L'or des insouciants

Partagez | .
 

 L'or des insouciants

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Membres
PNJ
avatar


▼Afficher le Profil▼
Date d'inscription : 21/08/2013
Messages : 383
Liens vers la fiche : Petit rappel avant d'incarner l'une des bêtes d'Arcane :

Comment jouer un Monstre ?
Sorts : Les monstres peuvent utiliser les sorts définis par leur Rang (A, B, C, D, E, F) et leur sous-élément.
  • A= pas de pouvoir magique. (mana : 0)
  • B = contrôle les sorts de niveau 1 et 2 de son sous-élément. (mana : 15)
  • C = contrôle les sorts de niveau 1, 2 et 3 de son sous-élément. (mana 25)
  • D = contrôle les sorts de niveau 1, 2, 3 et 4 de son sous-élément. (mana 35)
  • E = contrôle les sorts de niveau 1, 2, 3, 4 et 5 de son sous-élément. (mana : 40)


Liste détaillée des sorts en bas de cette page
Inventaire▲

Aventure #1 écrite Sam 24 Oct - 19:00

Il souriait de ce sourire en coin qui voulait absolument tout dire. Adossé au mur, il regardait les gens passer. Cette journée était belle, magnifique même. Le soleil brillait, il faisait doux, seuls quelques nuages venaient entacher ce ciel bleu. Son regard, tout aussi bleu que le ciel au dessus de lui, vagabonde d'un passant à l'autre. La ruelle marchande était bondée, et avec raison, on était un jour de marché à la grande Lüh.
L'homme, au cheveux de feu, jouait distraitement avec son coutelas. Il soupire avant de le ranger à sa ceinture où étaient attachées deux sacoches. Personne ne savait ce qu'il y avait dedans, pas même lui. Enfin, il l'oubliait surtout.

Passant une main distraite sur sa barbichette naissante, il se met à marcher entre les passants, se faisant parfois bousculer. Le jeune homme, qui n'était ni honnête ni filou, profitait de quelques inattention pour faire les poches de quelques pauvres victimes. Puis son nez aquilin se pointe vers le bout de la rue. Il regarde droit devant lui, toujours avec ce sourire narquois. Les mains dans le dos, il déambulait avec nonchalance dans cette rue, regardant les étales. De beaux fruits alléchants y étaient exposés, mais il n'était pas le seul à lorgner les juteuses pommes puisque quelques gamins, au regard envieux et affamé, restaient plantés devant l'étale de cet homme qui paraissait peu enclin à vouloir être une bonne âme sous le regard des Dieux.

Avlek, qui était dans ses bons jours, fouilla dans l'une de ses sacoches et sorti une belle pièce de cent tsuris qu'il donna à ces enfants dont les yeux brillaient à présent. Ah, les orphelins de la rue, ils étaient de bons comédiens et savaient amadouer même les plus durs pour avoir quelques pièces. Fier de lui, il continue son chemin, but en tête. Oui, car il n'était pas là pour se promener, non, il devait remettre à qui voulait bien le prendre, un colis très spécial. Un colis qui ferait passer celui qui le possède pour le plus grand des voleurs. Et c'est ce qu'il était, sous ses airs de gentilhomme. Il comptait, dans de viles machinations, faire passer une honnête personne pour coupable et lui même pour le dérobé. Ainsi procédait-il. Et le véritable propriétaire ? Mort, sans doute, à l'heure qu'il est. Embobiné jusqu'au bout par Avlek dont le nom était inconnu pour tous.
Ah, il était de bon conseil, parfait même, mais il ne garantissait pas que ses conseils ne soient pas mortels. Oui, cet imbécile de noble avait trouvé l'éternité en buvant de l'or, il avait trouvé l'éternité six pieds sous terre.

L'homme aux cheveux couleur de feu se faufile entre les gens, main le long du corps. Puis sont regard croise celui d'un homme qui semblait bien candide dans cette foule d'inconnus. Les cheveux longs, la tenue plutôt précieuse, il était le parfait pigeon pour ses machinations diaboliques. Le voleur se faufile jusqu'à l'inconnu et le bouscule, poussé par une femme imaginaire. Mais pouvait-il vraiment voir, ce candide aux cheveux blancs, qu'il manigançait un sale coup ? Sûrement pas, Avlek était trop bon, il était parfait, il était le voleur inconnu, celui dont le visage ne figurait sur aucune affiche.
Laissant tomber le précieux colis à terre, il se baisse pour le saisir tout en le présentant à l'inconnu, un sourire navré au visage.

> Je suis vraiment désolé, je ne vous avais pas vu... Je crois que c'est à vous ? Cela est tombé de votre sacoche il me semble.

Puis, sans dire plus de mots, il s'éclipse, laissant entre les mains d'une personne innocente et sûrement perdue, un colis qui contenait une chose qui ferait passer le plus innocent pour le pire des voleurs. L'or des insouciants, comme il aimait appeler ses colis empoisonnés.
Il ricane et sa s'adosser à un mur, assez loin pour être caché par la foule, mais assez près pour voir la réaction de l'inconnu quand il découvrira que ce paquet contient la plus belle des gemmes de l'île. Le Saphir d'Aqua, comme ils aimaient surnommer ce caillou.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #2 écrite Lun 26 Oct - 8:34


*Quel beau temps* pensa Grayo. Il venait de terminer son travail de musicien. Les clients l'avaient remercié avec en peu d'argent. Un grand sourire apparu sur le visage de Grayo. Une foule importante se déplacer autour de lui. Il regardait le ciel, toujours avec son sourire, lorsqu'un homme le percuta ou lorsque Grayo percuta un homme. Grayo baissa la tête et observa le visage de l'homme. Il était jeune, et paraissait bien amical. Grayo allait s'excuser, mais l'homme le devança. Il s'excusa, se baissa et ramassa une petite boîte blanche. Il lui tendit en répétant qu'il était désolé.

> Je suis vraiment désolé, je ne vous avais pas vu... Je crois que c'est à vous . Cela est tombé de votre sacoche il me semble.

Grayo prit la boîte et l'observa. Il ne se rappela pas avoir possédé un jour une boîte comme celle çi.Il releva la tête en disant que cette boîte ne lui appartenait pas, mais l'homme avait déjà disparu. Grayo le chercha dans la foule mais ne le trouva pas. Son attention se porta à nouveau sur la boîte blanche. C'était une boîte en bois. Elle avait de très joli motif gravé dessus. Il se rappela que l'homme portait des vêtements de nobles. Il s'imagina qu'il avait dû se tromper et qu'il lui avait donné cette boîte par inadvertance, vu à la vitesse à laquelle il est partie.*Les personnes tête en l'air existent bien après tout.* pensa-t-il. Un nouveau sourire s'afficha sur son visage. Un sourire moqueur cette fois si. Grayo par curiosité ouvrit la petite boîte. Il entrouvrit à peine la boîte qu'une belle lumière bleue l'éblouit. Il observa quelques instants avec de grands yeux. Son coeur s'accéléra. Ces pupilles se rétrécir sous l'effet de la lumière. Grayo referma la boîte, la rangea dans son sac et rechercha l'homme qui lui avait donné cette boîte.


Il ne savait pas trop où chercher. Il regarda autour de lui lorsqu'un un groupe d'enfants croisa son regard. Ces enfants regardaient Grayo avec un grand sourire. Ils n'avaient que la peau sur les os et portaient que des bous de tissu blanc en guise de vêtements. Leurs regards étaient vides, mais l'on pouvait quand même y voir une petite lueur d'espoir .Grayo s'approcha des enfants. Les enfants lui tenaient la main. Grayo fouilla dans son sac et sortit une pièce pour la leur donner. Il demanda s'ils avaient vu un homme avec des cheveux roux, une cicatrise, une barbichette et des vêtements noble. Un enfant avec des cheveux noirs et les yeux bleus et qui paraissait très jeune leva le bras dans la direction d'un mur. L'enfant dit

> le gentil monsieur est la bas.

Grayo tourna la tête et aperçu l'homme adossé à un mur. Il remercia l'enfant et marcha vers lui. Grayo se posta devant lui et lui dit


> Je n'est jamais possédé de telle boîte monsieur, vous avez dû faire erreur.

Grayo lui tendit la boîte avec un sourire amicale. Il espérait toujours avoir une récompense. Il se posait quand même deux, trois questions sûres comment peut-on être tête en l'air au point de donner un Saphir qui doit bien valoir un bon million de Tsuris.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
PNJ
avatar


▼Afficher le Profil▼
Date d'inscription : 21/08/2013
Messages : 383
Liens vers la fiche : Petit rappel avant d'incarner l'une des bêtes d'Arcane :

Comment jouer un Monstre ?
Sorts : Les monstres peuvent utiliser les sorts définis par leur Rang (A, B, C, D, E, F) et leur sous-élément.
  • A= pas de pouvoir magique. (mana : 0)
  • B = contrôle les sorts de niveau 1 et 2 de son sous-élément. (mana : 15)
  • C = contrôle les sorts de niveau 1, 2 et 3 de son sous-élément. (mana 25)
  • D = contrôle les sorts de niveau 1, 2, 3 et 4 de son sous-élément. (mana 35)
  • E = contrôle les sorts de niveau 1, 2, 3, 4 et 5 de son sous-élément. (mana : 40)


Liste détaillée des sorts en bas de cette page
Inventaire▲

Aventure #3 écrite Jeu 29 Oct - 1:48

Avlek regardait distraitement l'homme qui était sa cible ouvrir la boite. Il savait que la cupidité des Hommes était plus forte de l'innocence et la candeur. Enfin... presque toujours. Il fut donc assez surpris de remarquer que ce dit homme, aux cheveux blancs, ne s'enfuit pas avec le précieux butin mais le chercha plutôt des yeux. Enfin, il croyait. Cela mettrait à mal son plan machiavélique... Il ne pouvait pas alerter les gardes si ce gamin lui rendait l'objet volé ! Il grogne doucement et baisse la tête tout en croisant les bras pour réfléchir. Oui, il se devait de réfléchir à une nouvelle stratégie et vite. Les gardes, qui avaient été alertés du vol et de la mort suspect de ce noble menaient déjà l'enquête sous les plaintes de la famille de la victime.

Cela ne sentait pas bon du tout pour le roux. Il n'avait pas envie d'entrer dans une course poursuite et encore moins de se faire prendre avec l'objet volé. C'est pourquoi il se devait de se faire passer pour un membre de la famille en question et faire en sorte qu'une autre personne porte le chapeau à sa place. Une sorte de complice à leur insu.
Certes, il aurait pu avoir un de ces serviteurs des Dieux pour le seconder mais... Il était bien trop couard pour se risquer à sortir de Lüh, pour risquer de se faire tuer. Il ne maniait d'ailleurs pas assez bien les armes et n'avait pas envie de s'entourer d'une escorte ou autres compagnons de voyage pour aller délivrer une de ces invocations. D'ailleurs, dit-on que leurs épreuves sont parfois mortelles. Non, il tenait bien trop à la vie pour devenir l'heureux possesseur d'un demi-dieu. Bien que cela aurait grandement put l'aider dans ses magouilles. Bah, il était bien assez riche pour vivre sa vie en paix. Seul le plaisir de tuer et de dérober ainsi que de se jouer des autres faisait qu'il continuait ses méfaits.

L'homme à la chevelure de feu marmonna dans sa barbe, cherchant toujours une solution à son nouveau problème. Cependant, il fut tiré de ses pensées par une voix grave qui s'adressait à lui. Candide avait fini par le retrouver finalement. Avlek lève la tête et sourit, charmeur, confiant. Oui, il ne devait pas montrer l'énorme problème qui se posait en lui. Son regard bleu scruta un instant l'inconnu avant de regarder la magnifique boite blanche finement travaillée. Elle aussi devait coûter assez cher et l'on pouvait reconnaître là l'art d'un maître. Il soupire doucement avant de la prendre délicatement. Il devait feindre la joie, il devait se glisser dans la peau d'un noble qui venait de retrouver son précieux.
Le voleur sourit de plus belle avant de tapoter doucement l'épaule du jeune homme. Toujours la boite en main, il n'avait guère la place pour la ranger, ou bien l'envie lui manquait car cela signifiait de nouveaux problèmes sur ses épaules, il se met à parler, un peu fort car sa voix, douce et quelque peu suave, était couverte par le brouhaha ambiant.

> Je vous remercie, jeune homme, d'avoir retrouvé cette boite. Elle est chère à mes yeux, même si je ne sais pas ce qu'il y a dedans. Elle appartenait à mon défunt frère...

Il soupire doucement avant de caresser le couvercle délicatement. Il feignait désormais la tristesse. Toujours en réfléchissant, il plonge son regard bleu dans celui de l'inconnu.

> Néanmoins, je ne souhaite pas la garder... Elle me rappelle bien trop de souvenir et...

Il détourne soudainement la tête et aperçoit l'armure brillante de deux gardes dorés. Ces derniers, à l'allure peu commode, bousculaient le petit peuple et riaient fort. Peu soucieux des faibles, ils devaient être en mission pour un de ces nobles. Parfois, certains gardes de la garde dorée étaient de vrais salauds. Ils ne respectaient pas un quart de leur code d'honneur et profitaient de leur statut privilégié pour abuser du petit peuple. Cela fit grincer les dents d'Avlek qui ne put s'empêcher de serrer les poings. Son regard se porte à nouveau sur l'inconnu.

> Si cela ne vous gêne pas, j'aimerais que l'on aille discuter dans un endroit... disons plus calme. Je n'aime guère parler de feu mon frère en publique... D'autant plus que les murs ont des oreilles par ici, dit-il en fixant les gardes.

Sur ces mots, il s'engagea dans la ruelle derrière lui, en faisant tout de même attention à ne pas semer le candide. Une fois qu'il estima qu'ils étaient assez loin, il s'adosse à nouveau à un mur et reprend son explication.

> Je disais donc que je ne souhaite pas garder un tel souvenir de mon défunt aîné... Cela me peine trop. C'est pourquoi j'aimerais vous demander un service... un léger silence se fait dans la ruelle peu fréquentée. J'aimerais que vous apportiez cette boite à l'orphelinat de la ville. J'aimerais lui en faire don.

Ce qui n'était pas totalement faux, à vrai dire. Cependant, bien qu'il comptait effectivement faire don de ce saphir à l'orphelinat de la ville, il comptait également récupérer la moitié de la somme reçue lors de sa revente. C'est pourquoi il avait besoin de le récupérer en se faisant passer pour le légitime possesseur. Mais... Il fallait qu'il trouve une excuse en béton et de bons arguments pour convaincre les gardes de partir à la poursuite de cet homme. Surtout qu'Avlek n'était pas connu comme étant un noble, enfin, pas vraiment. Il soupire, dans quel merdier s'était-il encore fourré ?

Aide au Rp:
 
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #4 écrite Jeu 29 Oct - 10:13



Grayo toujours sourient tendit la boîte au noble qui lui renvoya son sourire.

> Je vous remercie, jeune homme, d'avoir retrouvé cette boîte. Elle est chère à mes yeux, même si je ne sais pas ce qu'il y a dedans. Elle appartenait à mon défunt frère...

Le musicien avait lui-même perdu quelqu'un de sa famille et avait peur pour sa sœur, il put donc comprendre facilement la douleur qu'il abritait. Il voulut l’apaiser dans cette peine, mais une autre pensée vint à lui. N'avait-il pas dit 'Je ne sais pas ce qu'il y a dedans.'. L'homme aux cheveux blancs sorti cette idée de sa tête. Cet homme était en deuil et ne mériter pas que l'on lui vole un bien si précieux.

> Néanmoins, je ne souhaite pas la garder... Elle me rappelle bien trop de souvenir et...

Grayo se concentra sur la phrase qui aller suivre. Peut-être que l'homme allez finalement lui rendre la boîte. Ce précieux joyau lui appartiendrait. Il s'imagina avec un joli collier fait de fer et du saphir. Non, non Grayo n'est pas comme ça. Il n'est pas tape à l’œil. Il ne veut pas se démarquer par à port aux autres.

Il trouvait bizarre que les nobles veuillent autant se démarquer. Il ne détestait pas les nobles mais il ne les aimait pas non plus. Ils sont avides de richesse, de femme et de compliment. Enfin pour la plupart. Les enfants croisés tout a l'heure ne l'avait-il pas appelé "gentil monsieur". Il réfléchit quelques secondes sur la mort d'un noble. Ils ne sont pas très nombreux et donc à leur mort un crieur crie leur nom et la cause de leur mort, voire même d'autre information. Il décida qu'il demandera plus tard à des crieurs
.

> si cela ne vous gêne pas, j'aimerais que l'on aille discuter dans un endroit... disons plus calme. Je n'aime guère parler de feu mon frère en public... D'autant plus que les murs ont des oreilles par ici

Le musicien regarda autour de lui en cherchant des éventuelles personnes qui pourrait le suivre et essayer de le voler. L'ironie et qu'il ne se posa même pas la question à propos d'Avlek. Cet homme qui est abject au point de faire porter le chapeau à un innocent. Cependant Grayo lui n'était pas au courant. Il sourit et fis un signe de tête.

Le musicien suivie l'homme qui s'engagea dans une ruelle. Il était rapide alors que lui marcher lentement comme à son habitude. Il avait un air pressé et sa démarche était silencieuse. Il avait une démarche d’homme pressé. Le musicien promit de se méfier de cet homme qui avait l'air amical au premier regard.

Le roux s'adossa au mur dans la ruelle. Grayo remarqua l'habitude que cet homme. Celle de s'adosser à un mur en permanence. Le sourire de Grayo s'étira.

> Je disais donc que je ne souhaite pas garder un tel souvenir de mon défunt aîné... Cela me peine trop. C'est pourquoi j'aimerais vous demander un service... un léger silence se fait dans la ruelle peu fréquentée. J'aimerais que vous apportiez cette boîte à l'orphelinat de la ville. J'aimerais lui en faire don.

Le musicien regarda avec gentillesse cet homme. Il aurait dû faire comme tous les nobles et garder le Saphir. Grayo se demanda: *Aurait-il agi de la même manière s'il savait le contenu de cette boîte ? *.Le musicien ne pouvait pas s’empêcher d’écouter son instinct qui lui souffler que cet homme était bizarre. L'homme roux ne connaissait pas la contenue de la boîte alors pourquoi se cacher, et pourquoi ne pas donner la boîte lui-même. Non décidément quelque chose n'allait pas.

> très bien dit Grayo avec méfiance., mais je suis actuellement occupé. Puis-je vous retrouvez plus tard ici même, dans environ une petite heure.

Il laissa le saphir à l'homme et partit à la recherche d'un crieur pour s'informer. Après quinze minutes de marche il finit par en croiser un. Il lui laissa finir son discours. Une fois terminer il lui demanda de s’arrêter.

> Monsieur, monsieur, attendait s'il vous plaît. Le crieur s’arrêta. J'ai une question à vous poser. Un noble est-il mort récemment.

L'homme réfléchis avant de dire:

> Un noble, un noble! Mmmh! Oui, un noble est mort il y a peu. Il a bu de l'or pour essayer de devenir immortel mais les dieux l’on punit pour cet outrage. La dernière information que j’ai eu est que le Saphir qu’il posséder a disparu. Le saphir Aqua je crois.

Mes doutes sont devenus réalité. Qu'elles sont les possibilités qui s'offrent à lui. Il pouvait soit prévenir la milice mais il risque de les embobiner et de le retourner contre lui. Il peut le tuer lui-même, après tout ils doivent se retrouver dans une ruelle sombre. Grayo marqua une pause dans sa réflexion. Le joyau qu’il possédait était-il bien un Saphir, ou même le Saphir qui a été volé.

Le musicien se dépêcha d’aller au lieu du rendez-vous. Avlek n’était pas encore arrivé il s’assit donc dans la ruelle et attendit.

Hors rp:
 
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
PNJ
avatar


▼Afficher le Profil▼
Date d'inscription : 21/08/2013
Messages : 383
Liens vers la fiche : Petit rappel avant d'incarner l'une des bêtes d'Arcane :

Comment jouer un Monstre ?
Sorts : Les monstres peuvent utiliser les sorts définis par leur Rang (A, B, C, D, E, F) et leur sous-élément.
  • A= pas de pouvoir magique. (mana : 0)
  • B = contrôle les sorts de niveau 1 et 2 de son sous-élément. (mana : 15)
  • C = contrôle les sorts de niveau 1, 2 et 3 de son sous-élément. (mana 25)
  • D = contrôle les sorts de niveau 1, 2, 3 et 4 de son sous-élément. (mana 35)
  • E = contrôle les sorts de niveau 1, 2, 3, 4 et 5 de son sous-élément. (mana : 40)


Liste détaillée des sorts en bas de cette page
Inventaire▲

Aventure #5 écrite Dim 1 Nov - 14:29


Et mince ! Il regarde le jeune homme partir en lui laissant le saphir. Finalement, il était peut-être moins candide que ce que croyais Avlek. Ce dernier laisse échapper un juron et prend la direction opposée. Il doit trouver une solution et vite, sinon ce gamin allait lui voler dans les plumes. Légèrement stressé, l'homme roux se mordille les lèvres tout en posant son regard bleu sur des endroits quelconques de la ruelle. Il avait mal agit en se précipitant pour lui demander ça. Il s'était mit tout seul dans la mouise et devait se débrouiller pour en sortir au plus vite.
Il était hors de question de prendre la fuite, cela donnerait raison à l'inconnu. Mais, Avlek avait encore une chance, peut-être, de briser ces doutes.

Car oui, il avait entendu dans sa voix et vu dans son regard la méfiance et le doute. Etait-ce parce qu'il souhaitait parler en privé alors qu'il affirmait ne pas connaître le contenu de la boite ? Il était pourtant normal qu'un noble ne veuille pas parler à n'importe qui en publique, pour le bien de son image. D'autant plus qu'il était « endeuillé » et qu'il savait que cette boite était précieuse. Oui, il n'avait fait aucun faux pas, alors pourquoi cette méfiance ? Il était bien habillé, abordait une tenue correcte et un langage des plus soutenus... Pourquoi ?

Etait-ce à cause de l'histoire de l'orphelinat ? Pourtant, c'était pareille, il n'y avait rien de suspect là dedans. Il ne voulait pas avoir le souvenir de son frère mort entre les mains et ne souhaitait pas le donner lui-même, par chagrin. Rien d'anormal là dedans non plus, nombreux étaient ceux qui agissaient ainsi... Il grogne et serre les poings. Ah ! Il avait bien réussit son coup... Et pourtant cette image du noble qu'il abordait souvent était parfaite ! D'autant plus que personne, oui, personne ne connaissait l'identité de ce voleur qui tuait par mensonge et s'appropriait l'identité des autres. Personne n'avait fait le lien entre ces meurtres et le faut noble qu'il était. Personne ne connaissait le nom d'Avlek, au grand public il était Odalrik, de la très riche famille – mais pas des moins fictive - Thorvald, venue des terres du nord. Famille de marchands commerçant avec les Terres de non droit. Certes, la renommée de cette famille fictive n'était plus à faire, même si certain voyaient d'un mauvais œil ce commerce avec des terres dites barbares par la haute société.

Non, vraiment, il ne savait pas pourquoi il y avait tant de méfiance dans ce regard et cette voix. Il soupire, Avlek, ou plutôt Oldarik – il portait un nom aux sonorités bien trop guerrières pour la personne qu'il était – débouche sur une rue un peu plus fréquentée. Connu de certains passants mais surtout des enfants de la rue, il reçoit un bon nombre de salutations amicales. Oui, l'image du noble généreux qu'il portait avait porté ses fruits et chacun lui était reconnaissant. Il n'était pas comme ces autres nobles à l'orgueil démesuré, non, lui se souciait du petit peuple, lui, le voleur sanguinaire dérobait aux riches pour redistribuer aux pauvres. Et en garder une grande partie pour lui tout de même. Il était un voleur cupide, pas une figure de bonté.
L'homme aux cheveux de feu attrape une pomme sur une étale et lance joyeusement une pièce de dix tsuris à la bonne femme qui tenait l'étal, tout en la gratifiant d'un magnifique sourire charmeur.

Puis, croquant dans la pomme juteuse et généreuse, il se met à marcher doucement, tout en réfléchissant. Ah... Si seulement il avait prévu ce cas de figure... Bah, il avait toujours de quoi se défendre même s'il était vrai qu'il maniait mieux les mots que les armes. Avlek soupire à nouveau et jette sa pomme qu'il venait de finir. Inspirant grandement, il s'en va retrouver la rue marchande pour ensuite s'engouffrer à nouveau dans la petite ruelle. Toujours avec sa prestance de faux noble, il constate que l'inconnu est de retour.

Serrant doucement les poings avant de relâcher la pression, il s'avance à sa rencontre avec un air sérieux, digne des pires nobles de la citadelle. Croisant les bras, il se campe en face de l'homme. Aucun défis dans le regard, aucune expression suspect, il était parfait, il était Oldarik Thorvald. Oh bien sûr, il aurait pu pousser le jeu jusqu'au bout et planter le jeune homme mais il s'était avéré que ce n'était pas une bonne idée, mais alors pas du tout. Au vu de la situation dans laquelle il était, il valait mieux ne pas jouer la carte de l'agacement et de la fuite. Il fallait rester calme, serein, il fallait rester noble et trompeur. Son regard d'un bleu acier se plonge dans la contemplation du jeune homme à l'allure pour les moins étrange. Mais lui ne jugeait que rarement sur les apparences. Le jeune homme devait être musicien ou alors jouer pour le plaisir s'il en croyait le luth pendu dans son dos. Avlek esquisse un sourire, il s'agissait de reprendre la confiance de cet homme. Sourire qui disparaît tout aussi tôt, il se devait de jouer le deuil et l'endeuillé ne souriait pas.

> Êtes-vous donc d'accord pour faire don ce cette précieuse boite, tant sentimentalement que matériellement, elle est d'une manufacture des plus raffinées et vaut bien cher, à cet orphelinat ? Je vous en serais éternellement reconnaissant et à n'en pas douter que les Dieux vous rendront grâce pour votre acte de bonté.

Sur ces mots, il sort délicatement la boite de sa sacoche et la lui présente au creux des mains.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #6 écrite Dim 1 Nov - 15:17


Grayo qui attendait dans la ruelle, s'assit et prit son luth pour le nettoyer et retendre les cordes. Il repensait à tous les doutes qu'il avait eus sur cet homme. Il se dit qu'effectivement il était peut-être un peu trop soupçonneux, mais le musicien avait déjà vécu mainte entourloupe et fourberie qui l'avait lessé sans argent. Heureusement que son luth était là car sans lui il serait devenu fou. Enfin même si ça ne l'empêche pas de faire des crises de folie dès qu'il voit quelque chose ressemblant à une invocation.

Il décida donc de faire attention mais de s'excuser au prêt de ce noble aimable avec les gens. L'homme aux cheveux roux s'approcha avec la démarche d'un noble et le visage qui refléter un caractère inflexible. Le musicien le scruta. La boîte était avec lui. Il semblait bien à Grayo que la bourse d'or de l'homme avait un peu diminué, surement pour faire des achats ou de bonnes actions. Il ne pouvait de toute façon pas deviner. Avlek se planta devant lui et lui dit:

>Êtes-vous donc d'accord pour faire don ce cette précieuse boite, tant sentimentalement que matériellement, elle est d'une manufacture des plus raffinées et vaut bien cher, à cet orphelinat . Je vous en serais éternellement reconnaissant et à n'en pas douter que les Dieux vous rendront grâce pour votre acte de bonté.

Grayo jeta un regard à la boîte et décida d'accepter

> Je l'emmènerais à l'orphelinat, mais je veux que vous veniez avec moi. Il serait injuste que les gens de l'orphelinat ne sachent pas qui leur a fait ce dont.

le musicien sourit au noble qui avait l'air bien triste de la perte de son frère. Le sourire de Grayo disparu est une mine sérieuse apparue à la place.

> Je tenais à m'excuser d'avoir douté de vous, car oui j'avais douté de vous. Vous êtes généreux envers les gens. Vous ne méritiez pas mes doutes.


Grayo regarda Avlek avec un peu d'anxiété. Comment allait-il réagir ? Il était probablement très occupé.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #7 écrite 

▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
 

L'or des insouciants

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Qu'est-ce qui peut arrêter ces insouciants? Qui va les arrêter?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Lüh :: Rue Commerçante-