Nérée Helireah

Partagez | .
 

 Nérée Helireah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Modo
Nérée Helireah
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : New Bride, by Claparo-Sans
Date d'inscription : 22/01/2014
Messages : 518
Liens vers la fiche :
Présentation
Contes de la Dame aux Fleurs
Métier : Noble et Reine des nuages
Invocation(s) : Shénzi ♡ (inactif : Alphikas)
Inventaire :

♔ Bagages:
 

♔ Sac sans fond:
 


Inventaire▲

Aventure #1 écrite Jeu 23 Jan - 23:59



Nérée Helireah
« Tu es trop âgée pour être timide. »

   
   
   



Nom: Helireah
Prénom: Nérée
Sexe:
Age/date de naissance: Née en l’an 35 de l’ère Lühienne, au premier jour de l’hiver : 24 ans
Métier: Riche noble contre son gré.
Signes particuliers: Possède un fennec femelle, Ambre, dont le nom fait référence au loup de feu du désert, qui ne la quitte jamais. Connait aussi les langues anciennes. Porte une tenue de voyage
(link)
, cadeau de son père.
Rêve, ambition: Voyager, retourner sur son île natale, ressentir cette sensation si particulière quand la vie vous quitte, encore et encore.
Famille: Ne connait pas ses réels parents.
Son père adoptif est mort ; sa mère, supposée disparue. Famille cousine : De Lassal.
Ne connait et ne prête guère attention au reste de ses proches.
Maria, domestique et amie que la demoiselle considère comme l’une des seules femmes méritant que son regard soit porté sur elle, vit encore dans le manoir familial, dans le désert ambré. Nérée possède une grande estime envers elle.



Caractère

Elle sera ombre de sa propre existence, une poussière dans la mer de sable. Elle était née pour ça.
Lorsque Nérée passera à côté de vous, il vous sera impossible de ne pas poser les yeux sur elle. Peut-être vous aurez la joie, ou le malheur de la rencontrer. Certains la qualifieront de mature, d’autres de personne infantile ou même inconsciente. Si vous êtes quelqu’un d’inutile ou banal, son regard perçant  ne vous accordera aucune considération, vous semblerez inexistant pour la jeune femme. Pourtant, celle-ci ne sera pas hostile. Peut-être pourrez-vous la qualifier de passive. D’un tempérament serein, l’envie de tout acte qu’elle qualifiera superflu ne lui traversera nullement l’esprit. Elle se contentera de passer son chemin, lentement. Elle aura, la plupart du temps, les yeux rivés vers le ciel ou la terre, lorsque ceux-ci ne sont pas posés sur quelque chose qui attire son attention. Ne se souciant pas des remarques et autres murmures sur son passage, elle fait abstraction du monde qui l’entoure, la rendant un tantinet distraite. Si elle ne soucie pas de ce que son corps peut subir, elle fait, en revanche, attention aux personnes auxquelles elle porte un tant soit peu d’estime. Lorsque son être, faible, s’effondrera, elle savourera ce moment d’évasion, ne luttant pas contre, voulant même l’amplifier. Méfiance, si vous l’aidez à se relever, seule l’envie de retomber lui sera en esprit. Elle ne veut pas périr, bien au contraire. Elle veut vivre pour mourir.

Dépourvue d’empathie, la demoiselle n’hésitera pas à dire la vérité, ne se souciant guère de l’impact que celle-ci peut avoir. Elle n’éprouve pas le besoin de mentir. Elle reste pourtant respectueuse envers autrui, ne cherchant pas à blesser intentionnellement sur le plan physique ou moral. Elle ne détournera jamais le regard, ne ressentant plus aucune timidité. Peut-être pourrez-vous la qualifier de courageuse, bien que cela soit un bien grand mot. Par moment, Nérée se montrera joyeuse, pleine de vie, rira même si l'envie lui prend. Par moment, Nérée se montrera froide, répondant sèchement. Parfois, un sourire malsain peut se dessiner sur son visage. Un regard empli de folie peut la submerger. Peut-être l’envie de tuer une nouvelle fois la reprendra, bien qu’il soit rare qu’elle passe à l’acte. Derrière sa barrière de glace, se trouvera de temps à autre un esprit troublé et perdu. La femme n’est pourtant pas sans faiblesse, et il est facile de l’atteindre. Il vous suffira de quelques mots ou actes pour vous attirer sa curiosité et son respect, ou à l’inverse, faire voler en éclats son assurance. Même si elle ne le montra pas, peut-être que derrière sa carapace, elle pleurera, ou rira de tout cœur. Si elle renie son appartenance à la noblesse, il ne faut pas oublier qu’elle a été éduquée comme. Elle reste, au fond d’elle, une demoiselle.

La demoiselle est tout à fait complexe. Bien que très cultivée, elle ne prend que rarement part à la politique, n’a que faire des conflits et de la religion. Peut-être pourrait-on la qualifier d'une personne suivant le mouvement indifférentisme, concernant les Dieux. Coupée du monde par la mer de sable, elle n’a pu se documenter que par le biais des livres et autres manuscrits anciens. Malgré sa courte existence, elle a cependant acquis de nombreuses connaissances, que ce soit sur les plantes, la nature ou la science. Grâces à quelques vieux écrits, elle a pu se documenter sur des langues d’autrefois, maintenant oubliées. Il est vrai que la jeune femme possède une bonne mémoire, l’aidant beaucoup. Mais la mémoire elle-même n’est pas infaillible, et elle a, comme tout, ses faiblesses. N'ayant jamais croisé d'invocation de sa vie, la jeune femme ne sait étrangement que peu de choses sur ce sujet. Bien entendue, elle connait la localisation des quatre temples, mais doute tout de même de pouvoir s'y rendre, n'ayant aucune défense. Peut-être la tentation d'en délivrer une elle-même naîtra dans son esprit, bien qu'elle n'y songe pas pour le moment. Elle ne sait si elle fera un bon maître ou non, son caractère n'étant pas commun.

Nérée aime les Humains, tandis qu’elle les déteste. Elle admire les chasseurs, tandis qu’elle n’arrive pas à les comprendre. Elle apprécie plus que tout le désert, tandis qu'elle le hait. Plusieurs exemples comme ceux-ci peuvent décrire les préférences de la jeune femme. Ayant un goût prononcé pour la musique et l’art en général, il n’est pas anodin de l’apercevoir en train d’admirer un artiste. Elle aime découvrir de nouveaux paysages, des endroits paisibles et reposants. Pourtant, elle aime aussi la foule, traverser les rues marchandes pour simplement sentir le contact des épaules s’entrechoquant avec les siennes. Elle aime ressentir des frissons parcourir sa peau, tandis qu’elle déteste avoir froid. Bien sur, la jeune humaine n’est pas sans crainte. Si elle n’a pas peur du regard d’autrui, elle aura une certaine peur de l’inconnu, même si elle n’hésitera pas à avancer, sa curiosité prenant le dessus. Chose attendrissante, elle aura constamment peur pour sa compagne de route, Ambre. Elle aime avoir peur, tandis qu’elle craint la peur en elle-même. Indécise, la femme peut changer d’avis à tout moment. Quelques fois, elle aimera qu’on soit délicate avec elle, tandis qu’un autre jour, elle voudra qu’on la brusque. Il sera difficile de décrire précisément les goûts de la jeune femme, tant ceux-ci sont changeants. Cependant, elle aimera toujours se poser des interdits, afin de pouvoir mieux les franchir, allant toujours plus loin. Jusqu’à la mort, qui sait. Si jusqu’à présent, son jeu ne l’avait fait qu'éprouver un plaisir certain et particulier, son avenir dans ce triste monde est incertain. Peut-être sombrera-t-elle dans la folie, où fera une croix sur ses envies masochistes.

Pouvoir effleurer du bout de ses doigts son rêve, sans jamais l’atteindre. Le ressentir, sans jamais le vivre. Cela pourrait être considéré comme une drogue, tellement ce but est obsessionnel. Elle sait que la douleur n’est qu’un moyen pour atteindre son objectif. Pourtant, la demoiselle n’éprouve aucun plaisir dans la souffrance, lorsque celle-ci n’atteint pas le but recherché. Avec le temps, elle a repoussé peu à peu les limites de son évasion. Dorénavant, le simple fait de rêver ne la comble plus. Cela ne lui suffit plus pour se sentir ailleurs, hors du temps et du monde qu’elle déteste et aime en même temps. C’est donc naturellement que, après avoir testé différentes méthodes, Nérée s’est tournée vers la mort en elle-même. Sentir votre corps s’enfuir sous votre être, sentir que votre existence vous échappe. S’évader par la vie qui ne tient qu’à un fil, risqué sa vie pour pouvoir enfin vivre.

L’évasion. C’est ce qu’elle aime, c’est ce qu’elle veut et désir à chaque instant. Être libre.
Apparence

Elle semblera libre, alors qu’elle ne sera que prisonnière.
Son physique est en contradiction avec sa conscience, chose qu’il n’est pas aisé de remarquer. Ses cheveux, d’un châtain inhabituel tirant vers le roux, tombent en cascade sur ses frêles épaules et dansent dans le creux de son dos lorsque la demoiselle marche, comme à son habitude, lentement. Le vent, qui fait s’envoler ses mèches rebelles qu’elle n’hésite pas à replacer de sa fine main, fait naître sur son corps de léger frisson, ne supportant que peu le froid, habituée à la chaleur du désert ambré. Sa taille, avoisinant les uns mètre soixante-cinq, est plutôt bien proportionnée avec son corps fragile et mince, semblant pouvoir se briser à tout moment. Telle une plume, la jeune femme aborde une certaine élégance dans ses gestes, tant bien qu’elle attire facilement les regards sur son passage.    

Si l’on s’attarde quelques instants sur le visage de l’humaine, chacun peut penser que la nature l’a épargnée de toute déformation ou toute chose désagréable. Ses lèvres, légèrement pulpeuses, ne divulguent que rarement un sourire. Généralement, la jeune femme se garde de toute expression faciale, et seul son regard, froid la plupart du temps, charmant pour quelques rares occasions, témoigne de son humeur. Ceux-ci, profonds et expressifs, sont l'un des atouts majeurs de la demoiselle. Sous ses yeux vairons, l’un gris tendant vers le violet, l’autre d’un orange particulier, de légères taches de rousseur émergèrent de sa peau de pêche blanche. Vivant la plupart de son existence dans des contrés chaude, celle-ci n’a pourtant pas subi les rayons chauds de l’étoile lumineuse. Ses sourcils, quant à eux, sont bien dessinés. Son visage, qui fait preuve d’une étonnante douceur, est surplombé d’un collier de nacre blanche, offert par sa défunte mère. Bien qu’elle n’y attache aucune attention particulière, c’est par habitude que la demoiselle le porte. Quelques fois, il lui arrive de porter de petites boucles d’oreille fleuris, le plus souvent cachées sous ses cheveux. Sur sa crinière de feu, elle porte, lorsque l’envie lui prend, plusieurs fleurs principalement rouges, ne se souciant aucunement des regards étonnés ainsi que surpris des diverses personnes qu’elle rencontre.

Descendante d’une famille de nobles et riches marchands, il serait à la porter de tous de supposer que la jeune femme se démarque de par ses habits distingués et délicats. Celle-ci, peut soucieuse de son apparence, revête une simple robe d’un blanc nacré. Lorsqu'elle voyage, elle porte une pèlerine blanche, tombant jusqu'aux genoux, sans ouverture pour les bras. Large et ample, elle semble flotter lorsque la brise du désert souffle. Légère, elle offre à la femme une aisance remarquable. Dans son dos, une bande de tissu, cousu au niveau de sa capuche, tombe jusqu’à terre, volant au moindre mouvement rapide. Sur le bas de son vêtement de voyage et sur le col de celle-ci, on peut y apercevoir plusieurs symboles et décorations, rappelant de par sa couleur et ses formes le désert Ambré. Elle porte aux pieds de simples chaussures de cuir blanc, résistante et pourtant féminine pour ses longues escapades et voyages. Accrochés par une fine cordelette, une petite sacoche ainsi qu’une bourse pendent sur le côté droit de la demoiselle. Sous sa robe, la jeune humaine dissimule une dague ornée, qu’elle manie à la perfection. Quelque fois, elle y accroche un fil, pouvant ainsi ramener l’arme vers elle lorsque la demoiselle la lance. Bien que la dague lui soit bien utile pour se défendre, elle n’en use que très rarement.

Bien sur, lorsque vous la croiserez, elle ne sera jamais seule. Il n’y aura pourtant aucune présence humaine. Tantôt entre ses pieds, tantôt sur son épaule ou dans l’une des poches de son vêtement, sa compagne la suivra toujours. Ses oreilles pointues pourront être aperçues, sa longue queue entrevue, se faisant le plus oublié. De temps à autre, Nérée prononcera son nom, donné en honneur au loup de feu du désert, Ambre. Cette petite renarde du désert n’est pas à sous-estimer, bien qu’elle soit étrangement docile avec sa maîtresse.
Histoire


   
   
   

« Mademoiselle, je…
- Appelle-moi Nérée.
- ..Nérée…
- Ne dis rien. »


Il était une fois, un homme. D’apparence, il était heureux. Riche, dans la fleur de l’âge, plein d’ambition et de rêves. Un homme, marchand de père en fils, s’ennuyant de la Capitale et de ces plaisirs. Un homme, qui ne demandait qu’une chose : partir. Un beau jour, las des transactions et des rues marchandes, il déploya une carte, la scrutant minutieusement. Pointant une île du doigt, les yeux pleins d’espérance, la révélation de ce qui lui manquait lui vint enfin. Rassemblant rapidement quelques hommes, achetant un navire, il partit à la conquête de cet ilot, se trouvant tout au nord du monde. Peut-être avec le désir de s’enrichir encore plus, de découvrir par lui-même une terre isolée, ou tout simplement s’exiler au loin. Personne ne connut ce qui animait sa flamme de persévérance. Bien qu’il écumât de nombreux échecs, il finit par mettre pied-à-terre à l’endroit tant convoité, seul.
Il y fit de nombreuses rencontres, hostiles ou non. Comme il l’espérait du plus profond de son être, il trouva un village, qui cependant semblait désert. Découvrant peu à peu les monstruosités du lieu, l’homme fut tenté à maintes reprises de rebrousser chemin, cédant à la peur. Cependant, il ne recula guère : quelque chose, enfouit au fin fond du hameau décimé, l’appelait. Ce qu’il trouva, quelques heures plus tard.
Elle était née pour ça. Une enfant, qui n’avait pas pleuré lors de sa naissance. Une enfant, qui restait dans l’ombre, silencieuse. Une enfant spectatrice du monde et de ses horreurs. Une enfant, différente. Le vieil homme qui la gardait le mit en garde. Celui-ci, qui était le seul survivant parmi les corps inertes des villageois, conta les sombres histoires du village, ainsi que celles concernant l’enfant. Il lui demanda, malgré ses mauvaises paroles, de la prendre avec lui, ne pouvant s’occuper d’elle. Cependant, et contre toute attente, l’homme accepta. Il avait trouvé son trésor, ce qui lui manquait. L’heure des adieux vint rapidement, si bien que le départ se fît dans la précipitation. Âgée seulement de quelques années, la petite fille non voulue suivit l’aventurier dorénavant père, semblant comprendre ce qui se produisait. Lentement, ils embarquèrent sur le navire, et commencèrent leur long voyage de retour. Offrir un avenir sans vie. C’est tout ce qu’il pouvait faire.
Se tournant vers l’enfant, perdue, il s’en approcha, s’accroupissant devant elle. Il se contenta de prononcer quelques mots, le sourire aux lèvres. « Tu es trop âgée pour être timide. »


« Tout commence par un murmure... »
Tous se demandèrent d’où provenait la petite fille aux cheveux légèrement roux. L’homme n’avait pourtant pas de femme, vivait seul dans la grande capitale. Pouvant exister aisément  sans travailler jusqu’à la fin de ses jours, l’homme maintenant père décida de quitter la ville, faisant construire un grand manoir, au cœur du désert Ambré. Avec le temps, les voyageurs, découvrant lors de leur voyage cette maison perdue au milieu de nulle part, la surnommèrent le château des sables. Proche des côtes de la Thétys, la bâtisse était construite pour se faire oublier, isolée de tout. A l’abri des regards, l’homme élevait son trésor en toute tranquillité. Ce fut le moment où l’homme, qui m’avait recueilli alors que je m’étais perdu dans le désert infini, m’embaucha pour veiller sur sa tendre et douce fille. Je n’avais alors que quelques années de plus que la demoiselle. Il prenait soin de pallier tous les désirs de sa fille, qu’il avait nommé Nérée. Nérée Helireah.
Elle grandissait si vite. L’homme lui interdisait de s’éloigner du manoir, de franchir les limites du désert, pour une raison encore inconnue aujourd’hui. Il durcissait son éducation, l’obligeait à se cultiver. Il la chérissait comme la plus importante à ses yeux, mais devenait au fil du temps un père exigeant et rude. La jeune enfant, qui avait déjà un comportement étrange, commençait peut-être trop rapidement à devenir une adolescente. Elle n’avait pas eu d’enfance à proprement parler. Enfermée par l’océan chaud, elle songeait, rêveuse. Elle entendit le murmure.
L’homme la regarda d’un regard dur, l’obligeant une fois de plus à réciter sa leçon. Voyant qu’elle n’osait parler, il haussa la voix, mécontent. « Tu es trop âgée pour être timide. »

« … Qui devient vérité, peu à peu … »
Elle riait, silencieusement. Elle riait de tout son être, frôlant le rire malsain et incommodant. Pourtant, son corps en lui-même n’exprimait rien. Ses yeux se contentaient de regarder au loin, plongeant son regard dans l’horizon composé de dunes et de cavités. Nichée sur le toit du manoir, elle essayait de s’évader, en vain.
L’homme venait de se marier. Il était heureux, tandis que, silencieusement, Nérée sombrait. Elle ne pouvait s’échapper que par les rêves, ce qui devint rapidement insuffisant. Lui, qui voyait en sa fille un grand avenir, admirable et prospère, elle n’y voyait là aucun but, et n’éprouvait aucune ambition. Ne se souvenant pas de sa jeunesse passée, n’ayant jamais été plus loin que le désert, enfermée dans le château des sables, elle se lassait peu à peu de la vie. Un beau jour, lorsque le soleil était haut dans le ciel, la demoiselle finit par se rendre à l’évidence. Si elle ne pouvait s’échapper physiquement, elle pouvait s’enfuir par le biais de son esprit. Il fallait simplement séparer les deux. Quoi de plus que la mort pour atteindre ce but ? Agile, elle était montée au plus haut des cieux, là où le vent soufflait. En haut du manoir, elle regardait au loin, comme à son habitude. Mais elle n’était pas là pour les mêmes raisons. Elle s’était retournée vers moi, plongeant son regard profond dans le mien. « Cette urgence intérieure, comme une fleur, un festin. Cette chose qui me prend et qui rampe comme un serpent. Ce n'est pas la mort, mais mourir résoudra son pouvoir. Un pétale désespéré m'échappe de la main. C'est dans des endroits minables comme celui-ci qu'ils me découvriront, sans jamais savoir mon nom, mes ambitions, ni la valeur de mon évasion. »
Elle n’était pas morte, elle avait simplement arrêté de vivre. Personne ne sut comment la jeune fille ressortit vivante de sa chute. Lorsqu’il eut vent des faits de sa propre fille, l’homme entra dans une colère monstre. Pourtant, elle pensait n’avoir rien fait de mal. Elle ne décrocha aucun mot. Peut-être qu’elle n’osait parler, ou qu’elle n’en avait simplement pas le besoin. Il cracha quelques paroles, tandis qu’une trace rouge naquit sur la joue de la demoiselle. « Tu es trop âgée pour être timide. »

« … Pour enfin éclater au grand jour …»
Nérée admirait l’infinité du désert, tandis que celle-ci la troublait. Elle savait qu’il existait un monde en dehors du sien, pourtant, elle doutait de pouvoir l’atteindre un jour. La demoiselle était entrée, songeuse, dans le bureau de ce qu’elle croyait être son père. Bien qu’elle se doutât que quelque chose n’était pas logique, l’homme ne voulait jamais lui parler de sa vraie mère, ni de ses premiers jours. Lorsqu’elle tomba par hasard sur une liasse de papiers, son visage se décomposa pour la première fois. Sur les pages du journal de bord, des mots étaient gribouillés, révélant ainsi la triste vérité de la demoiselle. Abandonnant toutes ses barrières, elle lisait les documents d’une rapidité folle, ne se souciant pas des larmes qui roulaient lentement sur ses joues.
Nérée venait maintenant d’avoir dix-sept ans, pourtant, elle n’en était pas plus heureuse qu’auparavant. Mille rumeurs tournaient autour de celle-ci. Au fil du temps, elle ne laissait, à part moi, plus personne l’approcher. Devenant indifférente, elle ne se souciait guère des êtres qui l’entouraient et de leurs murmures. L’une des rumeurs, la plus effroyable peut-être, venait souvent à ses oreilles. Les domestiques du manoir lui attribuaient, peut-être à tord, la disparition de la femme de son père adoptif. Elle l'aurait harcelé psychologiquement, à maintes reprises, jusqu'à la pousser à s’enfuir de la demeure. Peut-être au suicide, qui sait. La demoiselle, bien qu'elle n'avait aucune gêne quant à dire la vérité, n'affirma jamais son oeuvre. Peut-être ils avaient raison, au final. L’homme, désemparé, devenait de plus en plus craintif et faible. Lui, qui avait tout donné pour sa chère et tendre fille, voyait celle-ci se retourner contre lui, impuissant. Il devenait timide.

«… Et ainsi rependre le sang. »
La demoiselle essaya de trouver un autre moyen de s’évader. Plus que jamais, la jeune femme étudia, se concentra sur le monde, l’humanité en elle-même. En vain. Son esprit en revenait toujours à la même conclusion. De plus en plus, elle errait dans les environs du manoir sous l’œil craintif de son père, qui restait la plupart du temps enfermé dans son bureau. Elle multipliait ce qu’elle appelait ses évasions, repoussant sans cesse les limites de celle-ci. Personne ne pouvait la raisonner. Elle était prisonnière de tout. Emprisonnée dans le désert. Emprisonnée dans le château des sables. Emprisonnée dans son corps. La demoiselle se mit à réfléchir, longuement. Celle-ci ne dévoila pas la conclusion qui s'était construite lentement dans son esprit. Un beau jour, elle se dirigea vers le bureau de son père adoptif. Elle alla lui parler, chose inhabituelle pour la demoiselle.
Elle regardait avec insistance l’étendue de sable, à travers la fenêtre du bureau de son père. Elle essayait de voir plus loin que l’horizon. Pourtant, ses yeux ne pouvaient franchir les dunes. Un silence pesant régnait dans la pièce. L’homme évitait la conversation, peut-être avait-il peur de sa fille et de ses paroles. Je ne pus assister à la scène, cette fois-ci.  Il n’y eut aucun éclat de voix, aucun bruit surprenant. Nérée revint quelque temps plus tard, me faisant part d’une sombre nouvelle. Dès lors, le manoir entra dans un deuil sans fin. Elle ne dévoila guère quelle discussion avait-elle entretenu avec son père maintenant mort, restant silencieuse sur ce sujet. Elle garda au fond d'elle les raisons de son acte. Rien n’avait changé.

« Nérée, tu sais ce que je…
- Je sais. »


Ne rien dire. Ne rien exprimer, ne rien ressentir ni penser. Marcher dans son ombre, supporter son fardeau, ses peines semblant inexistantes ainsi que ses désirs. Etre invisible. Se fondre dans la masse tout en restant à disposition. Telle était ma mission, mon devoir. « Je ne reviendrai pas. » La demoiselle venait de passer le seuil de la porte, se dirigeant au hasard dans le désert. Elle avait pris quelques habits, de quoi supporter son long voyage. « Nous ne nous reverrons pas. » Elle avait mis du temps avant de se décider. Elle regardait toujours au loin, se demandant si là était son évasion. C’est alors, lorsque le ciel était au plus haut dans le ciel, elle trouva enfin une réponse. Elle avait pourtant laissé au manoir l’un des objets les plus importants pour elle.  Nérée se retourna une dernière fois, plongeant son regard dans le mien. Peut-être là était une promesse muette que nos destins se recroiseront. Ce fut la première fois que la demoiselle avait pris la peine de mentir, cachant la vérité qui se trouvait au fond d’elle.

La vie avait repris son cours, tranquillement. Le bureau de l’homme n’avait pas été condamné, pour ainsi se rappeler ô combien la demoiselle pouvait être effrayante. Il n’y avait plus aucune trace du meurtre, excepté les mots rouge carmin, inscrits sur le mur du fond. L’écriture si délicate ne pouvait appartenir qu’à une seule personne.
«  Tu es trop âgé pour être timide. »

Hors jeu

Comment avez vous découvert ce forum ? Google ~
Comment trouvez vous l'intrigue de ce forum ? Mhf… Intéressante (d’où la raison de ma présence huhu)
Comment trouvez vous le design de ce forum ? OMGAD FEBSFIOEHSFHESFHESH c’est si beau.
Avez-vous lu le règlement ? Règlequoi ? Bien sur. [Validé par la tigresse sadique]
Avez vous vu la ChatBox ? Yep
Savez vous comment voter pour le forum ? et Yep



▲ Succès ▲


Dernière édition par Nérée Helireah le Sam 22 Juil - 16:00, édité 31 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #2 écrite Ven 24 Jan - 19:30

Bonsoir et bienvenue!
Une fiche qui a l'air prometteuse, hâte d'en lire plus!
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Ephylix
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Image d'un inconnu mais graphisme par moi o/
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 2431
Double Compte : Nausicaä Ludwiga
Elément : Terre
Métier : Méchante modo sadike
Invocation(s) : Moi même
Invocateur : Kris Le PAS Magnifique !
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Vêtements:
 

Armes:
 

Autre:
 

Sceau personnel:
 


Sorts :
Sorts:
 

Inventaire▲

Aventure #3 écrite Ven 24 Jan - 23:10

Bienvenuuue \o/
Bonne réponse pour le règlement ♥
Si tu as des questions tu n'hésites pas ^^ Mais tu connais déjà le chemin /SBAFF/

Bon courage pour la suite ♥
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Modo
Nérée Helireah
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : New Bride, by Claparo-Sans
Date d'inscription : 22/01/2014
Messages : 518
Liens vers la fiche :
Présentation
Contes de la Dame aux Fleurs
Métier : Noble et Reine des nuages
Invocation(s) : Shénzi ♡ (inactif : Alphikas)
Inventaire :

♔ Bagages:
 

♔ Sac sans fond:
 


Inventaire▲

Aventure #4 écrite Sam 1 Fév - 0:08

tout petit petit up pour dire que, enfin, j'ai fini ~ ( du moins, je crois. )
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Kohaku
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Crédit Avatar : lordeeas - Kohaku river Spirit - Deviantart
Date d'inscription : 19/08/2013
Messages : 727
Double Compte : Imaq
Liens vers la fiche : Dragon du Vent
Elément : Air
Invocation(s) : Le Vent et la Foudre.
Invocateur : Eleanör
Inventaire : Deux épées :
Anubis :
Tranchant ● ○ ○ ○ ○
Résistance ● ● ● ● ●
Maniabilité ● ● ● ● ●

Horus :
Tranchant ● ● ● ● ●
Résistance ● ● ● ● ○
Maniabilité ● ● ● ○ ○

Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #5 écrite Dim 2 Fév - 12:21

Bonjour Nérée ! Soit la bienvenue sur Arcane. ^^

Peut de chose à dire sur cette fiche pour ma part, l'orthographe est soignée et la lecture est fluide.

Il serait bon cependant d'apporter des précisions sur ce que pense ton personnage des dieux.

Pour ton petit fennec à voir avec Ariez si cette créature existe dans le désert, l'Île d'Arcane n'étant pas notre monde actuel, il possible que tu doivent changer l'espèce de ton compagnon pour un monstre domesticable.

De même attention, le voyage solitaire est impossible sur Arcane. Les humains étant dépourvus de magie et considérés de force 1, ils sont bien trop vulnérables pour passer une demi-journée en dehors des villes et villages seuls sans mourir. Ils sont une proie facile pour les monstres si ils n'ont pas une invocation pour les défendre. Lorsque les humains quittent les villes et les villages, ils profitent de caravanes de voyageurs ou de marchands pourvus et d'invocations et/ ou d'objets magiques pour repousser les monstres.

Voilà voilà. ♪
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Modo
Nérée Helireah
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : New Bride, by Claparo-Sans
Date d'inscription : 22/01/2014
Messages : 518
Liens vers la fiche :
Présentation
Contes de la Dame aux Fleurs
Métier : Noble et Reine des nuages
Invocation(s) : Shénzi ♡ (inactif : Alphikas)
Inventaire :

♔ Bagages:
 

♔ Sac sans fond:
 


Inventaire▲

Aventure #6 écrite Dim 2 Fév - 13:56

J'ai modifié en ce qui concerne les Dieux, j'ai rajouté une petite phrase.
Nérée Helireah a écrit:
Bien que très cultivée, elle ne prend que rarement part à la politique, n’a que faire des conflits et de la religion. Peut-être pourrait-on la qualifier d'une personne suivant le mouvement indifférentisme, concernant les Dieux.
( Ça vous évitera de chercher dans les gros pavés de ma description mentale n.n )

Ensuite, pour le voyage c'est vrai que je n'y avait pas penser ( surtout avec un perso comme le mien, elle fera pas deux pas avant de mourir huhu ). Je prends note, mais je ne vais pas le dire dans ma fiche, par la suite oui je prendrais ça en compte.( INRP je veux dire. )

Le tout petit et inoffensif fennec... c'est si mignon, pourquoi ça ne pourrait pas exister.. *fait les yeux doux à Ariez*
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Ariez
Ariez
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 1833
Double Compte : Aucun.
Liens vers la fiche :
Métier : Armurière
Invocation(s) : Vaea, Mercor
Inventaire :
  • Cape d'invisibilité
  • Mémorium
  • Cristal de mana
  • Sac sans fond
  • Deux pierres de télépathie
  • Une épée à la lame noire
  • 1000 T

Sorts : Tous les pouvoirs. =D
Inventaire▲

Aventure #7 écrite Dim 2 Fév - 14:53

Bonjour Nérée ! Concernant le Fennec, je n'ai pas de bestioles arcaniennes équivalentes à te proposer, donc tu pourras le garder.

Cependant il n'y a pas d'Oasis dans le désert, donc le mieux serait de déplacer ton manoir non loin des côtes de la Thétys. Cela permettrait de plus de faire ravitailler ton manoir par bateau et ça me paraîtrait plus logique qu'un manoir en plein milieu du désert. Pour ce qui est des voyages tout seul, je pense que Kohaku parlait de celui de ton père, si je ne m'abuse.

A bientôt Wink

▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
http://arcane.forumactif.fr
Modo
Nérée Helireah
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : New Bride, by Claparo-Sans
Date d'inscription : 22/01/2014
Messages : 518
Liens vers la fiche :
Présentation
Contes de la Dame aux Fleurs
Métier : Noble et Reine des nuages
Invocation(s) : Shénzi ♡ (inactif : Alphikas)
Inventaire :

♔ Bagages:
 

♔ Sac sans fond:
 


Inventaire▲

Aventure #8 écrite Dim 2 Fév - 15:12

Modifié et encore fini ~

Pour le voyage du père... boh il avait bien un équipage avec lui, etc, il n'était pas à proprement parlé seul. Mais seul, dans le sens, sans famille ni ami ni rien du tout ^-^
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Ariez
Ariez
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 1833
Double Compte : Aucun.
Liens vers la fiche :
Métier : Armurière
Invocation(s) : Vaea, Mercor
Inventaire :
  • Cape d'invisibilité
  • Mémorium
  • Cristal de mana
  • Sac sans fond
  • Deux pierres de télépathie
  • Une épée à la lame noire
  • 1000 T

Sorts : Tous les pouvoirs. =D
Inventaire▲

Aventure #9 écrite Jeu 6 Fév - 22:47

Bonsoir Nérée !

J'ai relu ta fiche en entier et je ne vois plus rien à redire !

Je te valide, BON JEU
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
http://arcane.forumactif.fr
 

Nérée Helireah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Nérée Helireah

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Section RP :: Présentations :: Présentation des humains-