand on avait rien à se reprocher, être sous surveillance n'était jamais agréable, surtout quand on était habitué à éviter d'attirer l'attention et qu'on aimait son anonymat. Encore une chose dont il allait devoir se passer définitivement. Larian n'aurait jamais pensé qu'on puisse être aussi suspicieux, mais la situation avait quelque chose de différends, d'unique, après tout la jeune Freyja venait de prendre place à la tête de la famille, il serait tellement aisé pour un assassin de profiter du chaos.

Les deux gardes le firent alors entrer. après avoir remit à l'un deux son épée courte, l'autre le fouilla un peu mais ne trouva rien de plus dangereux sur le forgeron que les barres de métal qu'il gardait en guise d'échantillon, et parfois aussi pour les démos. Négocier d'en emmener une aurait été peu être un peu trop respect et Larian décida de ne pas prendre le risque, il pourrait toujours demander à ce que cela lui soit amené. si il en ressentait le besoin. Si cette Freyja était du même calibre que les nobles et notables qu'il avait rencontré jusqu'à maintenant, elle se foutrait royalement de toutes les courbettes qu'il pourrait faire tant qu'il savait parler et s'exprimer. Une chance qu'il ait appris à se servir de ses mots pour survivre.

On le fit entrer dans un salon. richement décorés, les lieux étaient ornés de divers bibelots, tableaux, tentures et décorations. C'était assez déroutant quand la déco la plus élaborée qu'on avait vu avant ça était une tête d'ours empaillée. Larian resta seul un petit moment, il en profita pour explorer du regard cet environnement nouveau pour lui. Il y avait de beaux objets, quelques-uns en métal, mais la plupart dataient un peu trop pour qu'il puisse vraiment juger l'ouvrage, il reconnaissait toutefois une esthétique époustouflante. Ces gens là avaient du goût, ça commençait bien. Enfin, si le sens de l'esthétisme familial était vivant dans la fille De Larose.

Lorsque le porte finit par s'ouvrir, et qu'elle fit son apparition, Larian eut du mal à rester de marbre. Bien que de petite taille, Freyja était doté d'un charme parfaitement entretenu. Bien que petite de taille, elle se tenait bien droit, comme il sied à un noble, son visage fin et ses yeux captivants étaient plutôt inhabituel, au point même d'oublier ses lèvres rebondies. Sa peau était lisse, parfaitement entretenue comme les nobles savaient si bien le faire. La cascade de cheveux bruns qui encadrait son visage aurait donné envie à sa sœur, elle qui détestait ses cheveux noirs corbeaux. Elle était habillé d'une manière classe, mais pas excessive. Cette petite analyse physique passé et une fois son sérieux repris en main, il attendit en silence. C'était à l'hôte de prendre l'initiative, et il sentait qu'il la mettrait bien plus en confiance.

Une fois assise, elle s'adressa à lui, l'invitant à l'imiter. Le forgeron marcha, il sentit les muscles de ses cuisses le tirer. Il avait encore un peu de mal avec ces nouveaux muscles qui travaillaient. Il prit place, calmement, il eut le réflexe j'ajuster la position de son épée, mais se rendit compte qu'elle n'était pas à son flanc. Il avait oublié que les gardes la détenait. Il continua son mouvement sans s'arrêter et constata avec surprise que le siège était incroyablement moelleux. Décidément, les nobles savaient se faire plaisir en matière de mobilier. Après un petit instant pour s'habituer a être enfoncé dans son siège plus que de raison, il rendit son regard direct à Freyja, elle semblait soupçonneuse, ça allait lui compliquer la tâche.


-Si je me présente à vous, gente dame, c'est pour vous proposer mes services de forgeron. Mais plus qu'un emplois, je cherche un partenariat. Je suis en effet un forgeron mais ma spécificité se situe dans le métal que je produit. Les meilleures lames de ce continent, elles peuvent se planter dans les bouclier et en ressortir indemne, elles peuvent supporter plus de chocs que n'importe quelle autre. Malheureusement, mes dosages sont encore parfois imprécis et des imperfections viennent parfois gêner mon travail. Je cherche donc une personne, un noble en l'occurence, qui accepterait de me prendre à son service pour financer mes recherches. Ce que je vous demande, ce sont des fonds et un toit, en échange, je vous offre le meilleur acier qui soit et mon entière coopération pour votre armement et celui de vos hommes.

Larian était calme, posé, il parlait lentement, avec application, si il ne paraissait pas crédible, il n'aurait qu'à partir car il était indispensable que la première impression soit la bonne. Il observa la réaction de Freyja, inquiet de sa réaction. Allait-elle le rembarrer? Rire de lui? Où bien sa curiosité avait-elle été piquée et voulait-elle en savoir plus?
▲ Succès ▲


Dernière édition par Larian Bren le Mar 21 Juil - 16:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #4 écrite Sam 11 Juil - 7:29

J'écoutais attentivement Larian, et il me fallut bien avouer que certains points me dérangèrent énormément. Des dosages imprecis? Des finances? Et puis, qu'est-ce qui me disait que ces armes étaient vraiment efficaces? Fronçant les sourcils, je reportais mon attention à l'âtre de la cheminée.

- J'ai déjà ce qu'il me faut pour ce qui est d'armer mes hommes, comme vous avez pu le voir. Qu'est-ce qui me prouve que vous êtes vraiment le meilleur? Questionnais-je.

Reportant mon regard dans le sien, je restais immobile, l'expression toujours aussi neutre qu'à mon arrivée: presque inintéressée.

- De plus, qu'est-ce qui me dis que cet investissement serait rentabilisé?

Gardant mon regard planté dans le sien, j'attendis patiemment qu'il réponde. Je cherchais à le déstabiliser, cherchant ses failles, ses faiblesses, bref, tout ce qui me permettrait de savoir si j'y gagnerait vraiment quelques chose, bien qu'après cet entretient, je demanderais certainement une petite enquête quand à ce nouvel arrivant des plus étrange..
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #5 écrite Sam 11 Juil - 13:51

Larian était déçu. Il devait avouer que voir son petit speech faire autant d'effet qu'un soufflet qui s'effondrait le vexait un peu. Il n'avait pas vraiment l'habitude qu'on remette en doute sa parole en matière de compétence de la forge. Il fit au mieux pour ne pas laisser transparaître sa frustration, toutefois ses bandages bougèrent un peu en réaction aux mouvements de son visage. Freyja De Larose semblait extrêmement suspicieuse mais cela semblait cacher quelque chose d'autre. Avait-elle été victime d'une arnaque par le passé? Le forgeron aurait payé cher pour le savoir, ça lui aurait facilité la vie. Le plus bizarre semblait son total désintéressement apparent. Pourquoi le recevoir si elle ne semblait pas vouloir lui parler? Peut-être la curiosité. Les méninges de Larian marchaient à cent à l'heure, il devait comprendre ou était le problème si il voulait espérer obtenir une réponse favorable.

D'un autre côté elle avait toute les raisons du monde de montrer de la suspicion, un homme au visage couvert qui lui demandait un tel sacrifice, lui aussi aurait du mal à accorder sa confiance. Il devait trouver une parade à cette situation fâcheuse, il ne se départit pas de son air avenant, il fallait qu'il la mette en confiance, et vite. Le forgeron gambergea un bref instant, et avant que le silence ne fut gênant, il décida de reprendre la parole.


-J'ai eut l'occasion de voir ce que vos hommes ont, un ouvrage très correct, mais cela reste du métal, de l'acier au mieux. L'acier damassé est bien plus solide, les armes plient puis reprennent leur forme d'origine et les armures tiennent mieux les chocs. Mon maître m'a enseigné tout ce qu'il savait sur le sujet, mais ses connaissances étaient encore incomplètes, les miennes le sont donc aussi. J'ai passé 4 ans à perfectionner cette formule au cours de mes voyages, j'ai travaillé avec de nombreux autres forgerons et j'ai forgé tout ce qui semble être concevable, du simple clou à l'épée. Aucun de mes employeurs n'a eut à se plaindre de mon travail. Et comme vous pouvez l'imaginer, je suis difficile à manquer. L'acier que je viens vous proposer n'est pas ma seule compétence. Quelque soit l'objet et quelque soit le métal j'userait de toutes mes ressources confectionner ce que vous me demanderez. Vous avez raison de douter, je suis pour vous un parfait inconnu et je le suis resté pour tout ceux qui ont croisé ma route. Vous êtes une noble, sans doute habituée à fréquenter des gens mal intentionnés. Mais je peux vous assurer que je n'ai aucun intérêt à vous faire du tort. Je viens vous offrir le prestige de prendre à votre service une personne possédant une connaissance très rare et jalousement gardée par mon maître. Car je n'ai rien à vous offrir d'autre si ce n'est mon entière collaboration et mes connaissance, je ne vous rapporterait aucun bien monétaire ni aucune sorte d'apport financier. Par contre, mes connaissances et mes travaux assureront à votre famille une renommée certaine, quelque chose qui n'est pas négligeable pour une noble dame telle que vous. Soyez assurée que je suis proche du but, mes expériences touchent à leur fin, il ne me reste qu'une seule et unique étape à réaliser : recevoir l'aide d'un enfant d'Ignis. Ils sont la clé, j'en suis persuadé.

Bien sûr il omettait de dire que son premier essai avait été infructueux. Mais il prévoyait déjà un second voyage, il avait été pressé par le temps et le manque d'argent, mais il espérait bien régler ce problème ici et maintenant. Il plongeât calmement la main dans son sac et en sortit son livre de croquis avant de le tendre à Freyja.

-Ce cahier contient quelques exemples de ce que j'ai créé ou compte créer. Je suis à la poursuite d'un but, et vous êtes en mesure de m'aider à l'accomplir. Vous aider à faire prospérer votre famille n'est qu'un juste retour des choses. Si vous voulez un exemple du produit fini, vos gardes possèdent mon épée, c'est un design simple fabriqué à mes débuts mais avec le temps nécessaire je peux faire bien mieux.

Parfois, la seule chose à faire pour que les gens vous fasse confiance était de leur apporter des preuves, si l'héritière des De Larose en voulait, Larian se ferait un plaisir de les lui apporter. Le forgeron arborait un léger sourire, il devait gagner cette partie d'échec.
▲ Succès ▲


Dernière édition par Larian Bren le Mar 21 Juil - 16:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #6 écrite Sam 11 Juil - 15:31

J'avais à chaque mot un peu plus froncé les sourcils. Était-il seulement sérieux?

- Prestige? Renommée? Ce que vous me promettez là est bien audacieux. Comment un simple métal aussi solide soit-il pourrait assurer à ma famille plus de renommée que celle que nous avons? Vous parlez d'employeur... Mais si quelqu'un vous emploi déjà, à quoi vous sert-il de venir quémander chez moi? Questionnais-je, l'expression de mon visage devenant quelques peu sévère.

Soupirant, je secouais la tête cherchant à me calmer. Me levant, je me dirigeais vers le feu devant lequel je me positionnais, ne laissant voir au forgeron que mon dos.

- Rosalia, apportes-moi ce fameux dossier s'il te plait. Et fais mander deux gardes, que je vois les prouesses dont sont capable les armes de ce très cher forgeron...

Restant immobile, j'observais les flammes du feu de bois qui semblaient danser avec une folie et une sensualité qui leur était propre. Elles me captivaient, mais l'heure n'était pas à ça. Sans un mot, je récupérais le dossier que me tendit la jeune femme et le parcouru du regard. Rien de tout cela ne m’intéressa vraiment, mais il fallait que je sache de quoi il parlait réellement. Au bout de la moitié du dossier, je senti un mal de tête venir poindre le bout de son nez. Je le tendit à Rosalia qui le prit et disparu de mon champs de vision. Pinçant l'arrête de mon nez du pouce et de l'index, je fermais les yeux quelques instant avant de me tourner et les darder sur le soi-disant forgeron.

- Montrez-moi de quoi cet acier est capable, je vous laisse ces deux gardes, afin de me faire une vraie démonstration, je réserve encore mon jugement... Déclarais-je avant de venir me rasseoir, à présent totalement ennuyée.

Il allait falloir que cet essais soit des plus concluant, pour que mon intérêt soit des plus aiguisé. Pour l'instant, j'avais plutôt l'impression de faire affaire avec un prétention embobineur....
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #7 écrite Sam 11 Juil - 21:37

[justify]Visiblement les efforts de Larian n'était pas tout à fait vain. Il avait réussit à piquer un peu la curiosité de la noble. Le forgeron sentait le terme approcher.L'air sévère qu'elle lui jeta était des plus intimidant, ce n'était pas une simple noble. Ce regard était à glacer le sang, autoritaire, froid. Un tel regard ne pouvait venir que de ceux qui avait vécu ce qu'aucun autre ne devrait. Larian fut traversé d'un frisson glacé qui le paralysa. Ignorant sa main tendue et le livre, elle s'était levée et mise face au feu qui brûlait dans l'âtre, leur danse attira l’œil de Larian toujours partiellement intimidé. Il sentit la colère de la demoiselle. Visiblement elle semblait en rogne pour une raison qui lui était inconnue, peut-être aurait-il dut montrer moins de passion. Un constat s'imposait : il avait mal analysé le comportement de Freyja et avait commis une erreur.

Elle se mit à ordonner qu'on lui apporte un dossier. Larian abandonna l'idée de l'interrompre, cela serait malpoli et il ne voulait pas revoir un tel regard. Heureusement pour lui, il savait comment faire sa démonstration. Il attendit patiemment qu'elle finisse de parler et qu'elle se réinstalle, il entendit les portes s'ouvrir. La démonstration pouvait commencer, Larian prit une grande inspiration. Il se leva calmement et fit signe qu'on lui apporte les barres de métal. Il se saisit de la plus réussie d'entre elle et la plus à même de devenir une bonne épée pour la présenter à Freyja avant de la déposer sur une table proche.


-Voici une barre d'acier damassé. Vu comme ceci il n'est guère différent du métal ordinaire que l'on voit dans les forge de toute l'île. Mais avec un peu de travail et de sueur. Il peut devenir ceci.

Larian fit signe vers son épée, l'un des gardes là lui présenta pendant que l'autre gardait la main sur son épée. Larian la tira lentement de son fourreau avant de la brandir lame à plat face à son visage, à l'horizontal. Les flammes de la cheminée illuminèrent la lame et firent briller l'inscription soudée : +ULFBERH+T.

-Voici ma première création aboutie. Elle à pris à elle seule 5 jours de forgeage de la fonte de l'acier à la trempe. Elle est bien au delà de la qualité des lames que vous avez. Nous allons commencer avec le bouclier.

Larian tendit le pommeau vers le garde qui lui avait donné la lame. Il pointa le bouclier de l'autre du droit et demanda poliment à l'homme de frapper en estoc. L'homme s’exécuta et planta la lame en acier damassé dans le bouclier, la pointe se planta et la lame prit un arc de 90 degrés, le soldat qui tenait le bouclier commença à faiblir et les deux gardes furent éloignés par la puissance de la lame qui se remettait droite. Larian lui demanda ensuite de faire de même avec sa propre arme. Le soldat s’exécuta et la lame d'acier simple le plia à 70 degrés et un claquement sec se produisit, le bout de la lame venait se tordre et menaçait de tomber en morceaux.

-Vos soldats eux-même viennent d'en faire la preuve. La pointe perce dans la maille aussi efficacement que dans du beurre, la gouttière central permet d'allonger la lame sans la fragiliser et l'épée est ornée d'une rgavure sans montrer de signe de faiblesse. Je peux produire des lames comme celles-ci pour tout vos hommes, et je ne parle là que des lames. Un coffre-fort à renfort de ce métal peut résister aux assauts les plus brutaux, il ne vous restera plus qu'à trouver une bonne serrure. Croyez moi, sur le champs de parade et lors des manœuvres vos hommes seront les plus impressionnants de l'île. Et puis, des jeux pourraient être organisés, un champion équipé d'un métal aussi durable et d'une forgeron capable de réparer en cas de besoin urgent pourrait vous apporter beaucoup de gloire. Je peux Souder ainsi emblèmes et écritures à votre simple demande. Si vous voulez la preuve de ce que j'avance est vrai demandez à votre soldat de fracasser ce bouclier cerclé de fer avec la lame. Elle pénétrera dans le bouclier et en ressortira indemne, le tranchant vierge de la moindre égratignure. Et je puis vous assurer madame, que je n'ai aucun employeur pour le moment. Je suis entièrement disponible.

HRP:
 

Larian attendit que l'ordre vint, il vit la lame faire exactement ce qu'il avait prédit. Il eut un sourire satisfait, sa fidèle lame ne le lâchait pas au mauvais moment, sa prise de risque avait payé, comme elle payerait bientôt dans le temple du feu, mais ça il ne le savait pas. Il remercia le soldat et se tourna ver Freyja.

-Mademoiselle De Larose, vous êtes une femme incroyablement prudente et vous faites bien. J'ose espérer que cette démonstration saura vous convaincre, je n’exagère en rien la formation que j'ai reçue et je peux vous assurer qu'avec moi votre forge sera entre de bonne main. Je prendrait également avec moi un assistant qui perpétuera ce savoir faire afin que jamais votre maison ne perde de son prestige. Vos héritiers n'auront jamais à craindre une telle chose. [/justify
]
▲ Succès ▲


Dernière édition par Larian Bren le Mar 21 Juil - 16:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #8 écrite Lun 20 Juil - 23:13

Si son discours ne m'avait pas le moins convaincu, on peu dire que sa présentation avait fait mouche! La surprise se peignit sur mon visage, mais je la masquais bien vite, pour reprendre mon masque de neutralité.

- Et bien...

Soupirant, je secouais la tête, cherchant à remettre mes idées en place. Certe, sa démonstration était des plus convaincante, mais qu'est-ce qui me disait qu'il était vraiment celui qui avait fabriqué cette lame? Fronçant les sourcils, je fis un pas dans sa direction avant de me stopper, me rappelant qu'avant d'être une éventuelle affaire, il restait avant tout un homme.

- Rosalia, peux-tu m'apporter cette épée s'il te plait? demandais-je désireuse de voir cette épée de plus près.

Mon amie s'effectua sur le champ et une fois l'arme en main, je l'observais de plus près. Elle était légère, semblait maniable et des plus efficaces, d'après ce que j'avais pu en voir... Pourtant, j'avais encore cette impression... Quelques chose clochait.. J'avais l'impression qu'il me mentait, mais je n'avais là aucune preuve... Il me fallait prendre une décision, si je voulais retourner au plus vite à ma petite tranquillité. D'ailleurs, j'avais une forte envie de le voir...

- Qui me dit que c'est vraiment vous qui avez fabriqué cette arme? Questionnais-je avant de reprendre bien vite sans lui donner réel temps de répondre. Non, en fait, non, ne répondez pas, je n'ai pas envie d'entendre énième mensonge venant de votre bouche... Vous avez besoin d'une invocation de feu? Très bien, je vous donne une semaine pour vous en procurer une. Une fois se délais passé, je vous déconseille de revenir les mains vide... Commentais-je d'un ton glacial. J'ai horreur que l'on me fasse perdre mon temps... Je ne veux pas de vos paroles vaines et inutiles, je veux des résultats... Cette demonstration vous offre une maigre chance, mais attention... Au moindre écart, je saurais vous réduire en charpie... Soufflais-je sur un ton plus froid encore si ce n'est possible.

Le dos droit et le regard dur, j'attendis une réponse, que je puisse enfin prendre congé: cette conversation commençait déjà à me lasser...

▲ Succès ▲


Dernière édition par Freyja De Larose le Mar 25 Aoû - 2:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #9 écrite Mar 21 Juil - 16:16

Larian avait fait son petit effet, Freyja semblait impressionné, malgré tout, il sentait que quelque chose n'allait pas très bien, son regard était redevenu sévère et intransigeant. Décidément elle allait lui mener la vie dure, mais bon, Larian aimait aussi les défis. après tout il avait déjà fait un passage au temple du feu, ce n'était pas donné à tout le monde. Toutefois, il ressentait beaucoup de suspicion de la part de Freyja, elle n'était toujours pas entièrement convaincue. Larian fut surpris par son scepticisme, elle avait eut la preuve sous les yeux après tout. Quel était son dernier doute? Elle demanda à ce qu'on lui donne l'épée, Larian se recula un peu. Autant s'effacer et ne pas interférer, si il n'y avait que cela pour lui faire plaisir, il pouvait lui laisser l'honneur de manier la lame. elle sembla à la fois impressionnée et exténuée, comme si cette entrevue était une épreuve. Larian sentit à nouveau un grand malaise, il y avait quelque chose d'étrange avec cette Freyja, elle semblait en souffrance, comme si le forgeron la dérangeait. Larian ressentait jusqu'au fond de ses tripes une intense gène, comme si il était un hostile en ces lieux, son sang se glaça de nouveau.

La suite fut à la fois une source de déception et d'espoir. Bien qu'elle l'ai encore plus ou traité de menteur et qu'elle doutait de sa capacité même à reproduire une telle lame, elle lui donnait une semaine pour accomplir un fait digne de ses mots : trouver une invocation. Larian fut étonné, bien évidement il comprenait l'intérêt de la femme dans les termes de son accord. Si il y allait et mourrait, elle serrait débarrassé d'un potentiel beau parleur, si il échouait ou se dégonflait, jamais le forgeron ne se présenterait de nouveau devant elle, et si il réussissait, elle aurait la preuve qu'il y avait au moins un fond de vérité dans ses mots. Le forgeron était très impressionné par cette Freyja, elle l'avait surpris, elle n'avait rien des petites écervelées qui faisait normalement la colonne vertébrale des membres féminines de la noblesse. Lui qui pensait avant tout à trouver un travail avait surtout trouvé une personne qui allait sans doute lui faire repousser ses propres limites. Car il n'avait aucun doute que cette fois il allait réussir, après tout il n'avait pas le choix. Il ne dit plus un mot, il était inutile de parler à présent. Il s'inclina respectueusement, rassembla ses affaires et partit, encadré par les deux imposants gardes.

Une fois dehors, Larian sentit la pression se relâcher, il s'éloigna en silence, il sentit le regard attentif des deux soldats dans son dos, l'un deux se pencha vers l'autre et lui chuchota quelque chose qui sembla le faire bien rire, apparemment, aucun de ces deux hommes ne semblait convaincu sur ses chances de survie. Larian s'approcha de son variquan et grimpa sur son dos. Personne ne pouvait mettre en doute ses compétences... personne. Il allait leur montrer, à ces deux gardes et à leur maître, qu'il avait les moyens de ses prétentions. Car si Larian n'était pas une chose, c'était un menteur, il repartirait de ce temple avec une invocation ou les pieds devant. Il regarda une dernière fois d'un air de défi le gigantesque manoir et frappa de ses talons les flancs de son variquan pour le faire avancer. Le gigantesque lézard se mit en mouvement et le forgeron prit la direction de la sortie de la ville. Si elle voulait des preuves, elle en aurait. Quel qu’en soit le prix.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
 

[Salon] Négociations [Freyja&Larian]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le salon du chocolat à Paris
» 11e Salon du Jeu de Rôles, du Rêve et de l'Imaginaire organi
» 2ieme salon normand de la figurine
» Premier salon d'innovations pour valoriser les travaux de fin d'études.
» Le Salon des Héros

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Hors Jeu :: Le domaine De Larose-