Albus Cœur de Lion dit Cobi

Partagez | .
 

 Albus Cœur de Lion dit Cobi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #1 écrite Mar 13 Mai - 18:21

I) Identité
Nom: Cœur de Lion / Mort qui Tousse
Prénom: Albus / Cobi
Sexe: Mâle
Age/date de naissance: 19 ans


Note : Le nom des Cœur de Lion est connu à Lüh, mais si on demande son nom à mon personnage, il répondra « Cobi ». Si on exige de lui un nom de famille, il répondra « Mort qui Tousse », dont la provenance est inconnue à Lüh.

II) Caractère
Cobi avait un esprit parfaitement insaisissable, pourvu d'une sorte d'autosuffisance bien réelle en ce qui à trait à la discipline, à la moralité et même à une compréhension particulière de l'amour. En outre, sa jeunesse auprès de la noblesse lui avait enseigné, un peu par inadvertance d'ailleurs, tous les pièges psychologiques que les exploiteurs usaient pour manipuler leurs pions. Il connaissait tous ces petits détours du langage et était capable de percevoir, avant même que la phrase soit dite, le vrai sens se cachant derrière.

Mais il trouvait qu'il était une perte de temps et de vie la compagnie de ces gens n'allant pas chercher plus loin dans cette langue que les principaux bénéfices que l'on peut en tirer. Il avait la subtilité de voir une différence en ceux qui ne s'en souciaient pas vraiment, comme si l'être humain, d'instinct, était plus intelligent que de calcul. C'est d'ailleurs pour cela qu'il avait quitté la noblesse et force est qu'il avait de constater qu'il avait eu raison. Le monde était vaste et merveilleux ; dans le doute, il fallait se lancer !

Ainsi il aima se nourrir intellectuellement de ce que la vie l'inspira. Cela fit de lui quelqu'un d'essentiellement serein, avec un esprit capable d'une si grande relativité que beaucoup de ces complexes qui font souffrir ceux qui l'entouraient devenaient absurdes à ses yeux. Pour ne pas abimer le témoignage de cette vie, d'une manière qui aurait été de toute manière inefficace, il s'appliqua à être l'homme le plus humble du monde, porté par une sorte d'espoir, dont l'exacte définition était peut-être la seule qui soit véritablement impossible ; un espoir qu'il plaçait au-dessus de tout.

Il était cependant habité par un problème. Même s'il n'avait jamais été le petit enfant noble par excellence, il conservait tout de même un certain amour pour sa famille ; un amour dont il n'arrivait pas à se débarrasser. Quand il marchait en ville ou n'importe où sur la terre ferme, cela se voyait, cela se remarquait. Il avait l'air princier, la figure haute : son civisme était marginalement supérieur pour la pauvreté économique qui était maintenant sienne. Il avait appris à laisser son cœur être simple, mais n'arrivait jamais à briser cette certaine droiture qui était dans ses épaules. Cela faisait de lui un être complexe, un genre d'énergumène que, du premier regard, paraissait appartenir à un autre monde, mais qu'en approchant, paraissait vouloir devenir l'ami de n'importe qui, l'ennemi de n'importe qui, enfin : il s'en fichait ! Il paraissait se foutre totalement de qui était son ami ou son ennemi, ce qui était l'exact contraire des gens qui se disent nobles. Il était jovial et obligeait celui qui voulait prendre contact avec lui à une certaine intégrité si grande qu'elle paraissait être folle. En vérité, cela faisait de lui quelqu'un de très solitaire, mais en vérité, ça aussi, ça ne le dérangeait pas. Il voyait cela comme un défi.


III) Physique
Donnés techniques :
Hauteur : 1m90 / Yeux : Noir / Cheveux : Dorés / Visage : Effilé / Corps : Mince

Habits :
Pour se protéger du froid marin, Cobi s'était équipé d'un chandail à chaude étoffe, d'une écharpe et d'un pantalon long rouge foncé. Il avait aussi un grand manteau en cuir avec capuche et une paire de bottes pour les jours de pluies ou de grand vent. Autrement, il se protégeait les pieds avec de simples lambeaux de tissus.

Allure :
Cobi était... vraiment très beau et très charmant. Il avait la dignité peinte sur le visage, et sa démarche était celle d'un seigneur. Jamais il ne baissait les yeux, jamais il ne courbait l'échine. Il était plus arrogant et plus princier que la plupart des nobles de l'île, et pourtant il n'était intéressé ni par son apparence ni par ce qu'il pouvait inspirer. La seule chose qui l'intéressait était sa propre inspiration, c'était ce que le monde pouvait lui donner. Ainsi malgré son apparence il ne refusait un rire grivois à une blague vulgaire, ou une bonne bagarre pouvant abîmer son joli minois. Cela cassait toujours systématiquement l'image que l'on pouvait se faire de lui. Il était le diable d'homme dans le corps de l'ange femme. Et chez lui, l'homme l'avait toujours emporté.


IV) Vie
L'histoire de la famille des Cœur de Lion :

L'histoire des Cœur de Lion commence par le travail acharné d'un ancêtre qui portait un autre nom : Fidor Mort qui Tousse. Ce nom était comique ; du village d'où il venait, les gens portaient des noms dérisoires pour ne pas se rabaisser les un des autres. Dans ce village c'était important, car les gens étaient facilement portés à la bagarre due à la précarité de leur situation. Pourtant, chez l'homme, tout le monde sait que le nombre fait la force. On ne sait pas combien de vies et donc, de familles, ont été sauvés par un « Tousse pas trop ! Mort qui Tousse ! » ou un « Fait attention ! Mauvaise Vision ! » tout ricanant et qui rendait sympathiques ces guerriers qui vivaient dans le territoire le plus rude de l'île : la Plaine Glacée.

Fidor Mort qui Tousse fut cependant obligé au départ lorsque sa femme mourut d'une pneumonie. Un coup de froid l'avait emportée. Ce n'était pas une chose fréquente, les villageois savaient se protéger, alors quand cela arrivait, la personne restante était soudainement prise aux dépourvues. Nul ne pouvait survivre en étant seul, et nul ne pouvait assurer la survie de quelqu'un de solitaire. Les conditions étaient trop rudes. Fidor, lui, le savait mieux que quiconque. Alors quand sa femme eut rendu son dernier soupire, il l'annonça au village, l'enterra, et parti sans demander son reste. Il avait des provisions et un traineau tiré par des chiens. C'était plus que suffisant pour rejoindre la Vallée Sereine, puis la traversée de la Rivière Blanche. Par chance, il ne rencontra pas d'ennui. Il fit même la connaissance d'un compagnon de route du nom Laurence. Ce dernier l'enseigna tout ce qu'il savait sur le monde : les invocations, les guerres qui venaient tout juste de prendre fin et même une version de l'histoire du monde que Fidor trouva un peu trop « magique », mais écouta tout de même attentivement. Quand Fidor questionna Laurence sur le pourquoi de toute cette générosité informative, ce dernier lui répondit qu'il était malade et qu'il ne voulait pas que ce savoir se perde. L'homme au traineau à chien le quitta peu de temps après cette révélation.

Plusieurs années s'étaient déjà déroulées et l'ancêtre des Cœur de Lion pensait déjà à refonder une famille. « Mais comment ? » se disait-il. Il lui manquait puissance et richesses.

Pour la puissance, il décida d'aller chercher une invocation de feu. Il fut d'abord très déçu de la faiblesse de celle-ci. Il passa les dix prochaines années à parcourir l'île pour la rendre plus forte, accumulant, au passage, une petite fortune avec les matières premières trouvées sur les monstres tués. Puis il décida d'investir dans des navires marchands. Les affaires prospérèrent et il put se faire construire une magnifique demeure dans ce qui allait devenir la très riche et très populeuse ville de Lüh. Bien sûr, quand cela arriva, il avait depuis longtemps changé de nom. Il était maintenant le riche « Fidor Cœur de Lion », dont l'immense portrait trônait à jamais dans le salon de la demeure familiale.

La maison des Cœur de Lion :

Elle avait été construite sans compter les dépenses. Fidor l'avait dessinée lui-même. La cave, d'abord, était double ; c'était à dire qu'il y avait une cave sous la cave. La première cave servait à entreposer boissons et autres provisions, et la seconde cave, dont le seul accès était une porte en fer impossible à ouvrir excepté pour celui qui en connaissait le secret, servait à entreposer tout ce qui avait le plus de valeur. Métaux précieux et pierres précieuses y étaient cachés. À elle seule, cette cave faisait la puissance de la famille des Cœur de Lion.

De l'extérieur, la grande demeure semblait vouloir rendre hommage à tous ceux qui, ailleurs sur l'île, vivent de la simple force de leurs bras. La construction représentait un savant mélange de pierres et de bois, à la fois très bien taillés et travaillés, mais imposants et rustiques. Cette maison avait été construite comme si l'avarice n'avait jamais existé, et que seule la lourdeur de l'existence donnait droit à certains privilèges. De loin, elle dégageait un certain malaise à la fois spirituel et emporté par les problèmes les plus concrets de la vie d'un homme : l'abri, la nourriture et l'avenir. C'était, au fond et tout simplement, la demeure d'un guerrier qui avait fait fortune, et elle s'était transmise de père en fils.

L'intégration

Lors du soulèvement, Anaba, le descendante de Fidor, fut donné, en gage de bonne amitié, au fils cadet de Sahen. Ce mariage ne fut pas une réussite, mais les deux familles réussirent tout de même à s'entendre. Ils avaient tous deux des chefs rusés qui savaient le profit qu'ils pouvaient tirer mutuellement malgré les quelques différences dans leurs idéaux.

Albus Cœur de Lion

Dix générations s'étaient écoulées entre Fidor et Albus. Ce dernier était aussi le cadet de trois autres garçons... et le plus indépendant. Alors que ses frères étaient relativement sages et bien éduqués, lui adorait fuguer et explorer les autres endroits de la cité. Il trouvait plus stimulant de voir les dockers charger et décharger les navires, d'entendre les cliquetis des gladiateurs au-delà de l'enceinte du colisée ou de se rouler dans la boue avec les autres enfants habillé de vieilles loques, pour éviter les ennuis, que d'apprendre des platitudes dites par des vieillards qui ne reconnaissaient rien à la supérieure beauté du monde extérieur et à l'importance pour être un homme d'aimer la vie qui y grouille. Albus, instinctivement et déjà enfant, était beaucoup plus sage que n'importe quel érudit. Aussi, il décida de partir et de quitter le foyer dès qu'il jugea lui-même avoir suffisamment profité des dits vieillards et de leurs enseignements.

Il décida d'abord d'aller explorer les océans. Il s'engagea, sous le nom de Cobi Mort qui Tousse, sur le plus grand voilier qu'il trouva. Personne en dehors de la famille ne connaissait l'ancien nom des Cœur de Lion. Quand on le questionna sur la bizarrerie de son nom, il répondit que ce n'était pas de leurs affaires. Il gagna une misère en tant que simple matelot, mais devint très fort physiquement et apprécia l'odeur de liberté qu'il avait en haut des grandes voiles. Il décida, un jour que le navire était amarré au port, d'aller acheter une plume, de l'encre et du papier, et se mis à composer des poèmes dans le dos de ses camarades, qui le savaient quand même et s'en fichaient.

De poèmes il passa à chansons. Il avait dans l'idée de devenir barde, mais pas tout de suite. D'abord, il décida qu'il lui faudrait une invocation, pour explorer l'île malgré ses dangers et ainsi s'inspirer des faits les plus étranges qui l'habitaient. Cette décision prise, il attendait maintenant le retour du navire à Lüh, qui était dans une semaine.

Le retour de Cobi

Note : Attention, changement de style pour un qui est beaucoup plus près de la pensée du personnage. À lire plus légèrement.

Les embruns marins assenaient la cale du navire, tel qui allaient l'embrasser de force d'un sel d'une mauvaise universalité, que l'équipage eût promu au calme plat s'il n'eût connu le port et son humain coinçage d'amour. La hâte était patiente ; l'espoir s'en allait doucement charmer la richesse confuse des hommes simples. Ils eurent atteint Lüh d'avance qu'ils ne furent pas plus heureux. Personne n'allait les presser ; c'était interdit, comme au mariage : pour toujours et à jamais. Les vrais hommes sont tous mariés de force à la patience ; il faut aimer attendre.

Dans le gîte des voiles s'en allait se coucher le vent, s'arrêtant, freiné par cet immense vaisseau de commerce, échangeant des richesses pour d'autres, de la candeur contre du rêve citadin, le rêve d'une certaine gratuité qui dans le temps se bornait à rester absolument relative. Comme quoi, même la sagesse de la patience peut être déroguée par cette fabuleuse créature qu'est l'être humain, rendu hors-la-loi par le miracle que l'on veut imparfait de son origine. Cela n'empêchait pas les gens de vivre, cela ne punissait pas leurs amours, seulement leurs suprématies, qui sans le mérite de l'attente disparaissaient ou tombaient dans la folie, selon la suffisance de la joie du citadin. C'était aussi pour cela que Cobi s'était senti obligé au départ, il y a de cela de nombreuses années déjà : il était atteint par cette suprématie et se savait avoir la force qu'il fallait pour la garder. La laisser disparaître n'était pas un défi pour lui, et la meilleure façon de tuer un homme est de l'interdire à tous défis. À quoi sert la vie si elle ne peut plus servir le défi ? À rien.

Toutes volontés ne peuvent interdire à un homme de ne pas vouloir se suicider. Il faut oublier ça. C'est qu'un tort, rien de plus : un misérable tort dont Cobi ne voyait plus depuis longtemps aucun espoir qui mérite d'être encensé. Il avait une trop grande préférence pour la carte céleste qu'employait le timonier, pour la berceuse physique des noires protubérances qui coulaient tout au long de la quille et de cette quille qui, à elle seule, était pleine de toutes les tensions du navire. Tandis qu'il plongeait dans son travail de barde en devenir en haut du mât, et qu'il se laissait être sensible à ce chagrin qu'allait faire cet amour qu'un navire provoque dans les vagues de l'océan froid et nocturne, cet amour qu'il quittera pour un meilleur avenir plein du reste d'humanité, trésor parmi les trésors, suprématie des suprématies, inspiré, la luisance d'un phare se laissait deviner.


V) Autres
Métier: Barde
Signes particuliers: Allure princière
Rêve, ambition: Devenir le plus grand barde qui n'ait jamais existé


VI) Hors Jeu
● Comment avez vous découvert ce forum? Annuaire de forum-actif
● Comment trouvez vous l'intrigue de ce forum? À la fois intelligente de jolie
● Comment trouvez vous le design de ce forum? Agréable à l'œil
● Avez vous lu le règlement? [Validé par Erine ♥]
● Avez vous vu le tchat? Oui
● Savez vous comment voter pour le forum? Oui


VII) Mot de l'auteur

Note : Cette dernière parenthèse va répondre clairement aux éclaircissements demandés quant à l'influence sur mon personnage de la religion et de la présence des invocations. Il m'était impossible d'y répondre autrement, désolé.

L'Histoire, avec le plus grand des « H », étant connu depuis les premiers invacoteurs et, pour le peuple, depuis le soulèvement de Sahen et de la certaine institutionnalisation qu'il a suscitée sur l'île, il est à n'en pas douter qu'un grand nombre de gens eût réfléchi, ne serait-ce que pour se sentir supérieur ou pour avoir un peu de verve devant des amours qui aiment être intellectuellement stimulés. Il est impossible, qu'en général, étant donné la nature humaine, le peuple de l'île d'arcane se soit contenté de « savoir », et qu'aucun n'ait philosophé sur le sens de ce qui s'était passé.

Cependant, même si mon personnage cherche réellement à enrichir « l'héritage humain », et n'est pas, à l'instar de cette bourgeoisie qu'il a quittée, qu'à la recherche d'un discours lui étant utile, il est encore trop jeune pour avoir une réelle opinion sur ce sens de ce qui s'était passé. Non seulement il n'en cultivait aucune, mais en plus, il n'en acceptait aucune. Il avait cette juste et saine arrogance de ne pas croire ce qu'on lui disait.

Mais à vrai dire, ce dont pour quoi mon personnage avait le plus de respect, même s'il n'en avait pas conscience, c'était le temps. Il respectait le temps, ses changements et la vie qui était soumise à ces changements. Ainsi il n'avait aucune appréhension sur les coupables du passé, quels qu'ils soient, et préférait se concentrer sur l'avenir. Si des invocations devaient faire partie de cet avenir, eh bien soit ! Il ferait avec ! Il en était de même pour les religieux ou pour n'importe quel ordre auquel il n'appartenait pas.

Ce qu'il savait, c'est qu'il était un barde, qu'il se devait d'être à la fois vulnérable à l'imprévu pour pouvoir s'inspirer des expériences positives ou négatives que la vie avait à lui offrir, pour être « vivant », tout en étant « mourant », d'une certaine manière, continuellement et constamment, en ne s'attachant jamais à rien ni personne, en n'étant toujours « qu'un fantôme fugace ».

C'était pour lui : soit une bénédiction, soit une malédiction... et il savait qu'il devait accepter et vivre pleinement les deux pour pratiquer son métier.
▲ Succès ▲


Dernière édition par Cobi le Ven 23 Mai - 20:19, édité 25 fois (Raison : obéissance :3)
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #2 écrite Jeu 15 Mai - 19:52

J'aimerais changer mon pseudo pour un plus simple « Cobi ». C'est possible, s'il vous plaît ? =)
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #3 écrite Ven 16 Mai - 18:59

Bonjour, bonsoir Cobi ♥️

(Re)Bienvenue sur notre sublissime île qu'est Arcane ♥️

Me voila enfin depuis le temps que je dis que je passerai mettre mon nez dans ta belle fiche :3

Tout d'abord je tiens à te signaler que j'aime beaucoup ton style d'écriture que je trouve fluide avec une touche d'humour qui m'a bien fait sourire à la lecture. Bref, passons au chose sérieuse /o/


II) Caractère

Manque juste un point essentiel: ton point de vue sur les invocations.
A part ça, tout me convient.


III) Physique


J'ai adoré la façon dont tu as volontairement raccourci ce qui est habituellement décrit. Sur ce point la RAS.


IV) Vie


Alors ton résumé me plait et me convient. Une seule petite chose (oui je suis casse bonbon mais on m'aime pour ça ♥️) c'est que pour une famille de noble issue d'un ancêtre 'guerrier' qui lui même posséda un demi-dieu, tu ne parles pas assez des invocations à mon gout. De plus, elles sont plus que commune dans la vie de tous les jours dans la capitale. Ton personnage doit surement en fréquenter régulièrement non? Comment voit-il les choses? Ça se reporte un peu à ce que je t'ai dis dans le point à revoir au sujet du caractère.

En fait à y réfléchir c'est le seul point qui manque à ta fiche mais les divinités sont un élément plus qu'important dans l'univers d'Arcane, c'est la raison pour laquelle j'insiste sur le sujet Wink


Voili, voilu ça sera tout pour moi. Préviens quand tu auras ajouter les petits changements. A très vite et bon courage, ta validation semble toute proche ♥️


NB: En ce qui concerne la modification de ton pseudo, Kohaku s'en charge sous peu Wink
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #4 écrite Ven 16 Mai - 19:34

Merci de faire avancer ma fiche !   

Je dois me concentrer sur autre chose pour la fin de semaine, alors je vais sûrement avoir du temps en début de semaine prochaine à consacrer aux problèmes des invocations.

P.S. : Merci Kohaku ! Very Happy
▲ Succès ▲


Dernière édition par Cobi le Mer 21 Mai - 2:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ariez
Ariez
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 1833
Double Compte : Aucun.
Liens vers la fiche :
Métier : Armurière
Invocation(s) : Vaea, Mercor
Inventaire :
  • Cape d'invisibilité
  • Mémorium
  • Cristal de mana
  • Sac sans fond
  • Deux pierres de télépathie
  • Une épée à la lame noire
  • 1000 T

Sorts : Tous les pouvoirs. =D
Inventaire▲

Aventure #5 écrite Dim 18 Mai - 18:48

Bonsoir Albus ! (Cobi ?)

Quand tu auras fait les modifications demandées et que ta fiche sera prête à passer sous mes corrections avisées, préviens moi !


▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
http://arcane.forumactif.fr
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #6 écrite Jeu 22 Mai - 15:02

Hourra ! Terminé !!!

Si vous me cherchez, je suis dans la source chaude !

Edit (et up mal déguisé) : Pour ceux qui aimeraient s'en informer : j'ai ajouté une partie complémentaire à la fin de l'histoire (Le retour de Cobi). ^^
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Ariez
Ariez
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 1833
Double Compte : Aucun.
Liens vers la fiche :
Métier : Armurière
Invocation(s) : Vaea, Mercor
Inventaire :
  • Cape d'invisibilité
  • Mémorium
  • Cristal de mana
  • Sac sans fond
  • Deux pierres de télépathie
  • Une épée à la lame noire
  • 1000 T

Sorts : Tous les pouvoirs. =D
Inventaire▲

Aventure #7 écrite Ven 23 Mai - 18:55

Bonsoir Cobi/Albus ! Bienvenue sur le forum =)

Alors j'ai encore quelques remarques à faire sur ta fiche !

En premier lieu, je trouve ta description psychologique très superficielle. Tu insistes beaucoup sur un seul et unique point, sans développer ni ses qualités et défauts, ni ses peurs et ses rêves. Il faudrait donc rectifier ça en rajoutant quelques phrases de descriptions, ou si tu veux faire un listing comme pour le physique avec ses qualités d'un coté et ses défauts de l'autre, si tu préfères ce genre de présentation.

Ensuite, une faute horrible :
Citation :
Fidor Mort qui Tousse fut cependant obligé au départ lorsque sa femme mourra d'une pneumonie.
C'est evidemment "sa femme mourut" et pas "sa femme mourra..."

Citation :
Dix-sept générations

Alors, je n'en suis pas sûr, mais il me semble qu'une génération c'est 25 ans, 17 générations ça fait donc 425 ans... ce qui si je ne me trompe pas, remonterait à l'ère des templiers, soit à mon humble avis beaucoup trop loin pour ce que tu racontes (période des "4 maitres" vers -120, donc il y a approximativement 270 ans..)

Voila, le reste me convient =)

A bientôt


▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
http://arcane.forumactif.fr
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #8 écrite Ven 23 Mai - 20:13

J'ai effectué les modifications demandées, notamment pour la partie Caractère que j'ai presque entièrement réécrite. . ^^
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Ariez
Ariez
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 1833
Double Compte : Aucun.
Liens vers la fiche :
Métier : Armurière
Invocation(s) : Vaea, Mercor
Inventaire :
  • Cape d'invisibilité
  • Mémorium
  • Cristal de mana
  • Sac sans fond
  • Deux pierres de télépathie
  • Une épée à la lame noire
  • 1000 T

Sorts : Tous les pouvoirs. =D
Inventaire▲

Aventure #9 écrite Ven 23 Mai - 23:22

C'est mieux je te valide !

BON JEU


▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
http://arcane.forumactif.fr
 

Albus Cœur de Lion dit Cobi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Albus Cœur de Lion dit Cobi
» Fiche technique de Lion Damon [ Validée ]
» [vente] R armure lion
» Question...(armure lion)
» Armure des lion

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Section RP :: Présentations :: Présentation des humains :: Fiches Fantômes des Humains-