Un lac et de la poésie.

Partagez | .
 

 Un lac et de la poésie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Membres
Anciens Joueurs


▼Afficher le Profil▼
Date d'inscription : 22/08/2013
Messages : 99
Inventaire▲

Aventure #1 écrite Jeu 29 Aoû - 15:51

C'est la première fois que je m'éloigne autant de l'océan et de ses embruns salés. Mais bon, la verdure des forêts et les douces pentes des collines ont fini par m'attirer. Faut bien visiter un peu le monde dans lequel on vit, quand même.
En tout cas, on sent bien que le mode de vie est différent, ici. Peut-être plus calme que la mer et les orages impétueux qui y règnent périodiquement... Là, j'entends le gazouillis des oiseaux et tout un tas de petits bruits que je n'avais jamais entendu avant. Des craquements de brindilles par ci, le chant des insectes par là, le souffle de la brise pour harmoniser le tout...
L'eau du lac dans lequel je suis est plutôt bonne. Un peu fraîche mais ça reste de l'eau. J'ai marché pendant des heures avant de trouver ce petit coin d'eau et j'estime avoir le droit à un peu de répit. Ça me fait bizarre de voir une oasis aqueuse en plein milieu d'une étendue de verdure. Ça me rappelle les îles qu'on trouve dans les océans, sauf que là, c'est l'inverse.

Le soleil est haut, au-dessus de ma crête... de ma tête, pardon. Mes tentacules se reposent sur la berge pendant que je me prélasse, à moitié immergé. J'ai faim. Mais j'ai envie de rester dans l'eau pour toujours. Enfin, pour toujours pour l'instant. D'ici une heure, j'aurai trop faim pour continuer à buller.
Je me demande si maman me regarde ici, ou si c'est tonton Terra ? Ou tata Aer ? Enfin, je vois mal ce qu'ils feraient à m'observer. Peut-être qu'ils sont plus occupés à analyser les bestioles qui ont été créées par mes frères et sœurs. J'ai oublié comment ils s'appelaient... Les trucs bipèdes, nés tout récemment. Des zu... zumons ? Zumans ?
Bof, pas très important. Ils feront pas long feu, de toute façon. C'est des nous en version miniature. Donc ils sont forcément moins bien. Donc ils resteront moins longtemps que nous. Bon, certains sont gentils, comme le petit Letto ! Ça m'a fait plaisir de croiser quelqu'un comme lui. C'était une discussion sympathique. Enfin, si on oublie le moment où il m'a appelé Casse-croûte. C'est une race nouvellement créée donc ils peuvent faire des erreurs. Je suis bon prince et je les pardonne.

Le vent se lève doucement. Mes narines s'attendent d'ores et déjà à humer l'océan mais non. Ce sont de toutes autres senteurs qui m'assaillent. Je ne sais pas comment s'appelle cette fragrance qui me titille le nez. Je suppose que c'est une odeur de végétal. Peut-être d'animaux sauvages ? Allez savoir...
Le vent se fait de plus en plus fort. Le temps serait-il à l'orage ? Est-ce que les arbres vont se secouer comme les vagues ? Tiens, non ! Ça se calme. Oui, tout est calme maintenant. Très calme. Trop calme, en fait.

- Je m'ennuie.

J'ai trouvé les mots justes. Je m'ennuie. Un peu de compagnie me ferait du bien.

- Maman, si tu m'entends... Envoie-moi de la compagnie ! Pourquoi pas un enfant de mes tontons et tatas ?
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Ephylix
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Image d'un inconnu mais graphisme par moi o/
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 2433
Double Compte : Nausicaä Ludwiga
Elément : Terre
Métier : Méchante modo sadike
Invocation(s) : Moi même
Invocateur : Kris Le PAS Magnifique !
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Vêtements:
 

Armes:
 

Autre:
 

Sceau personnel:
 


Sorts :
Sorts:
 

Inventaire▲

Aventure #2 écrite Jeu 29 Aoû - 15:58

Elle marche tranquillement dans les sous bois. Ephylix est pied nu, ne se souciant pas du tout des obstacles ou autres pièges de Dame Terra, sa mère. Ses cheveux blancs volaient dans la légère brise d'Aer, elle sentait les senteurs des sous bois, de la forêt, entendait le chant des oiseaux, le murmure de la brise. Elle se sentait bien, en forme et joyeuse.

De sa forme humaine, elle ne tirait aucun avantage, mais elle aimait sentir le monde autrement, voir par les yeux des hommes, ces créatures inventées par ses frères et soeurs. Ils n'étaient pas une gêne, loin de là. Ils étaient même drôles à contempler tant leurs uses et coutumes étaient étranges. Nés des Demi-Dieux, ils les vénéraient, enfin, d'une certaine manière.

La jeune femme soupire. Passant une main dans ses longs cheveux, elle ferme ses yeux aux pupilles turquoises, presque jades. Ses lèvres rosies bougent en un murmure doux et calme. Elle parle au vent, murmure à la nature sa joie. C'est ainsi.
N'ayant plus aucun pouvoirs ou presque, la jeune divinité continuait sa marche lente et paisible. Elle ne se souciait guère des dangers, sachant se défendre avec le peu de magie qui lui restait sous cette forme. Et puis peu importait, elle était immortelle.

Soudain, elle entend un plainte. Quelqu'un s’ennuie là bas, au lac. Riant de ces paroles, elle se hâte pour voir qui se tient là. Quelle n'est pas sa surprise lorsqu'elle voit un fils d'Aqua dans l'eau prendre son aise en râlant. Mettant une main devant ses lèvres, elle continue de rire, son regard turquoise moqueur et ses lèvres rosies.
Ephy ne portait qu'une légère robe blanche qui laissait voir la plupart de ses atouts féminins. Elle n'était nullement pudique, la nudité étant la chose la plus normale pour elle. Enfin, elle devait tout de même se couvrir un minimum, pour les formalités.

S'approchant doucement du fils d'Aqua, elle s'assoit à ses côtés, laissant ses pieds dans l'eau fraiche mais agréable. Lentement, elle commence à bouger ses jambes, provoquant des clapotis avec ses pieds nus.

- Dis moi, pourquoi t'ennuies tu en ce jour si beau béni de la grâce des Dieux ?

Elle rit encore, amusée, euphorique. Elle était heureuse et rien ne pourrait la fâcher aujourd'hui.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Nephylim
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Date d'inscription : 25/08/2013
Messages : 112
Double Compte : Aënaelle Litios
Elément : Eau
Invocateur : Nathaniel, l'assassin qui n'a pas besoin de moi ^^'
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #3 écrite Jeu 29 Aoû - 16:03

Courir. Encore. Depuis combien de temps ? Je n'aime pas ça. Enfin si, parfois, pas toujours, pas aujourd'hui. Je préfère nager, c'est évident. Mais je ne peux, je suis sur le continent. Créé par Terra.
J'erre sur les terres, ce n'est pas mon domaine, le miens est si loin. Et je suis seul aussi. Encore. Cela arrive de plus en plus souvent, ça me gène. Pourquoi? Tout simplement à cause de... Non, en vérité il n'y a pas de cause, ma soeur et moi sommes une fois de plus en désaccord c'est aussi simple que cela. Et me voilà parti dans une direction aléatoire jusqu'à trouver la solution à notre problème. D'ailleurs, je suis persuadé qu'elle fait de même de son côté. Il en est toujours ainsi.

Je ralentit, nullement fatigué. Je profite juste. Ma mère n'est pas la seule à avoir créé de belle chose, loin de là. Toute création à un but, née d'un besoin, elle répond à ce besoin. L'intérêt de ce monde ? Je ne suis pas dans la confidence, comment le saurai-je ?

Quoi qu'il en soit, les créations des autres peuvent toujours devenir une source d'inspiration. Les autres aussi, tout simplement. En voyage j'ai vu quelque humain, des comportements intéressants mais je les trouvais... inachevé, il y avait tant à améliorer.

Mais cela n'est pas de mon ressort. Ils ne sont pas miens, n'appartiennent à personne, en apparence. Je ne m'en soucis guère cela dit. J'observe, j'écoute. Aussi étrange que cela me puisse paraitre, la surface est relativement calme, bien que les sons ne soient pas étouffés. Le vent ébouriffe ma fourrure avant de longer mon corps aussi calmement que les courants marins. Le soleil est haut dans le ciel, la plus belle création d'Ignis à mes yeux, mais trop brutale pour ces derniers. Une deuxième membrane les recouvrait pour les protéger de ce temps fort agréable... Il me manque cependant mon élément.

Soudain, une vibration familière. Enfin, pas tant que ça : un son lointain. Des paroles. Des humains ? Pourquoi pas, il vaut mieux que je les évite alors. Je cherche, je sonde, ils ne sont pas nombreux, il n'y a que deux raisonnements distinct... Etrange, ce n'est pas ce que j'ai vu.

Curieux, je continuai de m'approcher, le ventre le plus près possible du sol et les oreilles baissées. Plus je me rapprochais et plus j'étais certain qu'il ne s'agissait pas d'Homme. Je n'ai pas souvent l'occasion de côtoyer mes cousins, peut-être cela me changera t-il les idées.

Je m'approchais lentement pour observer : un frère et une... non, un simple mirage. Une belle illusion certes, mais une illusion tout de même. Cela dit, je ne parvenais pas à déterminer l'affiliation de la divinité sous forme humaine. Je me demandais aussi pourquoi un tel changement ? Y avait-il quelque chose d'intéressant à ressentir ainsi ?

Ils parlaient, la fausse demoiselle demandant pourquoi l'enfant d'Aqua s'ennuyait.
Je pourrais les rejoindre, leur parler, je n'ose pas ? Non, ce n'est pas ça, je veux la réponse moi aussi et, j'aimerais l'avoir avant d'être vu. D'autant que mon confrère semble intrigué par la présence de l'autre enfant des dieux. Je songe à changer de forme. Une habitude, mais cela ne ferait qu'indiquer ma présence. J'attends et j'observe, une activité qui me plait. Quand j'en aurais envie, quand ils me verront, je les rejoindrais.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Anciens Joueurs


▼Afficher le Profil▼
Date d'inscription : 22/08/2013
Messages : 99
Inventaire▲

Aventure #4 écrite Jeu 29 Aoû - 16:05

-Dis moi, pourquoi t'ennuies tu en ce jour si beau béni de la grâce des Dieux ?

Je sursaute, surpris. J'étais tellement occupé à barboter dans le lac que je n'avais même pas aperçu la silhouette s'approcher de moi. Mes tentacules se sont redressés machinalement, hérissés et prêts à frapper. Mes yeux luminescents observent l'intrus. Je n'en ai vu que peu jusqu'à présent mais je peux reconnaître sans difficulté un zuman. Un truc, là. J'ai encore perdu le nom, de toute façon. Mais ce n'est pas le même type que Letto. Lui, c'était un garçon, un mâle. La personne en face de moi est plus vieille et m'a l'air d'être une femelle. Les cheveux longs et le corps bosselé au niveau de la poitrine... Ce doit être une zumane. Une zumone. Une truc.

- Qui êtes-vous ?

Elle m'a l'air d'être petite, pas très forte. Je n'ai pas vraiment peur d'elle. Je suis plutôt étonné qu'elle, elle n'ait pas peur de moi. Je suis un demi-dieu, quand même ! J'ai entendu parler de ces... bipèdes intelligents, créés par mes frères et sœurs. J'en ai vu quelques uns. J'ai discuté avec certains d'entre eux. Ouais, mais ils me parlaient toujours avec un certain respect, voire même avec de la crainte. Elle, elle arrive et discute tranquillement avec moi, détachée et zen.
Je l'observe plus minutieusement. Elle a quelque chose de plus que les autres. Un certain charme que je n'arrive pas à m'expliquer... Elle est belle. Un demi-dieu peut trouver une zumone belle ? Maman, j'ai le droit de faire ça ? Stupide que je suis... Elle ne répondra pas, ma très chère maman.

J'ignore si c'est à cause de ses yeux à la teinte si particulière, si attirante, ou bien à cause de ce corps modelé étrangement, mais j'ai l'impression d'être proche d'elle. Non, il y a définitivement quelque chose de pas net derrière son joli minois...

- Pour vous répondre, je me repose juste un peu. J'ai trotté pendant un bon moment et je me détends. C'est interdit ? Enfin, pas que ayez votre mot à dire là-dessus, zu... zo... machine.

Je n'abaisse pas mes tentacules pour autant. L'avertissement a beau être passé, je me méfie encore. On ne se doute pas qu'un chat a des griffes avant qu'il les sorte. Bon, elle peut toujours essayer de me griffer, c'est elle qui aura mal.
Je me recule quand même par précaution. Soucieux de bien l'impressionner, je dresse tout autour de moi des colonnes d'eau. Ça devrait suffire. Elle a pas besoin de savoir que je suis nul en manipulation de l'eau. La faire s'élever en l'air, c'est déjà beaucoup, pour moi. Mais faire en sorte que les geysers lui sautent dessus, c'est une autre histoire. Mon truc, ça serait plutôt de lui lancer des boules d'eau. Sauf qu'une boule d'eau, c'est moins visuel, moins bien fait.
Alors que j'envisage tout un tas de solutions pour me tirer d'ici sans faire de blessés - de blessée, plutôt - un quelque chose vient me titiller le cerveau. Stupide que tu es, Letto. Tu n'as donc rien vu ? Non, je n'ai rien vu. Regarde-la mieux. Oui, je la regarde mieux. Elle ne te dit rien ? Je...

Mes yeux s'écarquillent. Les colonnes et mes tentacules retombent en même temps, aspergeant abondamment les environs immédiats.

- T'es une demi-déesse ?
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Ephylix
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Image d'un inconnu mais graphisme par moi o/
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 2433
Double Compte : Nausicaä Ludwiga
Elément : Terre
Métier : Méchante modo sadike
Invocation(s) : Moi même
Invocateur : Kris Le PAS Magnifique !
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Vêtements:
 

Armes:
 

Autre:
 

Sceau personnel:
 


Sorts :
Sorts:
 

Inventaire▲

Aventure #5 écrite Jeu 29 Aoû - 16:05

Elle rit encore à la réaction du fils d'Aqua. Si craintif envers elle, si... étrange. Il la prenait pour une humaine pure et simple. Oh évidemment, elle ne pourrait pas tromper ses sens indéfiniment mais cela était marrant de le voir sur ses gardes. Elle rit encore plus à sa demande d'identité. Elle ne savait pas pourquoi, mais aujourd'hui était un jour de franche rigolade.

- Mais je suis moi, tout simplement. Et toi, qui es-tu ?

Il répond tout de même à sa première question. Il se repose après avoir marché. Oui, elle en était sûre, il n'était pas une divinité du coin. Peu de fils et filles d'Aqua peuplaient les rares sources d'eau de cet endroit. Et la plupart qui y vivaient se tenaient cachés dans leur marre d'eau pour on ne savait quelle raison.

- Oh non, pourquoi serait-ce interdit ?

Elle rit encore plus lorsqu'il essaya de prononcer le nom homme. Enfin, il éleva un mur d'eau comme pour se protéger d'elle. A moins que ce n'était pour l'impressionner de ses pouvoirs ? La jeune femme détourne le regard, guère impressionnée par ce tour de passe passe. Elle soupire doucement avant de continuer à jouer avec l'eau. Elle aime bien sentir ce liquide couler le long de ses membres.

Soudain, la colonne d'eau se brise, retombant sur elle même. L'eau gicle de tous les côtés, mouillant tout dans un rayon de cinq mètres environ. Elle est trempée, ses cheveux lui collent au visage, sa tenue est désormais transparente, déjà qu'elle était pas très opaque avant. De plus, elle lui colle au corps.
Le fils d'Aqua lui parle, il vient de découvrir qui elle était. Elle glousse avant d'éternuer. Ah, sous cette forme elle peu chopper tout et n'importe quoi. Bien que le temps soit clément et ensoleillé, ils n'étaient qu'au début du printemps et la saison était encore bien fraiche.

- Oui.

Elle se retourne vivement pour contempler les sous bois. Elle vient comme de sentir une présence familière. Un autre Demi-Dieu peut-être. Souriant, elle prononce d'un voix douce mais claire:

- Pourquoi ne pas nous rejoindre, toi qui es caché là bas ?

Puis elle éternue encore une fois avant de rire.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Nephylim
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Date d'inscription : 25/08/2013
Messages : 112
Double Compte : Aënaelle Litios
Elément : Eau
Invocateur : Nathaniel, l'assassin qui n'a pas besoin de moi ^^'
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #6 écrite Jeu 29 Aoû - 16:06

La petite scène se joue devant moi et le spectacle est plaisant, amusant. L'humaine avait beau ne pas l'être, mon confrère semblait gêné, intimidé par sa présence, la preuve en est sa démonstration qui, dans plusieurs siècles auraient pu être qualifiés d'effets spéciaux.

L'enfant d'Aqua s'était éloigné de ses mers et profitait de l'endroit pour se ressourcer, tout comme je l'aurais faut dans la même situation. Ce n'est pas de chance d'être autant dérangé si l'on recherche le calme. Cela dit, la cousine inconnue avait parlé d'ennui alors... je suppose que ce n'est pas la sérénité qu'il recherchait. Quant à la gentes féminine, je me demandais bien pourquoi elle était venue à ça rencontre. J'ai eu l'occasion de rencontrer mes comparses divins, le représentant ardent était rarement présent dans des plaines où l'eau est majoritaire. Restait mes amis volant et ceux gardant les pieds ou plutôt les pattes sur le monde. Bref, il m'est pour ainsi dire, impossible de deviner qui est représenté par cette jeune femme.

Sans m'en rendre compte, je m'étais allongé dans l'herbe, tapis dans les fourrés. Et encore, caché est un bien grand mot. Affalé serait plus juste... Je savais n'avoir aucune raison de camoufler ma présence plus longtemps et que la seule explication au fait qu'on ne m'ait pas repéré était leur discussion et la petite démonstration aquatique. Pour faire simple : personne ne faisait attention.

Tout à coup, le sort se brise, l'eau s'effondre brutalement, trempant abondamment les deux protagonistes. Je pouffais, retenant autant que possible un éclat de rire. Cette scène si simple n'aurait jamais pu avoir lieu dans mon domaine et rien que pour ça, le regret de m'être éloigné de ma chère sœur se réduisait.


L'illusion humaine ne bougea pas. Aucune réaction. Prouvant une fois de plus sa nature. Les humains commençaient à tenter de voyager... Enfin, si tant est que rester près du bord de la mer soit un voyage, pour ma part, il pourrait rester sur la berge que ça n'y changerait pas grand-chose. Quoi qu'il en soit, les humains commençait à s'aventurer sur l'eau et, aussi étrange que cela puisse paraître, ils n'aimaient pas les vagues. Encore moins quand ces dernières les trempaient jusqu'aux os. Comme maintenant avec cette divinité.

Ah si, finalement, réaction il y a : une éjection brutale de l'air des poumons vers l'extérieur. Oui un éternuement. Amusant, sommes nous aussi sujet à ce genre de réaction ? Est-ce due à la transformation ? Ou s'amuse-t-elle à copier les phénomènes relativement rencontrés chez divers mammifères ? En tout cas, elle affirme être ce qu'elle est. Mon confrère en sera sûrement moins dérangé. Et quand moi, je me montrerais ? Je souriais à l'idée bien que je supposais qu'il n'y aurait pas de grande conséquence.

Enfin, me voilà repéré. Et plutôt précisément avec ça. La fausse demoiselle m'invite à les rejoindre. Lentement je me redresse, mes quatre vibrisses se déplacent au-dessus de ce petit buisson et s'illuminent, indiquant ma localisation avant de revenir à leur place une fois totalement à découvert. J'avance, tranquillement, souriant, confiant et conscient de ne rien avoir à craindre.

Plus je m'approche et mieux je les vois. Il faut dire que c'est bien plus simple de distinguer quelque chose quand votre vue n'est pas partiellement bloquée par la végétation. Sans parler de ce soleil. L'enfant d'Aqua, je ne le connais pas, je ne l'ai encore jamais rencontré. Ce qui, en soit, n'est pas étonnant. Quant à l'humaine, du moins, ce qu'elle est physiquement... Et bien, son vêtement n'a clairement plus d'utilité. Chance pour elle qu'aucun homme n'est dans le coin. Ou l'inverse, allez savoir.

Une fois proche d'eux, je me pose, séant à terre et papattes droites comme s'amuse à dire ma jumelle. A la douce voix, je répondis sur le même ton, restant cependant encore peu coutumier des discussions avec les inconnus.


Me voilà donc, loin de moi l'envie de continuer à vous espionner, mais je dois dire que j'ai trouvé la scène... amusante.


Hélas, ma face restait bien peu expressive. Une chose à améliorer à l'avenir. Cela dépendra du futur.
Je fixais maintenant celui qu'il me faudrait appeler mon frère.


J'espère ne pas déranger ton repos cela dit.


Puis, penchant la tête, marque d'une interrogation, je questionnais la demoiselle désormais aussi humide qu'une fille d'Aqua.

Attraperais-tu froid sous cette forme cousine ? J'ai perdu à me cacher, mais toi, continu-tu le jeu ?
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Anciens Joueurs


▼Afficher le Profil▼
Date d'inscription : 22/08/2013
Messages : 99
Inventaire▲

Aventure #7 écrite Jeu 29 Aoû - 16:07

C'est bel et bien une demi-déesse qui se dresse devant moi. Une fille de Terra ou d'Aer. Elle n'a pas l'air d'être de la famille du feu. Petit détail étonnant, elle éternue. Elle réagit étrangement à l'eau. Et ses vêtements... est-ce qu'on peut encore qualifier ça de vêtements ? Si j'avais été un humain, j'aurais sans doute pris beaucoup de plaisir à voir ce spectacle mais, pas de chance, je suis un demi-dieu.

- Désolé pour l'état de tes habits, cousine. Je m'appelle Letto, et je me méfie des... des... zomins. J'ignore encore de quoi ils sont capables.

Ma cousine se tourne alors vers les sous-bois et, d'une voix cristalline, s'exprime à quelqu'un d'autre. Attends, une deuxième personne que je n'ai pas réussi à cerner ? Je devrais me méfier davantage de moi plutôt que des humains... Ne pas baisser ma garde et ne pas me laisser surprendre.

Un loup aux couleurs oscillant entre le bleu et le vert sort alors des frondaisons. Il avoue qu'il nous surveillait. Je ressens aussitôt le sentiment que j'éprouve habituellement en présence d'un autre fils d'Aqua. Je sais au moins d'où vient celui-là.
Il espère ne pas troubler mon repos... Je grommèle. Lui, non. Elle, elle l'a déjà fait avant. Je me rapproche de la rive pendant que le nouvel arrivant questionne notre cousine.


- Attraperais-tu froid sous cette forme cousine ? J'ai perdu à me cacher, mais toi, continues-tu le jeu ?

Un jeu ? Quelle façon singulière de voir les choses. Si c'est bien un jeu auquel ils jouent, c'est sans moi. J'ai été incapable de repérer mon frère, j'ai été incapable de déceler la véritable nature de ma cousine... au début, tout du moins... Je ne mérite clairement pas de gagner.

- Je ne suis pas très doué pour vos jeux. Je suis du genre poétique, lyrique... Proposez-moi un jeu où les rimes doivent s'enchaîner, où les sonorités doivent concorder et peut-être que vous trouverez en moi un partenaire de jeu digne de ce nom. Mais si le but du jeu est de rester caché, je vous l'avoue tout de suite... J'ai perdu.

Je fais disparaître ma bouche sous l'eau et commence à faire des bulles. Mon repos me paraissant désormais troublé, autant écouter ce que les deux autres déités ont à dire. Je trouverai peut-être de quoi m'amuser ?
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Ephylix
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Image d'un inconnu mais graphisme par moi o/
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 2433
Double Compte : Nausicaä Ludwiga
Elément : Terre
Métier : Méchante modo sadike
Invocation(s) : Moi même
Invocateur : Kris Le PAS Magnifique !
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Vêtements:
 

Armes:
 

Autre:
 

Sceau personnel:
 


Sorts :
Sorts:
 

Inventaire▲

Aventure #8 écrite Jeu 29 Aoû - 16:08

Un jeu ? Elle resta un moment interrogative puis se mit à rire encore. Ils pensaient qu'elle jouait mais non, elle voulait juste voir le monde de ses yeux humains. Elle rejette sa tête en arrière, offrant son cou au ciel d'Aer. Elle ferme les yeux un instant, inspirant profondément pour s'enivrer du parfum de la nature. Ephy éternue encore, ce qui la fait rire. Ce corps était vraiment très sensible au moindre élément de ce monde.

Ouvrant les yeux, elle les poses sur les deux divinités présents à ses côtés. Un large sourire fend ses lèvres à leurs questions. Elle sort de l'eau et frissonne un peu avant de s'asseoir dans l'herbe fraiche. Elle est vraiment trempée, il va falloir qu'elle songe à retrouver sa vraie forme mais l'envie n'est pas là.

- Je ne joue pas, enfin, presque pas. Et puis... Ces jeux, aussi puérils soient-ils, sont l'innocence de l'âme de celui qui prend le temps d'accorder de son temps pour jouer avec eux.

Ces phrases sont un méli-mélo de mots. Mais même si le sens ne veut rien dire, les mots sont mariés entre eux, formant une poésie qui semble être une mélodie chantée. Un soupire puis un coup de regard vers la grande divinité qui se tien là, immobile. Une créature belle et gracieuse, façonnée par sa mère Aqua. D'un pelage bleu qui tire vers le foncé, il est beau. Le regard de la fille de Terra se perd un moment dans ces yeux aux pupilles d'un bleu magnifique, rappelant la plus claire des eaux d'une crique ensoleillée où des bancs de poissons nagent paisiblement.

Tournant la tête, elle en est maintenant à détailler l'autre divinité. Elle était plus musclée et n'avait pas cette forme de canidé. En faite, sa physionomie était plutôt proche de celle des humains. Pas trop non plus puisqu'il était munit de mains et pieds palmés. Son regard était intrigant, un bleu brillant, attirant. Il possédait aussi une crête au sommet de son crâne, faisant ce petit plus qui faisait de lui une créature tout aussi charmeuse que le premier.
Il faisait des bulles, ce qu'elle trouvait tout à fait mignon, adorable.

- Belle journée pour composer, en effet, dit-elle en s'arrachant de sa contemplation des deux Demi-dieux.

Elle soupire avant de passer une main dans ses cheveux mouillés.

- Oui, je prends froid avec ce corps, mais je ne peux pas me résoudre à le quitter maintenant. J'ai envie de voir le monde par ces yeux, vivre ces sensations étranges, découvrir les sentiments de ce corps. J'ai envie de vivre toutes ces choses humaines comme aimer de toutes les façons possibles. Il est vrai que c'est fou comme idée, mais je ne suis pas sensée moi.

Elle rit encore.

- Et puis, on dit qu'aimer n'est pas que sentimentale puisque le corps en jouit aussi. Enfin, je ne comprends pas trop les paroles de ces humains.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Nephylim
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Date d'inscription : 25/08/2013
Messages : 112
Double Compte : Aënaelle Litios
Elément : Eau
Invocateur : Nathaniel, l'assassin qui n'a pas besoin de moi ^^'
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #9 écrite Jeu 29 Aoû - 16:09

Si la bonne humeur est contagieuse, le rire est encore plus, je me laissais aborder par cet état d'esprit et pouffais après les réponses de mes homologues divins.

Jouer, oui se cacher était et restera un jeu. Et en restant métamorphosée, ma cousine gagnait haut la main. Même si semblerait qu'ils n'aient pas compris mon sous-entendu, elle avouait s'amuser à sa façon sous cette forme. Observer le monde sous un autre angle, avec d'autres yeux.
Il est plaisant de trouver d'autres enfants de dieux partageant mon point de vue.
Bien que revêtir une apparence humaine ne me soit pas pour autant familier. Pourquoi le ferais-je ? Ils n'écument pas les fonds marins. Bien que de rares ''discussions'' sur un rivage aient déjà eut lieu. Je m’égares. L'autre enfant d'Aqua annonce préférer les jeux d'esprits... non, c'est encore autre chose. Seulement jouer avec les mots.

Mhm, seulement peut-être ?

Silence, à mon tour, je tendis mon cou, pointant mon museau vers le bleu du ciel. Ma dernière membrane protectrice se ferma à son tour dans un petit cliquetis. Je m'assèche il faut croire.

Avec un soleil pareil ? J'espère qu'il t'éveille.

Je ressens un regard, la fausse demoiselle m'observe. Passant de moi à mon confrère, nous détaillant de ses jolis yeux. Sont-ils aussi changés sous cette forme ? Cette couleur était plutôt atypique pour une enfant d'Aer et de Terra. Mais, tout comme moi, elle ne semblait pas avoir l'envie quasi irrépréhensible de se baigner. Encore que, la fraicheur de ce petit lac apparaissait bien tentant à mes yeux.
Autant me rendre à l'évidence, si elle ne me dit pas clairement qui elle est, je ne saurais le deviner. Surtout ainsi déguisée. Que m'importe après tout ? C'est bien elle qui souhaite les choses ainsi, qui suis-je pour juger cela ?
Toujours observé, je me rapprochais du bord de l'eau.


Tu permets ?

Sans attendre de réponse, je plongeais la tête dans ce qui constituait mon élément... Celui de ma créatrice plutôt. Je pus enfin totalement rouvrir les yeux, les hydrater et me rafraichir. Cela ne dura que quelques secondes, mais il n'y a que quand on est privé de quelque chose que l'on se rend compte d'à quel point on l'apprécie.

Tu as trouvé un bien bel endroit.

Ma nageoire caudale pris alors la place de ma tête dans le bassin avant de survoler mon corps, me saupoudrant d'eau le long de mon échine. Je répondis à ma cousine.


Tu ne devrais pas subir trop longtemps les affres du froid. Pas avec ce temps, d'autant que les humains ne sont pas aussi fragile que ce que l'on pourrait croire. Tu devrais te sentir mieux bien assez tôt...
... Pour ma part, je ne suis pas encore acclimaté. Pour cela, j'aurais des choses à améliorer.
Le cadeau d'Ignis brille bien trop fort parfois.

Un imperceptible sourire devant l'explication quant à cette forme humaine qui se finit en éclat de rire. Elle qui parlait d'innocence, savait-elle que ce le fruit de sa recherche la lui ferait perdre selon les critères humains ?
Il est dit beaucoup de choses quand le thème de l'humanité est abordé. Surtout sur leurs habitudes et sentiments.
Je n'en savais moi-même pas grand-chose. Du moins, je n'en ai pas appris grand-chose par moi-même et encore moins retenu. Non, mon savoir me provenait d'ailleurs. Et ce dernier m'amusait plus que tout.


Ma sœur pourrait t'en dire plus mais...

Ma jumelle, celle qui, par la volonté d'Aqua partageait mon rôle et ma vie et qui, aujourd'hui, n'était pas là. Elle qui s'était grandement intéressée à cette création des enfants divins. Rien ne me fut dévoilé, mais je suis certain qu'elle y a participé.

... Mais je remarque surtout que je ne me suis même pas présenté, si les coutumes humaines t'intéresses, apparemment c'est aux mâles de décliner son identité le premier et actuellement, je passe pour un mal élevé pour ne pas l'avoir fait et ne pas t'aider en tant que demoiselle frissonnante.

Je riais à nouveau tandis que l'eau continuait à me tomber dessus goutte par goutte. Je me redressais, tranquillement, reprenant une once de sérieux et fixant les deux déités l'une après l'autre.

Je suis Nephylim, aujourd'hui est un jour d'errance, de questionnement et de remise en cause... De voyage aussi pour le coup. Et vous ?
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Anciens Joueurs


▼Afficher le Profil▼
Date d'inscription : 22/08/2013
Messages : 99
Inventaire▲

Aventure #10 écrite Jeu 29 Aoû - 16:09

- Comme je l'ai déjà dit, je m'appelle Letto, fils d'Aqua, et je suis ici pour me reposer. Enfin, j'étais ici pour ça.

Pauvre cousine. Tu es toute mouillée... Au moins, le soleil devrait pouvoir te réchauffer un peu. Belle journée pour composer, c'est vrai. Ce n'est pas pour ça que je suis venu là mais pourquoi pas ? Déclamer des poèmes, c'est dans mes cordes. Il faut juste trouver un thème... Pourquoi pas les... zumins ? Ma belle consœur a l'air fascinée par cette nouvelle race, et mon frère Nephylim semble lui-même familier de certaines de leurs mœurs. L'idée est à suggérer, au moins.
Mais ça serait presque trop... banal, trop classique. Je dois trouver quelque chose de plus original. Quelque chose qui mêle la poésie, le cache-cache et la race bipède dont sont friands mes deux compagnons...

Et c'est l'illumination. L'idée déferle dans mon esprit comme une lame d'eau s'écrase sur une plage. Un sourire satisfait se dessine sur mon visage, tandis que mes tentacules semblent accueillir mon projet avec ravissement.


- Vous avez envie de jouer ? Alors je vous propose un petit quelque chose... Si ça ne vous plaît pas, libre à vous de refuser, bien entendu. Que diriez-vous de tous se transformer en... en comme toi, cousine, de vous rendre dans un village proche et de vous familiariser avec leurs coutumes en déclamant de la poésie à certains d'entre eux ?

On ne sait jamais ce que ce genre de jeu peut produire... Des situations intéressantes, peut-être des crises de rire ou des frayeurs. Et puis, ça me fera l'occasion d'en apprendre plus sur eux. Peut-être même que je finirai par me souvenir de leur nom, à ces... zimans ?



▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Ephylix
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Image d'un inconnu mais graphisme par moi o/
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 2433
Double Compte : Nausicaä Ludwiga
Elément : Terre
Métier : Méchante modo sadike
Invocation(s) : Moi même
Invocateur : Kris Le PAS Magnifique !
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Vêtements:
 

Armes:
 

Autre:
 

Sceau personnel:
 


Sorts :
Sorts:
 

Inventaire▲

Aventure #11 écrite Jeu 29 Aoû - 16:10

Le fils d'Aqua se présente comme s'appelant Nephylim. Elle sourit encore avant de faire une révérence, amusée par ces coutumes humaines. Elle se relève pour voir le loup des mers plonger dans l'eau, se rafraîchissant. Il était vrai que le soleil se faisait plus fort du fait de l'avancement de la journée. Le soleil de midi était chaud, brulant, montrant tout la puissance d'Ignis à son apogée. Elle comprenait bien qu'il devait être difficile pour ces êtres de la mer de rester sous ce soleil ardent.

Quant à elle, ses vêtements étaient secs. Elle avait moins froid bien que ses cheveux, d'un blanc neige, étaient encore mouillés. Elle soupira doucement en remontant un côté de sa tunique pour pouvoir mieux marcher. Elle noua cette partie avant de s'adresser à ses deux comparses:

- Je suis Ephylix, fille de Terra.

Croisant les bras sur sa poitrine, elle se tourna vers Nephylim.

- Tu as un raisonnement bien trop compliqué pour que je ne le comprenne mon ami. Je suis désolée de ne pas tout saisir, surtout lorsque je ne suis pas au meilleur de ma forme.

En effet, cette petite escapade sous forme humaine l'avait un peu éreintée. Mais bon, elle voulait rester ainsi pour Terre ne savait combien de temps. Ephy écouta ensuite les paroles de Letto. Ce jeu qu'il proposait semblait fort amusant et une lueur d'impatience se mit à briller dans les yeux turquoise de la jeune femme.

- Alors tu proposerais d'aller séduire ces humains ? C'est amusant comme jeu, Letto. Pour ma part, je suis partante. J'ai même hâte de commencer. Enfin, encore faut-il trouver le dit village.

Elle rit à la fin de ses propos en commençant à marcher vers la forêt, sachant où se trouvait le village justement. Elle y était passé avant d'arriver au lac, mais ne s'y était pas attardée. Elle avait juste aperçut certaines façons que les humains avaient de faire, des habitudes et modes de vie. Il y avait d'ailleurs un grand rassemblement où des personnes vendaient des vivres, ce rassemblement que les humains appelaient marché était bien trop bruyant pour elle. Et puis les rues pavées grouillaient de monde et d'humains, portant un étrange vêtement fait de fer, montés sur des chevaux.

- Venez, le village se trouve à deux heures de marches de là. Enfin ,deux heures à allure humaine s'entend, elle gloussa encore en attendant ses compagnons de jeu.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Nephylim
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Date d'inscription : 25/08/2013
Messages : 112
Double Compte : Aënaelle Litios
Elément : Eau
Invocateur : Nathaniel, l'assassin qui n'a pas besoin de moi ^^'
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #12 écrite Jeu 29 Aoû - 16:12

Ainsi me furent présentés mes deux camarades. S'ils n'avaient pas forcément compris mes paroles, ce qui, en soit, ne m'étonnait guère, ayant moi-même du mal à leur trouver un véritable sens. La poésie n'est pas mon fort... Je crois. Les sons me conviennent plus que les mots malgré le fait qu'ils en soient composés.
Bref, ils proposaient maintenant de se joindre à un groupe humain pour les divertir de leurs arts qu'est celui de trouver les mots justes.
Toujours assis, pensif, je vis ma cousine partir le sourire aux lèvres, vraisemblablement enjouée à cette idée.

Quelque chose me dit que tu sais déjà où nous mener Ephylix.

Dans ma tête, je répétais ces deux noms : Letto et Ephylix. J'ai rarement eu l'occasion de parler frivolité avec ceux de ma famille. Alors, j'aimerais retenir leur existence. Hélas pour moi, ma mémoire des noms n'est pas des plus efficaces. Il me faut un visage sur qui l'appliquer et si c'était le cas de l'enfant d'Aqua, la fille de la terre me restait une inconnue par ce simple fait. Plus tard peut-être, connaîtrais-je son vrai visage ?
Ah ma soeur, je ne sais ce que tu fais en ce moment mais j'espère que comme moi, tu as trouvé des personnes avec qui partager ton chemin.

A mon tour, je fis quelques pas, m'avançant, suivant celle qui allait nous guider.


Je vous préviens, je ne suis pas un grand spécialiste de la poésie ou de la séduction. Loin de là. Et encore moins quand il s'agit d'humains.
Ma phrase aurait pu faire croire que je refusais l'invitation, c'est pourquoi j'ajoutais :

Mais s'il y a bien une chose qui me plait, ce sont les choses nouvelles, quoi de mieux que ce genre d'expérience alors ?

La divinité de la terre riait encore tandis que nous marchions. Quelle joie de vivre. Je dois avouer que c'est entrainant. Ma physionomie me permet difficilement d'exprimer mes sentiments, mais il n'empêche que je partageais ce moment amusant et innocent avec le sourire.

A quoi allait ressembler notre arrivée ? Une chose est sûr, nous allions devoir nous ''changer''. L'arrivée d'inconnue ne doit déjà pas être très bien vu, je pense, alors je n'imagine pas celle d'une humaine accompagnée de deux créatures aquatiques provenant certainement de l'imagination populaire. Cette option serait aussi amusante cela-dit. Mais absolument inutile dans notre cas. Le contexte voulant que nous nous fassions passer pour eux.

Nous pourrions aussi nous créer une petite histoire pour nous faire accepter plus facilement aux seins de ce village qu'en dites-vous ? A moins que trois voyageurs de fortune ne suffisent?

Qu'en sais-je ? Ils ont le réflexe de se regrouper pour survivre. C'est ainsi qu'ils font, qu'ils ont été conçus même. Seuls, ils n'auraient aucune chance et le fait que les humains en soient conscients me rend sceptique. Pour la simple raison que certains revendiquent leur solitude, que leur groupe ne sont pas soudés, signe de mort. C'est comme cela aux fonds des océans du moins.
Il y a aussi d'autres raisons mais cette dernière reste la principale.

Je secouais la tête, pensée volatile. Pour le moment, je dois me concentrer sur notre ''jeu''. A quoi vais-je bien pouvoir ressembler ? Grand ? Petit ? Jeune ? Vieux ? Et j'en passe. Beaucoup de choix et encore un peu de temps. Il ne reste qu'à choisir, essayer, améliorer ! Oui, cela va être intéressant.
Je remis ma métamorphose à plus tard, attendant de savoir ce qu'allait proposer mes homologue divins pour la suite.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Anciens Joueurs


▼Afficher le Profil▼
Date d'inscription : 22/08/2013
Messages : 99
Inventaire▲

Aventure #13 écrite Jeu 29 Aoû - 16:13

Inventer une histoire... L'idée n'était pas mauvaise. En fait, je dirais même qu'elle était bonne. Non, non, on pourrait même dire que c'était une idée nécessaire ! Sans ça, les problèmes pourraient affluer très vite.

- Est-ce que trois voyageurs de fortune feraient route ensemble ? Comment les... humains, tu as dit ?

Je ferais bien d'apprendre leur nom dès maintenant. Humains. Humains. Humains.

- Comment est-ce qu'ils réagissent entre eux ? J'en ai vu quelques uns qui vivaient ensemble mais... ils avaient l'air de se connaître. On pourrait dire que l'on vient de la même famille. Ça ne serait même pas un mensonge.

Je laisse les mots flotter en l'air. Mes deux compagnons auront bien le temps d'étudier ma nouvelle proposition. Pas besoin de mettre au point quelque chose de trop compliqué, de toute façon. Personne n'ira jusqu'à nous demander qui nous sommes et d'où nous venons... Et puis, la cohérence de l'histoire n'est pas vraiment importante. Enfin, pas pour moi, en tout cas. Peut-être qu'on sera amenés à se séparer, pendant notre petit jeu ?

En attendant, j'ai un autre problème : la transformation. Ma cousine Ephylix a prouvé qu'une demi-divinité pouvait prendre forme humaine. Mais comment ça marche ?
J'observe le corps d'humaine que ma cousine s'est créé. Je crois me souvenir que les hommes ne possèdent pas ces protubérances au niveau de la poitrine. Et puis de toute façon, je n'en ai pas moi-même. D'accord je dois me transformer, mais quand même... Je reste moi. Pas besoin de trop changer.
Réduire les proportions du corps me paraît indispensable. J'ignore si les humains sont grands ou non, mais je ferais bien de me faire une idée avec l'image d'Ephylix. Je vais essayer d'adopter sa taille. Un peu plus grand, peut-être.
Les tentacules et la queue doivent disparaître. Les humains n'ont pas ce genre de choses. Ils ont deux bras et deux jambes. Je devrais en profiter pour faire disparaître ma crête, aussi.
La couleur des cheveux ? Brun, comme mes écailles ? Ou alors... bleu, comme ce petit lac qui m'avait l'air si accueillant avant que je croise ces deux-là ? Je suis un fils d'Aqua ou pas ? Je vais te faire honneur en adoptant la couleur des océans, maman ! Bon, c'est vrai que le bleu, c'est le ciel qui se reflète sur l'eau, mais quand même... Les humains sans cheveux n'existent peut-être pas ?
La couleur de la peau aussi, je dois m'en soucier. Ephylix a une peau assez claire. Je vais rester dans les tons là. J'aurai moins de chance de choquer les humains en gardant une peau brune et écailleuse.

Je sais quel genre de corps je vais avoir. Je peux m'y mettre, maintenant.

Je ferme les boules lumineuses qui me servent d'yeux et me concentrent. J'ai l'impression d'être un idiot. Je n'arrive à rien. C'est comme si me changer devant mon frère et ma cousine me gênait. Je les regarde un peu dépité.


- Je reviens...

Puis je m'enfonce dans les frondaisons sans attendre. Et je réessaie de me transformer. Cette fois, le déclic se fait automatiquement. La sensation est indescriptible. J'ai des picotements dans tout le corps, ma peau me démanger et des papillons se battent dans mon estomac. Je suis obligé de fermer les paupières tellement mon crâne se fait souffrir. Pourtant, je ne crie pas. C'est une douleur muette que j'éprouve.
Après un court laps de temps, je sens que tout redevient normal. Je regarde mes mains. Elles ne sont plus écailleuses, elles ne sont plus palmées, elles ne sont plus brunes.


- Cool...

Et je ressors des fourrés, me dirigeant aussitôt vers le lac pour voir à quoi je ressemble. Le petit Letto et Ephylix m'ont servi de modèle... Un bébé d'homme et une femelle... J'espère que j'ai quand même une tête de mâle.
Mon reflet me rassure. Oui, le résultat me paraît satisfaisant. Mes tentacules ont disparu, ma queue aussi... Cette nouvelle peau gratte. J'ai l'impression d'avoir froid.
Je tourne mon nouveau regard d'homme vers Ephylix. Effet psychologique ou réalité, je ne sais pas, mais elle m'a l'air plus... plus... plus, quoi. Mes yeux se figent sur sa robe mouillée. J'ai pas de vêtements... Merde.


▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Ephylix
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Image d'un inconnu mais graphisme par moi o/
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 2433
Double Compte : Nausicaä Ludwiga
Elément : Terre
Métier : Méchante modo sadike
Invocation(s) : Moi même
Invocateur : Kris Le PAS Magnifique !
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Vêtements:
 

Armes:
 

Autre:
 

Sceau personnel:
 


Sorts :
Sorts:
 

Inventaire▲

Aventure #14 écrite Jeu 29 Aoû - 16:13

/Cette réponse peut gêner certaines personnes ! /


Créer une histoire, chose bien amusante. Mentir sans mentir, chose bien drôle. Elle était partante pour ce jeu de création. Elle se retourna pour faire face à ses camarades de jeu, leur offrant ce sourire qui ornait son visage depuis un petit moment déjà.

- Une famille ? Quelle belle idée !

Elle gloussa avant de croiser les bras. Le vent léger faisait onduler ses cheveux tandis que le soleil d'Ignis, heure la plus chaude de la journée, finissait de sécher cette blanche chevelure anormale pour un humain.
Le jour, ainsi fait par les Dieux, était découpé en quatre temps, partage pour n'avoir aucune jalousie. Les premières heures, à l'aube naissant, étaient à Terra, Dieu de la Terre et du renouveau, les heures du fort soleil, paroxysme de cet astre rayonnant, étaient à Ignis, Dieu du feu et de la puissance, S'en suivait les heures d'Aer, Dieu du Vent et du calme, pour finir, Aqua dominait de le reste des heures jusqu'à la nuit qui tombe, le crépuscule était son domaine à elle, Dieu de l'eau et du mystère. Mais tout était approximatif, nullement sûr.

Letto était partit quelque part, bidouiller une chose qu'elle ne savait pas. Il revint un instant plus tard, métamorphosé en un bel homme, forte carrure, belle musculature, chevelure couleur eau, il était magnifique, un Apollon du Dieu Aqua. Mais... Elle regarda plus en détaille puis se mit fortement à rougir, une réaction humaine typique. Elle détourna un instant le regard, se mordant les lèvres. Elle était de plus en plus rouge, une gêne s'installait en elle en même temps qu'un désir fort étrange dans le bas de son ventre. Des chatouilles si l'on pouvait dire.

Elle se tordait les doigts, réfrénant ses ardeurs qui n'étaient pas d'elle mais de ce corps humain. Elle voulait lui sauter dessus, le dévorer tout entier. Elle voulait en faire son quatre heure. Rougissant toujours autant, elle serra le poing jusqu'à s'en blanchir les phalanges. Elle ne pouvait résister à cette attirance pour Letto et ce corps parfait ! Oui, ce corps était l'incarnation même de la perfection. Elle déglutit et se concentra sur Nephy qui n'avait pas encore prit forme humaine. Son regard turquoise fixait avec insistance le pelage bleu du fils d'Aqua.

Elle avait du mal à réfréner ses ardeurs, ce corps parfait hantait la moindre de ses pensées. D'ailleurs, à ces pensées s'ajoutaient des idées salaces, peu innocentes. Jamais encore elle n'avait éprouvé ce genre de chose ! Elle en rougissait d'autant plus que des images venaient s'ajouter à ces pensées, ces idées. Ephy devait avoir le visage aussi rouge qu'une tomate à présent.
Déglutissant encore une fois, elle articula difficilement ces quelques mots:

- Pour... Pourquoi ne pas avoir de vêtements ?

Puis elle cache son visage cramoisi de ses mains avant de faire quelques pas en plus en direction du village. Il fallait qu'elle se contienne, sinon elle allait lui sauter dessus, le dévorer comme une bête affamée.

- Aide moi, Nephylim, s'il te plait, murmure-t-elle avant de reperdre encore le contrôle de son esprit.

Elle fait d'ailleurs quelques pas en direction de Letto, guidée par une force dont elle n'avait pas le contrôle. Et ce n'étaient pas des pas lents qui la menaient, mais des pas rapides d'une course assoiffée, car oui, elle avait soif de ce corps trop parfait !
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Nephylim
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Date d'inscription : 25/08/2013
Messages : 112
Double Compte : Aënaelle Litios
Elément : Eau
Invocateur : Nathaniel, l'assassin qui n'a pas besoin de moi ^^'
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #15 écrite Jeu 29 Aoû - 16:14

Créer une famille ? Ce n'est pas forcément ce à quoi je pensais. Mais... Pourquoi pas. C'est une approche que je pense bien connaitre. Ce système n'existe pas vraiment dans les fonds marins, mais je pense que ma relation avec ma soeur s'approche du concept humain de la famille.
Au moins, je sais comment donner l'impression de former une famille. Reste à savoir les rôles.

Pendant ma réflexion, Letto semblait dérangé par quelque chose avant de s'éloigner, se camouflant à mes yeux. Je le regardais, curieux, avant de ressentir l'utilisation de son pouvoir. Etait-ce cela le problème ? Pudeur ? Où bien manque de pratique ?

Quant à moi, le souvenir d'une transformation me revint... Oui, c'était il y a bien des années déjà. Changer de corps n'est pas toujours chose aisée où agréable. En ce qui concerne la forme humaine, je ne me souviens pas d'une sensation particulière. Bah, de toute façon, je n'ai pas le choix si je veux m'amuser avec cette ''nouvelle famille''.

Mais vint l'élément perturbateur au plan de cette journée. L'autre enfant d'Aqua avait dû oublier deux- trois choses. Cela sautait aux yeux si je puis dire. Un problème pardonnable pour une personne n'ayant jamais tenté de métamorphose. Est-ce le cas ? Son travail est plutôt réussi, mais encore incomplet, surtout la pigmentation au niveau de ses cheveux. Oh, et puis s'il y a quelque minute, Ephylix pouvait se réjouir qu'il n'y ait pas de véritable humain dans le coin, Letto avait maintenant le problème inverse.

Ce à quoi je ne m'attendais pas fut la réaction de ma cousine terrienne. Quelque chose de primaire et qui ne devrait normalement pas avoir lieu... Sauf... Sauf quand le pouvoir utilisé n'est pas habituelle.
Je me retrouve donc avec un confrère dans un corps nouvellement dénudé et une cousine hors de contrôle des pulsions de son organisme. Quelle situation dramatique, satirique aussi. Oh ! et plein d'autre chose qu'il m'aurait été amusant d'observer si je laissais faire.

Mais Ephylix me demandait de l'aide. Si j'avais eu un corps proche humain, je crois que j'aurais adopté un de leur geste, celui ou l'on se frappe le front de la main avant de se masser les sourcils. Enfin, ce n'est pas le cas.
Intervenir, d'accord, mais comment ? Le problème à résoudre était évident. Pas la solution. Et en avais-je vraiment envie ?... Bon je ne voulais pas non plus gêner plus que cela mes compagnons de part cette drôle de scène.

Je pourrais jeter Letto à l'eau, cachant ainsi son corps qui, notons le, est l'objet du désire d'Ephylix. Dans tous les cas, il me faut retenir ma cousine et dans cette forme, j'en suis proprement incapable sans risquer d'être trop violent.
Bien, je n'ai pas vraiment le choix, puisqu'on me le demande.

Je visualisais mentalement la forme que je voulais prendre. Je manquais de temps, mais j'ai cet affreux défaut qu'est le souci du détail. C'est ainsi qu'on m'a voulu.
Donc plus, moins, couleur, taille, genre et surtout, vêtements. Décaler le problème sur moi ne serais pas la meilleure idée. Non pas que cela me déplairait, ça serait même flatteur. Sauf que le jeu actuel ne consistait pas à ça.

Une fois satisfait de mon imagination, je pus changer de forme rapidement. Je me débarrasse de mes attributs divins que j'affectionne tant pour leurs utilités et l'esthétisme qu'ils me confèrent, afin de les remplacer par de simples traits de mortel.
Je cligne des yeux, m'habitue à ces protections solaires que sont les paupières. Ignore les petits picotements qui parcourent ma peau.
Il n'y a pas vraiment d'autres différences notoires, je suis juste... plus grand. Plus grand qu'à la normal et aussi un chouïa plus que les deux autres divinités. Mais tellement faible. C'est ainsi que je me sens. Comme à chaque métamorphose que j'ai opérée pour mes tests.

J'avance, mes mouvements sont subtilement freinés par ce que je porte. Rien de bien lourd, au contraire, mais ça reste différent. Un geste, et Letto fut partiellement recouvert d'un long manteau de toile, se prenant l'objet en pleine figure. Je lâchais machinalement.


Une belle transformation, sans aucun doute, mais je pense que tu devrais un peu mieux te couvrir mon frère.
Son regard est troublé. Par la réaction de la fille de Terra ? Ou bien c'est-il rendu compte de la petite erreur qu'il venait de commettre ?
Quoi qu'il en soit, j'avais une autre priorité à ne pas perdre de vue. La dite ''fille'' ne c'est pas arrêté, prête à sauter. Et ce n'est pas une bête bâche qui allait l'arrêter. Son visage n'arbore pas d'autre expression que celui du désir. Aller savoir si mon ami poissonneux voulait tester la chose ?

Ephylix continuait sa marche rapide, se rapprochant toujours plus, un bras se tendit et, avant qu'il n'atteigne quoi que ce soit, j'intervins pour de bon, lui saisissant le poignet d'une main et son menton de l'autre, fixant ses pupilles aux doux reflets de jade de mes yeux noisette.
Et maintenant, que faire ? Que dire... Je ne suis pas maître en l'art de convaincre et ne connait nullement quelle sera sa réaction. Je ne sais même pas ce que moi je dois faire.
Soit, laissons, je ne sais pas moi ? Les choses se résoudre d'elle-même, parler sans y réfléchir et advienne que pourra ?


Quant à toi, je sais qu'il apparait très attirant...


Tout comme elle en fait. C'est un peu nos buts il me semble. Non ? Si ce n'est pas cas, alors ils ont échoué. Moi, n'ayant pas d'avis extérieur auquel me ranger, je ne saurais dire.

... Et que le jeu auquel tu te lances serait très amusant, humainement parlant, mais je crois qu'il ne s'agit que d'une erreur, que nous avions convenu d'autre chose et... que je n'aimerais pas être ainsi mis à l'écart.

Un grand sourire s'étira lentement sur mes lèvres après ma dernière phrase. Elle restait vague comme je le souhaitais et je pensais avoir au moins détourné l'attention d'Ephylix de cette façon. Quant à mes expressions faciales, il fallait avouer que ce corps était bien mieux conçu pour cela. Au moins un avantage.
Cependant, un de mes autres défauts restait un côté joueur qui se réveillait de temps à autre. Je me tournais alors légèrement vers l'autre fils d'Aqua.


Cela dit, si Letto préfère s'abandonner à toi, comment pourrais-je vous en empêcher ?
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Anciens Joueurs


▼Afficher le Profil▼
Date d'inscription : 22/08/2013
Messages : 99
Inventaire▲

Aventure #16 écrite Jeu 29 Aoû - 16:15

Avec mes nouveaux yeux d'humain, j'observe Nephylim d'un air interdit. Cette histoire de vêtements ne me dit rien du tout. J'attrape néanmoins la veste qu'il me lance. Il est vrai que les humains se mettaient une deuxième peau sur leur épiderme "naturel", tout ça pour se tenir chaud. Mais en tant que demi-dieu, j'avais oublié ce détail. Visiblement, il est possible de faire apparaître des vêtements grâce à la magie... C'est une bonne chose à savoir.
J'observe le morceau de tissu qui pendouille entre mes mains. Il y a deux interstices pour y glisser les bras, apparemment. Je m'empresse d'enfiler l'habit et regarde Nephylim.


- M'abandonner ? Pourquoi veux-tu m'abandonner ? J'ai pris cette forme pour pouvoir continuer avec vous, je ne projette pas d'abandonner qui que ce soit.

Mon regard se tourne ensuite vers Ephylix. Nephylim lui a parlé d'un jeu ? Encore un ? Il me semblait que nous allions titiller de l'humain dans un village proche ? De quoi est-il question, cette fois ? J'ai l'impression que les coutumes humaines m'échappent quelque peu. Je devrais peut-être envisager de passer un peu de temps avec eux, histoire de ne pas me laisser distancer par leurs connaissances et leurs mœurs, aussi étranges soient-elles...
Quoiqu'il en soit, Ephylix me semble aussi nue que moi, avec ce vêtement imbibé et transparent. C'est un peu de ma faute, quand on y réfléchit... L'idée de lui donner ma veste m'effleure. Mais Nephylim a raison. Nous devrions faire que nous avons convenu. Village, poésie avec des humains et voilà.

Je me tourne vers ma cousine d'un air encore perturbé.


- Tu peux nous emmener au village dont tu parlais ? Maintenant qu'on est prêts, on peut y aller !

▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Ephylix
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Image d'un inconnu mais graphisme par moi o/
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 2433
Double Compte : Nausicaä Ludwiga
Elément : Terre
Métier : Méchante modo sadike
Invocation(s) : Moi même
Invocateur : Kris Le PAS Magnifique !
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Vêtements:
 

Armes:
 

Autre:
 

Sceau personnel:
 


Sorts :
Sorts:
 

Inventaire▲

Aventure #17 écrite Jeu 29 Aoû - 16:15

Elle court toujours en direction de Letto, nu. Ses envies sont de plus en plus fortes ce qu'elle ne comprend absolument pas, n'ayant presque jamais rien sentit de semblable auparavant. Si, peut-être devant un beau corps, mais pas aussi puissamment.

Soudain, on lui attrape le poignet. Elle se retrouve nez à nez avec un homme fort beau lui aussi. Son regard intense la fixe et elle ne peut, que gênée, détourner les yeux en rougissant.
Letto avait mit la veste que l'homme lui avait lancé et ne se retrouvait plus tout à fait nu, cela atténuait un peu ce qui l'attirait à lui.

Le regard de l'homme - qui était Nephylime sous sa forme humaine, elle avait reconnu son "aura" - sur elle l'intimidait au plus haut point. Ça non plus elle ne savait pas pourquoi. Ce regard la déconcertait, l'empêchait de bien réfléchir. Et ces paroles... Non, elle ne les comprenait pas du tout, ne les écoutait pas. Elle était obnubilée par ce regard et ces lèvres qui bougeaient à chaque mot.

Ce sentiment d'attirance pour Nephylime n'était pas du tout physique, contrairement à Letto, mais purement sentimental.
Tourant la tête pour essayer de se confronter à ce regard, elle rougit de plus belle tandis que Letto râlait sur un fait dont elle n'avait absolument pas conscience. En faite, elle venait d'oublier le monde autour d'elle, se sentant seule avec Nephylim. Elle savait que ce sentiment étrange n'était que dû au fait de son apparence, pas d'elle même. Mais il était tout de même agréable quoi qu'un peu intimidant aux premiers abords.

Doucement, elle avança ses lèvres, attirée à celles de Nephylim comme un aimant. Mais il était plus grand qu'elle, aussi elle dû se mettre sur la pointe des pieds pour atteindre son but. Elle apposa fugacement ses lèvres sur celles de la divinité avant de rapidement se reculer et s'éloigner, rouge, en direction du village humain.

- On va jouer ? demanda-t-elle, comme si rien ne s'était passé.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Nephylim
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Date d'inscription : 25/08/2013
Messages : 112
Double Compte : Aënaelle Litios
Elément : Eau
Invocateur : Nathaniel, l'assassin qui n'a pas besoin de moi ^^'
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #18 écrite Jeu 29 Aoû - 16:16

La demoiselle hors de contrôle suspendit son geste et détourna le regard devant moi. En ce sens, j'avais réussi. Son attention était ailleurs et la nudité de mon confrère oubliée.
Cependant, ce que je voulais éviter arriva. C'est maintenant sur moi que ses yeux étaient fixés. Ses joues rosissaient de plus belle et je voyais qu'une autre forme de désir naissait dans les prunelles de la déesse. Quelque chose de plus tendre cela dit.

Letto répondit à ma question, faisant mine de ne pas comprendre, mais ayant enfilé rapidement le manteau qui lui était offert. Moi, je m'efforçais de cacher de nombreux sentiments. Tout d'abord, l'envie de rire de la phrase du fils d'Aqua, ensuite, la gêne représentée par cette femme qui, se rapprochait davantage de moi. Chose finalement assez simple car nécessitant seulement d'avoir un visage impassible. Je n'étais que trahis par les mouvements rapide de mes pupilles qui cherchaient un élément pour éviter tout débordement de la situation sans rien trouver.

J'aurais voulu la prendre dans mes bras pour la calmer, la rassurer, comme ma soeur et moi le faisions l'un pour l'autre. Son comportement n'était pas totalement le sien même s'il pouvait-y avoir un lien. C'est en tout cas ce que je croyais.

Sauf que je n'osais bouger. Elle était encore plus proche, s'élevait sur la pointe des pieds et posa, le temps d'un éphémère moment, ses lèvres sur les miennes. Mes bras restaient suspendus en l'air alors que mes mains ne retenaient plus rien. Je fermais les yeux pour ne pas laisser transparaître ma surprise. Je ne savais aucunement que faire et finalement, ne rien faire fut la bonne solution. Ainsi, Ephylix se dégagea en arrière, encore plus rougissante avant de sourire et de proposer de repartir au plus vite.

Je la regardais s'éloigner et son air embarrassé me fit sourire. Quant à moi, j'avais trouvé l'expérience intéressante et plaisante et comprenais un peu mieux le point de vue de ma jumelle sur les humains. Ce bref baisé me prouvait qu'ils possédaient quelque chose que j'avais été incapable de créer dans les profondeurs. Et ce qui me fascinait encore plus, c'est qu'à ma connaissance, aucun dieu n'avait réussi.

J'arrêtais de penser de manière si scientifique pour me dire que cet instant agréable et trop court avait allumé en moi plusieurs feux. Celui de la curiosité, mais aussi celui des sentiments, découvrant que j'en étais capable envers d'autre.

Et cela ne m'effrayait pas. Ce n'était qu'un nouvel inconnu et comme pour tous les autres, je m'y adonnerais jusqu'à le connaître: trouver sa beauté et ses pièges. Ses horreurs et ses plaisirs.
Pour l'heure, il était temps de nous remettre en route.


Ne t'en fais pas Letto, je n'ai pas l'intention d'abandonner qui que ce soit, ce n'est pas dans mes habitudes. Tu devrais peut-être au moins te créer ce que les humains appellent pantalon.

Dis-je en lui désignant ses jambes nues. Puis je me retournais et, d'un geste de la main, l'invita à nous suivre.


Tu viens ? Sinon, nous allons la perdre de vue.
A ces mots j'accélérais le pas pour rattraper la belle déesse.

Et comment ! Allons voir ces humains.

Avions-nous tous les deux oublié ? Non, peut-être que nous en reparlerons, mais, pour le moment, nous partons à la rencontre de véritables humains. J'espère juste que les vêtements d'Ephylix auront le temps de complètement sécher avant notre arrivée. Si nous, divinité avons des problèmes à nous contenir parfois, je n'ose imaginer avec de simple mortel.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Anciens Joueurs


▼Afficher le Profil▼
Date d'inscription : 22/08/2013
Messages : 99
Inventaire▲

Aventure #19 écrite Jeu 29 Aoû - 16:17

J'observe la scène qui se déroule devant moi d'un œil curieux. Il semble y avoir une sorte de lien entre les deux demi-déités en face de moi, mais de quelle nature ? Aucune idée.
J'essaie de me dépêtrer de mes manches. Ça colle et c'est froid, ça m'empêche de bouger correctement, ça me gêne, bref... Je déteste déjà les vêtements. Pourtant, si je veux participer au jeu que j'ai moi-même proposé - et Aqua seule sait que j'ai envie de pratiquer les envolées lyriques ! - je dois m'habituer aux habitudes des mortels. Et se vêtir en fait partie.

Nephylim finit par me conseiller de porter un pantalon. Tant qu'à faire, pourquoi pas ? Je m'éloigne une nouvelle fois, profitant de l'intimité qui se développe entre mes deux compagnons et enlève le manteau. Je sais au moins qu'on peut faire apparaître des vêtements. Il est donc temps d'essayer de faire quelque chose pour moi, du sur-mesure.
Je me concentre et fais une première tentative. J'essaie de m'imaginer le genre de vêtements que le petit Letto portait sur lui, le jour de notre rencontre. Je sens le tissu qui me serre d'un peu trop près. Ne pas oublier qu'il était vraiment petit par rapport à moi, je ferais mieux de viser plus large, si je veux être à l'aise.
Deuxième tentative. Cette fois, je fais apparaître une chemise bleue aux motifs turquoises et un pantalon lui aussi dans les nuances bleues. J'apprécie la couleur mais l'image de Nephylim transformé me revient en tête. Les vêtements de cette couleur ne me semblent pas être les plus courants ici. Et puis, je dois me mêler aux gens, pas me trouver bien vêtu. Mon point de vue compte moins que celui des autres.
Troisième tentative. Cette fois, je sens que je me rapproche. Un t-shirt noir assez près du corps, un pantalon bouffant aux couleurs qui m'entourent : du brun sombre avec quelques taches de vert, d'ocre et de marron de-ci de-là. Oui, j'avoue m'être inspiré de mon environnement pour diversifier et passer plus inaperçu en milieu humain. J'ai même pensé à recouvrir mes pieds.

La tenue me plait bien mais il fait un peu froid. J'ai remarqué que Nephylim avait plusieurs couches de vêtements. J'ai besoin d'une seconde couche, pour me tenir chaud... chaud comme le soleil... Jaune, donc ! Mais si je fais ça, Aqua va m'en vouloir... J'essaierai de rajouter une touche de bleu, quand même. On n'oublie pas ses origines.
Je ferme donc une seconde fois les yeux et essaie d'invoquer de quoi me tenir chaud... et une veste apparaît. Jaune aux bordures bleues. Parfait. Je me rends alors compte que mes mains sont également placées sous des gants, noirs comme mon haut.
D'un air satisfait, je rejoins mes compagnons et, d'un hochement de tête, je les suis. Ephylix va nous permettre de nous amuser un peu. Enfin !



▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Ephylix
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Image d'un inconnu mais graphisme par moi o/
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 2433
Double Compte : Nausicaä Ludwiga
Elément : Terre
Métier : Méchante modo sadike
Invocation(s) : Moi même
Invocateur : Kris Le PAS Magnifique !
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Vêtements:
 

Armes:
 

Autre:
 

Sceau personnel:
 


Sorts :
Sorts:
 

Inventaire▲

Aventure #20 écrite Jeu 29 Aoû - 16:19

Elle avançait sans vraiment attendre ses frères. Elle était encore sous le choc de ses actions nouvelles. Comment avait-elle pu poser ses lèvres comme ça ? Sans de demande avant ? Et pourquoi tous ces sentiments qui l’assaillaient en même temps ? C'est ce corps qui lui faisait cela ? Elle regarda ses mains tout en marchant vers le village.

Sa peau d'une blancheur rosée, de longs doigts fins, des mains, elle n'était plus elle même, elle était une humaine, une créature créée par ses frères et soeurs. Elle s'arrête soudainement, entourant sa poitrine de ses bras, comme si elle avait froid. Non ! Elle n'était pas une simple humaine ! Elle ne devait pas se laisser dominer par ces sentiments inférieurs ! Elle était une Demi-Déesse, l'enfant de Terra, chargée de veiller sur ce monde, de le façonner à l'image des Dieux, de faire leur volonté. Elle n'était pas une simple créature de chair, mortelle, non, elle n'était pas fragile.

Dans les arbres alentours, un oiseau chantait.

Non, se disait-elle. Elle ne devait pas se laisser envahir par ces sentiments, elle devait être forte, forte pour surveiller le monde. Elle ne devait pas se laisser abattre par ces agissements enfantins, pas ses erreurs précédentes. La vie continuait, sa vie suivait toujours ce fleuve infini. Elle ne pouvait pas mourir alors elle ne devait pas se laisser abattre, pas maintenant !

Relevant sa figure en larme, elle se remit à marcher, guidant ses frères vers ce village non loin maintenant, elle pouvait entendre le bruit de la vie humaine.
Arrivée à l'orée de la forêt, elle désigna le village d'un doigt, sans rien dire. Elle était toujours plongée dans ses pensées, et même si ses larmes avaient cessé, elle pleurait toujours au fond de son coeur meurtri par cette vérité.

En cet instant, elle n'était qu'humaine, qu'une simple créature façonnée pour ressentir des sentiments, pour faire des erreurs, pour ne pas être parfait.
Ephy avança vers le village, regardant droit devant elle, prête à affronter cette vérité, prête à donner son avis, prête pour son avenir.

Dans les arbres alentours, un oiseau chantait.

- Le jeu peut commencer mes frères, dit-elle avec un grand sourire aux lèvres.

Les larmes avaient cessé, mais elle pleurait toujours au fond d'elle même...
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Nephylim
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Date d'inscription : 25/08/2013
Messages : 112
Double Compte : Aënaelle Litios
Elément : Eau
Invocateur : Nathaniel, l'assassin qui n'a pas besoin de moi ^^'
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #21 écrite Jeu 29 Aoû - 16:20

Devant ? Derrière ? Qui attendre et qui rejoindre ? Letto prenait son temps avant de se satisfaire de ses atours alors qu'Ephylix partait déjà loin, sans se retourner.
Des réflexions et contradiction devaient apparaitre dans son esprit. Je ne voyais pas son visage, ce qui m'en aurait indiqué plus. Tout comme le fait de lui parler.

Au final, je restais entre eux deux, attendant mon frère sans pour autant perdre de vue ma cousine. Et le voyage se fit dans un étrange silence. A chaque fois que je pressais le pas, la fille de Terra accélérais l'allure pour reprendre une cadence normale quand j'abandonnais l'idée de la rattraper. De quels tourments pouvait-elle bien être la proie ? Je ne suis pas aveugle et, même en ignorant les sens de certains gestes qui ne sont pas les nôtres, mais ceux des humains, je peux deviner comme un certain malaise. Elle qui se tenait si droite, si fière, pourquoi son dos me semble soudainement si petit ?

Ah... Que dire et que faire ? Toujours les mêmes questions qui viennent à moi et qu'importe la situation. Sans parler, sans mauvais jeu de mot, de mon soucis futur : si je suis capable de m'exprimer avec mes congénères, c'est beaucoup moins évident avec des humains. Et encore moins si l'on considère le motif de notre venu. Je ferai mieux de me concentrer là-dessus pour le moment... Que dire et que faire ? Quand je disais que cette question me revenait toujours en pleine figure.

Eviter certaines expressions, d'abord vérifier à quel genre d'humain je m'adresse, ils ne réagissent pas de la même façon selon leurs ''degré'' dans leur société il me semble. Une erreur ? Oui et non. Comme toujours, il suffit de trouver une certaine justesse.

Enfin, Ephylix s'arrête et pointe des habitations du doigt, ajoutant que le jeu pouvait commencer. Cette fois, elle souriait. Je suppose que ce divertissement lui changera les idées. Quant à moi, j'arbore des traits faussement heureux. Je suis toujours partant pour m'amuser, mais ici, je ne suis pas à mon aise. Quel étrange sensation. J'aime pourtant toujours autant l'inconnu. Serait-ce l'éloignement avec mon domaine natal qui me fait réagir ainsi.

Ils partent déjà tout deux, j'accélère le pas et, sans interrompre leurs pas, leurs décrit plus ou moins mon appréhension.


Hem... Comme je l'ai dit, je ne suis pas le plus à l'aise quand il s'agit de briller devant des humains... Je vais rester un peu en arrière pour m'habituer... Mais....euh... je jouerais aussi !... Après.

Et voilà que je bafouille, bravo, quelle entrée en la matière. Voilà, voilà, oubliez donc ça, je vous suis et participerai quand je m'en sentirais près. Je n'ose imaginer ma tête actuellement. Aller, on se reprend et on avance. J'espère qu'ils comprendront. Au pire, je subirais, sans à-coup, quelques moqueries.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Anciens Joueurs


▼Afficher le Profil▼
Date d'inscription : 22/08/2013
Messages : 99
Inventaire▲

Aventure #22 écrite Jeu 29 Aoû - 16:25

Je suis mes deux compères en traversant la forêt. Mon corps humain est différent que celui de divinité. J'éprouve quelques difficultés à marcher, à sentir et ressentir, à voir les choses qui m'entourent. Même le piaillement des oiseaux, pourtant banal, me paraît avoir changé. Je le perçois différemment.
Le soleil sur ma peau me fait lui aussi un effet nouveau. Je sens une chaleur de plus en plus forte au fur et à mesure que je marche. Mes jambes, peu habituées, commencent à me lancer. Mais par souci de commodité, je m'abstiens du moindre commentaire. J'ai aussi l'impression d'avoir une tête plus lourde... Mes pensées sont toutes tournées vers le jeu auquel nous allons nous adonner. Je panique presque. Des questions me tracassent, tourbillonnant furieusement dans ma tête : "Qu'est-ce que je vais bien pouvoir dire ? Est-ce que je n'aurai pas l'air ridicule ? Ferai-je un bon humain ?"

La voix de Nephylim me ramène à la réalité. Il semble s'être arrêté derrière nous, ou au moins a ralenti le pas. Je n'entends pas ses paroles. Ou plutôt, je les entends mais ne les écoute pas.
Le village se tient devant nous. Des éclats de rire et des cris joyeux résonnent, des enfants comme le petit Letto... Ils doivent jouer à la balle, faire de la corde à sauter ou que sais-je encore ? Voyant que mes compagnons se montrent légèrement... timides ? Ou peu enclins à y aller en premier. J'aspire un grand coup en voyant une humaine arriver dans notre direction, un seau en bois rempli de tissu humide sur le côté, probablement pour le faire sécher au soleil. C'est donc à moi de commencer ? Je cherche quelques rimes dans ma tête et m'élance.

Je parviens à détailler l'humaine au fur et à mesure que je me rapproche. Elle est grande et svelte, blonde aux yeux verts, vêtue d'une longue robe blanche à la manière d'Ephylix, et me regarde arriver vers elle, une expression étrange sur le visage.
Je m'arrête à son niveau et m'incline bassement. Lorsque je relève la tête, je m'aperçois qu'elle n'a pas bougé et qu'elle fixe mes cheveux d'un air désarçonné.


- Un problème, madame ?
- Vos... cheveux... sont bleus... Et je ne suis pas une dame, simplement une demoiselle...

Un sourire désolé passe sur mon visage. Effectivement, j'ai pas compris la différence entre dame et demoiselle, mais c'est pas grave.

- Je me présente, Letto, simple pêcheur d'un petit village situé assez loin d'ici. Il se trouve que...

Je m'interromps. Je dois trouver une excuse avant de déclamer ma poésie...

- ... que je participe à un concours de poésie orchestré par des personnes de ma connaissance. Je vais donc déclamer un de mes écrits et j'aimerais que vous me donniez votre avis après coup !
- B... Bien sûr ! répond-elle en rougissant d'un coup d'un seul.

Ne prêtant pas attention à cette réaction illogique, je me racle la gorge et commence.


- Vous, ô belle humaine, qui n'êtes qu'une demoiselle,
Sachez que votre beauté m'interpelle que dis-je, m'ensorcelle,
Que la prunelle délicate et que le vert de vos yeux
N'ont d'égaux que les plus beaux atours des dieux.

Je vous vois marcher sur ce sentier, juste devant moi,
Déambuler de manière gracile avec votre seau de bois
Effectuer corvées et ménage alors que votre beauté de reine
Vous permettrait d'être couronnée souveraine.

Expliquez-moi donc, belle inconnue dont j'ignore le nom,
Pourquoi vous fournissez des efforts que vous seriez, je le crois,
En droit d'imposer à autrui, afin de sympathiser avec moi.
Ce court texte s'arrêtera ici, ni trop court ni trop long.


- Ben... Je... Euh... Merci... Je... m'appelle Cassandre... En... Enchantée... Letto.


▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Ephylix
avatar


▼Afficher le Profil▼
Féminin
Crédit Avatar : Image d'un inconnu mais graphisme par moi o/
Date d'inscription : 18/08/2013
Messages : 2433
Double Compte : Nausicaä Ludwiga
Elément : Terre
Métier : Méchante modo sadike
Invocation(s) : Moi même
Invocateur : Kris Le PAS Magnifique !
Inventaire :
Sac sans fond:
 

Vêtements:
 

Armes:
 

Autre:
 

Sceau personnel:
 


Sorts :
Sorts:
 

Inventaire▲

Aventure #23 écrite Jeu 29 Aoû - 16:26

Elle regarde Letto s'engager sans peur vers un humain, une femme. Elle rit légèrement à l'expression apeurée de la jeune femme. De plus, le poème qu'il lui déclame semble lui faire de l'effet puisqu'elle bafouille et rougit. Ephy ricane avant de regarder Nephylim qui semble réticent à aller à l'encontre d'humains.

Sans rien lui demander, elle lui prend la main et l'emmène vers Letto. Elle a retrouvé ta joie bien que ce sentiment d'infériorité reste toujours présent. Il lui faut s'amuser à présent, oublier ce qui appartient au passé et penser à l'avenir.

- Letto, mon frère ! Tu commences le jeu sans nous attendre ? Bien, très bien. Rien que pour cela, Nephy et moi allons commencer par deux, rit-elle.

Puis embrassant son frère sur la joue, elle entraine Nephy vers les gens qui les regarde étrangement. Elle sourit de plus belle. C'est devant une petite fille d'une dizaine d'années environ qu'elle s'arrête. L'enfant riait aux éclats devant un bassin d'eau remplit d'une multitude de poissons multicolores. La tigresse posa une main sur son épaule, la faisant se retourner. L'enfant prit d'abord peur mais l'innocence revint de suite après.

- T'es qui ? demanda-t-elle.
- Je m'appelle Ephy et voici Nephy, mon frère. Et toi ma jolie, c'est quoi ton prénom ?
- Emily. Pourquoi vous êtes là ?
- Oh, nous jouons à un jeu.
- Je peux jouer aussi ?

Décidément, les enfants avaient si peu conscience du danger. Leurs intentions auraient été moins nobles, l'enfant serait dans de beaux draps ! Enfin, elle rit et s'assit sur le bord de la fontaine, incitant Nephy à faire de même.

- Regarde et apprend, lui murmura-t-elle.

Ephy tourne la tête vers l'enfant qui la regarde avec impatience. Elle lui offre son plus beau sourire avant d'annoncer:

- Bien sûr que tu peux jouer ! Mais va falloir m'écouter avant.
- Oui !

Un rire bref puis elle reprend:

- Douce innocence fleurie,
Bientôt tu rejoindras les grands,
Bientôt l'enfance passera
Et finie sera l'innocence.
Profite de cet instant magique,
Insouciant. Profite de ce que tu perdras plus tard
Lorsque tes ennuis arriverons
De pair avec de belles choses.

- C'est jolie !!! Comment tu fais pour dire des mots comme ça ?
- Ça vient avec le temps. Tu verras, toi aussi tu pourras dire des choses comme ça.
- Et ton frère il me dit pas des mots comme toi ?
- Si, c'est ça notre jeu.

Elle rit encore en regardant Nephylim pour l'encourager à prendre parole.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Nephylim
avatar


▼Afficher le Profil▼
Masculin
Date d'inscription : 25/08/2013
Messages : 112
Double Compte : Aënaelle Litios
Elément : Eau
Invocateur : Nathaniel, l'assassin qui n'a pas besoin de moi ^^'
Sorts :
Liste des sorts:
 
Inventaire▲

Aventure #24 écrite Jeu 29 Aoû - 16:27

On ne me tint pas rigueur de ma réticence à m'élancer ainsi dans le village. Au contraire, on me montra le chemin, voir même m'entraîna sur la voie selon le point de vue.
Ce qui, en réalité, facilitait bien les choses. C'est tellement plus simple de se laisser guider et c'est donc tenant la main d'une Ephylix exprimant son amusement qu'il rejoignit son frère. Ce dernier ayant déjà commencé à déclamer sa geste, paroles qui, de ce que je voyais, étaient au gout de la demoiselle à qui elles s'adressaient. Une chose est sûr, Letto a marqué le premier point.

La jeune femme se reprend quelque peu quand nous arrivons et que ma cousine, moqueuse, marque son affection avant de m'entraîner ailleurs dans le village. Là, devant une fontaine poissonneuse, elle interpelle une enfant avant de se présenter et d'accepter qu'elle se joigne à nous pour le jeu.
Sur le visage de l'enfant de Terra, s'affiche un drôle d'air, qui disparait bien vite pour laisser place à l'attendrissement. La fillette semblait avoir touché ma cousine par ses réponses franches.
Et je pensais comprendre de quoi il s'agissait. Cette naïveté et cet audace qui était caractéristique des plus jeunes avait quelque chose de touchant. Ce qui ne m'empêchait pas de me passer de tout commentaire.

Aux premières années de la vie, on se croit immortel, voilà pourquoi on ose tant de choses. Avec l'âge viens la sagesse... parfois. J'en sais quelque chose.
Je m'assois aux côtés de la demoiselle m'ayant guidé jusqu'ici, mon regard se perdant un instant sur la faune de bassin. Me demandant de qui provient cette création aquatique avant de me reprendre : je ne suis pas ici pour ça.

Ephylix, avec la complicité de la jeune Emily, commence alors son récit. L'enfant apprécie et je dois dire que ce n'est pas pour me déplaire non plus. Quand, sans prévenir, viens mon tour.
Ô, bien sûr que je m'y attendais, mais j'aurais du mieux m'y préparer. Je parti alors d'un petit rire avant de répondre, opposant mes mains au regard amusé de la jeune femme devant moi.

D'accord, d'accord, après tout, c'est mon tour.

Je fixe le ciel et cherche sur quoi m'exprimer. Letto a choisi l'amour et la beauté, Ephylix l'innocence. Quelle sera ma muse ? Qu'est-ce que je ressens actuellement ? Je me rends compte que je suis simplement heureux. Pourtant, je n'ai rien fait de spécial, je profite juste d'un jeu avec des personnes qui m'étaient encore inconnus il y a quelques heures, mais que j'apprécie déjà.
Et ma jumelle n'est pas là, c'est tellement rare que je me demande si ce n'est pas la première fois.
Je me racle la gorge avant de commencer, ne sachant même pas ce que va donner mon essai.


Allégresse et euphorie,
Vous qui partagez nos vies.
Joignez vous donc à nous,
Que nos liens ne forment qu'un tout.

Pour chaque moment clé,
Pour l'éternité.
Suivez nous,
Guidez nous.

Vous voilà, à chaque instant que je vis,
Je vous voie dans les yeux de mes amis.
Ne partez pas sur l'heure,
Je n'en ai que trop peur.

Restez, muse du bonheur.
Restez, partagez nos joies.
Restez, chassez nos malheurs.
Restez, vous seule en avez le droit.

Je laissais planer un long silence avant de demander

C'était pas trop mauvais ? Si ?

Aller savoir, pour une première fois, je pense m'en être pas trop mal tiré... Et puis, devant une enfant, je pouvais au moins éviter les sujet plus sombre de la vie. Même si ma sœur d'Aqua se serait empressée de critiquer...
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Membres
Anciens Joueurs


▼Afficher le Profil▼
Date d'inscription : 22/08/2013
Messages : 99
Inventaire▲

Aventure #25 écrite Jeu 29 Aoû - 16:27

La réaction de Cassandre n'est pas pour me déplaire. Soit je suis parvenu à la toucher avec mes mots, ce qui représente une grande réussite pour moi, soit c'est ma métamorphose qui me fait gagner des points, ce qui représente là aussi quelque chose de particulièrement encourageant. Du coin de l'œil, j'aperçois Ephylix et Nephylim en train de discuter avec une petite fille.
Visiblement, le poème que ma cousine lui a raconté a fait ses preuves. La fillette semble enthousiasmée, et elle regarde avec attention mon frère qui se lance à son tour. D'abord embarrassé, il a l'air de vite reprendre le dessus.

Bien que je n'entende pas la teneur des propos, je peux facilement constater que la petite bat des mains et sourit de toutes ses dents, d'un large sourire radieux. Cette vision me touche, étonnamment. J'ai l'impression de revoir le petit Letto, si innocent et si joyeux en toute occasion.
Cassandre se racle alors la gorge comme pour me rappeler sa présence. Je me retourne vers elle, légèrement confus.


- Vous aviez bien parlé de... sympathiser, non ? me demande-t-elle en détournant le regard.
- Euh... Oui, c'est c'que j'ai dit...

Et c'est là que je me rends compte de ma bêtise. J'ai dû dire ça comme si je m'en moquais, visiblement. Elle écarquille les yeux et affiche un air presque déçu.

- Je vous laisse me guider jusqu'à un endroit que vous appréciez, demoiselle Cassandre !

Je m'empresse de la pousser en avant, tout en affichant un sourire qui se veut convaincant. Elle a l'air de me croire et commence à avancer. Elle m'emmène ensuite jusqu'à un bar. J'essaie de capter l'attention de mes deux confrères afin de leur indiquer où je vais, le tout silencieusement et en agitant mes bras et mes mains dans tous les sens, aussi discrètement que faire se peut.

Cassandre me fait entrer dans une taverne où des gens rient et boivent, chantent et dansent, jouent aux cartes et aux dés. Et elle s'approche du tavernier, affairé derrière son comptoir, en lui chuchotant quelque chose à l'oreille. L'homme se tourne vers moi, un sourire ravi sur le visage. Il me fait signe d'approcher, ce que je fais en me méfiant cependant. Je préfère conserver ma couverture d'humain, mais je ne sais pas ce qu'ils ont de prévu pour moi... Ce patron a l'air trop heureux...


- C'est un heureux hasard que vous soyez artiste, mon ami. Notre barde est tombé malade et personne ne peut assurer de spectacle ce soir. Vous tombez à pic... et vous serez bien évidemment payé. Ma fille m'a assuré que vous pourriez nous divertir !

Je me tourne mollement vers Cassandre qui m'adresse un joli sourire bien mielleux.

- Nous vous attendrons au coucher du soleil. Et encore merci pour votre dévouement !

Je déglutis, pris au piège. D'un certain côté, c'est ce que je voulais faire, non ? Je... Je crois, oui.
▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
 

Un lac et de la poésie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Lieux Méconnus :: Les Rêveries-