[Village d'Assassins] Vengeances. - Page 2

Partagez | .
 

 [Village d'Assassins] Vengeances.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Membres
Kris
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Date d'inscription : 22/08/2013
Messages : 320
Double Compte : Hasmaël
Liens vers la fiche : .
Résumés des Rps
Elément : Feu
Métier : Maître Assassin - Haut Noble de Lüh - Gérant du village de Sirk - Co-propriétaire de la grande Arène de Lüh - Bienfaiteur du Marché aux Saveurs
Invocation(s) : Ephylix, le Tigre en cavale ♥ [Terre] Dreydwiin, le Seigneur des mers [Eau]
Inventaire : .
Equipements
200 Tsuris
Une épée
Trois couteaux de lancer
Deux dagues

Sac sans fond
1 cape d’invisibilité [23Mns]
1 pansement coagulant [0.6M]
8 gélules Anez

Manoir
Boite aux lettres
Pièce secrète

Inventaire▲

Aventure #26 écrite Sam 14 Nov - 18:18


Je devais admettre que les échanges que nous venions de faire m’avaient donné une certaine assurance, qui ne fut pas en ma faveur pour ce nouveau round. Son expérience lui avait appris à repérer les points sensibles de son adversaire pour s’y appliquer. Et le miens ne lui avait pas échappé. S’il me coûtait la victoire cette nuit, je jure sur les Quatre que l’on ne m’y reprendrai plus à porter assistance à cette tête blonde qui s’attire plus d’ennuis, que je ne le peux moi-même. Au sol, la vision floutée par le coup à la tempe, je peinai à me redresser, la douleur vive s’amplifiant.    

« Tu n’as pas l’air bien frais. Tu aurais dû savoir que pour une telle entreprise, tu aurais dû attendre d’être en pleine forme. »

Sur ce point je n’allais pas le contredire. Et c’est en parfait état que je me serai présentai à lui si la blonde ne m’avait pas menée face à trois larbins de passages, ou que Meiro ne s’était pas essayée à me tuer. Comme quoi, il y a toujours quelques détails que l’on ne prévoit pas. Tout comme l’éclair qui jaillit par la fenêtre, me laissant l’occasion de me redresser tandis que le vieil homme se retournait, un sourire aux lèvres. Moi qui me mettais à penser qu’il s’agissait peut-être du Lion ou de Dagnir, qui aurait pu jouer en ma faveur en le déstabilisant, je fus surpris d’entendre à la place qu’à la vue du spectacle dehors, c’était plutôt lui qui était en position de force. Comment Meiro avait-elle pu échouer, accompagnée de deux Divinités ?  

« J’espère que tu ne tiens pas trop à ton amie et son fauve. Car ils sont sur le point de mourir. Comme toi. »

Lentement remit sur mes pieds, je laissai le vieil homme s’approcher de moi, son arme à la main. Lorsqu’il trancha l’air avec,  je bloquai son bras en lui agrippant directement le poignet avant de lui tordre, lui faisant lâcher sa lame dans un cri de douleur.  Ne m’arrêtant pas, je redonnai une pression des plus fortes sur l’un de ses genoux, faisant plier sa jambe, l’obligeant dès lors à s’agenouiller grossièrement devant moi. Mon pied vint éloigner la dague avant de que je ne me recule d’un pas.

- C’est la fin pour toi vieil homme.

▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #27 écrite Lun 30 Nov - 14:26

Trop prise dans mes pensées qui consistaient à me demander si je devrait faire front ou me glisser discrètement à l'intérieur du bâtiment, je ne vis ni ne senti Aslan approcher. Je ne pu m'empêcher de sursauter lorsque je senti sa lourde patte ce poser sur mon épaule et me stopper dans mon mouvement de départ. Me retournant vivement, je m'apprêtais à me défendre au besoin, mais finit par me détendre en découvrant la tête désormais familière de mon matou. Ainsi, il avait terminé son carnage... Esquissant un léger sourire à sa vu, je l'effaçais bien vite lorsque je vis son regard ce poser sur mon bandage de fortune. Aie, j'allais encore avoir droit à un sermon... Plissant les yeux, prête à recevoir la critique, ce fut avec étonnement que je le vis poser simplement sa patte sur ma blessure pour la soigner d'un sort dont il avait le secret. 

- Tu ne... Te mets pas en colère? Hésitais-je, un sourcil légèrement haussé. 

Mais ses paroles démentir toute pensées que j'avais pu avoir concernant son état d'esprit. Soupirant de soulagement, je fini par froncer très légèrement les sourcils lorsque je remarquais que le sang qui le maculait n'était pas uniquement celui de ses ennemis. Préférant ne faire aucune remarque afin de ne pas le froisser, je portais à mon tour mon regard sur la bâtisse qui devait être selon les dire de cet homme celle de l'assassin que j'avais cherché durant toute ces années... Le regard brillant d'une énergie nouvelle, je rangeais chacune de mes armes et me mis en marche vers cette dernière. Avec Aslan à mes côté, il ne faisait aucun doute que la discrétion ne serait pas de mise. Rapidement, nous fûmes stoppé par trois assassins. Ces derniers me parurent au premier coup d'oeil bien plus dangereux que les précédents. Leur regard ne trahissait aucune peur et leur posture aucune faille dans leur défenses. Ils avaient dû combattre maintes et maintes fois.. Ce qui me surpris le plus, fût le fait que la vu d'Aslan ne sembla pas les déranger le moins du monde. Le monstre qui fit son apparition quelques secondes plus tard me fit alors comprendre pourquoi: ils avaient déjà eu affaire à des invocations et en était alors ressorti vivants. réfléchissant quelques instants, je me demandais quelle type d'attaque adopter, avant de finalement me décider. 

Glissant une main vers mon carquois, j'attrapais une des trois flèches sur lesquelles j'avais, plus tôt, disposés mes cristaux de glace. Prenant mon arc, j'encochais ma flèche, visant le centre et après une courte inspiration, la relâchait tout en relâchant mon souffle. 

voir résultats ici
▲ Succès ▲


Dernière édition par Meiro le Lun 28 Déc - 11:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Aslan
avatar


▼Afficher le Profil▼
Crédit Avatar : non renseigné
Date d'inscription : 16/04/2015
Messages : 43
Liens vers la fiche : Fiche
Elément : Feu
Métier : Protecteur
Invocateur : Meiro, la Sanguinaire
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #28 écrite Lun 7 Déc - 12:17

Les choses intéressantes commençaient.

J’observai la scène face à nous, gardant silence. Le sérieux des hommes face à la lourde porte de la bâtisse lorsque nous avançâmes à leur rencontre, me déplaisais d’une certaine manière. Quelque chose clochait. Pas même un haussement de sourcil à nous voir arriver jusqu’à eux, ou ne serais-ce que par ma vue ? Ce n’était pas normal. Ils devaient très certainement avoir prévu une embuscade, une trappe ou tout autre piège.  Mais avant que je n’en vienne à prévenir Meiro, une lueur aveuglante illumina la pénombre avant de disparaître en laissant derrière elle une créature de deux fois ma taille. L’aura de Terra l’entourant était aussi visible que le sable dans le désert. La surprise dissipée, je laissai un sourire débuter sur ma gueule. La tournure des choses allait être très intéressante ! On allait passer aux choses sérieuses, pour mon plus grand plaisir.      

« Tu prends les hommes, je m’occupe du cyclope ! »

Mes mots furent plus un ordre qu’une recommandation. Cet Invocation était à moi, et à moi seul. Qu’elle s’occupait des insectes, elle aurait déjà beaucoup à faire, et me laisse le sérieux. Sans prêter attention à l’initiative de Mon Invocatrice, je sautai sur le Subalterne de Terra. Me stoppant net dans mon élan en me serrant de sa lourde poigne, il me jeta au loin, me faisant transpercer le mur d’une maison à l’atterrissage. Me relevant avec une certaine difficulté sous le choc, je sortais de la bâtisse dans un nuage de poussières. Ce n’était pas un débutant. Parfait. Enfin du sérieux ! J’aurai préféré être à mon avantage, et soigner mes plaies, mais je préférai garder ce qu’il me restait de puissance divine pour assurer la survie de Meiro, si cela tourner mal pour elle. Sortant ma Hache Double, je retournai à la charge, l’attention de l’Invocation étant sur moi.    




Mana:
 

Lancé de dés :
 


▲ Succès ▲


Dernière édition par Aslan le Mer 6 Jan - 11:09, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Animateur
Dagnir O Naur
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Date d'inscription : 26/08/2013
Messages : 127
Liens vers la fiche : Un bon vivant
Elément : Feu
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #29 écrite Mer 16 Déc - 0:37

Dagnir trouvait ces assassins particulièrement résistant et un peu horripilant pour l'invocation au final. Il avait entendu les explosions de flammes plus loin, très certainement Aslan qui avait tendance à se dépenser au maximum bien trop vite. Mais d'un côté la résistance à du grandement s'affaiblir dans sa zone. Lui même était bien tenté d'avoir recours à la magie, mais cela le gênait dans le sens qu'il se laissait à la facilité.

Il lui restait bien une idée avant de devoir utiliser ses joker. Les humains décidaient de l'attaquer en même temps de tous les côtés et c'était parfait pour le demi-dieu. Dagnir rangeait ses lames et prit sous ses vêtements des œufs. Mais ce n'étaient pas n'importe quelles œufs, elles étaient évidé pour être rempli de produit sympa. Celles ci avait un mélange de souffre, du phosphore, du poivre et bien d'autre. Il n'en avait pas beaucoup de ces œufs, une demi douzaines, de plus il allait en devoir utiliser quatre mais que cela ne tienne.

Quand les ennemis n’étaient plus qu'à un mètre de lui et continuaient leur charge pour le blesser. Grâce à ses réflexes surhumains, il envoya des quatre côtés un œuf à soixante dix centimètres de lui. Quand les projectiles s'écrasèrent, un panache de fumé s'éleva aussitôt prenant les assassins sur leur trajet. Dagnir était content de ne pas avoir besoin de respirer sous sa forme naturelle, car la fumée était particulièrement irritante et corrosive pour des muqueuses humaines.

Au moment où les assassins pénétrèrent dans cette fumée, Dagnir s'éleva dans les air avec un saut pour projeter des dagues de jet. Le plus drôle c'était que certaines armes de jet étaient celles que lui avait envoyé les ennemis.

Par contre l'invocation se disait qu'il devrait enlever la lame qui lui chatouille les côtes, c'était assez gênant dans ses mouvements.

Puis Dagnir atterrit derrière les fumées pour prendre à revers ce petit groupe tout en dégainant à nouveau ses lames. L'invocation veut en finir rapidement, cette tactique est malheureusement assez visible de loin. Il allait devoir s'éloigner rapidement et prendre de la hauteur pour connaitre l'évolution du combat pour son amusant rival et sa maitresse. Pour l'invocation le compère humain était quantité négligeable.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Membres
PNJ
avatar


▼Afficher le Profil▼
Date d'inscription : 21/08/2013
Messages : 382
Liens vers la fiche : Petit rappel avant d'incarner l'une des bêtes d'Arcane :

Comment jouer un Monstre ?
Sorts : Les monstres peuvent utiliser les sorts définis par leur Rang (A, B, C, D, E, F) et leur sous-élément.
  • A= pas de pouvoir magique. (mana : 0)
  • B = contrôle les sorts de niveau 1 et 2 de son sous-élément. (mana : 15)
  • C = contrôle les sorts de niveau 1, 2 et 3 de son sous-élément. (mana 25)
  • D = contrôle les sorts de niveau 1, 2, 3 et 4 de son sous-élément. (mana 35)
  • E = contrôle les sorts de niveau 1, 2, 3, 4 et 5 de son sous-élément. (mana : 40)


Liste détaillée des sorts en bas de cette page
Inventaire▲

Aventure #30 écrite Jeu 17 Déc - 22:07



Nord du village


La situation lui avait totalement échappée. A genoux face à lui, il ne parvenait plus à défier son regard. Le dernier coup encaissé avait autant fait craquer l’articulation de sa jambe que celle de son poignée juste avant. En plus d’un âge avancé, Vettori devait désormais ajouter l’incapacité de se tenir debout, tout comme celle de tenir son arme. Les mots que son ancien disciple lui lança ne pouvaient être plus vrais. Le Maître Assassin était un vieil homme, et c’était là son dernier duel. La question essentielle à cet instant étant, y survivrait-il ? Parviendrait-il à quitter ce bureau en vie ? Il était sûr, si ses hommes ne freinaient pas l’avancée toujours plus proche des acolytes, qu’il allait perdre son titre. Mais allait-il devenir un vieil homme errant, ou ne disposerait-il pas de cette occasion ?

Une main tendu, quémandant la clémence, Vettori tentait de reprendre son souffle tandis que la douleur déformait allégrement son visage. Grimaçant, il finit par s’appuyer de l’autre sur son bureau pour se relever avec un difficulté si grande, qu’il chuta lorsqu’il fut presque droit, emmenant dans sa chute plusieurs feuilles ainsi qu’un livre de petite taille, probablement de poche, dont la couverture de cuir était estampillée à l’effigie de l’Ordre des Assassins de Vettori, son nom gravé en-dessous. Ne perdant pas un instant, il jeta son corps dessus, l’agrippant du bout de sa main.










Centre-Nord du village


Le tir que décocha la tueuse sanguinaire fut efficace. Faisant prisonnier des glaces le plus dangereux des adversaires, avant d’immobiliser les jambes de deux autres. N’ayant qu’épée et hache, ils étaient des cibles parfaites pour le premier débutant passant par là. Et cela, ils le savaient. Ce pourquoi, ils profitèrent qu’il y eu un rescapé à l’attaque pour commencer à user de leur arme afin de fragiliser la glace les retenant.  Dégainant pour donner du temps à ses comparses, il vint croiser le fer avec Meiro, quelques secondes, avant de tomber au sol, mort. Le répit qu’il avait accordé n’avait pas été suffisant, ils étaient toujours bloqués dans le piège de Meiro, et elle les fixait.  Ils se mirent alors à hurler au danger, espérant ramener quelques hommes. Et c’est ce qui se produisit. Bientôt, quatre nouveaux tueurs se tenaient non loin d’elle.


La tentative d’Aslan avait été rapidement écarté par l’Invocation de type 4 de Terra, à savoir celle qui disposait par là, de tous les sortilèges jusqu’au  quatrième rang y compris. La divinité faisait bien deux fois la taille du Lion d’ignis, pourtant, cela ne l’avait pas intimidé ne fusse que l’espace d’un instant. Il fallait dire, que ce n’était pas n’importe qui. Il l’avait reconnu. L’Ignis Leonis. Connu pour sa capacité destructrice et son sang chaud, tout comme sa férocité et sa barbarie. Un Frère qui inspirait tant le respect, que la crainte. S’il avait eu le choix, il se serait passé avec grand plaisir de devoir affronter celui qui fut à l’origine de grands massacres chez l’Homme, et de mis au tapis chez les Invocations, lorsque le monde leur appartenait encore.

Restant concentré, il repoussa le nouvel assaut d’Aslan, l’envoyant s’écraser dans une autre bâtisse où était de repos plusieurs assassins. Des bruits de lames se firent entendre, des objets cassés, des cris, puis le silence. Un silence presque pesant, d’où sortis le Fauve, avant qu’il ne bondisse et ne se fasse celui qui cogna le plus fort des deux.


Centre du village


L’astuce venue e d’un autre temps qu’employa Dagnir pour se sortir de la situation dans laquelle il s’était amusé à se mettre, rencontra un réel  succès. L’utilisation d’un tel procédé était inconnue à ces hommes, alors autant surpris qu’incapable de riposter à quoi que ce soit. La fumée si particulière leur brûla la gorge et les yeux, tandis qu’ils abandonnaient toute attention à l’Invocation. Aucun d’entre eux ne pus éviter les lames qui descendirent des cieux, les percutant les uns après les autres, les faisant tomber comme des dominos à la suite les uns des autres. Lorsque la fumée se dissipa, il ne restait plus que des corps, tous transpercés d’une lame. Certain, de leur propre dague.

Sur les toîts, l’Invocation ne fut pas des plus discrets. La fumée avait attiré l’attention des assassins encore à leur poste de garde, et un Demi-dieu haut d’un bon deux mètres et de couleur rouge sans murs pour se protéger, ne pouvait-leur échapper. Tous se mirent alors à converger vers lui, avant de jeter de nulle part, tapis dans l’ombre, leur pointe d’acier, qui survint de tous les côtés, et de toutes les trajectoires.

Hors Rp Voir les spoilers « situation » pour connaître les déplacements des assassins et ceux qui reste !

Sur toutes les cartographies, l'indication "Rivière Blanche" doit être remplacé par "Rivière Sérénade"




Situation:
 
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Kris
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Date d'inscription : 22/08/2013
Messages : 320
Double Compte : Hasmaël
Liens vers la fiche : .
Résumés des Rps
Elément : Feu
Métier : Maître Assassin - Haut Noble de Lüh - Gérant du village de Sirk - Co-propriétaire de la grande Arène de Lüh - Bienfaiteur du Marché aux Saveurs
Invocation(s) : Ephylix, le Tigre en cavale ♥ [Terre] Dreydwiin, le Seigneur des mers [Eau]
Inventaire : .
Equipements
200 Tsuris
Une épée
Trois couteaux de lancer
Deux dagues

Sac sans fond
1 cape d’invisibilité [23Mns]
1 pansement coagulant [0.6M]
8 gélules Anez

Manoir
Boite aux lettres
Pièce secrète

Inventaire▲

Aventure #31 écrite Dim 20 Déc - 15:03


Le combat était terminé. L’homme d’un autre âge n’avait plus aucune chance, il le savait, cela se lisait dans son regard devenu à la limite de l’apeuré. A mes pieds, sa main suppliant la pitié, il abandonnait. Je retournai mon épée à son fourreau. Il n’était plus une menace. Désarmé, incapable de se lever, Vettori n’avait plus qu’à attendre ma sentence. Mais quelle serait-elle ? La mort ? Probablement. Pourtant, ma lame était au repos. En y pensant, j’avais presque une envie de charité envers lui. C’était un homme âgé, ayant perdu ce qu’il avait passé une vie à construire, et tous ceux pouvant lui venir en aide. Le laissant, je retournai près de la fenêtre. Je ne savais pas ce qu’il avait vu, mais Meiro et Aslan avait plutôt un certain avantage, bien que la présence de l’Invocation de Terra se tenait toujours entre eux et la bâtisse principale. C’est vrai qu’il y avait ce Demi-dieu avec eux.. Un oublie.

Mon regard se posa de nouveau sur le Maître Assassin décadent à l’instant où il essayait de se redresser. M’avançant lentement, le fixant, je fis le tour pour me placer de nouveau face à lui. Qu’espérait-il ? Un dernier round ? Lui qu’une simple claque ramènerait au sol ? Une question dont je n’aurai de réponse, tombant aussitôt, entrainant dans sa chute la paperasse du bureau. Je n’aurai rien relevé s’il ne s’était pas empressé de puiser dans ses dernières forces pour agripper un carnet de notes. Je ne savais pas ce que c’était. Je me fichai de ce que c’était. Mais lui non. Alors ma curiosité non plus. M’approchant, j’écrasai sa main de mon talon à plusieurs reprises, jusqu’à ce qu’il renonce à son trésor, que je ramassai. En cuir, il contenait plusieurs dizaines de pages, sur lesquelles se tenaient des mots, des esquisses, des croquis, des morceaux de lettres et beaucoup d’autres choses.  Un sourire se dessina sur mes lèvres, lorsque je compris. Il s’agissait de son carnet de notes personnel. De quoi en tirer de nombreuses informations très utiles.

Lisant rapidement quelques lignes par-ci par-là, mon sourire s’élargissait. Des noms, des adresses, des lieux, des commerces, des trafics, des poisons, des secrets, des trésors. Il y avait tout. Tout ce qu’une vie de Maître Assassin avait pu apporter en connaissances. Du moins, jusqu’à ce qu’il se figea. Sur une page, le croquis d’une maison. L’appel au souvenir. Un écho du passé. Mais c’était impossible, les années avaient dû le déformer. Pourtant l’apparence était si troublante. Et au même endroit. Le même métier. La même date.. Mes sourcils se pliaient d’incompréhension à chaque nouvelle ligne. Jusqu’à la dernière. Mon corps entier s’était immobilisé. D’incroyablement longues secondes je restai ainsi, avant que mon regard ne se redresse  lentement sur lui. Le livret tombât au sol, ouvert à cette page.    



Page du carnet de notes:
 


- « Elle était comme j’aime ».. Le citai-je, la voix à la limite du murmure et l’intonation plus sèche qu’une larme au cœur du désert.

▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Invité


▼Afficher le Profil▼
Inventaire▲

Aventure #32 écrite Lun 28 Déc - 12:23

Souriant face à mon demi-succès, je décidais de mettre rapidement fin à cette bataille afin de vite rejoindre Akelar et assouvir enfin ma vengeance. Encochant une nouvelle flèche à mon arc, je visais l'homme le plus dangereux des trois. Prenant une grande inspiration, je la bloquais un instant, faisant le vide afin de mieux me concentrer, remarquant vaguement l'arrivée inopportune de quelques hommes de plus avant de relâcher ma flèche tout en expirant. Sous mon regard satisfait, la flèche vînt se loger directement au niveau du cœur du pauvre homme qui regarda cette dernière avec une pointe d'étonnement avant de s'affaisser pour ne plus jamais ouvrir les yeux. La magie opérant, l'invocation que j'imaginais être de terra disparu bien vite à son tour sous le regard effaré des assassins présent qui ne tardèrent pas à chercher à fuir. Sans leur prêter le moindre regard, je portais mon attention vers Aslan.

- Je te laisse terminer içi, j'ai une certaine personne à voir, soufflais-je avant de me détourner de lui pour me diriger vers l'imposant bâtiment qu'Akelar avait dit être la où vivait le grand chef. 

Courant aussi vite que possible, je senti une lourde anxiété poindre à chacun de mes pas. Tant d'années j'avais poursuivi ce but et voila que je l'atteignais enfin. Serais-je à la hauteur? Est-ce que planter ma lame dans sa chair comme il l'avait fait avec les miens me soulagerait-ils? Je n'en savais rien, mais à vrai dire, je n'en avais cure... Ma vengeance n'était plus qu'à quelques mètres. Ouvrant les portes à la volées, je me crispais un peu plus à chaque pièce vide. Mon cœur battait à tout rompre lorsque j'atteignis une porte plus imposante que les autres et mon instinct me disait que cette fois ci c'était la bonne... La main crispée sur la poignée, j'ouvris la porte avec vigueur pour me retrouver devant un spectacle qui me retourna totalement. Akelar se trouvait là, debout, près de l'homme qui aurait du être ma toute dernière victime.. Ne prenant pas la peine d'étouffer un cri de rage, ni même de cacher les larmes d'une tristesse sans commune mesure qui menaçait de poindre, je me jetais sur Akelar.

- C'était à moi de le détruire! Tu n'avais pas le droit! Hurlais-je tout lui assénant un coup de poing mémorable avant de poser mes lèvres sur les siennes dans un fougueux baiser ou se mêlerait rage et désespoir. 

Il n'y avait aucune signification particulière à ce dernier geste, juste un trop plein d'adrénaline à canaliser et un besoin de chaleur tandis que je sentais toute mes barrières s’effondrer au même titre que la raison qui m'avait tenue debout durant toute ses années de solitudes disparaissait. Il ne fallait plus penser, plus réfléchir, où je m’effondrerais, c'était ma seule certitude. Je ne voulais que me complaire encore quelques instant dans ces sentiments dévastateur et il serait celui qui me le permettrait, encore juste un instant. 

Renforçant ma poigne en passant mes doigts sous sa capuche qui glissa dans son dos pour les plonger dans ses cheveux, j'empêchais toute tentative de fuite possible en le poussant contre le bureau tandis que ma langue cherchais un chemin entre ses lèvres. C'est étrange comme le goût métallique du sang versé mêlé au perles salées de mes larmes me semblait le parfait reflet des sentiments qui menaçait d'exploser en moi. Une bonne dose d'amertume pour un trop plein refoulée de douleur et désespoir. Relâchant la pression que j’exerçais sur lui, je plantais mon regard dans le sien.

- Aides-moi, soufflais-je d'une voix suppliante. Aides-moi à oublier encore un instant...
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Aslan
avatar


▼Afficher le Profil▼
Crédit Avatar : non renseigné
Date d'inscription : 16/04/2015
Messages : 43
Liens vers la fiche : Fiche
Elément : Feu
Métier : Protecteur
Invocateur : Meiro, la Sanguinaire
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #33 écrite Jeu 7 Jan - 13:45

Pour vite finir

Le revers du disciple de Terra m’envoya dans une seconde bâtisse, où des assassins se terraient encore. Un peu surpris, ils me regardèrent, passant de ma carrure à leur lame, hésitant. Puis, lorsqu’ils eurent pris leur décision, le sang coula. Le son métallique de l’acier se heurtant à l’acier résonna quelques secondes, entrecoupé de cris, avant que le silence ne s’impose. Seul survivant, je sortais du bâtiment, pour m’élancer vers mon adversaire et lui bondir dessus. Les coups donnés comme reçu furent féroces, de quoi décapiter  le simple humain. Sa poigne se refermait sur moi, tandis que ma lame lui faisait perdre des écailles. Sa magie fut déchainée mais mon armure résista, avant que je ne donne mes coups. L’affrontement spectaculaire dura longtemps, ou un simple instant, mais suffisamment pour raviver cette flamme d’adoration, de plaisir intense. Cette satisfaction de livrer enfin, un véritable combat.        

Malheureusement, égoïste libératrice qu’elle était, Meiro mit fin à ce plaisir tant convoité et enfin trouvé. Décochant ses flèches, elle tua, dans une remarquable efficacité, l’Invocateur du Terra, le faisant dès lors disparaître tandis que ma lourde Hache Double s’apprêtait à s’écraser sur son œil unique. Chutant de sa hauteur, j’atterrissais à genoux, le regard haineux sous la déception de n’avoir pas terminé ce duel. Comment avait-elle osait retirer son morceau de viande de la gueule du fauve ? S’en été trop. Elle allait mourir, maintenant.  

- Je te laisse terminer ici, j'ai une certaine personne à voir.

Mon regard la suivait, défiant celui qu’elle ne m’accorda pas en disparaissant aussitôt sur le bâtiment principal du village, où devait se terrer son leader. Lâchant un grognement, je me décidai à la laisser aller à son occupation. Sa dernière occupation. Il y avait encore des assassins en vie, de quoi m’occuper l’esprit quelques minutes. Observant les alentours, je n’en vis pas un seul. Où étaient passés les renforts arrivant tout juste ? Ils avaient repoussés chemin, mais pourquoi ? Rien n’avait changé depuis l’engagement. A moins que.. Bien sûr. L’Invocation de cet humain devait être leur seule, et surtout leur plus grosse carte à jouer. Maintenant qu’il n’était plus, ils se savaient sans la moindre chance. Après tout pourquoi pas.. Une petite chasse à la proie fuyante, s’était assez amusant..  


« Courrez insectes, ceux sont vos derniers mètres » Murmurai-je à moi-même, avant de me mettre en chasse.




Mana:
 


▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Animateur
Dagnir O Naur
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Date d'inscription : 26/08/2013
Messages : 127
Liens vers la fiche : Un bon vivant
Elément : Feu
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #34 écrite Lun 11 Jan - 1:08

La bonne nouvelle c'est que Dagnir remplissait parfaitement son rôle pour détourner l'attention des gardes, la mauvaise c'est qu'il avait quand même beaucoup d'opposant d'un coup. De plus les assassins lançaient de tous les côtés leurs armes de jets pour le forcer à sauter. Mais Dagnir voyait très clairement la stratégie et décida de traverser le toit pour rentrer dans le bâtiment.

Les assassins commençaient alors leur recherche, mais ce fut à ce moment là que l'un des murs du bâtiment se fracassait lui aussi. Le demi dieu sortait dans une volée de morceau de bois et de chaux. Les ennemis proches se protégeaient comme ils pouvaient de ces éclats, mais cela permit ensuite à l'invocation de les attaquer dans un moment de faiblesse. Il étaient si à être trop proche des murs, ce furent six cadavres qui restaient après le passage de Dagnir.

Aussitôt Dagnir devait essayer d'esquiver les lancés de jet de la part des autres, quelques unes se plantèrent dans son armure, peu au final touchèrent sa peau. Mais il commençait à s'approcher de la limite où ses blessures allaient le gêner. L'avantage de son attaque brutale était que maintenant le reste des ennemis étaient plutôt dispersés et n'étaient plus coordonnés. L'invocation se protégeait à l'aide d'un des cadavre et envoyait de son côté ses propres armes de jet pour abattre les tireurs. Dagnir était content que cinq corps atterrissaient lourdement au sol, réduisant d'autant plus le nombre de ses adversaire, du peu qu'il en avait aperçu il devait avoir réduit de plus de la moitié le nombre de ses opposants.

Ce fut là qu'un combattant chargeait sur lui, le demi dieu jeta le cadavre contre lui, non pas pour le faire déstabiliser, mais bien pour donner un instant au demi dieu pour dégainer ses armes. Dagnir limitait la passe d'arme au maximum car il entendait une course derrière lui. Le demi dieu se retournait aussitôt après avoir tranché la gorge pour parer le coup du second adversaire. Dagnir donnait un coup vicieux sur le côté de la rotule pour le déstabiliser, sa garde fut baissé ce qui permit  de lui trancher les deux bras puis d'ouvrir sa gorge. Un troisième arrivait sur la droite, Dagnir put esquiver un peu et l'armure prit la majorité du coup. Cet assassin a porté son coup un peu trop car il était déséquilibré ce qui permit de lui ouvrir le ventre.

C'était à ce moment là qu'un groupe de quatre arrivait, sûrement les derniers de la zone. Le demi dieu remarquait que l'un d'entre eux était plus expérimenté au premier coup d’œil, il y avait sa posture ainsi que ses cicatrices qui lui donnait une indication claire. Les trois autres partaient à la rencontre du demi dieu, le quatrième quelques instant derrière. Dagnir décidait d'utiliser ses deux dernières bombes et les jetait dans leur direction. Les trois premiers furent pris dans le gaz, leurs muqueuses agressées les empêchaient de réagir quand l'invocation les assassinait. Le vétéran mut par des années de réflexes put faire une roulade sur le côté. Évitant sans comprendre le gaz irritant, Il réussissait même à parer le coup du demi dieu en se relevant. Le vétéran réussissait de justesse à tenir pendant l'échange de coup qui dura quelques instants.

Dagnir reculait d'un bond se soignant par sa magie et il regardait intensément son adversaire qui était en garde. Le demi dieu en profitait pour le hélait :

Dis moi, quel est ton nom ?

L'assassin se contentait de se murer dans son silence, s'empêchant même de cligner des yeux. Le demi dieu décidait de continuer à lui parler.

Je n'aime pas particulièrement cette stratégie de combat qui confine à la brutalité, je te donne une possibilité minime de t'en sortir au lieu d'aucune chance.


Le vétéran en fut tellement surpris qu'il clignait des yeux malgré sa concentration.

Je vais prendre ma forme humaine, si tu m'abats je retournerai dans ma prison temporairement ce qui te permettra de t'enfuir. Tu es bien conscient que je ne suis qu'une des forces d'invasion présente et que le reste se sont déjà occupé de ton maître ou sont en train. Je ne te demande que ton nom pour garder en mémoire un combattant humain qui m'a résisté plus que la moyenne.

Hanoï... Répondit l'assassin, il n'avait rien à perdre autant laisser l'invocation aller dans sa suffisance. Sous sa forme naturelle il était particulièrement dangereux et avait réussi à tuer plus d'une quinzaine des ses amis.

Dagnir se mit alors en garde lentement, son contour commençant à devenir flou. L'invocation rapetissait, sa peau prenait une couleur chair, ses armes s'adaptait, son armure se transformait et devenait jaune en partie. Le vétéran se demandait s'il avait vraiment gagné au change, il sentait que ce corps était entraîné à la limite de l'humain. Il y avait surtout ses yeux, c'était comme s'il n'y avait ni pupille ni iris. L'invocation à forme humaine se mit à parler avec une voix aussi grave que sa forme naturelle.


Je suis Hattori Hanzo, co fondateur et doyen du plus puissant clan d'assassin de feu l'ancien monde. Je porte en moi la quintessence de tous les art martiaux créaient par les humains d'avant. Si malgré tout tu réussis à m'abattre, sache que ton nom restera gravé en moi comme étant le tout premier assassin du nouveau monde à battre le dernier de l'ancien...C'est l'heure du Kombat !



Dagnir, ou Hattori sous cette forme, partit sur son adversaire d'une impulsion. Celui ci fut légèrement surpris par la rapidité dont été capable l'invocation sous cette forme. Ses réflexes lui sauvèrent la vie en plaçant son épée et sa dague sur la trajectoire du daisho adverse. L'humain essayait de comprendre les techniques de combat à l'épée de l'invocation mais il semblait que celui ci s'amusait à changer de style.

Le vétéran se battait pour survivre, il avait réussi à porter quelques coups mais ce n'étaient que des estafilades. Il en collectionnait d'autre lui même mais il pressentait que ce fut la chance et non ses compétences qui lui permit d'éviter le pire pour l'instant. Il avait du mal à reprendre son souffle et au bout de deux minutes d'échanges ininterrompue ses lames volèrent loin de lui. Aussitôt il reculait le plus possible pour se mettre à distance.

Dagnir se contentait de rentrer ses lames puis se mit en garde, ses doigts était plié comme des serres. D'un petit geste de la tête, l'invocation invitait l'assassin à porter le coup suivant. Celui ci acceptait l'invitation et chargea le demi dieu. Quand Dagnir porta la contre attaque, le vétéran eut la sensation de subir l'attaque de griffe. Il se demandait si cet être ne l'avait pas trompé et n'avait pas pris une forme réellement humaine.

L'homme ne pouvait pas comprendre que ce corps était le fruit d'un perfectionnement sur des milliers d'années. Dagnir avait appris à contrôler ses muscles dans ses moindres mouvements. A l'époque on parlait de l'utilisation de chi, mais en vérité c'était la capacité de faire agir tout le corps humain pour optimiser un coup porté. Ce qui fit que les attaques à main nu abîmaient réellement la protection de cuir et impactait aussi sur la peau en dessous.

Tentant le tout pour le tout, l'humain partit au contact, cela n'aurait pas dû marcher mais Dagnir glissa sur une des flaques de sang répandu sur le sol. Déséquilibré, l'invocation eut la présence d'esprit de plaquer le plat de ses deux mains sur la poitrine de son adversaire pour s'éloigner dans sa chute en le prenant de vitesse.

Le vétéran cru tenir sa chance en étant dans une position avantageuse, mais il dut reculer quand le demi dieu tournait ses jambes sur lui même se transformant presque en une tornade de coup. Dans cette rotation, presque une danse, Dagnir eut l'élan pour se relever d'un bond et se mettre en garde avant l'assaut suivant. Mais celui ci réussit quand même à s'approcher.

Maintenant le contact était fait, ce fut des clé de bras et des contre clé qui s’enchaînèrent pendant des dizaines de secondes. Hanoï semblait l'emporter, mais c'est alors que Dagnir pivota sur le bras de celui ci pour enserrer la gorge de ses jambes. Le vétéran lâchait une main pour plaquer son avant bras sur le côté du visage et éviter ainsi l'étouffement. L'invocation profitait alors pour plier son torse et de ses mains libérés attraper le bout du toit. L'homme ne comprit pas comment il fut emporté  par le mouvement rotatif du demi dieu et atterrir sur le toit.

Il tentait de se relever, sortant dans le même mouvement une dague qu'il avait caché en dernier recours. Mais Le demi dieu fut déjà sur lui, d'un mouvement de poignet, une lame sortait sous le canon d'avant bras gauche pour se planter dans la gorge de l'humain. Celui ci lâchait alors sa propre lame et commençait à s'effondrer. Le demi dieu accompagnait avec douceur la chute pour le poser au sol. Dagnir se tint alors près du visage d'Hanoï :

Ce fut un bon combat comme j'en ai eu rarement, part avec cette fierté. A une autre époque je t'aurai épargné et proposé de rejoindre le Code. Mais ce temps est bien lointain maintenant...


Dagnir sortit sa dague courte attaché à son avant bras droit, il posa la pointe au niveau du cœur d'Hanoï :

Je ne laisserai pas ton corps être profané par les charognards, part en paix Hanoï.

D'un geste précis, la lame se faufila jusqu'au cœur de l'homme qui exhalait alors son dernier souffle. L'invocation se releva, il prit une fiole d'huile qu'il avait dans le replis de son armure et répandit l'huile qu'il contenait sur le corps d'Hanoï. Il frottait alors deux lames d'acier pour créer l'étincelle suffisante pour enflammer le corps. Puis l'invocation partit du toit qui commençait à brûler lui aussi. Dagnir restait quelques instant à distance du bâtiment, il ne pouvait s'empêcher de penser que c'était un terrible gâchis, bien plus qu'à l'époque de la grande guerre des clans d'assassins de l'ancien monde. Puis il se disait qu'il serait peut être temps de rejoindre le reste du groupe.

Si jamais il restait encore des assassins, le gros chaton allait très certainement prendre plaisir à s'en occuper.
▲ Succès ▲


Dernière édition par Dagnir O Naur le Jeu 14 Jan - 1:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Membres
PNJ
avatar


▼Afficher le Profil▼
Date d'inscription : 21/08/2013
Messages : 382
Liens vers la fiche : Petit rappel avant d'incarner l'une des bêtes d'Arcane :

Comment jouer un Monstre ?
Sorts : Les monstres peuvent utiliser les sorts définis par leur Rang (A, B, C, D, E, F) et leur sous-élément.
  • A= pas de pouvoir magique. (mana : 0)
  • B = contrôle les sorts de niveau 1 et 2 de son sous-élément. (mana : 15)
  • C = contrôle les sorts de niveau 1, 2 et 3 de son sous-élément. (mana 25)
  • D = contrôle les sorts de niveau 1, 2, 3 et 4 de son sous-élément. (mana 35)
  • E = contrôle les sorts de niveau 1, 2, 3, 4 et 5 de son sous-élément. (mana : 40)


Liste détaillée des sorts en bas de cette page
Inventaire▲

Aventure #35 écrite Lun 11 Jan - 15:53



Nord du village


Il le tenait. Ce carnet de notes qui au fil du temps était devenu son bien le plus précieux, ne lui appartenait plus. Immobile, incapable de se redresser, le Maître Assassin vaincu observait son probable remplaçant sourire à sa lecture. Il ne pouvait en être autrement, maintenant qu’il découvrait à chaque nouvelle page, tout ce qui lui fut nécessaire pour prendre et garder son titre, tout comme ce que sa vie passé à récolter des informations sur chaque recoins et cadavres de l’île. Maintenant, ce pion devenu bourreau connaissait suffisamment pour amener la paix sur Arcane, ou à l’inverse, le chaos. Le souffle court, Vettori s’inquiétait du choix que l’homme face à lui déciderait de faire. Tout au long de sa vie, il s’était efforçait de ne pas succomber à la tentation, utilisant ces informations aussi diverses que variées, afin de flirter avec la limite. Mais si le nouveau propriétaire de ces secrets décidait de ne pas faire dans la finesse, alors c’est toute cette île qui s’apprêtait à connaître de très sombres heures.

Son inquiétude continua à se poser à lui à chaque page tournée, jusqu’à ce qu’aucune autre ne fut passée. Figé, son assaillant s’était arrêté sur une donnée particulière, qui lui ôta son sourire de vainqueur. Lorsque le carnet tomba, Vettori comprit. La page était celle décrivant sa descente dans la Forêt de Jade, où pour rendre la pareil à l’un de ses amis, il massacra un couple. Sans poser la moindre question sur la raison, il accepta de tuer l’homme de la maison, après l’avoir maintenu les yeux ouverts tandis que chacun d’eux venait à leur tour, abuser de sa femme. Mais cela faisait si longtemps, et il n’y avait eu aucun survivant. La maison elle-même termina dans les flammes. C’était impossible qu’il est survécu. Il était d’ailleurs trop jeune pour être ce mari.

Les yeux de Vettori s’écarquillèrent, s’ouvrant à la révélation dont il venait de comprendre les aboutissants. C’était pour cela que son visage lui disait quelque chose, sans pour autant parvenir à retrouver où il l’avait vu. Et pour cause, il ne l’avait jamais vu. Cet homme, il en était sûr, était le fils de ce couple que jamais il n’avait trouvé. Jamais ils ne prirent le temps de le chercher, convaincue que l’absence de sa famille et d’abris, il se ferait prendre par l’un des nombreux prédateurs des environs. Mais apparemment, il avait survécu. Survécu jusqu’à se tenir désormais face à lui.

« Tu es leur fils, pas vrai ? » Murmura-t-il « Ecoute, j’ai jamais voulu tout c’qui c’est passé. On m’a demandé de venir donner un coup d’main et c’est c’que j’ai fais. Je savais pas pour quoi c’était, ni pour qui. Et quand je l’ai compris. Il était trop tard. » Attendant un moment, espérant un pardon qui ne vint pas, il reprit « Je ne voulais pas. J’étais obligé, tu comprends ? Si je refusai, ils m’auraient tranché la gorge ! »
Laissant un nouveau silence qui ne fut pas rompu, il termina en se redressant péniblement« Passe-moi ce Pansement Coagulant, d'accord ? Et j'te dirai tout c'que tu veux. »
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Kris
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Date d'inscription : 22/08/2013
Messages : 320
Double Compte : Hasmaël
Liens vers la fiche : .
Résumés des Rps
Elément : Feu
Métier : Maître Assassin - Haut Noble de Lüh - Gérant du village de Sirk - Co-propriétaire de la grande Arène de Lüh - Bienfaiteur du Marché aux Saveurs
Invocation(s) : Ephylix, le Tigre en cavale ♥ [Terre] Dreydwiin, le Seigneur des mers [Eau]
Inventaire : .
Equipements
200 Tsuris
Une épée
Trois couteaux de lancer
Deux dagues

Sac sans fond
1 cape d’invisibilité [23Mns]
1 pansement coagulant [0.6M]
8 gélules Anez

Manoir
Boite aux lettres
Pièce secrète

Inventaire▲

Aventure #36 écrite Lun 11 Jan - 17:51

Face à lui, je l’observai se tordre de douleur tandis qu’il suppliait ma clémence, demandant à ce que je lui apporte le rouleau de Pansement Coagulant grâce auquel il pourrait avoir une chance de tenir jusqu’à ce qu’un homme de médecine le prenne en charge. Mes yeux se tournèrent sur ce salut  pour le vieil homme. Je pouvais lui pardonner. Il n’était pas conscient de ce pour quoi il chevauchait en descendant sur la Forêt de Jade. Arrivé là-bas, de bon cœur, dans la juste et noble optique d’apporter assistance à un ami proche lui quémandant. Hélas pour lui, la demande était horrible. Contre ses principes. Mais il ne pouvait plus renoncer, il avait été trop loin. Tourner le dos aux sept autres était ce qu’il désirait. Seulement, la pression de l’instant et sa crainte ont empêchaient ses jambes de faire ce que son esprit commandait. Il est une victime dans l’affaire. Mes pas avancèrent lentement, jusqu’à me permettre de ramasser l’objet imprégné de magie. Me tournant, j’allais jusqu’à lui, qui s’était relevé, prenant faiblement appuie sur le coin du bureau. A un pas de lui, ma main se leva doucement, prête à lui tendre.

Ah. J’oubliai. Je ne pardonne jamais.

Lâchant prise, j’envoyai avec force ma main fermé en un poing serré plus que de raison heurter avec violence sa mâchoire. Son visage suivit l’élan de mon bras, le faisant mettre genoux à terre, crachant au passage de ses lèvres saignantes embrassant désormais le bord de son bureau. Agrippant ses cheveux avec fermeté, je les lui arrachai en tirant sa vieil tête en arrière, pour la rabattre violement sur le rebord, répétant une demi-dizaine de fois l’action. Complètement  amorphe, il parvint à se tourner vers moi, dos au bureau. Son regard presque entièrement clos divaguait, peinant à me repérer dans la pièce. Sa tête devenue lourde pour lui sous le choc, que je trouvai ironique en sachant qu’au vue du sang dégoulinant elle devrait plutôt lui paraître plus légère, penchait d’un côté, entrainant sans doute bientôt le reste avec elle. Certainement espérait-il ainsi, me voir et réclamer avec désespoir une pitié qui n’existait pas en moi. Tout ce qu’il eut en réponse, fut un nouveau crochet qui fut animé d’une telle hargne, que j’en eu une sévère douleur. Allongé de côté au sol, probablement mort, il ne me donnait aucune satisfaction. De celle que je ressentais toujours après avoir retiré la vie à un homme. Pour lui, je n’avais que haine. Une haine qui me donnait pour unique désir que de continuer.

Posant ma main sur le bureau, bien trop endolorie pour continuer à une telle intensité, je pliai ma jambe en la relevant avant de la tendre de nouveau tandis que je l’écrasai littéralement sur le profil tendu par le vieil homme. Mon pied écrabouilla son visage une dizaine de fois, me faisant ressentir à chaque coup sa mâchoire se déboiter, puis se briser en de multiples endroits, avant que je ne relève le point de contact pour entendre à chaque impact les os de son visage craquer. La fatigue me prenant après cet affrontement et l’énergie déployée pour rendre les coups d’une extrême violence, je fis deux pas en arrière, observant la scène. Son visage enflé de partout, violâtre pour le peu de peau non recouverte du rougeâtre liquide, baignait dans une large flaque de sang dans laquelle des dents fissurées flottaient. Probablement expulsées lorsque je lui écrasais la tête. Pourtant, je n’éprouvai toujours aucune satisfaction même éphémère. Soudain, un bruit de pas venant du couloir me fit tourner le regard.

M’interrompant dans ce qui se transforma en retrouvailles, Meiro surgit dans la pièce, hurlant. Ma réaction fut l’agacement. Pour qui se prenait-elle ? Comment osait-elle venir m’interrompre ? Ne lui avais-je pas ordonné de s’occuper de l’extérieur et de me laisser ce bâtiment ? Mes mots aiguisés s’apprêtèrent à sortir lorsqu’elle porta la main, ou plutôt le poing, sur moi. Ma lame dissimulée dans ma manche chuta, prête à transpercer son foie. C’était donc le moment qu’elle avait choisie pour faire sa trahison.. Décidé, j’allais lui enfoncer ma lame, lorsque ses lèvres se jetèrent sur les miennes. Surpris, je réagissais rapidement d’une bien agréable manière, tandis que ma lame se rengainait. Laissant passer sa langue, j’invitai la mienne à la danse qui en suivit, tandis que mes mains enlaçaient son corps en partie dénudé par sa tenue.  

J’échangeai avec elle de longs baisers aussi enflammé que put l’être au moins l’une de ses Invocations lors de l’assaut, avant que je n’y mette fin, remontant la capuche qu’elle fit glisser. Des pas raisonnaient une nouvelle fois. Ils étaient trop légers pour ceux d’une de ses invocations, bien trop massives. Me hâtant, je pris place juste à temps derrière la porte, laissant Meiro devant le bureau, avant qu’elle ne soit ouverte avec empressement. Entrant, un jeune membre de l’Ordre venait informer son Maître d’une chose importante apparemment, mais qu’il ne dévoila pas, le remarquant dans un pitoyable état.  

Par fidélité ou inquiétude, il se rua sur lui, appelant à une réponse tandis qu’il l’appelait. Mais tout ce qu’il eut pour, fut la porte du bureau qui claquait, l’enfermant dans cette pièce avec moi. Et la tueuse aux Demi-dieux de Feu. Avançant lentement, je vis la peur dans ses yeux. Il était jeune. Si jeune, qu’on le savait recrue depuis quelques jours au mieux. Un instant il tira son épée, mais lorsque je mis la main sur la garde de la mienne, il lâcha la sienne, renonçant au combat. Les mains vers le plafond, il quémandait à son tour mon indulgence, me jurant fidélité si je l’épargnai et servitude au Maître que j’étais devenu en éliminant l’actuel qui n’était plus qu’ancien. M’approchant encore, je lui fis couler une larme. Le dominant de ma carrure à quelques centimètres de lui, j’allais accepter son offre. Par chance pour lui, je venais de lui trouver une utilité.


- Je vais te laisser vivre mais tu devras accomplir une tâche pour mériter ce droit. Fis-je sur un ton ferme. Tu vas attacher cette dépouille à ta monture et traverser jusque dans les moindres recoins cette île, n’oubliant aucune contrée, aussi éloignée ou dangereuse soit-elle. Continuai-je, marquant un temps pour m’assurer dans ses yeux paniqués qu’il m’avait bien compris Et tu veilleras à ce que chaque prédateur de chaque lieu vienne lui arracher un morceau de chaire, ou lui ronge les os s’il n’en a plus. M’en assurant une nouvelle fois, je reprenais sur le même ton, traduisant tant ma fermeté, que ma rage contre celui qui n’était plus qu’un cadavre. Après quoi tu le trainera jusqu’au centre du Désert Ambré, là où la chaleur est la plus insupportable. Tu planteras solidement un morceau de bois auquel tu attacheras ce qui restera de lui. Qu’Ignis brûle la chaire pendouillant et les os rongés, et que la puanteur sous ce soleil infernal empêche quiconque de le décrocher. Qu’il pourrisse ainsi pour les siècles à venir ! Terminai-je en hurlant. Laissant un instant passer, je me tournai vers le corps inanimé. Attrapant une petite fiole sur le bureau, je la remplis de son sang avant de retourner face au novice, lui agrippant la gorge Si jamais tu oses ne pas mener ta tâche jusqu’au bout, je veillerai, personnellement, à ce que ce soit le sort qui t’attende. Restant ainsi quelques secondes, je lâchai finalement prise. Débarrasse moi de ça.

La jeune recrue partit, emmenant avec elle le corps sans vie dans une trainée de sang. A peine eut-il fait disparaître de ma vue le cadavre encore chaud, que je retournai auprès de Meiro. Mon regard dans le sien, je pris sa taille d’une main et son visage de l’autre, où j’essuyai une goutte de sang. Ou plutôt, où j’étallais une goutte de sang sur l’ensemble de sa lèvre inférieur de l’extrémité de mon pouce, avant que mes lèvres ne viennent à la gouter, et ma langue la caresser. Mes mains la tenant avec fermeté se mirent à parcourir son corps, préférant les endroits que sa tenue aguicheuse à n’en pas douter, laissait à mes doigts le plaisir du contact avec sa peau. Rapidement, je me fis plus enclin à la chose et moins respectueux des bonnes manières. Akelar, le sage, n’était plus. Il ne restait que l’animal, l’homme enclin à la domination, le sauvage à l’état pure. Il ne restait que Kris. Bien décidé à l’aider à oublier, tandis que je balayai ce qui se trouvait sur le bureau pour l’y allonger, alors que je retirai ses habits, les uns après les autres.



***


Prenant place devant la grande fenêtre donnant sur tout le village fumant, habité par des cadavres éparpillés, et au-delà des remparts, le nouveau maître des lieux que j’étais regardait le lointain, pensif. Le léger voile du matin se levait, remontant dans les Plaines Brumeuses au Nord, relâchant la lourdeur de l’atmosphère planant avant l’assaut. Au loin, les volatiles commençaient leur chant. Observant la fiole, seule ma respiration quelque peu difficile embuant la fenêtre brisait le silence. Je ne pus alors, empêcher un sourire de déformer le coin de mes lèvres.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
 

[Village d'Assassins] Vengeances.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Village Hentaï[accepté]
» Bande d'assassins, voleurs, truands
» Village Hentaï
» [Formation] Entrainement d'assassins
» Des idées pour faire des death cult assassins?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Arcane :: La Vallée Sereine :: Village de Sirk-