Réminiscence d'un miroir brumeux

Partagez

Réminiscence d'un miroir brumeux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Lagertha
Lagertha
Admin Obli



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Actif
Crédit Avatar : Project Badwater: Doherty
Date d'inscription : 11/05/2017
Messages : 835
Liens vers la fiche : Fiche
Métier : Cheffe de Clan
Invocation(s) : Galifey & Xion
Inventaire : Réminiscence d'un miroir brumeux 994377tsuris 10 128 Ŧ
Réminiscence d'un miroir brumeux Qlif Gourde
┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈
Réminiscence d'un miroir brumeux 181005090532205186Armement
Équipé ▼:
 

┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈
Réminiscence d'un miroir brumeux Y0ai Sac sans fond
Arme(s) ▼:
 
Objet(s) Magique(s) ▼:
 
Objet(s) Curatif(s) ▼:
 
Objet(s) Divers ▼:
 
Provisions ▼:
 




▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #1 écrite Sam 20 Juil 2019 - 22:28









Réminiscence d'un miroir brumeux

Quel idée d'avoir sa tronche placardée sur tous les murs ? Je vous jure. Pas que le principe me gêne en soit, c'est plutôt toutes les conséquences que ça entraine et ça en a entrainé vraiment beaucoup. Bien obligé maintenant de demander à Xion de faire mes courses ou de se déplacer la nuit, histoire de faire profil bas un maximum. Ezelya nous avait déposé au nord de la plage Lilyn, moi, Xion, Gyllir et le variquan que j'avais cédé à la renarde pour l'occasion. C'était assez amusant d'ailleurs de la voir évoluer sur cette bestiole, moi même je n'étais pas des plus à l'aise sur leur dos, alors elle. Surtout, grâce à elle et à sa petite virée à la capitale, à laquelle j'avais dû renoncer pour des raisons évidente, on pouvait évoluer facilement avec cette sève luminescente. J'en avais entendu parlé mais n'en avait jamais utilisé jusqu'à maintenant et je dois avouer que c'est bien pratique. J'avais, en plus de tout le reste, revêtue ma cape dont la capuche dissimulait ma tête et il en était de même pour Xion, à qui j'avais cédé la deuxième.

Toujours est-il qu'une fois les sabots à terre, il nous fallait rejoindre la rivière et la descendre, pour retrouver le temple de Terra. C'était la seule raison valable pour crapahuter sur les Terres du Prince, aussi près de la Capitale. Il m'avait conseillé de m'allier avec un enfant de Terra et j'allais au moins essayer, parce que ça me semblait effectivement judicieux. Mais à cette simple idée, voguant vers le souvenir de sa noirceur, une profonde amertume s'empare de ma gorge et de mes tripes, secouant mon crâne après avoir demeuré dans le silence quelques instants. Relevant la tête, j'apercevais Xion à mes côtés, métamorphosé pour la discrétion. Je ne lui avais d'ailleurs pas encore parlé de mon intention d'aller tenter une nouvelle épreuve. Et la simple pensée qu'elle puisse être contre me fait lentement baisser les yeux.

Avant toute chose, il fallait faire une pause. J'indiquais à Xion, d'un mouvement de tête, que je voulais qu'on se rapproche de la rivière qu'on apercevait un peu plus loin, ainsi que l'orée de la forêt de Zan par laquelle on allait passer. Plus prudent, moins à découvert. J'avais dans l'idée de me laver les cheveux parce que, non, je ne l'avais pas fais avant et vu ce que j'avais utilisé pour leur donner une couleur plus sombre, il était grand temps de se défaire de tout ça. Et puis, une petite pause ne serait pas de refus, on avait touché terre à la tombée du jour et la nuit était bien noire à présent, ça faisait un petit moment qu'on chevauchait maintenant, puisqu'on évoluait plutôt lentement et prudemment. Je prends donc le soin de trouver un endroit sympa, passé la rivière grâce à un pont, surtout avec de quoi attacher le variquan, l'arbre le plus proche ferait l'affaire. Je n'avais pas d'inquiétude concernant Gyllir, même si elle faisait le choix de fuir, elle était éduquée pour revenir à mon sifflement et puis, c'est une dur à cuire. Par contre, les variquans...  Nous rapprochant donc suffisamment de la rivière, je descends du dos de Gyllir avant d'attraper dans mon sac sans fond, accroché à sa selle, le savon pour cheveux que j'avais acheté à Rorn.

❝ On fais une pause ici, je vais en profiter pour me laver les cheveux. ❞

J'avais informé Xion en lui accordant un léger sourire avant de détacher ma fiole de sève et rejoindre la rivière, au bord de laquelle je m'agenouillais et déposais ma source de lumière. J'enlevais ensuite ma cape, que je déposais à côté de moi puis penchais un peu la tête, pour essayer de mouiller mes cheveux en les plongeant dans l'eau. Mais c'était sans compter mon attirail et surtout mon plastron qui ne m'aidait pas à me mouvoir tranquillement. Râlant de bon cœur, je m'attèle à l'enlever pour poursuivre mon œuvre. C'était déjà mieux. La tête sur le côté, le buste penché, mes cheveux complètement détachés plongeaient d'un bon tiers dans l'eau et de mes paumes creusent acheminait le liquide plus haut. Ça n'allait pas assez vite. Me penchant alors encore plus, les mains poser sur la rive pour ne pas plonger la tête la première, mon crâne touchait enfin la surface de l'eau fraîche, ce qui je dois dire était plutôt vivifiant. D'une main, j'agitais ma chevelure pour la tremper un maximum avant de me redresser un peu pour pouvoir y ajouter le savon que je frictionnais. Une bonne odeur commençait déjà à s'en dégager ce qui n'était pas pour me déplaire.

Codage par Libella sur Graphiorum


Réminiscence d'un miroir brumeux 6imbRéminiscence d'un miroir brumeux Gjxg

▼ Succès ▼▲ Succès ▲


Dernière édition par Lagertha le Ven 3 Jan 2020 - 19:48, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Xion
Xion
Invok eau



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Actif
Crédit Avatar : squidina
Date d'inscription : 15/08/2018
Messages : 145
Double Compte : Valion, Qilin
Liens vers la fiche : Qui j'étais
Qui je suis

Elément : Eau
Invocateur : Lagertha
Inventaire :
Ͼ Équipement:
 

Ͼ Sac en cuir:
 

Sorts : eau_2;
glace_2;
apathie_3;
branchies_3;
transfert_5;
intangible_0;
rage_5;
aquakinesie_0;
tempete_3;
metamorphose_6;
saignee_5;
soin_2;
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #2 écrite Jeu 15 Aoû 2019 - 13:49

Réminiscence d'un miroir brumeux
Après une virée en mer aux côtés de leurs alliés, la terre les rappelle à la réalité. Xion regrette le vent marin qui joue avec ses cheveux et ses moustaches. Le sel qui se dépose sur sa peau et se cristallise entre ses écailles. Un éclat loin du monde. Un refuge au cœur de la tempête. Mais elles ont une rébellion à mener. Rorn est déjà en ébullition. Lagertha doit agir, même si elle ne doit pas se faire repérer.

La renarde, sous ses traits humains favoris, ressasse les événements de la cité du Nord. Ceux relatés par son humaine en tout cas. Son voyage bref et intense à la capitale lui a apporté plusieurs produits et informations, tous transmis à sa cheffe. Celle-ci lui a gentiment lu le journal à voix haute. Ça lui remémore un temps où quelqu'un lui contait nombre d'histoires. Sauf qu'ici, le danger est réel, et les concerne directement.

Assise pas très confortablement sur sa monture d'emprunt, l'enfant divine songe à leur objectif. Elle pense être en route pour Sirk. Cette idée et le mystérieux personnage qu'elle renferme assombrit son visage pâle. Puisque Lagertha possède la carte, rien ne lui indique le contraire. Elle ne sait pas grand-chose du Comte. Son humaine reste silencieuse à son sujet. Trop. Elle a presque envie de solliciter Galifey afin de découvrir s'il possède plus d'informations. Presque.

Une pause. La petite humaine qu'elle incarne acquiesce. Ses yeux à demi-clos scrutent les environs. Elle a beau persister, l'obscurité lui refuse ses attraits sous cette métamorphose. Sa cheffe s'occupe d'attacher le variquan puis lui adresse un sourire. Xion lui renvoie timidement. Ses iris double brille d'une lueur joyeuse. Elle observe la jeune femme s'affairer et refrène les questions qui trottent dans son esprit. Tu ne veux pas que je me-transforme ? Non, la discrétion avant tout. Tu es sûre de ne pas avoir besoin d'aide ? Elle devrait probablement garder ses forces pour les dangers alentours.

Alors elle reste là, les bras ballants. Son regard se balade. Il tombe sur la bestiole nerveuse à la peau encore plus sombre que la nuit. Plusieurs heures passées en sa compagnie et elle ne sait toujours pas comment l'appeler. C'est dommage non ? La jument répond à de simples sifflements mais pas lui. La renarde humaine joint ses petites mains derrière son dos. Elle demande sur un ton innocent :

« Je peux lui donner un nom ? »

Ce pelage particulier lui évoque quelques souvenirs imprécis. Un nom chantant glisse sur sa langue. Elle n'attend que l'autorisation pour le prononcer. Celle-ci donnée ou refusée, elle reprend son passe-temps : observer en silence. Sa respiration est détendue. Les pensées vont et viennent. La curiosité les guide. D'une même voix, elle finit par demander, cédant au besoin de savoir qui l'habite de plus en plus.

« On va où au fait ? »

Le blanc et le noir fixe la courbe du dos de son invocatrice. Elle semble finalement s'en sortir contre la teinture brune qui empêtre ses jolis cheveux blonds. Xion sourit discrètement. Elle est rigolote à se frictionner la tête de la sorte.

Réminiscence d'un miroir brumeux Lagert13
Codage par Libella sur Graphiorum
Crédits Image - Lente Scura



Réminiscence d'un miroir brumeux Xion_s11

Forme entière:
 
Formes humaines:
 

Réminiscence d'un miroir brumeux Emprei10
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Lagertha
Lagertha
Admin Obli



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Actif
Crédit Avatar : Project Badwater: Doherty
Date d'inscription : 11/05/2017
Messages : 835
Liens vers la fiche : Fiche
Métier : Cheffe de Clan
Invocation(s) : Galifey & Xion
Inventaire : Réminiscence d'un miroir brumeux 994377tsuris 10 128 Ŧ
Réminiscence d'un miroir brumeux Qlif Gourde
┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈
Réminiscence d'un miroir brumeux 181005090532205186Armement
Équipé ▼:
 

┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈
Réminiscence d'un miroir brumeux Y0ai Sac sans fond
Arme(s) ▼:
 
Objet(s) Magique(s) ▼:
 
Objet(s) Curatif(s) ▼:
 
Objet(s) Divers ▼:
 
Provisions ▼:
 




▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #3 écrite Jeu 15 Aoû 2019 - 18:16









Réminiscence d'un miroir brumeux

Je frottais, plongeais mes cheveux dans l'eau, frottais encore, reprenais un peu de savon, frictionnais ma tignasse avec et la replongeais. Je ne savais même pas où j'en étais, il y avait parfois de l'eau qui se glissait entre mes paupières, dans mes oreilles aussi, surtout la gauche recouverte par beaucoup de ma chevelure, la tête penchée sur ce côté. La droite était alors complètement libre d'entendre la question de Xion qui m'interpellait. Mon visage se tournais alors quelque peu vers elle, d'autant qu'il le pouvait de par ma position.

❝ Euh, oui, si tu veux. ❞

Je revenais ensuite à mon occupation du moment. Grâce à la fiole luminescente, je pouvais voir qu'avec beaucoup de ténacité, ma chevelure commençait à retrouver son teint naturel. Bien, j'aurais bientôt fini visiblement. C'est vrai que je n'avais pas donné de nom à ce variquan. Je n'y avais même pas pensé à vrai dire, il m'importait assez peu. Il était utile bien sûr, mais j'avais une certaine aversion pour ces bestioles, sans trop savoir pourquoi. J'affrontais encore ma crinière récalcitrante quand une seconde question m'immobilise soudainement et mon souffle se coupe un instant. Je ne lui en avais même pas parlé. Elle ne savait pas pourquoi nous étions ici et surtout où nous allions. J'avais complètement oublié de l'en informer. Ah oui ? Vraiment Lagertha ?

A nouveau, cette fois-ci plus lentement, mon visage se tourne en sa direction, sans la voir pourtant, puisqu'elle se tenait derrière moi et que moi, j'avais le crâne occupé de l'autre côté. Mes lèvres s’entrouvrent, pour commencer à lui répondre alors que mon regard décline.

❝ Euh, on va vers le sud pour... ❞

Gyllir s'agite, le variquan aussi. Bien malgré moi, je n'ai même pas le temps de me tourner vers eux que je comprenais déjà, alors que je n'avais rien noté d'étrange. J'entends Xion s'écrouler et mon sang ne fait qu'un tour. Je me redresse et me tourne vers elle avant de sentir un violent choc derrière mes jambes qui me fais tomber à genou, avant qu'on envoie mon visage s'écraser au sol d'une poigne féroce. A mon tour, je me mets à gronder, grogner et me débattre mais on me maintient les bras dans le dos, ainsi que les jambes et je cesse de m'agiter soudainement quand je sens la morsure d'une lame flirter avec mon cou.

Le calme est soudainement revenu. Mon regard gravis le couteau qui tranche ma peau. Il est tenu par un homme accroupis, dont je discerne à peine les traits, l'ombre d'une capuche camouflant son visage. Il me fait signe de me taire, en posant son doigts sur ses lèvres. Est-ce que c'était Lui qui venait me punir ? On commence alors à ligoter mes poignets, violemment, ainsi que les chevilles et malgré tout, je ne parviens pas à rester silencieuse. Quelques grognements s'échappent tandis que je lève les yeux vers Xion qui avait perdu connaissance. Un autre homme s'attèle à la ligoter elle aussi, après s'être dévoiler de sa cape d'invisibilité. C'était donc ça. Il faudrait vraiment que je m'en procure une. Putain mais comment je pouvais penser à ça maintenant ? Mon inquiétude se pose toute entière sur Xion, qu'on malmène avec une brusquerie machiste. Je gronde à nouveau et tente de me défaire, mais bien vite, on me passe un bâillon de tissu entre le croc, avant que les deux hommes dans mon dos, que j'avais pris le temps de compter, ne me relèvent avec une merveilleuse délicatesse.

Ainsi sur mes pieds, je ne pouvais m'empêcher de reprendre les hostilités, à essayer de me défaire de leur emprise mais à nouveau, c'est son couteau qui viens à ma gorge, plus profondément cette fois. Je relève le menton, comme pour m'en défaire vainement et il y plonge encore un peu plus. Je sens alors ma peau s'entailler, ma chair se fendre et mon sang couler quand il s'approche de moi, lentement, comme un serpent. Son souffle putride se confond avec ma respiration tant il rapproche son visage du mien. Je discerne alors un peu mieux ses yeux, son nez sa bouche. Ce n'est pas lui. Mais où avais-je l'esprit pour en être rassuré ?! A moins que... l'avantage d'avoir côtoyé le Démon, c'est que peu d'autres hommes peuvent espérer me faire peur.

Il continu à s'approcher, jetant un œil derrière moi, vers ses acolytes surement alors que mon regard tente de prendre la même direction. Sa main s'insinue alors dans mon dos, presque avidement, atteignant la dague qui y était accroché avant de m'en défaire. J'aperçois un sourire se dessiner sur son visage, je reconnais ce sourire. Je me demandais quand des mercenaires allaient nous tomber dessus, mais il n'était pas seulement ça, non. Ses lèvres s'approchent de mon oreille, lentement.

❝ Je peux te ramener vivante ou morte, mais d'ici là, on m'a pas dit comment je devais m'occuper de toi. ❞

Je sens sa langue, épaisse et visqueuse, s’aplatir sur la naissance de mon cou et  ramper jusqu'à mon oreille, alors que l'eau dans mes cheveux glisse en sens inverse. Je grogne et essaye d'esquiver cette atteinte immonde, mais sa lame m'arrête encore, glissant même de quelques centimètres le long de ma peau, creusant un sillon un peu plus long encore. Ma respiration s'était accélérée depuis longtemps, mais ce n'était que maintenant que j'en prenais conscience, que je prenais conscience de tout. Mon regard se détache alors cet abominable humain, qui commençait à me reluquer vers le bas, sans s'être éloigné de moi, laissant courir la lame que le Démon m'avait offerte, vers des endroits qu'ils visait.

Il y avait lui, les deux derrière moi, deux autres qui s'occupaient de finir de ligoter Xion, qui n'avait toujours pas repris connaissance, un qui ne parvenait pas à calmer Gyllir, deux derniers qui surveillaient les environs. Ils étaient huit en tout. Tout ça pour moi ? Que d'attention. Mais je n'avais pas envie de rire, l'état de Xion me préoccupait et mon regard était vissé sur elle tandis que je ne faisais même plus attention aux agissements de celui qui commençait déjà à toucher à des choses qui ne lui appartenaient pas. Je ne le sentais presque pas finalement, je la fixais, étendue sur le sol et j'espérais me découvrir un don de télépathie. Ça serait bien, là, maintenant. S'il te plait Xion, réveilles-toi. Réveilles-toi. Bordel, réveilles-toi !

Codage par Libella sur Graphiorum


Réminiscence d'un miroir brumeux 6imbRéminiscence d'un miroir brumeux Gjxg

▼ Succès ▼▲ Succès ▲


Dernière édition par Lagertha le Dim 22 Sep 2019 - 17:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Xion
Xion
Invok eau



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Actif
Crédit Avatar : squidina
Date d'inscription : 15/08/2018
Messages : 145
Double Compte : Valion, Qilin
Liens vers la fiche : Qui j'étais
Qui je suis

Elément : Eau
Invocateur : Lagertha
Inventaire :
Ͼ Équipement:
 

Ͼ Sac en cuir:
 

Sorts : eau_2;
glace_2;
apathie_3;
branchies_3;
transfert_5;
intangible_0;
rage_5;
aquakinesie_0;
tempete_3;
metamorphose_6;
saignee_5;
soin_2;
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #4 écrite Ven 16 Aoû 2019 - 12:47

Réminiscence d'un miroir brumeux
Kuro. La bestiole qu'elle prend peu à peu en affection va s'appeler Kuro. Voilà ce que cette robe sombre lui inspire. La renarde aux traits de femme saisit vaguement le fil de ses souvenirs. Elle se rappelle avoir passé quelques temps avec certains de ses enfants qui parlaient ce langage. Sur une île, aussi. Mais bien plus grande. Ce qui ne l'a pas empêché d'être rapidement engloutie par la colère de sa Mère.

Xion ne remarque pas l'indifférence dans la réponse de Lagertha, ni même l'hésitation dans le début de la seconde. Ses sens sont tellement amoindris sous cette forme qu'elle ignore les pas feutrés qui se rapprochent. La sécurité de leur séjour maritime lui a fait baisser sa garde. Ses demandes insouciantes et son état d'esprit léger la rendent vulnérable. Seul l'instinct des animaux parvient à combler ces lacunes. Trop tard. Elle ne voit pas le coup venir et heurte brutalement le sol, touchée en pleine tête.
Réminiscence d'un miroir brumeux Main10

Noir. Tout est noir. Son esprit erre dans les abysses. Quelques points lumineux apparaissent de temps à autre. Des bouts de conscience. Des miettes de sensations. Rien d'assez probant pour la tirer jusqu'à la surface. Mais elle remonte, doucement. Son petit corps humain se rappelle à lui par intermittence. Le sol d'abord. Droit. Ferme. Humide. Omniprésent. Elle est couchée ?

Puis elle arrive d'un coup. La douleur. Ses fines lèvres se tordent. Son visage se déforme en une grimace. Xion gémit sans s'en rendre compte. Ses côtes brûlent d'un feu qui la dévore autant à l'extérieur qu'à l'intérieur. Il engourdit ses pensées. Exacerbe et étouffe ses sens simultanément. Sa tête bourdonne. Elle n'a pas besoin de toucher pour savoir qu'un liquide chaud macule sa tempe gauche et s'est répandu sur son œil, sa pommette, sa joue, et maintenant son cou.

Les différents faciès de la Chimère lui reviennent vaguement en tête. La dernière créature à l'avoir blessée. Elle est morte. Sa rage s'est repue de son sang. Mais cette souffrance est singulière. Car ce corps est si faible. L'odorat lui revient avec peine. Xion ouvre les yeux. Tout est noir. Elle ne distingue même plus la nuit. Un râle s'échappe de sa gorge. Elle a tellement mal.

Son corps s'accroche instinctivement à tous ces petits signes de vie. Il essaie de remuer. Difficile, avec ses mains et ses chevilles attachées. Des bruits sourds. Des échos de voix imperceptibles. Pourquoi la douleur prend tellement de place ? Un son, plus ténu que les autres, attire son attention. Ses réflexes et son histoire, malgré cette forme artificielle, demeurent enfouies. L'écoulement de la rivière. Xion se focalise dessus. Son esprit s'éveille. C'est suffisant.

Qu'est-ce qui se passe ? Où est Lagertha ?

« Lala- »

Son murmure rauque s'évanouit. Ça bouge au-dessus d'elle, autour d'elle. Elle se tortille malgré les supplications de ses membres endoloris. Elle y voit flou. Mais elle entend quelqu'un remuer. Un grognement. Entravé. Familier. Celui de son humaine. Un courant électrise l'ensemble de ses nerfs. Xion crie. Un râle qui gratte les parois de sa peau pour s'extirper de là. Une rage qui défie la présence du bâillon en écorchant les côtés de sa bouche. Ses forces ont beau être maigres, elles déploient sa voix de façon inhumaine.

Ses bras et jambes grandissent. Sa peau bleuit, et se durcit. Ses canines poussent. Sa gueule s'allonge. Et son cri pourtant humain se mue en hurlement bestial. Puissant. Incontrôlé. Fou. Pire que le sifflement qui martelait son crâne il y a quelques secondes. Bien pire. Il transperce l'obscurité et condamne l'ouïe de leurs assaillants un bref instant. De Lagertha aussi, probablement.

Les cordes cèdent sous la pression d'un corps bien plus lourd que cette enveloppe chétive. Elle se gorge des expressions surprises qui l'accueillent. La magie pulse dans ses veines et ses moustaches. Sa queue fouette l'air, faisant jaillir trois pics gelés. Semblables à des stalactites, ils ne sont pas très grands. Leur pointe acérée transperce le pied de trois mercenaires. Les deux plus loin et celui affairé auprès de la jument. Leur éclat de douleur ne fait qu'alimenter le torrent qui ravage son être. Son mouvement prend fin dans les jambes des deux plus proches d'elle. Ils tombent au sol sans aucune grâce. Le cheval s'enfuit. Xion ne tolérera aucune autre fuite. Aucun survivant.

« STOP ! Ou je lui tranche la gorge ! »

La demi-déesse toise l'humain. La bave dégouline de sa gueule béante, crocs devant. Un grognement sourd s'en échappe presque en continu. Son regard glisse sur son élue. L'odeur de son sang. La vue du liquide vermillon et de sa peau dénudée par endroit la rend folle. Ils ont osé. Son grondement devient plus profond, comme s'il surgissait de ses entrailles. Ses yeux agités accrochent ceux de Lagertha. La noirceur qu'elle y trouve confirme la sentence qu'elle leur prépare.

« Sombres idiots... »

Un jugement. Froid et implacable. Susurré du bout des lèvres. Celui de la mort.

Si un monstre tel qu'une Chimère n'a pu lui résister, leur corps faible se brisera dans les flots de sa rage. Ils ne sont que des animaux à côté. C'est elle, le monstre. Ses moustaches levées se mettent à vibrer. Son regard s'ancre sur la fiole de sève luminescente. Xion ouvre la gueule pour cracher un jet d'eau sur l'objet. Il tombe dans la rivière et son corps disparaît dans la pénombre. Les points lumineux se sont éteints en même temps. Seuls ses iris dansent dans l'obscurité. Et la rage se déverse librement.

Elle bondit. Trop rapide pour qu'ils anticipent.

« Vous croyiez qu'elle serait seule !? »

Ses crocs mordent la chair. Un craquement répugnant retentit. L'individu qui tient le couteau ayant mordu son humaine valse à quelques mètres dans un cri de douleur. Les têtes se tournent mais elle n'est déjà plus là. Elle ne s'immobilise jamais. Ses pas feutrés caressent l'herbe fraîche. Ses membranes nerveuses frémissent doucement au gré de la brise. Ses iris dorés embrassent la pénombre avec une clarté digne du soleil d'Ignis. Plus jamais une proie. Xion est une prédatrice. Elle se glisse dans l'ombre de la nuit, derrière les hommes, donnant l'impression d'encercler le groupe dans un étau mortel.

« Vous pensiez pouvoir l'emmener !? »

Les visages se retournent. Un des mercenaires a libéré son pied. Les deux près de Lagertha se rapprochent dangereusement. Elle fond sur eux. Un bruit visqueux éclate. Il n'y a pas de cri. Ses griffes s'abattent presque à la verticale sur le corps du second. Il s'effondre en hurlant. Mais elle ne l'entend pas. Les voix se perdent dans le chaos de son esprit. Seuls ses instincts percent le tambour de sa rage pour lui faire écouter la nature. Elle plonge son museau dans la plaie créée pour atteindre le cœur et rompre ses battements.

Elle est déjà sur un autre. Il n'y a plus de place pour les mots. Le rouge est si joli. Et tellement jouissif. Elle ne s'arrêtera pas tant qu'elle n'aura pas maculé cette terre.



Utilisation de Glace 2 x3 ; Eau 2 ; Rage 5.
Mana = 7/20


Réminiscence d'un miroir brumeux Lagert13
Codage par Libella sur Graphiorum
Crédits Image - Lente Scura



Réminiscence d'un miroir brumeux Xion_s11

Forme entière:
 
Formes humaines:
 

Réminiscence d'un miroir brumeux Emprei10
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Lagertha
Lagertha
Admin Obli



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Actif
Crédit Avatar : Project Badwater: Doherty
Date d'inscription : 11/05/2017
Messages : 835
Liens vers la fiche : Fiche
Métier : Cheffe de Clan
Invocation(s) : Galifey & Xion
Inventaire : Réminiscence d'un miroir brumeux 994377tsuris 10 128 Ŧ
Réminiscence d'un miroir brumeux Qlif Gourde
┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈
Réminiscence d'un miroir brumeux 181005090532205186Armement
Équipé ▼:
 

┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈
Réminiscence d'un miroir brumeux Y0ai Sac sans fond
Arme(s) ▼:
 
Objet(s) Magique(s) ▼:
 
Objet(s) Curatif(s) ▼:
 
Objet(s) Divers ▼:
 
Provisions ▼:
 




▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #5 écrite Ven 16 Aoû 2019 - 21:43









Réminiscence d'un miroir brumeux

La sève luminescente nous éclaire suffisamment pour pouvoir profiter du spectacle. Elle l'éclaire, Elle, alors qu'elle gagne en puissance, en rage, en divinité. Ils étaient pétrifiés, je sentais leur doigts se raidirent sur mes bras. Le temps me semblait suspendu, impalpable, la vision de cette fille d'Aqua était grandiose. Je me laissais bercer, tranquillement, à la contempler. Son cri me fait grimacer un instant bien sûr, mais je n'en ai rien à faire, les deux derrières ne me tenaient plus que d'une main d'ailleurs, l'autre étant occupée à protéger au moins une oreille. Et pourquoi je ne bougeais pas malgré tout ? Peut-être parce que je suis trop occupée à la regarder, à l'admirer, cette rage que je connais, qui me plait, qui m'anime. Peut-être est-ce la souffrance de ses hommes, dont les cris commencent à se refaire entendre des mes oreilles se remettant de leur douleur, l'instant d'avant. Ou peut-être était-ce, une nouvelle fois, cette lame qui se posait sur mon cou. Il me menaçait, à nouveau, mais je ne le regardais toujours pas. Mon regard sombre était vissé sur Xion et un léger sourire étirait lentement mes lèvres.

Ils n'apprenaient pas, jamais. Il n'aurait pas dû se contenter de me menacer, il aurait dû me tuer immédiatement. Quelle connerie. Un léger rire avait même eu l'audace de traverser mes lèvres. Les yeux de Xion trouvent alors les miens qui ne l'avait jamais quitté. Elle y verrait tout ce dont elle avait besoin en cet instant, la profonde noirceur, sombre et implacable. Je n'avais pas besoin de lui ordonner quoi que ce soit, je le savais, seul cet échange était suffisant. Ses mots révèlent un nouveau sourire, noir, carnassier. Les choses s'enchainent. La lumière n'est plus, seule la sienne est encore visible, si on parvient à l'accrocher cependant. Moi je ne m'y attarde pas, attendant seulement le moment d'agir.

Ah, je crois que c'est celui là. La lame s'arrache à ma peau, j'entends son cri s'éloigner et retomber brutalement sur le sol. Les deux derrière moi commencent à trembler, pire, ils lâchent prise et préfèrent se parer à une prochaine attaque. Idiots à nouveau. Je tombe alors mesurément à genoux, pieds et poings toujours liés. J'étais certaine qu'il l'avait lâché. Je me retourne alors, peut-être un peu difficilement et m'assois sur l'herbe, commençant à tâtonner l'herbe de mes mains. La voix de Xion résonne, le cris et angoisses se font entendre. Je tâtonne encore, levant les yeux au ciel comme pour mieux me concentrer. Pourquoi étais-je si calme d'ailleurs ? C'était étrange. Ah ! La voilà. Toujours assise, tranquillement sur cette herbe fraiche, je commence à sectionner la corde avec cette nouvelle lame, mais à en croire sa forme entre mes doigts, c'était la mienne. A nouveau, un léger sourire, j'étais plutôt soulagée de la retrouver, sans savoir pourquoi. Je touchais presque au but quand un éclat lunaire me fait voir l'un d'eux se ruant sur moi. Il était peut-être plus intelligent que les autres celui là, mais pas assez rapide. Les mains libres, j'ai à peine le temps de faire de même avec mes chevilles qu'il se jette sur moi, lame vers l'avant. C'est alors que, dans un râle sanguinaire, j'attrape son poignet, le tord et le dévie, enfonçant brutalement ma lame dans son abdomen, puis d'un revers dans sa gorge pour finir dans son cœur alors qu'il s’aplatissait enfin sur le sol. Trois coup pour le tuer. Seulement trois coups ? Ce n'était pas assez.

A moitié redressée, au dessus de lui, un autre apparaît sans que je n'y fasse attention. Je sens un lame digne d'une épée me fendre légèrement le flan alors que je l'esquive suffisamment pour n'avoir droit qu'à une sorte d’égratignure. Le temps me semblait comme... ralentit. C'était étrange à nouveau. J'attrapais le poignet qui s'était élancé, l'attirant d'autant plus vers sa trajectoire avant d'envoyer brusquement mon coude dans l'autre sens, s'écrasant sur le visage de celui là. De l'autre main j'attrapais son épée qu'il avait lâché et la retournais contre lui, l'enfonçant pleinement dans son abdomen, l'enfonçant encore à l'en faire tournoyer sur elle même. Un seul coup. Ce n'était pas encore assez, loin de là.

Un nouvel éclat nocturne me révèle que celui à la langue pendante tentait de s'échapper malgré sa jambe clairement en mauvais état. Il se trainait sur le sol, en gémissant comme une gamine. Faible. Je l'entends de Sa propre voix. Ce n'était pas moi qui était faible, plus maintenant. Lentement je me redresse, prenant presque mon temps alors que du fond sonore raisonnait les os qui craquent, les chairs qui se déchirent. L'odeur du sang chaud commence à m’enivrer alors que je m'avance vers lui, d'un pas sûr et mesuré. Il ne m'a même pas encore remarqué puisqu'il continu à se trainer comme la larve pathétique qu'il est.

❝ Hey ! ❞

Ah, là il sait que je suis là et c'est mon pied dans son visage qui accueille la nouvelle. Bien, il était hors d'état de nuire pour un moment, le pauvre avait perdu connaissance. Je me permettais alors de me redresser à nouveau et de me tourner vers le spectacle nocturne que Xion m'avait offert. Mon regard caressait les morceaux de corps, ceux encore entiers mais vidés de toute vie, le liquide épais qui baignait l'herbe. Le ciel s'était éclaircit de ses nuages et libérait ce fin croissant de lune qui me permettait de voir un peu mieux. Mon souffle n'était pas haletant, pas rugissant ni brûlant. Il était glaciale. C'était comme si ma colère toute entière lui avait appartenu, qu'Elle en était devenue l'expression. Je cherchais alors du regard Xion qui devait en avoir terminé, elle notait aussi rapidement le corps inconscient près de moi et commençait à s'élancer vers lui. Je tends alors une main vers elle.

❝ Attends. Je lui réserve une autre fin à celui là. ❞

Mes doigts pointaient toujours dans sa direction. Elle, elle était pleine de rage, mais il n'y avait plus personne pour la subir. Alors je m'avançais, lentement jusqu'à elle, posant un main sur sa joue. Ce n'était pas vraiment doux d'ailleurs, il y avait aussi le sang chaud qui dégoulinait de ses crocs. Je le sentais au creux de ma paume et mes yeux s'y perdaient un seconde avant de revenir auprès de ceux de Xion.

❝ Merci, j'en attendais pas moins de toi. ❞

C'est vrai que je savais, depuis le début, qu'elle serait redoutable quand j'aurais besoin d'elle et ce soir en était la preuve la plus belle qui soit. Elle était forte, puissance par sa rage, tellement différente de ce qu'elle avait été jusqu'à maintenant, perdue dans ce monde si immonde et vaste. J'avais l'impression de l'avoir enfin trouvé, ou alors découverte je ne savais dire. Mais j'étais fière de la savoir ici, avec moi, à mes côtés. Je laissais ainsi, quelques instants, mon regard reposer dans le sien, le temps qu'elle se calme peut-être avant d'observer à nouveau l'endroit et de lâcher mon emprise.

❝ Il faut qu'on s'en aille. L'odeur et les bruits vont attirer des monstres plus dangereux qu'eux. ❞

Je revenais à son regard pour y trouver son consentement et commençais à préparer rapidement notre départ. Mon pas était rapide et je m’exécutais vite. Je rassemblais mes affaire et allais récupérer les cordes et un bâillon qui nous avaient lié pour faire de même avec cette raclure. J'indiquais à Xion de récupérer la lanterne si l'eau ne l'avait pas menée trop loin. Puis je sifflais sèchement avant que Gyllir ne revienne à nous. Je rejoignais ensuite le variquan qui s'était énormément agité et qui avait fini par se calmer durant ces quelques instants de préparation. L'accrochant à nouveau à Gyllir, je revenais à cette sous merde qui n'avait toujours pas reprit ses esprits. Levant les yeux au ciel, je m'attelais à l'installer sur la croupe de Gyllir. Par les Dieux qu'il était lourd. J'espérais bien l'aide de Xion, mais ne m'autorisais pas à ce qu'elle le porte, elle me serait d'une aide plus grande en demeurant libre de ses mouvements.

Après quoi, nous pouvions enfin lever le camp et nous éloigner de cet endroit qui sentait bon la mort.

Codage par Libella sur Graphiorum


Réminiscence d'un miroir brumeux 6imbRéminiscence d'un miroir brumeux Gjxg

▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Xion
Xion
Invok eau



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Actif
Crédit Avatar : squidina
Date d'inscription : 15/08/2018
Messages : 145
Double Compte : Valion, Qilin
Liens vers la fiche : Qui j'étais
Qui je suis

Elément : Eau
Invocateur : Lagertha
Inventaire :
Ͼ Équipement:
 

Ͼ Sac en cuir:
 

Sorts : eau_2;
glace_2;
apathie_3;
branchies_3;
transfert_5;
intangible_0;
rage_5;
aquakinesie_0;
tempete_3;
metamorphose_6;
saignee_5;
soin_2;
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #6 écrite Dim 22 Sep 2019 - 18:46

Réminiscence d'un miroir brumeux
Le sang gicle. Encore et encore. Xion bondit, virevolte au son des cris et des craquements. Un massacre sous la pâleur lunaire. Un spectacle offert à Lagertha et à sa Mère. Une véritable punition divine. La magie pulse dans ses veines. Son cœur tambourine sous son poitrail. Son souffle bruyant et saccadé emplit l'air. Elle exulte dans un grognement victorieux. C'est fini. Beaucoup trop tôt. Tout le monde est mort.

Tout le monde ? Non. La vision de l'homme blessé à la jambe, près duquel se tient son élue, l'accapare. Elle s'élance. La surprise autant que l'obéissance la font s'arrêter. Ses yeux ronds dévisagent le doux faciès de son humaine. Une autre fin ? Elles vont quand même le tuer non ? Ses iris dorés transpercent la peau du survivant temporaire. Elle grogne mais n'agit pas, la magie aidant.

Le contact est chaud contre sa joue. Xion cligne des yeux, toujours haletante. La fierté dans son regard la porte avec force. Assez pour qu'elle tienne en place, pour l'instant. Elle attend une explication mais rien ne vient. La réplique suivante lui arrache un grognement sourd. La renarde a beau être submergée par la rage, elle n'est pas stupide. Elle sait que son humaine a raison. Ça ne l'empêche pas de répugner l'idée de ne pas achever le carnage à présent, ni de se gorger de la vue à loisir. Elle acquiesce sombrement.

Lagertha s'agite et elle se trouve soudain démunie. Nouveau grognement agacé. Sa demande la sauve un temps du surplus d'énergie qui l'anime et la dévore. Sa vision nocturne lui permet de repérer la lanterne assez rapidement. Elle plonge dans la rivière avec zèle et en ressort tout aussi promptement. Elle dépose l'objet près de la jument, suffisamment habituée à sa présence et à l'allure souvent ensanglantée de sa maîtresse pour ne pas faire grand cas de la sienne.

Et maintenant ? Son regard balaie les environs sans savoir où se poser. Ses pas l'entraînent naturellement vers les cadavres. Elle renifle, s'imprègne de l'odeur du sang et de la mort. Un éclat doré attire son attention. Facile de fouiller puisqu'elle y voit mieux qu'en plein jour. Satisfaite, elle choppe dans sa gueule une bourse en tissu dont s'échappait quelques pièces. Son humaine s'affaire auprès de sa monture. Elle se rapproche en trottinant. La vue de l'individu qui devrait être mort lui arrache un rictus.

D'un geste nerveux qu'elle tente d'adoucir, elle pousse Lagertha du museau et lui tend la bourse. Elle laisse volontairement le corps choir puis l'attrape entre ses crocs, serrant plus que nécessaire. Sans mal, elle le hisse sur la croupe de l'équidé. Elle trépigne d'impatience jusqu'à ce qu'elles reprennent la route.
Réminiscence d'un miroir brumeux Emprei10

La renarde des abysses peine à garder son calme, et encore plus à se concentrer. Elle sait que Lagertha lui a dit d'attendre. Et c'est ce qu'elle fait. Mais ce n'est pas comme si elle pouvait chasser la rage qui l'habite à sa guise ! Elle appuie de toutes ses forces à chaque pas, se raccrochant à la sensation de ses pattes qui s'enfoncent, trop peu, dans le sol humide. Elle secoue la tête de temps à autre, de manière frénétique. Toujours pas d'explication.

Ce corps inanimé ne devrait pas être là. Sa tâche n'est pas achevée. Comme cette maudite chimère qui s'était enfuie ! Elle a besoin de déverser sa rage. Pourquoi Lagertha l'en empêche ? Rym avait dit quelque chose à ce sujet. Impossible de s'en rappeler dans son état. Elle ne comprend pas. Et puis sa propre humaine ne lui dit jamais rien ! Finalement c'est plus fort qu'elle.

« Pourquoi tu veux le garder ? Il doit mourir ! Pourquoi on attend !? »



Rage tour restant 5/6.
Butin : bourse de 100Ŧ pour Lagertha


Réminiscence d'un miroir brumeux Lagert13
Codage par Libella sur Graphiorum
Crédits Image - Lente Scura



Réminiscence d'un miroir brumeux Xion_s11

Forme entière:
 
Formes humaines:
 

Réminiscence d'un miroir brumeux Emprei10
▼ Succès ▼▲ Succès ▲


Dernière édition par Xion le Sam 28 Déc 2019 - 18:00, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lagertha
Lagertha
Admin Obli



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Actif
Crédit Avatar : Project Badwater: Doherty
Date d'inscription : 11/05/2017
Messages : 835
Liens vers la fiche : Fiche
Métier : Cheffe de Clan
Invocation(s) : Galifey & Xion
Inventaire : Réminiscence d'un miroir brumeux 994377tsuris 10 128 Ŧ
Réminiscence d'un miroir brumeux Qlif Gourde
┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈
Réminiscence d'un miroir brumeux 181005090532205186Armement
Équipé ▼:
 

┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈
Réminiscence d'un miroir brumeux Y0ai Sac sans fond
Arme(s) ▼:
 
Objet(s) Magique(s) ▼:
 
Objet(s) Curatif(s) ▼:
 
Objet(s) Divers ▼:
 
Provisions ▼:
 




▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #7 écrite Dim 22 Sep 2019 - 20:55









Réminiscence d'un miroir brumeux

Sentant un tintement sur mon dos, je me retourne vers Xion qui me tendait une bourse, après avoir ramené notre source de lumière. Un fin sourire la remercie, juste avant d'enfouir ces quelques pièces dans mon sac sans fond. Le corps inanimé maintenant installé, je m'attelais à accrocher la fiole luminescente sur la selle de Gyllir avant de l'enfourcher d'un geste ample et avisé. Sonnant notre départ d'un bref coup de talon, le silence emplissait alors la scène que nous laissions derrière nous, tout comme le chemin qui nous en séparait de plus en plus. Notre marche n'était pas rapide, mais assez soutenue pour quitter la zone dans les temps avant qu'elle ne soit envahie. J'étais étrangement calme, je sentais même un léger rictus étirer mes lèvres. Je ne comprenais pas tellement ce que je ressentais, jusqu'à ce que Xion me questionne et mon rictus devenait alors, un sourire, léger mais bien présent.

❝ Il va mourir, mais je veux qu'il souffre avant. ❞

Quelle étrange sensation que celle qui commençait à me submerger. Était-elle la raison de mon calme ? Cette sensation qui semblait, à cet instant, outrepasser la colère que j'avais ressentis à l'égard de ces mercenaires. Mon cœur battait fort, c'était de l’excitation, ça je le savais, mais elle était différente de celle que je ressentais pendant les affrontements.

❝ J'ai compris une chose grâce à ce qui s'est passé. J'ai besoin de plus que d'une simple mort. C'est trop facile, trop rapide... ❞

De ça, j'étais certaine en effet. Je l'avais ressentis tout à l'heure en tuant l'un d'entre eux, moi qui m'était accoutumé à tuer, à massacrer rapidement, efficacement, ça n'était plus suffisant maintenant. Les coupables ne paient pas assez en se contentant de mourir, pire encore, ça ne faisait que les libérer du poids de la vie. Il fallait que je remédie à ça et je le ferais avec elle. Mon regard brun se tournait alors vers elle et qui y percevrait certainement davantage que ce que j'étais capable d'exprimer. Cette noirceur avide de souffrance, celle que je donnerais à cet homme, celle que j'observerais quand elle se mêlerait à la danse. Tout ça, elle pourrait le lire dans le brun de mes iris et la profondeur de mes pupilles sombres, quelque peu dilatées sans doute d'excitation.

Nos pas nous menèrent alors jusqu'à la forêt de Zan, où les arbres sauront dissimuler et étouffer ce qui allait suivre. Il nous fallu encore quelques instants pour trouver une petite clairière qui serait véritablement parfaite pour l'occasion. Mon sourire s'était élargit tandis que j'entendais mon futur souffre douleur revenir à lui de quelques gémissements. Je me tournais une seconde vers Xion avant d'amorcer ma descente de Gyllir.

❝ Préviens moi si quoi que ce soit approche. ❞

Après quoi, sans ménagement, je tirais le mercenaire, le laissant s'écraser sur le sol dans un gémissement de douleur m'informant qu'il avait visiblement repris ses esprits. Un nouveau rictus vint intensifier mon sourire, l'espace d'une seconde. J'attrapais alors l'un de ses pieds liés, à l'image de ses mains dans son dos et le trainait jusqu'au centre de notre scène. Fusaient alors les questions classique qui me demandait ce que je lui voulais, ou ce que je comptais faire. Aucune réponse ne vint pourtant. Je le positionnais à genoux et sentais son regard sur moi, mais je ne lui rendais en aucune façon évidemment, ce qui avait visiblement pour effet de l'inquiéter et ça n'était pas pour me déplaire. Revenant alors auprès de Gyllir, je fouillais dans le sac sans fond et en sortit la corde, que je coupais après en avoir tiré pour un mètre environs. Attrapant ensuite la fiole luminescente, je me tournais vers lui et croisais le regard de Xion à qui j'adressais un bref sourire.

La corde glissais sur le sol à la mesure lente de mes pas, j'avais enfin décidé à cet instant, de porter mon regard à lui. Il était si méprisable, si pathétique que j'aurais pu en vomir. Il me questionnait encore et à nouveau, aucune réponse ne lui parvenait. Je déposais la fiole non loin, nonchalamment comme tout le reste de mes gestes jusque là. Puis, j'entrais enfin en scène. Mes pas commençaient à décrire un cercle autour de lui, lentement, tandis qu'il s'évertuait à me garder tant bien que mal dans son champ de vision. Il se débattait aussi, enfin essayait. Il était pathétique, mais pas assez fou pour espérer s'en sortir s'il tentait de fuir. J'attrapais l'extrémité de la corde dans ma main droite et, de manière mesurée, mon autre main enroulait ce lien épais et rêche autour de mes phalanges, le laissant filer entre mes doigts. Ce simple geste, lent, accomplis tour à tour, autour de ma main et autour de lui, avait quelque chose d'envoutant pour mon regard qui ne quittait pas mes mains. Ça me semblait être aussi doux qu'une caresse, j'avais même finis par ne plus entendre les jérémiades de l'insecte qui se trouvait là.

Jusqu'à ce que je n'ai plus suffisamment de corde. Bouclant les boucles, je me positionnais face à lui, fermant cette corde qui rongeait délicieusement ma peau. Instinctivement, ma langue glissait  sur un croc dévoilé alors que je lisais dans son regard un flot d'émotion qui trahissait son appréhension. Il entreprit alors d'ouvrir la bouche, une énième fois et c'est cela même qui sonnait le début des hostilités. Mon poing fendait l'air jusqu'à s'écraser sur sa joue en contre bas, le temps était comme ralentis jusqu'à ce que la force de mon coup, la raideur de mes phalanges et la rudesse de la corde, viennent brûler et mordre sa peau si fine en comparaison.

La lourdeur d'une telle attaque le fait alors plier, s'échouant sur le sol, suivant l'élan insufflé. D'aucune considération, j'attrapais son col et le ramenais à sa position en le frappant une nouvelle fois. Sa joue était brûlée et révélait déjà ue chair ensanglantée. En un clignement d'yeux, je me revoyais face à cette scène similaire dont j'avais été témoin. Éprise d'un Démon qui martelait un homme à sa merci et lentement, je sentais une vague profonde déferlant au creux de mes reins pour submerger mes entrailles à m'en faire tressaillir. Plusieurs autres coups frappent cette même joue à présent tuméfiée. Dans l'ardeur de l'instant, j'avais débordé jusqu'à son arcade maintenant ouverte, sa pommette rougeoyante et ses paupières boursouflées. Sous tant de violence, je le laissais s'écrouler au sol alors qu'il se confondait en questionnement, à propos de ce que je voulais. De l'argent, des noms, des informations. Peu m'importait. Il le sentait certainement.

Je me redressais alors, étirant mon dos en inspirant une bouffée d'air profonde, observant avec une certaine fierté mon œuvre. La corde imbibée de son sang laissait perler ses gouttes jusqu'à l'herbe fraîche de cet instant nocturne. Deux pas vers l'arrière m'éloignaient de ce tas de chair et d'os dont la fin serait repoussée au maximum. Je détendais ma nuque de quelques mouvements avant de diriger mon regard vers Xion. De quelques secondes de silence nous liant, je laissais un fin sourire s'échapper.

❝ Tu veux te joindre à moi ? ❞

Je m'en serais voulu de ne pas lui proposer même si j’éprouvais un plaisir non négligeable à œuvrer ainsi. Je savais aussi que j'apprécierais la vue de Xion torturant cet homme, devant moi, comme elle avait dû aimer me voir le faire. Comme un cadeau que nous nous faisions l'une à l'autre, une libération qui nous appartenait, à nous deux.

Codage par Libella sur Graphiorum


Réminiscence d'un miroir brumeux 6imbRéminiscence d'un miroir brumeux Gjxg

▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Xion
Xion
Invok eau



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Actif
Crédit Avatar : squidina
Date d'inscription : 15/08/2018
Messages : 145
Double Compte : Valion, Qilin
Liens vers la fiche : Qui j'étais
Qui je suis

Elément : Eau
Invocateur : Lagertha
Inventaire :
Ͼ Équipement:
 

Ͼ Sac en cuir:
 

Sorts : eau_2;
glace_2;
apathie_3;
branchies_3;
transfert_5;
intangible_0;
rage_5;
aquakinesie_0;
tempete_3;
metamorphose_6;
saignee_5;
soin_2;
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #8 écrite Sam 28 Déc 2019 - 22:00

Réminiscence d'un miroir brumeux
Qu'il souffre ? Quel étrange concept. Insaisissable. Cette déclaration calme l'enfant d'Aqua enragée. Elle s'interroge. L'utilité d'une telle idée glisse entre les mailles blanches et noires de son esprit. Quelque chose gronde en face, au sein de son humaine. Une curieuse émotion, oubliée depuis l'ancien temps.

À sa surprise, Lagertha reformule. Un peu succinct pour qu'elle saisisse mais c'est un début. Son regard se joint à ses mots. La profondeur de celui-ci l'attire doucement. Presque comme une mélodie. Elle lui est inconnue. Son aspect sombre en revanche, lui rappelle ses chers abysses. Xion se laisse absorber, suffisamment pour taire sa curiosité et son trouble magique.
Réminiscence d'un miroir brumeux Emprei10

La prédatrice divine se glisse dans la nuit en silence. Ses sens biaisés se focalisent sur la proie encore inerte sur le dos de l'équidé. Et surtout, encore en vie. Elle se restreint depuis plusieurs minutes. Il est temps que cela cesse. Qu'elle relâche sa bride pour finir sa tuerie. Quelques signes de conscience émergent du futur cadavre. Bien. Elle ouvre la gueule.

L'ordre de Lagertha l'interrompt. Déçue, elle consent à élargir son attention à leur environnement. La rage bride certaines capacités. Xion plante ses griffes dans la terre pour s'y ancrer. Elle s'isole des gémissements de l'homme et des affaires de son humaine. Ses divins effleurent un groupe de Bibi non loin. L'odeur du sang les fait détaler. Elle ne s'est pas réellement lavée, le fluide vermillon s'est glissé entre ses écailles par endroit. En plus du blessé, elles sont repérables. Le carnage de l'autre côté devrait attirer le plus gros de l'attention. Il ne semble pas y avoir autre chose.

Ce constat établi, la curiosité et l'envie l'attirent vers la scène qui se monte au-delà. Le sourire de son élue l'invite à se rapprocher. Malgré les tambours qui frappent sa cage thoracique pour en sortir, Xion s'assoit. Elle observe. Lorsque sa cheffe se met à décrire un cercle autour de l'ennemi, l'écho la saisit. Vibrant. Grondant. Elle est brusquement plongée au cœur de son épreuve. Dans le tableau le plus vif et le plus jouissif que ses murs de glace ont reflété.

Des bribes d'émotions se mêlent au spectacle. Des visages évanescents. Des mots poignants. Certains se détachent plus que d'autres. L'envie de détruire qui l'habite fait miroiter une chevelure flamboyante, des yeux azurs et des faux gourmandes. Rien n'est assez puissant pour contrer cette volonté. Aucun souvenir ne parasite la vision qui se tisse dans le présent. Et finalement, plus rien d'autre que le noir n'existe. Un grondement sourd et infiniment divin s'élève, nourri par cette conclusion.

« Pitoyable être de chair. »

Il va subir leur courroux, leur vengeance. Son lien avec Lagertha n'a jamais été aussi palpable. Elle ressent son émoi au plus profond de son être. Une exaltation de sa rage. Xion n'a pas besoin de bondir avec son propre corps. Elle tourne autour de sa proie, à travers les pas de la jeune femme. Elle fait cracher son sang, à travers ses poings. Elle incarne la mort, à travers son sourire.

Son souffle aspire la vie qui s'échappe langoureusement de ce vulgaire déchet ayant osé se soulever. Il parle mais sa bave ne l'atteint pas. Elles inspirent. Son élue prend du recul. Peut-être pour contempler la progression de son travail. Une question domine l'instant. La renarde pivote lentement la tête sur le côté, surprise. Ses yeux s'arrondissent. Puis percent avec précision la silhouette affaissée.

Elle reste curieuse, au fond. Ce qui anime Lagertha peut-il survenir par le bout de ses propres griffes ? Lentement, elle s'avance. Ses muscles roulent. L'humidité du sol la porte avec légèreté. Les suppliques sonnent comme la douce mélodie du regard brun de son humaine.

L'enfant d'Aqua attrape la chair qu'elle a déjà brisée plus tôt. Sans aucun ménagement, elle retourne sa cible. Une patte vient appuyer sur sa tête. Le côté tuméfié de sa face respire ainsi la terre qu'il prie ardemment de rejoindre. Une autre se pose sur son dos. Ses griffes s'enfoncent lentement dans la peau. Elle sourit à la vue du cuir qui ne peut lui résister. Puis elle fait pression avec tout son corps. Progressivement. Un craquement. Xion se lèche les babines. Un deuxième.

Elle s'arrête. Plus, et il pourrait mourir d'une hémorragie interne. Et elle n'a aucune idée sur la façon de procéder pour éviter de le tuer. Sa rage ne demande qu'à trancher et mordre sans considération. Ceci est différent. La sensation inédite. Elle ne sait pas comment la saisir. Son élue se débrouille mieux pour apaiser ses pulsions destructrices. Sa voix s'élève, calme, distante.

« Je crois... que je préfère te regarder. Pour l'instant. »

Ses iris dorés plongent dans les bruns avec chaleur et encouragement. La créature des abysses retourne s'asseoir. Elle observe attentivement. Elle se réjouit et apprend. La cruauté ne lui a jamais ouvert ses portes auparavant.


Réminiscence d'un miroir brumeux Lagert13
Codage par Libella sur Graphiorum
Crédits Image - Lente Scura



Réminiscence d'un miroir brumeux Xion_s11

Forme entière:
 
Formes humaines:
 

Réminiscence d'un miroir brumeux Emprei10
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Lagertha
Lagertha
Admin Obli



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Actif
Crédit Avatar : Project Badwater: Doherty
Date d'inscription : 11/05/2017
Messages : 835
Liens vers la fiche : Fiche
Métier : Cheffe de Clan
Invocation(s) : Galifey & Xion
Inventaire : Réminiscence d'un miroir brumeux 994377tsuris 10 128 Ŧ
Réminiscence d'un miroir brumeux Qlif Gourde
┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈
Réminiscence d'un miroir brumeux 181005090532205186Armement
Équipé ▼:
 

┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈
Réminiscence d'un miroir brumeux Y0ai Sac sans fond
Arme(s) ▼:
 
Objet(s) Magique(s) ▼:
 
Objet(s) Curatif(s) ▼:
 
Objet(s) Divers ▼:
 
Provisions ▼:
 




▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #9 écrite Sam 28 Déc 2019 - 23:13









Réminiscence d'un miroir brumeux

Mes yeux, plongés dans les siens le temps de quelques secondes, finirent par glisser sur ses écailles sombres, l'accompagnant ainsi jusqu'à ce qu'elle rejoigne notre cher ami. A mesure que ses pas l'en rapprochait, je sentais ma mâchoire se serrer, mes doigts se crisper un peu plus sous la corde rêche qui brûlait ma peau, si c'était toutefois davantage possible. Les suppliques de notre ancien assaillant maintenant victime me semblaient lointaines. Présentes pourtant, je les entendais, mais plutôt comme une sorte de bruit de fond, comme le vent qui ce soir caressait mes joues et soulevait mes cheveux. J'inspirais avec profondeur et amplitude, mes épaules se soulevaient lentement, sur un rythme presque apaisant. De son côté au contraire, je sentais mon cœur qui commençait à s'emballer, son tambour résonnait dans mes oreilles et faisait vibrer la moindre mes veines. Se mêle alors un doux frémissement quand le Fille des Abysses emprisonne l'importun sous ses griffes. J'aurais presque pu entendre sa peau s'ouvrir tant c'était là le plus important.

Et puis le doux frémissement devient un électrisant frisson, bien plus net, bien plus palpable quand se mêle au silence de la chair qui se déchire, celui de l'os qui se brise. A nouveau, j'inspire avec amplitude, avec délectation, comme si l'air autour de nous devenait d'un goût et d'une odeur incomparablement délicieuse. Un second frisson se mêle à la mélopée, encore bien plus fort que le précédent. Ma langue passe sur ma lèvre inférieur, avant que je ne la mordille avec une certaine excitation. Cependant, ce que je n'attendais pas arriva, l'Engeance de le Pénombre s'arrêta avant de se tourner vers moi. Mon regard brun quitta difficilement la scène précédente, trouvant les siens brillants avec une pointe de frustration, qui s'évanouit bien vite.

Elle me demande de perdurer notre œuvre et j'allais lui accorder. Même si l'observer faire avait été d'une incroyable plaisance, je ne refuserais évidemment pas d'accéder à sa demande de revenir à la contemplation. Pour y avoir gouté juste avant, je comprenais qu'elle la préfère, peut-être, à l'action. Pour l'instant, selon ses propres mots. Mes yeux glissèrent doucement jusqu'à lui, à une allure presque langoureuse. Oh oui, il suppliait toujours, essayait même de se mouvoir, mais j'allais le rattraper. Mes pas me guidèrent jusqu'à lui, libérant délicatement ma main droite de la corde qui l'emprisonnait. Arrivée à sa hauteur, je le toisais de ma hauteur avant de le renvoyer sur le dos du plat de ma botte. Penchant le visage sur le côté, je le contemplais alors que ma main libérée glissais dans mon dos où elle trouvait la lame offert par le Démon. Une furtive image de son souvenir m'apparaissait avant de s'échapper au loin et de laisser place au présent.

Je posais un genou au sol, l'autre jambe refermant la cage que mon corps représentait autour de notre victime et je sentais ce sourire, qui ne me quittait pas, jamais. La pointe de ma dague trouvait sa gorge et y apposait une pression non négligeable, marquant et perçant sa chair jusqu'à en faire perler son sang sur la lame. Je me laissais voluptueusement tomber jusqu'à lui, reposant sur ma paume s'affaissant sur l'herbe humide. Mon regard l'observais, sans jamais trouver le sien, mais déjà, je m'en léchais les babines.

❝ Qu'est-ce que ça fait d'être de ce côté là de la lame ? ❞

Question rhétorique évidemment, je n'attendais aucune réponse, pourtant il essayait. Incompréhensibles gémissements. La pointe glissait, creusait timidement sa peau, arpentant une bonne partie de sa gorge avant de trouver en obstacle sa tenue de cuir. Je me redressais alors, penchant la tête d'une inclinaison mimant la réflexion. Il m'apparaissait très évident que je ne me satisferais pas de l'entendre gémir ou de le voir saigner à travers cette étonnement trop épaisse cuirasse. Alors minutieusement, je sectionnais chacune des sangles qui la maintenait fermée, jusqu'à ce que sa tunique d'un déjà bien plus fin tissu me sois dévoilé. Peut-être que cela suffirait à travers celui là ? Nous allons voir. La pointe le retrouvait, un peu plus profondément cette fois, marquant ton torse, imbibant le tissus clair de son épais nectar. La lame creusait, déchirait, lentement, glissait le long de son torse et je n'avais d'yeux que pour ce chemin se faisait. Sans y faire attention, mes lèvres se fermaient et une vibration venait accompagner inconsciemment la scène qui se jouait, d'une mélodie qui s'harmonisait à merveille.


Ma tête s'inclinait, d'un côté puis de l'autre, comme un peintre qui contemple sa toile à chaque coup de pinceau. La lame glisse ici, tranche là et puis une destination s'impose soudainement à moi. Ne lâchant rien de ma mélodie échappant à ma conscience, un fin sourire élargis mes lèvres alors que je laisse glisser, déchirer, ma lame le long de son corps, descendre jusqu'à son bas ventre où, prise d'une sorte d'excitation, la pointe s'enfonce un peu plus avant que je ne la sépare de son amante peau pour la nuit. Me redressant de nouveau, mes yeux trouve son visage étranglé d'effroi, je le sens s'agiter entre mes jambes, m'obligeant ainsi à refermer davantage ma prise en posant mon second genou au sol. Mon sourire s'élargit et n'y pouvant plus, je plante violemment ma lame dans ses parties précieuses, lui arrachant un cri de douleur si doux à mes oreilles. Étrangement, mon fredonnement ne désemplis pas, au contraire, ma lame s'enfonçant d'autant plus que je contemple son visage se raidir, pivotant dans sa chair pour l'y contraindre encore davantage. Ce petit jeu dura quelques instants avant que je ne me décide à me retirer, lentement, soupirant d'aise bruyamment.

Il était au bord de l'inconscience et j'estimais avoir pris ce qui me revenait. Alors, me décidant à le quitter, j'essuyais ma lame sur sa cuisse avant de me relever tranquillement, prise d'une légèreté m'étant étrangère. Le fredonnement avait cessé, aussi inconsciemment qu'il m'avait accompagné. Mon regard trouvais celui de Xion avec une tendresse toute particulière à son égard. D'un murmure doux et chaleureux, je l'invitais à finir, avant de m'éloigner pour la laisser agir à sa guise.

❝ Tues-le. ❞

Codage par Libella sur Graphiorum


Réminiscence d'un miroir brumeux 6imbRéminiscence d'un miroir brumeux Gjxg

▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Xion
Xion
Invok eau



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Actif
Crédit Avatar : squidina
Date d'inscription : 15/08/2018
Messages : 145
Double Compte : Valion, Qilin
Liens vers la fiche : Qui j'étais
Qui je suis

Elément : Eau
Invocateur : Lagertha
Inventaire :
Ͼ Équipement:
 

Ͼ Sac en cuir:
 

Sorts : eau_2;
glace_2;
apathie_3;
branchies_3;
transfert_5;
intangible_0;
rage_5;
aquakinesie_0;
tempete_3;
metamorphose_6;
saignee_5;
soin_2;
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #10 écrite Jeu 2 Jan 2020 - 2:13

Réminiscence d'un miroir brumeux
Xion se recule lentement. Le corps, relevé de son poids divin, expire et gémit douloureusement. Les larmes qui coulent sur les joues meurtries nourrissent le sol. Une douce illustration du lien entre sa Mère et Terra. Leur fille reprend sa place d'observatrice. Son élue a offert sa compréhension, et bien plus cette nuit.

La fierté gonfle son poitrail à la vue de cette guerrière qui domine. Le noir les entoure. La divinité abyssale inspire. Elle est chez elle. Sa peau de requin s'illumine. Sous les reflets lunaires, la chevelure blonde aussi. Le deuxième chemin emprunté dans son épreuve se manifeste enfin.

Le froissement du cuir et du tissu remplace les éclats d'os et les percées de chair. Un sursis presque délectable. Puis la danse de l'acier reprend. La membrane se fissure et le sang coule. Au milieu de cet ordre chaotique, une mélodie s'élève. La renarde s'avance, bercée par l'air chantonné et attirée par le macabre spectacle. Elle s'arrête tout près de son humaine et s'assoit dans son dos, l'effleurant presque. Telle une ombre, indissociable de sa silhouette.

Ses iris dorés suivent les traits dessinés par Lagertha. Ils revêtent un attrait particulier, très différents de ceux arborés par Rym. La rousse s'efface de ses pensées immédiatement. Le sang absorbe toute l'attention de la demi-déesse. Ce fluide vital, qui se répand langoureusement sur la peau de l'homme, possède une résonance particulière avec son élément.

Son étrange concentration l'amène à deviner le point d'orgue du tableau. Cette soirée de beuverie printanière lui revient en tête. Comme une vague déposant un souvenir sur le rivage pour le ravaler la seconde d'après. Cet homme a voulu une femme qu'il ne pouvait avoir. La punition semble appropriée. Son élue lève le bras. Elle exulte dans un grognement.

Xion s'écarte sensiblement pour laisser son humaine se relever. Le brun et le doré se mêlent au sein d'une confortable bulle. Complicité. Murmure ou ordre, son écho affecte la psyché de l'enfant d'Aqua de la même façon. Une pointe d'excitation galvanise ses muscles. Elle souffle avec plaisir.

« Oui. »

La puissante divinité s'avance. Une patte à nouveau posée sur la poitrine du cadavre en devenir, elle en saisit la tête entre ses crocs. Avec soin, elle referme à peine la prise. Puis elle tire. D'abord doucement. Un gargouillis indique qu'il regagne les rives d'une semi-conscience. Puis elle secoue violemment le cou pour briser ses vertèbres et lève la gueule pour arracher peau et tendons.

Les babines ensanglantées, la renarde dépose fièrement la tête aux pieds de Lagertha. Le silence accompagne la satisfaction d'une tâche accomplie. Un ennemi en moins. Les autres suivront. Son museau pivote vers la forme charcutée. Il reste encore plein de bouts. Est-ce important ? Son regard se tourne vers sa cheffe sous l'interrogation.

« Est-ce que je dois le détruire ? »

Réminiscence d'un miroir brumeux Emprei10

C'est fini. Xion expire longuement. Elle étend son aura magique dans tout le bois avec assurance. Le bien-être l'envahit. S'allonger et dormir s'avère être une plaisante perspective. Ses sens l'alertent. Ses nageoires se dressent. Une présence carnassière les guette. Elle gronde. Obnubilée par la conduite de cette souffrance, elle ne l'a pas repérée plus tôt.

« Deux prédateurs. Je peux m'en charger. »

La rage pulse encore dans ses veines. Un jeu d'enfant.


Réminiscence d'un miroir brumeux Lagert13
Codage par Libella sur Graphiorum
Crédits Image - Lente Scura



Réminiscence d'un miroir brumeux Xion_s11

Forme entière:
 
Formes humaines:
 

Réminiscence d'un miroir brumeux Emprei10
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Lagertha
Lagertha
Admin Obli



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Actif
Crédit Avatar : Project Badwater: Doherty
Date d'inscription : 11/05/2017
Messages : 835
Liens vers la fiche : Fiche
Métier : Cheffe de Clan
Invocation(s) : Galifey & Xion
Inventaire : Réminiscence d'un miroir brumeux 994377tsuris 10 128 Ŧ
Réminiscence d'un miroir brumeux Qlif Gourde
┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈
Réminiscence d'un miroir brumeux 181005090532205186Armement
Équipé ▼:
 

┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈┈
Réminiscence d'un miroir brumeux Y0ai Sac sans fond
Arme(s) ▼:
 
Objet(s) Magique(s) ▼:
 
Objet(s) Curatif(s) ▼:
 
Objet(s) Divers ▼:
 
Provisions ▼:
 




▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #11 écrite Jeu 2 Jan 2020 - 21:54









Réminiscence d'un miroir brumeux

Même si au fond de moi ça ne l'avait pas été, mes mots auraient pu être largement perçu comme un ordre. Il en était pourtant tout autre, c'était là un aveux, une confession d'un lien que je voulais tisser avec elle, inédit et si particulier. Pourtant, je savais que c'était avec elle que je voulais le savourer alors, faisant quelques pas en arrière, je me délectais de sa vision à œuvrer. A nouveau, j'inspirais avec ampleur et profondeur à m'en décrocher la mâchoire de délectation lorsque le son de son trépas résonnait dans mes oreilles. Quelle douce mélodie. Et quelle fierté quand elle laissa tomber lourdement sa tête à mes pieds. Gonflant un égo déjà bien alimenté, je levais le menton et gonflais le torse. Cependant, son interrogation me fit quelque peu perdre contenance. Arborant un visage interrogateur, j'inclinais le visage sur le côté. Qu'entend-elle par là ? Le détruire ? Ne l'était-il pas déjà suffisamment ? Aucune magie ne pourrait lier à nouveau sa tête à son corps, alors que chercher de plus. Néanmoins, ce n'était peut-être pas le cas, mais j'y voyais là une demande plutôt qu'une interrogation.

« Comme tu veux. »

Lui soufflais-je alors, n'ayant pas pour envie de la restreindre dans ses envies de destruction. Je la voyais alors repartir vers le corps vidé de toute vie pour se mettre à... le dévorer ? Mon corps se raidit soudainement, voilà une image qui fit remonter un souvenir plutôt lointain maintenant, celui de l'insecte qui accompagnait Saen. Lui aussi avait dévoré le Jaggra qu'il avait tué sans raison, alors qu'il n'avait même aucun besoin de manger ainsi. Xion n'en avait pas besoin non plus, alors pourquoi faisait-elle ça ? Un peu rebutée par la scène, je m'en détournais pour rejoindre Gyllir et le variquan noir, dont j'avais déjà oublié le nom, me mettant en selle sans tarder le temps qu'elle... finisse son festin.

Me forçant à ne pas regarder, pensant sincèrement que c'était là une pratique qu'il lui apportait du plaisir, j'attendais qu'elle revienne à ma hauteur avant de lui accorder mon attention, m'annonçant alors la présence de deux prédateurs. Il aurait sans douté été plus sage de leur laissé ce festin d'ailleurs, mais si pour l'heure ils ne s'étaient pas lancé à notre rencontre, il n'était pas utile de les attaques pour leur seule présence. Posant alors un regard sur voulant doux à Xion, voir apaisant, je lui exprimais mon avis sur la question.

❝ Pas besoin. Les monstres ne sont pas nos ennemis, pas tant qu'ils ne nous attaquent pas en tout cas. ❞

Convaincue de mes propos, je prenais le temps de m'assurer que cette réponse lui conviendrait, au moins un minimum. Instinctivement, je cherchais tout de même ces fameux prédateurs du regard, sans les localiser cependant, bien évidemment. D'un léger coup de talons sur le flan de Gyllir, nous commencions à nous éloigner silencieusement, suivis de Xion.

❝ Mais reste attentive, au cas où ils s'y risqueraient. ❞

Ainsi donc, nous nous éloignions de l'endroit qui nous avait accueillis, qui avait vu naître une noirceur que l'on avait partagé. Une sombre motivation que je ne me connaissait pas, largement amplifié par celle de Xion. J'en prendrais conscience sans doute plus tard, que celle nouvelle facette de ma personne pouvait me désarçonner quand j'y réfléchissais à tête reposée, que j'aurais sans doute un peu de mal à composer avec ces nouvelles sensations. Tout comme ce fredonnement était complètement sortis de ma mémoire, comme si il n'avait jamais existé. Qu'elle nuit plutôt étrange.

Codage par Libella sur Graphiorum


Réminiscence d'un miroir brumeux 6imbRéminiscence d'un miroir brumeux Gjxg

▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Xion
Xion
Invok eau



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
Féminin
Actif
Crédit Avatar : squidina
Date d'inscription : 15/08/2018
Messages : 145
Double Compte : Valion, Qilin
Liens vers la fiche : Qui j'étais
Qui je suis

Elément : Eau
Invocateur : Lagertha
Inventaire :
Ͼ Équipement:
 

Ͼ Sac en cuir:
 

Sorts : eau_2;
glace_2;
apathie_3;
branchies_3;
transfert_5;
intangible_0;
rage_5;
aquakinesie_0;
tempete_3;
metamorphose_6;
saignee_5;
soin_2;
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #12 écrite Ven 3 Jan 2020 - 18:49

Réminiscence d'un miroir brumeux
Comme elle veut. Un concept délicat, surtout présenté si directement. Le vide s'installe au creux des iris dorés. Xion réfléchit à un souhait. Celui de Grandes-Faux s'impose rapidement à son esprit. Alors elle se dirige vers le cadavre pour le faire disparaître. L'engloutir jusqu'à ce qu'il n'en reste strictement rien.

Ses crocs divins se referment aisément sur la chair comme sur les os. Les effluves magiques qui emplissent son être rendent le processus encore plus simple. Sa mâchoire se ferme distraitement, mécaniquement presque. Comme la tâche des temps anciens, issue d'une volonté autre que la sienne. Une volonté ancrée par le temps jusqu'à devenir une habitude.

C'est fini. La renarde expulse l'air de ses poumons avec calme. La force parcoure ses muscles sans chercher désespérément à en sortir. Elle se sent apaisée. L'exutoire s'est déjà opéré. Même l'éventualité d'être dérangée s'efface aux paroles de son élue. Elle acquiesce et enregistre l'information précieusement. Il n'existe plus rien pour l'agacer à présent.

Lagertha retrouve le confort de sa monture et Xion avance tranquillement à sa suite. Elle garde un œil attentionné sur Kuro, dont les rênes reposent avec ceux de Gyllir, entre les mains solides de son humaine. Elle trottine presque. Ses iris dorés embrassent les environs avec l'aisance d'Ignis en pleine journée. Elle reste attentive, mais aussi confiante. Comme lors de cette soirée à Oagran.

Rien ne peut les arrêter.

Réminiscence d'un miroir brumeux Emprei10

Lavées de toute cette crasse mais pas de son souvenir, le duo reprend la route. La journée pointe le bout de son nez et Xion plisse les yeux, déjà moins à l'aise. Elle ne cache pas son enthousiasme à l'idée de camper. Toute cette marche finit par activer ses pensées. Elle réalise que d'autres ennemis viendront. Et à cette idée, et toutes ses conséquences, un rictus tord ses lèvres. La paix est si éphémère.



Réminiscence d'un miroir brumeux Lagert13
Codage par Libella sur Graphiorum
Crédits Image - Lente Scura



Réminiscence d'un miroir brumeux Xion_s11

Forme entière:
 
Formes humaines:
 

Réminiscence d'un miroir brumeux Emprei10
▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



▼ Afficher le Profil ▼▲ Cacher le profil ▲
▼ Inventaire ▼▲ Inventaire ▲
▼ Sorts ▼▲ Sorts ▲

Aventure #13 écrite

▼ Succès ▼▲ Succès ▲
Revenir en haut Aller en bas

Réminiscence d'un miroir brumeux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ile d'Arcane - Forum RPG :: Arcane :: Les Montagnes de Zan-