[Bal] Dernière chance [Luce/Kris]

Partagez | .
 

 [Bal] Dernière chance [Luce/Kris]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Membres
Luce
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : KoenVM
Date d'inscription : 21/08/2013
Messages : 376
Double Compte : Roderik Mortier
Métier : Aucun pour le moment
Invocation(s) : Winglece
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Inventaire▲

Aventure #1 écrite Mer 5 Aoû - 20:22

La nuit était belle en cette soirée. Le ciel découvert n’avait pas besoin de masque nuageux pour éblouir les yeux de la fugueuse. Ses bras croisés contre son corset, la tête levée vers le ciel, la jeune femme contemplait sa beauté. Elle se demandait si quelqu’un avait pu un jour explorer ces contrées. Les explorateurs avaient sillonné les mers et les océans d’Arcane, voyagé jusqu’aux terres dont les températures dépassaient leurs entendement et escaladé les plus hautes montagnes de l’île. Luce avait lu ces aventures extraordinaires. Elle voyait le monde dans les écrits des aventuriers, elle avait vécu tout cela. Ressentit les plus grands frissons lorsque les monstres légendaires frôlèrent leurs nuques et lorsqu’ils connurent le déchaînement des Dieux sous leur forme la plus brute. La seule chose qu’elle n’avait pas encore visualisé, c’était le secret des étoiles. Aër était sans doute l’être le plus mystérieux de cette soirée. Si quelqu’un devait être glorifié en ce bal masqué c’était sans doute lui. Il n’avait pas besoin de masque ni de vêtements somptueux ni mêmes d’accessoires pour être une énigme.

Petite, elle se demandait si de sa simple main elle pouvait attraper les étoiles. Chaque soir, lorsque tout le monde dormait, elle ouvrait grand les volets et tendaient sa main vers le ciel. Les étoiles lui paraissaient si proches et si petites, Luce aurait tant aimé en conserver dans le creux de ses mains. Ce rêve depuis l’âge d’aujourd’hui la travaillait souvent. A 19 ans, la maturité avait effacé ces pensées enfantines. Pour atteindre les étoiles, il fallait savoir voler. Pour être une aventurière, il fallait savoir être forte. Sa gorge se serrait en une boule désagréable, seul un long soupir parvenait à s’en défaire. Ces hommes morts en voulant la capturer, elle espérait du plus profond de son cœur qu’ils aient pu trouver un semblant de paix et qu’ils ne lui en veulent pas.

Si seulement elle avait été plus raisonnable et censée, si elle avait compris qu’ils n’iraient pas lui faire du mal et elle se serait sans doute laisser emmener chez son père, ils seraient sans doute encore en vie à cajoler leur enfant dans leur lit. Mais elle avait été égoïste et lorsqu’elle se retrouva face aux erreurs qu’elle avait commises, face à son refus d’obtempérer de nouveau, les gens qu’elle avait pu aimer disparaissaient les uns après les autres. Son choix avait été fait, rester à Calameth était ce que les Dieux voulaient d’elle sans doute. Alors pourquoi lui forcer à partir ? Pourquoi la condamner sur un crime qu’elle n’avait pas commis ? Pourquoi la condamner à mourir ? Quel étaient donc les ambitions des Dieux pour cette pauvre petite femme qu’elle était ?

Ses pensées s’envolèrent avec le vent du soir. Son regard, lui, se posa sur l’ombre s’étant invité à sa contemplation.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Kris
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Date d'inscription : 22/08/2013
Messages : 320
Double Compte : Hasmaël
Liens vers la fiche : .
Résumés des Rps
Elément : Feu
Métier : Maître Assassin - Haut Noble de Lüh - Gérant du village de Sirk - Co-propriétaire de la grande Arène de Lüh - Bienfaiteur du Marché aux Saveurs
Invocation(s) : Ephylix, le Tigre en cavale ♥ [Terre] Dreydwiin, le Seigneur des mers [Eau]
Inventaire : .
Equipements
200 Tsuris
Une épée
Trois couteaux de lancer
Deux dagues

Sac sans fond
1 cape d’invisibilité [23Mns]
1 pansement coagulant [0.6M]
8 gélules Anez

Manoir
Boite aux lettres
Pièce secrète

Inventaire▲

Aventure #2 écrite Lun 10 Aoû - 18:27


La discussion avec la Chasseuse Dorée se termina sur une probable rencontre prochaine. L’observant s’éloigner, songeur, je regardai avec recule la scène s’offrant à moi. L’endroit était luxueux, les convives des plus respectées de l’île, les pensées à la fête. Et moi, le jeune garçon d’une bien modeste famille de la Forêt de Jade, avec pour meilleur espoir le titre de chasseur, je me retrouvai parmi les invités triés de près. Aurai-je pu y croire, dix années plus tôt ? Et si.. Je m’arrêtai là ? Et si, je lâchai prise, laissant Kris sombrer dans les éternelles noirceurs de l’oublie ? Je pourrai alors me contenter d’être Akelar, un haut noble respecté et au nom crains de certain sous la légende du défunt frère. Vivre cette vie où je n’aurai qu’à m’occuper de prendre le soleil la journée, et participer à des évènements de la sorte en soirée. Devenir un homme respectable en tout point, œuvrant pour le bien être de son nouveau nom, et pourquoi pas, apporter assistance aux malheureux ? Une nouvelle vie. Une vie simple.

Un sourire déforma mon visage, laissant s’échapper un rire retenu à la vue du tableau que je venais de peindre. Encore sous l’amusement de ces pensées, je longeai les nobliaux pour rejoindre le balcon. Restant un moment à l’intérieur, j’observai le dos de cette mystérieuse insolente. Ses cheveux de pailles tirés en arrières tombaient le long de sa nuque en une tresse, trouvant l’appuie délicat de son épaule. Un léger sourire au coin des lèvres, je renonçai à l’idée qu’elle soit une menace comme j’en avais eu un bref doute lors de son intrusion, et m’avançais à sa rencontre. Sans un mot, je vins m’arrêter à son côté, observant ce ciel qu’elle n’avait pas quitté du regard, à défaut de lui en accorder un. C’était là, à mon goût, la plus belle œuvre des Quatre. Si lointaine et si proche, la voute céleste avait toujours provoqué une fascination. J’éprouvai l’impression d’être bien peu de chose. Si petit, si insignifiant. Un indissociable détail dans la peinture de cette création sans limites. Une révélation bien utile lorsque le poids de notre existence se fait sentir, car mes ennuis m’avaient alors toujours parus bien futiles et passagers.

Ayant gardé le silence un moment suffisant pour qu’il se fasse ressentir par tous deux, je penchai mon visage vers le siens, lui accordant enfin un semblant d’attention.  


-  Me voici selon votre demande. Quelle est donc cette affaire dont nous avons à nous entretenir avec tant d’urgence, que vous ne pouviez attendre que j’eu fini de discuter avec la demoiselle me tenant compagnie ?
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Luce
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : KoenVM
Date d'inscription : 21/08/2013
Messages : 376
Double Compte : Roderik Mortier
Métier : Aucun pour le moment
Invocation(s) : Winglece
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Inventaire▲

Aventure #3 écrite Mar 11 Aoû - 9:42

L'homme tant espéré en cette soirée était enfin présent devant elle. Les paroles qu'il lui dit montrait un certain agacement quant à son intrusion. Akelar Katar lui reprochait d'être insolente et bien qu'elle s'en trouvait fort triste et fort gênée, elle ne regretta nullement ses agissements. Après tout elle était recherchée, cela se justifiait.

"Je suis désolée d'avoir interrompu votre discussion avec la charmante nordique" Commença-t-elle en baissant immédiatement les yeux vers ses mains sur la rambarde du balcon. "Il me fallait impérativement converser avec vous."

Cela semblait d'une évidence même, l'homme l'avait déjà fait remarqué dans sa précédente phrase. Impressionnée face à la puissante présence de ce noble, elle ne pu que répéter et balbutier timidement ses propos.

"Je suis celle que vous avez sauvé des griffes des chasseurs de prime, vous vous souvenez ? (Luce osa cette fois-ci un regard vers le noble, espérant de tout cœur qu'il se souvienne d'elle comme elle se souvenait de lui.) J'ai eu quelques soucis ces derniers temps, on me croit coupable de meurtre. J'ai du me cacher pendant tout ce temps dans l'espoir de vous voir à ce bal, et vous êtes là…"

Un large sourire étira ses lèvres asséchées, passant sa langue machinalement, la fugitive baissa une seconde fois la tête. Ses paroles étaient plaintives, suppliantes. Elle ne doutait de la gentillesse et de la noblesse d'esprit de cet homme, après tout il l'avait auparavant sauvé à plusieurs reprises. Si l'envie de le nommer "son bienfaiteur" était forte, elle ne put s'empêcher de lui sourire tant elle était contente de revoir "une capuche" familière à ce bal. Elle était ravie de voir quelqu'un qui ne semblait pas la regarder avec ce dédain et l'absence de condescendance dans sa voix lui plaisait énormément. Bientôt elle serait de nouveau libérée de tout soupçon et pourrait de nouveau reprendre ses activités. Peut être demanderait-elle un dédommagement pour la vie qu'elle a menée dans les terres du non-droit, elle était une noble après tout. Accuser une personne de la sorte était une horrible chose.

"Vous savez que je n'ai commis aucun crime, n'est-ce pas ? Si vous pouviez m'aider une dernière fois en témoignant en ma faveur peut être les miliciens abandonneront les chefs d'accusations sur moi et je pourrais revenir alors à Lüh !"
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Kris
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Date d'inscription : 22/08/2013
Messages : 320
Double Compte : Hasmaël
Liens vers la fiche : .
Résumés des Rps
Elément : Feu
Métier : Maître Assassin - Haut Noble de Lüh - Gérant du village de Sirk - Co-propriétaire de la grande Arène de Lüh - Bienfaiteur du Marché aux Saveurs
Invocation(s) : Ephylix, le Tigre en cavale ♥ [Terre] Dreydwiin, le Seigneur des mers [Eau]
Inventaire : .
Equipements
200 Tsuris
Une épée
Trois couteaux de lancer
Deux dagues

Sac sans fond
1 cape d’invisibilité [23Mns]
1 pansement coagulant [0.6M]
8 gélules Anez

Manoir
Boite aux lettres
Pièce secrète

Inventaire▲

Aventure #4 écrite Mar 18 Aoû - 18:54


Après m'avoir présenté des excuses pour sa manière d'agir tandis que je me trouvai en discussion avec cette nordique comme elle l'appelait, qui était charmante il est vrai, elle me fit me tenir droit, parfaitement silencieux, le regard s'écarquillant. C'était elle ? Etais-ce seulement possible. La jeune bibliothécaire, désormais fugitive, aux courts cheveux, aujourd'hui longs, aux lèvres si douces d'aspect, ce soir affreusement mordillées de partout. Cette inconnue des bals aux yeux bleutés et au regard emplumé. Etais-ce réellement elle ? Celle que j'eu aidé la nuit où l'ivresse m'avait pris, me menant aux portes de l'au-delà pour m'être mesuré à trois hommes au lieu de rentrer comme je l'avais prévu ? Celle pour qui je versai mon sang tandis qu'elle disparaissait, me laissant en compagnie que je connu meilleure. Mais comment les soupçons auraient-ils pu se porter sur cette enfant, plus fragile qu'une branche d'arbre naissant en plein hiver ? La croire elle, capable de ce que je fis avec difficultés. Il fallait être.. Oui, un milicien ou un de la Garde était bien capable de pareil raisonnement. A moins que ce ne soit ce troisième que je n'eu le temps de faire mourir. Il serait peut-être bon de le retrouver d'ailleurs.

Témoigner en sa faveur. Bien entendu l'envie était des plus présentes, mais pourtant, je gardai le silence, le regard toujours posé sur le siens. Savait-elle ce qu'elle me demandait ? Si je témoignai, j'attirai le regard des forces de l'ordre. Et que dirai-je ? Que j'étais le responsable ? Impensable. Toutes ces années à préparer mon jeu serait gâchées. Deux victimes en pleine Capitale, voila qui me conduirait deux fois à la corde, et alors qui vengerait la mort de mes parents ? Qui les empêcherait de sombrer dans l'oublie éternel ? Non, une plus grande justice était en cause, et la sienne, moindre bien que cela me déplaise, n'était pas suffisante pour lutter. Prenant l'une de ses mains entre les miennes, je murmurais à son égard, préférant limiter les risques élevés d'oreilles indiscrètes dans les bals.


- Je vous sais innocente et j'ai à coeur de vous apporter mon aide. Mais ce que vous me proposez, c'est d’entacher à jamais le nom de ma famille baignant déjà dans le sang de l'inconcevable. C'est de me mener moi-même à la corde, et mourir ainsi, pendu. Le corps flottant, étranglé lentement. Trouvai-je comme explication, persuadé qu'une telle vision lui ferait reconnaitre à coup sûr l'impossibilité de sa solution, avant de lui proposer la mienne. Mais il ne sera pas dit que je vous laisserai, seule, affronter l'injustice des Hommes. Laissait moi quelques jours, je vous en conjure, et soyez assurée que j'aurai réglé cette méprise des plus regrettables.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Luce
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : KoenVM
Date d'inscription : 21/08/2013
Messages : 376
Double Compte : Roderik Mortier
Métier : Aucun pour le moment
Invocation(s) : Winglece
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Inventaire▲

Aventure #5 écrite Mar 25 Aoû - 21:37

Les gestes d’Akelar étaient très doux. Sa main était entourée contre les siennes avec une infime tendresse qui rassurait l’enfant. Cette dernière avait fixé son regard sur son geste, surprise. Il n’était pas dans l’obligation d’agir ainsi ni même de prendre sa main de cette manière tel une promesse, une protection contre toute l’horreur de ses derniers jours. Oui, Luce imaginait qu’à cet instant cette main n’était plus la cible de ses mutilations nerveuses ou du mal d’Arcane. Elle était secourue par un être d’une extrême bonté qui avait depuis longtemps déjà chassé monstres et problèmes de son visage de porcelaine, prenant les dégâts pour elle. Cet homme était un être bon et elle le savait.  

Ce geste n’était pas grand-chose, ce n’était qu’une simple caresse sur la main à la manière des baisemains ou des salutations amicales. La manière pourtant, la situation dans laquelle Luce avait prit tant d’ampleur qu’un rien était sans doute la meilleure chose que l’on puisse lui offrir. La chaleur de ses mains contre la sienne, froide et sèche, avait le même effet que ses cœurs tendres. Se sentant presque mieux accueillit par cet homme au visage masqué qu’aux membres de sa famille, Luce releva ses yeux larmoyants vers le ciel. Pourquoi fallait-il que les étoiles soient témoins de sa tristesse et de ses pleurs ? Elle se retenait mais son nez reniflait et ses mains tremblaient.

Lorsque les larmes furent trop grandes pour rester dans ses yeux et que sa main vint à la rencontre de son visage que son masque tomba au sol dans un bruit étouffée.

Le visage de Luce était découvert. Son apparence juvénile paraissait dans son expression, ses joues étaient rougies et sa bouille ronde était visible de la hauteur de l’homme puisque sa chevelure de paille était tirée en arrière. Les larmes ne cessaient de couler sur sa peau et sa seule main libre ne parvenait à les essuyer. Elle était pitoyable, son éducation aurait du maquiller le moindre doute sur son visage, elle aurait dû rester impassible devant l’adversité et les problèmes comme son père le faisait. Elle aurait dû être grande, belle et sociable comme sa mère et savoir user de son charisme pour prendre elle-même sa défense. Elle aurait dû être comme son frère qui ne se laissait jamais abattre et parvenait toujours à trouver une solution à ses problèmes avec sourire. Elle aurait dû être une Hastianno de caractère comme tous alors pourquoi n’y arrive-t-elle pas ? Pourquoi faut-il qu’à chaque problème elle se renferme sur elle-même pour laisser d’autres agir en son nom ? Luce était petite et médiocre et encore maintenant un simple geste parvenait à la faire plier. L’homme avait parlé, il ne pouvait se permettre de protéger la jeune femme comme elle le souhaitait mais il ne la laisserait pas pour autant. Luce acquiesçait doucement puisque sa respiration saccadée ne permettait de répondre convenablement.

« Pardon, pardon… Je ne veux pas vous causer d’ennuis » sanglotait-elle entre deux inspirations.
Ses nerfs lâchaient et elle aurait voulu se laisser aller à s’asseoir au sol pour pleurer toutes les larmes de son corps frêle. Cet homme si bon, si noble, ne devrait avoir que faire des ennuis de cette enfant et l’envoyer comme tout être censé aurait fait à la milice. Elle ne méritait pas un tel soutien, surtout pour une vulgaire bibliothécaire comme il l’avait connu.  
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Kris
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Date d'inscription : 22/08/2013
Messages : 320
Double Compte : Hasmaël
Liens vers la fiche : .
Résumés des Rps
Elément : Feu
Métier : Maître Assassin - Haut Noble de Lüh - Gérant du village de Sirk - Co-propriétaire de la grande Arène de Lüh - Bienfaiteur du Marché aux Saveurs
Invocation(s) : Ephylix, le Tigre en cavale ♥ [Terre] Dreydwiin, le Seigneur des mers [Eau]
Inventaire : .
Equipements
200 Tsuris
Une épée
Trois couteaux de lancer
Deux dagues

Sac sans fond
1 cape d’invisibilité [23Mns]
1 pansement coagulant [0.6M]
8 gélules Anez

Manoir
Boite aux lettres
Pièce secrète

Inventaire▲

Aventure #6 écrite Mer 26 Aoû - 10:02


Si je devais faire preuve de sincérité, j'avouerai à cette triste image de la jeune bibliothécaire que je n'avais que faire de ses ennuis. Les miens étaient bien assez pesants pour que j'en vienne à m'occuper de ceux des autres, aussi futiles en comparaisons soient-ils. Un avis de recherche, de simples soupçons plus qu'une accusation, aucunes preuves ne l'impliquant tant dans l'acte de mise à mort, que la dissimulation du crime, ne sachant rien de ce qui c'était déroulé. Son "problème" n'était que de la poudre aux yeux, un mirage auquel elle s'accrochait, sans doute si heureuse de pimenter sa vie bien ordinaire autrement. Pourtant, je lui proposai cette aide que je ne me sentais pas spécialement à lui donner. Si je la laissai se débrouiller seule, elle serait capable de ne voir comme seule solution, que de me mouiller dans cette affaire, dans l'espoir de retrouver sa petite chambre dans une bibliothèque presque vide. Vraiment.. Que pouvait-elle regretter de sa vie d'autrefois ?

Je fus à la fois surpris et légèrement effrayé lorsqu'elle se mit à pleurer face à moi, reniflant sans cesse comme une enfant que l'on viendrait de gronder. A cet instant, si je la trouvais touchante d'une certaine manière, je ne ressentais aucune autre émotion à son égard. Déjà que ses lèvres et sa peau étaient malmenés, mais si l'on rajouté les reniflements et les larmes, elle n'était véritablement pas à son avantage, et moi des plus mal à l'aise lorsque je vis les regards à l'intérieur commencer à se tourner vers nous. Je devais au plus vite la faire cesser cette pleurnicherie sans raison. Après tout, je venais de lui proposer mon aide, une solution à son si grand et effrayant problème, alors pourquoi se mettre dans cet état ? Me sachant incapable de réagir dans une telle circonstance, et sentant de plus en plus de regard se tourner, j'attrapai l'arrière de sa tête dans l'une de mes mains pour venir la caler sur mon torse, tandis que la seconde se déposai par-dessus ses épaules. Avec de la chance, on ne verrai plus son visage, alors tourné dans l'autre sens.

Restant un moment ainsi, je me surprenais à apprécier son contact contre moi, et celui de mes mains sur elle. Mais il fut de courte durée, car je ne pouvais pas prendre le risque qu'elle soit reconnue, et perçu en ma compagnie. Elle devait s'éloigner de moi et au mieux, quitter ce bal. Tournant mon visage vers les regards indiscrets, je les fis se détourner un à un. Finalement, cela avait son avantage d'être considéré comme un Katar, frère du Fantôme, le genre de gars à qui l'on osait pas chercher querelles aux dires des rumeurs, et ce qu'importe notre gabarit et notre savoir faire. Lorsque plus aucun ne scruptait ce que pouvait bien faire ce dernier d'une vieille famille, dehors en compagnie d'une demoiselle aux blonds cheveux, j'enlaçai de mon pouce et mon index son menton, afin de le relever vers moi, ne pouvant retenir l'esquisse d'un sourire sincère lorsque ses yeux bleutés croisèrent les miens.


- Bientôt cela ne sera plus qu'un désagréable souvenir. Tentai-je de la rassurer une nouvelle fois, craignant de la voir de nouveau se morfondre. Mais pour le moment, je pense qu'il serait judicieux de nous séparer, ainsi que de vous faire la plus discrète possible, dès maintenant et pour les prochains jours. Lorsque nous nous reverrons, vous ne craindrez plus rien.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Luce
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : KoenVM
Date d'inscription : 21/08/2013
Messages : 376
Double Compte : Roderik Mortier
Métier : Aucun pour le moment
Invocation(s) : Winglece
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Inventaire▲

Aventure #7 écrite Jeu 27 Aoû - 23:23

La jeune femme avait assez de se cacher des autres, c’était un jeu qu’elle n’arrivait plus à tenir. Un sourire franc, un jeu de regard et puis le tour était joué. Ce soir-là, elle n’en pouvait plus mais son fardeau serait vite terminé, le seigneur Katar avait promis de l’aider à sortir de ces problèmes au plus vite. Sa bienveillance et sa générosité dépassait tout ce qu’elle pouvait imaginer des nobles en général : soucieux d’eux-mêmes plus que les autres, portant des objets ostentatoires ou éloignant tout être n’étant pas conforme aux normes et aux modes de l’époque pour n’être entouré que de leurs pairs.

Son sauveur avait sans doute compatie à la tristesse de cette enfant qui avait vécu des choses terribles pendant cette semaine dans la nature. Les marques se voyant déjà sur sa peau et son visage. Il l’a prit dans ses bras avec tendresse en signe de pardon et de protection. Une étreinte inattendue qui arracha un hoquet à Luce. Surprise par la force des bras qui la serrèrent pourtant avec simplicité. Il n’était certainement pas nécessaire pour lui d’employer toute sa force pour que Luce tombe dans ses bras. Les yeux écarquillés, les lèvres dessinant un cercle, la jeune femme n’eut pas le courage de se défaire ni même de protester. Au contraire, elle parvenait peu à peu à reprendre le dessus sur son émotion, grâce à lui. Elle s’y sentait vite apaisée, calme. Ses mains, coincées entre le  tronc d’Akelar et le sien finirent par froisser entre ses doigts la redingote bleue du noble, trop timides  pour entourer le corps de l’homme de ses bras mais assez touchées pour maintenir l’étreinte.

Elle ne put retenir entre ses lèvres un murmure si faible que le vent l’emporta avec lui. Un « merci » apaisé, soulagé d’avoir à ses côtés, à l’exception de son invocation, un être aussi bon qu’Akelar Katar.

Puis, les doigts du seigneur Katar vinrent se serrer tendrement sur son menton, forçant alors son visage à se lever vers le sien. Dans l’ombre de la capuche, elle peinait à voir l’intégralité de son visage, le masque n’aidant en rien à cela. Cependant, l’enfant ne put se dérober à la vue des lèvres légèrement pulpeuses et rosées du seigneur Katar. Elle remarquait également la pilosité naissante de l’homme, loin de ressembler à la barbe bien présente ou à la peau de bébé de certain, Akelar était à l’entre-deux de cela. Puis vint le masque sombre qui entravait tout contact avec le regard du seigneur dont seul la couleur d’un ciel orageux vint en mémoire. Luce, malgré ces détails perdus ou fragmentés souri à l’homme face à elle, un sourire sincère qu’elle voulait lui offrir pour tout le bien qu’il lui avait apporté jusqu’à présent.  

« Vous êtes un véritable chevalier, seigneur Katar. » fit-elle finalement, le regard souriant. « Je suis désolée de vous emmener encore dans mes problèmes mais je vous serai éternellement reconnaissante pour tout ce que vous faite pour moi. Quand tout cela sera terminé j’espère pouvoir vous rendre la pareille. »

Elle se défit de son contact, reprenant le masque ayant chuté au sol pour le remettre sur son visage. Il lui fallait encore feindre l’anonymat et partir au plus vite avant qu’un noble ne vienne avertir qui que ce soit de sa venue. Luce s’inclina gracieusement devant Akelar pour finalement emprunter la sortie vers les jardins. Sans doute y avait-il un autre chemin dans la demeure permettant de rejoindre l’entrée principale. Prenant des détours et d’autres, elle finit par rejoindre la sortie en claquant ses chausses de voyageuse cachée depuis tout ce temps sous sa longue robe. Une fois la sortie atteinte, la jeune femme invoqua son invocation à ses côtés, se moquant bien de savoir si celui-ci était en pleine discussion avec un quelconque noble. Les gens savaient que des invocations traînaient dans les parages, il ne serait pas étonnant d’en voir disparaître.

« Akelar Katar est de notre côté. » lui expliqua-t-elle avec une certaine fierté. « Dans quelques jours, tout sera terminé. »

FIN DU RP
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
 

[Bal] Dernière chance [Luce/Kris]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Kris Kapab!
» [TERMINE]J'ai oublié d'te demander quelque chose la dernière fois... [Paige]
» La Dernière Maison Simple
» You grow, you grow like tornado. { Luce & William [X]
» Morgenstern - L'étoile du matin, la dernière étoile

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Hors Jeu :: Le domaine De Larose-